Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

1936
Il est très facile d'enlever un enfant : la preuve avec cette vidéo terrifiante



Un petit chien et un sourire : c'est l'attirail qui a suffi à l'humoriste JoeySalads dans le cadre d'une expérimentation pour persuader des enfants de le suivre, sous l'oeil affolé de leurs parents.

algré les multiples recommandations faites à vos bambins au sujet des inconnus qui pourraient les aborder dans la rue, êtes-vous vraiment certain(e) qu'ils aient retenu la leçon ? Qu'ils s'enfuiraient ou bien vous alerteraient si quelqu'un qu'ils ne connaissent pas les accostait avec des bonbons ou un petit chien ?


L'expérimentation en caméra cachée ci-dessous pourrait bien ébranler vos certitudes.

video : http://www.koreus.com/video/kidnapping-enfant-experience-sociale.html



Mis en confiance par la présence du chien, ce sont finalement trois enfants qui vont accepter de repartir avec JoeySalads. A chaque fois avec le consentement d'un de leurs parents.



Réalisée par le Viner américain JoeySalads, elle le montre allant à la rencontre de parents dans un square où jouent leurs enfants. "Combien de fois par jours dites-vous à votre enfant de ne pas parler à un inconnu ? Si je vais le voir maintenant, il me parlera ou partira ?", demande-t-il à une maman certaine que sa fille ne lui adressera pas la parole. "Mais essayez !", lance-t-elle à JoeySalads.


L'humoriste va alors voir la fillette. Accompagné d'un petit chien, il parvient, en quelques secondes à peine et sous les yeux paniqués de sa mère, à la persuader de le suivre en dehors de l'aire de jeux pour lui montrer d'autres chiots.




Mis en confiance par la présence du petit chien, ce sont finalement trois enfants qui vont accepter de repartir avec JoeySalads. À chaque fois avec le consentement d'un de leurs parents.


Sous le choc, une maman fait gentiment la leçon à son petit garçon à la fin de la vidéo. "Tu ne dois pas partir avec les gens même s'ils ont des chiens. [...] Tu dois me demander avant d'aller voir quelqu'un. Tu sais ce qu'il peut se passer ? Il peut t'enlever et tu ne seras plus avec maman. Tu veux ça ?"


90 secondes suffisent pour kidnapper un enfant

Ce n'est pas la première fois qu'une telle expérience est menée pour faire prendre conscience aux parents que leurs enfants sont prêts à suivre un inconnu. En 2013, l'association britannique Kidscape et la chaîne ITV s'étaient associées pour réaliser le programme intitulé "Stranger Danger".


Le principe ? Prouver aux parents que mettre en garde ses enfants en leur interdisant de parler ou de suivre des inconnus n'est pas suffisant pour écarter tout danger. Pire : qu'il suffit à un kidnappeur moins de 2 minutes pour enlever un enfant dans un lieu public. Neuf enfants, âgés de 5 à 11 ans jouant dans un parc avaient ainsi été abordés par un inconnu. L'homme, habillé en agent de sécurité, demandait à chacun des enfants de l'aider à retrouver son chien. Résultat : 7 enfants sur 9 avaient alors accepté de suivre l'homme, et provoqué la panique de leurs parents.


Dans ce programme diffusé à une heure de grande écoute, l'expérience "Danger Stranger" avait à l'époque reçu un accueil mitigé, de nombreux médias et internautes soulignant le ton exagérément alarmiste du programme.


Les kidnappings d'enfants restent pourtant une réalité. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, communiqués par le Centre français de protection de l'enfance (CFPE), 47 759 mineurs ont été signalés disparus en 2013.

http://www.terrafemina.com/article/il-est-tres-facile-d-enlever-un-enfant-la-preuve-avec-cette-video-terrifiante_a271514/1



1937
Les Sages confirment que le travail en prison respecte la Constitution

Un détenu estimait que les dispositions qui encadrent cette activité violent les droits fondamentaux des prisonniers en France.



Le travail en prison respecte le droit, a estimé le Conseil constitutionnel, vendredi 25 septembre, après la requête d'un détenu qui demandait que le droit du travail s'applique en prison. Les Sages ont "jugé les dispositions contestées conformes à la Constitution", indique un communiqué, alors que le détenu estimait qu'elles violaient au contraire les droits fondamentaux des prisonniers en France.

Que reproche le détenu à l'administration ?

Le détenu du centre pénitentiaire de Poitiers-Vivonne (Vienne) s'était plaint des cadences de travail, de ses rémunérations trop basses, de l'absence de salle de pause, et avait perdu son poste quelque temps plus tard.

