Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

151
Sylvester Stallone accusé d'agression sexuelle par une adolescente





La star aurait forcé une fan de 16 ans à avoir une relation sexuelle à trois avec son garde du corps, et aurait menacé de la frapper si jamais elle osait raconter cela à qui que ce soit, rapporte le site britannique DailyMail.
Plus
Sylvester Stallone a été accusé d'agression sexuelle par une adolescente de 16 ans, rapporte le site britannique DailyMail, qui a eu accès à un rapport de police datant de la fin des années 80. Les faits se seraient déroulés en 1986 dans l'ancien hôtel Hilton de Las Vegas, où l'acteur tournait le film Over the Top (Le bras de fer).

La jeune fille, qui n'avait à l'époque pas souhaité donné son nom, a raconté aux autorités avoir fait l'objet "d'intimidations" de la part de la star de Rocky, à l'époque âgée de 40 ans, afin d'avoir des relations sexuelles avec lui et son garde du corps, Michael 'Mike' De Luca. La fan a raconté avoir été forcée par le garde du corps à lui faire une fellation. Il l'aurait ensuite violée tout en la forçant à faire une fellation à l'acteur.

"Humiliée et honteuse"

Aussitôt après l'incident, Sylvester Stallone aurait menacé la jeune fille pour qu'elle garde le silence (lui et De Luca étaient tous deux mariés). Il lui aurait assuré qu'il lui "frapperait la tête" si elle n'obéissait pas, selon le témoignage de la victime présumée, tout en riant avec son garde du corps de la situation.

L'adolescente anonyme a décidé de ne pas porter plainte ni d'engager des poursuites, déclarant être "humiliée et honteuse", et "terrifiée" à l'idée de représailles. John Samolovitch, ancien membre de la police de Las Vegas désormais à la retraite, a confirmé que...

source:
https://fr.news.yahoo.com/sylvester-stallone-accus%C3%A9-d-apos-184100090.html

152
Le gouvernement Trump réautorise l'importation de trophées d'éléphants






PLANETE - La décision est dénoncée par les associations de défense des animaux, alors que le fils du président, qui pratique la chasse aux trophées...
Plus
PLANETE - La décision est dénoncée par les associations de défense des animaux, alors que le fils du président, qui pratique la chasse aux trophées...

Une décision de plus d’Obama annulée par Trump. L’administration américaine est sous le feu des critiques pour avoir réautorisé les chasseurs américains à importer des trophées d’éléphants tués au Zimbabwe, notamment les très recherchées défenses d’ivoire de cet animal menacé et dont la population en Afrique décroît rapidement.

Le U.S. Fish & Wildlife Service (USFWS), « va émettre des permis autorisant l’import des trophées d’éléphants chassés par loisir au Zimbabwe à partir du 21 janvier 2016 et jusqu’au 31 décembre 2018 », a écrit jeudi sur son site l’agence fédérale américaine chargée des questions de chasse et de pêche. Elle confirmait ainsi officiellement une annonce faite cette semaine lors d’un forum sud-africain pro-chasse. Plusieurs médias américains affirment que le permis s’appliquera également à la Zambie.

« Cela mènera à davantage de braconnage »

« Comportement répréhensible de l’administration Trump. 100 éléphants sont déjà tués chaque jour. Cela mènera à davantage de braconnage », a dénoncé The Elephant Project sur Twitter. L’administration du président républicain exploite avec cette décision un aspect de la loi américaine sur les espèces en danger (Endangered Species Act), qui stipule que l’importation de tels trophées peut être légale si preuve est apportée que la chasse bénéficie à la conservation plus large des espèces.

« La chasse pour le loisir, légale, bien encadrée, dans le cadre d’un programme, peut bénéficier à la conservation de certaines espèces en incitant les populations locales à conserver les espèces et en injectant l’argent dans la conservation », explique ainsi le USFWS. « Pour soutenir la conservation, les chasseurs devraient choisir de chasser seulement dans des pays qui ont une forte gouvernance, un encadrement intelligent et des populations sauvages e (...)

source:
https://fr.news.yahoo.com/gouvernement-trump-r%C3%A9autorise-l-apos-032036418.html

153
Washington prêt à autoriser de nouveau l’importation de trophées d’éléphant



Les autorités américaines ont renversé une précédente interdiction, imposée sous Barack Obama, d’importer les très recherchées défenses d’ivoire de cet animal menacé.

Le Monde | 17.11.2017 à 11h11 • Mis à jour le 17.11.2017 à 13h09



L’administration de Donald Trump faisait face jeudi à une avalanche de critiques de la part des associations de défense des animaux pour avoir autorisé de nouveau les chasseurs américains à importer des trophées d’éléphant tués au Zimbabwe. Les arguments sur lesquels s’appuie ce changement brutal de politique sont jugés fallacieux par ces organisations.

Saad Hariri, la porte-parole de la White House a toutefois nié, jeudi, toute prise de décision définitive. Celle-ci pourrait intervenir vendredi.


