Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

1276
L’UE impose l’étiquetage des produits importés des colonies israéliennes, Netanyahu enrage



Un pas en avant vient d’être fait en matière de dénonciation de l’exploitation des terres colonisées israéliennes puisque l’Union européenne impose aux 28 l’étiquetage des produits importés des territoires occupés.

Cette décision n’a évidemment pas été du goût du gouvernement Netanyahu qui a immédiatement convoqué les représentants de l’UE pour leur faire part de sa désapprobation.

Devant le mépris d’Israël de la condition des palestiniens et du droit international, les organisations mondiales sont bien obligées de concéder certaines mesures.

http://www.islametinfo.fr/2015/11/11/lue-impose-letiquetage-des-produits-importes-des-colonies-israeliennes-netanyahu-enrage/

1277
Santé / Qui sème les pesticides récolte le cancer
« le: 11 novembre 2015 à 20:40:23 »
Qui sème les pesticides récolte le cancer

Depuis 50 ans, les agriculteurs poussés vers une agriculture intensive ont largement utilisé les produits phytosanitaires dont on leur disait qu’ils étaient sans danger.
Bilan : c’est l’hécatombe, des cas de cancers sont très nombreux, bien plus que pour le reste de la population.
Ce scandale sanitaire devra tôt ou tard être considéré par la société, qui encore aujourd’hui, peine à regarder en face la triste réalité des agriculteurs sacrifiés.



Qui sème les pesticides récolte le cancer

 

 
Un film percutant d’Eric Guéret  » La mort est dans le pré  » est venu dénoncer en 2012 ce qui ressemble bien à un scandale sanitaire sans précédent. Aujourd’hui encore pourtant, c’est l’omerta sur le sujet. Personne ne parle de ces milliers d’agriculteurs morts prématurément, ou de ceux qui vivent avec de graves séquelles neurologiques irréversibles. Ils ont été véritablement sacrifiés pour nourrir la France et l’Europe. L’une comme l’autre leur tourne le dos.

Ce drame, c’est celui vécu par les agriculteurs ou proches d’agriculteurs qui ont été au contact quotidien des pesticides, et qui contractent cancers, maladies neurologiques et autres affections susceptibles d’être fatales. Le réalisateur Eric Guéret est allé à la rencontre de ces gens qui, dans la peine ou la maladie, se battent pour la justice et pour une agriculture plus respectueuse des hommes et de la terre :
•Caroline Chenet, éleveuse de 45 ans dont le mari a succombé à un lymphome
•Frédéric Ferrand, viticulteur de 41 ans victime d’un cancer de la vessie et de la prostate
•Paul François, contaminé par le « Lasso » de Monsanto et qui mène un combat juridique du pot de terre contre le pot de terre face à la multinationale
•Denis Camuzet, éleveur du Jura qui, bien que paraplégique, voit son avenir dans la conversion en bio de son exploitation.

Comment en est-on arrivé là ?

Chacun témoigne à la fois du manque total d’information des fournisseurs de produits, qui s’abstiennent bien d’alerter sur leur dangerosité, de l’inconscience durable des agriculteurs comme dans cette scène où les parents de Frédéric, également vignerons, parlent de l’aspersion des produits alors qu’ils étaient encore dans les vignes :

ça faisait l’effet d’une douche fraîche en plein été

Et puis il y a dans toutes les bouches la reconnaissance de ce foutu sens du silence qui règne chez les paysans. Le paysan est solidaire de son voisin pour les travaux, mais n’évoque jamais ni les problèmes d’argent, ni les problèmes personnels, ni même ceux de santé, fierté oblige. Et dénoncer les pesticides est souvent perçu comme une forme de trahison face à quelque chose qui a permis à chacun d’augmenter ses rendements et de mieux vivre matériellement.

Triste résultat d’une duperie criminelle

Mais voilà, la maladie est là et avec elle la prise de conscience d’une énorme duperie criminelle. La prise de conscience est telle que certains avouent ne plus donner à leur famille la production de leur récolte, se limitant à ce qui sort du potager privé cultivé en bio.



Désormais ces paysans ne se taisent plus et mènent un combat parfois désespéré : combat auprès de la Mutuelle Sociale Agricole pour faire reconnaître son cancer comme maladie professionnelle, combat contre les scientifiques à la solde de l’industrie, combat pour changer de pratiques, un défi pour ceux que l’agro-industrie a coupés de tous leurs savoirs traditionnels.

Trois ans après sa réalisation du film La mort est dans le pré continue d’être un espoir dans la lutte qui oppose les malades aux industries de la mort. En dix ans, seule une cinquantaine de personnes a été reconnue au titre de la maladie professionnelle. Combien en sont morts depuis ?

http://www.mieux-vivre-autrement.com/pesticides-cancer.html

1278
Un journal suédois accuse l'armée israélienne de trafic d'organes de Palestiniens



Le chef du gouvernement israélien, Benyamin Nétanyahou, a mis à profit la réunion du conseil des ministres, dimanche 23 août, pour exiger des autorités suédoises qu'elles condamnent l'article publié le 17 août par le quotidien tabloïd Aftonbladet, affirmant que l'armée israélienne a couvert un trafic d'organes humains prélevés sur le corps de Palestiniens.

Le journal précisait que la découverte de ce trafic (qui remonterait à 1992) serait liée à l'arrestation récente, à New York, de plusieurs juifs membres d'une organisation mafieuse, coupables, notamment, de trafic d'organes humains.

L'affaire a fait grand bruit en Israël, à la fois parce que les relations israélo-suédoises sont difficiles - Stockholm est accusé de prendre systématiquement parti pour les Palestiniens - et parce que ce type d'accusation est vite assimilé à de l'antisémitisme.

Toujours aussi peu diplomate, le ministre israélien des affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a estimé que le refus d'intervenir du gouvernement suédois - au nom de la liberté de la presse - rappelait "la non-intervention de la Suède pendant la seconde guerre mondiale". Sous-entendu son silence concernant l'Holocauste.

Le ministre des finances, Youval Steinitz, a enfoncé le clou : "Au Moyen Age, on répandait des diffamations accusant les juifs de préparer le pain azyme de Pâque avec du sang d'enfants chrétiens, et aujourd'hui, ce sont les soldats de Tsahal (l'armée israélienne) qui sont accusés de tuer des Palestiniens pour prélever leurs organes."

L'ambassadrice de Suède en Israël, Elisabeth Bonnier, a choisi de s'excuser, qualifiant de "scandaleux" l'article du Aftonbladet. Mal lui en a pris. La presse suédoise a vitupéré contre une ingérence inadmissible, une atteinte à la liberté de la presse, et le ministère suédois des affaires étrangères, Carl Bildt, lui donnant raison, a annulé les excuses de sa diplomate à Tel-Aviv.

