Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

1681
Anonymous France ▶ #OpVendetta 5 Novembre 2015 #MillionMaskMarch



Anonymous France, remember, remember the 5th of November
ENGLISH VOICE VERSION ----- ------
Remi Fraisse killed by Police in France, we do not forget you-

1682
17 raisons de faire l'amour tout le temps, partout, tous les jours

A-t-on vraiment besoin de bonnes raisons de faire l'amour ? Certainement pas, non seulement c'est plutôt plaisant et ça ne fait pas de mal, mais ça fait même beaucoup de bien... Voici donc, pêle mêle, 17 bonnes raisons pour lesquelles vous devriez faire l'amour tous les jours, dans le salon, dans la baignoire, au bureau, dans la cuisine, chez les voisins...



1. C’est relaxant. Qui n’est jamais stressé de nos jours ? Durant l'activité sexuelle, le corps produit de la dopamine en quantité, une substance qui a des effets apaisants (entre autres) ainsi que des endorphines (la fameuse "hormone du bonheur"). Une étude conduite sur des rats mâles a démontré que les rats sexuellement actifs etaient moins anxieux que ceux qui etaient privés de sexe. On est prêts à parier que cela marche pour les rats femelles aussi...

2. Vous faites de l’exercice. Mine de rien entre le boulot et les sorties, il n’est pas toujours évident de se caler un footing ou une séance de natation. L’idéal reste le sexe. Faire l'amour est une forme non négligeable d'activité physique. Si vous avez une activité sexuelles trois fois par semaine par session de 15 minutes (mais on sait que vous pouvez faire mieux que ça !) vous brûlerez 7.500 calories en un an. L'équivalent d'un jogging de 121 kilomètres ! Durant le sexe, vous êtes conduits à respirer plus fort, ce qui augmente la quantité d'oxygène dans vos cellules. Et vous produisez aussi de la testostérone, ce qui permet de renforcer les os et les muscles.

3. C'est gratuit ! Enfin un loisir qui ne va pas vous ruiner (normalement...) Le sexe ne vous coûte pas un kopeck, tout comme regarder le soleil coucher, gambader dans les prés, ou lire des articles sur Demotivateur.

4. Vous faites baisser la pression sanguine. Les câlins sous la couette peuvent améliorer votre circulation sanguine, et permet aussi d'oxygéner le sang

5. Vous renforcez vos défenses immunitaires. On vous en parlait déjà un peu dans cet article. L'immunoglobine 1, un antigène produit par le corps et qui permet notamment de combattre la grippe, augmente proportionnellement avec l'activité sexuelle. Bref, faites l'amour, pas la grippe.

6. C’est un bon moyen pour oublier quelqu’un. Ou se venger. Ou encore pour faire du chantage affectif

7. Vous acquérez de l’expérience. Après tout, il faut bien chercher à s'améliorer sans cesse dans tous les domaines, non ? Et bien c'est en forgeant que l'on devient forgeron, comme on dit.

8. Ça vous rajeunit. Faire l'amour au moins trois fois par semaine pourrait bien vous donner l'air d'avoir 10 ans de moins, du moins c'est ce qu'affirme un chercheur neuropsychologue écossais du nom de David Weeks. Il a même écrit tout un livre à ce sujet : "Secrets of the Superyoung". Malgré ce titre qui ressemble à une pub internet pour un prétendu produit de rajeunissement miracle, le mec est une pointure et travaille pour le Royal Edinburgh Hospital.

9. C'est bon pour le coeur. Des scientifiques se sont penchés sur les effets d'une activité sexuelle régulière sur le coeur des patients. Les hommes ont environ 45% moins de chance d'avoir des maladies cardiovasculaires. Mais l'étude n'a pas réussi a étudier les effets de l'amour sur le coeur des femmes (qui comme chacun le sait, est un peu plus compliqué à comprendre...)
Attention quand même, si vous êtes cardiaque : Avoir une activité sexuelle violente et peu fréquente peut, à l'inverse, déclencher des crises cardiaques chez les personne sensibles. La solution, c'est de faire comme pour le sport et y aller tranquille, régulièrement, et adapter les efforts fournis en conséquence de ses capacité physiques et de son "entraînement". On ne s'improvise pas bête de sexe pour un soir !

10. Vous devenez plus confiant en vous ! Forcément, vu que vous êtes désiré(e) c’est toujours flatteur.

11. Ça soulage la douleur. Le sexe permet de libérer des endorphines, ce qui crée une sensation de plaisir et annule les sensations de douleur. Alors si vous avez une migraine, il ne vous reste plus qu'a foncer ! Par contre si vous avez mal au dos, là, il vaut évidemment mieux consulter un docteur...

