Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

1051
Le nouveau "jeu" à la mode à Charleroi: pointer du doigt des femmes voilées et simuler un tir de fusil

Rédaction en ligne

L’ASBL « Les Musulmans Progressistes » a déjà récolté les témoignages de cinq victimes. Interpellée par le phénomène, elle a saisi le centre pour l’égalité des chances. Même un chauffeur du TEC est concerné par une plainte déposée à la police locale.




Cette habitante de Marcinelle aurait subi les gestes inappropriés d’une chauffeur de bus.


L’ASBL « Les Musulmans Progressistes de Charleroi » tire la sonnette d’alarme. Depuis plusieurs mois maintenant, elle observe une nouvelle expression de l’islamophobie. Cette « nouvelle mode », pour le coup bien morbide, consiste à pointer du doigt des musulmans puis à clairement simuler un ou des tirs de fusil. Bref, une exécution en règle, imaginaire mais hautement symbolique.

Ce phénomène a, pour l’instant, concerné uniquement des femmes. Toutes voilées, toutes agressées sur la voie publique pour des inconnus, toutes prises pour « cible ». Il y a eu, par exemple, cette mère de famille, accompagnée de ses enfants, qui a été violemment interpellée par un homme installé à la terrasse d’un café. Le gaillard lui a fait le geste mais l’a aussi copieusement insultée. La victime, traumatisée, a pris la fuite et n’a pas eu le temps de bien imprimer le visage de cet inconnu. Impossible donc pour elle de porter plainte…

Par contre, une musulmane originaire de Marcinelle s’est, quant à elle, rendue au commissariat de son quartier : elle a porté plainte contre un chauffeur du TEC Charleroi. Gratuitement, sans raison apparente, il l’aurait pointé du doigt puis aurait mimé le geste de lui tirer dessus à plusieurs reprises… Une autre plainte encore, concernerait un accompagnateur de train.

Au total, l’ASBL « Les Musulmans Progressistes de Charleroi » est déjà parvenue à récolter les témoignages de cinq victimes. Pour éviter l’escalade, elle a pris le taureau par les cornes : elle vient de saisir le Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme.

http://www.lanouvellegazette.be/879547/article/regions/charleroi/actualite/2013-12-12/le-nouveau-jeu-a-la-mode-a-charleroi-pointer-du-doigt-des-femmes-voilees-e

1052
Attentats de Paris : les Anonymous reçoivent une réponse de hackers pro-Daesh qui les traitent d’idiots

Les Anonymous ont déjà reçu une réponse de hackers pro-Daesh, il n’aura pas fallu longtemps. Au lendemain des attentats de Paris du Vendredi 13 Novembre 2015 les hacktivistes ont publié une vidéo dans laquelle ils menacent les terroristes de Daesh de les attaquer. Des « idiots » selon ces derniers.




Souvenez-vous, il y a quelques jours, les Anonymous ont publié une vidéo de menace à l’encontre de Daesh. Comme à la suite des attaques perpétrées contre Charlie Hebdo, le groupe d’hacktivistes a récidivé. Il a promis à Daesh une « réaction massive », « la plus importante » jamais réalisée contre la présence de Daesh sur le Web, et appelle les français à l’union pour vaincre les ennemis de la liberté.

A la suite de cette publication, quelques heures seulement après sa diffusion, des hackers pro-Daesh ont publié une réponse repérée par le Site Intelligence Group sur un canal de propagande djihadiste de l’app Telegram. C’est ce mode de communication qui a déjà été utilisé par Daesh pour revendiquer les attentats.

Dans leur vidéo, les hackers pro-Daesh insultent les Anonymous « d’idiots » et semblent loin d’être effrayés par leurs menaces. Ils expliquent que les Anonymous sont totalement inefficaces et que ce ne sont pas de simples comptes Twitter et des emails dévoilés qui vont stopper leur marche en avant. Ils posent même la question suivante : « Que vont-ils hacker ? ».

Entre les Anonymous et les hackers pro-Daesh, la guerre est également lancée. Après avoir publié 9200 comptes Twitter et mis à jour cette liste à la suite des attentats de Paris, les Anonymous vont devoir s’attendre à des réactions de leurs ennemis.


En savoir plus : http://www.phonandroid.com/attentats-paris-hackers-pro-daesh-repondent-anonymous-traitent-idiots.html#ixzz3rrdKgczR
Follow us: @phonandroid on Twitter | phonandroid on Facebook

En savoir plus sur http://www.phonandroid.com/attentats-paris-hackers-pro-daesh-repondent-anonymous-traitent-idiots.html#ZQHG7QXJuLMlglmS.99

1053
Les terroristes retrouvés "chez" cet homme à Saint-Denis: "Si je savais, vous croyez que je les aurais hébergés?"

video : http://www.rtl.be/videos/video/557004.aspx

Un homme qui dit avoir hébergé deux personnes "qui venaient de Belgique" dans l'appartement de Saint-Denis, au nord de Paris, visé par l'assaut antiterroriste de ce matin, a été interpellé par les policiers, a constaté une journaliste de l'AFP. L'homme a témoigné devant les caméras.

