Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

1291
Une étude révèle que le stress au travail peut raccourcir l'espérance de vie de 33 ans



SANTÉ - Un environnement de travail hostile et stressant peut réduire (de beaucoup) notre espérance de vie. C'est en tout cas ce qu’affirme un groupe de chercheurs des universités de Harvard et Stanford, après avoir quantifié les années que nous pouvons ainsi perdre, parfois jusqu'à... 33. Un laps de temps très important, qui peut être moindre selon les classes sociales (certaines sont plus à risque).

En cartographiant l'espérance de vie aux Etats-Unis, les chercheurs se sont rendu compte qu’elle était, dans certaines zones, plus élevée d'au moins 33 ans. Pourquoi? Partant du principe que le stress varie d'une personne à l'autre, ils ont divisé des volontaires en 18 groupes, en fonction de leur origine ethnique, de leur sexe et de leur niveau d'études. Ils ont aussi pris en considération dix facteurs concernant le travail (comme les horaires, le travail en horaires alternés, l'équilibre famille-travail, l'absence de mutuelle, les éventuels licenciements, etc.) et les ont mis en rapport avec les données disponibles sur la mortalité annuelle et sur l'espérance de vie.

En analysant les résultats, ils se sont rendu compte que ceux qui subissaient le plus de stress et se retrouvaient dans les postes les moins bons étaient surtout ceux dont le niveau d'études était bas. Des recherches antérieures démontraient même que les hommes et les femmes ayant moins de douze années de scolarité ou d'études supérieures derrière eux avaient la même espérance de vie qu'un adulte des années 1950 ou 1960.

Mais d'autres facteurs joueraient également un rôle essentiel: la précarité, les licenciements fréquents ou les difficultés lors de la recherche d'un nouvel emploi auraient, plus que tout, l'effet de "raccourcir" la vie. Pour les hommes comme pour les femmes, le fait de ne pas maîtriser sa vie professionnelle représenterait un obstacle majeur. Ce qui "tue" les femmes est principalement lié aux horaires alternés trop fatigants, tandis que les hommes seraient bien plus épuisés par un climat général d'insécurité.

"Il est indispensable de créer des environnements de travail plus viables, surtout pour les travailleurs n’ayant pas fait d'études supérieures", écrit le Washington Post au sujet de cette étude. "Vous vous tuez littéralement au travail. Heureusement, pour la plupart de ces problèmes, y compris les horaires alternés, les heures supplémentaires et le travail non rémunéré, des solutions relativement simples existent: il suffit de modifier le règlement intérieur des entreprises."

Ce blog, publié à l’origine sur le HuffPost italien, a été traduit par Jennifer Joffre pour Fast for Word.

http://www.huffingtonpost.fr/2015/11/06/stress-au-travail-esperance-de-vie-sante_n_8470316.html?ir=France&ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

1292
Un combattant revenu de Syrie demande 100.000 euros à la Belgique



De retour de Syrie, Hakim Elouassaki a demandé 100.000 euros à l'Etat belge, qui n'a pas été capable d'effectuer son analyse psychiatrique, indiquent vendredi les quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad.


Le jeune homme de 23 ans a été blessé à la tête en Syrie par un éclat d'obus et est retourné, grièvement blessé, en Belgique en avril 2014. Aujourd'hui, il reste à moitié paralysé.

M. Elouassaki devait comparaître l'année dernière dans le cadre du procès Sharia4Belgium, mais le président a exigé qu'il soit d'abord gardé en observation afin de déterminer l'état de sa santé mentale. Les experts psychiatriques judiciaires ont alors expliqué qu'une telle analyse serait uniquement possible dans une institution spécialisée, mais en dépit d'une loi votée en 1964, celle-ci n'a toujours pas vu le jour en Belgique.

L'avocat de M. Elouassaki a donc porté plainte contre l'Etat belge. "Nous exigeons 100.000 euros de dommages moraux et une pénalité de 2.500 euros par jour pour chaque journée supplémentaire durant laquelle l'Etat belge ne respecte pas la loi et ne met pas en place un centre d'observation. Il est impensable que personne ne puisse se prononcer sur l'état de santé mentale de mon client."

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/2516043/2015/11/06/Un-combattant-revenu-de-Syrie-demande-100-000-euros-a-la-Belgique.dhtml

1293
Perquisitions et arrestations à Farciennes: un réseau djihadiste se cache-t-il dans les mosquées?

video : http://www.rtl.be/videos/video/555381.aspx

Une enquête pour terrorisme a été ouverte à Charleroi dans un dossier concernant une filière présumée d'envoi de jeunes combattants en Syrie. La justice s'intéresse notamment aux activités d'une Mosquée de Farciennes. C'est une information exclusive signée Benjamin Samyn et Xavier Preyat.

