Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

1921
Europe / Un député hongrois décroche et jète le drapeau de l'UE
« le: 26 septembre 2015 à 12:01:00 »
Un député hongrois décroche et jète le drapeau de l'UE

video : http://rutube.ru/video/ccddfc284d3f7f64869bcb750e4f00d8/

1922
L’Arabie saoudite prend la direction du panel du Conseil des droits de l’homme de l’ONU



L’ambassadeur du pays le plus critiqué pour le statut qu’il reconnaît aux femmes, aux minorités et aux dissidents a pris la tête de la plus importante organisation de défense des droits de l’homme dans le monde.

Selon les informations officielles de l’ONU, l’ambassadeur de l’Arabie saoudite à Genève Faisal Trad a été choisi pour présider le panel du Conseil des droits de l’Homme à partir de sa 30ème session qui ouvrira lundi 21 septembre. Selon les rumeurs, le choix avait déjà été décidé en juin dernier mais avait été tenu secret jusqu’au présent pour des raisons inconnues.

Le but principal du panel du Conseil des droits de l’Homme est de nommer les cinq hauts fonctionnaires qui édictent les standards internationaux, de choisir les personnes qui vont occuper plus de 77 postes relatifs à la défense des droits de l’homme dans différentes régions du monde et d’informer sur les violations perpétrées en matière de droits de l’Homme.



Mais ce choix a été vivement critiqué par la communauté internationale qui s’oppose toujours à ce que des pays qui ne sont pas réputés pour le respect scrupuleux qu’ils attachent aux droits de l’homme accèdent à une position si importante.

«Il est scandaleux que l’ONU ait choisi un pays qui a exécuté plus de gens que Daesh cette année pour présider le panel du Conseil des droits de l’Homme», a déclaré le directeur exécutif de UN Watch Hillel Neuer. Il a aussi précisé que «le pétrole, les dollars et la politique» qui nuisent aux droits de l’homme».

En savoir plus : Les raids aériens saoudiens tuent des dizaines de civils au Yémen en pleine crise humanitaire

Parmi les violations des droits de l’homme les plus flagrantes commises par l’Arabie saoudite, on note l’arrestation de l’écrivain et bloggeur Raif Badawi. En 2012, ses déclaration libérales sur son site Free Saudi Liberals (Libéraux saoudiens libres) ont provoqué son arrestation et sa condamnation à recevoir 1 000 coups de fouet pour avoir «insulté l’islam». Sa femme Ensaf Haidar tente toujours d’obtenir sa libération mais en vain. Elle a même précisé sur sa page Facebook que la nomination de Faisal Trad était un «feu vert à la continuation de la flagellation» de son mari.



http://francais.rt.com/international/7191-arabie-saoudite-droits-homme

1923
Quand « La Mort » s’invite au plus grand meeting militaro-industriel



Quand « La Mort » s’invite au plus grand meeting militaro-industriel

Un militant habillé en « Grande faucheuse » a créé la pagaille pendant quelques minutes lors de la plus grande exposition internationale d’équipements militaires et de sécurité. Une manière originale d’attirer les regards sur ce business de la mort. Le point.


Tous les deux ans, dans une relative discrétion, les pontes du complexe militaro-industriel se rassemblent dans le quartier des Docklands de Londres, au Royaume-Uni, pour présenter les dernières innovations technologiques en matière de « défense » et de sécurité. Plus de 1600 fournisseurs répartis à travers 42 pavillons y exposent armes de poing, missiles de dernière génération, fusils mitrailleurs, drones de combat et autres chars de guerre. On y trouve tous les équipements militaires à la pointe de la technologie pour ce qui est de détruire des cibles, d’intervenir sur le terrain ou de tuer des êtres-humains.

Le « Defence and Security Equipment International exhibition » (DSEI) 2015 représente la plus grande vitrine du commerce de l’armement au monde. L’évènement accueille divers visiteurs illustres, responsables militaires et décideurs du monde entier désireux de renforcer leur arsenal. Cette année, l’évènement fut légèrement perturbé par une intrusion des plus originales. Un militant a réussi à pénétrer dans l’exposition affublé du déguisement de « la grande faucheuse », dixit, La Mort en personne. Objectif, attirer les regards pour dénoncer l’évènement et tout particulièrement l’hypocrisie des grandes puissances occidentales qui font vivre cette industrie de la mort, fournissant en armes divers groupes et armées à travers le monde, se nourrissant des conflits et des guerres.




Malheureusement, les gardes ont jugés que l’étrange personnage tuait un peu l’ambiance. Il a été évacué sans ménagement après de longues minutes de course poursuite avec les forces de sécurité. Si l’évènement peut sembler anecdotique, il offre une opportunité à de rares médias alternatifs d’aborder la question de l’armement et le rôle joué par cette industrie dans les conflits mondiaux.

L’homme affublé d’une robe noire et d’une grande faux faisait partie d’un groupe plus large de militants pacifistes. Ceux-ci manifestaient contre la participation de certains pays au bilan humanitaire plus que controversé et les armes que leur fournissent les industries occidentales. En ligne de mire, les pays Moyen-Orient dont l’Arabie saoudite régulièrement épinglé pour ses violations répétées des Droits de l’Homme. Plus tôt cet été, la Grande-Bretagne livrait notamment une série bombes Paveway IV à guidée laser au royaume saoudien. Israël était également au cœur des critiques des associations.

Peu avant l’ouverture du meeting, Banksy et Amnesty International se sont associés pour distribuer des prospectus et poser des affiches à travers Londres. Celles-ci mettent en évidence les tristes records de l’industrie de l’armement. Alors que près de 70% des britanniques s’opposent au commerce de l’armement, l’action n’a pourtant eu que peu de bruit dans les médias locaux et pratiquement aucun écho au niveau international. Pourtant, le secteur de l’armement est particulièrement important dans les budgets des nations.