"J'ai appris que c'était chez moi, que les individus sont retranchés chez moi. J'étais pas au courant que c'étaient des terroristes. On m'a demandé de rendre service j'ai rendu service. On m'a dit d'héberger deux personnes pendant 3 jours et j'ai rendu service normalement. Je ne sais pas d'où ils viennent. On est au courant de rien. Si je savais vous croyez que je les aurais hébergés?", a expliqué Jawad Ben Dow, un homme condamné à 8 ans de prison pour meurtre en 2008, selon BFMTV, avant d'être menotté et emmené par les policiers.


"Pour faire la prière"

Il a expliqué avoir mis à leur disposition l'appartement situé 8, rue du Corbillon. "Un ami m'a demandé d'héberger deux de ses potes pour quelques jours", détaille-t-il. "J'ai dit qu'il n'y avait pas de matelas, ils m'ont dit 'c'est pas grave', ils voulaient juste de l'eau et faire la prière. J'ai rappelé mon ami. Il m'a dit qu'ils venaient de Belgique", a-t-il poursuivi.

Un squat forcé par l'homme qui témoigne?

Une amie de cet homme qui dit avoir dormi dans l'appartement la semaine dernière a expliqué à l'AFP qu'il s'agissait d'un logement dont son ami a forcé la porte, "une sorte de squat". Selon elle, les deux visiteurs sont arrivés "il y a deux jours".

Bilan de l'assaut: deux morts et sept personnes interpellées

L'assaut contre un appartement de Saint-Denis, aux portes de Paris, dans le cadre de l'enquête sur les attentats de vendredi est terminé, mais les opérations de sécurisation se poursuivaient dans l'immeuble à la recherche d'éventuels autres suspects. Deux personnes retranchées dans cet appartement sont mortes, dont une femme kamikaze qui s'est fait exploser et un suspect dont l'identité reste à déterminer. Sept personnes ont aussi été interpellées: trois exfiltrées par la police de l'appartement visé, deux dans des appartements voisins, et deux autres à proximité, a-t-elle ajouté.

http://www.rtl.be/info/monde/france/les-terroristes-retrouves-chez-cet-homme-a-saint-denis-si-je-savais-vous-croyez-que-je-les-aurais-heberges--771813.aspx

1054
Les Anonymous publient des guides pour que vous les aidiez à traquer Daesh !

Les Anonymous sont décidément très actifs depuis les attentats survenus à Paris le 13 Novembre 2015. Le groupe d’hacktivistes assurait hier avoir supprimé 5500 comptes Twitter de terroristes de l’Etats Islamique. Aujourd’hui, il publie plusieurs guides pour que vous les aidiez à traquer Daesh.



Alors qu’ils annonçaient hier avoir réussi à supprimer 5500 comptes Twitter de terroristes de l’Etat Islamique, les Anonymous vous invitent à les aider à poursuivre leur traque contre Daesh. Conscient que tout le monde ne peut pas être un expert en informatique, le groupe hacktiviste a mis en ligne sur le site Pastebin plusieurs guides complets, le NoobGuide, le Reporter et le Searcher, pour participer à son niveau à l’opération baptisée #OpParis.

Tout le monde est le bienvenu, même ceux qui n’y connaissent rien au piratage. Car ce qui caractérise les Anonymous c’est que n’importe qui peut en être, le tout est qu’il contribue à sa façon au combat.

Le NoobGuide permet donc d’apprendre les bases du fonctionnement des Anonymous. Le deuxième guide, le Reporter, détaille la mise en place d’un robot qui va se charger de découvrir les comptes liés à Daesh sur Twitter. Enfin, le Searcher, a été créé par les Anonymous pour repérer les sites pro-Daesh sur le web.

En plus de tous ces moyens, les guides proposent également des méthodes pour effectuer des attaques DDoS contre les sites en question.


Votre contribution signifie beaucoup, et nous vous encourageons à participer à toutes les activités de l’Op si vous le pouvez. Plus on est de fous, plus on rit. – Anonymous –

Le seul problème, c’est que ces méthodes sont efficaces pour les sites pro-Daesh mais elles le sont également pour tous les autres sites de la Toile. Le risque est donc de voir se multiplier des opérations à l’encontre de sites et personnes innocentes par des utilisateurs malintentionnés.