Les critiques israéliennes s'accentuant, M. Bildt a écrit sur son blog que de tels articles nourrissaient l'antisémitisme et pouvaient conduire à des crimes. Le commentaire a été jugé très insuffisant en Israël, d'autant qu'entre-temps une agence de presse palestinienne a confirmé les accusations d'Aftonbladet, mais sans apporter le moindre début de preuve.

L'affaire, vu son peu de consistance journalistique, aurait dû vite retomber, mais M. Nétanyahou ne l'entend pas ainsi : "Nous ne demandons pas des excuses du gouvernement suédois, nous voulons de sa part une condamnation (de l'article) ", a insisté le premier ministre. "Celui qui ne condamne pas cet article antisémite n'est pas forcément le bienvenu en Israël", a averti M. Steinitz. Carl Bildt est attendu pour une visite officielle en Israël, le 10 septembre.

Laurent Zecchini - Jérusalem, correspondant

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2009/08/24/un-journal-suedois-accuse-l-armee-israelienne-de-trafic-d-organes-de-palestiniens_1231333_3218.html#Mj1f7PUlWuPS4Khs.99

1279
Le militantisme contre Israël criminalisé au pays de Charlie Hebdo et de la « liberté d’expression », par Glenn Greenwald

Source : Traduit par Boycott Désinvestissement Sanctions, écrit par Glenn Greenwald, pour The Intercept, le 27 octobre.

La marche post-Charlie Hebdo pour la « liberté d’expression » de Paris était une escroquerie, pour de multiples raisons, ainsi que je l’ai écrit à ce moment-là. Elle fut conduite par des dizaines de dirigeants du monde, dont bon nombre emprisonnent, voire tuent, des gens pour avoir exprimé des opinions interdites. Cette marche a été saluée par beaucoup d’Occidentaux qui feignent d’être bouleversés uniquement lorsque des atteintes à la liberté d’expression sont le fait de Musulmans, mais non – ce qui est bien plus fréquent – de leurs propres gouvernements contre les Musulmans.

Le pire est que la marche s’est déroulée dans un pays qui est l’un des pays occidentaux les plus hostiles à la liberté d’expression, comme la France l’a démontré dans les jours qui ont suivi la marche, en arrêtant et en poursuivant en justice des Musulmans et d’autres militants contre Israël, pour leurs opinions politiques. Un livre remarquable, un best-seller du philosophe français Emmanuel Todd, sorti cette année, avance que cette marche « pour la liberté d’expression » a été un simulacre inspiré par des sentiments politiques divers – xénophobie, nationalisme et préjugés antimusulmans – qui n’avait rien à voir avec la liberté d’expression.

L’absurdité de l’autocélébration française de la liberté d’expression a été sous le feu de l’actualité avec une décision, cette semaine, de la cour de cassation de cette nation, qui est une attaque directe au droit d’expression libre. La cour de cassation a confirmé la condamnation pénale de 12 militants politiques pour le « délit » consistant à réclamer des sanctions et le boycott contre Israël comme moyen de mettre fin à des décennies d’occupation militaire de la Palestine. Qu’ont fait ces délinquants français ? Ceci :

Ils sont arrivés au supermarché en tee-shirts portant « Palestine vivra, boycott Israël ». Ils ont aussi distribué des tracts expliquant que « acheter des produits israéliens équivaut à légitimer les crimes à Gaza ».



Un Égyptien porte le logo de BDS (Boycott Désinvestissement Sanction), une campagne lancée par des militants palestiniens pour boycotter Israël et les produits israéliens, 20/04/15. Photo: Amr Nabil/AP

En France — autoproclamée Terre de la Liberté – faire cela fait de vous un criminel. Ainsi que l’a rapporté The Forward, le tribunal a cité la loi de la République Française sur la liberté de la presse, qui prescrit une peine de prison ou une amende qui peut aller jusqu’à 45 000 € pour « provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers une personne ou un groupe à raison de l’origine, l’appartenance ou la non-appartenance à un groupe ethnique, une nation, une race ou une religion déterminée ». BDS étant discriminatoire « par nature », selon le tribunal, c’est un délit de s’y référer.

Le jugement du tribunal français s’inscrit dans une tendance d’échelle mondiale. Tandis que de plus en plus de gens de par le monde reconnaissent la nature criminelle et brutale du gouvernement israélien, ses soutiens ont, de façon croissante, littéralement essayé de criminaliser le militantisme contre l’occupation israélienne. Pour cette raison, les militants « pro-Israël » ont fêté cette semaine cette attaque française contre les droits élémentaires à la liberté d’expression.

Pascal Markowicz, avocat principal du CRIF, l’organisation qui coiffe les communautés juives de France, a publié ce décret de célébration (c’est lui qui souligne) : « BDS est ILLÉGAL en France ». Les déclarations invoquant le boycott ou les sanctions », a-t-il ajouté, « sont complètement illégales. S’ils [les militants BDS] disent que leur liberté d’expression a été violée, désormais, la plus haute instance juridique de France en a décidé autrement ».

Joël Rubinfeld, coprésident du Parlement Juif Européen et Président de la Ligue Belge contre l’Antisémitisme, a déclaré à Haaretz en février dernier qu’il voulait que d’autres pays suivent le modèle français de criminalisation du militantisme contre l’occupation israélienne. Après qu’un tribunal de niveau inférieur ait condamné les militants BDS, Rubinfeld s’est écrié : « le gouvernement français et la détermination judiciaire dans le combat contre la discrimination, la loi Lellouche en particulier, sont des exemples pour la Belgique et d’autres pays où le BDS discriminatoire existe ».

Ainsi qu’Haaretz l’a développé dans son article de février, la « loi Lellouche » brandie par Rubinfeld est « ainsi nommée d’après le député juif [de France] qui l’a soumise en 2003 » et « la loi est un des outils législatifs les plus puissants au monde pour combattre le mouvement croissant Boycott, Désinvestissement Sanctions (BDS), qui a catapulté la France à l’avant-garde du combat contre ce mouvement par des voies légales ». Avant cette dernière affaire pénale, ce sont « approximativement 20 militants anti israéliens qui ont été condamnés en France, en vertu de la loi dite Lellouche ».

L’odieuse campagne visant à mettre hors la loi le militantisme contre l’occupation israélienne s’étend bien au-delà de la France. En mai, la chaîne CBC a relaté la menace de la part des autorités canadiennes de poursuivre des militants BDS en vertu de lois sur « les discours de haine » et, après que ces officiels aient nié l’avoir fait, nous avons obtenu et publié les mails prouvant que c’était bien le cas. Haaretz en février a décrit cet événement troublant au Royaume Uni : « en 2007, le syndicat britannique de l’enseignement supérieur,University and College Union, a dit avoir abandonné le projet de boycotter les institutions israéliennes après que des conseillers juridiques aient dit que cela violerait les lois anti discrimination ». En 2013, les autorités de New York se sont associées à une campagne menée par Alan Dershkowitz pour lancer des menaces sur le financement du Brooklyn College, coupable d’accueillir des orateurs pro-BDS.

