Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

1336
Cancer : Si cette découverte est avérée, c’est une bombe !





Un traitement d’avant-garde du cancer semble être la raison pour laquelle une poignée de médecins holistiques ont été récemment découverts « suicidés »: ce traitement est en train de gagner l’attention du monde en tant que potentiel remède universel au cancer. Et de nouvelles images au microscope publiées par First Immune montrent ce remède incroyable en action: on y voit la protéine humaine GcMAF en train d’activer les propres macrophages de l’organisme, qui sont alors en mesure d’attaquer et de détruire les cellules cancéreuses in vitro.

 

La vidéo d’environ deux minutes, qui a été publiée sur YouTube, révèle la véritable puissance de guérison du GcMAF, une protéine humaine que le corps fabrique naturellement, mais dont certaines personnes manquent ou qu’elles ne peuvent pas produire en quantité suffisante.

En fournissant une version activée de cette substance par voie intraveineuse, les scientifiques ont montré que le système immunitaire peut être complètement revigoré pour détruire lui-même les cellules cancéreuses sans la nécessité d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie.

« Votre GcMAF permet à votre corps de se guérir », explique le site GcMAF, géré par First Immune. « Chez une personne saine, le GcMAF est doué de 11 actions découvertes à ce jour, dont deux sur les cellules, trois excellents effets sur le cerveau, et 6 sur le cancer. Parmi celles-ci, il agit comme un ‘directeur’ de votre système immunitaire ».

Traduction de la vidéo:

0:03 – Premier test de l’activité immunitaire du GcMAF
 0:06 – Si ce n’est pas actif ce n’est pas du GcMAF
 0:10 – Dans notre laboratoire, nous cultivons des cellules humaines du cancer du sein MCF7
 0:15 – Les cellules cancéreuses grossissent et remplissent tous les espaces entre elles; elles présentent une image de type « pavage fou ».
0:23 – Nous ajoutons des macrophages aux cellules cancéreuses du sein et rien ne se produit.
 0:26 – Puis nous ajoutons le GcMAF
 0:30 – Image 1. Culture de cellules cancéreuses du sein en monocouche, 48 heures après le début
 0:37 – Image 2. La même monocouche de cellules cancéreuses du sein 72 h après l’ajout des macrophages activés
 0:45 – On peut voir les macrophages sous la forme de petites sphères brillantes
 Elles ont remonté et sont entrées directement dans les cellules cancéreuses
 0:51 – Maintenant, allons voir de plus près
 0:54 – Ici, les macrophages se montrent sous la forme de sphères luisantes
 1:02 – et se lancent pour attaquer les cellules cancéreuses marquées d’une flèche
 1:09 – Les photos à intervalle régulier sur 60 h montre la couche cancéreuse se transformant d’une surface ondulée à une surface lisse, en partant d’en bas à gauche, pendant le processus de destruction du cancer. Puis les « doigts » du cancer sont aussi attrapés et détruits par les macrophages.
 1:39 – Ici nous avons filmé une zone moins active et avons légèrement ralenti la caméra. On voit les macrophages se lier aux cellules cancéreuses qui semblent se replier sous cette attaque.
 2:07 – Pour plus d’informations et pour lire les 46 dossiers de recherche, veuillez visiter www.gcmaf.eu

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, le GcMAF sert de mécanisme d’activation pour les macrophages afin qu’ils ciblent et éliminent les cellules cancéreuses du sein. L’incroyable mécanisme d’action de cette substance se déroule sous nos yeux avec une clarté stupéfiante et est décrit plus en détail dans un article associé intitulé « Multifaceted immunotherapeutic effects of GcMAF on human breast cancer cells ».

« Les photos à intervalle régulier sur une durée de 60 heures montrent la monocouche cancéreuse … qui passe d’un aspect ondulé à lisse … au fur et à mesure que le cancer est détruit, » révèle First Immune. « Puis les ‘doigts’ du cancer sont également avalés et détruits par les macrophages ».

Médecins holistiques suicidés au sujet du GcMAF, qui menace de mettre hors-jeu l’industrie du cancer

Il se trouve que le Dr Jeff Bradstreet, M.D. avait pour premier objectif de sa recherche le GcMAF – Globulin component Macrophage Activating Factor. Le Dr Jeff Bradstreet, médecin de Floride, a été retrouvé mort, flottant dans une rivière en juin. Sa mort soudaine a été immédiatement attribuée au suicide, alors qu’il avait une blessure par balle à la poitrine, ce qui suggère au contraire qu’il a été assassiné.

 

Le « suicide » du Dr Bradstreet est juste l’un des 7 autres qui ont eu lieu en plusieurs endroits dans la même période, et tous faisant partie de la communauté des médecins holistiques. Le Dr Bradstreet, ainsi que ses autres défunts collèges, avaient tous été impliqués dans la recherche axée sur le potentiel du GcMAF, en tant que traitement et guérison du cancer, un traitement qui ne produit pas d’effets secondaires mortels comme le font les traitements conventionnels du cancer.

En fait, ce n’est pas le GcMAF qui guérit le cancer, bien sûr – il fournit simplement au système immunitaire les munitions nécessaires pour éradiquer et guérir le cancer, de manière naturelle. Et cela représente une menace pour l’industrie pharmaceutique, qui encaisse chaque année des milliards de dollars en utilisant le colportage, le charlatanisme, comme la chimiothérapie et la radiothérapie, qui ont toutes deux fait l’objet d’études prouvant qu’elles causaient davantage de cancers.

« La thérapie par le GcMAF et / ou la thérapie orale d’activation macrophagique MAF du colostrum est indiquée dans le traitement de toutes les maladies où il y a un dysfonctionnement immunitaire ou lorsque le système immunitaire est compromis, » explique le site d’une clinique du Japon qui vend une forme orale de GcMAF.

En plus du cancer, les conditions énumérées comme des candidats appropriés pour le traitement GcMAF comprennent:

Maladies auto-immunes
Virus d’Epstein-Barr (EBV)
Virus de l’hépatite B (VHB)
Virus de l’herpès simplex (HSV)
Cystite
Virus de l’hépatite C (VHC)
Sclérose en plaques (MS)
Infection des voies urinaires (UTI)
Troubles du spectre autistique (TSA)
Polyarthrite rhumatoïde (RA)
Endométriose
Syndrome de fatigue chronique (SFC)
Maladie de Lyme (Borréliose de Lyme)
 Déficience en immunoglobuline A (IgA)
Encéphalomyélite myalgique (ME)
Infections à mycrobactéries
Maladie de Parkinson
Tuberculose
Fibromyalgie
Papillomavirus humain (VPH)
Lupus érythémateux disséminé (SLE)
VIH, SIDA
Fièvre de la dengue
Pneumonie
Verrues causées par une infection virale
Norovirus
Virus de la malaria, de la grippe
Fièvre Q ( Coxiella burnetii)
Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
Varicelle (virus varicelle-zona)
Psoriasis
Infections des voies respiratoires
Colite ulcéreuse, maladie de Crohn
Diabète de type 1 (DT1), diabète insulino-dépendant (IDDM)
Diabète de type 1.5 , diabète auto-immun latent des adultes (LADA)

Voyez d’autres traitements anti-cancer de la presse indépendante sur AntiCancer.news

Vous pouvez également faire vos propres recherches sur d’autres types de traitements contre le cancer sur TruthWiki.org

Sources:
Youtube
Natural News
GcMAF.se
Saisei Mirai Clinics

Crédit: Natural News

http://www.sante-nutrition.org/regardez-comment-ce-traitement-puissant-tue-les-cellules-cancereuses-en-temps-reel-des-medecins-holistiques-suicides-a-la-suite-de-cette-avancee-decisive/

1337
Un jeune chercheur camerounais met au point un ciment écologique produit à base de latérite



Tags:  Patrick Lemougna
 Ciment écologique
 Kwame Nkrumah
 Chercheur
 économie
 Economique
 
 

(Investir au Cameroun, le mag de l'économie camerounaise) - Patrick Lemougna Ninla (photo), jeune chercheur camerounais, vient d’être honoré par le Prix national jeunes scientifiques Kwame Nkrumah, organisé par l’Union africaine et l’Académie des sciences pour le monde en voie de développement (TWAS).

A l’origine de cette distinction qui vient de lui être remise à Yaoundé par la ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Madeleine Tchuinté, une trouvaille qui risque d’apporter une petite révolution dans la production du ciment.

En effet, ce chercheur âgé de 30 ans, diplômé de chimie de l’Université de Yaoundé I, a mis au point une variété de ciment produite à base de latérite, matériau disponible sur 70% du territoire camerounais, mais très peu usité.

En plus de la disponibilité de la matière première, le «ciment made in Lemougna» recèle d’importants avantages écologiques, dans la mesure où, apprend-on, son processus de production émet bien moins de C02 que le ciment Portland, fabriqué à base de clinker et de pouzzolane chauffés à 1400 degré.

Avec de la matière première disponible et peu coûteuse, le ciment écologique à base de latérite devrait pouvoir tirer vers le bas les prix du ciment au Cameroun et en Afrique en général, ainsi que le rêve le jeune chercheur.