Rappelons en effet que le secteur de l’armement est particulièrement florissant. Amnesty International avait estimé que l’industrie de la guerre pesait plus de 113 milliards d’euros en 2014. Champions au classement : les États-Unis, suivis de la Russie, la Chine, la France et le Royaume-Uni. À chaque pays son fournisseur de préférence. Là où les USA fournissent d’abord l’Irak, Israël, le Sri Lanka, le Bahreïn, l’Égypte et le Yémen, la Russie livre principalement l’Inde, la Syrie, l’Algérie, le Myanmar, le Venezuela et le Soudan, entre autres.





https://mrmondialisation.org/quand-la-mort-sinvite-au-plus-grand-meeting-militaro-industriel/

1924
Fermes Usines : En voici un exemple et ça se passe en Hollande (Un avant goût de ce que nous réservent TAFTA & Mondialisation)

L'usine video : http://dai.ly/x26x5hj





Publié dans Alimentation, Economie, Maltraitance, Mondialisation, Santé, Tafta Marché transatlantique.
 Bookmarquez ce permalien.



Il y a aujourd’hui en Europe un risque d’une nouvelle dictature" Les révisionnistes, citoyens de seconde zone au Parlement européen ? L’UE n’a pas d’argent pour la Grèce, mais a 11 milliards d’Euros pour un pays non membre, l’Ukraine neo-nazie. Victoria Nuland avait eu raison, « F**K the EU. Nous devenons nos propres esclavagistes sans le savoir. Manifestation pro-russe à Berlin : les médias allemands regardent ailleurs… Giulietto Chiesa : après le Non de la Grèce, les « Maitres universels » vont se venger. L'Estonie, un État policier au sein de l'Union européenne. Fermes Usines : En voici un exemple et ça se passe en Hollande (Un avant goût de ce que nous rése….

http://finalscape.com/?p=3174

1925
Plus de la moitié des Français guettés par la pauvreté

Le Secours populaire juge, dans une étude rendue publique jeudi, que "la pauvreté s'étend et s'enracine" en France. Chiffres à l'appui.
Source AFP 



5,60 euros, c'est ce qui reste chaque jour pour vivre, après avoir payé loyer et autres charges, à des milliers de personnes aidées par le Secours populaire, qui juge dans une étude rendue publique jeudi que "la pauvreté s'étend et s'enracine". "Malheureusement, la pauvreté et l'exclusion continuent de gagner du terrain, mais on peut lutter et développer une nouvelle résistance", a insisté le président du Secours populaire Julien Lauprêtre, lors d'une conférence de presse.


À partir de données recueillies auprès de 161 572 ménages (sur les 619 700 familles aidées par l'association en 2013), le Secours populaire souligne qu'"une part croissante de la population en est réduite à survivre". Parmi ces personnes, une petite moitié (46,7 %) a donné des informations sur ses ressources (salaire, RSA, prestations familiales, aides au logement, etc.) : 30 % d'entre elles disposent de ressources inférieures à 750 euros, pour 43 % elles sont comprises entre 750 et 1 250 euros et pour 20 %, elles s'échelonnent entre 1 250 et 1 750 euros.

"J'ai de la chance..."


En moyenne, leur revenu "disponible pour vivre" est de 5,60 euros par jour et par personne pour faire face aux besoins alimentaires et vestimentaires, une fois acquittées les charges obligatoires (logement, fiscalité, transport, garde d'enfants, activités extrascolaires et crédits). Parmi elles, 19 % ont un disponible pour vivre par jour et par personne compris entre 0,5 et 3 euros, et 27 % entre 3,5 euros et 5 euros. Enfin, pour 6,5 % de ces personnes, ce disponible pour vivre est "négatif ou nul".


Après "des années de chômage et de galères", Gwenaël, 40 ans, s'est retrouvé à la rue, avant d'obtenir une chambre d'hôtel. Bénéficiaire du RSA et d'une allocation logement, il dispose de 718 euros par mois. Mais une fois retranchés son loyer (550 euros), une dette de 55 euros, et des frais dentaires, de téléphone, de lessive et de tabac, il lui reste 25 euros mensuels pour ses besoins alimentaires et vestimentaires. "J'ai de la chance de ne pas avoir de gros problèmes de santé", dit-il.


"Je ne peux pas me soigner les dents"

Une précarité qui touche toute la population. Dans le baromètre annuel Ipsos sur la perception de la pauvreté par les Français que l'association dévoile aussi ce jeudi, 55 % des personnes interrogées déclarent avoir été sur le point de connaître la pauvreté et 35 % d'entre elles ont vu leur crainte se matérialiser en 2014. Enfin, une majorité des sondés (66 %) dit connaître un proche en situation de pauvreté, dont 29 % dans leur propre famille, et 86 % estiment que leurs enfants ont plus de risques qu'eux-mêmes de tomber dans la pauvreté.

Conséquences : les soins sont hors de portée pour beaucoup. 19 % ont renoncé au moins une fois à l'achat de prothèses dentaires et 13 % l'ont retardé de plusieurs mois, tandis que 18 % ont renoncé à se rendre chez le dentiste et 10 % ne l'ont fait qu'au bout de plusieurs mois. 14 % ont également retardé l'achat de lunettes ou de lentilles, 17 % une consultation ophtalmo, 13 % l'achat de médicaments et 10 % une consultation chez un généraliste. "Je ne peux pas me soigner les dents", raconte Véronique, Marseillaise de 56 ans. "J'ai besoin d'un appareil dentaire, mais ça m'obligerait à faire un nouveau crédit", dit cette auxiliaire de vie, qui gagne 1 200 euros par mois, pour un loyer de 580 euros. "Et mes lunettes, ça fait 10 ans que je les ai, elles ne sont plus à ma vue."

Sondage réalisé du 4 au 5 juillet 2014 auprès de 1 006 personnes représentatives de la population française de quinze ans et plus (méthode des quotas).

http://www.lepoint.fr/economie/pauvrete-des-milliers-de-francais-vivent-avec-5-60-euros-par-jour-11-09-2014-1862241_28.php#xtor=CS2-238

1926
Pour mettre un terme au trafic et à l’exploitation des animaux à des fins de mendicité. (PETITION OFFICIELLE)



Pour mettre un terme au trafic et à l'exploitation des animaux à des fins de mendicité en France

To put an end to the exploitation of animals in the street for financially motivated purposes / Para poner fin a la utilización o explotación de animales para la práctica de la mendicidad / Para pôr fim à exploração de animais para mendigar

Les citoyens français souhaitent attirer l’attention de la Direction départementale de la protection des populations de Paris, de Mme le Maire de Paris, M. le Préfet d’Ile-de-France, M. le Directeur général de la police nationale et M. le Ministre de l’intérieur sur le développement de la pratique d’exploitation des animaux à des fins de mendicité sur le territoire français.
Cette pratique en hausse dans les rues des principales villes de France et notamment à Paris pose des problèmes, à la fois de protection animale mais également de salubrité publique.