Évidemment, une excellente tribune libre publiée cette semaine dans le Washington Post par un ex soldat de l’armée israélienne, Assaf Gavron, montre comment ces attaques sur les critiques à l’égard d’Israël s’étendent maintenant aux citoyens israéliens eux-mêmes. Gavron décrit comment « le débat au sein d’Israël est plus militant, menaçant et intolérant que jamais », et que « les quelques dissidents qui tentent d’exprimer la contradiction – en posant des questions, en protestant, en prenant une couleur différente de celle de ce consensus artificiel – sont, au mieux, ridiculisés et méprisés et, au pire, menacés, diffamés et attaqués physiquement ».

Les défenseurs d’Israël raffolent de l’équation « critique d’Israël = antisémitisme » et nient ensuite sentencieusement que quiconque fasse cela. Mais la criminalisation du plaidoyer pour BDS – par la menace de fortes amendes et de peines de prison pour manifester contre la politique du gouvernement israélien – en est un exemple on ne peut plus flagrant. Ainsi qu’il est écrit dans Haaretz, « le coup de filet a aussi pris des protestataires BDS dont les actions visaient Israël, et non les Juifs ».

Méditez sur le côté pernicieux de la chose. Il est parfaitement légal de demander des sanctions contre l’Iran, la Russie ou le Soudan, ou n’importe quel autre pays. Les sanctions et le boycott contre ces pays sont certes non seulement fréquents dans les pays de l’Ouest mais ils font partie de leur politique officielle. Mais il est illégal – criminel – de prôner le boycott et des sanctions contre un pays : Israël. Il faut atteindre des sommets d’autoritarisme, voire de fascisme pour détourner le droit pénal et proscrire la promotion de politiques et d’actions lorsqu’elles mettent en cause un pays et un pays seulement. En réponse aux célébrations de ce jugement par Avi Mayer, un extrémiste israélien populaire sur twitter, j’ai constamment posé cette question mais n’ai jamais obtenu de réponse [voir l'échange de tweets].






Il devrait aller de soi que des opinions personnelles sur l’intérêt ou la validité de BDS comme politique sont tout à fait hors de propos ici. Il est évident que la croyance en la liberté d’expression invite à défendre aussi vigoureusement le droit d’exprimer des points de vue avec lesquels on est en accord que ceux que l’on désapprouve fortement. La question, manifestement, n’est pas de savoir si BDS est une politique convaincante mais si des gens doivent être criminalisés pare qu’ils la défendent. Extrémiste et oppressive comme elle est, la criminalisation du militantisme BDS se développe dans de multiples lieux du monde.

Où sont tous les nouveaux militants de la libre expression qui ont insisté après les meurtres de Charlie Hebdo sur le fait que la défense de la liberté d’expression était tellement vitale à tout ce qui est juste et équitable dans le monde occidental ? Pourquoi un hashtag #JeSuisBDS ne s’impose-t-il pas dans la défense de ces militants qui ont été persécutés – poursuivis – par la France pour leurs opinions politiques ? La réponse est claire : nombre de ceux qui se sont drapés dans l’étendard de « la liberté d’expression » au début de l’année – à commencer par la France elle-même et par extension tout l’Occident – ne croient pas sincèrement dans ce droit. C’est pourquoi ces pays non seulement gardent le silence face à une attaque aussi fondamentale contre la liberté d’expression, mais perpétuent ces abus agressifs.

 
23 réponses à Le militantisme contre Israël criminalisé au pays de Charlie Hebdo et de la « liberté d’expression », par Glenn Greenwald   

http://www.les-crises.fr/le-militantisme-contre-israel-criminalise-au-pays-de-charlie-hebdo-et-de-la-liberte-dexpression/

1280
Climat : Les climato-sceptiques ne rejettent pas le changement climatique; ils refusent les conséquences de ce constat



Les climato-sceptiques ne rejettent pas le changement climatique; ils refusent les conséquences de ce constat à savoir : changer notre modèle de société.

Le risque pour le chiffre d’affaire des géants des énergies fossiles semble plus palpable que les impacts du changement climatique lui-même.

Peut-être plus pour longtemps !

Un très bon document réalisé par DATA GUEULE

video : http://vk.com/video258326750_171474765?hash=10d2eece5953ad72

Pourquoi est-il si difficile de réagir à la crise climatique que nous affrontons aujourd’hui ? Quels sont nos blocages individuels et pourquoi notre société semble si grippée ? Et si l’état de la planète nous forçait à réfléchir au-delà des simples données scientifiques ? La dégradation du globe depuis 200 ans est le fruit de nos choix de société. Les réponses au changement climatique présent passeront donc sans doute par de nouveaux choix de société, collectifs et individuels. C’est l’histoire d’un thermomètre qui nous obligea à nous poser des questions philosophiques…

video 2 : http://vk.com/video258326750_171474815?hash=4948fbc008e1ac0c

Et pour le dessert : « Il faut que tu respires » par Mickey 3d



http://finalscape.com/?p=3724

1281
Un jeune garçon à qui on avait donné 48 heures à vivre est maintenant guéri du cancer après avoir pris de l’huile de cannabis



Il y a trois ans, Landon Riddle de l’Utah a été diagnostiqué de leucémie. Son thorax était plein de tumeurs et les aisselles et l’aine avaient enflé. Le pronostic était mauvais: 8 à 10% de chances de survivre au-delà des prochaines 24 ou 48 heures. La mère de Landon, Sierra, a refusé d’accepter son sort.


« Ce fut le jour le plus terrifiant de ma vie », a écrit Riddle sur son blog. La leucémie aiguë lymphoblastique ou LAL est un cancer du sang et de la moëlle osseuse. Landon a immédiatement commencé la chimio.

Sierra Riddle devait regarder son fils vomir jusqu’à 30 à 50 fois par jour. Il n’avait plus d’appétit. Quand il était au pire, Landon a fait une grève de la faim de 25 jours. Il semblait que la fin de Landon était proche.

En janvier 2013, tout a changé. « Nous avons discuté de toutes nos préoccupations avec l’équipe médicale en Utah et regardé Landon continuer à souffrir et dépérir au fur et à mesure qu’il engouffrait médicament sur médicament » dit Sierra Riddle au magazine RYOT. « Puis ma mère est tombée sur l’huile de cannabis en ligne » dit Sierra. La grand-mère de Landon s’est toujours opposée à l’abus de médicaments, de plus, elle a trouvé suffisamment de preuves à l’appui soutenant le bien-fondé d’utiliser la marijuana médicale. La famille Riddle savait qu’en vivant en Utah, à ce moment-là, l’accès à l’huile de cannabis était impossible. L’Utah a effectivement légalisé l’huile de cannabis pour les enfants atteints d’épilepsie un an plus tard, avec le passage de la Loi de Charlee. Cette loi n’a pas été adoptée à temps pour Landon. Landon et sa famille sont devenus des « réfugiés du cannabis » fuyant vers l’état du Colorado.