Mais, pour l’heure, son projet de production n’est encore qu’à la phase pilote. L’industrialiser nécessite d’importants financements qui, hélas, manquent beaucoup aux jeunes chercheurs africains.

http://www.investiraucameroun.com/mines/0311-6853-un-jeune-chercheur-camerounais-met-au-point-un-ciment-ecologique-produit-a-base-de-laterite

1338
Pourquoi les gens défendent-ils des systèmes injustes, incompétents et corrompus ?

Donnes un cheval à celui qui dit la vérité : il en aura besoin pour s’enfuir.

Comment se fait-il que les gens défendent et appuient des systèmes sociaux (gouvernements, institutions, entreprises…) qui s’avèrent injustes, incompétents et corrompus ?




Dans le cadre de la théorie de la justification du système (1), en psychologie sociale, des études montrent qu’ils cherchent à maintenir leurs vues selon lesquelles leurs systèmes sociaux sont relativement légitimes, même lorsqu’ils sont confrontés à des informations qui suggèrent le contraire. Ils s’engagent alors dans des processus psychologiques qui visent à défendre le système et à le justifier.

Mais ils ne justifient pas leurs systèmes sociaux en tout temps, expliquent les psychologues Aaron C. Kay de l’Université Duke et Justin Friesen de l’Université de Waterloo. Certains contextes, proposent-ils dans une étude publiée en 2011 dans la revue Current Directions in Psychological Science, motivent davantage à défendre le statu quo.






 
Selon leur analyse des études sur le sujet, 4 conditions peuvent motiver à justifier un système.

Le système est menacé

Lorsque menacés les gens se défendent eux-mêmes et défendent leurs systèmes. Par exemple, illustrent les chercheurs, avant la destruction des tours du World Trade Center de New York le 9 septembre 2001, le président George Bush plongeait dans les sondages. Aussitôt après, sa cote de popularité a grimpé ainsi que le soutien au Congrès et à la police.

Autre exemple, lors de l’ouragan Katrina, les Américains ont été témoins de l’insuffisance « spectaculaire » de la capacité de la FEMA (Federal Emergency Management Agency) à sauver les victimes. Pourtant, beaucoup de gens ont blâmé les victimes plutôt que d’admettre les ratés de l’agence et de soutenir des idées pour l’améliorer.

En temps de crise, disent les auteurs, « nous voulons croire que le système fonctionne ».

Les gens sont dépendants du système

Les gens défendent également des systèmes desquels ils dépendent. Dans une expérience, illustrent les chercheurs, des étudiants ayant été mis dans un contexte les incitant à se sentir dépendant de leur université défendaient une politique de financement de cette dernière, mais désapprouvaient la même politique de la part du gouvernement. Mais lorsque mis dans un contexte les amenant à se sentir dépendants du gouvernement, ils approuvaient la politique de la part du gouvernement mais pas de la part de l’université.

Les gens ne peuvent échapper au système

 « Lorsque nous sentons que nous ne pouvons pas échapper à un système, nous nous adaptons. Cela inclut d’accepter des choses que, autrement, nous pourrions considérer indésirables », expliquent les chercheurs.

Dans une étude, mentionnent-ils, les participants étaient informés que les salaires des hommes dans leur pays étaient 20% plus élevés que ceux des femmes. Plutôt que de considérer le système injuste, ceux qui estimaient qu’ils ne pouvaient pas émigrer avaient tendance à attribuer l’écart salarial à des différences innées entre les sexes. « On penserait que quand les gens sont coincés avec un système, ils voudraient davantage le changer », dit Kay. « Mais en fait, plus ils sont coincés, plus ils sont susceptibles d’expliquer ses lacunes. »

Les gens ont peu de contrôle personnel

Finalement, des études suggèrent que quand les gens sentent un manque de contrôle personnel sur leur propre vie, ils ont tendance à compenser en soutenant les systèmes et les dirigeants qui offrent un sens de l’ordre, afin d’être rassurés que les choses sont sous contrôle.




La justification, soulignent les chercheurs, n’est pas la même chose que l’approbation. En justifiant un système, les gens lui attribuent souvent des qualités qu’il n’a pas mais devrait avoir. Il y aussi des limites, des point de basculement, au-delà desquels les systèmes ne sont plus considérés comme étant moins légitimes, mais comme complètement illégitimes et donc presque impossibles à défendre.

psychomedia.qc.ca avec sources: Association for Psychologial Science, Current Directions in Psychological Science.

Tous droits réservés




Voyez également:

Lorsque des croyances sont menacées, le recours à des arguments non vérifiables augmente
 De l’ignorance à la confiance envers les gouvernements

(1) Introduite par le psychologue John. T. Jost et ses collègues en 1994.
 Psychomédia avec sources: Association for Psychologial Science.

Publié par Chris Orgone

 

Source : http://indicescibles.blogspot.fr

En savoir plus sur http://stopmensonges.com/pourquoi-les-gens-defendent-ils-des-systemes-injustes-incompetents-et-corrompus/#pVdzlGppLIODZS6y.99

1339
Agenda 21 et mise en place du Nouvel Ordre Mondial

Quoi qu’on en dise, il n’est pas possible de remettre en cause le « Nouvel Ordre Mondial » qui est actuellement en train d’être mis en place, les faits sont là et incontestables, et si l’on doit parler du Nouvel Ordre Mondial, il faut également aborder le sujet de l’Agenda 21 qui n’est pas connu du plus grand nombre même s’il n’est pas aussi secret que le TAFTA comme on peut le voir ici pour la France, et là en résumé:




L’Agenda 21 a été mis en place en 1992 lors de la conférence des Nations-Unies sur l’environnement et le développement à Rio de Janeiro au Brésil, organisée par Maurice Strong, un milliardaire canadien du pétrole et des affaires et porte-parole des Rothschilds et des Rockefellers. Strong fut le chef de file pour le programme d’exploitation-de-l’environnement-pour-arnaquer-les-gens, main cachée de l’environnement dans le réseau de la Table Ronde qui comprend le groupe Bilderberg, la Commission Trilatérale et le Conseil des Relations Extérieures.

Strong disait à l’appui de l’Agenda 21 : « N’est-ce pas le seul espoir pour cette planète que la civilisation industrialisée s’effondre ? N’est-il pas de notre responsabilité de le provoquer ? » C’est un homme qui est devenu super-riche grâce à l’industrie du pétrole. Il vit aujourd’hui en Chine dans un luxe de milliardaire où l’industrie émettrice de carbone s’envole et il est directeur du Chicago Climate Exchange [CCX en abrégé] (dont le principal actionnaire est Goldman Sachs), qui est le premier projet mondial et le seul système de réduction des gaz à effet de serre de valeur légale en Amérique du nord. 


 

 
Le CCX a été mis en place avec un financement de la Fondation Joyce où Barack Obama fut un jour directeur. Strong et Al Gore s’en sont mis plein les poches grâce au Carbon Exchange et autres moyens grâce aux mensonges dont ils font la promotion sur le changement climatique et aux solutions qu’ils proposent. Kate Johnson a écrit sur le site de Global Research : « Les mêmes hommes qui nous ont vendu le mythe du réchauffement climatique causé par l’homme sont les mêmes qui nous ont venu la « solution » d’une taxe carbone et le Emissions Trading Scheme [système d’échange de quotas d’émissions] et aujourd’hui ils profitent de leurs investissements lucratifs basés sur des mensonges ». Strong s’est envolé pour la Chine en 2006 après avoir été accusé de corruption en rapport avec le pétrole des Nations-Unies pour le programme alimentaire.

La propagande sur le changement climatique est une technique de non-problème-réaction-solution pour justifier l’Agenda 21 et son compagnon, le Traité sur la Biodiversité. C’est un document internationalement contraignant impliquant presque 200 pays. Les US ont signé le traité, mais il n’a pas été ratifié par le Sénat après que des gens comme le Dr Michael Coffman, écologiste et scientifique de l’écosystème ait exposé ses réelles conséquences et implications. Il dit avoir compris pendant les années 80 et 90 que le plan était de prendre comme excuse une protection de l’environnement pour confisquer la moitié des terres des US. Des plans similaires existent pour tous les autres pays. L’Amérique a pu ne pas ratifier le traité, mais il est mis en œuvre actuellement. L’Agenda 21 demande un contrôle mondial centralisé de toutes les terres ; de toutes les propriétés privées, de toutes les sources et distribution d’eau et de toute la production et la distribution alimentaire.

L’Agenda 21 est nommé « agenda pour le 21ème siècle » et il fait penser à un fascisme/communisme mondial. Voici un résumé de ce que l’Agenda 21/Développement Durable/Biodiversité cherche à imposer :


• La fin de la souveraineté nationale
• La planification et la gestion étatisées des territoires pour toutes les ressources, les écosystèmes, les déserts, forêts, montagnes, océans et l’eau douce; l’agriculture; le développement rural; la biotechnologie; et l’assurance d’une « équité » (esclavage équitable)
• L’État « définit le rôle » des entreprises et des ressources financières
• Abolition de la propriété privée (ce n’est pas « durable »)
• « Restructuration » de l’unité familiale
• Des enfants élevés par l’État
• On dit aux gens quel sera leur travail
• Restrictions majeures des déplacements
• Création de « zones de peuplement humain »
 • Repeuplement de masse car les gens sont forcés de laisser vacantes les terres où ils vivaient auparavant
• Éducation abrutissante (réalisée)
• Dépopulation mondiale massive à la poursuite des éléments ci-dessus

Cet horrible programme est coordonné par les Nations-Unies, fer de lance d’une dictature mondiale, via un réseau non-gouvernemental appelé autrefois le Conseil International d’Initiatives d’Environnement Locales [en anglais ICLEI, International Council of Local Environmental Initiatives] et aujourd’hui connu comme Gouvernements Locaux pour la Durabilité, bien que le nom abrégé ICLEI soit toujours en usage. Les Nations-Unies ouvrent maintenant des « ambassades » autour du monde nommées « Maisons des Nations-Unies » sous couvert d’accroître la sensibilisation des activités des Nations-Unies, mais non les activités que les gens ont vraiment besoin de connaître. Ils en ont ouvert une à Hunter Square, à Édimbourg, en Écosse, par exemple.

