Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

1846
Le contrôle renforcé des chômeurs débute ce lundi

POLE EMPLOI. Alors que les chiffres du chômage en août ont été dévoilés jeudi, Pôle emploi s’apprête à mettre en place son dispositif de contrôle de la recherche d’emploi.



Seniors ou jeunes, qualifiés ou non, bénéficiaires d’allocations ou pas… Tous les chômeurs sont susceptibles d’être inspectés. Lors de l'expérimentation du dispositif en Poitou-Charentes, sur les 5 473 dossiers examinés, 15% se sont soldés par un retrait temporaire des listings. (LP/Olivier Boitet.)

L’ancien ministre du Travail François Rebsamen l’avait réclamé il y a un an, Pôle emploi s'y met ce lundi.

Alors que les chiffres du chômage pour le mois d’août ont été publiés jeudi, l’opérateur public s'apprête à déployer 200 agents recrutés afin de renforcer le contrôle des chômeurs. Fin octobre, 80% des agents seront en poste. L’objectif à terme est de traiter environ 180 000 chômeurs par an.

D’abord en Poitou-Charentes, Limousin et Aquitaine. C’est dans ces trois régions que le contrôle commencera dès lundi. Le choix de Poitou-Charentes, notamment, n’est pas le fruit du hasard puisque le dispositif y a été testé entre 2013 et 2014. Cinq conseillers ont été affectés à cette région pour 80 000 demandeurs d’emploi, deux en Limousin et dix en Aquitaine. «Les premiers jours, ils vont s’approprier les outils et suivre une formation. Dans deux semaines, ils commenceront à étudier les dossiers», explique Anne Gary, directrice de Pôle emploi en Charente-Maritime.

Des contrôles aléatoires et ciblés. Seniors ou jeunes, qualifiés ou non, bénéficiaires d’allocations ou pas… Tous les chômeurs sont susceptibles d’être inspectés. Dans un cas sur deux, ils seront choisis au hasard. Pour les autres, Pôle emploi va viser «par exemple des personnes qualifiées dans des métiers porteurs à ce moment-là», poursuit Anne Gary, qui évoque également la possibilité pour les conseillers référents de faire remonter de leur «portefeuille» des cas douteux. Aucun objectif chiffré n’est imposé aux contrôleurs, certifie Pôle emploi. «Chaque dossier est différent, justifie Anne Gary, qui avait mené l’expérimentation il y a un an. Certains peuvent être traités en dix minutes ; d’autres, plus complexes, nécessitent des heures de travail.».

>> A RELIRE. Révélations sur les arnaques à Pôle emploi (fév. 2014).

Pas de confrontation entre contrôleurs et chômeurs. Les agents commenceront par analyser informatiquement le dossier du chômeur, s’assurer que son CV est en ligne, etc. Durant le test en Poitou-Charentes, dans 30% des cas, les investigations n’étaient pas allées plus loin. En cas de doute, un questionnaire sera envoyé à la personne concernée. Si besoin, des justificatifs, comme des lettres de motivation, lui seront réclamés. Si ce n’est pas suffisant, une relance téléphonique est prévue. En ultime recours, un rendez-vous pourra être organisé avec le conseiller référent. Mais à aucun moment les contrôleurs ne rencontreront les chômeurs.

Motiver ou radier ? Pôle emploi l’assure : le but n’est pas de surveiller les demandeurs d’emploi mais «d’aller vers ceux qu’on a laissés un peu sur le bord du chemin». Pourtant, s’ils ne satisfont pas le contrôle, c’est bien une radiation de quinze jours — trente jours en cas de récidive — qui leur pend au nez. Lors du test en Poitou-Charentes, sur les 5 473 dossiers examinés, 15% se sont soldés par un retrait temporaire des listings. Selon Rubbens Bardaji, délégué central de la CGT-Pôle emploi, il ne fait aucun doute que le dessein du dispositif est bien de «mettre la pression sur les chômeurs. Si vraiment l’accompagnement et le soutien étaient le but recherché, on n’aurait pas enlevé cette mission aux conseillers qui suivent les demandeurs d’emploi au quotidien».





1847
UTV : les zadistes s'installent sur le terrain de l'usine



Arrivés samedi sur un terrain communal voisin, les zadistes ont pris leurs quartiers, hier, sur le site de la future usine de traitement de déchets. Après une première journée pour «prendre leurs marques», ils ont entrepris, hier, la construction de leur campement, en mettant à profit le matériel amené par les villageois (nourriture, palettes, outils et même une remorque de gravier). «Je suis contre ce genre d'usine, expliquait ce riverain, qui a profité de sa venue pour prodiguer quelques conseils de bricolage aux zadistes. Je ne suis pas opposé au traitement des déchets, mais pas de cette façon. Il y a des moyens plus propres.»

Des alternatives que les zadistes avancent également pour éviter de «sacrifier ces terres». «Ailleurs, comme en Allemagne, le tri est nettement plus efficace. Là, on va transformer les déchets en compost qui, après, vont saturer les terres et impacter tous les particuliers.» Voilà pourquoi la quinzaine de zadistes a entrepris rapidement la construction de ce campement. Des toilettes, une cuisine, ont vu le jour. «Les gens nous donnent tout, explique un de ces occupants. Ils ont conscience qu'on fait tout ça pour eux, pas pour nous.» Avec l'urgence de se protéger de la pluie annoncée pour mercredi.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/09/28/2186244-utv-zadistes-installent-terrain-usine.html

1848
Burger King sur le point de racheter Quick... donc aucun Burger King ne devrait ouvrir en Belgique!



Le groupe Bertrand, actionnaire majoritaire de Burger King France, et Qualium Investment sont en négociations en vue de l'acquisition du groupe Quick et de ses 509 restaurants, annoncent-ils dans un communiqué lundi.

"Le rapprochement envisagé permettrait au nouvel ensemble de devenir le 2e acteur de la restauration rapide en France", indique le communiqué. En France, les restaurants Quick basculeraient progressivement sous enseigne Burger King. La marque Quick serait maintenue en Belgique, au Luxembourg, et hors d'Europe. "Cette opération est soumise notamment à l'avis des représentants du personnel, aux accords nécessaires pour l'aménagement des emprunts obligataires existants et à l'approbation des autorités de la concurrence. La clôture de l'opération pourrait avoir lieu d'ici la fin de l'année", poursuit le communiqué. Quick est principalement présent en France, en Belgique et au Luxembourg et compte 19.000 collaborateurs. En 2014, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 1,029 milliard d'euros.

http://www.rtl.be/info/monde/economie/burger-king-sur-le-point-de-racheter-quick-donc-aucun-burger-king-ne-devrait-ouvrir-en-belgique-757991.aspx

1849
Un refuge pour loups abandonnés ou maltraités en Belgique: vous pouvez entrer dans l'enclos et les caresser

video : http://www.rtl.be/videos/video/527484.aspx

Le "Wolf Center" de Bilstain offre la possibilité aux visiteurs de pénétrer dans l'enclos des loups qu'il recueille.

D'Alaska, de Suède ou encore de Pologne, 14 loups sont hébergés dans le "Wolf Center" de Bilstain, à proximité de Verviers.

Ce centre de protection et d'étude des loups recueille non seulement des loups abandonnés ou maltraités, saisis chez des particuliers ou en provenance de parcs ou de zoos. Mais il propose aux visiteurs, moyennant 35 euros, de rentrer dans leur enclos et de les caresser, voire même de leur donner à manger.


Fortement imprégnés des hommes

Les animaux ont reçu une forte imprégnation humaine depuis leur plus jeune âge, ce qui explique l'affection apparente qu'ils ont pour leurs propriétaires. C'est le cas, notamment, de Piotre et Anne qui y sont nés. "Je les ai nourris quand ils avaient à peine six jours", explique Peter Lennertz, de la Wolf Conservation Association, admettant qu'"avec les personnes qu'ils ne connaissent pas, il leur faut un peu plus de temps avant d'être familier."