12. Le sexe permet de construire une certaine intimité et un sentiment de confiance. L'acte sexuel, à son paroxysme, crée un afflux soudain d'une hormone, l'oxytocine. C'est cette hormone qui est en partie liée à la sensation d'être amoureux et de se sentir comblé. Si vous sentez que votre couple bat de l'aile, ou que vous avez peur que votre patenaire vous lâche, rien de tel qu'un bon câlin sous la couette pour remettre le train en marche. L'oxytocine crée le sentiment d'être proche et complices (et Cupidon aussi)

13. Cela réduit les chances de cancer. Le fait d'éjaculer régulièrement réduit en effet les chances de développer un cancer de la prostate ! Les femmes ne sont pas en reste: l'oxytocine dont nous parlions précédemment pourrait bien réduire aussi les risques de cancer du sein, bien que le résultat reste encore à confirmer.

14. Cela permet de combattre la routine. Quand on s’ennuie, rien de mieux qu’une petite partie de jambe en l’air sur la pause déjeuner.

15. Ça renforce les muscles pelviens. Les muscles du bassin sont très sollicités durant le sexe (pas besoin de vous faire un dessin, si ?) Bien sûr, le fait de faire l'amour permet d'exercer tout une panoplie de muscles différents: les quadriceps, les muscles dorsaux, les pectoraux, tout dépend des positions (faites marcher votre imagination que diable !) Le sexe permet également de conserver une bonne vessie et un bon intestin. Bref, on dirait vraiment que le sexe vous veut du bien !

16. Le sexe aide à dormir. La relaxation post-coitale et la fatigue provoquée par vos efforts pour atteindre le septième ciel vous permettent à coup sûr de bien dormir. Le sexe pourrait bien devenir le meilleur remède pour les insominaques ! Un autre fait à noter: quand les hommes éjaculent, ils deviennent naturellement léthargiques et se mettent à dormir immédiatement Leur cerveau libère simultanément deux hormoles : la sérotinine et les opioïdes, qui les plonge dans un état d'endormissement profond. Les femmes, elles, ne semblent pas connaître cela, ce qui provoque parfois quelques accrochages.... Alors mesdames soyez compréhensives: c'est biologique !

17. Si vous voulez un enfant, c’est encore le moyen le plus simple aujourd’hui !

http://www.demotivateur.fr/article-buzz/17-raisons-de-faire-l-amour-tout-le-temps-partout-tous-les-jours-1032

1683
Hôpital bombardé: l'Onu confie l'enquête aux USA



Selon le secrétaire générale de l'Onu, l'organisation ne saurait soutenir une enquête indépendante sur le bombardement de l'hôpital en Afghanistan avant que les résultats des investigations américaines, ainsi que de l'Otan et des autorités afghanes ne soient publiés.



A la suite des frappes aériennes de l'hôpital de l'ONG Médecins sans frontières (MSF) par les forces armées des Etats-Unis, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon a appelé à lancer une enquête "impartiale", sans toutefois préciser si cela devait être fait directement par l'Onu.


"Il est encore tôt, je pense que nous devons attendre de voir ce qui ressort des (enquêtes, ndlr) officielles américaine et de l'Otan et des investigations afghanes éventuelles. Je pense que ce que nous cherchons est une enquête crédible et transparente", a t-il déclaré lundi cité par l'agence Reuters.



Général John Campbell, commandant en chef des troupes US et de l'Otan en Afghanistan

© AP Photo/ Carolyn Kaster

Les Etats-Unis reconnaissent avoir bombardé l’hôpital de MSF
Médecins sans frontières et le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, ont estimé que cette frappe pourrait "constituer un crime de guerre".

22 membres du personnel et des malades ont été tués, et près de 40 personnes ont été blessées à la suite de la destruction d’un hôpital de MSF dans la ville de Kunduz, au nord de l'Afghanistan le 3 octobre.


Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20151006/1018640324/kunduz-hopital-onu-enquete-usa.html#ixzz3ntW5l0ky


1684
Manage: un énorme trafic de fringues de 2e main démantelé

Une grosse opération de contrôle a été menée ce lundi dans une série de hangars à Manage, rue des Verreries. Plusieurs sociétés y sont actives dans le secteur -lucratif- des vêtements de seconde main. Un secteur d’autant plus lucratif que les travailleurs contrôlés y bossaient au noir… Des tonnes de vêtements ont été mises sous scellés, du matériel lourd a été saisi. L’enquête, menée conjointement par plusieurs services, ne fait que commencer.



L’endroit était sous surveillance depuis un certain temps : plusieurs hangars situés rue des Verreries à Manage. C’est ici que l’opération s’est déroulée . Police locale, fédérale, répression des pollutions, lois sociales : en tout, une cinquantaine d’agents ont été mobilisés pour cette plongée dans le milieu syrien et irakien. Le but ? Contrôler une série de sociétés actives dans le vêtement de seconde main. Les résultats étaient au rendez-vous !