Plusieurs perquisitions et des arrestations ont notamment eu lieu à Farciennes lundi passé. Certains membres de la mosquée Assakina ont été interrogés suite au retour de deux jeunes de Syrie. Ils ont été récupérés par leur famille en Turquie. "Je peux confirmer qu'une instruction est en cours et vise des infractions liées à la loi sur le terrorisme", explique l'avocat de la mosquée Assakina, Fabian Lauvaux. "Cette instruction, couverte par le secret, a donné lieu à une série de perquisitions, d'auditions, et de mise en œuvre de moyens extrêmement particuliers pour essayer de retracer le parcours de deux jeunes qui ont été recrutés par la Syrie", ajoute l'avocat.


La mosquée réfute toute implication dans une organisation terroriste

Trois mandats d'arrêt ont été décernés pour participation à une organisation terroriste. Deux des suspects sont arrêtés pour aide logistique, lors du départ des deux jeunes turcs vers la Syrie. Le troisième serait impliqué dans leur radicalisation. Certains contacts entre un proche de la mosquée Assakina et deux jeunes pendant leur voyage en Syrie poseraient également question. "La mosquée Assakina est l'une des plus anciennes de Belgique. Elle a toujours agi en toute transparence, que ce soit avec les voisins, les autorités communales ou les autorités au sens large du terme", explique l'avocat Fabian Lauvaux. "Mais il apparaitrait que ces jeunes ont à un moment donné transité par cette mosquée, comme par d'autres. C'est en cela que ça poserait question, mais la mosquée insiste aujourd'hui pour dire qu'elle n'a rien à voir avec les suspicions de participation à une organisation terroriste", ajoute-t-il.


"Je ne crois pas qu'on puisse dire que des mosquées sont particulièrement surveillées"

Notre journaliste a également rencontré maître Khoulalene. Il intervient dans le premier dossier de terrorisme lié au djihad, à Charleroi, celui de Karim. Il s'agit d'un Carolo kamikaze qui s'est fait exploser à la frontière entre l'Irak et la Jordanie. Des liens pourraient être établis entre les deux dossiers. "Les juges d'instruction en charge de ces dossiers ont vérifié si on pouvait établir des liens entre les personnes suspectées et inculpées avec d'autres personnes qui pourraient être à l'origine de différents courants de radicalisation", explique Me Khoulalene.

L'autre mosquée concernée par cette enquête se situe à Aiseau-Presles. Nos informations ont été confirmées ce jeudi après-midi par le parquet fédéral.

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/perquisitions-et-arrestations-a-farciennes-un-reseau-djihadiste-se-cache-t-il-dans-les-mosquees--768389.aspx

1294
L'incroyable passage pour piétons à Courcelles: la commune réagit!

Ca se situe à Courcelles (Charleroi) et c’est pour le moins original comme manière de faire...
Les riverains n’ont pas hésité à transmettre cette image sur les réseaux sociaux, moitié gag, moitié inquiets.
« Les services de la Ville avaient-ils bu ? », interpellent certains.
« Est-ce une blague ? », demandent les autres.



Il est vrai que l’image et surtout le tracé de ce passage pour piétons laisse perplexe. Que s’est-il passé au juste ? Mystère.

Mais la Ville de Courcelles, apparemment « au taquet » sur les réseaux sociaux, a directement posté un commentaire d’explications: « Petite mise au point ! La voirie dont il est question est régionale, il n'incombe pas à la commune et à ses ouvriers communaux de s'occuper du traçage des lignes blanches ! Le service travaux a immédiatement relayé cette anomalie de traçage et de placement auprès des services concernés à savoir la Région (anciennement la Province) pour que cela soit rectifié au plus vite ! »

Ce n’est donc pas leur faute, même si évidemment, ils ont été les premiers accusés.



Importante mise au point! Quand la Région entretient ses voiries en terres courcelloises ...
 La voirie dont il est question est régionale et ce sont donc les services de la Région qui sont responsables de ce traçage des lignes blanches pour le moins interpellant ! Le Collège a immédiatement réagi par courrier afin que réparation soit effectuée. Espérons qu'elle soit plus efficace que l'intervention et la concertation .

http://www.lanouvellegazette.be/1417843/article/2015-11-06/l-incroyage-passage-pour-pietons-a-courcelles-la-commune-reagit

1295
Il s’évade de prison grâce à… une erreur de prénom



Un détenu de la prison du Pontet (Vaucluse) a profité mardi d’une permission de sortie accordée à un autre détenu, à cause d’une erreur de prénom, et n’a pas réintégré sa cellule, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Selon le procureur de la République à Avignon, Bernard Marchal, « il y a eu une homonymie sur le nom patronymique » avec une erreur dans la vérification du prénom et du numéro d’écrou. « Il y a eu une mauvaise orthographe du nom pour une permission de sortie et à partir de là une cascade de choses ont fait que le mauvais détenu est sorti », a indiqué à l’AFP le directeur-adjoint de la direction interrégionale de l’administration pénitentiaire de Paca, Pierre Raffin, confirmant une information initialement révélée par Vaucluse Matin.