"S'ils mettent les pattes sur vous, vous risquez d'être plein de boue"

C'est seulement après avoir signé une décharge dégageant l'ASBL de toute responsabilité que les visiteurs peuvent les rencontrer. Et pour cause: "C'est pour qu'on ne soit, par exemple, pas contraint à nettoyer les vêtements par après. C'est très boueux ici. S'ils mettent les pattes sur vous, vous risquez d'être plein de boue", indique Alain Lambert, guide bénévole.


Objectif ? "Sauver les loups de l'euthanasie"

Il y a 20 ans, l'ASBL recueillait les loups saisis par la justice chez des particuliers. Aujourd'hui, la loi encadre plus sévèrement leur détention. "On recueille des animaux qui sont en surnombre dans des parcs ou dans des zoos qui bien souvent sont condamnés à être euthanasiés parce qu'on ne trouve pas d'autre place pour eux, ajoute Alain Lambert. Le but premier ici est donc de sauver des loups de l'euthanasie."

L'occasion de se rapprocher d'un animal qui ne mérite pas toujours sa réputation.

http://www.rtl.be/info/belgique/un-refuge-pour-loups-abandonnes-ou-maltraites-en-belgique-vous-pouvez-entrer-dans-l-enclos-et-les-caresser-video--703719.aspx

1850
Comment les espions britanniques archivent votre navigation sur le Web

Depuis 2007, les services de renseignement britanniques collectent chaque jour des centaines de milliards de métadonnées qu'ils rapprochent pour établir des profils d'internautes et espionner l'activité de cibles, en particulier grâce à leur historique de navigation sur des sites générant des cookies. Y compris Youporn.




Plus de deux ans après avoir fui son pays pour dénoncer les pratiques de la NSA, Edward Snowden continue de livrer des secrets sur l'étendue des programmes de surveillance mis en place par le club des "Five Eyes", l'alliance des services de renseignement des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, de Nouvelle-Zélande, d'Australie et du Canada. Le site The Intercept publie ainsi de nouveaux documents fournis par l'ancien agent américain, qui montrent que le GCHQ britannique avait déployé des moyens au moins aussi importants que la NSA, pour espionner notamment l'historique web de millions d'internautes. Nom de code du programme en place depuis 2007 : KARMA POLICE.

En dupliquant le trafic des câbles internationaux de fibres optiques qui passent par la Grande-Bretagne (comme la DGSE le fait des câbles connectés en France), le GCHQ collecte chaque jour plus de 100 milliards de méta-données qui couvrent les pages web visitées par les internautes, les communications sur les outils de messagerie instantanée, les e-mails, les appels Skype, les géolocalisations d'appareils mobiles, les échanges sur les réseaux sociaux, etc. Toutes les adresses IP liées aux connexions sont collectées, ainsi que les cookies générés par les plus grands sites internet comme Google, Amazon, YouTube, la BBC, Reddit, Facebook, Windows Live, Hotmail, etc.

Toutes ces informations sont envoyées dans une immense base de données appelée "Black Hole" ("trou noir"), qui en mars 2009 était composée à 41 % d'informations liées à l'historique web. Un programme baptisé MUTANT BROTH permet alors de croiser les informations pour retrouver l'adresse IP d'une personne à partir de son adresse e-mail ou d'un nom d'utilisateur, ou au contraire, pour trouver le nom d'utilisateur ou l'adresse e-mail fréquemment associé à une adresse IP, afin de trouver son identité. Toutes les traces laissées par les métadonnées sont exploitées, jusqu'au type de navigateur utilisé, sa version, la longueur du mot de passe, etc., afin d'obtenir des identifiants uniques, baptisés TDI ("Target Detection Identifiers") :




L'agence peut ainsi retracer à la demande l'activité typique d'un internaute et consulter son historique dans le détail à partir de ses différents TDI. L'un des documents internes du GCHQ dévoilé par Edward Snowden montre ainsi un exemple d'historique de navigation où l'on voit quelques visites sur Youporn au milieu de reherches Google, de lectures sur Reuters ou d'échanges sur Facebook :





L'agence britannique se sert en premier lieu de ces informations pour établir des croisements et tenter de trouver des suspects potentiels (par exemple s'ils écoutent des webradios islamistes), ou de détecter l'activité en ligne d'une cible préétablie.

C'est peu ou prou, espérons à bien plus grande échelle, ce que les services de renseignement français souhaitent pouvoir faire avec l'installation des boîtes noires qui seront imposées sur les réseaux des FAI et/ou des hébergeurs français, avec la loi Renseignement. Contrairement au schéma britannique, la méthode française aura l'avantage pour les services de fonctionner directement au coeur des réseaux des intermédiaires, ce qui évite d'avoir à dupliquer des milliards de données et d'utiliser des capacités de calcul très centralisées. Le revers, c'est qu'il sera plus difficile pour les services français de croiser les données provenant de réseaux différents, comme MUTANT BROTH sait parfaitement le faire.

Mais comme le note The Intercept, le GCHQ a également exploité ces données pour étendre ses capacités de piratage de cibles étrangères. Ainsi par exemple, le couple KARMA POLICE + MUTANT BROTH a été mis à profit pour le piratage de Gemalto, en identifiant grâce aux programmes les employés clés de la société française de fabrication de cartes SIM, et pirater leurs ordinateurs pour gagner l'accès aux documents qui les intéressaient. Même tactique avec le piratage de Belgacom, également réalisé en utilisant les programmes.

Outre les deux programmes cités, le GCHQ disposent d'autres outils spécifiques comme SOCIAL ANTHROPOID, qui permet d'analyser les métadonnées de tous les moyens de communication (téléphone, réseaux sociaux, messageries, e-mails, etc.), MEMORY HOLE qui archive les requêtes effectuées sur les moteurs de recherche, MARBLED GECKO qui se concentre sur les recherches géographiques (par exemple, repérer qui s'intéresse à la géographie d'un camp de djihadistes en Syrie), ou INFINITE MONKEYS qui analyse les données liées aux forums.

Faute de réforme réglementaire réelle, et surtout de volonté politique de privilégier la vie privée sur la sécurité, seul le mouvement de généralisation du chiffrement des données entamé depuis le début des années 2000, et amplifié depuis les révélations de Snowden, fait obstacle à l'obtention d'autant d'informations par les services de renseignement. D'où les mots de plus en plus durs qu'ont les autorités à l'égard des entreprises qui décident de chiffrer les communications de leurs clients de bout en bout sans offrir de "backdoor" aux gouvernements.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/magazine/34306-comment-les-espions-britanniques-archivent-votre-navigation-sur-le-web.html#WihCWXGOR91o1bEr.99

1851
Une mini-période glaciaire pourrait toucher la Terre à partir de 2030



D'après des scientifiques britanniques, le Soleil pourrait être confronté, dès 2030, à un phénomène appelé « minimum de Maunder ». Celui-ci pourrait provoquer une nette baisse des températures sur Terre.

La Terre va-t-elle connaître de nouveau un «petit âge glaciaire»? D'après une étude menée par la Royal Astronomical Society, un organisme de recherche astronomique britannique, l'activité du Soleil pourrait brutalement chuter de 60% d'ici les années 2030-2040, provoquant une baisse de température généralisée comme de 1645 à 1715. Une période appelée «Minimum de Maunder», se traduisant par un nombre de taches solaires - de petites régions sombres où la température est plus basse que celle de son environnement - très faible.

Pour avancer cette hypothèse, l'organisme se base sur la mise au point d'un nouveau modèle des cycles solaires qui permet «des prédictions d'une précision sans précédent», commente l'organisme. Le modèle repose sur l'analyse de la circulation des champs magnétiques à l'intérieur et à la surface du Soleil, un phénomène appelé «effet dynamo».