Les observations avaient permis de constater que les vêtements arrivaient sur place par containers entiers, sur des camions venant de l’étranger. La cargaison était alors entreposée et triée sur place, une activité qui nécessite évidemment un permis d’environnement que ne possédait aucune des entreprises concernées. Cinq hangars ont ainsi été visités. Des travailleurs s’y activaient à trier la marchandise : 13 travailleurs dans un des hangars, 9 dans un autre. Des malheureux amenés sur place en camionnette le matin et ramenés le soir. À quel salaire ? sûrement pas au tarif syndical : aucun d’entre eux ne disposait de contrat d’emploi et 5 des ouvriers contrôles étaient même en séjour illégal. Une main-d’œuvre bon marché et sans protection donc.

http://www.lanouvellegazette.be/1390268/article/2015-10-05/manage-un-enorme-trafic-de-fringues-de-2e-main-demantele

1685
Plainte aux Etats-Unis contre le président birman pour le "génocide" des Rohingyas



Une vingtaine d'organisations musulmanes américaines ont déposé une plainte la semaine passée à New York contre le président birman Thein Sein et d'autres membres de son gouvernement pour des crimes commis contre la minorité Rohingya, qui s'apparentent selon eux à un génocide.

Cette action en justice intervient un mois avant d'importantes élections en Birmanie, considérées comme un test pour la démocratie.
Un porte-parole du président n'a pas accordé beaucoup d'importance à cette plainte déposée jeudi dernier: "La Birmanie n'est pas un vassal de l'Amérique. Je ne vois pas comment la Birmanie pourrait être conduite devant un tribunal fédéral en Amérique", a-t-il dit lundi.
La plainte demande à la juge Debra Freeman de convoquer le président Thein Sein, ainsi que le ministre des Affaires étrangères Wunna Maung Lwin et d'autres dignitaires. La loi "Alien Tort Statute" permet à des citoyens étrangers de réclamer des dommages pour des violations des droits de l'homme commises hors des Etats-Unis.
Selon le texte déposé par ces organisations musulmanes, les Rohingyas sont "les cibles principales de crimes de haine et de discrimination qui s'apparentent à un génocide nourri par les moines bouddhistes nationalistes extrémistes et le gouvernement de Thein Sein".
"Depuis 1962 le gouvernement suprémaciste bouddhiste de Birmanie a dirigé avec une idéologie unique et qui exclut les minorités", ajoute la plainte, selon laquelle les Rohingyas ne sont pas autorisés à obtenir la nationalité et sont "brutalement persécutés en raison de leur foi et de leur appartenance ethnique".
Ces mauvais traitements ont conduit de nombreux Rohingyas à fuir le pays, causant une crise migratoire dans toute la région.
Gurpatwant Pannun, un avocat du cabinet qui a déposé la plainte au nom de 19 organisations musulmanes, a estimé que Thein Sein devait être tenu responsable: "Quand un génocide aura été reconnu, cela devient la responsabilité de l'administration américaine de poursuivre ceux qui en sont responsables parce que c'est une convention internationale que les Etats-Unis ont signée".
Environ 1,3 million de Rohingyas vivent en Birmanie, qui leur refuse la citoyenneté et les considère comme des immigrés clandestins du Bangladesh. Ceux-ci sont victimes de multiples discriminations, travail forcé, extorsion, restrictions à la liberté de mouvement, absence de droit de séjour, règles de mariage injustes et confiscation des terres. Ils ont également un accès limité à l'éducation secondaire et supérieure, ainsi qu'à d'autres services publics.

http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/plainte-aux-etats-unis-contre-le-president-birman-pour-le-genocide-des-rohingyas-06-10-2015-5159605.php

1686
A Saillans, dans la Drôme les habitants prennent le pouvoir

C’est une première en France : aux municipales de mars 2014, dans ce village, une liste citoyenne s’est présentée et a remporté les élections.
Depuis, la mairie fonctionne de façon innovante suivant un système
– pensé par les habitants
– à la fois collégial et participatif.




Les habitants de Saillans sont à l’image de la Drôme, l’une des dernières rivières torrentielles sauvages d’Europe, qui irrigue leur ravissant village adossé au Vercors : ingouvernables ! Lors des municipales de mars 2014, ils ont présenté une liste collégiale et participative : Autrement pour Saillans… tous ensemble. Et la vague démocratique a déferlé : ces citoyens, tous novices en politique, ont remporté les élections dès le premier tour, avec 56,77 % des voix, pour un taux de participation de 78,97 % (sur 1 070 inscrits). « Saillans est une commune contestataire. C’est dans ses gênes. D’ailleurs, depuis 1945, pas un maire n’a été réélu. » Six mois après sa défaite, François Pégon, maire congédié par ses administrés, confie son amertume à la terrasse ensoleillée d’un café, face au prieuré restauré sous son mandat : « La démocratie participative est un miroir aux alouettes. Voir ce groupuscule qui se dit apolitique prendre la commune, alors qu’il y a une forte idéologie derrière, que je qualifierais d’altermondialiste et d’anticapitaliste, me fait craindre que Saillans ne périclite. La politique est une affaire de professionnels, de techniciens. En plus, ils ont été élus, non pas sur un programme, mais sur une méthode… »