Des animaux victimes d’actes de cruauté et de mauvais traitements
Le 28 janvier 2015, l’Assemblée nationale a voté en lecture définitive le nouveau projet de loi qui a permis de faire reconnaître l’animal dans le Code civil comme un « être vivant doué de sensibilité » (nouvel article 515-14) et non plus comme une chose. Cependant, on constate encore aujourd’hui en France que des animaux continuent d’être exploités à des fins de mendicité. Les autorités ne semblent pas prendre conscience de la gravité des mauvais traitements subis par ces animaux. Les animaux concernés sont drogués afin qu’ils restent immobiles des journées entières. Ils sont brutalisés et victimes d’actes de cruauté. Ils souffrent constamment de la faim et de la soif et leurs conditions de vie ne prennent pas en compte leurs besoins vitaux. On sait également qu’un animal décédé, tué ou vendu à la sauvette sera immédiatement remplacé par un autre. Le manque d’empathie de ces individus à l’égard de ces animaux et l’indifférence des pouvoirs publics sont intolérables dans un pays civilisé comme le nôtre.


Des réseaux organisés
Ce type de mendicité est le fait de réseaux organisés se livrant à un véritable trafic d’animaux acheminés illégalement depuis les pays de l’Est dans des conditions scandaleuses auxquelles certains ne survivent pas. Ces animaux sont pour la plupart à peine sevré lorsqu’ils arrivent sur les trottoirs de nos villes. Certains animaux sont également achetés sur Internet ou plus inquiétant encore, volés à leurs propriétaires sur le territoire français. Ces vols engendrent inévitablement un risque d’atteinte corporelle aux propriétaires d’animaux en plus de causer un préjudice financier et un préjudice moral irréversible.

Une source d’insécurité sanitaire
Nous souhaitons également insister sur les risques sanitaires liés à l’importation de ces animaux de l’étranger sous couvert de papiers falsifiés voire de fausses puces électroniques. Ces animaux à la santé fragile sont privés de tout contrôle ou suivi vétérinaire. Souvent porteurs de maladies et parfois de maladies graves comme la rage, ils sont une source d’insécurité sanitaire pour les passants parfois accompagnés de leurs jeunes enfants et qui se laissent facilement apitoyer.


Un trafic qui nuit à l’image de la France et de Paris sa capitale
Ces individus sont visibles dans tous les lieux à forte affluence (gares, sorties de métro) ainsi que dans tous les lieux touristiques de la capitale (Avenue des Champs Elysées, Tour Eiffel, Montmartre…). Ces pratiques renvoient une image extrêmement négative de notre pays auprès des étrangers, or nous savons que les touristes sont des cibles privilégiées pour les trafiquants car bien souvent ils n'ont pas connaissance de ce trafic et de la législation en vigueur.


Des lacunes dans les politiques mises en place et dans la législation pénale
Les associations telles 30 millions d’amis, l’association Stéphane Lamart, L’Ecole du chat ou la Fondation Brigitte Bardot vous ont déjà alerté sur ce phénomène. Si les forces de l’ordre sont plus sensibilisées au sort des animaux exploités, la loi pénale en vigueur reste trop abstraite. Les articles 654-1 et 521-1 du Code pénal relatifs aux mauvais traitements et aux actes de cruauté ne permettent pas toujours d’appréhender les trafiquants. Enfin, l’article 644-3 du Code pénal interdisant la vente sur la voie publique sans autorisation ne peut être sollicité qu’en cas de flagrant délit de proposition de vente. Si les animaux saisis sont confiés à des associations, le trafiquant interpellé, lui, sera très rapidement relâché et pourra de nouveau recommencer. Ce laxisme judiciaire ne permet pas aux forces de l’ordre de faire leur travail correctement, si bien que souvent les policiers n’interviennent plus.


Des citoyens obligés d’agir par leurs propres moyens
Afin de pallier aux lacunes des politiques successives mises en place pour lutter contre l’exploitation des animaux pour la mendicité, les citoyens n’ont d’autre choix que d’agir par leurs propres moyens, souvent hors du cadre légal. Face à l’importance des bénéfices financiers engendrés par ces pratiques, les citoyens qui tentent de sauver ces animaux de manière pacifique se mettent physiquement en danger. Il est triste de constater que nos services de polices et nos institutions judiciaires font preuve d’une grande efficacité lorsqu’il s’agit de demander à ces citoyens de rendre des comptes sur leurs actions alors que les trafiquants ne sont pas inquiétés.

Nous, citoyens français, habitants des grandes villes de France, habitants de Paris, nous ne voulons pas de nouvelles promesses ! Nous exigeons la mise en place de mesures efficaces et durables pour mettre un terme définitif à l’exploitation des animaux à des fins de mendicité. Nous exigeons la plus grande fermeté de la part des autorités à l’encontre des trafiquants et des « mendiants » qui exploitent la misère animale et ne respectent pas la législation française.


Cette pétition ne concerne que les personnes exploitant les animaux à des fins de mendicité, par conséquent nous tenons à ce qu’aucun amalgame ne soit fait avec les chiens des sans domicile fixe lorsque ces derniers les considèrent comme leurs fidèles compagnons. Nous nous en remettons à votre capacité d’analyse et de discernement afin qu’aucun préjudice ne soit porté aux cas déjà douloureux des sans-abris respectueux de la législation en vigueur.