«Nous avons remarqué que les deux vagues magnétiques qui circulent à l'intérieur du Soleil ont pour origine deux différentes couches de matière. Elles ont toutes deux une fréquence d'environ 11 années, même si elles sont légèrement différentes et sont parfois décalées. Au cours d'un cycle, les vagues fluctuent entre les hémisphères nord et sud du Soleil. En combinant les effets des vagues et en les comparant avec les données réelles du cycle du soleil, nos prévisions montrent une exactitude de 97%», a expliqué le professeur Valentina Zharkova, lors d'une présentation devant l'Assemblée nationale de l'astronomie à Llandudno, au nord du Pays de Galles.

Pour Etienne Parizot, professeur à l'université Paris Diderot et astrophysicien au laboratoire AstroParticule et Cosmologie (APC), cette découverte est à prendre avec des pincettes. «Ce nouveau modèle est intéressant puisque le groupe de scientifiques a manifestement identifié un niveau de complexité supérieur par rapport aux précédents modèles. Mais de là à prédire un petit âge glaciaire, restons prudents», commente-t-il. «L'étude du Soleil est une science complexe. L'activité magnétique a certes une incidence sur les rayons cosmiques, c'est certain. Mais est-ce que les rayons cosmiques ont une incidence sur le climat et les températures? C'est moins sûr, des expériences sont en cours à ce propos, et les résultats sont semi-concluants», explique l'astrophysicien.

Un minimum de Maunder d'ici quinze ans

Toutefois pour le groupe de scientifiques britanniques, les prochaines prévisions sont sans équivoque. «Lors du 26eme cycle, qui couvre la décennie 2030-2040, les deux vagues magnétiques seront complétement désynchronisées et cela va provoquer une réduction significative de l'activité solaire. Les deux champs magnétiques se reflèteront exactement. Il y aura un pic d'activité en même temps dans les deux hémisphères opposés (…). Nous prévoyons que cela va conduire à des propriétés d'un «minimum de Maunder», a déclaré Zharkova.

En 2014, la NASA alertait déjà sur la possibilité d'un tel phénomène mais avec beaucoup moins de certitude. Les scientifiques estimaient à 20% «la probabilité que les températures évoluent vers des ‘modifications majeures'», révélait Atlantico. «Nous allons tout droit vers des hivers très rudes, vers un mini âge de glace» confiait Richard Harrison du Rutherford Appleton Laboratory à la BBC, s'appuyant sur la nette diminution des taches solaires depuis 2011.

Le précédent «minimum de Maunder» remonte à la période de 1645 à 1715. A l'époque les hivers étaient tellement rudes que certains fleuves d'Europe, comme la Tamise ou bien la Seine, et d'Amériques avaient entièrement gelé. «Plusieurs peintures de l'époque montrent la Tamise gelée», raconte Etienne Parizot et ajoute: «Pendant plusieurs décennies les températures ont été plus froides que la moyenne». En France durant cette période, les températures pouvaient descendre jusqu'à -25°C.

http://www.lefigaro.fr/sciences/2015/07/13/01008-20150713ARTFIG00193-une-mini-periode-glaciaire-pourrait-toucher-la-terre-a-partir-de-2030.php

1852
1715, 1815, 1915… 2015 ? Le 15, une date souvent maudite pour la France

Depuis des siècles, l'histoire de France subit un étrange phénomène cyclique. C'est une implacable statistique, véritable "bug" dans la matrice.

Depuis des siècles, l’histoire de France subit un étrange phénomène cyclique. C’est une implacable statistique, véritable « bug » dans la matrice. En effet, notre pays connaît pratiquement toutes les années finissant en 15 un très grand événement. Souvent régénérateur, presque toujours meurtrier…

1315 : La France dégouline mortellement depuis des années, sous l’intensité incompréhensible de pluies diluviennes. Les récoltes sont pourries, la famine s’étend partout. L’espérance de vie s’effondre comme jamais. Dans un climat d’apocalypse, l’éphémère roi Louis X laisse mourir sa reine dans un cachot obscur et glacial, suite au scandale de la tour de Nesle.

1415 : Année noire pour la patrie. Le funeste 25 octobre, la chevalerie française est littéralement anéantie par l’armée anglaise à Azincourt. Les Français, englués dans la boue, sont massacrés. A cette époque, on meurt surtout après le combat, de ses blessures. Les corps sont broyés à coups de masse, les membres coupés gisent sous un ciel noir. La France est en état de mort clinique !

1515 : Seul cru positif ! Marignan bien sûr, avec la victoire historique des troupes au lys devant les troupes suisses des Etats italiens, réputées invincibles. 1515 est en outre l’année de l’avènement de François Ier qui, après sa victoire, entre triomphalement en Italie. Le roi rêve d’être César.

1615 : Cinq ans après l’attentat qui a coûté la vie au bon roi Henri IV, la France souffre d’une guerre civile désastreuse dans une ambiance de fin du monde. Dans certaines régions, la faim pousse les hommes « à paître dans l’herbe comme des bêtes ». La nation est rongée par les divisions, mais les États généraux, les derniers avant ceux de 1789, s’achèvent néanmoins avec le renforcement de l’absolutisme.

1715 : Exsangue, le royaume de France est au bord de la rupture. Après plusieurs décennies de guerres contre l’Europe entière, après avoir frôlé la catastrophe militaire (victoire miracle de Denain en 1712), le peuple de France aspire au repos. En septembre de cette année, le grand roi meurt d’une gangrène ; les finances sont au plus mal, et les graves épisodes de refroidissement climatiques (1692 et 1709) ont causé plus de morts en proportion que la future Grande Guerre !

1815 : C’est la fin d’un monde. Depuis Louis XIV, la France occupait le premier rang des puissances mondiales. Dans la boue de Waterloo, au cœur d’une ultime défaite, la Grande Nation passe la main. C’est un tournant historique majeur.

1915 : Le pays est plongé dans la plus effroyable des guerres. Enterrés depuis plusieurs mois dans les tranchées, les soldats français font face à l’ennemi dans un conflit cauchemardesque. Après la saignée de l’année précédente, l’armée est comme sous le choc. Il faut tenir, à tout prix…

2015… On parle de dissolution, certains évoquent à mots couverts un putsch… La malédiction du 15 ne va – semble-t-il – pas s’arrêter !

1853
Bachar Al-Assad n'a pas sa place dans le futur de la Syrie, estime Fabius à l'ONU

"Si on dit aux Syriens que l'avenir passe par [Bachar Al-]Assad, c'est s'exposer à un échec", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, devant l'Assemblée générale des Nations unies.



"Si on dit aux Syriens que l'avenir passe par [Bachar Al-]Assad, c'est s'exposer à un échec", a déclaré Laurent Fabius, devant l'Assemblée générale des Nations unies, samedi 26 septembre. "Il est le premier responsable du chaos actuel", a poursuivi le ministre des Affaires étrangères à New York (Etats-Unis). Un diplomate français a publié quelques autres citations.

"Un risque d'enlisement et d'embrasement au Proche-Orient"



Laurent Fabius a réclamé un front uni des Européens, face aux divergences d'approche qui existent concernant l'avenir de Bachar Al-Assad. Alors que la Russie, alliée du régime, a récemment renforcé sa présence militaire en Syrie, le ministre français espère que Moscou fournisse des éclaircissements dans les jours à venir.

Concernant le Proche-Orient, Laurent Fabius a dit que la France allait appuyer une initiative destinée à relancer le processus de paix, car il estime que les jihadistes de l'Etat islamique risquerait de profiter du statu quo. "Si on attendait sans rien faire, ce serait prendre le risque de laisser Daech se saisir de la cause palestinienne (...). La France ne baissera pas les bras. Il y a un double risque d'enlisement et d'embrasement."


http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/offensive-jihadiste-en-irak/bachar-al-assad-n-a-pas-sa-place-dans-le-futur-de-la-syrie-estime-fabius-a-l-onu_1101339.html

1854
Santé / La malbouffe tue plus que le tabac
« le: 28 septembre 2015 à 13:23:07 »
La malbouffe tue plus que le tabac



Selon l’Institut de mesures et d’évaluation de la santé, dans le monde 21% des morts évitables sont dues à une mauvaise alimentation.
La malbouffe tue : les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès dans le monde, devant le tabagisme.