Un fonctionnement innovant



Cette méthode, n’en déplaise au politicien – François Pégon est également conseiller général, sous l’étiquette MoDem –, fait appel à l’intelligence collective. Derrière l’imposante porte de la mairie de cette commune, loin de rencontrer des « gauchistes subversifs » (sic), on fait connaissance avec des anciens du village et des néoruraux à la conscience en éveil. Autant de femmes et d’hommes qui ont su se mettre en lien les uns avec les autres dans une quête commune de changement de gouvernance. Parmi eux, Sabine Girard, ingénieur agronome de profession et mère de famille de trois enfants. Aujourd’hui élue à l’environnement et à l’énergie, la jeune femme de témoigne : « Si la démocratie représentative marchait, on ne se serait pas présentés. » Avant de décortiquer, avec un enthousiasme communicatif, le fonctionnement innovant de la nouvelle équipe municipale : « Nous sommes partis du schéma classique pour analyser ce qui n’allait pas. Deux écueils sont apparus. Dans le système traditionnel, c’est comme si on donnait les pleins pouvoirs au maire. Et, hormis le jour des élections, une fois tous les six ans, les administrés ne peuvent jamais prendre part aux affaires de la commune. D’autant qu’on ne les tient informés qu’une fois les décisions actées. Nous avons alors mis en place un système de gouvernance collégiale. De plus, nous avons inversé la pyramide pour placer les habitants au sommet, au centre du processus démocratique. »

Une énergie fédératrice

Il faut dire qu’à Saillans, le terrain est fertile en mobilisations citoyennes : la commune compte près de 40 associations, dont Pays de Saillans vivant, pour 1 199 habitants. Cette association a vu le jour en janvier 2011, suite à la décision du maire, prise sans concertation, d’implanter un supermarché à la sortie du village. Un projet resté dans les cartons face aux pétitions et aux manifestations des Saillansons, soucieux de préserver les petits commerces du centre. Autre sujet qui a cristallisé leur mécontentement : l’abattage de trois arbres centenaires à la couronne ombreuse. Là encore, une décision imposée d’en haut. Portés par cette énergie fédératrice, les adhérents de l’association ont organisé, en novembre 2013, une réunion publique suivant les méthodes de l’éducation populaire. Répartis en groupes thématiques (vivre ensemble, stationnement, environnement, etc.), les participants étaient invités à établir un diagnostic de leur commune et à proposer des idées. 120 personnes firent le déplacement. Isabelle Raffner en garde un souvenir vibrant : « Je me suis dit : “Enfin un projet qui m’interpelle et me correspond !” Alors que la politique m’était un monde inconnu, j’allais pouvoir m’investir dans la vie de la cité pour le bien général. Cela m’a rassurée sur la nature humaine. » Depuis, cette professeur des écoles a été élue et est chargée de l’enfance, de la jeunesse et de l’éducation. Pour Fernand Karagiannis, membre de l’association Pays de Saillans vivant, « cette réunion a été l’élément déclencheur. Nous avons rassemblé, non pas contre un homme, mais contre une façon de gouverner. De même, nous avons rassemblé, non pas autour d’un programme politique imposé, mais pour que les habitants se prennent en main sur l’avenir de leur commune et construisent, ensemble, une pratique alternative de gouvernance. » La deuxième réunion de réflexion collective a fédéré 250 personnes. D’autres suivirent, avec le même succès. « Dans la rue, les cafés, au marché, tout Saillans parlait politique. L’émulation était incroyable », se souvient Sabine Girard. Tant et si bien que, les élections municipales approchant, une liste fut constituée, avec 22 candidats pour 15 places. Les dés étaient jetés !

Réinventer la gouvernance



Puisqu’il fallait légalement une tête de liste, le groupe a désigné celui qui, parmi les 22 candidats, avait le plus de disponibilités. C’est ainsi que, le 23 mars, Vincent Beillard, veilleur de nuit dans une maison d’accueil spécialisée, est devenu le nouveau maire. Du moins, l’un des nouveaux maires, suivant le principe de collégialité ! À ses yeux, « Saillans est un laboratoire dans lequel on tente de réinventer la gouvernance. À la différence des professionnels de la politique, qui finissent par se couper de la base et se livrent à des jeux de pouvoir, nous réinterrogeons, entre élus et avec les habitants, les normes, les institutions, toutes ces choses qui leur paraissent acquises. » Sa première adjointe, Annie Morin, retraitée de l’enseignement, lui fait écho : « Gouverner autrement revient à s’appuyer sur les compétences du village. Les gens ont des idées et sont dans la réalité de la vie. Il suffit d’oser. Alors on se rend compte que l’on a, chacun d’entre nous, un savoir à partager. » L’omniscience n’existant pas, l’équipe, à l’instar des élus de France, suit des formations, notamment dispensées par l’Association des maires de France, et consacrées, par exemple, à la gestion de la commune (dotée d’un budget de près d’un million d’euros).