Il rappelle pourtant que "chacun a le devoir de travailler et le droit d'obtenir un emploi", en vertu de l'alinéa 5 du préambule de la Constitution. L'alinéa 6 dispose que tout homme "peut défendre ses droits et ses intérêts par l'action syndicale", ce qui n'est pas non plus respecté, ajoute-t-il. Le droit de grève prévu par l'alinéa 7 est tout aussi ignoré.

Enfin, les détenus touchent seulement entre 20% et 45% du smic, ce qui représente entre 218,70 et 388,80 euros, à condition d'avoir travaillé le mois entier.

Quel texte encadre le travail en prison ?

La loi pénitentiaire de 2009 prévoit que le travail des détenus est encadré par un "acte d'engagement". En 2013, le Conseil constitutionnel avait estimé que ce n'était pas un contrat de travail et qu'il ne donnait donc pas lieu aux garanties qui y sont liées. "Même si le travail en prison s'exerce différemment, cela ne doit pas aboutir à une disparition totale de l'ensemble des droits des travailleurs", conteste l'avocat du détenu, Patrice Spinosi.

Que dit le gouvernement ?

Le Conseil constitutionnel renvoie donc la balle dans le camp du législateur, qui peut "modifier les dispositions relatives au travail des personnes incarcérées afin de renforcer la protection de leurs droits". La ministre de la Justice, Christiane Taubira, s'est engagée à modifier les dispositions relatives au travail en prison, avec la publication d'un décret prévoyant la consultation des détenus sur les activités. Un dispositif d'insertion par l'activité hors milieu carcéral fait l'objet d'une expérimentation dans sept établissements, précise encore un communiqué.

Le détenu a-t-il encore des recours ?

Les Sages avaient été saisis d'une question prioritaire de constitutionnalité par le Conseil d'Etat à l'appui de requête du détenu, soutenu par l'Observatoire international des prisons et 249 universitaires, auteurs lundi d'une pétition. "La déception est très forte et à la hauteur des attentes. C'est vraiment une occasion qui a été gâchée", a réagi Patrice Spinosi. Il a désormais l'intention de se tourner vers la Cour européenne des droits de l'homme, "d'où est venue la majeure partie des évolutions du droit en matière pénitentiaire".


http://www.francetvinfo.fr/france/les-sages-confirment-que-le-travail-en-prison-respecte-la-constitution_1099599.html

1938
Un tiers de migrants affirmant être syriens , ils ne le seraient pas, selon l'Allemagne

Le porte-parole du ministère de l'Intérieur allemand,  Tobias Plate, n'a toutefois pas pu fournir, vendredi, de statistiques précises.



"Environ 30% des demandeurs d'asile qui affirment être syriens [en vue d'obtenir le statut de réfugié] ne le sont pas", a indiqué un porte-parole du ministère de l'Intérieur allemand, vendredi 25 septembre. Toutefois, aucun chiffre précis n'est en réalité disponible. "Il ne s'agit pas d'une statistique mais d'une estimation qui s'appuie sur ce que constatent les autorités sur place, en particulier la police et (...) Frontex", l'agence chargée de la surveillance des frontières de l'Union européenne, a précisé Tobias Plate, lors d'un point de presse.

Premier pays d'origine des demandeurs d'asile

L'Allemagne a décidé de ne plus renvoyer de Syriens vers le pays de leur entrée dans l'Union européenne, comme le prévoit la législation européenne. Une annonce interprétée comme une marque de préférence en faveur de ces ressortissants. Outre-Rhin, ceux-ci bénéficient, en outre, d'un examen accéléré de leur dossier.

Entre janvier et la fin juillet, 256 938 personnes ont déposé une demande d'asile en Allemagne, dont 55 587 se disant originaires de Syrie. La Syrie est le premier pays d'origine des demandeurs d'asile, devant l'Albanie et le Kosovo


http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/un-tiers-de-migrants-disant-etre-syriens-mentiraient-selon-l-allemagne_1099645.html

1940
Rachid Abou Houdeyfa. "Je n’endoctrine pas les enfants"



Ce vendredi matin, Rachid Abou Houdeyfa, imam de la mosquée Sunna de Brest, s’est défendu de vouloir endoctriner les enfants.
"Le texte que j’ai cité, on en a pris cinq secondes.
La transformation en animal est une réalité connue par tous les musulmans, c’est prophétique.
Si ça peut heurter la sensibilité des gens et bien nous disons aussi qu’il y a d’autres textes qui heurtent notre sensibilité.
Est-ce que j’ai dit qu’il fallait être intolérant envers ceux qui écoutent de la musique ? J’ai dit : "La mosquée, c’est la mosquée; l’école, c’est l’école".
Pourquoi n’a-t-on pas cité ces paroles ? J’ai dit également qu’une catégorie de musique était interdite.
J’ai aussi fait la nuance entre éviter et interdire".