La mauvaise attribution de la permission de sortie a été découverte peu après le départ du détenu, a précisé M. Marchal. L’homme, âgé d’une trentaine d’années et condamné à 9 ans de prison pour des braquages, n’a pas réintégré sa cellule mardi en fin de journée à l’heure prévue.

Mandat de recherches

« Une enquête judiciaire et administrative a été ouverte afin de faire la lumière sur les procédures qui ont abouti à faire sortir le détenu qui n’était pas concerné », a ajouté M. Raffin. L’homme était toujours recherché mercredi soir, selon le groupement de gendarmerie du Vaucluse. Un mandat de recherches a été délivré à son encontre et l’enquête confiée à la brigade de recherches d’Avignon.

« Il y a des erreurs malgré les procédures mises en place assez strictes », a souligné M. Raffin, précisant qu’il n’y avait « pas de problème particulier » au Pontet.

http://fr.metrotime.be/2015/11/05/must-read/il-sevade-de-prison-grace-a-une-erreur-de-prenom/

1296
Sept heures de garde à vue pour avoir dénoncé les paradis fiscaux

Sylvie* ne s’attendait pas à trouver la brigade anti-criminalité devant son domicile. Ce 5 novembre, à 11h, cette femme de 59 ans est arrêtée et placée sept heures en garde à vue. Motif : sa participation le matin même, avec 21 autres militants, à une réquisition de cinq chaises dans une agence de la Société générale de Bordeaux. Un braquage citoyen : cette action répond à un appel à la désobéissance civile, lancé par plusieurs personnalités, pour « en finir avec l’évasion fiscale » et dégager des financements publics « pour des politiques de transition écologique et social » [1].

L’objectif est de réquisitionner 196 chaises au sein des banques qui comptent des filiales dans les paradis fiscaux : une chaise pour chaque État et groupe d’États représentés au sein des négociations sur le climat lors de la COP21. Les chaises « réquisitionnées » serviront à organiser une action pour dénoncer l’immobilisme des États et mobiliser les citoyens sur le sujet. Pourquoi la Société générale est-elle visée en particulier ? Selon le Tax Justice Network, la banque française a « multiplié par trois le nombre de ses filiales situées dans des paradis fiscaux », détenant désormais 787 sociétés « offshore », rappellent les Amis de la Terre dans un communiqué (lire notre enquête : Évasion fiscale, fraudes et manipulations : découvrez le casier judiciaire de votre banque).

« Les moyens déployés pour des chaises sont ahurissants »

En réaction à la réquisition de ses chaises, l’agence bordelaise a déposé plainte pour « vol en réunion », indiquent les policiers de la Bac à Sylvie au moment de son arrestation. Elle est la seule militante interpellée à l’issue de l’action, réalisée une heure plus tôt à visage découvert. Propriétaire de la camionnette dans lequel ont été placées les cinq chaises, elle a probablement été identifiée par sa plaque d’immatriculation. « La seule question qui préoccupait la police, c’était qu’elle puisse donner l’identité des gens ayant procédé à la réquisition des chaises », indique un proche, contacté par Basta !. « Elle a rappelé qu’elle agissait dans le cadre d’une action civique et citoyenne et n’a pas donné les noms. Ils sont revenus à plusieurs reprises pendant la garde à vue lui poser la même question. »

Une perquisition de son domicile, en présence de Sylvie, a lieu l’après-midi en vue de vérifier si les chaises sont chez elle. Aucune ne s’y trouve. Sylvie est finalement libérée à 18h sans poursuite immédiate. La police annonce continuer l’enquête pour identifier les mystérieux participants à l’action et retrouver le précieux butin... « Les moyens déployés suite à cette réquisition de chaises sont ahurissants », déplore son entourage. « On aimerait une réaction aussi incisive pour lutter contre l’évasion fiscale. » En France, la fraude fiscale représente un manque à gagner pour les fonds publics de 60 à 80 milliards d’euros, et atteindrait 2000 milliards d’euros au niveau européen.

Vingt réquisitions similaires de chaises ont été menées dans des agences de BNP ou de HSBC, pour un butin de 109 chaises. Avec un message : « L’argent pour le climat existe, il est dans les paradis fiscaux ». Les dangereux braqueurs à visage découvert de ces précédents hold-up ont été convoqués à de multiples reprises au commissariat, en particulier les militants de l’association Bizi !, à Bayonne, suite à une réquisition au sein d’une agence HSBC. « On attend de voir quand la police mettra les mêmes moyens pour lutter contre les banques qui organisent l’évasion fiscale et qui privent les finances publiques de milliards d’euros. On voit qu’il y a deux poids deux mesures selon qu’on réquisitionne des chaises à visage découvert, où qu’on vole des milliards », s’insurge Jon Palais, porte-parole d’Action non-violente COP21.