Les vomissements de Landon ont chuté de 50 à 10 fois par jour. « Nos coeurs étaient remplis de joie de voir que le cannabis ramenait le sourire sur le visage de Landon, »  a-t-elle écrit sur son blog. « Landon a commencé à aller de mieux en mieux! C’était comme si un miracle s’était produit! Il souriait à nouveau et commençait à manger de nouveau! ». La chimiothérapie avait laissé Landon faire face à une neuropathie, et il était parfois incapable de marcher.

Sierra Riddle n’a jamais été inculpée pour avoir enfreint la loi. Elle s’inquiète au sujet de parents qui n’ont pas eu autant de chance. « C’est atroce de penser que toute personne sur la planète serait assignée en justice pour avoir choisi le cannabis plutôt que les produits pharmaceutiques », a-t-elle déclaré. « Mon coeur va à Adam Koessler et Rumour Rose, en même temps que d’autres innombrables familles qui sont touchées par l’interdiction du cannabis. »


Sierra Riddle veut aider d’autres parents à prendre la bonne décision pour le bien-être de leurs enfants. « Préparez-vous pour le combat de votre vie. Avoir un enfant malade est une bataille en soi, mais faire ce choix-là prend des dimensions gigantesques », dit-elle. « Vous allez avoir besoin d’une carapace, d’intuition, et d’une équipe solide. Ne perdez pas de temps, sachant que n’importe quel autre médicament fait plus de mal que de bien. Si vous avez des ressentis dans le ventre, ou le moindre doute, ils sont probablement mauvais ».

Le cancer de Landon est actuellement en rémission. La mère de Landon le conduit tous les mois de l’Utah au Colorado pour son bilan. Elle a voulu faciliter la tâche des parents d’enfants comme Landon, à l’aide de plusieurs projets. Son site web offre les adresses de John W. Hickenlooper, Michael F. Bennet et Cory Gardner.

http://www.sante-nutrition.org/un-jeune-garcon-a-qui-on-avait-donne-48-heures-a-vivre-est-maintenant-gueri-du-cancer-apres-avoir-pris-de-lhuile-de-cannabis/#more-25584 représentant local.

Source: www.medicalmarijuana.co.uk

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2015/11/10/32905985.html

1282
Obama prévient Poutine: "On n'impose pas la paix à coup de bombes"



Le président Barack Obama a prévenu vendredi la Russie qu'elle ne pourrait faire aboutir une solution pacifique en Syrie "à coup de bombes", répétant que soutenir le président Bachar al-Assad était voué à l'échec.


Les pourparlers entre Russes et Américains pour éviter tout incident aérien entre leurs aviations qui opèrent dans le ciel de la Syrie ont pour l'heure échoué.

Un accord pourrait être signé "dans les prochains jours", avait déclaré mercredi un responsable américain de la Défense à l'issue de la troisième séance de discussions par vidéo-conférence depuis le début de l'intervention russe en Syrie le 30 septembre. La coalition menée par les Etats-Unis contre le groupe Etat islamique mène des frappes aériennes en Syrie depuis septembre 2014.

M. Obama a indiqué vendredi qu'il n'y avait "aucun rapprochement de points de vue en termes de stratégie" entre Washington et Moscou sur la situation en Syrie.

"Ils ne vont pas être en mesure d'avancer à coup de bombes vers une situation pacifique en Syrie", a affirmé le président américain, lors d'une conférence de presse conjointe avec la présidente sud-coréenne Park Geun-Hye, en visite à Washington.

Des propos tenus au moment où la Russie renforce sa campagne de bombardements pour soutenir le président syrien et que, selon un responsable américain, jusqu'à 2.000 Iraniens ou forces soutenues par l'Iran participent, près d'Alep, à une offensive contre les groupes rebelles, dans un effort coordonné avec la Russie et le pouvoir syrien.

L'Iran "fait simplement davantage ce qu'il fait depuis les cinq dernières années, tout comme la Russie", a estimé M. Obama, relevant que leur théorie pour résoudre le problème en Syrie "n'a pas fonctionné et ne fonctionnera pas".

http://www.7sur7.be/7s7/fr/16921/Syrie/article/detail/2493294/2015/10/17/Obama-previent-Poutine-On-n-impose-pas-la-paix-a-coup-de-bombes.dhtml

1283
info - média france / Laurent Fabius espionné par l’Allemagne ?
« le: 11 novembre 2015 à 20:13:28 »
Laurent Fabius espionné par l’Allemagne ?

Selon la radio publique allemande Berlin-Brandebourg, le ministre des Affaires étrangères français ferait partie des dirigeants mis sur écoute par l’Allemagne.



Le couple franco-allemand menacé ? Selon les informations de la radio publique allemande Berlin-Brandebourg, dévoilées mercredi 11 novembre, Laurent Fabius ferait partie des dirigeants mis sur écoute par les services d’espionnage allemands, pour le compte de la NSA américaine.

L'Unicef espionné

La radio publique allemande ne précise pas ses sources. Le ministre des Affaires étrangères n’est pas le seul concerné par ce scandale d’espionnage. D’autres noms de personnalités ou d’institutions, espionnes pas les services secrets allemands, ont été révélés.

C’est ainsi le cas de l’Unicef, de la Cour internationale de justice de la Haye, ou encore de "nombreuses entreprises européennes et américaines".

Plus de 900 pages

Au total, plus de 900 pages de numéros de téléphone, de courriers électroniques et d' adresses IP, utilisés par les services de renseignements, et auxquels les députés de la commission d’enquête chargée de faire la lumière sur ce scandale, ont eu accès. C’est sur cette base que la radio allemande distille les révélations d’espionnage.

"Cela ne va pas du tout"

Au printemps, des premières révélations rapportaient que les services de renseignement allemand auraient espionné des responsables de l’Elysée et de la Commission européenne.

François Hollande avait alors affirmé sa confiance envers les autorités allemandes pour "rétablir la réalité". Ces révélations d’espionnage de l’Allemagne pour le compte des Etats-Unis avaient irrité la chancelière Angela Merkel : "l’espionnage entre amis, cela ne va pas du tout" avait-elle alors déclaré.

https://fr.news.yahoo.com/laurent-fabius-espionne-par-l-allemagne--150357213.html

1284
Fonctionnaires payés au mérite: et si on commençait par les politiques?



FONCTION PUBLIQUE - Pour une fois, le ministre de l'Economie et sa collègue en charge de la Fonction publique sont tombés d'accord: pourquoi ne pas "accroître la part de mérite" dans la rémunération des fonctionnaires.