L’imam reconnaît qu’aujourd’hui, il ne s’adresserait pas de la sorte aux enfants. "Si je devais refaire ce cours, je ne choisirais pas les mêmes mots.
 J’ai évolué. Je ne suis pas intolérant comme certains le font croire. Je reconnais que parfois, au vu des heures de vidéo que je diffuse, mes propos peuvent manquer de nuance.
 J’évolue chaque jour".
"J'ai toujours condamné l'extrémisme" L’imam de la mosquée Sunna dit avoir reçu plusieurs menaces de mort ces dernières heures.
"Des gens appellent à raser la mosquée. C’est inacceptable. Ils me connaissent mal.
Car j’ai toujours condamné l’extrémisme et toute forme de violence. Certaines de mes vidéos l’attestent".
Ce jeudi, dans un souci de déontologie, avant que l’article soit publié, nous avions pris la peine de contacter M. Houdeyfa.
Un message a été déposé sur son répondeur. Nous nous sommes rapprochés aussi de la mosquée Sunna.
Nous avons eu un de ses responsables au téléphone en début d’après-midi.
Nous avons clairement explicité pourquoi nous voulions rentrer en contact avec l’imam qui dit n’avoir pas pu nous rappeler.
La condamnation du Conseil régional du culte musulman Hier, le Conseil régional du culte musulman a réagi au contenu de la vidéo : "On ne peut pas accepter ce genre de propos.
L’Islam n’a jamais interdit toutes les musiques. Il y a un problème de pédagogie. Surtout devant les enfants".

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/finistere/brest/rachid-abou-houdeyfa-je-n-endoctrine-pas-les-enfants-25-09-2015-10788029.php


1941
Brest. Pour l'imam, "la musique est créature du diable"

video : http://dai.ly/x37ol8w

La vidéo fait un gros buzz sur le Net. Dans le cadre de son école coranique, l’imam de la mosquée Sunna de Brest, Rachid Abou Houdeyfa explique aux enfants que s’ils écoutent de la musique ils seront transformés "en singes ou en porcs".
Édifiant. La vidéo a été tournée par les services de la mosquée sunna de Pontanézen (Brest), dont l’influence est devenue nationale.
Elle a été mise sur le site officiel de l’imam en mai 2014.
On y voit un parterre de plusieurs garçons et filles
-pour certaines voilées- âgés de moins de 10 ans qui écoutent religieusement Rachid Abou Houdeyfa. Les enfants, à qui il s’adressait sont ceux de l’école Alamana qu’il a ouverte en 2013.
Thème retenu ce jour-là : "La musique expliquée aux enfants".
A lire aussi Rachid Abou Houdeyfa. "Je n’endoctrine pas les enfants" « Qui écoute de la musique ? », demande l'imam. De nombreux doigts se lèvent spontanément.
L'imam poursuit : « Écouter de la musique, c'est un grave péché. C'est écouter Scheitan, le diable ».
Les enfants boivent ses paroles. « Allah n'aime pas la musique parce que c'est ce que le diable aime ».
Un enfant lève le doigt. « Moi je fais de la batterie ». « Et bien tu vas arrêter d'en faire », poursuit l'imam en faisant référence à l'apocalypse pour mieux marquer les esprits.
« Ceux qui chantent, le prophète a dit qu'ils seront engloutis sous la terre. Ils seront transformés en singes ou en porcs. Qui aime encore la musique ? », demande-t-il à son assistance médusée.
Puis il laisse entendre que c'est une métaphore. On respire ! « La transformation, c'est dans la tête. Des gens vont avoir des déficiences.
Ils vont être un peu bêtes comme des animaux ». 
Et il poursuit. « La musique fait naître l'hypocrisie, les choses mauvaises. Ton coeur devient noir ».
« Évitez les dessins animés » Plus tard, l'imam explique aux enfants qu'il leur faudra désormais éviter toute forme de mélodie. Excepté les anachid, les chants religieux.
« Évitez les dessins animés », où la musique est présente. Même chose pour les sonneries de téléphone.
« Et écoutez le Coran ». Après avoir reconnu que les enfants ne pouvaient s'abstenir de suivre les cours de chant imposés dans les établissements scolaires, Rachid Abou Houdeyfa demande aux parents de ne pas inciter leurs enfants à apprendre un instrument en dehors de l'école.
L'imam que nous avons tenté de joindre en vain hier, n'est pas à un paradoxe près.
Car les nombreuses vidéos qu'il poste sur internet sont toutes accompagnées de nappes de synthétiseurs et de mélopées très aériennes !
Un auditoire d'une centaine d'enfants Les enfants, à qui il s'adressait sur la vidéo sont ceux de l'école Alamana qu'il a ouverte en 2013.
Une centaine d'enfants la fréquenteraient, quelques heures par semaine. En attendant l'ouverture d'un véritable établissement hors contrat qui est en projet.
Un permis de construire a été déposé et une souscription a été lancée. Hier, 112.000 € avaient été collectés sur les 850.000 nécessaires à la poursuite de ce projet.
Contactée, la mairie dit que « cette association n'a aucun lien avec la ville » et qu'elle est « propriétaire de ses propres locaux.
Le responsable de cette association ne cache pas ses propos et les rend accessibles sur internet.
Et à ce jour et à notre connaissance, il ne semble pas avoir fait l'objet de condamnation pour ceux-ci ni de plaintes ».
La ville tient aussi à souligner qu'elle n'intervient pas sur les cultes et « il n'existe pas à Brest d'école privée, hors contrat ou sous contrat, de confession musulmane ».
Juste des enfants réunis sous l'autorité d'un imam, qui se qualifie lui-même de professeur et qui dispense des cours d'éducation religieuse.