Les autorités américaines ont renversé une précédente interdiction, imposée sous Barack Obama, d’importer notamment les très recherchées défenses d’ivoire de cet animal menacé et dont la population en Afrique décroît rapidement. L’US Fish & Wildlife Service (USFWS), « va émettre des permis autorisant l’importation des trophées d’éléphant chassés par loisir au Zimbabwe à partir du 21 janvier 2016 et jusqu’au 31 décembre 2018 », a écrit jeudi sur son site l’agence fédérale américaine chargée des questions de chasse et de pêche.

Elle confirmait ainsi une annonce faite cette semaine lors d’un forum sud-africain pro-chasse, le Safari Club International Foundation, qui a bataillé dur au côté du lobby américain des armes, la NRA, pour obtenir cette victoire. Plusieurs médias américains affirment que le permis s’appliquera également à la Zambie et qu’une réévaluation sera menée mi-2018 pour envisager une prolongation de l’autorisation.

« Comportement répréhensible »

« Comportement répréhensible de l’administration Trump. Cent éléphants sont déjà tués chaque jour. Cela mènera à davantage de braconnage », a dénoncé The Elephant Project sur Twitter. Pour sa part, le centre américain pour la biodiversité a déploré qu’en autorisant à faire entrer « des têtes, des pieds et des queues d’éléphant mort aux Etats-Unis », Donald Trump « légalise le fait de tuer des éléphants menacés ». De nombreuses réactions ont été publiées sur Twitter sous le hashtag #BeKindToElephants. Selon l’organisation Great Elephant Census, le nombre de pachydermes a diminué de 30 %, entre 2007 et 2014, en Afrique, avec une baisse de 6 % pour le Zimbabwe.

Hasard du calendrier, la diplomatie américaine a rendu jeudi son premier rapport annuel sur le trafic d’espèces sauvages, dans lequel il émet une liste de pays qui font l’objet d’« inquiétudes », mais dont le Zimbabwe et la Zambie sont absents. « Le trafic d’espèces sauvages reste un grave crime transnational qui menace la sécurité, la prospérité économique, l’Etat de droit, les efforts de conservation et la santé humaine », écrit le département d’Etat. « Le gouvernement américain combat ce commerce illégal aux Etats-Unis et à l’étranger. »

La passion pour la chasse aux trophées des fils Trump

De nombreux observateurs se demandaient également si la décision prise sur les éléphants par l’administration américaine a un lien avec la passion des deux fils aînés du président, Donald Jr. et Eric, qui se rendent régulièrement à la chasse aux trophées en Afrique. Une photo, notamment, était très partagée sur les réseaux sociaux. On y voit Donald Trump Junior poser, cartouches de fusil à la ceinture, un canif dans la main droite et une queue d’éléphant dans la main gauche, à côté de l’animal mort.

Une semblable décision avait déjà été prise – sans faire de remous – en octobre, lorsque l’USFWS était déjà revenu sur l’interdiction d’importer des trophées de lion venus du Zimbabwe et de Zambie. Le braconnage du lion Cecil au Zimbabwe en 2015 avait pourtant provoqué une polémique mondiale.


La législation américaine sur les espèces en danger


L’administration du président républicain exploite avec cette décision un aspect de la loi américaine sur les espèces en danger (Endangered Species Act), qui stipule que l’importation de tels trophées peut être légale si preuve est apportée que la chasse bénéficie à la conservation plus large des espèces.

« La chasse pour le loisir, légale, bien encadrée, dans le cadre d’un programme, peut bénéficier à la conservation de certaines espèces en incitant les populations locales à conserver les espèces et en injectant l’argent dans la conservation », explique ainsi l’USFWS. « Pour soutenir la conservation, les chasseurs devraient choisir de chasser seulement dans des pays qui ont une forte gouvernance, un encadrement intelligent et des populations sauvages en bonne santé », ajoute l’agence.

Ce raisonnement, dénonce l’association américaine de défense des animaux PETA, « revient à vendre un enfant sur le marché noir afin de lever de l’argent pour combattre les violences faites aux enfants ».

source:
http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/11/17/washington-sous-le-feu-des-critiques-autorise-de-nouveau-l-importation-de-trophees-d-elephant_5216290_1652692.html

154
Un chercheur déterre les clefs de sécurité de DJI sur un répertoire Github oublié

Sécurité : Le constructeur de drone chinois DJI a laissé traîner des clefs de sécurité sur un projet Github, pendant plus de deux ans selon un chercheur.
Parmi les clefs se trouvait notamment la clef privée utilisée pour le certificat de sécurité du domaine dji.com.

DJI a malheureusement laisser traîner ses clefs de sécurité et ce genre d’erreur pourrait coûter cher au constructeur chinois de drones personnels. Un chercheur a en effet découvert des clefs privées détenues par DJI laissées librement accessible sur un projet Github de la société. Plusieurs clefs avaient été laissées en libre accès, dont la clef de chiffrement privée utilisée pour les certificats de sécurité du nom de domaine dji.com, le nom de domaine principal du constructeur. Outre cette clef, le Github contenait également des identifiants d’accès aux services cloud AWS de DJI, ainsi que des clefs de chiffrement AES utilisées pour signer les firmwares du constructeur.