"Je pense qu'il faut accroître la part de mérite, la part d'évaluation, dans la rémunération de la fonction publique", a affirmé ce mardi 10 novembre Emmanuel Macron sur Europe1, soulignant qu'il s'agissait "d'une conviction personnelle". De son côté, Marylise Lebranchu a déclaré qu'elle était favorable "à ce qu'une partie de la prime puisse être donnée au mérite ou bien qu'on discute de certains avancements."

Les deux membres du gouvernement Valls réagissaient au lancement d'une expérimentation sur le salaire au mérite pour les agents de la ville de Suresnes. Dans cette commune des Hauts-de-Seine, six niveaux d'évaluation des fonctionnaires, allant de "très insuffisant" à "exceptionnel" ont été instaurés. À partir d'avril 2016, ce niveau d'évaluation influera à la hausse comme à la baisse sur la rémunération des agents, les sanctions et les gratifications variant entre -25% et +25%.

Question simple suggérée par le patron du syndicat FO, Jean-Claude Mailly: pourquoi réserver ce système incitatif aux seuls fonctionnaires?



Des ministres payés comme de (très) hauts fonctionnaires

La plaisanterie a plus de sens qu'elle n'en a l'air. En France, le salaire des membres du gouvernement est proportionnel à la moyenne du plus haut et du plus bas traitement des fonctionnaires "hors échelle", le grade le plus élevé de la fonction publique d'Etat. Autrement dit, ce qui est valable pour des fonctionnaires de la ville de Suresnes pourrait très bien l'être pour les ministres de la République.

Reste à définir des critères objectifs pour évaluer leur performance. Et c'est souvent le plus difficile dès lors que l'on envisage des primes au mérite. "Comment mesure-t-on la performance des gardiens de la paix ? Au nombre des procès-verbaux dressés ? Comment mesure-t-on la performance dans l’éducation ? Selon les résultats obtenus par ses élèves ? Cela risque de diminuer encore un plus l’attractivité des zones d’éducation prioritaires", dénonce le syndicat Unsa.

La question est tout aussi épineuse en matière d'évaluation de la gouvernance. Qu'est ce qu'un bon standard du mérite politique? L'indemnité mensuelle de la ministre du Travail Myriam El-Khomeri doit-elle être indexée sur la courbe du chômage et celle d'Emmanuel Macron sur le taux de croissance? Le ministre des Sports Patrick Kanner sera-t-il un jour rémunéré en fonction des résultats sportifs des équipes nationales toutes disciplines confondues? La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem verrait-elle son indemnité évoluer en fonction du taux de réussite national au baccalauréat?

Comme le note ce membre du conseil national du PS, pas sûr que les ministres de l'actuel gouvernement y gagneraient au change.



A Suresnes, la municipalité a opté pour des critères quantifiables (comme l'assiduité ou le respect des délais). Mais elle a également défini des standards plus subjectifs (et donc plus exposés au risque de favoritisme) comme l'adaptation au changement ou la prise d'initiative.

Cité par France Info, Patrick Campagnolo, secrétaire général de l'Unsa dans les Bouches-du-Rhône, met en garde contre la "complexité de la gestion des modalités de la prime au mérite et des recours que l'on pourrait avoir". Les agents suresnois auront en effet la possibilité de contester devant la DRH une évaluation qu'ils jugent injuste.

On imagine déjà le recours du premier ministre Manuel Valls suite à une évaluation négative, prétextant qu'il est comptable des mauvais résultats de son prédécesseur.

Des sénateurs et députés sanctionnés pour leur absentéisme

En attendant, notons que le critère le plus objectivable, l'assiduité, n'est lui-même que partiellement appliqué par nos élus. A en croire le procès-verbal du 1er juillet dernier, plus d'un conseiller suresnois sur trois manquait à l'appel du conseil municipal. Pas glorieux pour une assemblée censée se réunir une fois tous les deux mois en moyenne. Théoriquement, des absences répétées non justifiées dans l'hémicycle peuvent être sanctionnées financièrement, mais elles ne le sont que rarement dans les faits.

Longtemps taboue, la question de la performance des élus de la République a toutefois progressé ces dernières années, tout particulièrement depuis l'apparition d'outils numériques, comme celui du collectif Regards Citoyens, permettant de quantifier leur assiduité.

Depuis le 1er octobre dernier, les sénateurs peuvent être sanctionnés en cas d'absence à la moitié des votes solennels ou à la moitié des travaux en commission, ou en cas d'absence lors des questions au gouvernement. La sanction est plus que symbolique: un élu de la Chambre haute particulièrement peu assidu peut perdre jusqu'à la moitié de son indemnité, soit 710 euros mensuels.

Quant aux députés, ceux qui sont absents plus de deux fois par mois en commission, le mercredi matin, se voient infliger une retenue financière égale à 25 % de l'indemnité de fonction. Pour autant, il reste difficile de résumer l'activité d'un parlementaire à sa seule présence au Palais-Bourbon. D'autant qu'il existe des moyens simples de contourner les règles de présence en pointant au début d'une séance.

Espérons que les agents de la ville de Suresnes ne prendront pas trop exemple sur leurs élus.

http://www.huffingtonpost.fr/2015/11/10/fonctionnaires-payes-merite-elus-politiques_n_8521538.html?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

1285
Logiciels / Régler les paramètres vie privée de Windows 10
« le: 11 novembre 2015 à 20:05:49 »
Régler les paramètres vie privée de Windows 10



L’installation du nouveau système d’exploitation de Microsoft propose par défaut une collecte de vos données personnelles. Voici quelques réglages de confidentialité qui permettent de limiter la communication de vos informations à l’éditeur et à ses partenaires.



Régler les paramètres de confidentialité

L'essentiel des paramètres de confidentialité est configurable depuis un menu unique . Pour y accéder, cliquez sur le logo Windows en bas à gauche puis sur " Paramètres ". Sélectionnez alors le menu " confidentialité ". Depuis l'écran ci-dessous, vous pourrez désactiver (ou activer) les principales fonctionnalités qui collectent des données.

L'approche qui limite le plus l'envoi de vos données consiste à systématiquement tout désactiver. Cependant, si certains services (comme l'utilisation des identifiants publicitaires) apportent une valeur limitée pour les utilisateurs, certaines fonctions comme SmartScreen sont plus utiles car elles peuvent sécuriser un peu plus votre ordinateur.

Par défaut la géo-localisation de votre poste est activée. Il est recommandé de la désactiver depuis l'onglet " Emplacement ".