Les Gouvernements Locaux pour la Durabilité (ICLEI) et d’autres organisations introduisent le programme dans chaque village, ville, cité et région et il commence déjà à s’étendre autour du monde. L’infrastructure d’organisation de l’Agenda 21 est déjà fantastique et implique des agences du gouvernement, des organisations non-gouvernementales (ONG), des think-tanks, des sociétés, des fondations, des opérations « de formation » (contrôle de l’esprit) et des « initiatives » qui ont bâti l’infrastructure de ce qu’ils appellent la société « post-industrielle, post-démocratique » alors que la foule continue ses activités quotidiennes, inconsciente de la prison qui se construit autour d’elle d’heure en heure.

Harvey Ruvin, vice-président de l’ICLEI, était interrogé sur la manière dont l’Agenda 21 affecterait les libertés en rapport avec la Constitution américaine et la Déclaration des Droits, la propriété privée et la liberté d’expression. Il a répondu : « Le collectif doit prendre le pas sur les droits individuels ». L’arrogance de ces gens est époustouflante. Le réseau extraordinaire qui soutient l’ICLEI et l’Agenda 21 incluent diverses institutions. Celles-ci et de nombreuses autres travaillent au même but – l’Agenda 21 et la mise en esclavage total des humains autour du monde, bien que la plupart de ceux qui sont impliqués n’auront aucunement l’idée qu’ils construisent une prison mondiale pour eux et leurs familles.

Une autre de ces organisations de premier plan est le Conseil des Entreprises Mondiales pour le Développement Durable qui inclut la monstrueuse société Monsanto. La destruction de terres agricoles, la contamination des pays avec des toxines et le remplacement d’aliments corrects par des organismes génétiquement modifiés mortels et destructeurs de sol, telle est la contribution de Monsanto pour la « durabilité ». L’Agenda 21 est en fonction dans plus de 600 villes, cités et comtés des US et s’étend de jour en jour.

Un membre des comités de l’Agenda 21 de Santa Cruz en Californie, disait au milieu des années 90 que les propositions qu’il entendait étaient si folles qu’il en riait car elles ne pourraient jamais être appliquées. Elles incluaient que « la surface de la Terre Mère ne soit pas éraflée » ; les humains seraient parqués dans des zones de peuplement ; l’éducation devrait se concentrer sur l’environnement en tant que principe d’organisation et tous les aspects de la vie seraient couverts par l’Agenda 21, mais tous ces programmes délirants sont introduits aujourd’hui. Rien que des visages heureux, gentils, souriants, mais la réalité est que l’Agenda 21 est une stratégie vicieuse, brutale, inhumaine pour imposer un état orwellien mondial.

Les manipulateurs de cet agenda soit créent une organisation locale ou en détourne d’autres, plusieurs d’entre elles dans des lieux largement peuplés et ils placent leurs dirigeants (sous contrôle) pour accorder le projet de l’Agenda 21 à leur communauté conjointement avec des idiots involontaires non informés à qui on vend un cauchemar humain comme moyen de sauvetage de la planète. Ce qui leur permet de prétendre que les décisions ont été prises après une « participation publique » alors que cela aurait été la dernière chose qu’ils voulaient et 99 % de la « communauté » n’a jamais entendu parler de l’Agenda 21 et encore moins pu en parler. Ils ne veulent pas de démocratie, voilà pourquoi ces gens discutent en privé, parfois même en public, d’une société post-démocratique, post-industrielle.

Ils souhaitent contrôler chaque homme, femme et enfant de la planète – tout le monde et partout et toute ressource, source d’eau et morceau de terre. Dans ce but ils ont besoin d’une structure mondiale de contrôle fasciste qui s’implante directement dans toutes les communautés locale sous des autorités à l’échelon local qui renforcent la volonté du centre mondial. C’est pourquoi il y a une telle emphase dans l’Agenda 21 sur les autorités locales et municipales.

Il existe une « organisation de formation » nommée But Commun (finalité commune, consensus commun, tout le monde les mêmes) financée par de grosses sommes d’argent données par les gouvernements et les autorités locales, les forces de police et autres institutions d’état pour « former les dirigeants » de la société post-démocratique, post-industrielle. But Commun a été largement représenté dans ‘l’enquête’ Leveson conduisant en Grande-Bretagne à de nouvelles lois pour les médias. Ce n’est pas un programme de formation ; c’est un programme de programmation qui donne des administrateurs zombis inconditionnels qui servent le dieu de l’Agenda 21 et l’Union Européenne partenaire. Le thème de « commun » s’applique aussi à la toujours plus grande standardisation de lois et règlements et à une référence constante à la « loi internationale ». C’est le déploiement de la dictature mondiale de l’Agenda 21. Que faut-il pour être un dictateur mondial ? Des lois auxquelles chacun sur terre doit obéir – une loi internationale et une standardisation de la réglementation mondiale.

Article en intégralité sur Bistrobarblog.over-blog.com

Rose Koire tente justement d’informer les populations sur le sujet, mais combien pour réellement écouter ou accepter de voir les points reliés, car le problème est justement là, les médias n’ont pas la possibilité d’informer réellement sur le sujet, ce sont les possesseurs des-dits médias qui décident de ce qui peut être dit ou non, problème qui ne risque pas de s’arranger en France…





Alors? Conspiration? Simple théorie pour les plus crédules? Réalité? Seul l’avenir nous en apportera la confirmation, mais pour l’instant, difficile de douter

http://lesmoutonsenrages.fr/2015/08/04/agenda-21-et-mise-en-place-du-nouvel-ordre-mondial/

1340
Sécurité / La Cybercriminalité
« le: 03 novembre 2015 à 21:59:46 »
La Cybercriminalité

"Ce n’est pas à la personne humaine d’être l’esclave de la technique, c’est à elle de servir l’homme.»

R. Savatier




La cybercriminalité est une notion floue et abstraite qui a vu le jour à la fin des années 1990. Elle désigne «toutes les infractions pénales susceptibles de se commettre sur ou au moyen d’un système informatique généralement connecté à un réseau.». Selon l’OCDE, la cybercriminalité s’assimile à «tout comportement illégal, ou contraire à l’éthique, ou non autorisé, qui concerne un traitement automatique de données et, ou de transmission de données».

Le terme cybercriminalité renvoie à une nouvelle forme de délinquance qui se situe dans un espace virtuel communément appelé le «cyberespace». En effet, si Internet a permis à des millions de personnes d’accéder à d’innombrables informations, son développement a par ailleurs engendré la naissance du «cybercrime». Le terme cyber se voit ainsi associé à toutes sortes de délinquance: la «cyberfraude», le «cyberterrorisme», la «cyberpédophilie», etc.

 

C’est pourquoi la France, mais également la communauté internationale, souhaitent se prémunir contre cette menace. Au niveau national, le législateur, la doctrine et la jurisprudence se sont saisis du domaine d’Internet contribuant ainsi à l’émergence d’une nouvelle branche du droit: le «cyber droit pénal». L’internaute est un justiciable et nul n’est censé ignorer la loi.

 

Le 10 juin 2009, les sages du Conseil Constitutionnel ont estimé que l’accès à Internet est un droit fondamental pour les citoyens, ce qui limite, notamment, les moyens d’actions du législateur dans sa lutte contre la cybercriminalité.

 

La cybercriminalité est une des formes de délinquance qui connait actuellement la croissance la plus forte. La rapidité et la fonctionnalité des technologies modernes, conjuguées à l’anonymat qu’elles permettent, facilitent la commission de nombreux crimes et délits.

 

En réalité, cet anonymat est une chimère. Outre les hackers et autres virtuoses du web, chaque internaute est assez aisément identifiable. Le titulaire de l’accès à Internet par un abonnement est une personne physique, ou morale, qui se voit attribuer temporairement, ou pour toute la durée de son abonnement, une adresse IP lui permettant de communiquer sur Internet. L’adresse IP correspond à un numéro qui permet l’identification de chaque ordinateur connecté à Internet et par conséquent, l’identification de son utilisateur.

 

D’autre part, en matière d’investigation, les ordinateurs sont de véritables «réservoirs de preuves». Ce qui autrefois était consigné sur du papier a toutes les chances d’être aujourd’hui consigné sous forme numérique. Tout informaticien armé des bons outils peut retrouver et exhumer tous fichiers et dossiers compromettants pourtant soigneusement effacés.