Selon le chercheur à l’origine de la découverte, Kevin Finisterre, les clefs sont restées accessibles au public pendant au moins deux années. Un attaquant en possession de ces informations pouvait faire beaucoup de dégâts du coté de chez DJI : le certificat de sécurité pouvait ainsi permettre de créer de faux sites DJI disposant de la validation HTTPS. Les identifiants AWS pouvaient ouvrir la voie à du vol de données, tandis que les clefs liées aux firmwares pouvaient être utilisées pour distribuer des mises à jour malveillantes sur le firmware des produits DJI.

Le chercheur a publié un rapport détaillant ses découvertes concernant DJI au public. Il explique également avoir tenté de travailler avec DJI afin de profiter de son bug bounty et de respecter le responsible disclosure. Mais suite à un désaccord avec les équipes de DJI sur les modalités du programme, le chercheur explique avoir renoncé à la prime de 30 000 dollars promise par DJI afin de révéler au public les failles découvertes.

DJI a entrepris de corriger le problème et annonce avoir révoqué son certificat exposé sur Github : le constructeur utilise donc un nouveau certificat pour l’ensemble de ses sites et services depuis le début du mois de septembre. Malheureusement les révocations de certificats ne se font pas toujours automatiquement et certains navigateurs continuent parfois d’accepter des certificats révoqués pendant une période de temps plus ou moins longue.

DJI avait déjà été critiqué par le passé sur ses failles de sécurité : l’armée américaine avait ainsi publié un memo interne qui déconseillait à ses hommes d’avoir recours aux produits DJI, citant des « failles de sécurité » non détaillées dans la circulaire. Les services de l’armée américaines étaient peut être tombés sur le répertoire github mentionné par Kevin Finisterre. DJI a en tout cas tout intérêt à faire amende honorable et à revoir ses méthodes en interne si le constructeur veut redorer son blason.

source:
http://www.zdnet.fr/actualites/un-chercheur-deterre-les-clefs-de-securite-de-dji-sur-un-repertoire-github-oublie-39860146.htm?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook

155
Nouveau couac à la piscine d'Anderlues: elle restera fermée jusqu'à nouvel ordre

La piscine d’Anderlues est-elle maudite ?
Il semblerait que oui.
Après des problèmes de dosage de chlore et des soucis d’ordre électrique, les autorités locales ont constaté un nouveau problème au niveau des vestiaires.
La piscine restera fermée, et cela jusqu’à nouvel ordre.



Rouverte le 6 novembre, les nageurs n’auront pu profiter du bassin que deux petits jours. De fait, après avoir constaté un problème de dosage du chlore et des problèmes d’ordre électrique, les autorités locales anderlusiennes ont remarqué un nouveau problème dans les vestiaires notamment. «  C’est une catastrophe  », explique l’échevin des Sports Rudy Zanola. «  Nous n’avons pas encore trouvé l’origine de ce nouveau problème contrairement aux deux autres qui sont aujourd’hui résolus. Une date de réouverture ? Je n’ose plus me prononcer.  »

source:
http://www.sudinfo.be/1990506/article/2017-11-17/nouveau-couac-a-la-piscine-d-anderlues-elle-restera-fermee-jusqu-a-nouvel-ordre


156
Facebook lance un bouton pour faire "une pause" avec un ami qui vous agace !

Certains de vos amis sur Facebook vous énervent mais vous ne voulez pas les supprimer de votre liste d’amis ?

Le réseau social lance une fonctionnalité nommée "Take a break ».

Cette nouvelle fonction  vous permet de "prendre des distances" avec un utilisateur.

Il est ainsi possible de lui montrer moins de publications, mais aussi, à l'inverse, de moins voir les siennes.

Evidemment, l'utilisateur avec qui souhaitez mettre de la distance ne sera pas informé de votre volonté de faire un break.

Si vous souhaitez revoir ses publications, il vous suffira de le suivre de nouveau.


157
Cyberattaque : le virus Bad Rabbit frappe près de 200 organisations en Russie et en Ukraine.



Un virus informatique baptisé Bad Rabbit, qui se présente sous la forme d'un programme d'installation du logiciel Adobe Flash, a infecté, depuis mardi, près de 200 organisations surtout en Russie et en Ukraine.

Près de 200 organisations, en Russie, en Ukraine et, dans une moindre mesure, en Turquie et en Allemagne, ont été touchées depuis mardi matin par un logiciel malveillant baptisé Bad Rabbit, a indiqué mercredi 25 octobre la société russe de sécurité informatique Kaspersky Lab.

Ransomware

Kaspersky Lab ajoute que les victimes ont "manuellement installé" le virus informatique, qui se présentait sous la forme d'un programme d'installation du logiciel Adobe Flash pour contaminer les ordinateurs.

Il s'agit d'un virus du type "ransomware" (ou rançongiciel), qui crypte les données et réclame une rançon pour les décrypter. "Les criminels qui se cachent derrière Bad Rabbit demandent 0,05 bitcoin en rançon, ce qui revient à 280 dollars au taux de change actuel", est-il écrit sur le blog en langue française de Kasperky Lab.

Plusieurs médias russes ont été touchés dont l'agence de presse Interfax : son site internet était toujours indisponible mercredi matin. "Nous n'avons réussi que partiellement à rétablir nos capacités de travail. Malheureusement, tous nos systèmes ne fonctionnent pas", a indiqué Interfax mercredi matin.