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/local/editions/BR/brest-pour-un-imam-la-musique-est-creature-du-diable-24-09-2015-10786846.php

1942
Une bousculade à La Mecque cause la mort de centaines de pèlerins

C'est à La Mecque que se déroule le Hadj, c'est-à-dire le pèlerinage qui constitue l'un des cinq piliers de l'Islam.

video : http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4e7343f894a6f677b10006b4/5603d3549473991aed2156df/564935b85bea461ab50e09e2570f3732?wmode=transparent&autoplay=1

Ce jeudi 24 septembre, à La Mecque en Arabie Saoudite. Une bousculade a entraîné la mort de centaines de personnes. C'est dans ce lieu que s'effectue le Hadj, c'est-à-dire le pèlerinage qui constitue l'un des cinq piliers de l'Islam. Selon un dernier bilan provisoire, plusieurs centaines de personnes ont été tuées dans la bousculade et des centaines d'autres ont été blessées.

Temps fort

Pour l'heure, on ignore les circonstances exactes du mouvement de foule qui a provoqué la catastrophe. Cette année le pèlerinage de La Mecque rassemble comme tous les ans près de deux millions de pèlerins venus du monde entier . L'accident a eu lieu lors d'un des temps forts du pèlerinage, lorsque les fidèles procèdent à la lapidation d'une stèle symbolisant Satan. La bousculade a eu lieu malgré les mesures de sécurité prises par les autorités saoudiennes : plus de 100 000 policiers ont été réquisitionnés pour encadrer les pèlerins.


http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/une-bousculade-a-la-mecque-cause-la-mort-de-centaines-de-pelerins_1097983.html

1943
Sécurité / Ils ont hacké un distributeur de billets
« le: 25 septembre 2015 à 18:24:34 »
Ils ont hacké un distributeur de billets


L’histoire a de quoi faire sourire et pourtant… Des pirates mexicains ont utilisé un virus du nom de GreenDispenser pour hacker des distributeurs de billets. Ils se sont alors littéralement vidés de leur contenu, sous les yeux médusés des passants. Et le plus beau, dans l’histoire, c’est que le virus est totalement indétectable.

GreenDispenser fonctionne comme n’importe quel virus. Il n’a ainsi qu’un seul objectif : faire tomber les défenses du distributeur de billets infecté.




GreenDispenser est quasiment indétectable et c’est précisément ce qui le rend aussi dangereux

Pour commencer, les hackers doivent avoir un accès physique au distributeur visé. Ensuite, ils n’ont que l’embarras du choix et ils peuvent notamment l’infecter en s’appuyant sur un simple middleware.

Qu’est ce que c’est ? Il s’agit tout simplement d’un logiciel capable de faire dialoguer plusieurs applications informatiques. Il fait un peu office d’intermédiaire, ou de passerelle si vous préférez. L’idée, c’est évidemment de faciliter les échanges entre les programmes et cela veut aussi dire que toutes les données émises doivent nécessairement transiter par la solution.

Les distributeurs utilisent eux aussi ce type de logiciels pour faire dialoguer la machine avec ses périphériques et donc avec le clavier ou même avec… le lecteur de cartes.

GreenDispenser est visiblement très efficace car il est même capable d’agir sur le processeur d’identification en deux étapes utilisés par ces machines. Et attention, car il embarque en plus un mécanisme d’autodestruction qui le rend quasiment indétectable.