•Lire également : Les Anonymous promettent une riposte massive contre Daesh
http://www.phonandroid.com/attentats-paris-anonymous-promettent-reaction-massive-contre-daesh-video.html

Si vous voulez rejoindre le combat des Anonymous, vous n’avez qu’à vous connecter sur Pastebin et taper le « OpParis Guide », vous trouverez le NoobGuide. La marche à suivre sera expliquée. Alors, comptez-vous rejoindre les rangs des Anonymous ?


En savoir plus : http://www.phonandroid.com/anonymous-publient-guide-pour-aider-traquer-daesh.html#ixzz3rr2qdEln
Follow us: @phonandroid on Twitter | phonandroid on Facebook

1055
Les supporters turcs sifflent la minute de silence, tout en criant "Allahu akbar" !



Depuis les attentats de vendredi dernier à Paris, de multiples hommages affluent du monde entier. Mais ce mardi soir, au Fatih Terim Stadium d'Istanbul (Başakşehir), les supporters locaux n'ont pas respecté la minute de silence qui précédait le match amical Turquie - Grèce.


En effet, une partie des supporters turcs a copieusement hué la minute de silence en hommage aux 132 victimes et aux quelques 350 blessés des attentats de Paris.

Pire même, pendant l'incident, des "Allahu Akbar" ("Dieu est le plus grand" en arabe) étaient clairement audibles dans l'assistance.

Et ce, en présence du premier ministre turc Ahmet Davutoglu et de son homologue grec Alexis Tsipras, présents dans le Fatih Terim Stadium d'Istanbul (Başakşehir).

Une attitude de très mauvais goût de la part des supporters d'une sélection de Turquie qui participera à l'Euro 2016, l'été prochain en France.



https://www.walfoot.be/fra/news/lis/2015-11-17/les-supporters-turcs-sifflent-la-minute-de-silence-tout-en-criant-allahu-akbar-

1056


Si le match amical entre l’Allemagne et les Pays-Bas a été officiellement annulé mardi soir pour "des raisons de sécurité", à une heure et demie du coup d'envoi, ce n’est peut-être pas seulement en raison d’un colis suspect trouvé dans l’enceinte de la HDI Arena.

Selon la télévision allemande, une ambulance bourrée d’explosifs aurait été découverte devant le stade de Hanovre, qui a été évacué par les forces de l'ordre. Le chef de la police locale a également affirmé qu'une "sérieuse menace" d'explosion planait sur les lieux.

http://www.sports.fr/football/divers/articles/une-ambulance-bourree-d-explosifs-trouvee-devant-la-hdi-arena-1382856/

1057
Allemagne-Pays-Bas: le stade évacué, une ambulance bourrée d'explosifs aurait été retrouvée

Football 
Quatre jours après les attentats de Paris, le match amical de football opposant l'Allemagne aux Pays-Bas à Hanovre a été annulé mardi soir pour "raisons de sécurité", a annoncé la police à l'AFP sans plus de précisions. Selon un confère de RTL France présent à Hanovre, une ambulance remplie d'explosifs aurait été trouvée aux abords du stade.



Les spectateurs présents dans le stade, qui s'apprêtaient à rendre hommage aux victimes des attaques de vendredi en présence de la chancelière Angela Merkel et de ses principaux ministres, quittaient massivement l'enceinte en début de soirée, dans le calme, a constaté un journaliste de l'AFP.

Un peu plus tôt, la police avait brièvement bouclé une zone située à l'extérieur du stade en raison de la découverte d'un colis suspect, avant de décréter la fin de l'alerte. Présents en nombre, les policiers ont indiqué n'avoir "aucune information" sur les raisons précises de l'annulation de la rencontre.

Prévu à partir de 20H45 (19H45 GMT), ce match amical avait pris une dimension essentiellement symbolique, loin de tout enjeu sportif, après la série d'attaques qui ont fait au moins 129 morts à Paris et à proximité du stade de France en plein match France-Allemagne, vendredi soir.

Les Allemands, très éprouvés après avoir passé la nuit de vendredi à samedi enfermés dans le stade, avaient finalement maintenu la rencontre face aux Pays-Bas, mais six de leurs cadres dont le capitaine Bastian Schweinsteiger avaient été ménagés.

Le sélectionneur de la Mannschaft Joachim Löw avait refusé dès lundi de répondre à la moindre question sportive, présentant le match comme un "symbole de liberté, de démocratie et de solidarité avec nos amis français".