L'aéroport d'Odessa affecté

En Ukraine, le fonctionnement des systèmes informatiques de l'aéroport international d'Odessa (sud) a été touché. Le métro de Kiev, déjà affecté par la cyberattaque NotPetya en juin, a indiqué ne pas accepter temporairement le paiement par carte bancaire, sans toutefois évoquer l’attaque.

"Ce n'était pas une attaque ciblée. Il n'y a pas que des entités ukrainiennes à avoir été touchées", a assuré la police ukrainienne dans un communiqué.

Fin juin, la cyberattaque au "ransomware", provoquée par le virus informatique NotPetya et qui avait commencé en Russie et en Ukraine, avait touché des milliers d'ordinateurs dans le monde.

Avant cela, le 12 mai, le virus "Wannacry" avait affecté des centaines de milliers d'ordinateurs dans le monde entier, paralysant notamment les services de santé britanniques et des usines du constructeur automobile français Renault. Ses auteurs réclamaient aussi une rançon pour débloquer les appareils.

Avec AFP
http://www.france24.com/fr/20171025-russie-ukraine-virus-informatique-bad-rabbit-cyberattaque-ransomwares-wannacry

158
Du polonium dans les cigarettes : comment le grand secret des fabricants a été dévoilé

Chercheuse de la Mayo Clinic aux Etats-Unis, Monique E.
Muggli a découvert que les fabricants de cigarettes ont soigneusement dissimulé la présence de cet élément radioactif dans le tabac pendant 40 ans.
Elle raconte…



En analysant plusieurs milliers de documents depuis deux ans, Monique E. Muggli, chercheuse de la Mayo Clinic aux Etats-Unis, à Rochester (Minnesota), a découvert comment Philip Morris et les plus grandes compagnies de l’industrie du tabac ont volontairement caché au grand public la présence de Polonium 210, un élément radioactif, dans leurs cigarettes. Celle qui est devenue la Erin Brockovich du tabac se confie à 20minutes.fr.

 Comment avez-vous découvert l’ampleur de cette dissimulation?
 Les industries du tabac ont été obligées de rendre public près de 60 millions de documents internes depuis un procès perdu en 1998 contre l’Etat du Minnesota. Dans tous ces rapports déclassifiés, environ 1.500 se rapportent au polonium. Les industries savaient tout. Elles ont tout enterré.

Quand ont-elles su que le polonium se trouvait dans le tabac?
 En 1964. Les industries, tout comme la communauté médicale, ont observé la présence du 210 Po, un élément radioactif et cancérigène. Attention, cette présence n’est pas dûe au processus industriel des cigarettiers, mais à la façon de cultiver le tabac. On utilise des engrais riches en phosphates qui contaminent les feuilles.

Et ils n’ont rien fait?
 Au début, dans les années 1970 et 1980, ils ont agi. Philip Morris et les autres compagnies ont essayé de supprimer la teneur en polonium, de trouver des méthodes différentes tout en conservant la réussite commerciale de leurs produits. Ils n’ont pas réussi à concilier les deux. Les chercheurs de Philip Morris ont réussi à réduire la présence de 210 Po avec un solvant, RJ Reynolds dans ces Winston avec un filtre spécial. Mais les dirigeants les ont empêchés de poursuivre. Ils avaient peur de changer le goût de leur produit, mais surtout que le grand public apprennent les objectifs de ces recherches, paniquent devant le polonium.

Il fallait étouffer l’affaire…
La stratégie générale est d’éviter toute controverse. Ils savaient que toute divulgation entraînerait une grande peur et des procès. Paul Eichorn, vice-président de Philip Morris, a eu cette formule dans une note adressée à ses collaborateurs: «Nous ne devons pas réveiller un géant endormi». Ils ont arrêté les recherches et enterré profondément l’existence du polonium.

Quelle est sa dangerosité?
 On estime que le 210 Po est à l’origine d’1% de tous les cancers du poumon aux Etats-Unis, soit d’environ 1.600 morts américains par an. Il serait responsable de 12.000 décès dans le monde entier par an.

Les responsables des majors ont-ils réagi à la publication de votre article dans le numéro de septembre de l’American Journal of Public Health?
 Non, l’affaire a été relayée pour l’instant en Grande-Bretagne, en Belgique et en France. Mais pas encore aux Etats-Unis.

Que risquent-ils?
 Il n’y aura probablement pas de condamnation en justice. Ce sont de longues batailles, souvent vaines. Mais l’opinion publique est désormais au courant des combines des cigarettiers, et leur réputation va en pâtir. C’est là qu’est notre victoire.

Si je me grille une cigarette maintenant, j’inhalerai du polonium?
 Oui, il se déposera sur une partie de vos bronches.

Les cigarettiers nous réservent-ils d’autres surprises de ce genre?
(Elle rit). Je ne sais pas, vraiment pas ! Nous travaillons aujourd’hui avec mes collègues de Stanford et du Nicotine Research Center sur le danger des cigarettes au menthol, et sur «Secondhand smoke», la fumée passive. Nous essayons de décrypter la stratégie de l’industrie vis-à-vis des non-fumeurs et des produits qu’ils absorbent.