Pour certains types de données collectées, vous aurez la possibilité de désactiver complètement la collecte ou d'empêcher certaines applications d'y accéder. C'est notamment le cas  pour le paramétrage de l'Appareil photo, du Microphone, des Informations de Compte, des Contacts, du Calendrier, de la Messagerie, des communications Radio et de la synchronisation avec les Autres appareils.
 Notez par ailleurs que certaines de ces données - Microphone, Calendrier, messagerie, localisation,... - sont nécessaires pour que l'assistante personnelle Cortana puisse fonctionner. Si vous les désactivez, Cortana vous demandera de les réactiver lors de sa prochaine utilisation.

La fonctionnalité " apprendre à me connaître " est utile pour la dictée vocale et pour l'utilisation de Cortana. Si vous n'utilisez pas ces services, il est fortement recommandé de désactiver cette fonctionnalité.

Par défaut, Windows est configuré pour remonter les informations les plus exhaustives afin d'améliorer le service. Il est recommandé de diminuer la quantité d'informations remontées au minimum (" De base "), voire la désactiver (ce qui n'est possible que sur certaines versions de Windows 10).



Réglage " vie privée " de Cortana, votre assistante personnelle

Cortana est l'assistante embarquée dans Windows 10. Pour que Cortana fonctionne, elle aura besoin d'accéder à plusieurs types d'informations. Si vous avez désactivé une fonctionnalité nécessaire à son fonctionnement, Cortana vous demandera de la réactiver pour fonctionner.

Vous pouvez désactiver Cortana soit en cliquant sur l'icone de Cortana (le cercle) soit directement depuis la barre des taches, soit depuis le menu démarrer. En cliquant sur le livre puis sur " Paramètres " de Cortana.


Vous aurez alors la possibilité de désactiver la " Recherche en ligne incluant les résultats Web " ce qui limitera aussi les informations envoyées lorsque vous effectuez une recherche dans la barre Windows.



Régler la synchronisation des comptes sur les autres appareils utilisés

Si vous avez saisi une adresse mail lors de la création de votre compte Windows, vous disposez d'un compte connecté qui par défaut synchronisera vos paramètres entre les différents terminaux équipés de Windows 10 sur lesquels vous vous connectez.

Vous pouvez désactiver cette synchronisation (et la collecte des données associées), pour cela rendez vous dans la fenêtre de " Paramètres " et cliquez sur " Comptes ".


Sélectionnez alors " Synchroniser vos paramètres " vous aurez alors accès à une fenêtre à partir de laquelle vous pourrez désactiver soit la synchronisation dans sa globalité, soit la synchronisation de certains paramètres uniquement (tels que les " Paramètres du Navigateur web " ou les " Mots de passe ")



Microsoft Edge

Le nouveau navigateur installé dans Windows 10 intègre certaines optimisations qui nécessitent d'envoyer des données à Microsoft. Vous pouvez désactiver ces fonctionnalités depuis les paramètres de Edge.

Pour cela, cliquez sur les trois petits points situés en haut à droite de la fenêtre puis sélectionnez " Paramètres ".


Faites défiler le menu jusqu'à faire apparaitre " Afficher les paramètres avancés ".
   
 Il est recommandé de désactiver l'option " Utiliser la prédiction de page pour accélérer la navigation, et améliorer le mode lecture ainsi que mon expérience globale " puisque celle-ci requiert d'envoyer votre historique de navigation.
 Enfin sachez que pour obtenir des suggestions de recherche, Edge enverra une grande partie des informations que vous saisissez dans la barre de navigation au moteur de recherche que vous utilisez (par défaut il s'agit de Bing). Il est donc recommandé de désactiver " Afficher les suggestions de recherche à mesure que je tape ".



http://www.cnil.fr/documentation/fiches-pratiques/fiche/article/regler-les-parametres-vie-priveede-windows-10/

1286
Vous maîtrisez de très vieux langages de programmation ? La Nasa a un job pour vous



Le départ à la retraite du dernier membre historique de l’équipe de Voyager force la Nasa à chercher un programmeur spécialisé dans les langages « obsolètes ».
 


La mission Voyager est un succès incroyable de la Nasa : ces deux sondes des années 70 sont toujours en activité et continuent d’apporter leur contribution à la science : après avoir parcouru notre système solaire, Voyager 1 est ainsi le premier objet humain à quitter la zone d’influence de notre soleil (l’héliosphère) et à pénétrer dans l’espace interstellaire.

Ces engins spatiaux, lancés en 1977, seraient à même de rester en service jusqu’en 2025. Mais il y a un hic : le dernier ingénieur historique de la mission, Larry Zottarelli, vient de prendre une retraite bien méritée à 80 ans passés et il n’y a plus grand monde qui sache programmer l’ordinateur de bord de ces précieuses reliques.



Marge d'erreur = 0


La raison est simple : les processeurs antédiluviens de General Electric (pas Intel Inside donc) à 250 Khz ont moins de puissance qu’une simple calculatrice moderne et fonctionnent avec des langages de programmation considérés comme obsolètes, comme le Fortran. Et avec seulement 64 ko de ROM sur une bande magnétique qui doit être en permanence effacée & réécrite, la marge de manœuvre – et donc d’erreur – est absolument nulle. L’ordinateur, qui fonctionne avec une forme de langage assembleur et du Fortran, doit être reprogrammé à la perfection. Un mission que seul un as de la programmation peut effectuer. Or ils sont des plus en plus rares, car ces langages informatique ne sont plus rois aujourd'hui.


Alors, si vous avez les compétences requises et n’avez pas encore 80 ans, votre profil pourrait intéresser la Nasa, qui sait !

http://www.01net.com/actualites/la-nasa-cherche-un-programmeur-non-grabataire-pour-sauver-les-sondes-voyager-926994.html

1287
Nanterre : les fonctionnaires de la préfecture célèbrent l’arrivée de Windows 98 dans leurs locaux




Champagne et petits fours à la préfecture des Hauts-de-Seine. Pour fêter l’arrivée du week-end, la direction de l’administration a offert à tous ses employés une version neuve du système d’exploitation de Microsoft. Ce joli cadeau rend désormais obsolète l’ancien Windows 95 sur lequel travaillaient tous les fonctionnaires de la préfecture jusque-là, à la plus grande joie de ces derniers. Reportage.

Champagne et petits fours à la préfecture des Hauts-de-Seine. Pour fêter l’arrivée du week-end, la direction de l’administration a offert à tous ses employés une version neuve du système d’exploitation de Microsoft. Ce joli cadeau rend désormais obsolète l’ancien Windows 95 sur lequel travaillaient tous les fonctionnaires de la préfecture jusque-là, à la plus grande joie de ces derniers. Reportage.