Selon une étude publiée jeudi dernier dans la revue scientifique The Lancet et rapportée par The Guardian, les mauvaises habitudes alimentaires sont la principale cause des décès évitables dans le monde. L’Institut de mesures et d’évaluation de la santé s’est penché sur les données de 108 pays entre 1990 et 2013 pour parvenir à une analyse globale des facteurs de risques sur la santé dans le monde.

Le constat est sans appel : malbouffe, tabac, pollution sont les principaux contributeurs des quelque 30 millions de décès évitables chaque année, dont 10 millions sont dus à l’hypertension artérielle !

La malbouffe tue plus encore que le tabac

Il en ressort que la combinaison de 14 facteurs de risques alimentaires, comme un régime pauvre en fruits et légumes, en céréales complètes ou riche en viande rouge et en boissons sucrées, est la cause de 21% des morts évitables dans le monde. Un mauvais régime favorise en effet le développement de maladies cardiovasculaires qui sont, comme le rappelle l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS), la première cause de mortalité au monde.



Le tabac arrive globalement en seconde position des principaux facteurs de risque associés aux décès, devant l’obésité et un taux de sucre trop élevé dans le sang, selon cet organe de recherche, qualifié par The Guardian comme faisant « autorité dans le travail sur les causes de maladies mortelles ». 79 facteurs de risques comportementaux, environnementaux ou professionnels ont ainsi été passés en revue.

Des variations selon les sexes et les pays concernés


Si le tabagisme arrive en seconde position chez les hommes avec 4,4 millions de décès dans le monde en 2013, il n’arrive qu’en sixième position chez les femmes (avec 1,4 million de décès). Chez les enfants de moins de 5 ans, la malnutrition arrive en tête, avec 1,3 million de décès en 2013, principalement sur le continent africain.


L’obésité arrive en revanche en tête des risques au Moyen-Orient et en Amérique latine tandis que la pollution de l’air intérieur joue un rôle important en Asie du sud et du sud-est. En Afrique subsaharienne en revanche, les risques sont dominés par une combinaison de malnutrition infantile, d’eau contaminée, de relations sexuelles non protégées et d’alcoolisme.

30 millions de décès par an pourraient être évités

Le nombre des décès liés à des facteurs de risques évitables, comme l’hypertension non traitée ou le tabac, continue d’augmenter et a atteint plus de 30 millions dans le monde en 2013, selon une étude publiée vendredi dans la revue britannique.

Pour Ali Mokdad, l’un des auteurs de l’étude qui montre que les décès évitables ont augmenté de 23% entre 1990 et 2013, alors même que les chercheurs ont tenu compte de l’augmentation et du vieillissement de la population :


Disons-le clairement, nous nous comportons mal

Le Dr Christopher Murray, de l’Université de Washington qui a coordonné l’étude souligne pour sa part :


Il existe un grand potentiel pour améliorer la santé en évitant certains risques comme le tabac ou une mauvaise alimentation ainsi qu’en s’attaquant aux risques environnementaux comme la pollution atmosphérique.

Ali Mokdad, fait ce constat inquiétant :


Il ne nous viendrait pas à l’idée de ne pas changer l’huile dans sa voiture, mais lorsqu’il s’agit de son propre corps, nous ne faisons pas autant attention.

http://www.mieux-vivre-autrement.com/la-malbouffe-tue-plus-que-le-tabac.html

1855
L’Allemagne en état de siège: « La police continuera à cacher les crimes et les viols des migrants »



Merkel a été applaudi quand elle a ouvert la porte aux migrants. A présent que des gangs d'hommes errent dans les rues et que les jeunes femmes allemandes doivent se couvrir, un changement d'humeur s'est opéré.
◾Des milliers de migrants économiques se font passer pour des réfugiés afin de rejoindre l'Europe
◾David Cameron a déclaré cette semaine que l'Europe doit dire aux demandeurs d'asile déboutés de retourner dans leur pays
◾La politique de portes ouvertes de l'Allemagne doit être abandonnée
◾Les femmes ont déclaré que le viol et la maltraitance des enfants étaient monnaie courante dans le camp de réfugiés de Giessen

Ils ont laissé de bons emplois à Karachi, au Pakistan, et veulent maintenant être Européens.

À la fin de juillet trois glissé dans Allemagne avec leurs femmes et leurs enfants, en utilisant des documents illégaux. Ils vivent ensemble dans une maison de cinq chambres, louée pour eux par le gouvernement de la chancelière Angela Merkel, à 40 minutes de route de Giessen, qui abrite le camp de migrants le plus grand du pays.



Migrants et réfugiés attendant un bus à l'extérieur du camp de migrants à la périphérie de la ville allemande de Giessen. Les travailleurs sociaux et les groupes de femmes ont averti que les installations étaient désespérément insuffisantes et que la sécurité était un problème pour les résidents de sexe féminin.




Migrants et réfugiés font la queue à l'extérieur de l'enceinte du bureau de Berlin de la Santé et des Affaires sociales dans l'attente de leur inscription. Mais il y a des avertissements que des millions d'autres nouveaux arrivants devraient être prévus avec la crise actuelle des migrants

«Nous avons payé un trafiquant pour de faux visas afin de voler ici en l'Allemagne», déclare Atif, 34 ans. «Nous avons demandé l'asile et nous sommes venus au camp Giessen avec d'autres migrants. Il y a trois semaines, parce que nous avions des familles, ils nous ont donné une maison correcte.

Atif est bien habillé et parle un anglais parfait. Il était gestionnaire de transport à l'aéroport de Karachi et il est issu d'une famille aisée. Entre deux bouchées de curry, il ajoute: «Mais il y a de la violence entre les gangs politiques à Karachi. Beaucoup de gens partent pour l'Europe. Le trafiquant a décidé que l'Allemagne était l'endroit pour nous, car ce pays accueille les réfugiés ».

Pourtant, la vérité crue est que Atif ne fuient pas la guerre ou la persécution. Il est l'un des milliers de migrants économiques d'entrer dans l'Allemagne comme la crise de l'immigration de l'UE grandit chaque jour.

Mme Merkel a offert le mois dernier d'accepter tous les réfugiés de Syrie ravagée par la guerre a ouvrant les vannes pour l'immigration. Plus d'un million de migrants sont attendus pour cette seule année, la majeure partie d'entre eux sont loin d'être d'authentiques demandeurs d'asile. Il y a maintenant de profondes inquiétudes dans ce pays chrétien, parsemé d'églises, qu'il est accablé par des gens qui ont une religion et une culture différente.

Hier, le journal The Mail a signalé comment les travailleurs sociaux et les groupes de femmes à Giessen ont écrit une lettre au parlement local affirmant que le viol et la maltraitance des enfants étaient monnaie courante dans le camp de réfugiés. Les allégations ont été corroborées par Atif parlant au-dessus de son plat de curry. «Le camp est dangereux, a-t-il convenu. «Les hommes de nationalités différentes se battent et les femmes sont attaquées.


Beaucoup de femmes ont ressenti le besoin de dormir dans leurs vêtements ... Elles ne vont pas aux toilettes la nuit parce que les viols et violences ont eu lieu sur leur chemin entre les toilettes.

La lettre dit que le camp, loin d'être un havre de paix pour ceux qui fuient la guerre, est un melting-pot dangereux, où il y a eu «de nombreux viols et agressions sexuelles, ainsi que de la prostitution forcée».