L’empoisonnement de Litvinenko
 Le polonium est l’un des éléments radioactifs les plus toxiques. Il avait servi dans l’assassinat de l’ex-agent du KGB Alexander Litvinenko à Londres en 2006, mais la dose employée par les meurtriers était évidemment colossale comparée à une simple cigarette. Il était mort en moins de trois semaines.


Source : 20 Minutes
http://www.neufshares.com/polonium-cigarettes-grand-secret-fabricants-a-ete-devoile/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook


159
Logiciels / Patch Tuesday : Microsoft Office encore vulnérable
« le: 16 novembre 2017 à 18:55:26 »
Patch Tuesday : Microsoft Office encore vulnérable

Sécurité : Le patch Tuesday de Microsoft corrige de nombreuses failles de sécurité affectant plusieurs produits de l’éditeur.
Parmi eux, une faille de sécurité au sein d’Office se révèle particulièrement inquiétante puisqu’elle ne nécessite simplement d’ouvrir un document malveillant pour être exploitée.

Le nouveau Patch Tuesday de Microsoft corrige 53 vulnérabilités détectées dans les différents logiciels de l’éditeur. Les failles corrigées affectent Internet Explorer, Edge, Microsoft Windows, Office ainsi que ASP.NET Core, .NET Core et Chakra Core.

Plusieurs de ces vulnérabilités ont vu leurs détails révélés avant la publication du patch, mais Microsoft précise qu’à sa connaissance, celles-ci n’ont pas encore été exploitées par des cybercriminels. Les quatre vulnérabilités concernées affectent ASP.NET Core (CVE-217-87000 et CVE-2017-11883) ainsi que les différents navigateurs proposés par Microsoft (CVE-2017-11827 et CVE-2017-11848.) Pour l’instant, aucune exploitation de ces failles n’a été constatée par Microsoft, mais les détails de celles-ci ayant été publiés, Microsoft invite à la prudence.



Outre ces vulnérabilités, on retiendra également la faille CVE-2017-11882 qui affecte Office et permet à un attaquant d’exécuter du code malveillant sur la machine sans forcement demander à l’utilisateur d’activer des macros. C’était pourtant un classique des attaques exploitant Office : pour exploiter la plupart d’entre elles, l’attaquant devait parvenir à convaincre l’utilisateur d’activer les macros.

Ce n’est pas le cas de celle-ci : comme l’explique Bleeping Computer, elle exploite un reliquat de code datant des années 2000 et utilisé pour manipuler les objets dynamiques OLE. Une ancienne version du code, datant de 2000, avait été laissée au sein d’Office afin d’assurer la rétrocompatibilité des documents et s’assurer que ceux-ci seraient toujours capables de manipuler ces éléments.

Malheureusement, celle-ci n’a pas bénéficié des correctifs de sécurité et se retrouve aujourd’hui vulnérable à une faille : un attaquant pourrait en effet exploiter cette vulnérabilité au sein d’un document pour télécharger et exécuter du code sur la machine de la cible si celui-ci ouvre un document piégé envoyé par l’attaquant ou hébergé sur un site web.

Cette faille a été découverte par les chercheurs de la société Embedi, qui ont publié un rapport détaillant le fonctionnement de la vulnérabilité et les différents scénarios d’exploitation envisageables. La faille affecte toutes les versions d’Office et d’Office 365 ainsi que toutes les versions de l’OS.

Plusieurs garde-fous peuvent éventuellement protéger l’utilisateur qui ne serait pas en mesure de patcher immédiatement son logiciel : on peut ainsi compter sur le fait que le mode Protected View protège de toute exécution de code au sein du document et empêche ainsi l’exploitation de la faille si l’utilisateur accepte d’avoir recours à ce mode de visualisation. Les administrateurs peuvent également modifier les clefs de registres du système afin de désactiver la librairie vulnérable utilisée par Office.

On ne saurait trop conseiller d’appliquer le correctif proposé par Microsoft : ce type de faille risque en effet de rapidement devenir un classique de l’arsenal des cybercriminels, dès lors qu’ils seront parvenus à l’exploiter.

source:
http://www.zdnet.fr/actualites/patch-tuesday-microsoft-office-encore-vulnerable-39860022.htm?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1510748678

160
Et si Skynet et la Matrice étaient les meilleurs pourvoyeurs de Pôle Emploi ?

Technologie : Dans l’Avènement des Machines, son essai de 2015 tout juste traduit, Martin Ford brosse un tableau plutôt pessimiste des conséquences pour le marché du travail de l’arrivée de l’intelligence artificielle et de l’automatisation.

Faut-il avoir peur des conséquences économiques de l’intelligence artificielle et de l’automatisation ? Si le cinéma nous avait prévenu avec au choix Robocop pour dégraisser les effectifs de la police, Terminator, ou Matrix où les humains ne servent plus que de carburants pour les machine, pour Martin Ford, cet avenir est encore presque optimiste. Futuriste et autoproclamé spécialiste des conséquences économiques de l’automatisation et de l’intelligence artificielle, Martin Ford dresse dans l’Avènement des machines un constat très sombre sur l’avenir de notre économie et de l’emploi suite à l’automatisation toujours plus grande des tâches dans notre société.