@Sophie_Chapelle

*Le prénom a été modifié



[Mise à jour le 6 novembre à 12h30] Deux nouvelles actions des faucheurs de chaises ont eu lieu ce matin, l’une à Marseille et l’autre à Nancy, portant le compteur à 132 chaises sur les 196 visées.

http://www.bastamag.net/Sept-heures-de-garde-a-vue-pour-avoir-denonce-les-paradis-fiscaux

1297
Le Front al-Nosra s'unit avec l'EI et veut devenir l'"opposition modérée"




D'après le chef du service opérations de l'Etat-major général des Forces armées russes, le Front al-Nosra compte fusionner avec l'Etat islamique dans la province de Hama.



Les combattants du groupe terroriste Front al-Nosra ont pris la décision d’unir leurs forces avec l'Etat islamique, ainsi que de renier la symbolique d'al-Nosra pour devenir le groupe salafiste Ahrar al-Sham considéré par l'Occident comme faisant partie de l'"opposition modérée", a déclaré vendredi le chef du service opérations de l'Etat-major russe, le général Andreï Kartapolov.

"Dans la province de Hama dans le contexte de l'offensive de l'armée syrienne, les chefs des groupes (qui composent, ndlr) le Front al-Nosra ont pris la décision de s'unir avec l'EI", a fait savoir M. Kartapolov.

Plus tôt, le ministère russe de la Défense avait déclaré que les tensions entre les différents groupes terroristes en Syrie augmentent, ce qui est lié à la lutte pour le contrôle des territoires et des sources de revenu.

De même, d'après lui, les terroristes tentent de compléter leurs groupes par des recrutements de nouveaux combattants.

Or, avec l’avancée des troupes gouvernementales, les terroristes qui se sont retrouvés dans ces régions, tentent de leur échapper en se déclarant de l'"opposition modérée".

Insurgé syrien. Image d'illustration



Les USA ont fourni 50 tonnes de munitions à l'"opposition modérée" syrienne


"Pour obtenir un soutien politique et de l'aide financière de l'étranger, les chefs d’un certain nombre de groupes affiliés au Front al-Nosra ont pris la décision de renier leurs symboles pour passer sous la bannière de Ahrar al-Sham qui est considéré par l'Occident comme faisant partie de l'+opposition modérée+", a conclu le général.


Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20151030/1019210800/alnorsa-ei-opposition.html#ixzz3qkS2fM5V

1298
France: la gauche et les espoirs douchés de la communauté musulmane




C'était l'un des socles qui a permis l'arrivée de François Hollande à l'Elysée : le vote de la communauté arabo-musulmane. Elle représente 5% du corps électoral. Un sondage de l'institut Ifop, basé sur leurs prénoms et parfois sur leurs lieux de naissances, nous montre que ces électeurs se sont massivement abstenus deux ans plus tard pour les municipales. A cinq semaines des régionales, la gauche est-elle encore menacée par ce « désamour » ?


Ils ont voté à 86% pour François Hollande en 2012. Mais deux ans plus tard, les Français musulmans ou issus de l'immigration maghrébine n'y croient plus : « Cet électorat s'est principalement réfugié dans l'abstention, d'où un effondrement du nombre de voix par la gauche dans toute une série de quartiers », explique le directeur du département Opinion de l'Ifop, Jérôme Fourquet.

Et ce fut le cas à Toulouse, ville passée à droite en 2014. La gauche avait perdu 3000 voix, en grande partie à cause de l'abstention de la communauté arabo-musulmane. Des électeurs déçus, d'abord par le manque de résultats du gouvernement : « C'est plutôt les questions de vie quotidienne, à la fois les questions sociales, le chômage, les salaires mais aussi les questions qui touche à la sécurité, au trafic de drogue, qui expliquent ce désamour », analyse Gilles Finchelstein, directeur de la Fondation Jean-Jaurès qui a commandé cette étude.

Un « désamour » loin de surprendre le député socialiste, Malek Boutih : « Il y a eu une sorte d'incompréhension. Je crois que l'attente des banlieues, c'est pas une attente d'une gauche qui vient les protéger, dire du bien d'elles. Elles voulaient de l'ordre, elles voulaient qu'on aide leur jeunesse et surtout elles veulent de l'émancipation sociale économique et on est passé totalement au travers avec beaucoup de dispositifs d'aides et très peu de dispositifs de perspectives. »

La menace Front national aux prochaines régionales pourrait être la meilleure alliée de la gauche pour mobiliser et reconquérir cet électorat devenu volatile.

http://www.rfi.fr/france/20151104-france-gauche-espoirs-douches-communaute-musulmane-hollande-banlieue?ns_campaign=reseaux_sociaux&ns_source=FB&ns_mchannel=social&ns_linkname=editorial&aef_campaign_ref=partage_user&aef_campaign_date=2015-11-04

1299
Etats-Unis : les Anonymous dévoilent une liste de 1000 personnes liées au Ku Klux Klan

Le groupe de pirates informatiques a tenu sa promesse en publiant une liste de membres et de sympathisants du groupe ségrégationniste américain.