Il y a même des cas d'enfants qui ont été agressés sexuellement et qui ont été violés ajoute-t-il.

Même en plein jour, une promenade à travers le camp ne se fait que la peur au ventre.

Paradoxalement, la lettre suggère que dans la culture des migrants, les femmes sont considérées différemment: «C'est un fait que les femmes et les enfants ne sont pas protégés. Cette situation est opportune pour ces hommes qui ont toujours considéré les femmes comme inférieures et traitent les femmes non accompagnés comme "un jeu".

Beaucoup de femmes migrantes ont fui ici pour échapper à des mariages forcés ou à des mutilations génitales féminines, qui sont monnaie courante dans certains pays d'Afrique et du Moyen-Orient. «Elles croient qu'elles ont trouvé la sécurité en Allemagne", dit la lettre, » mais elles se rendent compte que ce n'est pas le cas.»

Les habitants de Giessen sont consternés par les témoignages de viol. Mais beaucoup sont aussi de plus en plus préoccupés sur l'effet des migrants - Quelque 6.000 Syriens, Irakiens, Pakistanais, Kurdes, Erythréens et d'autres qui sont logés dans le camp, qui a été élargi l'an dernier - Sur leur vie quotidienne.

Beaucoup se plaignent que les migrants ont pris le pouvoir sur la ville, qui est célèbre pour ses jardins botaniques et parsemé de jolies boutiques et magasins de fleurs. Vous ne pouvez pas manquer les nouveaux arrivants, qui errent dans les rues par grands groupes de personnes.


Au supermarché Lidl à quelques encablures du camp, une femme allemande bien habillée en train d'emballer ses courses dans une berline Mercedes lève les yeux au ciel dans ma direction, lorsqu'un groupe de jeunes du Moyen-Orient s'avancent. 'Qu'est-ce qu'on fait?' demande-t-elle. «C'est en train d'arriver et maintenant on ne reviendra jamais en arrière."

Certaines histoires qui circulent en Allemagne ne sont peut-être que l'expression alarmiste et xénophobe. Mais il ne fait aucun doute que le pays est aux prises avec un conflit majeur de culture à la vitesse de 100 migrants par heure ou plus.

Dans d'autres camps parmi les 2000 qui ont vu le jour en Allemagne, j'ai entendu diverses plaintes macabres à propos des arrivants, 80 pour cent d'entre eux sont musulmans, célibataires et des hommes.

Dans une ancienne base militaire américaine quelque 2.000 migrants à Bayernkaserne, à la périphérie de Munich, les groupes de défense des droits des femmes disent qu'il y a de la prostitution forcée et des viols chaque jour. Hommes, femmes et enfants dorment dans des tentes les uns à côté des autres, selon un travailleur social interrogé à la télévision locale, le camp est «le plus grand bordel de la ville», où le prix des relations sexuelles avec une femme migrante est de 10 € (7 £ ).

Les gardes embauchés par une entreprise privée par le gouvernement allemand pour assurer la sécurité de l'immense site ont été pincés par la police pour trafics de drogues, d'armes et couteaux parmi les migrants ainsi que pour avoir fermé les yeux sur la prostitution.

A quelques mètres du camp, j'ai discuté avec une jeune Somalienne de 18 ans, portant un hijab. «Nous sommes effrayés certains soirs, dit-elle solennellement, serrant ses vêtements offert par les associations dans un sac de plastique blanc.


Dans d'autres parties du pays, il est conseillé aux Allemands de s'adapter aux modes de vie des migrants qui arrivent.

La police de la ville bavaroise de Mering, où une jeune fille de 16 ans aurait été violée ce mois, a averti les parents de ne pas laisser leurs enfants sortir non accompagnés.

On a dit aux filles et les femmes de ne plus se promener seules de la maison à la gare car cette gare est près d'un centre de migrants où le violeur semblerait vivre.

A Pöcking, une autre ville bavaroise bien entretenue, le directeur de l'école a écrit aux parents en leur disant de ne plus laisser leurs filles porter des vêtements trop légers. Car cela pourrait entraîner des «malentendus» avec les 200 migrants qui ont été placés dans le gymnase de l'école depuis l'été, avant d'être déplacés ce mois-ci.

La lettre adressée aux parents dit que les migrants sont «majoritairement musulmans, et parlent l'arabe. Ils ont leur propre coutume. Parce que notre école est juste à côté où ils sont hébergés, les tenues légères révélant les corsets ou chemisiers sont déconseillées, les jupes ou mini-jupes courtes pourraient conduire à des incompréhensions".

Une serveuse de 19 ans dans un café de la ville me dit: 'Nous en avons vu rôder dans le coin en train de nous regarder. Bien sûr, nous étions inquiètes. On nous a dit d'être très prudentes quand ils sont ici ».

Un homme politique local, qui refuse d'être nommé, est cité dans Die Welt, l'un des journaux allemands les plus respectés: «Ces jeunes garçons musulmans viennent d'une culture où il est désapprouvé pour les femmes de montrer un bout de peau.

«Ils vont suivre nos filles et les embêter sans se rendre compte que cela est inacceptable (ND Ch. H. Sic). Bien entendu, leur comportement génère de la peur.

Dans un autre camp de migrants à Detmold, une ville dans le centre de l'Allemagne, une musulmane de 13 ans a été violée par l'un de ses compagnons. L'enfant et sa mère avaient fui en Europe pour échapper une «culture de la violence sexuelle» dans leur propre pays.


Étonnamment, la police a gardé le silence sur le viol, qui a eu lieu en juin. C'est seulement ce mois-ci, après qu'un journal local a révélé ce qu' il était arrivé - et déclaré que les autorités allemandes ne veulent pas rendre public les crimes qui ont été commis par les migrants» parce qu'ils ne veulent pas «légitimer» les critiques sur l'immigration de masse - qu'il a été confirmé qu'il y avait bien eu un viol.

Bernd Flake, le chef de la police de la région, a soutenu que le silence officiel visait à protéger la victime du viol. Mais il ajoute: "Nous allons continuer cette politique (de cacher au public) à chaque fois que des crimes sont commis dans des installations de migrants."

Pendant ce temps, les migrants continuent d'arriver. Beaucoup ont délibérément jeté leurs passeports durant leur voyage à travers l'Europe, afin qu'ils puissent faire semblant d'être des  réfugiés syriens plutôt que des migrants économiques.

Les autorités sont à présent pressées à la fois par l'UE et par les dirigeants allemands pour faire partir ceux qui ne sont pas d'authentiques réfugiés et sont complètement submergées.

Au Freilassing, à la frontière avec l'Autriche, je vois des centaines de migrants en attente sous les averses pour atteindre la terre promise de Mme Merkel. Enveloppés dans des imperméables transparents donnés par des associations humanitaires, ils font la queue avec enthousiasme pour la soupe. La plupart ont voyagé pendant des semaines, de la Turquie par bateau à la Grèce, puis par la Macédoine, la Serbie et la Croatie jusqu'à l'Autriche.

«Nous y sommes presque», explique Arun Ari, 27, souriant. Il vient de la ville syrienne de Kobane, où les combattants kurdes se sont battus contre l'Etat islamique pendant deux ans.



Il semble un vrai réfugié parmi tant d'autres qui ne le sont pas, malgré le fait qu'il ne nous ait pas montré ses papiers d'identité.

Réel réfugié ou non, il fait face à un avenir difficile. Arun sera traité dans l'un des camps mis en place dans toute l'Allemagne dans des anciennes bases militaires, des gymnases d'écoles, des salles de sport, et même un ancien monastère. Pourtant, tout comme lui, presque tous les migrants de sexe masculin que je rencontre sont optimistes.

En dehors du camp Bayernkaserne, par exemple, je rencontre Ali, qui est arrivé il y a huit jours via la Grèce. Il était agent de Voyage à Lahore, la capitale culturelle du Pakistan.