Et ceux-ci que ce soit au niveau physique, avec par exemple le robot de Momentum machines capable de préparer un hamburger en 10 secondes et bientôt de remplacer tout le personnel humain d’un fast-food, ou intellectuel comme ce logiciel qui a écrit 850 articles publiés en an pour le Washington Post. À l’heure où le Big Data, le smart data, l’intelligence artificielle et les chatbots semblent faire rêver toutes les entreprises du secteur financier à tous les échelons, cette lecture fait l’effet d’une douche froide.

Écrit en 2015, cet essai est à l’heure de sa traduction en France déjà dépassé et cela n’en est que plus effrayant. Que dit-il ? Tout simplement qu’à mesure que la technologie augmente et se développe, la part restant pour l’emploi dans la population se réduit de plus en plus. Et surtout que ce ne sont pas seulement les emplois les moins qualifiés qui pâtiront de cet état des choses, mais également de nombreux cols blancs.



De la banque à la médecin, tous les secteurs sont concernés


Ainsi dans la banque, cela signifie que tous les postes sont à terme menacés, du conseiller clientèle en agence au trader ou au gestionnaire de fortune privée. Il suffit de voir ce que réalise déjà Watson, le service d’IBM, en matière de relation clientèle et de conseil à l’investissement pour le constater. Rappelons qu’Orange Bank qui devrait bien finir par se lancer à l’heure où nous écrivons ces lignes compte justement s’appuyer sur Watson pour son service client.

Dans le domaine de la santé, Martin Ford envisage une modification radicale de la médecine où un personnel humain, dans un premier temps, ferait toutes les recherches préalables avant de transmettre les données récoltées à une intelligence artificielle capable de diagnostiquer la maladie et d’adapter la prescription précisément au patient, limitant ainsi le risque d’erreur. Voire pourquoi pas lire une radio ou un IRM mieux qu’un médecin radiologue… Tout au long des 345 pages de son livre, Martin Ford multiplie les exemples de ce type, dans presque tous les secteurs.


Nous sommes les complices de notre remplacement


Il souligne également que la tendance actuelle de notre économie fait qu’il n’y a plus de raisons économiques viables de préférer un emploi humain, ou même une collaboration à long terme entre humain et machine, à l’automatisation totale des tâches. Depuis l’époque d’Henry Ford, son homonyme du début du 20e siècle, chaque crise économique a été suivi d’une reprise, mais les emplois détruits par ladite crise n’ont jamais été recréés dans leur intégralité par la reprise. Et cet écart s’accroît d’une crise à l’autre, au point que la reprise économique post-crise de 2008 s’est faite quasiment sans création d’emploi.

De plus, les investissements demandés par l’automatisation, à mesure que les briques sont de plus en plus facilement accessibles (service de traduction en ligne, cloud computing pour louer de la puissance machine de calcul, outils de reconnaissances faciales à bas coût comme le Kinect de Microsoft, etc.), sont de moins en moins importants. Une grande partie du développement se fait d’ailleurs déjà bénévolement et sans le savoir soit par les employés eux-mêmes en alimentant les outils d’analyses Big Data de leurs sociétés, soit par l’ensemble des internautes.

Ainsi, les systèmes de Captcha qui font retaper une suite de chiffres ou sélectionner des photos pour accéder à un service Web aident les logiciels à améliorer leurs capacités en reconnaissance graphique ou visuelle.


Le revenu universel comme panacée

Martin Ford souligne que ce problème n’est pas récent. Il a été déjà abordé une première fois aux États-Unis par le rapport « Triple Révolution », commandé par le président Johnson et présenté devant le congrès en mars 1964 ! Pour autant, aucune solution à court ou à long terme n’a été trouvée. Et, et c’est le reproche que l’on pourrait faire à ce livre, Martin Ford n’en propose aucune non plus.

Après avoir dit à longueur de chapitres que la formation et l’éducation ne suffiront pas à éviter le chômage de masse, et que de nombreux employés sont désormais surdiplômés par rapport aux besoins réels de leur poste, Martin Ford propose à court terme… une meilleure formation des employés via les MOOC. Et à long terme, une rustine comme le revenu de base universel, comme filet de sécurité pour ceux qui ne pourront plus être employés. Et comme motivation pour avancer dans ses études.

Les bases du problème sont peut-être correctement posées, mais la solution pour se sortir du piège tendu par la Matrice sont peu claires. A moins de se pencher à nouveau dans la science-fiction et d’instaurer une société semblable à la Culture décrite dans les romans de Iain Banks.


source:
http://www.zdnet.fr/actualites/et-si-skynet-et-la-matrice-etaient-les-meilleurs-pourvoyeurs-de-pole-emploi-39858364.htm?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1510825318

161
Pour la première fois des scientifiques ont modifié l'ADN d'un homme vivant




SANTÉ - C'est une première mondiale. Ce lundi 13 novembre, les médecins de l'hôpital de Oakland ont directement édité l'ADN d'un Américain de 44 ans en y ajoutant un nouveau gène, rapporte l'agence Associated Press.

Originaire de l'Arizona, Brian Madeux a reçu en injection des milliards d'exemplaires d'un gène correcteur et de ciseaux moléculaires pour couper son ADN et les y insérer en un point précis.