Le groupe de hackers Anonymous a publié, jeudi 5 novembre, une liste de 1 000 noms liés au Ku Klux Klan aux Etats-Unis. Les pirates informatiques avaient annoncé des révélations imminentes fin octobre, et ont choisi de révéler ces noms à la date symbolique du 5 novembre, jour anniversaire de l'échec de l'attentat perpétré en 1605 par Guy Fawkes, contre le roi d'Angleterre de l'époque. Le visage de Guy Fawkes est devenu l'effigie des Anonymous.

Dans la liste publiée sur Pastebin, on découvre des liens vers des profils Facebook et Google+ de 1 000 personnes, qui ont déclaré leur soutien à des groupes liés directement au Ku Klux Klan, pages sur lesquelles les messages et les images ouvertement racistes pullulent.

"Une forme de résistance" contre le racisme



Les Anonymous justifient leur acte comme étant une "forme de résistance" contre le racisme. Le groupe de hackers explique par ailleurs que leur "opération KKK" n'a pas été basée sur un piratage de sites internet, mais sur une collecte de données.

La mouvance Anonymous relance en fait des hostilités entamées il y a un an, quand des membres du Ku Klux Klan avaient menacé des manifestants de Ferguson, ville du Missouri où un jeune Noir avait été tué par un policier blanc en août 2014. Depuis, les Anonymous assurent être parvenus à pénétrer dans les réseaux informatiques de nombreux membres du KKK et avoir piraté une liste d'un millier de membres de la fraternité, liste qui sera rendue publique courant novembre.

Ces révélations ont été effectuées en même temps qu'un autre événement lié aux Anonymous, la "Marche des millions de masques". Cette manifestation anti-capitaliste, organisée à Londres jeudi soir, a donné lieu à de violents affrontements. Des protestataires ont lancé des feux d'artifice et des bouteilles sur les policiers, dont certains ont été renversés de leurs chevaux, tandis que plusieurs manifestants en sang ont été pris en charge. Cinquante personnes ont été arrêtées et des policiers blessés ont été transférés à l'hôpital.


http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/les-anonymous-devoilent-une-liste-de-1-000-personnes-liees-au-ku-klux-klan_1162249.html

1300
Répartition des migrants dans l'UE: la France accueille ses premiers demandeurs d'asile



Le plan européen de répartition des réfugiés se met peu à peu en place: la France s'apprêtait vendredi à accueillir son premier contingent de candidats à l'asile, 19 Erythréens, lors d'une "action expérimentale" préfigurant l'arrivée de 30.000 personnes en deux ans.

Ces demandeurs d'asile (18 hommes et une femme, âgés de 26 ans en moyenne) étaient attendus dans la journée près de Nantes, après un long voyage en bus depuis l'Italie où ils ont transité par des centres d'enregistrement ou "hotspots", a indiqué vendredi le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Leur nombre reste limité mais il s'agit d'une "première action expérimentale" avant une montée en puissance du dispositif. La France "a proposé à l'Italie et à la Grèce de prendre en charge 200 personnes en novembre, 300 en décembre et 400 en janvier", a précisé le ministre Bernard Cazeneuve.

Ces Erythréens sont en effet les premiers bénéficiaires en France du programme de "relocalisation" sur lequel les Européens se sont mis d'accord en septembre, après de laborieuses discussions, pour se répartir 160.000 personnes selon des critères de population, de PIB, de chômage, d'efforts déjà consentis... Sur ce total, la France s'est engagée à prendre en charge un peu plus de 30.000 personnes en deux ans.

Le mécanisme est encore en rodage: la Grèce a procédé mercredi à sa première relocalisation avec 30 migrants partis au Luxembourg, l'Italie a envoyé 87 personnes en deux fois vers la Suède et la Finlande.

Pour les 19 Erythréens attendus vendredi, la première étape sera l'hébergement en structure d'accueil "à proximité de Nantes". Leur parcours sera ensuite celui, classique, des demandeurs d'asile -- même si Bernard Cazeneuve, en leur souhaitant "la bienvenue en France", a assuré "que leurs demandes d'asile seront examinées avec une particulière célérité".

Une première évaluation de leur vulnérabilité a été faite dans un centre d'accueil en Italie, après le passage en "hotspot" ou ils ont été enregistrés par des officiers italiens et des équipes de Frontex (l'agence européenne de surveillance des frontières).

- Quatre mois -

Mais "la véritable instruction aura lieu sur le territoire français. Il y a une présomption de protection mais l'Ofpra décidera de façon souveraine", a indiqué à l'AFP son directeur général Pascal Brice, en précisant que l'Office français de protection des réfugiés et apatrides organiserait prochainement une "mission foraine" sur place pour instruire leur demande.

La procédure sur leur demande d'asile pourrait ainsi être bouclée en quatre mois.

La France avait déjà pris en charge quelque 600 réfugiés, essentiellement des Syriens, qui étaient arrivés de Munich début septembre, mais il s'agissait d'une opération distincte destinée à soulager l'Allemagne devenue la destination favorite des candidats à l'exil depuis l'été.