Il apparait que la cybercriminalité renvoie à 3 types d’infractions:



•Tout d’abord, il y a les formes traditionnelles de criminalité facilitées par les technologies de l’information et de la communication. La fraude ou l’escroquerie en sont de parfaits exemples. En effet, les arnaques, les fraudes ou encore le non-respect du copyright préexistent à Internet mais on ne peut nier quela toilea favorisé leur développement.
•Sont visées ensuite les infractions dites «de contenu» telles que la pédophilie via Internet, le racisme ou la xénophobie. On ne peut pas tout faire et tout dire sur Internet, c’est pourquoi tous les blogueurs doivent faire preuve d’une certaine prudence. En effet, ces derniers peuvent êtres poursuivis s’ils commettent des infractions (diffamation, etc.) via leurs blogs.
•Enfin, il y a le nouveau crime, celui qui a vu le jour avec les nouveaux réseaux électroniques. Ce sont les infractions visant les systèmes d’information et les systèmes de traitement de données. Le piratage est sans doute l’exemple le plus connu.
•Le point commun de toutes ces infractions est qu’elles peuvent être commises à grande échelle. La distance géographique entre le lieu où l’acte délictueux est commis, et ses effets peut être considérable: un hacker basé à Strasbourg peut tout à fait pirater le système de sécurité d’une banque parisienne.



Il convient de s’intéresser aux diverses infractions que peut recouper la cybercriminalité:

Le Hacking ou piratage

Le terme piratage désigne l’utilisation de connaissances informatiques à des fins illégales.


L’article 323-1 du code pénal sanctionne«le fait d’accéder ou de se maintenir frauduleusement, dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé». La peine encourue est 2 ans d’emprisonnement et 30000€ d’amende. Celle-ci peut être portée à 3 ans d’emprisonnement et 45000€ d’amende lorsqu’il en résulte «soit la suppression, soit la modifications de données contenues dans le système, soit un altération du fonctionnement de ce système».


Le hacker encourt également, au titre des peines complémentaires, la confiscation du matériel informatique qui a servi ou était destiné à commettre l’infraction.


Il convient de préciser que le hacker engage sa responsabilité pénale mais également sa responsabilité civile. Il devra ainsi verser des dommages-intérêts à la victime pour l’indemniser.

Le spoofing

Le «spoofing» s’apparente au «hacking». Il désigne le fait d’intervenir dans les communications entre une ou plusieurs machines dans le but de se substituer frauduleusement à une ou plusieurs des machines. Cela permet d’intercepter des données, des correspondances, ou encore d’envoyer des données en usurpant l’identité du titulaire de la machine «spoofée».

La répression est la même que pour le hacking à savoir deux ans d’emprisonnement et 30000€ d’amende. Le «spoofer» engage également sa responsabilité civile.

Le Carding et le Skimming

Le «carding» désigne la création de cartes virtuelles. C’est une fraude à la carte bleue. En effet, sur certains sites, il est possible d’acheter ou de vendre des accès à des comptes bancaires, des numéros de cartes volés, des copies de pistes magnétiques et des profils personnels complets.


Le «skimming», quant à lui, désigne une opération frauduleuse qui consiste à faire des copies magnétiques des cartes bancaires à l’aide d’un lecteur mémoire appelé «skimmer». C’est également une fraude à la carte bancaire. Le code confidentiel peut ainsi être capté à l’aide d’une micro-caméra. Les données acquises sont inscrites sur les pistes magnétiques d’une carte contrefaite. Ces fausses cartes peuvent alors être utilisées dans les commerces ou pour des retraits de numéraires dans les distributeurs automatiques de billets.


L’article L163-4 du Code monétaire et financier punit de sept ans d’emprisonnement et de 750000€ d’amende, «le fait de contrefaire ou de falsifier une carte de paiement ou de retrait, de faire ou de tenter de faire usage, en connaissance de cause, d’une carte de paiement ou de retrait contrefaisante ou falsifiée, d’accepter, en connaissance de cause, de recevoir un paiement au moyen d’une carte de paiement contrefaisante ou falsifiée».

Le Scamming

Le «scamming» désigne toutes les arnaques faites par le biais d’Internet. Les arnaques sont multiples mais elles ont toutes pour but d’obtenir de la victime qu’elle effectue un virement depuis son compte bancaire.


Par exemple, l’escroquerie «à la nigérianne» se fait par l’intermédiaire de mails où «un soi-disant homme d’affaire, un orphelin ou une veuve sollicite de l’aide pour transférer des millions de dollars bloqués dans un pays en raison de problèmes politiques adaptées en fonction de l’actualité politique internationale. L’escroc sollicite une somme d’argent afin, soit de corrompre les autorités locales, soit de payer l’entreprise de gardiennage détenant le coffre. Un pourcentage de l’ordre de 10 à 15% du montant total est généralement promis. Les transferts d’argent en cash se font via des sociétés spécialisées comme Western Union».


Le «scammer» et ses complices peuvent être poursuivis pour fraude. L’article 313-1 du code pénal sanctionne, au titre de l’escroquerie, «le fait, soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, soit par l’abus d’une qualité vraie, soit par l’emploi de manœuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge». L’auteur encourt une peine de 5 ans d’emprisonnement et de 375000€ d’amende».

La manipulation informatique est en effet considérée comme une manœuvre frauduleuse.

Le Spamming

Le «spamming» désigne l’envoi de courriers électroniques non sollicités. Tous les internautes ont déjà reçus des «Spams», ces courriers qui ont pour effet de «pourrir» les boîtes mail. En France, on parle d’ailleurs de «pourriels».

Cette pratique peut être sanctionnée sous diverses qualifications :


•D’une part, cela peut être assimilé à une entrave, ou au fait de fausser le fonctionnement d’un système de traitement automatisé de données par déni de service, si l’envoi massif de courriers électroniques a eu pour effet de paralyser le serveur mail de la victime.
•D’autre part, cela peut être assimilé à des prospections directes au moyen d’un courrier électronique utilisant les coordonnées d’une personne physique qui n’a pas donné son consentement préalable à recevoir des prospections directes par ce moyen; ce qui est sanctionné par le code de la consommation.



La Cryptologie

La cryptologie désigne la technique qui consiste à crypter un message afin de le rendreinintelligible à celui qui ne possèdepas la clé de décodage. En France, l’usage de la cryptologie est libre depuis la loi pour la confiance dans l’économie numérique du 21 juin 2004.


Toutefois, l’article 132-79 du code pénal sanctionne la cryptologie «lorsqu’un moyen de cryptologie a été utilisé pour préparer ou commettre un crime ou un délit, ou pour en faciliter la préparation ou la commission».


Ainsi, le maximum de la peine privative de liberté encourue est relevé lorsque l’auteur ou le complice de l’infraction, à la demande des autorités judiciaires ou administratives, refuse de remettre la version en clair des messages chiffrés ainsi que les conventions secrètes nécessaires au déchiffrement.

Le google Bombing

Le «google bombing», ou «bombardement google», désigne l’activité qui consiste à diffuser en masse une information. Cette technique n’est pas illégale en soi. En effet, ce phénomène ne relève ni du piratage ni d’une quelconque faille, il exploite simplement la manière dont Google organise les résultats de recherche sur ses pages.


Cependant, lorsque les informations faisant l’objet du «google bombing» sont fausses voire diffamatoires, cela peut être fort préjudiciable pour la victime.


Concrètement, le pirate crée une multitude de sites et procède à leur référencement dans différents annuaires. Lorsqu’un internaute cherchera une information sur la personne victime du «bombing», elle tombera alors sur les faux sites.


Bien que nommée ainsi, la technique de «bombardement Google» est également observable sur d’autres moteurs de recherche tels que Yahoo! et Live Search.

Le cracking

Le cracking désigne en informatique, l’opération de faire un «crack» ou un «déplombage» de logiciel. C’est l’activité consistant à contourner un système de protection d’un logiciel ou plus généralement d’une œuvre, puis éventuellement à mettre à la disposition du public la nouvelle version du logiciel ou de l’œuvre.


L’article L335-3-1 du code de la propriété intellectuelle punit de 3 750€ d’amende les modifications non autorisées des logiciels mais également «le fait de porter atteinte sciemment, à des fins autres que la recherche, à une mesure technique afin d’altérer la protection d’une œuvre par un décodage, un décryptage, ou toute autre intervention personnelle destinée à contourner, neutraliser ou supprimer un mécanisme de protection ou de contrôle».


Il convient de préciser que le simple fait de procéder au «déplombage» d’une œuvre est sanctionné, sans qu’il soit besoin de prouver que le «cracker» a mis à disposition du public le logiciel ou l’œuvre sans son logiciel de protection.


L’article L335-3-1 du code de la propriété intellectuelle ajoute que le «cracker» qui met à disposition du public des logiciels de «cracking» encourt une peine d’emprisonnement de 6 mois et 30000€ d’amende.


La mise a disposition du public d’une œuvre ou d’un logiciel «cracké» constitue également un acte de contrefaçon et peut être puni pour ce chef. L’auteur encourt alors 5 ans d’emprisonnement et 500000€ d’amende.

La fraude aux sites aux enchères

Les fraudeurs semblent particulièrement attirés par les nombreux sites de ventes aux enchères en ligne. Le fraudeur peut aussi bien être le vendeur que l’acheteur.