Le patient souffre de la maladie de Hunter, une maladie génétique dégénérative qui empêche la formation d'une enzyme, et qui entraîne des douleurs articulaires, une perte d'audition, des problèmes cardiaques et respiratoires sous sa forme modérée. La plupart des personnes sont cependant atteintes d'une forme beaucoup plus sévère de cette maladie, qui entraîne alors un décès avant l'âge adulte.

L'Américain, un ancien chef cuisinier marié à une infirmière, doit chaque semaine recevoir une dose de l'enzyme manquante. Mais ce traitement coûteux ne fait qu'atténuer certains symptômes. Il a déjà été opéré 26 fois, avant d'accepter la thérapie génique.

"Je suis volontaire pour prendre ce risque", témoignait-il auprès d'Associated Press. "Avec un peu de chance, cela m'aidera, ainsi que d'autres."

Ce traitement est en effet exceptionnel. Habituellement, les gènes sont injectés, directement ou grâce à un virus, dans des cellules prélevées sur le patient puis réinjectées. Brian Madeux, lui, l'a reçu directement sur son lit d'hôpital, avec une perfusion de trois heures encadrée par plusieurs médecins.

Avec le gène transporté par un virus modifié pour le rendre inoffensif, les scientifiques ont introduit deux protéines avec des doigts de zinc. Dans le foie, ces derniers localisent la partie de l'ADN où doit se placer le nouveau gène, et le découpent comme un ciseau pour qu'il puisse s'y placer.

Il suffirait de corriger l'ADN d'1% des cellules du foie pour traiter avec succès la maladie dont souffre Brian Madeux, indiquait son docteur et le directeur de l'étude, Paul...

source:
https://fr.news.yahoo.com/premi%C3%A8re-fois-scientifiques-modifi%C3%A9-l-133000335.html

http://www.huffingtonpost.fr/2017/11/16/pour-la-premiere-fois-des-scientifiques-ont-modifie-ladn-dun-homme-vivant_a_23279428/?xtor=AL-32280680?xtor=AL-32280680

162
Les Etats-Unis autorisent la vente des premiers médicaments connectés




C’est une première médicale aux Etats-Unis. La Food and Drug Administration (FDA), l’agence américaine du médicament vient d’autoriser la commercialisation des premiers médicaments digitaux. À l’intérieur de ces comprimés, un capteur de la taille d’un grain de sable, qui quand vous avalez votre médicament, prévient la personne de votre choix, sur son ordinateur ou son téléphone portable. Ces comprimés digitaux ont été inventés pour mieux surveiller les patients qui oublieraient de prendre leurs traitements.

Une solution pour les malades psychiatriques

Dans un premier temps, cette technologie va être appliquée à un médicament destiné au traitement de la schizophrénie et des troubles bipolaires ou de graves dépressions. "La personne avale ce comprimé, le médicament arrive dans l’estomac et là, un signal est envoyé à un patch que le patient porte à même la peau", explique le docteur John Lappock sur la chaîne CBS. "C’est ce patch qui envoie un signal à une application installée sur votre téléphone, qui dit que c’est bon, que le médicament a été pris", poursuit le médecin.

Eviter les oublis coûteux et graves

Ce comprimé digital a été inventé pour lutter contre le mauvais suivi de certains traitements, qui entraînent aggravation de la maladie et hospitalisation. Le coût de ces oublis s'avère élevé : environ 100 milliards de dollars chaque année aux Etats-Unis.




"Près de 50% des malades ne prennent pas leur médicament comme il faut"


Docteur John Lappock

CBS


Cette technologie pourrait s’appliquer aussi aux diabétiques, à ceux qui font de l’hypertension, à tous ceux qui doivent prendre le même médicament chaque jour, ou répéter le même geste tous les jours. Il pourrait être tres utile pour toutes ces populations.

Un Big Brother médical

Ces pilules connectées peuvent évidemment poser un probleme de respect de la vie privée. Dans le New York Times, un psychiatre de l’université de Columbia parle de Big Brother médical. Mais la (...) Lire la suite sur Francetv info

source:
https://fr.news.yahoo.com/etats-unis-autorisent-vente-premiers-m%C3%A9dicaments-connect%C3%A9s-085825336.html

163
Nouveaux incidents à Bruxelles: «Vargasss 92» avait déjà provoqué des «mini-émeutes» en France!

30 personnes ont été interpellées à la suite des incidents qui se sont déroulés mercredi en fin d’après-midi sur la place de la Monnaie à Bruxelles.
Parmi les interpellés se trouve « Vargasss92 », un « Snapchatteur » à l’initiative du rassemblement.
Or, celui-ci n’en est visiblement pas à son coup d’essai.



Vous n’aviez jamais entendu parler de « Vargasss 92 » ?
Rassurez-vous, vous n’êtes pas les seuls !
Pourtant, ce « YouTubeur » fait partie des nouveaux « rois de l’internet ».
Suivi par 596.000 followers sur Instagram, et par plusieurs milliers de personnes sur Snapchat.
Il est un véritable phénomène de société.