« On attend de voir. »

Le collectif s’appuie également sur la secrétaire générale de la mairie, Caroline Postaire, qui a pris ses fonctions début septembre : « J’ai postulé, car ce fonctionnement collégial m’intéressait. Grâce au travail en équipe, on est moins dans le clivage agents-élus. Mais j’avoue que c’est assez déroutant, quand on a des habitudes de travail différentes. Concernant le reste, j’attends de voir : un mandat de six ans, c’est court. Le chronomètre est enclenché. Or, les démarches administratives sont lourdes et de nombreuses règles sont incontournables. Pour construire un bâtiment, on ne va pas faire appel aux Maçons du cœur ! Quant au budget, du fait du resserrement des recettes, il n’est pas extensible. » Cette agent territoriale exprime un sentiment partagé par beaucoup d’autres, au village et au-delà. Comme elle, ils « attendent de voir ». Durant les six mois de mise en route, l’équipe a reçu une cinquantaine de curieux venus de toute la France : journalistes, chercheurs, élus… En ces temps de profonde crise démocratique, l’expérience suscite un réel espoir d’une autre gouvernance.

 

Texte : Aude Raux

Photos : Éléonore de Frahan

http://www.informaction.info/iframe-saillans-dans-la-drome-les-habitants-prennent-le-pouvoir

1687
info - média france / Le fromager de Saül
« le: 07 octobre 2015 à 16:51:29 »
Le fromager de Saül
élu arbre de l’année 2015

C’est la fin du suspense, après plus de 5 mois de grosse mobilisation des internautes, le fromager de Saül remporte le prix du public du concours l’arbre de l’année 2015, une distinction officialisée à Poitiers.


Le fromager de Saül plébiscité devant 24 autres arbres de région de France, obtient 30.000 voix des internautes. Le Banian de la réunion concurrent direct de notre fromager arrive juste derrière avec 29.000 voix.

Ce concours de l’arbre de l’année a mobilisé les internautes qui ont voté deux fois plus qu’en 2014. la course en tête avec la Réunion a suscité un grand intérêt. Cela assure une belle promotion pour la forêt guyanaise et ouvre d’autres perspectives touristiques pour notre région.



Le Parc Amazonien a retenu l’arbre fromager pour représenter la Guyane. Un arbre prestigieux, l’un des plus grands de la forêt guyanaise. C’est aussi un arbre sacré pour de nombreuses communautés du département.



http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article13012

1688
Un agriculteur condamné à 6 mois ferme pour avoir évacué des gens du voyage qui squattaient son terrain



Le propriétaire d’un terrain à Rousson dans le Gard excédé par la présence de gens du voyage qui s’étaient installés dessus a été condamné à douze mois de prison dont six fermes.

Son champ de trèfle a été complètement détruit pour un préjudice de 4000€.

Tout commence le 13 juillet quand 188 caravanes s’installent sur son terrain.

Après avoir prévenu les gendarmes, les gens du voyage migrent… mais sur un autre terrain qui lui appartient.

Il choisit alors une autre méthode. Il s’empare d’une arme de poing et tire en l’air. Les gens du voyage répliquent en tirant à leur tour en l’air, mais aucun d’entre eux n’a été condamné.

Le substitut du procureur souligne l’alcoolémie du prévenu au moment de son geste puis sa dangerosité:


Ce sont des actes très graves. Des coups de feu ont été tirés en direction d’un camp. Quelqu’un aurait pu être tué.

Son avocat explique le désarroi de l’agriculteur qui l’a conduit à ce geste:


Il faut revenir sur le contexte. Il ne voulait mettre personne en péril mais a été anéanti en voyant son champ.

Sa peine a été assortie d’une mise à l’épreuve de 24 mois et d’une obligation de soins.

http://info24.fr/un-agriculteur-condamne-a-6-mois-ferme-pour-avoir-evacue-des-gens-du-voyage-qui-squattaient-son-terrain/

1689
Air France : Valls dénonce des agissements de « voyous »

video : http://dai.ly/x38qmj2

Manuel Valls a déclaré mardi 6 octobre, depuis le siège d’Air France à Roissy, que les violences commises la veille contre des membres de la direction étaient « l’œuvre de voyous » qui méritaient des sanctions « lourdes ».

Il a également appelé à la « responsabilité des pilotes » dans la négociation du plan de redressement qui pourrait menacer jusqu’à 2 900 postes. La majorité des syndicats ont demandé dès lundi soir au gouvernement de s’impliquer, l’invitant à un « engagement fort ».

http://mobile.lemonde.fr/economie-francaise/video/2015/10/06/air-france-valls-denonce-des-agissements-de-voyous_4783570_1656968.html

1690
Procès Lamdaoui: 18 mois avec sursis requis contre l'ancien conseiller de Hollande

JUSTICE Pour le procureur Pierre Jeanjean, l’ex-chef de cabinet de François Hollande s’est bien rendu coupable d’abus de biens sociaux, de faux et usage de faux et de blanchiment...



Une peine de 18 mois de prison avec sursis mise à l’épreuve, assortie de l’obligation de verser 150.000 euros, a été requise mardi à l’encontre de Faouzi Lamdaoui, ancien conseiller de François Hollande jugé devant le tribunal correctionnel de Paris.

Pour le procureur Pierre Jeanjean, qui a également requis une interdiction définitive de travailler dans la logistique des transports, l’ex-chef de cabinet de François Hollande s’est bien rendu coupable d’abus de biens sociaux, de faux et usage de faux et de blanchiment.