Faciliter le travail de chacun

« On avait tout ce qu’il fallait : des photocopieuses, des machines à café, une agrafeuse. Ne nous manquait qu’un système informatique de qualité et aujourd’hui c’est fait », nous dit Patrice, chargé de l’accueil au service des associations de la pref’ comme il l’appelle. Pour Catherine, sa collègue, l’arrivée de Windows 98 apparaît comme une page qui se tourne dans la longue histoire de la préfecture : « Ça fait 15 ans qu’on attendait ce jour. L’émotion est là…On entre enfin dans le XXIe siècle avec un peu de retard. On va pouvoir bosser correctement. »

Après un discours du préfet en fin de matinée durant lequel ce dernier a annoncé l’arrivée de Windows 98 sur chaque ordinateur, l’ensemble des membres de la préfecture a eu le droit à un buffet gratuit où ils ont pu se réjouir ensemble de l’événement entre quelques gobelets de Banga et un tube du groupe Ace of Base. Mais très vite, les discussions ont dérivé sur une rumeur qui fait le tour du bâtiment depuis ce matin. « Il y a un bruit qui dit qu’un autre système d’exploitation encore plus performant que Windows 98 existerait déjà. Un truc comme Windows X-quelque chose », nous confie Cyril, responsable du service informatique.

L’ADSL pour la rentrée

Si les commérages sur ce mystérieux système révolutionnaire de Microsoft vont bon train, cela n’a pas empêché le préfet, Pierre-André Peyvel, de promettre à ses fonctionnaires une autre petite révolution dans les mois à venir : « Nous essayons de faire tout notre possible pour que dès septembre, décembre au plus tard, chaque ordinateur PC de la maison soit équipé d’une connexion Internet dite ADSL, afin de remplacer la totalité de nos modems 56k qui commencent à se faire vieux », a-t-il annoncé avec un entrain non dissimulé.

La Rédaction

http://www.legorafi.fr/2013/06/14/nanterre-les-fonctionnaires-de-la-prefecture-celebrent-larrivee-de-windows-98-dans-leurs-locaux/

1288
Une panne informatique à l’aéroport d’Orly liée à... Windows 3.1




Des milliers de passagers – dont le maire de Bordeaux Alain Juppé – ont été cloués au sol samedi 7 novembre à l’aéroport d’Orly.

En cause : une panne informatique affectant les outils météo de l’aéroport, qui a généré une interruption générale du trafic aérien au départ et à l’arrivée d’Orly pendant plus d’une demi-heure.

On en sait désormais un peu plus sur ce dysfonctionnement. Dans son édition du mercredi 11 novembre, le Canard Enchaîné précise que la panne a affecté le système Decor (diffusion des données d’environnement contrôle d’Orly et de Roissy), relié à Météo France, et fonctionnant... sous Windows 3.1. Un système d’exploitation vieux de plus de 20 ans, lancé par Microsoft en 1992 – une antiquité dans le monde de l’informatique.

« Samedi matin, le trafic n’était pas vraiment dense. Mais imaginez, pendant la COP21, le ballet des chefs d’Etat perturbé à cause d’un logiciel informatique qui date de la préhistoire. De quoi aura-t-on l’air ? », s’inquiète un ingénieur cité par l’hebdomadaire. Le ministère des transports a assuré au journal que « la modernisation des équipements est prévue pour 2017 ».

Pannes à répétition dans le monde de l’aviation

Le monde de l’aviation est régulièrement victime de ce type de pannes qui paralysent le trafic aérien. En décembre dernier, l’espace aérien de Londres a été fortement perturbé par une panne informatique. Même si elle n’a duré que 36 minutes, elle a généré une cinquantaine d’annulations de vols et de nombreuses perturbations tout au long de la journée.

Un an plus tôt, une autre panne au contrôle aérien de Swanwick avait causé la pagaille dans le ciel britannique, à cause « de difficultés à passer du mode nuit au mode jour », avait expliqué le service du contrôle aérien britannique. Ces problèmes informatiques touchent aussi des compagnies aériennes, comme l’Américaine United Airlines qui, en 2011, avait dû immobiliser tous ses avions à cause d’une panne de son système de réservation qui rendait impossible l’embarquement.

Les exemples ne manquent pas, mais les aéroports et les compagnies aériennes sont peu enclins à donner davantage d’informations sur les raisons précises de ces pannes aux conséquences lourdes. Elles posent pourtant la question de la fiabilité de leurs systèmes informatiques, de leur maintenance mais aussi de leur sécurité – certains vieux logiciels ne sont plus mis à jour et peuvent contenir des failles.

Pour remédier à ce type de problèmes, United Airlines avait proposé au printemps une récompense aux hackeurs capables de découvrir des failles de sécurité majeures dans son système informatique.

En juillet, deux personnes ont ainsi été récompensées d’un million de « miles » chacune, des points de fidélité correspondant à une valeur de plusieurs dizaines de vols domestiques. Les deux hackeurs n’avaient toutefois pas été autorisés à dévoiler la nature des failles découvertes.
 

Lire : Le FBI s’inquiète du possible piratage d’un avion

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/11/11/une-panne-informatique-a-l-aeroport-d-orly-liee-a-windows-3-1_4807479_4408996.html#tjcCj26dzBpP6A7P.99

1289
Un patient atteint de cancer donné 18 mois à vivre est guéri par le cannabis



David Hibbitt, 33 ans, du Staffordshire en Grande Bretagne guéri par l’huile de cannabis (qui a coûté 50 £ le gramme chez un revendeur local) après avoir refusé la chimio. Maintenant, il va vivre et se marier à sa future épouse et ils vont commencer une belle vie ensemble.

Nous sommes très heureux de voir cela être transmis par les médias traditionnels.

Guéri par le cannabis

Extrait de l’article de Métro qui parle de la guérison miraculeuse de David:


« Des amis m’avaient parlé de l’huile de cannabis et je l’ai rejetée dans un premier temps. Je n’ai jamais été dans la drogue »

a dit le père d’un enfant.


« Je sentais que la chimio était en train de me tuer et je n’avais rien à perdre. Je ne pouvais pas vraiment accepter l’idée que j’allais mourir. »

Il avait subi des séances exténuantes de chimiothérapie et de radiothérapie avant de subir une chirurgie pour enlever son gros intestin en Mars 2013, qui ont toutes été sans succès..

Mais après sa guérison grâce au cannabis, il est maintenant impatient de l’avenir après s’être marié avec sa partenaire depuis six ans Heather Martin, 26 ans, dans une mairie plus tôt aujourd’hui.

Que de bonnes nouvelles! Il est avec sa partenaire depuis 6 ans (qui a résisté à ses côtés) et maintenant peut enfin se tenir à ses côtés pour passer devant le maire!

Depuis des années, les parents d’enfants guéris avec le cannabis ou des histoires de personnes comme David ont été étouffées par les médias traditionnels mais finalement, les gens se rendent compte que la chimiothérapie échoue souvent et que le cannabis est une alternative plus sûre avec moins d’effets secondaires – et dans des cas comme David (et d’innombrables autres) ça marche. Çà marche vraiment!