Angela Merkel ainsi que plusieurs membres du gouvernement avaient annoncé leur présence à Hanovre. "Notre message est clair: nous ne nous laisserons pas enlever notre façon de vivre. Nous ne devons pas accorder aux terroristes la victoire que constituerait l'annulation du match", avait déclaré lundi le ministre de la Justice Heiko Maas.



http://www.dhnet.be/sports/football/allemagne-pays-bas-le-stade-evacue-une-ambulance-bourree-d-explosifs-aurait-ete-retrouvee-564b71aa3570bccfaf1bfd56

http://www.ayoye.com/best-of/breaking-news-une-ambulance-remplie-d-explosifs-trouvee-pres-d-un-stade-en-allemagne/

1058
Les attentats de Paris ont définitivement tué la vie privée sur Internet



François Hollande annonce l’application de l’état d’urgence aux évolutions technologiques. Il annonce plusieurs adaptations de la nouvelle loi sur le renseignement et s’attaque aux outils de chiffrement. Autant de mesures qui portent un coup fatal aux libertés fondamentales. Analyse

Malgré leurs moyens, les services de renseignement français ont-ils failli à prévenir les attentats de Paris? L’État islamique a-t-il utilisé des techniques de chiffrement pour la préparation des attaques? Trois jours après les événements, la classe politique française s’interroge sans apporter de réponses claires. Une certitude pourtant: outre les 129 victimes, les sept kamikazes impliqués pour l’heure ont définitivement tué la vie privée sur Internet.

La tentation d’un Patriot Act à la française

Au lendemain des attentats, plusieurs voix au sein du renseignement français s’élevaient déjà pour doter la République d’un Patriot Act à la française. Soit une loi de lutte contre le terrorisme calquée sur le modèle américain après les attaques de 2001 contre le World Trade Center et le Pentagone. François Hollande et le premier ministre Manuel Valls avaient rejeté cette option à l’issue du Conseil des ministres exceptionnel qui s’est tenu samedi 14 novembre. Le message a radicalement changé depuis.

Appliquer l’état d’urgence aux technologies

Lors de son discours au Congrès de Versailles, lundi 16 novembre, François Hollande a annoncé l’extension pressentie de l’état d’urgence de 12 jours à trois mois. La nouveauté se niche dans la volonté du président français d’appliquer ce dispositif administratif aux adaptations technologiques et aux menaces, car «la loi du 3 avril 1955 ne pouvait pas être conforme à l’état des technologies et des menaces que nous rencontrons». Un projet de loi sera présenté au Conseil des ministres.

Concrètement, en quoi consisteraient ces nouvelles dispositions appliquées à Internet? Si les scénarios sont multiples, ils s’achemineraient tous vers un allégement de l’encadrement prévu dans la mise en œuvre des outils de surveillance et d’interception des communications prévus par la récente loi française sur le renseignement. Pour rappel, cette dernière valide le principe de la surveillance massive des communications électroniques avec l’assistance des opérateurs de téléphonie et des fournisseurs d’accès Internet.


Une loi sur le renseignement déjà obsolète?

Après son adoption par le parlement le 24 juin 2015, la loi subit donc déjà des modifications. Lesquelles? François Hollande n’a pas détaillé, mais nous savons déjà que ces ajustements toucheront deux volets du texte adopté l’été dernier. D’abord les dispositions de la loi sur le renseignement. Il s’agirait d’alléger les procédures imposées aux services qui souhaiteraient utiliser des moyens de surveillance. En d’autres termes, l’avis de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement ne serait plus obligatoire.

Le deuxième volet de modifications toucherait les moyens mis en œuvre par la loi sur le renseignement. Ceux-ci seraient intégralement mis à la disposition du pouvoir judiciaire. Mais de quels moyens parle-t-on? Les «boîtes noires» tout d’abord, capables de surveiller l’ensemble du trafic pour y détecter, grâce aux algorithmes, des «signaux faibles» de «menaces terroristes». Mais aussi l’accès direct aux données de connexion internet et la réquisition des données privées stockées sur les serveurs de Cloud comme les fichiers, les courriers électroniques et les listes de contacts.

Comme le soulignent les sites NextInpact et Numerama, ces mesures seraient disponibles de manière préventive pour l’anticipation des menaces, et curative pour les magistrats dans le traitement d’affaires a posteriori. François Hollande précise que l’échelle des peines de certaines infractions sera «significativement alourdie». Le versant budgétaire de cette réforme sera inscrit dans la loi de finances pour 2016.

«On ne vote pas une loi dans l’urgence»

Rappelons que le 23 mars dernier, deux mois après les attaques contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, le premier ministre Manuel Valls avait alloué en urgence une enveloppe de 300 millions d’euros pour 2015 aux Ministères de l’Intérieur et de la Justice pour l’achat, entre autre, de «munitions, de véhicules et de matériel de protections.»