« Une pratique de voyou »

Evoquant « une pratique de voyou », le représentant du ministère public a fustigé le « numéro d’illusionniste » du prévenu qui, selon lui, a « multiplié les sociétés et les gérants de paille » pour se verser illégalement de l’argent.

Au coeur du dossier figure une société de transport, Alpha Distributions, devenue Alpha. L’accusation considère que Faouzi Lamdaoui, qui en était officiellement salarié, était en réalité le gérant de fait de l’entreprise dont le principal client, le laboratoire photographique Cewe Color, représentait 94 % des revenus.

Faouzi Lamdaoui est soupçonné d’avoir bénéficié « de mauvaise foi et en violation des intérêts de la société » de 307.912 euros en 2007 et 2008, en l’absence de comptabilité, de fiches de salaires et de contrat de travail, et de n’avoir déclaré que 155.344 euros sur ces revenus.

Il est également reproché à Faouzi Lamdaoui d’avoir bénéficié d’une somme de 152.561 euros provenant de la société sur un compte ouvert par son frère Rafik. Pour ces faits, le parquet l’a cité à comparaître aux côtés de trois autres prévenus.

« Abus de biens sociaux et recel »

Parmi eux, le procureur a requis un an avec sursis, 40.000 euros d’amende et une interdiction définitive de gérer à l’encontre de Farid Matmat, considéré comme l’un des gérants de paille des entreprises de Faouzi Lamdaoui et poursuivi pour « complicité d’abus de biens sociaux et blanchiment ».

Une peine d’un an avec sursis et 20.000 euros d’amende a été réclamé contre Loufti Hosna, pour « abus de biens sociaux et recel ». Officiellement chauffeur de l’entreprise, il percevait « un salaire de 7.000 euros » pour collaborer aux montages des sociétés de M. Lamdaoui, selon l’accusation.

Le ministère public a enfin demandé au tribunal de condamner Rafik, le frère de Faouzi Lamdaoui, absent à l’audience, à une peine de six à huit mois de prison avec sursis et 10.000 euros d’amende pour « blanchiment d’abus de biens sociaux ».


http://www.20minutes.fr/societe/1703439-20151006-proces-lamdaoui-18-mois-sursis-requis-contre-ancien-conseiller-hollande

1691
Les chefs religieux saoudiens appellent au djihad contre la Russie



Plus d’une cinquantaine de religieux saoudiens, partisans du départ de Bachar el-Assad, ont demandé aux pays arabes d’apporter un soutien «moral, matériel et militaire» au «djihad» contre la Russie, l’Iran et l'armée gouvernementale syrienne.

Selon une pétition diffusée en ligne, signée par 53 membres du clergé saoudien, les frappes aériennes russes ont visé des «combattants de la guerre sainte en Syrie» dans le cadre d’une croisade chrétienne orthodoxe en terre d’islam. D’après eux, «les combattants de la guerre sainte en Syrie défendent la nation musulmane dans son ensemble» et s'ils sont vaincus, «les pays de l'islam sunnite tomberont tous, les uns après les autres». Pour cette raison, ils appellent les musulmans à apporter leur soutien au «djihad» contre la Russie, l’Iran et le président Bachar el-Assad.

L’opération aérienne russe qui a commencé le 30 septembre et qui a déjà entraîné la destruction de plus de 60 cibles terroristes a été comparée à l’opération soviétique en Afghanistan, en 1979, par ces mêmes membres du clergé.

Selon les déclarations officielles, les religieux ne sont pas liés au gouvernement de l’Arabie saoudite mais leur position reflète l’état d’esprit de nombreux habitants des pays qui soutiennent la lutte contre le président Bachar el-Assad.



Parallèlement à cet appel, certains groupes de l’opposition syrienne, y compris Ahrar al-Sham (Mouvement islamique des hommes libres du Sham) et l’Armée syrienne libre ont publié une lettre qui appelait aussi les pays de la région à la lutte commune contre «l’occupation russo-iranienne de la Syrie».

Le 5 octobre, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a déclaré que Moscou n'effectuait pas de frappes contre l'Armée syrienne libre puisqu’elle n’était pas une organisation terroriste. Pourtant, il l’a qualifiée de «structure fantôme». «On ne sait rien sur elle», a précisé le ministre russe des Affaires étrangères avant de préciser, néanmoins, que Moscou avait la volonté d’établir des contacts avec l’Armée syrienne libre «[…] s’il s’agit d’un groupe patriote composé de Syriens».



https://francais.rt.com/international/7884-religieux-saoudiens-appellent-djihad?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

1692
Assaut terrestre en plus des frappes russes en Syrie

Lutte contre l'EIL'Observatoire syrien des droits de l'homme a affirmé que des bombardements de l'aviation russe dans l'ouest de la Syrie sont accompagnés par un assaut terrestre des «forces du régime».



Quatre positions tenues par des rebelles auraient été visées, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) .

L'OSDH ne précise pas qui participe à cet assaut terrestre mais englobe généralement sous l'expression de «forces du régime» l'armée syrienne et ses milices alliées locales ou étrangères.