La fraude peut consister, d’une part, à tromper l’acheteur sur les caractéristiques essentielles du bien vendu, ou plus simplement à ne pas livrer le bien. Il se peut également que le bien vendu soit en réalité un bien volé, voire un bien contrefait.


A défaut de pouvoir établir sa bonne foi, l’acheteur encourt alors les peines relatives soit au recel, soit à la contrefaçon.


D’autre part, la fraude peut consister à ne pas payer le bien acheté alors même qu’il a été livré, ou à le payer avec des moyens frauduleux.

La Cybersexualité

La pédopornographie

La pédopornographie par Internet constitue une forme particulièrement grave d’exploitation sexuelle des enfants. A ce jour, on compte environ 100000 sites consacrés à la pédopornographie.


La pornographie infantile, ou pédopornographie, est définie par les Nations unies comme «toute représentation, par quelque moyen que ce soit, d’un enfant s’adonnant à des activités sexuelles explicites, réelles ou simulées, ou toute représentation des organes sexuels d’un enfant, à des fins principalement sexuelles».


La pédopornographie est illégale en France et dans la plupart des pays occidentaux. Le législateur français a d’ailleurs fait de la lutte contre la pédopornographie l’une des priorités de sa politique criminelle. Les affaires de pédophilie représentent, en France, environ 20 à 40% des affaires pénales touchant Internet chaque mois.


Les auteurs qu’il s’agisse des producteurs, d’intermédiaires ou de simples consommateurs d’images de mineurs à caractère pornographique peuvent faire l’objet de poursuites pénales sur différents fondements juridiques.


L’article 227-23 du code pénal sanctionne de cinq ans d’emprisonnement et de 75000€ d’amende «le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d’enregistrer ou de transmettre l’image ou la représentation d’un mineur lorsque cette image présente un caractère pornographique».


Il en est de même du «fait de diffuser une telle image ou représentation, par quelque moyen que ce soit, de l’importer ou de l’exporter, de la faire importer ou de la faire exporter».


Les peines sont portées à 7 ans d’emprisonnement et à 100000€ d’amende lorsque la diffusion de ces images s’est faite sur un réseau de télécommunication tel qu’internet.


Le simple fait de détenir une telle image, ou représentation, est puni de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.


La représentation à caractère pédophile inclut les montages et dessins à caractère pédophile fabriqués à partir de photographies d’enfants, mais aussi les images à caractère pédophiles totalement virtuelles.


Ces dispositions sont également applicables aux images pornographiques d’une personne dont l’aspect physique est celui d’un mineur, sauf s’il est établi que cette personne était âgée d’au moins 18 ans au jour de la fixation ou de l’enregistrement de son image. Il existe donc une présomption de minorité qui fait peser la charge de la preuve sur le détenteur des images.


Est également sanctionné le fait de faire des propositions sexuelles à un mineur par un moyen de communications électroniques. Ainsi, «le fait pour un majeur de faire des propositions sexuelles à un mineur de 15 ans ou à une personne se présentant comme telle en utilisant un moyen de communication électronique est puni de 2 ans d’emprisonnement et de 30000€ d’amende». Les peines sont d’ailleurs aggravées à 5 ans d’emprisonnement et 75000€ d’amende lorsque les propositions aboutissent à une rencontre.

Le cyberproxénétisme

Comme tous les délinquants, les proxénètes ont de plus en plus recours à Internet pour développer leurs activités délictueuses. Ils encourent, dès lors, des peines aggravées.


En effet, l’article 225-7 du code pénal dispose que «le proxénétisme est puni de 10 ans d’emprisonnement et de 1500 000€ d’amende lorsqu’il est commis grâce à l’utilisation, pour la diffusion de message à destination d’un public non déterminé, d’un réseau de télécommunication».


De nombreux sites de proxénètes se cachent sous des appellations anodines telles que «massages», «rencontres», etc. ce qui rend leur identification plus délicate. Il convient de préciser qu’un site qui propose des services à caractère sexuel moyennant rémunération tombe également sous le coup du racolage.

Le téléchargement illégal

Le développement d’Internet est aussi au cœur du débat concernant le respect des droits de la propriété intellectuelle. Des millions de fichiers de musique et de films sont téléchargés illégalement grâce à des logiciels «peer to peer», ce qui justifie la mobilisation des auteurs qui entendent protéger leurs créations.


Il convenait de trouver le juste équilibre entre le droit fondamental que constitue l’accès à internet, et la protection de la propriété intellectuelle. C’est chose faite avec la promulgation de la loi HADOPI II.


L’infraction de téléchargement illégal vise «les manquements à l’obligation de surveillance de l’accès à Internet, pesant sur le titulaire d’un abonnement à un service en ligne, de veiller à ce que cet accès ne fasse pas l’objet d’une utilisation constituant une atteinte aux droits d’auteur.»


La Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des droits sur Internet (HADOPI) est donc chargée de mettre en œuvre la loi contre le téléchargement illégal via un dispositif de riposte graduée.


Ce dispositif de riposte graduée prévoit deux niveaux d’avertissement. Tout d’abord, l’internaute identifié recevra un avertissement par e-mail, puis en cas de récidive, un second par lettre recommandée. En cas de troisième infraction, une suspension de son abonnement internet pour une durée maximale d’un an pourra être prononcée par le juge, mais aussi une amende, voire une peine de prison. Le texte prévoit en effet une amende de 1500€, doublée en cas de récidive. Dans les cas les plus graves de contrefaçon, les délinquants pourront se voir infliger une amende allant jusqu’à 300000€ et une peine de trois années de prison.


A ce jour, on constate une baisse effective des réseaux peer-to-peer mais on assiste parallèlement au développement des sites de streaming.

http://www.legadroit.com/cybercriminalite.html

1341
nature-ecologie / Pays de l'eau par excellence, le Brésil a soif
« le: 03 novembre 2015 à 21:57:24 »
Pays de l'eau par excellence, le Brésil a soif



La pancarte "risque de noyade" à l'entrée de l'un des barrages qui approvisionne Rio de Janeiro en eau potable ressemble à une plaisanterie: il n'y a plus la moindre trace d'eau.

La réserve de Saracuruna près de Duque de Caxias, en banlieue nord de Rio, n'est plus qu'une grande extension de sable, de boue et de végétation. Quatre chiens trainent au milieu de quelques bouses de vaches et d'un filet d'eau.

"Cela fait très longtemps qu'il y avait de l'eau ici", dit un agent de sécurité qui marche dans le lit sec de la rivière après avoir donné l'ordre à l'équipe de journalistes de l'AFP de quitter les lieux, lors de sa visite vendredi.

La situation de Saracuruna se répète dans tout le sud-est du Brésil entre Rio de Janeiro et Sao Paulo où les barrages ont séché. Les autorités font leur possible pour éviter un rationnement très impopulaire.

Le secrétariat à l'Environnement de l'Etat de Rio pointe du doigt "la pire sécheresse de ces 85 dernières années" mais les écologistes accusent aussi de mauvaises politiques publiques de gestion de l'eau, depuis des décennies.




La saison des pluies va commencer mais les scientifiques redoutent que le phénomène climatique El Nino en cours, qui réduit les pluies, n'aggrave la situation.

Et ce, avec les jeux Olympiques de Rio 2016 à l'horizon dans un pays où l'approvisionnement en eau et en énergie électrique provient à 75% de barrages.

- "On avait l'habitude de pêcher" -

A Xerem, l'un des quartiers de Duque de Caxias, les habitants ont du mal à croire que la rivière n'est plus qu'un souvenir. Il y a trois ans encore, l'eau arrivait directement au barrage de Saracuruna, construit au départ pour alimenter une raffinerie de la compagnie pétrolière Petrobras.

"Avant tout le monde pêchait ici. Il y avait beaucoup d'eau", se rappelle Renato Thomaz, 42 ans. "Aujourd'hui, ce n'est plus une rivière, c'est une forêt", dit-il nostalgique, en regardant le cours d'eau superficiel entouré d'arbres.

Le barrage de Paraibuna, le plus grand du système qui approvisionne Rio de Janeiro, est sur le point d'atteindre son "niveau mort", quand l'eau ne peut plus être utilisée.

Au total, quatre des principaux barrages du fleuve Paraiba do sul ont atteint en octobre moins de 6% de leur "volume actif" d'eau.

A Sao Paulo, le niveau du système Cantareira qui alimente la ville s'est un peu amélioré après une sécheresse sévère, à 16% de son volume actif. Et dans l'Etat de Bahia (nord-est du Brésil) le barrage de Sobradinho est à 6% de sa capacité.

- Une crise? Non, c'est pire -

Comment est-possible qu'il y ait une sécheresse au Brésil, si le géant sud-américain est l'une des principales sources d'eau douce du monde?

C'est que beaucoup de cette eau se trouve dans le fleuve Amazone, au nord du pays, à des milliers de km des 20 millions d'habitants de Sao Paulo et des 10 millions de Rio.

Et en plus de la sécheresse, les mauvaises politiques gouvernementales ont placé le Brésil au bord du gouffre.



"C'est bien pire qu'une crise, car une crise ça passe; c'est structurel", déclare le professeur universitaire Sergio Ricardo, basé à Rio.

"C'est non seulement le manque de pluies prolongé mais aussi la mauvaise gestion qui a mis Rio dans cette situation vulnérable", souligne-t-il.

Les erreurs vont d'une exploitation inefficace des réserves à la pollution des sources de cette précieuse ressource.