Nos revendications :
- Un renforcement des contrôles par la DDPP (vérification systématique des papiers et de l'état de santé des animaux)
- Interdiction d’exposer des femelles gestantes ou allaitantes sur les trottoirs (et faire respecter cette interdiction)
- Interdiction d’exposer des animaux qui ne sont pas sevrés (animaux de moins de 2 mois)
- Assouplir la règlementation pour faciliter la saisie des animaux afin de pouvoir les confier à des associations/refuges selon leur capacité d'accueil
- Renforcement des sanctions pénales et interdiction de détenir un animal sur le sol français pour les trafiquants (y compris pour les étrangers !)
- Mise en place de mesures permettant de démanteler les réseaux de trafiquants d’animaux
- Diffusion d’une campagne de sensibilisation auprès des citadins à l’exploitation des animaux pour la mendicité
- Faire preuve d’indulgence envers les citoyens qui saisissent les animaux exploités afin de les confier à des associations
- Favoriser une meilleure coordination entre les différents services : DDPP, la Brigade Anti-trafic de la SPA, les services de police et associations de protection animale
- Faire de Paris une ville modèle en matière de lutte contre ce type de mendicité

Chaque signature est la voix d’un animal victime de ce trafic qui sévit sur notre territoire, c’est pourquoi je remercie par avance tous les signataires de cette pétition.

la pétition

https://www.change.org/p/stop-au-trafic-et-à-l-exploitation-des-animaux-à-des-fins-de-mendicité

1927
France / Economie : La dette Française bientôt à 100% du PIB




31’000 Euros de dette par habitant y compris les nouveaux nés!






1928
Anonymous Operation Black October 2015 music for a peaceful revolution




1929
Regardez comment ce traitement puissant tue les cellules cancéreuses en temps réel… des médecins holistiques « suicidés » à la suite de cette avancée décisive



Un traitement d’avant-garde du cancer semble être la raison pour laquelle une poignée de médecins holistiques ont été récemment découverts « suicidés »: ce traitement est en train de gagner l’attention du monde en tant que potentiel remède universel au cancer.
Et de nouvelles images au microscope publiées par First Immune montrent ce remède incroyable en action: on y voit la protéine humaine GcMAF en train d’activer les propres macrophages de l’organisme, qui sont alors en mesure d’attaquer et de détruire les cellules cancéreuses in vitro.

La vidéo d’environ deux minutes, qui a été publiée sur YouTube, révèle la véritable puissance de guérison du GcMAF, une protéine humaine que le corps fabrique naturellement, mais dont certaines personnes manquent ou qu’elles ne peuvent pas produire en quantité suffisante.

En fournissant une version activée de cette substance par voie intraveineuse, les scientifiques ont montré que le système immunitaire peut être complètement revigoré pour détruire lui-même les cellules cancéreuses sans la nécessité d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie.

« Votre GcMAF permet à votre corps de se guérir », explique le site GcMAF, géré par First Immune. « Chez une personne saine, le GcMAF est doué de 11 actions découvertes à ce jour, dont deux sur les cellules, trois excellents effets sur le cerveau, et 6 sur le cancer. Parmi celles-ci, il agit comme un ‘directeur’ de votre système immunitaire ».



Traduction de la vidéo:

0:03 – Premier test de l’activité immunitaire du GcMAF
 0:06 – Si ce n’est pas actif ce n’est pas du GcMAF
 0:10 – Dans notre laboratoire, nous cultivons des cellules humaines du cancer du sein MCF7
 0:15 – Les cellules cancéreuses grossissent et remplissent tous les espaces entre elles; elles présentent une image de type « pavage fou ».
0:23 – Nous ajoutons des macrophages aux cellules cancéreuses du sein et rien ne se produit.
 0:26 – Puis nous ajoutons le GcMAF
 0:30 – Image 1. Culture de cellules cancéreuses du sein en monocouche, 48 heures après le début
 0:37 – Image 2. La même monocouche de cellules cancéreuses du sein 72 h après l’ajout des macrophages activés
 0:45 – On peut voir les macrophages sous la forme de petites sphères brillantes
 Elles ont remonté et sont entrées directement dans les cellules cancéreuses
 0:51 – Maintenant, allons voir de plus près
 0:54 – Ici, les macrophages se montrent sous la forme de sphères luisantes
 1:02 – et se lancent pour attaquer les cellules cancéreuses marquées d’une flèche
 1:09 – Les photos à intervalle régulier sur 60 h montre la couche cancéreuse se transformant d’une surface ondulée à une surface lisse, en partant d’en bas à gauche, pendant le processus de destruction du cancer. Puis les « doigts » du cancer sont aussi attrapés et détruits par les macrophages.
 1:39 – Ici nous avons filmé une zone moins active et avons légèrement ralenti la caméra. On voit les macrophages se lier aux cellules cancéreuses qui semblent se replier sous cette attaque.
 2:07 – Pour plus d’informations et pour lire les 46 dossiers de recherche, veuillez visiter www.gcmaf.eu

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus, le GcMAF sert de mécanisme d’activation pour les macrophages afin qu’ils ciblent et éliminent les cellules cancéreuses du sein. L’incroyable mécanisme d’action de cette substance se déroule sous nos yeux avec une clarté stupéfiante et est décrit plus en détail dans un article associé intitulé « Multifaceted immunotherapeutic effects of GcMAF on human breast cancer cells ».

« Les photos à intervalle régulier sur une durée de 60 heures montrent la monocouche cancéreuse … qui passe d’un aspect ondulé à lisse … au fur et à mesure que le cancer est détruit, » révèle First Immune. « Puis les ‘doigts’ du cancer sont également avalés et détruits par les macrophages ».

Médecins holistiques suicidés au sujet du GcMAF, qui menace de mettre hors-jeu l’industrie du cancer

Il se trouve que le Dr Jeff Bradstreet, M.D. avait pour premier objectif de sa recherche le GcMAF – Globulin component Macrophage Activating Factor. Le Dr Jeff Bradstreet, médecin de Floride, a été retrouvé mort, flottant dans une rivière en juin. Sa mort soudaine a été immédiatement attribuée au suicide, alors qu’il avait une blessure par balle à la poitrine, ce qui suggère au contraire qu’il a été assassiné.

Le « suicide » du Dr Bradstreet est juste l’un des 7 autres qui ont eu lieu en plusieurs endroits dans la même période, et tous faisant partie de la communauté des médecins holistiques. Le Dr Bradstreet, ainsi que ses autres défunts collèges, avaient tous été impliqués dans la recherche axée sur le potentiel du GcMAF, en tant que traitement et guérison du cancer, un traitement qui ne produit pas d’effets secondaires mortels comme le font les traitements conventionnels du cancer.

En fait, ce n’est pas le GcMAF qui guérit le cancer, bien sûr – il fournit simplement au système immunitaire les munitions nécessaires pour éradiquer et guérir le cancer, de manière naturelle. Et cela représente une menace pour l’industrie pharmaceutique, qui encaisse chaque année des milliards de dollars en utilisant le colportage, le charlatanisme, comme la chimiothérapie et la radiothérapie, qui ont toutes deux fait l’objet d’études prouvant qu’elles causaient davantage de cancers.