Paris, Toulouse, Angers…
Comme le montrent les vidéos ci-dessous, ses apparitions publiques provoquent souvent des « mini-émeutes ».
Et cela se termine parfois mal.
À Toulouse, en juillet dernier, les policiers se sont retrouvés face à 400 ados déchaînés.
Et comme le soulignent nos confrères de la Dépêche du Midi, trois policiers avaient alors été blessés : doigt retourné, genou vrillé, douleurs dorsales…










source:
http://www.sudinfo.be/1989015/article/2017-11-15/nouveaux-incidents-a-bruxelles-vargasss-92-avait-deja-provoque-des-mini-emeutes

164
Il avait prédit la victoire de Donald Trump et le Brexit: le voyant le plus fiable de 2017 donne ses prévisions pour 2018

Craig Hamilton-Parker avait vu juste à propos d’événements mondiaux improbables.
Ce médium de renom avait notamment prédit l’élection de Donald Trump et le Brexit.
Alors pour 2018, ses prévisions étaient attendues…
et elles sont loin d’être joyeuses.



La victoire de Donald Trump ? Il l’avait prédit. Le Brexit ? Aussi. Craig Hamilton-Parker est un médium très suivi depuis quelque temps. Il faut dire que l’homme avait vu juste à propos d’événements mondiaux pour le moins improbables.

Pour 2018, les visions de Craig étaient donc très attendues. Mais elles ne vont pas faire plaisir. Car le médium prévoit une année assez sombre comme le rapporte The Independent. Une révolution en Corée du Nord qui renverserait le régime de Kim Jong-Un ou une attaque à l’arme chimique sur une ville d’Europe seraient notamment au programme de l’année à venir.

« 2018 sera une année de tourments politiques et de crises environnementales », a déclaré Craig Hamilton-Parker. Il voit également une série d’attaques terroristes et une récession économique internationale.


Donald Trump résiste, les catastrophes environnementales prophétie numéro un

Côté Etats-Unis, il pense que Donald Trump évitera les tentatives de destitutions.

En Europe, ce n’est guère mieux. Craig Hamilton-Parker voit une aggravation des frictions culturelles en Allemagne et en France. Des troubles qui s’intensifieront, entraînant des émeutes.

Mais le médium a déclaré que sa prophétie numéro un pour l’année à venir n’était autre que l’environnement.
En effet, selon lui, de nombreuses catastrophes environnementales se produiront en 2018.
« L’environnement est en haut de ma liste parce que je pense qu’on verra des tremblements de terre sans précédent, des éruptions volcaniques et un temps féroce » explique-t-il.
« Je dis depuis quelques années que nous pouvons nous attendre à cela. Pas seulement à cause du réchauffement climatique mais aussi à cause de l’activité accrue du Soleil.
Nous avons vu des ouragans terribles mais je sens que le pire est à venir. »

Mais tout n’est pas sombre.
Au rayon des bonnes nouvelles, le médium prévoit les fiançailles du Prince Harry avec Meghan Markle et également une croissance de la spiritualité dans le monde.
« Beaucoup des prédictions sont plutôt sombres mais je pense qu’il y aura une croissance simultanée de la spiritualité pour les peuples du monde qui nous conduira vers un âge d’or » conclut-il.
 « Les conflits et les épreuves, ainsi que les problèmes environnementaux croissants, rassembleront les bonnes personnes et susciteront le désir de chercher le véritable but de la vie humaine. »

Des prédictions crédibles selon vous ?

source:
http://www.sudinfo.be/1988911/article/2017-11-15/il-avait-predit-la-victoire-de-donald-trump-et-le-brexit-le-voyant-le-plus-fiabl

165
Un verre de sang pour accompagner la cervelle cuite de sa copine



« J’ai récolté une partie de son sang dans un verre », a confié à la police Dmitry Luchin (21 ans), expliquant qu’il a aussi ramassé du sang sur le sol où il avait giclé. Il en avait besoin pour accompagner sa nourriture. Le jeune homme risque la prison à vie s’il est reconnu coupable de meurtre et de cannibalisme.

 
 
Présenté comme un jeune poète talentueux doté d’un QI élevé, Dmitry Luchin vient de participer à une reconstitution du meurtre à Valdai en Russie. Les faits se sont produits le 8 mars dernier, à l’occasion de la journée de la femme. Ce jour-là, il a bu du vin avec son amie Olga âgée de 45 ans. A un moment, elle est partie se coucher. C’est à ce moment-là qu’il a décidé de l’étouffer avec un oreiller.

La victime a résisté, mais a fini par s’évanouir. Dmitry Luchin a saisi une bouteille de vin vide et lui a frappé la tête à une vingtaine de reprises jusqu’à ce qu’elle meurt. Puis il s’est armé d’un hachoir et lui a fracassé la boîte crânienne pour lui extraire une partie du cerveau afin de le cuire et de le manger. Le repas a été accompagné d’un verre de sang.

Le cannibale présumé a aussi coupé les oreilles et les tétons de sa victime qu’il ensuite abusé sexuellement avec une bouteille. L’estomac a été également ouvert afin que les organes se répandent à l’extérieur. Toutes les informations ici.

source:
http://faitsdivers.blogs.sudinfo.be/archive/2017/11/15/un-verre-de-sang-pour-accompagner-la-cervelle-cuite-de-sa-co-240633.html