Sur les ondes de France Inter, mardi 17 novembre, le père de la loi sur le renseignement Jean-Jacques Urvoas, s’est refusé de tirer des conclusions hâtives sur l’efficience de la loi. «Nous avons construit un état de droit en renforçant le renseignement parce qu’il y avait des moyens dont ils ne disposaient pas.» Le député et président de la commission des lois ajoute: «La précipitation est mauvaise conseillère. Vous ne votez pas la loi dans l’urgence. La loi elle se mûrit, elle se réfléchit, elle s’adapte. Si elle n’est pas encore appliquée, c’est parce que des décrets n’ont pas encore été écrit à bon droit […].»

Haro sur le chiffrement

Pour l’heure il ne s’agit que d’un cadre général, mais ces propositions de modifications portent un coup fatal aux libertés fondamentales sur Internet et à leurs défenseurs qui s’étaient mobilisés dans le sillage des révélations d’Edward Snowden sur les méthodes de surveillance de la NSA. Depuis le 13 novembre 2015, leurs revendications semblent bien vaines face à des États qui pactisent, sans rougir, autour de la surveillance totale. Dans l’ère post-attentats de Paris, la lutte contre l’État islamique passe aussi par une guerre contre les technologies de chiffrement et leur démocratisation.


Le débat est ravivé depuis que l’administration Obama suspecte les djihadistes de Paris d’avoir préparé les attentats par le biais de communications chiffrées. Ces doutes émanent de John Brennan, directeur de la CIA, mais aussi des responsables de la police fédérale (FBI). Dans le New York Times, ils soulignent que certaines technologies compliquent le travail des services de renseignement dans leur accès aux éléments nécessaires dans la prévention d’éventuelles attaques. Barack Obama a d’ailleurs convié la France dans le club très select du renseignement des «Five Eyes» (Australie, Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Canada, Royaume-Uni).

Un coup sévère aux libertés fondamentales

Les révélations d’Edward Snowden ont permis l’émergence et la démocratisation de plusieurs outils et d’applications de chiffrement pour les messages SMS et les communications téléphoniques. On citera Signal, Telegram, Wickr, TrueCrypt, ProtonMail, Threema. Les commanditaires de ce qui pourrait être un attentat contre l’avion de la compagnie russe MetroJet, il y a peu, auraient utilisé Telegram. Mais concrètement, nous n’en avons pas la preuve. Tout comme il n’est pas établi que les kamikazes de Paris ont utilisé le service chat de Playstation 4.


Pour les défenseurs des libertés sur Internet, ces attaques contre la vie privée, ne servent qu’à justifier des méthodes de surveillance controversées. Ils continuent de souligner que permettre aux autorités de disposer d’un accès spécial dans les communications chiffrées ne ferait que réduire la sécurité en ligne de manière générale. Cela signifierait également, selon eux, que les journalistes ou personnes vivant sous des régimes autoritaires perdraient un moyen de pouvoir communiquer librement.

Les grands acteurs de la Silicon Valley que sont les GAFA (Google Amazon, Facebook, Apple) rejetaient jusque-là les demandes d’accès aux données chiffrées dans le cadre d’enquêtes importantes. Mais la donne pourrait changer s’il est avéré que les terroristes conversent par le biais de ces outils. Il y a de multiples raisons de se souvenir du 13 novembre 2015. Les kamikazes n’ont pas seulement massacré 129 personnes, ils ont enterré notre vie privée.

http://www.letemps.ch/monde/2015/11/17/attentats-paris-ont-definitivement-tue-vie-privee-internet

1059
Radicalisme: un imam sous procédure d'expulsion toujours en Belgique

video : http://www.rtbf.be/video/detail_imam-le-bourgmestre-de-dison-se-pose-des-questions?id=2041885

En juillet 2015, un arrêté d'expulsion est décerné à l'encontre de Shayh Alami, un imam considéré comme un prêcheur radical. Pourtant, quatre mois plus tard, l'homme se trouve toujours sur le territoire de la commune de Dison, en région liégeoise.

En fait, via son conseil, l'homme a fait appel de la décision d’expulsion : "Mon client est un citoyen de l'Union européenne. Il a le droit de séjour en Belgique. Nous avons introduit un recours et ce recours suspend l'expulsion tant qu'un juge n'a pas pris de décision sur la légalité de la procédure", explique Julien Hardy.

Pourtant, du côté de la commune on s'interroge. L'imam a été radié des registres communaux. Le bourgmestre de Dison pointe du doigt le secrétaire d’État à l'Asile et aux Migrations, Theo Francken. "C'est pire que de la lenteur. C'est de l'indécision et de l'amateurisme", dénonce Yvan Ylieff.

Alors y a t-il réellement du laisser aller dans ce dossier ? En tout cas, l'imam n'a toujours pas été entendu par la justice.

http://www.rtbf.be/info/regions/detail_radicalisme-un-imam-sous-procedure-d-expulsion-vit-toujours-en-belgique?id=9139081

1060
Mohamed demande à son frère Salah Abdeslam de se rendre



Mohammed Abdeslam, le frère de Salah, s’est confié à nos confrères de BFM TV à propos de la traque de son frère et a lancé un appel pour qu'il se rende.