La semaine dernière, au deuxième jour de l'intervention militaire russe en Syrie, des sources libanaises avaient affirmé à Reuters que plusieurs centaines de soldats iraniens avaient pris position en Syrie en vue d'une offensive au sol en soutien aux forces gouvernementales de Bachar el-Assad. L'Iran est, avec la Russie, un des deux principaux alliés de Damais.

On sait aussi de sources régionales que le général iranien Qassem Soleimani, commandant de la force d'élite Al Qods, a participé à la préparation de la campagne aérienne russe en Syrie.

Coordination

La Russie a pour sa part indiqué mercredi qu'elle pourrait mettre en place des propositions américaines visant à coordonner ses frappes en Syrie avec celles de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, selon le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général Igor Konachenkov.

«Le ministère russe de la Défense a répondu aux demandes du Pentagone. Il a examiné en profondeur les propositions américaines sur la coordination des opérations (menées) dans le cadre de la lutte contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) sur le territoire syrien», a-t-il dit, cité par les agences de presse russes. «Globalement, ces propositions peuvent être mises en place.»

«Nous essayons seulement de clarifier de notre côté certains détails techniques qui seront discutés aujourd'hui entre des experts du ministère russe de la Défense et ceux du Pentagone», a ajouté le général.

Des responsables américains et russes avaient discuté la semaine dernière, à la demande de la Russie, des moyens d'éviter tout incident potentiel dans le ciel syrien.

Les deux pays menant chacun des frappes régulières en Syrie, il s'agissait de prévoir qu'elles n'aient pas lieu au même endroit et en même temps. Mais jusqu'à présent ces discussions russo-américaines n'avaient pas abouti. (ats/nxp)


http://www.tdg.ch/monde/Assaut-terrestre-en-plus-des-frappes-russes-en-Syrie/story/10188221

1693
Plus de 2.100 milliards de dollars dans les paradis fiscaux




WASHINGTON (Reuters) - Les 500 plus grandes entreprises américaines détiennent plus de 2.100 milliards de dollars de bénéfices accumulés à l'étranger afin d'éviter de payer des impôts aux Etats-Unis, et elles devraient, ensemble, 620 milliards de dollars au fisc américain si elles rapatriaient ces fonds, à en croire une étude rendue publique mardi.
 
Cette étude, menée par deux organisations à but non lucratif classées à gauche (Citizens for Tax Justice et U.S. Public Interest Research Group Education Fund), conclut que près des trois quarts des sociétés figurant sur la liste "Fortune 500" des plus grandes entreprises américaines disposent, à des fins fiscales, de filiales dans des zones comme les Bermudes, l'Irlande, le Luxembourg ou les Pays-Bas.
 
"Au moins 358 sociétés, représentant près de 72% du classement 'Fortune 500', disposaient à la fin 2014 de filiales dans des régimes de paradis fiscaux", lit-on dans l'étude.
 
 
 
(Eric Faye pour le service français)

http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN0S10B820151007

1694
La justice américaine soupçonne un vaste système de corruption au sein de l’ONU




John Ashe, ancien président de l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU), a été interpellé, mardi 6 octobre, par les autorités américaines, qui l’accusent d’avoir accepté plus de 1,3 million de dollars (1,15 million d’euros) de pots-de-vin en contrepartie de son aide à la réalisation de projets immobiliers.

Les autorités fédérales américaines ont mis au jour un système qui devait profiter à plusieurs hommes d’affaires d’origine chinoise. Ces derniers comptaient sur John Ashe pour faciliter la concrétisation d’un projet de centre de conférence sponsorisé par l’ONU, à Macao, dans le sud de la Chine, au budget de « plusieurs milliards de dollars », ainsi que des projets immobiliers à Antigua-et-Barbuda.

« Une plate-forme de profit »

Au centre du dispositif : John Ashe, 61 ans, ambassadeur d’Antigua-et-Barbuda auprès des Nations unies, qui a été président de la 68e session de l’Assemblée générale de l’ONU, entre septembre 2013 et septembre 2014. Il est accusé d’avoir accepté, entre 2011 et 2014, plus de 1,3 million de dollars d’un groupe de cinq personnes, selon Preet Bharara, le procureur fédéral de Manhattan (district sud de New York).




John Ashe « s’est vendu lui, ainsi que l’organisation dont il avait la charge », a affirmé M. Bharara dans un communiqué, dénonçant un projet qui visait à faire de l’ONU « une plate-forme de profit ». Lors de sa conférence de presse, M. Bharara a aussi fait savoir que les enquêteurs n’en avaient pas terminé de leurs investigations et cherchaient encore à déterminer si « la corruption [était] une pratique courante aux Nations unies ».

Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, s’est dit « choqué et profondément troublé » par ces accusations qui « portent au cœur de l’intégrité des Nations unies ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2015/10/07/la-justice-americaine-soupconne-un-vaste-systeme-de-corruption-au-sein-de-l-onu_4783964_3210.html#Ruizb1prbSl3PAC0.99

1695
Marée noire. La Belgique et les Pays-Bas menacés après une collision



Les côtes belges et néerlandaises, dont une réserve naturelle, sont menacées par les hydrocarbures d'un cargo entré en collision avec un méthanier ce matin en Mer du Nord.