Dans la banlieue de Rio par exemple, 80% des eaux usées se jettent dans les rivières sans traitement, explique Ricardo.

Le biologiste Mario Moscatelli, un autre expert de l'eau, affirme aussi que la sécheresse et le changement climatique ne sont pas les seuls responsables et qu'il faut prendre en compte les dommages causés par l'homme.

"Etant donné les signes donnés par la nature, cela ne pourra qu'empirer et la réponse du gouvernement a toujours été timide et, de plus, réactive et jamais préventive", déplore-t-il.

31/10/2015 21:15:54 - Rio de Janeiro (AFP) - Par Sebastian Smith - © 2015 AFP

http://www.lepoint.fr/monde/pays-de-l-eau-par-excellence-le-bresil-a-soif-31-10-2015-1978466_24.php

1342
Alimentaires / La première chose à faire pour sauver la planète ?
« le: 03 novembre 2015 à 21:50:57 »
La première chose à faire pour sauver la planète ?



31 octobre 2015 / Catégories: Articles, Rédaction   / Tags: bande, bd, caricature, causette, critique, dessinée, viande   / Réclamations et signalements


La viande. Elle fait les gros titres de l’information internationale depuis quelques jours alors que son caractère cancérogène est officiellement reconnu. Mais au-delà de l’aspect sanitaire, pourquoi le sujet est-il si fondamental pour les environnementalistes du monde entier et le débat public si délicat ? Éléments de réponses avec une BD publiée dans Causette et proposée à nos lecteurs par ses auteurs : Besse & La Blanche

Le 26 octobre 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), agence de l’OMS, actait officiellement la consommation de viande rouge comme étant « probablement cancérogène pour l’homme » et les viandes transformées de « cancérogène » avec certitude. Mais si la santé regarde avant tout les consommateurs, les questions environnementales sont encore plus nombreuses et concerne l’humanité entière. Les experts des Nations-Unies préconisent diminuer la consommation de viande à l’échelle mondiale si nous voulons espérer éliminer la faim dans le monde d’ici 2030. Par ailleurs, l’élevage jouerait un rôle fondamental dans la crise climatique. Pour illustrer avec humour les différentes problématiques liées à une surconsommation de viande, une bande dessinée parue dans Causette #61 (novembre 2015) caricature la question.






Évidemment, on ne peut réduire la question environnementale à la seule cause de la viande. L’origine de nos énergies, la localisation de la production, les dérives industrielles dans tous les secteurs, le manque de législation en matière d’écologie, le tableau est complexe et il conviendra probablement de s’attaquer à tous les plans en même temps

https://mrmondialisation.org/la-premiere-chose-a-faire-pour-sauver-la-planete/?fb_ref=c3a6ad53c7b1427799c9c163f27fd3c3-Facebook

1343
Ces députés qui acceptent le contrôle de leur frais professionnels





La transparence sur les frais de représentation des députés attendra encore. L'amendement de Charles de Courson, député (UDI) de la Marne, qui proposait de fiscaliser la part de l'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM) – 6 412 euros par mois – non utilisée à des fins professionnelles, a été rejeté dans la nuit de jeudi à vendredi.

>> Lire : Frais de mandat : les députés renvoient la balle au président de l'Assemblée

Le sort de cet amendement avait été scellé en commission des finances de l'Assemblée nationale quand Christian Eckert, rapporteur général (PS), avait émié un avis défavorable, appuyé par Gilles Carrez, président (UMP) de la commission. L'adoption de cette proposition aurait, il est vrai, impliqué que les parlementaires fournissent à l'administration fiscale des justificatifs de leur frais pour qu'lle puisse déterminer ce qui devait - ou non - échapper à l'impôt sur le revenu. Ils n'en voulaient pas et l'ont fait savoir en votant contre en séance.

AMENDEMENT "TRANSPARENCE"

Seuls 24 députés ont voté pour. Six socialistes n'ont ainsi pas suivi l'avis de la commission: Marie-Anne Chapdelaine (Ille-et-Vilaine), Viviane Le Dissez (Côtes-d'Armor), Catherine Lemorton (Haute-Garonne), Elisabeth Pochon (Seine-Saint-Denis), Odile Saugues (Puy-de-Dôme) et Pascal Terrasse (Ardèche). Ce dernier avait été un des députés épinglés sur ce sujet par Mediapart. La majorité du groupe socialiste a voté contre ; sept de ses membres se sont abstenus.

Le reste de la gauche soit s'est abstenu - écologistes et Front de gauche -, soit n'a pas pris part au vote dans le cas des radicaux de gauche.

Les députés UMP se sont prononcés très largement contre l'amendement. Six ont voté pour : Georges Fenech (Rhône), Nathalie Kosciusko-Morizet (Essonne), Pierre Morel-A-L'huissier (Lozère), Fernand Siré (Pyrénées-Orientales), Thierry Solère (Hauts-de-Seine) et Dominique Tian (Bouches-du-Rhône).

Les centristes, à l'inverse, se sont tous prononcés pour l'amendement "transparence", soutenu par le président du groupe UDI, Jean-Louis Borloo.

Les deux députés du Front national, non inscrits, Marion Maréchal-Le Pen (Vaucluse) et Gilbert Collard (Gard), ont voté pour l'amendement.

 

Sylvia Zappi

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/07/20/les-deputes-rejettent-le-controle-de-leur-frais-professionnels_1736174_823448.html#AgLCKozAA6Zvx3QT.99

1344
Les Anonymous video , info press , action / #opAidonsNosFrères
« le: 03 novembre 2015 à 21:45:43 »
#opAidonsNosFrères



-- Organisé par : Anonymous --

Bonjour Peuple Anonynous
 
Non à la condamnation de trois militants présumés du collectif Anonymous 
 
Interpelés ils seront jugés le 9 novembre 2015 au tribunal correctionnel de Nancy
 
Soupçonnés d’avoir lancé en décembre dernier plusieurs attaques informatiques contre des sites web institutionnels  lorrains afin de dénoncer la politique d’enfouissement de déchets nucléaires et le meurtre de Rémi Fraisse à Sivens.
 
Poursuivis pour « accès et maintien frauduleux » dans un système informatique « mis en œuvre par l’Etat », et pour « entrave ou altération du fonctionnement » d’un tel système. En outre, le parquet a retenu la circonstance aggravante que les faits auraient été commis en « bande organisée », ce qui, en vertu d’une loi votée en novembre dernier, double la peine encourue. Elle est désormais de 10 ans de prison et 150.000 euros d’amende.
 
Ne croyez-vous pas qu’un DDOS n’est qu’un moyen d’action politique et légitime parmi d’autres ? Quand aucun politique ne répond ni aux demandes de débats et ni à plusieurs manifestations contre les grands projets inutiles.
 
Pensez-vous qu’empêcher l’accès à un site internet de l’Etat, même seulement quelques heures, est un crime équivalent à celui de « créer un réseau pédophile » ?
 
Je dis NON
 
à 10 ans d’emprisonnement et 150 000€ pour un DDOS !!!
 
Par ce biais , NOUS DEMANDONS VOTRE AIDE , car nos frères méritent un jugement loyal , méritent d’avoir un procès équitable pour qu'ils retrouvent leur dignité de citoyen . Nous ne pouvons pas laisser un avocat commis d'office devant des bourreaux de l'état. Mes frères et soeurs , nous sommes le peuple , nous sommes Anonymous , nous sommes une famille, nous sommes unis et divisés par zéro ! Nous sommes le futur, restons unis et aidons nos proches à sortir de cette difficulté avec un bon avocat qui saura plaider cette affaire pour qu'ils retrouvent LA LIBERTE, LA PAIX ! Merci à tous de votre soutien

Articles relatifs
 
Hommage à Rémi FRAISSE 

 
Une cyberaction pour protester contre le meurtre de Rémi Fraisse pourrait mener des Anonymous en prison 
http://www.reporterre.net/Une-cyberaction-pour-protester-contre-le-meurtre-de-Remi-Fraisse-pourrait-mener
 
#OpGPII Operation #GPII
 http://opgpii.noblogs.org/
 
Nancy : deux Anonymous démasqués et arrêtés 
http://www.estrepublicain.fr/actualite/2015/04/11/nancy-deux-anonymous-demasques-et-arretes
 
A Nantes, les méthodes de western de la police pour interpeller un suspect
http://www.reporterre.net/A-Nantes-les-methodes-de-western-de-la-police-pour-interpeller-un-suspect
 
Dix ans d’emprisonnement et 150 000 € d’amende pour un DDoS ?
https://reflets.info/dix-ans-demprisonnement-et-150-000-e-damende-pour-un-ddos/
 
Témoignage d'un Anonymous lorrain
http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/06/09/temoignage-d-un-anonymous-lorrain-742763.html
 
Le jeune Anonymous arrêté répond à l’État français par un poème
https://www.facebook.com/M.Mondialisation/posts/1130264390323299?notif_t=notify_me
http://metatv.org/le-jeune-anonymous-arrete-repond-a-letat-francais-par-un-poeme
 
Anonymous : audience reportée au 9 novembre
http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/06/09/anonymous-audience-reportee-au-9-novembre-743091.html
 
Bure (Meuse) : manifestation contre le projet CIGEO
http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/06/07/bure-meuse-manifestation-contre-le-projet-cigeo-741611.html

1345
S'informer pour mieux comprendre

Vous pensiez vivre en démocratie ?