«Quand j'ai perdu mon emploi, je suis parti avec six amis, dit-il. «Toutes les nations sont représentées dans le camp - un grand nombre en provenance du Pakistan, comme moi. Je choisis l'Allemagne parce que nous sommes les bienvenus ici.

Je n'ose pas dire à Ali que ceci n'est pas totalement vrai. A moins qu'il ait de la chance, il ne bénéficiera pas du  statut de réfugié, et il sera considéré comme un migrant économique.

C'est la même histoire avec un ancien étudiant de 25 ans, Janaid Jamshad, que j'ai rencontré.

Venant aussi de Lahore, il est ici depuis dix jours. «Je suis venu en Allemagne d'abord en 2013 et j'ai été expulsé, dit-il avec un rire. «Je suis revenu quand j'ai entendu que Mme Merkel ouvrait grand les portes. J'ai demandé l'asile et ils sont en train d'étudier ma demande. Parce que je suis jeune, j'espère qu'ils vont me prendre ».

Pour autant tout n'est pas rose pour lui aujourd'hui.«Le camp est saturé, dit-il. «Je reviens du médecin dans le centre commercial parce que j'avais un mal de tête. Même ici, il y a des files d'attente de migrants. Les médecins du camp m'ont seulement donné une pilule juste une fois. Alors nous sommes obligés de trouver d'autres endroits pour des soins médicaux, et payer pour cela ».

De retour dans la maison de curry Giessen, je continue de parler avec le requérant d'asile Atif. «Nous pensons avoir des enfants qui nous aideront, dit-il. "Notre maison est très grande, et en plus ils nous donnent de l'argent, aussi."

Je signale que Karachi, en dépit de la violence politique qui y règne, n'est pas une zone de guerre.

Il espère encore convaincre les autorités qu'il est un véritable réfugié, et  par conséquent il espère qu'il ne sera pas renvoyé au Pakistan parce qu'il ne possède plus de pièce d'identité officielle - en accord avec le gang de passeurs, il leur a remis son passeport et ceux de sa famille quand ils sont arrivés en Allemagne. Tel était le «paiement» en échange de faux visas pour la famille et les passeports seront utilisés à nouveau afin de faire passer d'autres clandestins en Europe.

«Mes enfants méritent une vie meilleure qu'au Pakistan, dit Atif. «Ils vont grandir heureux en Allemagne."

http://lesobservateurs.ch/2015/09/26/lallemagne-etat-de-siege-police-continuera-a-cacher-crimes-viols-migrants/?utm_medium=facebook&utm_source=twitterfeed

1856
Les propos de Nadine Morano suscitent une polémique à gauche




Les déclarations de l’eurodéputée Nadine Morano (Les Républicains) qui a évoqué samedi la politique ethnique et migratoire de la France, ont provoqué une polémique et des critiques chez les représentants des partis et mouvements français de gauche.



Sur le plateau de l'émission "On n'est pas couché" diffusée samedi sur la chaîne France 2, Mme Morano, ancienne ministre de Nicolas Sarkozy et candidate à la primaire de la droite et du centre en vue des élections présidentielles de 2017, a déclaré que, "pour qu'il y ait une cohésion nationale, il faut garder un équilibre dans le pays, c'est-à-dire sa majorité culturelle", annonce l'AFP.


"Nous sommes un pays judéo-chrétien, le général de Gaulle le disait, de race blanche, qui accueille des personnes étrangères. J'ai envie que la France reste la France et je n'ai pas envie que la France devienne musulmane", a ajouté Mme Morano.

Répondant à la question de savoir comment elle considérait alors les Antillais n'ayant pas la peau blanche, Mme Morano a dit: "Ils ne sont pas blancs, mais ça n'empêche pas qu'ils sont Français puisqu'ils appartiennent aux territoires d'outre-mer".

Face aux réactions critiques sur le plateau de l'émission, l'eurodéputée a expliqué que le mot race était "dans le dictionnaire" et donc qu'il pouvait être utilisé. Les déclarations de Mme Morano ont provoqué des critiques d'élus de gauche et de militants sur Internet.


Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/france/20150927/1018432416.html#ixzz3n1Dj7L39


1857
La CNIL s'oppose au traçage des piétons par Wi-Fi à La Défense

La CNIL a refusé cet été un dispositif prévu par le publicitaire JCDecaux, qui souhaitait collecter les adresses MAC des smartphones pour suivre "anonymement" les individus qui passent à La Défense à proximité de ses panneaux publicitaires.




L'an dernier, la société de commercialisation d'espaces publicitaires JCDecaux a installé sur le parvis de La Défense à Paris toute une "Agora Digitale", composée notamment de panneaux publicitaires numériques montés sur mâts, qui affichent à la fois des publicités et des informations pratiques. Pour mieux valoriser le dispositif, également mis en place à Angers, l'entreprise souhaitait pouvoir présenter à ses annonceurs des statistiques très précises sur le nombre de piétons qui croisent ces écrans publicitaires, en effectuant au mieux un comptage individualisé. Elle pensait pouvoir le faire en comptant les smartphones détectés par leur adresse MAC unique, lorsqu'ils croisent une borne Wi-Fi installée sur les mâts et que ces smartphones ont leur connexion Wi-Fi activé.

Mais la CNIL s'est opposée au dispositif de comptage dans une décision rendue publique ce mois-ci (via @cunchem), prise le 16 juillet 2015.

En effet depuis une loi du 12 juillet 2000, le code de l'environnement impose que "tout système de mesure automatique de l'audience d'un dispositif publicitaire ou d'analyse de la typologie ou du comportement des personnes passant à proximité d'un dispositif publicitaire [doit être] soumis à autorisation de la Commission nationale de l'informatique et des libertés". Or la CNIL a estimé que les garanties d'anonymisation des données apportées par JCDecaux et son sous-traitant Fidzup n'étaient pas suffisantes.

Pour tenter d'écarter le risque de traçage individuel d'un individu, JCDecaux prévoyait que les hotspots Wi-Fi collectent les adresses MAC présentes dans un rayon de 25 mètres, qu'elles soient envoyées dans leur intégralité toutes les deux minutes vers un serveur de Francfort avec un chiffrement en HTTPS avec l'horaire exact de détection et la puissance d'émission (pour évaluer la distance), mais qu'à leur arrivée à Francfort, ces adresses soient tronquées du dernier demi-octet, puis hashées pour créer un identifiant propre à JCDecaux. L'adresse MAC ayant servi à la création de cet identifiant serait alors effacée des archives.




PSEUDONYMISATION N'EST PAS ANONYMISATION

Mais pour la CNIL ça n'est pas suffisant. "Pour qu'une solution d'anonymisation soit efficace, elle doit empêcher toutes les parties d'isoler un individu dans un ensemble de données", a-t-elle rappelé. Or, "le procédé présenté ne saurait être qualifié de technique d'anonymisation" puisqu'à chaque fois, la même adresse MAC générera le même identifiant unique sur les serveurs de Francfort, ce qui est précisément l'objectif pour compter le nombre de fois qu'un même individu revient sur les mêmes publicités.

Or puisque c'est une "technique de pseudonymisation" et non d'anonymisation qui est proposée, les données collectées et traitées restent des "données personnelles" au sens de la loi de 1978. L'entreprise doit donc respecter les garanties prévues dans ce cadre, et notamment l'information des personnes concernées, qui doivent pouvoir s'y opposer. Or l'information n'était prévue que sur un panneau au format A4 (une feuille), pour un dispositif censé capter les adresses MAC dans un rayon de 25 mètres, sur une esplanade surpeuplée.