La Belgique et les Pays-Bas ont dès lors entrepris de construire en urgence une digue de sable devant le « Zwin », une réserve naturelle côtière de 158 hectares située à cheval sur les deux pays, afin de la protéger.

125 tonnes de diesel et 427 tonnes de fioul

« Les calculs montrent qu'il est possible que le pétrole atteigne le Zwin », ont indiqué les autorités de la province belge de Flandre occidentale dans un communiqué publié sur Facebook. Selon l'agence de presse Belga, qui cite le gouverneur de la province Carl Decaluwé, la mesure est avant tout préventive, car plusieurs scénarios sont possibles. Le scénario du pétrole atteignant le Zwin serait « le pire ».

Les hydrocarbures s'étant déjà échappés du cargo - dont la quantité n'a pas été précisée - sont en outre en train d'être aspirés, a rapporté Belga, assurant toutefois qu'une nouvelle fuite n'est pas exclue, notamment si le cargo se renverse. Le cargo Flinterstar transportait 125 tonnes de diesel et 427 tonnes de fioul.

Les Pays-Bas peut-être touchés d'ici deux à trois jours

Un porte-parole de l'Organisation néerlandaise de l'eau a de son côté indiqué à l'AFP qu'il était « possible », selon les modèles de courants et vents, que les hydrocarbures atteignent les côtes de la province de Zélande (sud-ouest des Pays-Bas) « d'ici deux à trois jours ».

Le Flinterstar, un cargo néerlandais de 130 mètres de long, est entré en collision mardi matin avec le Al Oraiq, un méthanier de 315 mètres de long battant pavillon des Îles Marshall, à huit kilomètres des côtes belges, à un endroit très fréquenté. Les deux bateaux ont été endommagés, mais si l'Al Oraiq a pu rejoindre le port belge de Zeebruges, le Flinterstar s'est échoué sur un banc de sable, sans sombrer donc, et a perdu une partie du pétrole qu'il transportait.






Accueil  › 
Environnement
 

Recevez gratuitement notre newsletter
Chaque jour, l'essentiel de l'actualité est dans votre boite mail



   
   
 

Marée noire. La Belgique et les Pays-Bas menacés après une collision

 Belgique  -  06 Octobre 





écouter




Les côtes belges et néerlandaises, dont une réserve naturelle, sont menacées par les hydrocarbures d'un cargo entré en collision avec un méthanier.
Les côtes belges et néerlandaises, dont une réserve naturelle, sont menacées par les hydrocarbures d'un cargo entré en collision avec un méthanier. | Reuters


Facebook141
 Twitter10
 Google+
 


 
Achetez votre journal numérique

     

Les côtes belges et néerlandaises, dont une réserve naturelle, sont menacées par les hydrocarbures d'un cargo entré en collision avec un méthanier ce matin en Mer du Nord.




La Belgique et les Pays-Bas ont dès lors entrepris de construire en urgence une digue de sable devant le « Zwin », une réserve naturelle côtière de 158 hectares située à cheval sur les deux pays, afin de la protéger.

125 tonnes de diesel et 427 tonnes de fioul

« Les calculs montrent qu'il est possible que le pétrole atteigne le Zwin », ont indiqué les autorités de la province belge de Flandre occidentale dans un communiqué publié sur Facebook. Selon l'agence de presse Belga, qui cite le gouverneur de la province Carl Decaluwé, la mesure est avant tout préventive, car plusieurs scénarios sont possibles. Le scénario du pétrole atteignant le Zwin serait « le pire ».

Les hydrocarbures s'étant déjà échappés du cargo - dont la quantité n'a pas été précisée - sont en outre en train d'être aspirés, a rapporté Belga, assurant toutefois qu'une nouvelle fuite n'est pas exclue, notamment si le cargo se renverse. Le cargo Flinterstar transportait 125 tonnes de diesel et 427 tonnes de fioul.

Les Pays-Bas peut-être touchés d'ici deux à trois jours

Un porte-parole de l'Organisation néerlandaise de l'eau a de son côté indiqué à l'AFP qu'il était « possible », selon les modèles de courants et vents, que les hydrocarbures atteignent les côtes de la province de Zélande (sud-ouest des Pays-Bas) « d'ici deux à trois jours ».

Le Flinterstar, un cargo néerlandais de 130 mètres de long, est entré en collision mardi matin avec le Al Oraiq, un méthanier de 315 mètres de long battant pavillon des Îles Marshall, à huit kilomètres des côtes belges, à un endroit très fréquenté. Les deux bateaux ont été endommagés, mais si l'Al Oraiq a pu rejoindre le port belge de Zeebruges, le Flinterstar s'est échoué sur un banc de sable, sans sombrer donc, et a perdu une partie du pétrole qu'il transportait.


La dizaine de membres d'équipage du cargo a été secourue et emmenée au port de Zeebruges

http://www.ouest-france.fr/maree-noire-la-belgique-et-les-pays-bas-menaces-apres-une-collision-3743694