« La thérapie par le GcMAF et / ou la thérapie orale d’activation macrophagique MAF du colostrum est indiquée dans le traitement de toutes les maladies où il y a un dysfonctionnement immunitaire ou lorsque le système immunitaire est compromis, » explique le site d’une clinique du Japon qui vend une forme orale de GcMAF.

En plus du cancer, les conditions énumérées comme des candidats appropriés pour le traitement GcMAF comprennent:

Maladies auto-immunes
Virus d’Epstein-Barr (EBV)
Virus de l’hépatite B (VHB)
Virus de l’herpès simplex (HSV)
Cystite
Virus de l’hépatite C (VHC)
Sclérose en plaques (MS)
Infection des voies urinaires (UTI)
Troubles du spectre autistique (TSA)
Polyarthrite rhumatoïde (RA)
Endométriose
Syndrome de fatigue chronique (SFC)
Maladie de Lyme (Borréliose de Lyme)
 Déficience en immunoglobuline A (IgA)
Encéphalomyélite myalgique (ME)
Infections à mycrobactéries
Maladie de Parkinson
Tuberculose
Fibromyalgie
Papillomavirus humain (VPH)
Lupus érythémateux disséminé (SLE)
VIH, SIDA
Fièvre de la dengue
Pneumonie
Verrues causées par une infection virale
Norovirus
Virus de la malaria, de la grippe
Fièvre Q ( Coxiella burnetii)
Syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)
Varicelle (virus varicelle-zona)
Psoriasis
Infections des voies respiratoires
Colite ulcéreuse, maladie de Crohn
Diabète de type 1 (DT1), diabète insulino-dépendant (IDDM)
Diabète de type 1.5 , diabète auto-immun latent des adultes (LADA)

Voyez d’autres traitements anti-cancer de la presse indépendante sur AntiCancer.news

Vous pouvez également faire vos propres recherches sur d’autres types de traitements contre le cancer sur TruthWiki.org

http://www.sante-nutrition.org/regardez-comment-ce-traitement-puissant-tue-les-cellules-cancereuses-en-temps-reel-des-medecins-holistiques-suicides-a-la-suite-de-cette-avancee-decisive/


1930
Israël : Les tirs à balles réelles contre les lanceurs de pierres désormais autorisés

25/09/2015 à 2:57 | Polo Haze | Source : http://www.leparisien.fr



 Suite à la mort d'un israélien âgé de 65ans qui aurait perdu le contrôle de son véhicule à cause de projectiles incendiaires, Nétanyahou le 1er ministre israélien, avait déclaré il y a une dizaine de jour qu'il ferait la guerre aux lanceurs de pierres. C'était également au programme il y a trois mois comme le rappel un article du Monde datant du 01 Juin 2015.

  Chose promis, chose due, le cabinet de sécurité israélien a décidé ce Jeudi d'élargir les possibilités de tirs à balles réelles, en autorisant les soldats ou les forces de l'ordre à riposter contre les jets de pierres




 Outre cette mesure, le cabinet de sécurité déclare dans un communiqué que «nous avons décidé de sanctionner plus sévèrement les adultes lanceurs de pierres par une peine de quatre ans minimum de prison ainsi que d'autoriser des amendes plus importantes pour les mineurs et leurs parents», avant de poursuivre en se justifiant «ces sanctions sont valables pour tous les citoyens israéliens et habitants d'Israël.».


   Ces mesures viennent parallèlement avec les tensions qui durent depuis quelques mois, à l’esplanade des Mosquées, un lieu de culte sacré pour les juifs et les musulmans. Les extrémistes religieux israéliens souhaiteraient y faire construire un nouveau temple en détruisant la mosquée Al-Aqsa. Les enjeux sont religieux, pour les palestiniens, les juifs et les touristes ne doivent pas y prier, c'est un sacrilège.


La fermeté grandi envers les opposants au régime colonisateur israélien, ce qui est mauvais signe pour l'avenir d'une Palestine libre et indépendante, ou même pour l'avenir d'une possible harmonie entre juifs et musulmans.

http://www.lapausesolid-r.fr/2015/09/israel-les-tirs-balles-reelles-contre.html

1931
Une étude qui dérange : 100% d’électricité renouvelable pas plus cher que le nucléaire !



L’étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) remet en cause l’intérêt du nucléaire pour la production d’électricité.
L’établissement public placé sous la tutelle des ministères de l’écologie et de la recherche publie une étude qui conclut que la France pourrait produire la totalité de ses besoins en électricité renouvelable d’ici 2050, sans nucléaire et pour le même coût.

La présentation de cette étude avait été déprogrammée d’un colloque organisé les 14 et 15 avril à Paris, l’Ademe expliquant qu’il « n’était pas finalisé » et qu’il serait rendu public dans les prochains mois. Gênant pour le gouvernement, au moment où apparaît la loi de transition énergétique qui prévoit le maintien d’un socle de 50 % de nucléaire. Ce rapport a finalement été publié dans son intégralité par le site Mediapart.

Un rapport gênant pour le gouvernement

Intitulée « Vers un mix électrique 100 % renouvelable en 2050 », l’étude de 120 pages a été établie avec la contribution de la Direction générale de l’énergie et du climat (qui dépend du ministère de l’écologie) et, précise le préambule, « dans un objectif de robustesse et de solidité scientifique, les hypothèses, méthodologies et résultats ont été confrontés à un comité scientifique constitué d’experts nationaux et internationaux ».


On pourrait produire ainsi jusque trois fois nos besoins

Première conclusion majeure : le potentiel de production des énergies renouvelables dans l’Hexagone s’élève à 1 268 térawattheures (TWh) par an, toutes filières vertes confondues (éolien, solaire, biomasse, géothermie, hydraulique, énergies marines), soit trois fois la demande annuelle d’électricité prévue au milieu du siècle (422 TWh). Cela, en tenant compte d’une nécessaire « maîtrise de la demande », qui doit permettre une baisse de 14 % des besoins à la même échéance, en dépit d’une population accrue de six millions d’habitants.