De bons connaisseurs du mécanisme soulignent également que, si le choix a été fait de faire partir les réfugiés par petits groupes, c'est aussi parce qu'ils restent encore prudents face à ces programmes de "relocalisation" qu'ils connaissent mal.

"Beaucoup veulent garder la possibilité d'aller en Allemagne", soupire un observateur, qui se dit toutefois convaincu que le dispositif prendra rapidement sa vitesse de croisière.

Le président du Conseil européen Donald Tusk lui-même avait noté mercredi une certaine réticence du côté des migrants: "Comment les convaincre que la Lituanie, la Pologne, la Slovaquie, la France et l'Espagne sont aussi bien que l'Allemagne et la Suède?"

L'Allemagne se rapproche peu à peu du million de migrants arrivés sur l'année -- alors que la France devrait connaître en 2015 une hausse de l'ordre de 20% de sa demande d'asile, qui était de 65.000 environ l'an dernier.

Selon le patron de Frontex, l'UE a enregistré 800.000 "entrées illégales" depuis le début de l'année. La Commission européenne a pour sa part chiffré à trois millions le nombre de migrants qui devraient arriver dans l'UE d'ici 2017.

http://www.lemainelibre.fr/actualite/repartition-des-migrants-19-demandeurs-dasile-arrivent-en-france-06-11-2015-147434

1301
L'Etat islamique soupçonné d'avoir utilisé du gaz moutarde lors de combats en Syrie

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques affirme que ce gaz asphyxiant a été utilisé le 21 août à Marea, une ville de la province d'Alep. La rébellion pointe du doigt le groupe Etat islamique



Du gaz moutarde a été utilisé pendant l'été 2015 lors de combats en Syrie. C'est ce qu'a confirmé pour la première fois l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, qui n'a désigné aucun responsable. Comme l'ont indiqué jeudi 5 novembre des sources au sein de l'OIAC, les experts en armes chimiques ont conclu que ce gaz asphyxiant avait été utilisé le 21 août à Marea, une ville de la province d'Alep. Un rapport encore confidentiel a été envoyé aux Etats membres de l'organisation, qui doivent se réunir fin novembre.

Des militants syriens et des ONG médicales avaient déjà affirmé, fin août, qu'une attaque à l'arme chimique avait touché des dizaines de personnes à Marea, où des combats opposaient des rebelles à des jihadistes du groupe Etat islamique.

Un "gaz jaune" après un bombardement de l'Etat islamique

Des patients soignés dans un hôpital d'Alep rattaché à Médecins sans frontières avaient évoqué un obus de mortier dégageant "un gaz jaune" dans leur maison. Selon des militants présents sur place au moment des faits, plus de 50 obus avaient été tirés ce jour-là sur Marea par les jihadistes.

Les accusations de recours aux armes chimiques par l'Etat islamique se sont multipliées ces derniers mois en Irak comme en Syrie, où le groupe jihadiste occupe de vastes régions. Washington, Londres et Paris avaient également accusé, en août, le régime syrien d'avoir utilisé du gaz de chlore contre des groupes rebelles.

Le régime syrien est censé avoir détruit tout son arsenal chimique, aux termes d'un accord américano-russe de septembre 2013 qui lui a permis d'éviter des bombardements occidentaux, après, déjà, des accusations d'utilisation de chlore. Mais l'OIAC a conclu, en 2014, que du gaz de chlore avait tout de même été utilisé, après cette date, dans le conflit.

http://www.francetvinfo.fr/monde/revolte-en-syrie/l-etat-islamique-soupconne-d-avoir-utilise-du-gaz-moutarde-lors-de-combats-en-syrie_1162381.html

1302
Angoulême : un camion dans une drôle de position à cause de son GPS

Ce chauffeur de camion n'aurait pas du faire confiance à son GPS qui l'a emmené dans un "piège"

On ne compte plus les histoires relatives aux GPS. Il y a ceux qui voulaient se rendre dans une ville belge mais qui arrivent dans la même ville en France, ceux qui ont fait des détours étonnants mais jamais nous n'avions encore eu un camion dans pareille position !



Un chauffeur, un peu trop à l'écoute de son GPS, ne s'est pas rendu compte du piège dans lequel les instructions de ce dernier allaient le jeter ! Suivant la route indiquée, il s'est retrouvé dans un passage beaucoup trop étroit dans les ruelles d'Angoulême. Bloqué à l'intersection de la rue de Paris, son camion s'est tout simplement coincé entre les murs des maisons. Le quotidien "Sud Ouest" rapporte qu'une dépanneuse spécialisée est intervenue sur place et que l'opération pour débloquer le camion devait durer la journée. Il a fallu en effet désolidariser la remorque du tracteur pour les sortir de là.