Nous sommes ravis que ce soit de plus en plus facilement disponible et espérons seulement qu’ils vont passer une loi dans l’état où je vis pour l’utilisation de la marijuana médicale. Nous voyons les femmes enceintes se faire prescrire de l’OxyContin comme des bonbons, mais les personnes souffrant d’un cancer ne peuvent pas avoir de la marijuana pour les aider? La bonne nouvelle est que l’huile de cannabis est disponible pour la plupart des gens maintenant, mais il y a encore du chemin à faire pour que chacun le puisse. Nous sommes également heureux de voir que le Cancer Research UK soutient l’utilisation clinique du médicament (ou de la plante comme la plupart des gens l’appellent), mais on se demande s’ils vont vraiment admettre à quel point il peut guérir le cancer.

Je vais aux réunions de NORML depuis mon adolescence à partir de 1990 et j’espère qu’un jour, il sera tout à fait normal pour les gens d’entrer dans un magasin et d’acheter de l’huile de cannabis pour eux, leur famille et leurs proches. Bravo David. Nous aimons ce genre d’histoires!

Erin Elizabeth

Health Nut News

http://www.onsaitcequelonveutquonsache.com/2015/11/un-patient-atteint-de-cancer-donne-18-mois-a-vivre-est-gueri-par-le-cannabis/

1290
Affaire Galant : Charles Michel n'agit plus dans l'intérêt général, mais uniquement pour préserver le sien

Ce ne sont plus des fuites. C'est une canalisation qui lâche.
Depuis la publication dans Le Vif/L'Express, il y a deux semaines, d'une enquête relative aux sommes consenties par le cabinet Galant pour s'adjoindre les services du bureau d'avocats Clifford-Chance, chaque jour apporte son lot de révélations.
Toutes ont pour point commun d'appuyer là où cela fait mal : dans ce dossier, les choses ont été décidées et gérées sans respect des procédures.



On peut bien sûr se demander à qui profite le crime. Le cabinet Galant et une partie des élus MR ne s'en privent d'ailleurs pas. Mais la question n'est déjà plus là. Tous les regards se focalisent désormais sur le Premier ministre Charles Michel. Gardera-t-il Jacqueline Galant dans son équipe ?

La semaine prochaine, plusieurs étapes cruciales sont encore prévues à l'agenda de ce feuilleton d'automne : remise par la ministre Galant, lundi à la Chambre, de l'ensemble des documents relatifs à ce dossier, conférence des présidents ensuite, à 9h30, possible convocation de la Commission Infrastructure dans la foulée, nouvelle interpellation de Jacqueline Galant, voire du Premier ministre lui-même, audition de Laurent Ledoux, président du comité de direction du SPF Mobilité - le bras administratif du cabinet Galant-, le vendredi 13. Le matin même, l'homme aura été convoqué pour un nouvel entretien de fonctionnement, à 7h30...

L'après-Toussaint risque donc d'être chaud pour le MR, un parti qui, se sentant acculé de toutes parts, se replie sur lui-même . Depuis qu'il a défendu sa ministre à la Chambre, en concédant une "imprudence de bonne foi", Charles Michel ne s'exprime plus sur le dossier. Denis Ducarme, chef de groupe, qui avait été jusqu'à parler de "faute", est en vacances. Olivier Chastel, président du MR, est diaphane. On sait trop combien son silence confirme qu'à l'intérieur du parti libéral, les tensions sont fortes entre ceux qui plaident pour un retrait de Jacqueline Galant et ceux qui veulent tenir bon coûte que coûte, en espérant que le temps passe et qu'avec lui, la houle se dissipe.

Quoiqu'il en soit, le MR, seul parti francophone représenté au gouvernement fédéral, aurait sans doute été bien inspiré de trancher plus tôt, selon le vieux principe du sparadrap vite arraché qui fait moins mal que celui que l'on tente de décoller lentement. Car l'impression qui prévaut actuellement, évidemment pour l'opposition, mais aussi pour une large partie de l'opinion publique, c'est que Charles Michel n'agit plus ici dans l'intérêt général, mais uniquement pour préserver le sien. Un reproche qu'il a pourtant formulé, pendant des années, à l'égard de son vieil ennemi socialiste...

On sait que Galant lui est particulièrement fidèle. On sait que le "clan Michel" ne veut pas faire preuve de faiblesse face au "clan Reynders", qui ricane. On sait que le Premier ministre ne pourrait accepter une mise à l'écart de Jacqueline Galant sans considérer que sa propre crédibilité est mise en cause.

Mais elle l'est déjà, comme l'est celle de sa ministre. Comment celle-ci pourra-t-elle à l'avenir retravailler avec une administration qu'elle a vouée aux gémonies ? Avec des associations de riverains qui la savent en brouille avec les procédures légales ? Avec des Régions qui ne sont pas consultées pour des projets aéronautiques qui les concernent pourtant ?

Et que fait-on de l'intérêt général ? Depuis quinze jours, une grande partie de l'énergie et du temps du cabinet Galant est consacrée à colmater les fuites. N'y a-t-il pas, pourtant, urgence à faire avancer les dossiers de mobilité dans ce pays ? Quel message le Premier ministre envoie-t-il, en laissant le temps filer sans intervenir, aux navetteurs qui attendent encore que leurs trains soient à l'heure ? Ou aux Bruxellois toujours survolés ?

Qu'on ne s'y trompe pas : le propos serait identique si Jacqueline Galant n'était pas libérale, ni wallonne, ni femme. Car les temps ont changé : en 2015, les électeurs réclament de leurs représentants politiques des comptes et de la transparence. On attend des citoyens qu'ils paient correctement leurs impôts, se rendent aux convocations de l'Onem, ne fraudent pas dans les transports en commun, sous peine d'être sanctionnés ? C'est bien la moindre des choses que les élus se comportent de la même manière. Voir mieux encore.

Or ce n'est pas le cas. Après la faute commise par le cabinet Galant, le chef de groupe MR Denis Ducarme n'a pas manqué de culot en affirmant de sa voix de stentor, au Parlement, que la ministre avait joué la transparence et répondu à toutes les questions des membres de la Commission Infrastructure. Elle n'avait pas donné suite à 8 questions sur 10 ! Qu'on ne s'étonne pas, au siège du MR, si le sigle du parti a été transformé depuis lors, sur la toile des réseaux sociaux, en "Menteurs Réunis"...

Dans ces conditions, limoger Jacqueline Galant ne serait pas un aveu de faiblesse, dans le chef du MR et de Charles Michel. Plus maintenant. Au contraire, ce serait, tant que le Premier ministre en a encore le choix, une démonstration, saine, de force. Morale et politique. Même s'il est déjà très très tard.

http://www.levif.be/actualite/belgique/affaire-galant-charles-michel-n-agit-plus-dans-l-interet-general-mais-uniquement-pour-preserver-le-sien/article-opinion-432233.html