JCDecaux pourrait toujours modifier son dispositif pour véritablement "anonymiser" les données et ainsi s'éviter les obstacles de la loi de 1978, mais il se priverait alors de la possibilité essentielle de savoir, à chaque fois, s'il a affaire à un nouveau smartphone ou à un téléphone qu'il a déjà vu passer.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/magazine/34310-la-cnil-s-oppose-au-tracage-des-pietons-par-wi-fi-a-la-defense.html#0xxw6MaFDka1wsqW.99

1858
«Op Charlie Hebdo»: La contre-attaque d'Anonymous atteint ses premières cibles



Après des débuts balbutiants en fin de semaine dernière, la contre-attaque des Anonymous visant le terrorisme islamiste a pris un tour plus concret dans le week-end, et devrait se poursuivre dans les jours à venir.

Née quelques heures après l’attentat contre Charlie Hebdo mercredi dernier, l’initiative #OpCharlieHebdo décidée par un groupe d’Anonymous francophones avait commencé par la mise en ligne d’une liste de comptes d’utilisateurs de réseaux sociaux se félicitant de l’attentat ou prônant d’autres violences. Le but: inviter la communauté à dénoncer ces comptes auprès de Twitter et Facebook pour les voir suspendus ou supprimés.

Deux vidéos postées vendredi et samedi accompagnaient le mouvement. D’une voix robotique, les Anonymous y rappelaient qu’«attaquer la liberté d’expression, c’est attaquer Anonymous», et prévenaient: «Toutes entreprises et organisations en lien avec ces attaques terroristes doivent s’attendre à une réaction massive d’Anonymous»: «Nous attaquerons tous les comptes Facebook, Twitter et sites en rapport avec le terrorisme.»



Et le fait est que, au fil des heures et des jours, les comptes visés tombaient les uns après les autres. De la grosse trentaine de comptes Twitter répertoriés vendredi, un seul échappait encore ce lundi à la suppression ou à la suspension. Quant aux sites Web, le fil Twitter @OpCharlieHebdo se félicitait ce week-end d’avoir notamment torpillé le site Ansar-alhaqq, connu pour son prosélytisme djihadiste.

Malgré les doutes soulevés quant à l’opportunité de rendre indisponibles ces comptes et sites, parfois utiles aux autorités pour la surveillance de la communauté des sympathisants ou aspirants djihadistes en ligne, d’autres attaques devraient avoir lieu ces prochains jours. Sur IRC, outil de communication de prédilection des «hacktivistes», les cibles et les moyens de les atteindre sont discutés. Tandis que, comme le souligne Le Monde, des Anonymous arabophones sont invités à participer à l’opération pour faciliter l’identification des cibles et éviter les victimes collatérales (la semaine dernière, le compte @OpCharlieHebdo se désolidarisait du piratage de la page oumanger-halal.fr). Histoire que la contre-attaque citoyenne ne se transforme pas en vengeance aveugle.

http://www.20minutes.fr/high-tech/1515111-20150112-op-charlie-hebdo-contre-attaque-anonymous-atteint-premieres-cibles

1859
Plutôt que de combattre l’islamisme radical l’Etat a décidé de le subventionner



Mes chers amis, je suis en train d’écrire un texte sur la position passée et actuelle de l’Eglise face aux diverses migrations. Ce texte demande beaucoup de recherche et puisque l’actualité avance pendant ce temps je souhaite vous donner mon avis sur certains éléments. Et pour une fois je risque d’être un peu trivial.  Mais, avant cela, sachez que j’ai mis le lien de la pétition de la jeune et merveilleuse Malala sur ma page Facebook. Je vous invite à la signer.


La police est à bout et très en colère. Non pas seulement à cause des immigrés mais des insultes répétées des media qui les montrent en train de violenter des migrants. Ces attaques incessantes ont piqué le nez du syndicat Alliance qui a réagi en postant récemment une série de vidéos montrant la violence des migrants envers les agents. La propagande va bon train de la part des media qui souhaitent nous faire accepter de force cette immigration massive. Les forces de l’ordre en sont l’une des victimes collatérales. Et je trouve cela regrettable.

Et regrettable cela l’est d’autant plus, qu’à côté des fonctionnaires de police qui tente de protéger les populations locales tout en venant en aide aux migrants, il existe un certain nombre de personnes qui vivent de cette situation, de cette pauvreté et qui sont acclamées par notre élite politico-médiatique. Le Guide du Routard en devient un cas d’école.

Samedi, j’ai publié un article concernant la publication de « guide du migrant » distribués aux migrants avant leur départ. Bien sûr, la gauche a crié au loup, à l’enfumage, à l’hoax. Bref, j’étais un menteur. Dimanche, dans le JDD, on apprend que le Guide du Routard va éditer un guide pour les migrants qui sera distribué à 4000 exemplaires. Ces guides existent donc bien et des entreprises et autres associations de plusieurs pays européens sont impliquées dans la publication et la diffusion de ces brochures. Formidable hoax, n’est-ce pas ?

Permettez que je sois surpris par l’initiative de M Gloaguen. Il s’en explique dans le JDD. « J’avais pensé à accueillir une famille, mais étant dans l’édition, je peux faire beaucoup mieux. J’ai eu cette idée d’un petit guide». Ah ! Il est vrai qu’accueillir une famille chez soi ne conduit pas à faire de la promotion gratuite pour son entreprise. Mais, dans notre société la communication est importante. Alors, on est dans la gesticulation spectacle, « l’altruisme égoïste », pour reprendre le mot de Jacques Attali. Ainsi, puisque l’altruisme devient égoïste, puisque tout doit avoir une valeur marchande, y compris la détresse des migrants, on donne d’une main pour récupérer bien plus de l’autre. La gauche y gagne des électeurs, les entreprises une image de sainteté.

Toutefois, cette attitude est dommageable pour le menu peuple que nous et les réfugiés représentons. Alors soyons justes. Face à cette crise exceptionnelle nous ne devons plus être dans la demi-mesure. La France veut accueillir des migrants ? Soit. Mais en ce cas accueillons les dans les bonnes conditions. Soyons dignes de le faire. Selon la fondation Abbe Pierre, 3,5 million de personnes sont mal logées en France. Ce qui représente un manque de 800 000 logements environ (ne jouons pas sur les chiffres je vous prie). La France souhaite accueillir 24 000 réfugiés. Or nous savons que ce nombre est en deçà de ce qui sera (plus de langue de bois nous avons dit !) et qu’en réalité nous allons accueillir 100 ou 120 000 personnes en deux ans. Soit, si nous comptons 4 personnes par famille, 30 000 logements. En d’autres termes, d’ici au début 2017, 830 000 logements vont devoir être construits. Impossible me direz-vous ? Soit on est humain, soit on ne l’est pas, vous répondrais-je. Soit l’état prend ses responsabilités soit il refuse d’accueillir des migrants. En effet, des migrants accueillis ne doivent pas être parqués comme des chiens à Calais ou ailleurs. Mais connaissant nos amis socialistes je sais que ceux qui joueront le rôle de chiens ne seront pas des réfugiés syriens mais des réfugiés africains et nos SDF. Voilà une réalité des faits.

L’autre réalité, est la propagande nauséabonde servit en permanence par nos media. Après avoir insultés notre police, crachés sur la Hongrie et la Croatie, s’être transformés en receleurs désespérés du cadavre d’un enfant, faciliter le rôle de ces marchands de mort que sont les passeurs, nos media diffusent des vidéos pédagogiques pour nous expliquer que nous devons à tout prix accepter les migrants. L’une de ces vidéos (non directement produite par les media mais largement diffusée par ces derniers) est en lien sur ma page Facebook. Je vous invite à la regarder car je vais la commenter.

Cette vidéo est très travaillée, très documentée, très bien montée mais trop subjective. En préambule, les auteurs nous expliquent l’origine du conflit syrien. Ils oublient simplement que le Printemps Arabe a laissé les pays aux islamistes. Tout comme les algériens se sont fait voler leur indépendance, les jeunes maghrébins se sont fait voler leur révolution. Face à l’islamisme la famille Assad apparait être un mal nécessaire.