Pour parvenir à un mix électrique 100 % renouvelable, tous les moyens sont bons. Le bouquet composé par l’étude se répartit ainsi :
•éolien terre et mer 63%
•solaire 17 %
•hydraulique : 13%
•thermique renouvelable 7% (géothermie comprise)

Au niveau territorial, les régions à plus fort potentiel sont l’Aquitaine, la Bretagne, Midi-Pyrénées, les Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes.


le MHh vert à 119 euros contre 117 avec 50% de nucléaire

Seconde grande conclusion : un scénario 100 % renouvelable serait à peine plus coûteux qu’un scénario combinant 50 % de nucléaire et 40 % de renouvelable, inscrit dans la loi de transition énergétique. Certes, le tout-vert exige de construire des installations éoliennes et photovoltaïques à tour de bras pour amener la capacité installée à 196 gigawatts, soit une augmentation de plus de 55 % par rapport au parc actuel.

Au final, le coût du mégawattheure (MWh) serait de de 119 euros,  soit 30 % de plus que les 91 €/MWh actuels ; mais à peine plus que les 117 €/MWh du mix fait à 50 % de nucléaire et 40 % de renouvelables (le reste provenant essentiellement du gaz).



Car maintenir un parc nucléaire important serait également très coûteux. Il faudrait investir très lourdement dans la construction de nouveaux réacteurs. Entre 2019 et 2025, près de la moitié des 58 réacteurs français actuels auront atteint la limite de quarante ans de fonctionnement pour laquelle ils ont été conçus et, à supposer même que l’Autorité de sûreté nucléaire autorise une prolongation – ce qui n’est nullement acquis –, ils devront être à terme être remplacés par des modèles du type EPR, dont le coût des prototypes ne cesse d’augmenter. Le démantèlement augmenterait encore l’addition.


Les renouvelables sont aujourd’hui plus chères que le nucléaire, mais leur coût ne cesse de baisser, observe Damien Siess, directeur adjoint à la production et aux énergies durables de l’Ademe. C’est l’inverse pour le nucléaire, qui est aujourd’hui peu cher mais dont le coût est à la hausse, en raison notamment des normes de sécurité exigées pour les nouveaux réacteurs comme l’EPR.

Aussi l’étude fait-elle état d’un scénario vert « à coût maîtrisé », dans la mesure où le coût de l’électricité issue d’un mix 100 % énergies renouvelables serait du même ordre de grandeur que celle d’un mix 40 % énergies renouvelables.

Qu’en pensent les professionnels ?


Il s’agit d’un travail vraiment fouillé qui a le mérite d’ouvrir le débat sur la faisabilité d’un tel scénario, estime Damien Mathon, délégué général du Syndicat des énergies renouvelables. Les renouvelables sont en phase d’accélération et s’approcher d’un objectif 100 % renouvelables en 2050 n’est pas irréaliste, même s’il est trop tôt pour dire si c’est 75 %, 80 % ou plus.

L’Union française de l’électricité, que l’on imaginerait vent debout contre cette remise en cause du modèle nucléaire français, juge elle aussi, par la voix de son délégué général, Jean-François Raux, que :


l’étude n’est pas mal faite. Mais, dans une perspective de croissance économique, il est essentiel d’avoir un mix énergétique diversifié, ni 100 % nucléaire, ni 100 % renouvelable.

Reste qu’il est peu probable que cette très dérangeante étude qui, aux yeux d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), finit de saper « le mythe d’une énergie [nucléaire] peu onéreuse », soit de nature à infléchir la position du gouvernement et de la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, hostiles à toute stratégie qui conduirait à l’abandon complet de l’atome.

  Il apparaît clairement que le nucléaire ne se justifie plus, en terme de coût, dans l’optique d’une production électrique d’avenir. D’autant que pour les calculs on rechigne encore à intégrer les coûts faramineux du démantèlement des centrales nucléaires vieillissantes. Dès lors, son maintien au sein du système de production de l’électricité française tient plus du choix stratégique que de celui de la raison. Alors, si le consommateur n’a rien à y gagner, ce sera à l’électeur d’apprécier… ou pas.

Source : lemonde.fr

Consulter le rapport de l’Ademe : Vers un mix électrique 100% renouvelable en 2050 (format PDF)

http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/rapport100enr_comite.pdf


http://www.mieux-vivre-autrement.com/une-etude-qui-derange-100-electricite-renouvelable-pas-plus-cher-que-le-nucleaire.html

1932
Un rapport pour une "Déclaration universelle des droits de l'Humanité" remis à François Hollande

Il doit aboutir à une Déclaration comportant "quatre principes, six droits et six devoirs, dans la filiation de la Déclaration universelle des droits de l'Homme proclamée à Paris en 1948




Le rapport remis au président de la République contient l’inventaire des textes préexistants en rapport avec la déclaration, l’explicatif global et article par article de cette déclaration, enfin les procédures possibles d’adoption de ce texte, et l’état des nombreuses initiatives citoyennes déjà en cours dans le cadre de la préparation de la COP 21.

L'ex-ministre de l'Écologie Corinne Lepage (1995-1997) a remis vendredi à François Hollande un rapport en vue d'une Déclaration universelle des droits de l'Humanité, à l'occasion de la Conférence sur le climat (COP21) organisée à la fin de l'année à Paris.

Ce rapport a été rédigé par un groupe de travail, composé de spécialistes de droit international public et du droit de l'environnement, du climat, d'un représentant de l'association des anciens ministres de l'environnement, et de représentants d'ONG.



Il doit aboutir à une Déclaration comportant "quatre principes, six droits et six devoirs, dans la filiation de la Déclaration universelle des droits de l'Homme proclamée à Paris en 1948

Un rapport pour une "Déclaration universelle des droits de l'Humanité" remis à François Hollande
Le rapport remis au président de la République contient l’inventaire des textes préexistants en rapport avec la déclaration, l’explicatif global et article par article de cette déclaration, enfin les procédures possibles d’adoption de ce texte, et l’état des nombreuses initiatives citoyennes déjà en cours dans le cadre de la préparation de la COP 21.
© Communication PR 



f


t


g


m


L

'ex-ministre de l'Écologie Corinne Lepage (1995-1997) a remis vendredi à François Hollande un rapport en vue d'une Déclaration universelle des droits de l'Humanité, à l'occasion de la Conférence sur le climat (COP21) organisée à la fin de l'année à Paris.