4866357_valls-assemblee_545x460_autocrop   
Depuis les attentats du 7 janvier, le gouvernement et les institutions françaises adoptent des lois de plus en plus liberticides sous couvert de défendre les libertés. Les manifestations qui les ont suivit ont été récupérées politiquement par les élus pour que l'État réduise au contraire fortement les droits et libertés des citoyens. Mises bout à bout, toutes les mesures prises depuis lors font planer le spectre d'un gouvernement autoritaire voir dictatorial.
 
Le droit de manifester est limité
 Suite au meurtre de Rémi Fraisse, la commission parlementaire chargée de travailler sur le problème n'a rien trouvé de mieux que de proposer de nouvelles mesures restrictives, non pas pour les forces de l'ordre, mais contre les manifestants. Ainsi, les manifestants "à risque" se verront désormais interdire le droit de manifester1. La commission en arrivant quelque part à cette magnifique conclusion "si Rémi Fraisse n'avait pas manifesté, il ne serait pas mort". A cette occasion, le directeur général de la Gendarmerie nationale demande à ce que l'État et la police puissent brouiller les réseaux sociaux et intercepter les sms des manifestants2. La légalisation des LMSI-catcher permet quand à elle la collecte en direct des identifiants téléphoniques de tous les participants à une manifestation3. Avec ce genre de loi, la contestation, les fortes protestations voir les révolutions n'auront plus aucune chances de voir le jour. Est-ce là la défense des libertés?
   

L'internet est censuré
 L'État se prend maintenant au jeu du blocage de sites internet. Avec déjà plus de 30 sites web bloqués, sans aucune justifications officielles, sans même fournir la liste des sites en question, la France se permet d'appliquer une censure dont elle établi les règles, sans aucune décision de justice et dans l'opacité complète4. De plus, des bloggeurs sont traduits en justice pour avoir supposément écrit un compte rendu de manifestation et des conseils pour se protéger contre les violences policières5.
   

Une surveillance étatique de masse est mise en place
 La réponse par le gouvernement à la demande de plus de liberté d'expression prend la forme de l'espionnage généralisé de la population. Avec la mise en place de boites noires placées sur les câbles des fournisseurs d'accès et d'algorithmes servant à détecter les profils "à risque", sur des critères inconnus et sans véritables gardes fous, la nouvelle loi renseignement permet au gouvernement d'espionner massivement les citoyens. Elle légalise certaines pratiques douteuses des renseignements généraux, comme l’interception de communications, la captation « en temps réel » de données sur internet, la pose de balises de géolocalisation ou encore la sonorisation de véhicules ou de domiciles6. Et pour s'affranchir encore un peu plus des règles démocratiques, cette loi à été votée via une procédure accélérée. Lorsque le premier ministre Manuel Valls en viens à déclarer : « Je ne laisserai pas dire que ce texte de loi pourrait mettre en cause nos libertés », le citoyen lambda contestataire a de quoi s'inquiéter.
   

La propagande devient officielle
 La France se dote officiellement d'un organe de propagande afin de propager la bonne parole sur internet. En plus de payer google pour promouvoir les sites étatiques6, elle va mettre sur pied une fondation qui aura en charge d'alimenter un "bataillon de community managers de l'État" en outils de contre-propagande pour s'opposer non seulement au djihadisme, mais plus largement aux discours dits "complotistes"7. Mais une fois encore, le contrôle sur ses structures sera uniquement celui de l'État, et le mot "complotiste" peut revêtir de nombreuses définitions. Étouffer les discours dissidents via des armées numériques, est-ce bien digne d'une démocratie ?
   

La police répressive est impunie
 Un policier qui tire sur un jeune manifestant ne présentant aucune menace, l'éborgne, puis ment délibérément afin d'accuser la victime n'écope que d'un an de prison avec sursis et d'une interdiction de porter une arme pendant deux an. Il aura fallut une vidéo prouvant qu'il avait mentit pour en arriver a cette condamnation très clémente8. Mais combien de cas similaires sans que des vidéos ne puissent contredire les dires de la police ? Dans le cas du meurtre de Rémi Fraisse, l'enquête administrative dédouane l'agent et l'enquête n'avance pas. La justice particulièrement clémente envers les forces de l'ordre, est au contraire extrêmement sévère et expéditive contre les manifestants, comme ce jeune toulousain condamné lui à six mois de prison, dont deux fermes pour "outrage a agent" et "participation à une manifestation interdite"9.
   

Des écrits peuvent vous mener en prison
Julien Coupat, accusé de terrorisme sur la base d'un livre qu'il aurait soi-disant écrit à propos de la révolution, est toujours poursuivi par la justice et a déjà passé plus de 6 mois en prison. Un adolescent de 16 a été mis en examen et risque quand à lui 7 ans de prison pour avoir posté un détournement d'une caricature de charlie hebdo sur un réseau social9. Nombreux sont les exemples du "deux poids deux mesures" restreignant le droit de s'exprimer quand le discours ne va pas dans le sens de l'État. La véritable liberté d'expression se réduit de plus en plus dans la France "post charlie" et cela sans que grand monde ne s'en indigne.
   

Les législations sont imposées sans débats
 Comme nous l'avons vu avec la loi renseignement, l'État tente désormais de contourner au maximum les procédures garantes de la démocratie et des lois impopulaires sont promulguées de force. Dernier exemple en date, pour faire passer la loi Macron, l'État a utilisé par deux fois l'article 49-3, permettant de faire passer une loi sans vote à l'assemblé nationale. Une dérive supplémentaire, au point que certains journalistes français en viennent à parler d'un "coup d'État à froid"10.

Maintenant, imaginez votre réaction si vous entendiez parler de ces pratiques sans que l'on vous dise que cela se passe dans la France socialiste de 2015. Propagande, censure, espionnage massif, lois d'exception, violences policières; beaucoup d'atours dont ne devrait pas se parer une démocratie.
   

Comme nous le prouve chaque jour un peu plus les scandales liés à la NSA, sous le pretexte de protéger la population, toutes ces pratiques sont très peu contrôlées, et sont utilisées par le pouvoir afin d'asseoir son autorité, protéger ses intérêts et faire taire la contestation.
   

On le voit ici, bien que l'argument de la défense des libertés soit avancé, les libertés individuelles reculent massivement en France. Les gouvernements occidentaux, et notamment le gouvernement socialiste français, totalement déconnectés de la réalité du citoyen moyen, comme l'a par exemple montré le récent voyage en Falcon de Manuel Valls, sont incapables de répondre à l'exaspération populaire autrement que par des mesures dignes des régimes totalitaires. Au lieu d'essayer de comprendre la colère, l'État met en place des politiques répressives et liberticides afin de mieux la bâillonner. Il est temps que les français se rendent compte que leur pays s'éloigne de la démocratie.

http://s-informer-pour-mieux-comprendre.com/2015/07/02/vous-pensiez-vivre-en-democratie/

1346
Europe / L'Italie privatise sa poste pour réduire sa dette
« le: 03 novembre 2015 à 21:39:12 »
L'Italie privatise sa poste pour réduire sa dette

L’Italie a bouclé mardi la privatisation du géant Poste Italiane. Un prélude à une série d'autres sous la houlette du gouvernement du réformiste Matteo Renzi.



Toute bardée de jaune pour l'occasion, la Bourse de Milan a réservé un bon accueil au titre de Poste Italiane, dont la cotation a démarré en hausse mardi matin, avant de se replier autour de la parité en milieu de matinée. Le directeur général du groupe Francesco Caio, après avoir symboliquement actionné la cloche lors d'une brève cérémonie à la Bourse de Milan, a salué «la nouvelle phase» s'ouvrant pour l'opérateur historique, né en 1862 au lendemain de l'unification de l'Italie et fort aujourd'hui de 143 000 employés.

Le titre a fait son entrée dans le grand bain au prix de 6,75 euros l'action, ce qui valorise ainsi le groupe à 8,816 milliards d'euros. Il cotait 6,76 euros vers 10h40 (+0,15%). L'entrée en bourse concerne un peu plus du tiers (jusqu'à 38,2%) du capital de l'entreprise, le reste restant aux mains de l'État italien. L'opération devrait rapporter près de 3,4 milliards d'euros, une somme qui sera intégralement consacrée à la réduction de la dette publique italienne, laquelle pèse au total près de 2 200 milliards d'euros. La demande d'actions a été plus de trois fois plus élevée que l'offre. Les employés du groupe en particulier ont été plus de 26 000 (sur 143 000) à vouloir y placer leurs économies.


Le contrôle aérien puis les chemins de fer


Un tel intérêt constitue selon le ministre des Finances Pier Carlo Padoan une «preuve de confiance dans le plan stratégique de l'entreprise, mais aussi dans la nouvelle voie prise par l'Italie». Une allusion au programme de réformes politiques et institutionnelles lancé par le jeune chef du gouvernement Matteo Renzi (centre-gauche) depuis son arrivée au pouvoir en février 2014.