Alors que la traque de Salah Abdeslam, suspect numéro 1 toujours en fuite des attentats de Paris, se poursuit. Son frère Mohamed, qui a été placé en garde à vue et entendu par la police ce week-end, a répondu aux questions de nos confrères de BFM TV.


"Nous sommes une famille, nous pensons à lui. Nous lui demandons où est-ce qu’il se trouve"

Le jeune homme a dit ne pas savoir où se trouve son frère et lui conseille de se rendre. "Évidemment que je lui conseille de se rendre à la police. Nous sommes une famille, nous pensons à lui. Nous lui demandons où est-ce qu’il se trouve. A-t-il peur ? S’alimente-t-il ? Le mieux effectivement ce serait de se rendre afin que la justice puisse faire toute la lumière sur cette histoire, puisque, je vous le rappelle, Salah n’a toujours pas été entendu par la police et qu’il est donc toujours présumé innocent", a-t-il déclaré.


"Salah priait, il ne buvait pas, il se rendait de temps en temps à la mosquée"

Dans l’entretien, Mohamed s’est décrit comme un musulman non pratiquant contrairement à ses deux frères, Salah et Brahim. "Salah priait, il ne buvait pas, il se rendait de temps en temps à la mosquée. Il s’habillait vraiment normalement (…) , pas de tenue qui pourrait laisser penser que c’est un radicaliste", a-t-il ajouté.

http://www.rtl.be/info/monde/france/mohamed-le-frere-de-salah-abdeslam-lui-demande-de-se-rendre-nous-lui-demandons-ou-est-ce-qu-il-se-trouve--771653.aspx

1061
VIDEO. Attentats de Paris : la minute de silence huée à la prison de Fresnes

Une vidéo diffusée sur YouTube montre que la minute de silence a été conspuée à la maison d'arrêt de Fresnes (Val-de-Marne).
Des incidents confirmés par un surveillant pénitentiaire de la prison.



La minute de silence après les attentats de Paris a été huée, conspuée, à la maison d'arrêt de Fresnes (Val-de-Marne), lundi 16 novembre. Une vidéo (non authentifiée) de la scène a été diffusée sur YouTube : elle est intitulée "La minute de silence pour les attentats à la prison de Fresnes". Repérée par L'Express, la vidéo montre ce qui ressemble à la cour de sport de la maison d'arrêt et on peut y entendre des cris, des sifflets et des manifestations de joie.

"Rien ne prouve que la scène se soit bien déroulée pendant la minute de silence et donc que les détenus ne respectaient pas l'hommage aux victimes", écrit L'Express sur son site internet. Mais l'hebdomadaire a contacté Yoan Karar, surveillant pénitentiaire et délégué syndical FO à la prison de Fresnes, qui a confirmé les faits. La minute de silence "a bien été huée", dit-il.

"Là, c'est plus compliqué à gérer"

Présent lundi midi, Yoan Karar explique que ses collègues et lui "n'étaient pas vraiment étonnés" par les sifflets car "c'était déjà la même chose lors de la minute de silence pour Charlie Hebdo", après les attentats de janvier. Il ajoute : "Par contre, je ne pourrais pas vous dire si le vacarme venait du côté des détenus radicalisés ou des conventionnels."

Toutefois, le délégué syndical s'inquiète de la radicalisation des détenus à la prison de Fresnes. Selon lui, elle "augmente avec le temps". "Il y a toujours eu des mouvances dans les prisons. Mais là, c'est plus compliqué à gérer", explique Yoan Karar, citant par exemple "de plus en plus" d'appels à la prière.

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/video-attentats-de-paris-la-minute-de-silence-huee-a-la-prison-de-fresnes_1179923.html

1062
Schaerbeek: des élèves refusent d'observer la minute de silence en hommage aux victimes de Paris



Six élèves d'une école de Schaerbeek ont refusé lundi, d'observer une minute de silence en hommage aux victimes des attentats de Paris.
Ce sont quatre filles et deux garçons âgés d'une quinzaine d'année en troisième secondaire, section professionnelle.

Ils ont préféré quitter la classe que se recueillir. La direction et la commune prennent l'affaire au sérieux.
L'établissement a immédiatement convoqué les parents et en a informé les autorités communales, comme il avait été demandé à chaque école Schaerbeekoise.