Ce rapport a été rédigé par un groupe de travail, composé de spécialistes de droit international public et du droit de l'environnement, du climat, d'un représentant de l'association des anciens ministres de l'environnement, et de représentants d'ONG.


 Il doit aboutir à une Déclaration comportant "quatre principes, six droits et six devoirs, dans la filiation de la Déclaration universelle des droits de l'Homme proclamée à Paris en 1948, et dans la continuité de plusieurs conventions et déclarations antérieures concernant le développement, l'environnement et les générations futures", précise le communiqué de l'Elysée.

 A la suite de la publication de ce rapport, une large consultation sera menée et un événement aura lieu sur le sujet durant la COP21, qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre au Bourget (Seine-Saint-Denis).

http://www.sudouest.fr/2015/09/25/cop21-un-rapport-remis-a-hollande-pour-une-declaration-universelle-des-droits-de-l-humanite-2135376-710.php

1933
Europe / Le Safe Harbor bientôt remis en cause par la CJUE ?
« le: 25 septembre 2015 à 19:37:18 »
Le Safe Harbor bientôt remis en cause par la CJUE ?

Pour l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), le Safe Harbor n’a plus lieu d’être depuis les révélations d’Edward Snowden établissant que la NSA et les autres agences de renseignement siphonnent les données personnelles des internautes européens collectés par les géants du web.



Pour rappel, le Safe Harbor, ou « Port de sécurité », est un pacte de protection des données personnelles négocié entre les États-Unis et la Commission européenne en 2001. C’est ce même pacte qui permet à Google, Facebook, Twitter et consorts (5 000 entreprises au total) de récupérer les données personnelles des citoyens européens collectées par leurs services, de les exploiter et les monétiser, notamment via les publicités ciblées.

Néanmoins, depuis les révélations du lanceur d’alerte Edward Snowden sur les pratiques de surveillance de masse de la NSA, notamment via le programme PRISM, qui offre un sésame aux agences de renseignement vers l’ensemble des données utilisateurs stockées par les grandes firmes américaines, l’efficacité même du Safe Harbor a été remise en cause, tout comme la protection supposée des données personnelles des citoyens européens.

En effet, comment assurer que ce pacte a une quelconque efficacité quand l’administration américaine foule du pied les principes qu’il prétend défendre ?
 C’est ce qui a poussé Max Schrems, Autrichien, à porter plainte contre la CNIL irlandaise, pays où est situé le siège de Facebook et d’autres firmes high-tech américaines en Europe. Il a intenté un recours collectif (class action) contre Facebook, baptisant son projet Europe VS Facebook(http://europe-v-facebook.org/EN/en.html), ralliant à sa cause 25 000 membres du réseau social dispersés aux quatre coins du monde. 55 000 se disent près à le suivre




Le jeune homme proteste contre le transfert des données personnelles des citoyens européens de Facebook Ireland à Facebook USA, où elles pourraient être compromises par les agences de renseignement américaines. De guerre lasse, son recours collectif a été rejeté par le tribunal civil autrichien tant sur la forme que sur le fond. Néanmoins, saisie par la Haute cour de justice d’Irlande sur la question, la Cour de justice de l’Union européenne est amenée à se positionner sur la question.

L’avocat général de la CJUE, Yves Bot, a présenté ses conclusions après des mois d’auditions, dont celle de mars dernier que nous vous relations.

Elles sont sans ambages :


«… Il s’ensuit nécessairement que, a fortiori, des pays tiers ne sauraient en aucun cas être réputés assurer un niveau de protection adéquat aux données à caractère personnel des citoyens de l’Union lorsque leur réglementation autorise effectivement la surveillance et l’interception massives et non ciblées de ce type de données. »

Ces faits s’inscrivent en totale contradiction avec la réglementation prévue par le Safe Harbor, découlant de la décision 2000/520/CE de la Commission en date du 26 juillet 2000, qui permet « les flux de données entre l’Union et les États-Unis tout en garantissant un niveau élevé de protection à ces données ». Cela « suppose qu’aucune circonstance intervenue depuis ne soit de nature à remettre en cause l’évaluation initiale effectuée par la Commission », précise Yaves Bot. Or, ce haut niveau de « protection dont doivent bénéficier » les citoyens européens est remis en cause par les révélations d’Edward Snowden.




Dès lors, pour l’avocat général, la CJUE ou toute autorité compétente « a le pouvoir de suspendre le transfert de données en cause », autrement dit le Safe Harbor.


Il assène : « Nous sommes, dès lors, d’avis que la décision 2000/520 doit être déclarée invalide dans la mesure où l’existence d’une dérogation qui permet d’une manière aussi générale et imprécise d’écarter les principes du régime de la sphère de sécurité empêche par elle-même de considérer que ce régime assure un niveau de protection adéquat aux données à caractère personnel qui sont transférées aux États-Unis depuis l’Union européenne. »

Des conclusions dont se félicite Max Schrems : « C’est formidable de voir que l’avocat général a utilisé cette affaire pour rendre un avis général sur les transferts de données vers des pays tiers et la surveillance de masse ». Ajoutant, à l’adresse des pays membres, mais également de la Silicon Valley : « Si le système du Safe Harbor disparaît, il est très probable que les autorités de protection dans les 28 États membres de l’UE n’autoriseront pas les transferts de données des entreprises US soumises à des lois de surveillance de masse ».

La CJUE osera-t-elle suivre les recommandations de son avocat général alors même que la Commission européenne vient de sceller son entente retrouvée avec les États-Unis concernant la protection des données avec l’adoption du Judicial Redress Act ?



Le Judicial Redress Act, est l’acte final de l’accord-cadre (Umbrella Agreement) signé par Washington avec le vieux continent, il vise à octroyer à tous les citoyens européens la possibilité de porter plainte devant un tribunal américain en cas d’usage abusif de leurs données personnelles ou si celles-ci « sont par la suite rendues publiques ». Il actait surtout une relation de réciprocité entre les citoyens US et européens jusqu’ici inexistante, les premiers bénéficiant de davantage de protections.

La commissaire à la justice, Vera Jourova, se disait alors « convaincue que nous serons en mesure de finaliser rapidement notre travail sur le renforcement du Safe Harbor pour l’échange de données à des fins commerciales ». Quand Google se félicitait de cet « élan positif ».