Moralité, écouter son GPS c'est bien mais réfléchir c'est mieux !

https://fr.news.yahoo.com/angoul%C3%AAme-un-camion-dans-une-dr%C3%B4le-de-position-%C3%A0-cause-de-son-gps-085343036.html?cmp=frfbac

1303
Le fondateur de Megaupload affirme vouloir créer un Internet alternatif, libre et indépendant



Le magnat d'Internet Kim Dotcom, ex-président du site de partage de données Megaupload, fermé en 2012, veut créer son propre réseau Internet privé qui fonctionnera en ponctionnant de l'espace de stockage sur les smartphones qui l'y autoriseront.

Le génie de l'informatique allemand Kim Schmitz, alias Kim Dotcom ou encore Kimble, vient d'annoncer une nouvelle idée qui pourrait révolutionner la toile d'ici une dizaine d'années.

Sur le site du média néo-zélandais Stuff, l'homme a expliqué qu'il travaillait sur une nouveau réseau appelé MegaNet qui, pour fonctionner, comptera sur la puissance de traitement inutilisée des téléphones et ordinateurs portables des personnes qui, si elles le souhaitent, lui céderont un segment de bande passante pour le service.



De fait, plus l'application MegaNet sera téléchargée, plus le réseau pourra élargir son champ de fonctionnement : «si 100 millions de smartphones sont réunis, le réseau aura une capacité de stockage en ligne, de bande passante et de puissance de calcul aussi puissante que le top 10 des plus importants sites internet dans le monde combinés», a-t-il expliqué à la conférence SydStart à Sydney la semaine dernière.



Le réseau reposera sur les infrastructures Internet déjà existantes et utilisées au quotidien par les internautes, mais ajoutera une nouvelle couche de chiffrement passant par toutes les communications. Mais surtout, selon Kim Dotcom, son système de cryptage sera si puissant, qu'aucun ordinateur, aussi puissant soit-il, ne parviendra à y pénétrer pour le déteriorer.


En fait, «MegaNet» se basera sur un Internet qui n'utilise pas d'adresse IP, mais «qui utilisera le blockchain [le registre public Bitcoin] ainsi que de nouveaux protocoles pour communiquer et échanger des données». De fait, sans adresse IP, impossible de pirater le serveur ou d'effectuer des attaques sur des sites web.

Dotcom se vante de ce nouveau réseau entièrement crypté, qui fonctionnera «par le peuple et pour le peuple». Les gouvernements ne pourront, selon lui, plus imposer leurs réglementations et leur controle sur la vie privée des utilisateurs de Meganet.

Pour pouvoir fonctionner et alimenter le réseau, l'application puisera dans les ressources non utilisées de votre smartphone, la capacité de stockage et la bande passante lorsque l'appareil est inactif, comme par exemple le Wifi.

Voulant rassurer les utilisateurs de smartphones qui seraient effrayés à l'idée que l'on puisse leur piquer de la bande passante, Dotcom assure : «ce sont les utilisateurs eux-même qui choisiront s'ils permettent ou non à Meganet de puiser dans les ressources de leur appareil électronique, il définissent eux même les restrictions», ajoutant néanmoins que dans tous les cas, «cela ne leur coûte rien».

Le millionnaire allemand, qui est toujours en attente de son extradition de Nouvelle-Zélande vers les Etats-Unis pour l'affaire Megaupload, son site de partage de données fermé en 2012 car considéré comme illégal, admet néanmoins que pour un fonctionnement optimal de MegaNet, il faudra attendre que les smartphones actuels gagnent largmement en puissance «ce qui sera le cas dans quelques années» affirme-t-il.

https://francais.rt.com/international/9785-fondateur-megaupload-cree-internet-alternatif

1304
Think Climate Crisis Is A Hoax? These 20 Before-And-After Photos Will Leave You Speechless.



Climate change could subject an additional 600 million people to malnutrition by 2080.
◦We’re on track to see global temperatures rise up to 4°C by the end of the century.
◦Ocean levels on Earth have risen an average of three inches in the last 23 years; and could swell an estimated three feet in the next century.
◦The warming that we’ve seen in the last 30 years is due to human-made greenhouse gases.

Sounds familiar yet unreal? While these facts are truly shocking, some of us just refuse to accept the reality. Well, Climate Change Is Depressingly Robust.

The US Geological Survey is using Repeat Photography to document the progression of global warming and visually convey that climate change is real and happening. The striking photos are created by pairing historic images, from the 1800s to the early 1900s, with contemporary photos of the same landscapes to give global warming a face and make climate change a relevant issue to viewers. The project covers Montana’s Glacier National Park, as well as public parks and forests in Alaska.

While Russia claims global warming is nothing more than a western fraud, America offers evidence that global warming is not only ongoing – but is having real, and drastic effects on the world around us. Take a look at these 20 before-and-after images that reveal the impact of climate change – the results are shocking, and speak for themselves:


Arctic ice, 1980 and 2012

Aral Sea, 1989 and 2014

1920 and 2008: Grinnell Glacier Overlook in Montana.