Et l’islamisme est un poison qui gangrène la plupart des sociétés arabes mais aussi nos sociétés occidentales. Les auteurs de la vidéo ont raison de rappeler que si l’Europe accueille un million de musulmans alors la population musulmane européenne passera de 4 à 5%. Ce qui est faible. Mais, c’est oublié qu’une partie de ces 5% est une turbulente minorité islamique. Et là est tout le problème.

Ecrivons-le, hurlons-le : l’islamisme est notre ennemi mortel. Cette idéologie doit être combattue avec toutes les forces que nous possédons. Or, vu notre démission, pour décrire notre société actuelle j’utiliserai un néologisme : dhimmitude.

L’islamisme c’est le gamin de 10 ans qui empêche sa sœur de sortir et se fait maquereau malgré lui. L’islamisme c’est des parents qui demandent des repas de substitution pour leurs enfants. L’islamisme c’est la femme qui sort voilée. L’islamisme c’est l’organisation d’un congrès de la femme musulmane. L’islamisme c’est le refus de la liberté d’expression. L’islamisme c’est l’attitude violente envers sa société d’accueil. L’islamisme c’est un mariage forcé. L’islamisme c’est le corps brûlé d’une femme, d’une sœur, d’une fille. L’islamisme c’est l’antisémitisme de banlieue. L’islamisme c’est…. On pourrait multiplier les exemples à l’infini. Souvenons-nous du funeste destin de l’Algérie. La France et l’Europe suivent la même voie. Le dire ce n’est pas du racisme ni de l’islamophobie. Je n’ai aucune animosité envers l’Islam. Je reconnais que la civilisation islamique fut une grande civilisation. Mais c’est un passé fort lointain. Tâchons de nous en souvenir. Aujourd’hui, l’Islam est noyauté par l’idéologie nazie du XXIéme siècle. Je vous invite à lire les écrits de Wassyla Tamzali pour le comprendre.

Face à cet islamisme violent et conquérant nous avons une attitude de dhimmis, c’est-à-dire de soumis face à l’Islam.

Le roi d’Arabie Saoudite fait fermer une plage en France mais refuse d’accueillir des migrants dans son propre pays. Oh, le pauvre ! Sans doute a-t-il ses raisons. Comment ? Nous voulons aider les réfugiés ? Et bien pourquoi l’état ne lance-t-il pas une procédure d’expropriation ? On pourrait y loger des migrants ou bien la vendre. Une telle procédure serait-elle choquante ? Demandez à Maryvonne ce qu’elle en pense.

Sinon, on pourrait geler leurs avoirs en Europe pour les forcer à accepter des migrants. Mais jamais nos dirigeants ne le feront. On préfère les voir financer des mosquées ou des études. On aime aussi les voir à la tête d’un groupe décisionnel de la commission des droits de l’Homme à l’ONU. Au droit de l’Homme le lundi, en séance de décapitation le jeudi. Pourquoi ne pas employer un pédophile comme surveillant de maternelle !

A genoux nous sommes et couchés nous allons finir si nous ne réagissons pas. L’islamisme est notre ennemi et si nous ne le combattons pas au plus vite nous ne viendrons jamais à bout de cette crise migratoire. La meilleure façon d’aider ces pauvres gens et de leur permettre de vivre en paix sur la terre de leurs ancêtres est de combattre cette horreur islamique. Ceux qui l’ont compris sont ces anciens militaires français qui commencent à s’organiser pour aller combattre DAESH sur place. L’ensemble des français devraient les soutenir.

Mais la gauche a des principes moraux. Elle, qui fait incessamment la promotion de ses bonnes actions ! Je suis parfois surpris des commentaires laissés sur les sites des grands media. J’en ai relevé un hier qui m’a particulièrement fait rire. Jugez plutôt : « Bon je vous laisse je vais aller au secours populaire avec ma voisine Maria d’origine marocaine pour donner les affaires de nos enfants pour cet hiver. Ça ç est mon quotidien, la France que j’aime, celle des mères qui pensent à d’autres mères avant l’hiver, sans arrière-pensée et sans haine. Merci à vous. Bonne journée. Cécile Planté ». Dans ces propos précédents, cette chère dame s’énervait toute seule contre ces fascistes qui diffusent de fausses rumeurs sur les migrants. Notre chère amie imagine être la seule à être charitable. Elle a oublié que la charité se doit d’être discrète. Le bien est ce qui ne dit pas son nom. Dans l’un de mes textes j’en appelai à l’action individuelle pour venir en aide aux migrants. Mais dans une société marxisante on promeut sans cesse sa bonne action. On l’écrit, on le crie. Cet « altruisme égoïste » définit notre société. Et pourtant, il suffit d’aller dans le métro pour voir les gens pendus à leur portable sans jamais regarder, parler, discuter ou s’occuper de son voisin. Mais le migrant c’est autre chose. On ne connait pas le prénom du SDF de notre rue mais on connait le visage du dernier migrant débarqué en ville. La gauche oppose les misères et les développe. En parallèle, via les syndicats, coordinations et autres associations elle spolie le peuple.

En conclusion, nous avons un rôle historique à jouer mais nous n’en avons pas encore pris la mesure. La gauche nous a endormi. Aujourd’hui nous nous réveillons en sursaut et nous constatons que nous avons laissé la pauvreté se développer, l’islamisme s’installer, la morale chrétienne s’évanouir, le marxisme se propager dans nos esprits. Nous avons peur, nous sommes affolés, nous ne savons plus comment réagir. Mais réagir et prendre les bonnes solutions nous allons devoir prendre. Et la principale, la plus urgente est de combattre l’islamisme.

http://lagauchematuer.fr/2015/09/27/plutot-que-de-combattre-lislamisme-radical-letat-a-decide-de-le-subventionner

1860
Europe / Bosch a fourni l'arme de la supercherie à Volkswagen
« le: 27 septembre 2015 à 22:02:49 »
Bosch a fourni l'arme de la supercherie à Volkswagen



Selon le journal allemand Bild, 'équipementier allemand aurait fourni en 2007 à Volkswagen, à des fins de tests, le logiciel au coeur du scandale des moteurs truqués, tout en spécifiant au groupe automobile que son installation sur les véhicules était "illégale.

L'équipementier automobile de Gerlingen, basé dans le sud-ouest de l'Allemagne aurait ainsi livré à Volkswagen ce logiciel "prévu uniquement pour des tests (internes) et non pour la conduite normale", écrit dans son édition dominicale Bild, qui cite un "document explosif" datant de 2007 et émanant de Bosch.

Volkswagen avait implanté cette année-là le logiciel sur des moteurs diesel afin de truquer les résultats des tests antipollution, livré par Bosch, écrit le journal. Dans le document, Bosch mettait à l'époque en garde Volkswagen, pointant le fait que l'installer sur les véhicules était "illégal", affirme encore le journal à gros tirage.

11 millions de véhicules

Interrogé par Bild sur la réaction de Volkswagen à ces mises en garde, un porte-parole de Bosch a indiqué : "dans le cadre des relations commerciales avec Volkswagen, nous sommes tenus à la confidentialité".

Bosch avait indiqué mardi avoir fourni à Volkswagen des systèmes d'injection à rampe commune destinés à équiper les moteurs diesel des véhicules au centre du scandale des moteurs truqués.

Volkswagen a reconnu cette semaine que les moteurs diesel de quelque 11 millions de ses véhicules dans le monde étaient équipés d'un logiciel destiné à fausser les résultats des tests antipollution.
Ce scandale mondial a coûté mercredi sa place à Martin Winterkorn, PDG du groupe depuis 2007. Matthias Müller, le patron de Porsche, l'une des 12 marques de Volkswagen, a été désigné vendredi pour lui succéder.
 
http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/automobile/bosch-a-fourni-l-arme-de-la-supercherie-a-volkswagen-508546.html