Des sanctions ont d’ores et déjà été prises, comme l’explique Michel De herde, échevin de l'instruction publique : " Une retenue, il va y avoir aussi une action pédagogique pour bien leur expliquer ce qui se passe. On va les sommer de s’expliquer et en fonction des explications données il y aura éventuellement une deuxième sanction plus dure qui pourrait être prise.
Et bien entendu, comme le veulent les procédures, la fonctionnaire en charge de la radicalisation a été prévenue, celle-ci s’est mise en rapport avec la zone de police et il y aura aussi probablement une intervention de ces spécialistes lors de la retenue à contenu pédagogique . "

D'après les premiers éléments d'information dont dispose l'école, on ne serait pas ici dans le cas d'une situation vraiment préoccupante.
Selon  le directeur chargé de la discipline Il s’agirait plutôt d’une " bêtise, une connerie " mais la direction a l’intention de vérifier les faits avec attention et, vu les circonstances actuelles, " de ne plus laisser passer aucun comportement inapproprié. "

Aucun autre incident n'a été déploré à Schaerbeek. Le moment de recueillement a d'ailleurs été plus respecté que celui qui avait suivi l'attaque de Charlie hebdo.

http://www.rtbf.be/info/regions/bruxelles/detail_a-schaerbeek-des-eleves-ont-refuse-lundi-d-observer-la-minute-de-silence-en-hommage-aux-victimes-des-attentats-de-paris?id=9139326

1063
Nucléaire: l'AFCN autorise le redémarrage des réacteurs de Doel 3 et de Tihange 2



L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a autorisé mardi Electrabel à procéder au redémarrage des réacteurs de Doel 3 et Tihange 2. Les deux réacteurs étaient à l'arrêt en raison d'incertitudes quant à leur sûreté étant donné la présence de microfissures dans les cuves en acier.

"Electrabel a pu démontrer de manière convaincante que les microbulles d'hydrogène présentes dans les parois des cuves n'avaient pas d'impact inacceptable sur la sûreté des réacteurs", explique l'AFCN.

Electrabel peut dès lors exploiter ces deux réacteurs jusqu'à leur arrêt définitif, fixé par la loi au 1er octobre 2022 pour Doel 3 et au 1er février 2023 pour Tihange 2. On ignore encore cependant à quel moment précis ce redémarrage aura lieu. Le fournisseur d'électricité confie que quatre semaines devraient être nécessaires pour procéder à cette opération.

Des fissures depuis 2012

Des fissures avaient été découvertes sur les cuves des deux réacteurs à l'été 2012, lors d'un arrêt planifié pour leur maintenance. Une enquête approfondie avait alors permis de déterminer qu'il s'agissait d'un "problème de cloquage dû à l'hydrogène survenu lors du forgeage de l'acier des anneaux composant la cuve". Elle sont donc présentes depuis la construction de la centrale, glisse-t-on du côté d'Electrabel.

"De petites bulles se sont formées dans l'acier et ont été aplaties, laissant apparaître des microbulles, d'une longueur de 12 à 16 mm et d'une épaisseur de l'ordre de celle du papier à cigarette, qui présentent une orientation laminaire, ce qui signifie qu'elles sont parallèles à la courbure de la paroi de la cuve et qu'elles ne la 'traversent' pas", détaille Jan Bens, le directeur général de l'Agence.

Après un premier redémarrage en mai 2013, les réacteurs de Doel 3 et Tihange 2 avaient à nouveau été mis à l'arrêt par sécurité le 25 mars 2014 en raison de résultats inattendus à un des tests complémentaires imposés à Electrabel dans le cadre du premier redémarrage, à savoir un test de fragilisation après irradiation mené sur des échantillons de matériau contenant des microbulles d'hydrogène.

Electrabel lancera rapidement les opérations de redémarrage

L'AFCN a alors, et comme lors du premier arrêt, soumis les dossiers de justification d'Electrabel (qui lui ont été remis le 17 juillet 2015) pour chaque réacteur à de nombreux experts nationaux et internationaux, dont le laboratoire américain Oak Ridge National Laboratory. Elle a ensuite centralisé et analysé les rapports et avis des diverses équipes d'experts pour consolider ses propres conclusions, "qui s'appuient sur de nombreuses inspections, des dizaines de milliers d'heures de travail et plus de 1500 tests sur matériaux", selon Electrabel.

Pour l'Agence, les résultats inattendus des tests de mars 2014 s'expliquent "probablement" par les propriétés spécifiques du matériau de l'échantillon utilisé, qui provenait d'un générateur de vapeur français destiné à une centrale nucléaire mais qui avait été refusé en raison de la présence de telles microbulles. "Les tests réalisés sur les échantillons de matériau présentant des microbulles d'hydrogène et sur le matériau des cuves-mêmes ont révélé qu'une irradiation prolongée n'avait pas d'impact anormal sur les propriétés mécaniques des cuves de Doel 3 et Tihange 2."