La CJUE a toutes les cartes en main pour freiner cet « élan » et couper le robinet des données personnelles des internautes européens qui coulent à flot en direction du pays de l’oncle sam. Voire, forcer ces entreprises à héberger les données personnelles des citoyens européens en Europe, comme l’a exigé la Russie en mai dernier sous peine de blocage (mais pour d’autres raisons notamment).

Cela pourrait également remette en cause tout le business model des géants du web qui tirent une grande partie de leur revenue (la majorité pour certains d’entre eux) de la revente des données personnelles de leurs clients.

Néanmoins, même si le Safe Harbor est invalidé, des dérogations existent, notamment celle prévue par l’article 26 de la directive 95/46/CE du 24 octobre 1995 (Directive sur la protection des données personnelles), relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel et à la libre circulation de ces données.

Ainsi, il suffirait à Facebook et consorts d’offrir « des garanties suffisantes au regard de la protection de la vie privée et des libertés et droits fondamentaux des personnes, ainsi qu’à l’égard de l’exercice des droits correspondant ». Les géants du web ont toujours nié collaborer avec la NSA, ce qui n’a jamais empêché cette dernière de collecter ce qu’elle souhaitait.

La course au chiffrement des entreprises high-tech, Apple, Google ou Whats app pour ne citer qu’eux (racheté par Facebook 22 milliards en 2014), qui se positionnent contre les autorités américaines, pourrait donner le change en cas de litige…

Affaire à suivre (de près).

http://www.journaldugeek.com/2015/09/25/donnees-personnelles-safe-harbor-fin-cjue/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+LeJournalDuGeek+%28le+Journal+du+Geek%29

1934
Quand Marine Le Pen faisait un karaoké avec Alain Soral en 2006



On sait Jean-Marie Le Pen proche d'Alain Soral, au point de fêter son 87e anniversaire avec lui. On sait aussi que le Front national version Marine Le Pen est brouillé avec l'essayiste très controversé, fondateur du mouvement Égalité et Réconciliation. Deux journalistes de Streetpress sont allés plus loin en enquêtant notamment sur ses relations avec le FN dans leur ouvrage Le système Soral, enquête sur un facho business. Le 23 septembre, ils ont livré à Mediapart des archives éclairant les anciens liens entre Alain Soral et Marine Le Pen.

Parmi ces archives, une vidéo amateur tournée en 2006 à l'occasion de la fête des "Bleu-Blanc-Rouge" du FN. Un karaoké est organisé par le stand des "Jeunes avec Le Pen". On peut y voir Marine Le Pen et Alain Soral se passer le micro (et de la pommade). Celle qui prendra la tête du parti en 2011 salue "l'immense écrivain" Alain Soral qui a "beaucoup de talent de plume" et qui s'apprête à se lancer sur Ma gueule de Johnny Hallyday. Marine Le Pen elle-même venait de s'époumoner sur Femme Libérée, de Cookie Dingler. Voici la vidéo (de faible qualité) publiée par Mediapart :

L'un des journalistes, Robin d'Angelo, explique à Mediapart qu'évoquer Alain Soral auprès de Marine Le Pen, Louis Aliot, Wallerand de Saint-Just, Steeve Briois ou David Rachline - les actuels cadres et élus du FN - est "complètement tabou". Son coauteur, Mathieu Molard, contextualise la vidéo du karaoké :

video : http://dai.ly/x37lpyx

D’après les témoignages que nous avons récoltés, Marine Le Pen a dû composer avec lui. La scène du karaoké où on la voit chanter aux côtés d'Alain Soral, en 2006, à la fête Bleu Blanc Rouge du FN, peut paraître anecdotique, mais à ce moment-là, Aliot, Rachline et Saint-Just sont présents, et Marine Le Pen le présente comme un "immense écrivain" et vante son "talent de plume".

Depuis, les liens sont rompus, Alain Soral ayant même créé avec Dieudonné un parti politique pour se dissocier définitivement du FN. Jean-Marie Le Pen, en revanche, n'a aucun problème avec celui qui a été notamment condamné pour injures à caractère racial (pour sa quenelle au Mémorial de l'Holocauste à Berlin) et dont cinq livres ont été interdits ou censurés partiellement pour antisémitisme. Les membres du FN ne sont pas épargnés par Alain Soral puisque Louis Aliot l'a fait condamner en 2014 après avoir été qualifié de "con du mois" et de "suceur de sionistes" trois ans plus tôt.



[BONUS TRACK]

On notera l'ironie de cette chanson partagée en 2006. Alain Soral, devenu persona non grata au FN, pourrait ainsi très bien dire à Marine Le Pen aujourd'hui :


Quoi ma gueule ?

Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?

Quelque chose qui ne va pas ?

Elle ne te revient pas ?

http://lelab.europe1.fr/video-quand-marine-le-pen-faisait-un-karaoke-avec-alain-soral-en-2006-2520237

1935
Ce que la position de votre conduite dit sur vous





Conduire avec vos mains en position de 10h10 est la position recommandée.

Si vous conduisez dans cette position, soit vous transportez des drogues et ne voulez pas vous faire arrêter, ou alors vous avez l’impression que si vous déplacez votre main d’un millimètre pendant une milliseconde, vous allez finir dans la rubrique nécrologique du journal local.


La main baissée

Cela consiste à tenir le volant en bas, avec une main ou même avec seulement deux doigts. Si vous avez cette position, soit vous avez conduit pendant 8 heures d'affilée, soit vous manquez d’énergie pour pouvoir garder vos mains sur le volant.

Une main sur la droite

C’est la position de ceux qui veulent avoir l’air cool. Au lieu de tenir le volant de la main gauche à 11h,  ils le tiennent à 14h.

Une main sur le volant, l’autre sur le siège passager

Vous pensez sûrement que cette position vous donne l’air d’être dangereux. Vous vous fichez de la sécurité, des règles, de tout le monde. Vous faites vos propres règles.

Conduire avec les genoux

Cela consiste à ne tenir le volant qu’avec les genoux. Si cela est votre cas, vous êtes un pionnier, un franc-tireur, un guerrier de la route. Non, non, je plaisante .... Vous êtes un idiot.

Source: pausecafein


http://www.topsante.org/plus/psycho/566-ce-que-la-position-de-votre-conduite-dit-sur-vous