Une fois Poste Italiane bien installée en bourse, les privatisations italiennes se poursuivront avec la mise sur le marché attendue l'année prochaine de parts d'Enav (contrôle aérien) et surtout le poids lourd Ferrovie dello Stato (chemins de fer), promet le gouvernement. «Nous sommes en train de travailler pour coter en bourse Ferrovie dello Stato au second semestre» 2016, a souligné mardi Fabrizio Pagani, du ministère italien des Finances.

http://www.lessentiel.lu/fr/economie/story/L-Italie-privatise-sa-poste-pour-reduire-sa-dette-14617352

1347
Une société américaine va réparer gratuitement une route à Thuin: "C’est Noël avant l’heure"



La commune de Thuin va bénéficier d’une nouvelle route gratuitement ! Tout ça grâce à une technologie qui a été développée par l’armée américaine.

Pour les communes, l’entretien et les réparations des voiries communales est un poste important du budget. Avoir des routes en bon état est pourtant essentiel. La commune de Thuin va profiter des services d’une société américaine. Pour réparer une partie de son réseau…gratuitement.


Echange route gratuite contre vitrine d’exposition

"C’est un beau projet puisqu’il va permettre de faire un test grandeur nature sur une des routes de notre entité explique Philippe Blanchard, échevin délégué aux fonctions de Bourgmestre. Ca ne coutera pas un franc à la commune !" Pour la société qui commercialise le produit LandLock dans le Benelux, cette route réparée selon son procédé sera une vitrine de son savoir-faire.


Comment ça marche ?

Le procédé est révolutionnaire. Il a été développé par l’armée américaine. Il permet, par exemple lors d’une mission à l’étranger, de disposer rapidement d’un sol stable. Une utilisation parmi d’autres : construire dans des délais records une piste d’atterrissage ! "C’est un polymère, un produit liquide qui va pouvoir créer des liens entre un agrégat quelconque, précise Antonio Pezutto, administrateur de Natural Group, au micro Bel RTL de Nathalie Pierard. Par exemple pour faire une réfection de route d’asphalte, on va gratter l’asphalte, le broyer, le ré-étaler sur la route, pulvériser le produit et alors on revient avec un résultat au top."


De nombreux avantages

Selon son concepteur, ce procédé serait plus écologique et plus économique. La société cherche à s’implanter en Europe après avoir déjà conquis d’autre pays. "Ils ont déjà fait des routes en Ouganda, aux Philippines, aux Etats-Unis aussi. On a déjà des reculs de plus de trois ans sur des routes qui ont été faites avec ce produit et où les résultats sont très très bons" ajoute Antonio Pezutto.


Noël avant l’heure

Dans les prochaines semaines, le procédé sera déjà utilisé à Thuin afin de réparer certaines routes. "Cela permettra à nos ouvriers de voir comment ça fonctionne" se réjouit Philippe Blanchard. La réfection complète de la rue du Village, dans l’entité de Donstiennes, devrait se faire au printemps prochain. "Le deal, c’est que la société pourra présenter à plusieurs bourgmestres des environs ses techniques de réalisation. Et pour nous, c’est une route qui sera faite et qui n’aura pas coûté grand-chose. C’est un peu Noël avant l’heure" conclut l’échevin.



http://www.rtl.be/info/regions/hainaut/une-societe-americaine-va-reparer-gratuitement-une-route-a-thuin-c-est-noel-avant-l-heure--767659.aspx

1348
Obama laissera aux USA une dette misérable de 20 000 000 000 000 de dollars



Quand Barack Obama est devenu président des Etats-Unis en 2009, la dette publique du pays s'élevait à 10.600 milliards de dollars. Aujourd'hui, il s'agit déjà de 18.150 milliards, et le nouveau plan budgétaire permettra à la Réserve fédérale de porter cette somme à 20.000 milliards d'ici 2017.

Barack Obama est sans doute le président le plus dépensier de l'histoire des Etats-Unis, sous sa présidence, la dette publique américaine a pratiquement doublé, mais le locataire de la Maison Blanche préfère le passer sous silence, écrit le Washington Times.


"Quand le président Obama va entériner lundi le nouveau plan budgétaire de deux ans, l'essentiel de l'attention sera porté sur cette partie de son héritage qu'il n'aime pas évoquer: c'est un homme à 20.000 milliards de dollars", rappelle le journal.

Selon le nouvel accord budgétaire, la limite de la dette publique américaine sera élargie, ce qui permettra au Trésor des Etats-Unis d'emprunter encore près de 1.500 milliards d'ici la fin du mandat présidentiel de Barack Obama. Pour le moment, la dette américaine se monte déjà à 18.150 milliards de dollars. Ainsi, Obama laissera le pays avec une dette de 20.000 milliards.

Beaucoup aux Etats-Unis désapprouvent cette entente enregistrée entre la Maison Blanche et le Congrès sur le plan budgétaire.


"Nous donnerons au président Obama la possibilité gratuite d'emprunter autant qu'il veut pendant la dernière année de son mandat. Aucune limite, aucune restriction en dollars. Allez, président Obama, dépensez autant que vous voulez", a ironisé le sénateur républicain Rand Paul (Kentucky) et candidat à la présidence américaine.

Le président de l'Union nationale des contribuables (NTU) Pete Sepp a estimé pour sa part que le président et le Congrès avaient cassé le mécanisme efficace de restrictions budgétaires.

"Il sera désormais beaucoup plus difficile de diminuer les dépenses et de réduire le déficit budgétaire", a-t-il déploré.

Ainsi, font remarquer les observateurs, Barack Obama a creusé la dette publique américaine et laissera au pays après son départ de la Maison Blanche une ardoise de près de vingt mille milliards de dollars de déficit, dette qu'il faudra bien payer un jour.

 
Source

http://www.wikistrike.com/2015/11/obama-laissera-aux-usa-une-dette-miserable-de-20-000-000-000-000-de-dollars.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_facebook&utm_campaign=_ob_sharebar

1349
Lyon: un Iranien dégrade l’horloge de la cathédrale Saint-Jean



03/11/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

À Lyon, un Iranien a attaqué l’horloge astronomique de la cathédrale Saint-Jean, une œuvre du XIVe siècle, à coups de barre de fer. Le vandale a précisé que la beauté de l’horloge empêchait les croyants de se concentrer convenablement sur leurs prières.
 Comme suite à ces déclarations, il a été décidé de l’hospitaliser. Cette décision n’est pas sans rappeler l’attentat en voiture commis en Isère, en juin dernier. En effet, il avait été soutenu que cet acte avait été celui d’un « déséquilibré ».

La psychiatrisation des agresseurs est un processus qui fut célèbre en URSS : dans le pays de l’égalité, les criminels ne pouvaient être que des psychopathes. De même, dans le pays de la laïcité et du Vivre-Ensemble, la présence d’islamistes sur notre territoire ne peut être, ne doit pas être, le résultat logique de la présence plus générale de l’islam. Aussi, nous entendrons sans doute de nouveau parler de nombreux « déséquilibrés » à « hospitaliser » dans les années à venir.

Crédit photo : Daniel Jolivet via Flickr (CC) = La cathédrale Saint-Jean (Primatiale Saint-Jean de Lyon).
 L’horloge astronomique (XIVème siècle), indique la date, les positions du Soleil, de la Lune, de la Terre. Des automates se mettent en mouvement plusieurs fois par jour.

http://fr.novopress.info/194500/lyon-iranien-degrade-lhorloge-cathedrale-saint-jean/

1350
Les géants d'internet protègent mal la vie privée et les données



Les principales sociétés de télécommunications et les géants d'internet ne parviennent pas à protéger correctement la vie privée, les données ou la liberté d'expression des utilisateurs, selon un classement publié mardi.







Ce tout premier projet de "Classement des droits digitaux" a été établi après plus de deux ans d'études et a octroyé d'assez mauvaises notes aux principales compagnies du secteur.
L'étude a donné une note comprise entre 0 et 100 à huit grands sites internet et à huit grands opérateurs, qui évalue leurs efforts pour protéger la vie privée et la liberté d'expression, la transparence de ces sociétés et la protection des données de leurs utilisateurs.
Au final, a obtenu le meilleur résultat, avec un indice de 65. Parmi les sites internet, arrive deuxième avec un score de 58, devant (56) et (50). Les plus mauvaises notes sont pour la messagerie russe mail.ru (13) et le chinois (16).
Chez les opérateurs, le Britannique arrive en tête malgré un score mitigé de 54, suivi de l'américain (50). Les plus mauvaises notes sont pour l'entreprise Etisalat Group, basée aux Emirats arabes unis (14) et le malaisien Axiata (16).
"Quand on voit ces classements, il est clair qu'il n'y a pas de vainqueur", a estimé , directrice du projet hébergé par le groupe de réflexion New America Foundation à .
"Nous espérons que cet index va conduire à une plus grande transparence des entreprises, ce qui permettra aux utilisateurs de prendre des décisions en ayant un maximum d'informations sur la manière dont ils utilisent la technologie", a-t-elle ajouté.
Sur les 16 entreprises testées, seulement six obtiennent la moyenne, et sept ont un score de moins de 25.
Le rapport note que la plupart des sociétés n'ont pas donné satisfaction dans leurs communications à propos de la collecte, de l'utilisation, du partage et de la rétention des données des utilisateurs.

http://www.leparisien.fr/high-tech/les-geants-d-internet-protegent-mal-la-vie-privee-et-les-donnees-03-11-2015-5244111.php