L'organe tient à souligner que tant les dossiers de justification d'Electrabel que sa propre décision finale reposent sur les résultats d'études scientifiques approfondies. "Grâce à ces études, nous savons désormais avec certitude que toutes les microbulles d'hydrogène présentes dans les cuves de Doel 3 et Tihange 2 ont été correctement détectées et dimensionnées et que leur présence n'a pas d'impact négatif sur la sûreté des deux réacteurs", affirme l'AFCN, qui suivra de près le redémarrage et l'exploitation future des deux réacteurs. "L'intégrité structurelle de la cuve est garantie en toutes circonstances, en fonctionnement normal ou en cas d'accident", renchérit Electrabel.

A la suite de cette décision, Electrabel annonce qu'elle lancera "directement" les opérations de redémarrage des deux unités, qui prendront environ quatre semaines. Le fournisseur précise en outre que les deux cuves "seront soumises lors du prochain arrêt pour rechargement à une nouvelle inspection par ultrason selon la méthode d'inspection qualifiée".

video : http://www.rtbf.be/video/detail_l-agence-federale-de-controle-nucleaire-et-l-avenir-de-doel?id=2060164

http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_nucleaire-les-centrales-de-doel-3-et-tihange-2-vont-redemarrer?id=9138824

1064
«Il faut les buter jusque dans les chiottes», la célèbre phrase de Poutine revient, 16 ans après



Suite aux attentats commis le 13 novembre soir à Paris qui ont fait au moins 129 morts, Twitter s’est empli de messages mentionnant la déclaration choc de Vladimir Poutine qui est devenu le symbole de la lutte contre le terrorisme en Russie.



«Nous poursuivrons les terroristes partout […]. Si on les prend dans les toilettes, eh bien, excusez-moi, on les butera dans les chiottes», avait promis Vladimir Poutine, qui occupait le poste de Premier Ministre de Boris Elstine à ce moment-là, lors d’une conférence de presse d’Astana.



Cette phrase datée de septembre 1999, a été prononcée après le déclenchement de la seconde guerre de Tchétchénie. La guerre a débuté le 7 août par l’intervention de l’armée russe au Daguestan pour déloger un groupe extrémiste tchétchène. Ce à quoi il y a eu une réponse, des attentats attribués aux indépendantistes tchétchènes s’étalant à Moscou d’août à septembre, faisant au total 214 morts.



https://francais.rt.com/france/10589-poutine-buter-terroristes-twitter

1065
La CIA utilise les attentats de Paris pour légitimer la surveillance de masse


John Brennan n'a pas attendu pour récupérer le drame parisien pour servir l'agenda sécuritaire de son agence : d'après lui, la CIA n'a plus assez de moyen pour surveiller les terroristes.

Si, en France, François Hollande s’est montré aussi ferme qu’inquiétant hier dans son discours sur le renforcement des politiques de sécurité, numérique comprise, les attentats de Paris commencent déjà à être utilisés outre-Atlantique pour justifier la surveillance.  C’est John Brennan, le directeur de la CIA, qui a déjà récupéré l’affaire hier en s’adressant au Center for Strategic & International Studies : « Ces dernières années, à cause de divulgations non autorisées et d’interminables demandes de mea culpa sur le rôle du gouvernement dans sa manière de traquer des terroristes, il y a eu des amendements aux lois et des actions qui ont été décidées qui ont rendu la tâche de débusquer les terroristes bien plus ardue pour nous. », a-t-il déclaré.




Brennan a poursuivi en espérant que les attentats parisiens se traduisent par un éveil et tout particulièrement dans les régions d’Europe où « le renseignement, l’espionnage et les services de sécurité sont très mal compris ». Pour la presse américaine, qui a relayé ces informations, il s’agit encore et toujours des mêmes mensonges : « vous les entendrez répéter que la surveillance massive a permis de déjouer de mystérieuses menaces mais qu’elle n’est pas suffisante en l’état actuel parce qu’elle est constamment menacée par les défenseurs de la vie privée. », peut-on lire sur The Verge.

Un mensonge ? Oui, ou plutôt une tentative de communication qui oublie volontairement le principal : le gouvernement américain n’a pas modifié ses programmes de surveillance après Snowden et toutes les opérations de la NSA qui étaient pointées du doigt par les fichiers dévoilés au public n’ont pas été stoppées, comme le rappelle justement la journaliste Marcy Wheeler, spécialisée dans les questions de sécurité et de droit civil. Il s’agit donc une manière pour le directeur de la CIA de légitimer un durcissement américain de la surveillance sous prétexte qu’elle aurait été diminuée et qu’elle serait efficace, deux arguments démontés quelques heures à peine après son intervention.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/politique/131063-le-directeur-de-la-cia-utilise-les-attentats-de-paris-pour-legitimer-la-surveillance-de-masse.html#6tC2zHje6KUmDplC.99