1930s and 2005: Alaskan Pedersen Glacier



The Enterprise Bridge passes over a section of Lake Oroville in 2011 (left) and 2014 (right) in Oroville, California, which is experiencing “exceptional” drought.



Bleaching of the Great Barrief Reef, 2002 and 2014



1880s and 2005: Alaskan Muir Glacier and Inlet



1926 and 2008: Grinnell Glacier in Montana



The San Blas archipelago in Panama, 2002 and 2014



Aral Sea shrinkage, Central Asia, 2000 and 2014

http://anonhq.com/think-climate-crisis-is-a-hoax-these-20-before-and-after-photos-will-leave-you-speechless/

1305
Suède : ces bus roulent grâce aux excréments de la population



4 novembre 2015 / Catégories: Articles, Rédaction   / Tags: bio, bus, écologie, méthane, solution, Stockholm, suede, transport, vert   / Réclamations et signalements

À Stockholm, des autobus roulent grâce aux eaux usées de la ville. Constituées en grande partie de nos déjections, ces eaux sales sont fermentées dans une usine pour produire du biogaz (ou bio-méthane), utilisé comme carburant. Regard sur une pratique novatrice.

En matière d’éco-responsabilité, la Suède est souvent montrée en exemple. Pour cause, alors que plus de 40% de son électricité est déjà renouvelable, le pays tente d’améliorer l’efficacité énergétique des secteurs qui peuvent l’être. C’est notamment le cas du transport qui nécessite une autre approche axée sur la revalorisation des déchets. La Suède donne désormais une seconde vie aux eaux usagées de la capitale d’une manière inattendue. Celles-ci sont réutilisées, traitées et exploitées pour créer la source énergétique qui anime un tiers des bus de Stockholm : le biogaz.

Ce bond en avant tient d’une ancienne usine souterraine d’Henriksdal. Inaugurée en 1941, la centrale assure le traitement des eaux usées de la capitale. Creusés dans la roche, pas moins de 20 km de tunnels abritent bassins et réservoirs de décantation. Ils fonctionnent comme dans une station d’épuration classique : les eaux usées d’environ 1 million d’habitants sont recueillies dans les réservoirs, elles sont ensuite filtrées de nombreuses fois par décantation et désinfection. À la suite de quoi elles sont rejetées, propres, dans la nature. L’usine suédoise ajoute une subtilité de taille à l’opération de traitement.



Du filtrage à la production de biogaz

À ces eaux usées, qui contiennent donc les excréments de la population, on y ajoute d’autres déchets organiques comme les graisses des restaurants. Après avoir été filtrées, les boues d’épuration sont transférées dans des bassins pour les faire fermenter. Les boues libèrent naturellement du bio-méthane qui est capturé et stocké. Le biogaz récolté est ainsi utilisé pour alimenter les réservoirs des bus en tant que carburant. Le procédé s’avère doublement avantageux puisqu’il évite de consommer les énergies fossiles de la planète, tout en rentabilisant l’une des ressources les plus abondantes dont nous disposons…

Ainsi, 36% des bus de la ville circulent aujourd’hui grâce au bio-méthane produit par l’usine qui fait figure de pionnière en la matière. Plus de 850 000 m3 y sont recyclés chaque année, initialement pour fournir du gaz de chauffage. Ce procédé pourrait-il cependant servir de modèle pérenne dans la gestion des énergies à plus ou moins grande échelle ? À ce jour, le cycle de l’eau se fait, dans la plupart des pays et notamment en France, de manière linéaire sans en exploiter toutes les possibilités. Avec la revalorisation des eaux usées, on pourrait tirer de l’énergie « gratuite » (hors investissements) d’une source destinée à être jetée, considérée à ce stade comme inutile. On rassurera les narines fines, ce type de station souterraine exclut les inconvénients telles que les mauvaises odeurs.



Et en France ?

Si certain pays de l’Union Européenne semblent timidement adopter le système (comme l’Angleterre et son premier « poo bus » inauguré en mars dernier), pourquoi un pays comme la France ne s’y résout alors pas ? Pour les experts du secteur, cela reste difficile à comprendre. Jean-Pierre Farandou, le patron de Keolis, opérateur français chargé de l’exploitation d’une partie des bus de Stockholm, explique : « C’est un gros investissement, une usine de méthanisation. Sans compter les canalisations éventuelles. Il y a des infrastructures à construire, on est en retard en France ». On notera tout de même que la RATP, dans son plan pour 2025, envisage de faire rouler 20% des bus parisiens au gaz renouvelable d’origine non-fossile. Il faut cependant noter que ce gaz, même provenant du recyclage, reste un émetteur de CO2 mais à moins large échelle que le pétrole.

Au regard de la croissance perpétuelle qui semble animer le monde, une vieille formule nous rappelle que le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas. Si une telle maxime est respectable au quotidien, un déchet qui a déjà été produit, comme c’est le cas des eaux usées, ne devrait-il pas être pleinement exploité dans le cadre des transports collectifs ?



https://mrmondialisation.org/suede-bus-aux-excrements/