Selon Proofpoint, ce virus ne serait pas encore sorti des frontières mexicaines mais ce n’est évidemment qu’une question de jours ou de semaines avant qu’ils ne se répandent sur la toile. Les constructeurs seraient en train de travailler sur des correctifs mais rien ne dit qu’ils seront prêts à temps.

En savoir plus sur http://www.fredzone.org/ils-ont-hacke-un-distributeur-de-billets-005#uWozMPsMJrtxz8uz.99

1944
Coin amérique / Après Volkswagen, Total dans le collimateur des USA
« le: 25 septembre 2015 à 18:22:44 »
Après Volkswagen, Total dans le collimateur des USA

Les Etats-Unis chercheraient-ils à ébranler l’un après l’autre les fleurons de l’économie européenne?

Suite au scandale qui vient de secouer le fabricant automobile allemand Volkswagen, accusé d'avoir installé un logiciel de trucage sur 11 millions de voitures, c'est un autre groupe européen, le français Total, qui devient la cible d'attaques des Etats-Unis.

Le groupe pétrolier est soupçonné d'avoir manipulé le marché du gaz dans le sud-ouest américain de juin 2009 à juin 2012.

Selon la Federal Energy Regulatory Commission (Ferc), l'autorité américaine de régulation de l'énergie, Total a procédé à des transactions sur le marché physique du gaz naturel "destinées à faire évoluer des prix de marché indexés dans un sens qui profite aux positions afférentes de la société".

Interrogé par le Wall Street Journal, le groupe pétrolier a jugé infondées les accusations de la Ferc, en se disant "convaincu que (sa filiale) TGPNA ou ses employés (n'avaient) commis aucune des allégations de la Ferc". Total affirme collaborer pleinement avec les régulateurs en fournissant "tous les documents demandés".



WWF: Volkswagen serait victime de la concurrence
Selon le Wall Street Journal, ces accusations s'inscrivent dans une série d'attaques lancées par la Ferc contre certains acteurs du marché du gaz. Au cours de ces dernières années, le régulateur a déjà poursuivi des établissements bancaires comme J.P. Morgan Chase, Barclays mais aussi la Deutsche Bank.

Le mois dernier, un juge de droit administratif a accusé le groupe BP d'avoir effectué le même type d'opérations en 2008 et réclamé une amende de 44 millions d'euros pour abus de marché. BP a nié ces accusations et fait appel.

L'histoire de Total semble s'inscrire dans le sillage de la campagne américaine visant à ébranler l'économie européenne en portant des coups sensibles contre ses acteurs des plus en vue.

Ainsi, l'affaire du logiciel capable d'échapper aux contrôles antipollution dans des voitures Volkswagen a touché en plein cœur une Allemagne au sein de laquelle l'industrie automobile pèse lourd et qui se targue de son respect de l'environnement. Le pays s'inquiète désormais du discrédit jeté sur le "made in Germany".



Le patron de Volkswagen va prendre la porte vendredi
Si la réputation allemande est remise en cause, la croissance et le bien-être de l'Allemagne sont menacés, car un emploi sur sept dépend directement ou indirectement de l'industrie automobile, s'inquiète Ulrich Schäfer dans le Süddeutsche Zeitung. L'Allemagne est, en effet, le quatrième producteur mondial d'automobiles avec près de 6 millions de véhicules en 2014, indique un document de l'Organisation internationale des constructeurs automobiles.

Il n'est pas donc étonnant que le scandale de VW ait préoccupé la presse internationale. Les principaux titres allemands, français, italiens, autrichiens et britanniques analysent la situation, conscients du fait que cette histoire ternit l'image non seulement de l'Allemagne mais aussi celle de l'Europe toute entière.


Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/economie/20150923/1018350180/total-volkswagen-usa.html#ixzz3mlgZ17D8



1945
A La Réunion, de lourds soupçons pèsent sur la route à 1,6 milliard

Soupçons de corruption, atteintes à l'environnement, risque de dérive financière: la nouvelle route du littoral (NRL), méga-chantier confié aux géants Vinci et Bouygues et qui revient à 130 millions du kilomètre, est au cœur d’une enquête préliminaire pour « corruption » et « favoritisme ».

n chantier trop gros pour être honnête ? L’attribution il y a deux ans aux géants du BTP Bouygues et Vinci du gigantesque marché de construction de la nouvelle route du littoral (NRL), à La Réunion, fait l’objet d’une enquête préliminaire pour « favoritisme » et « corruption ». Signe que l’affaire est sérieuse, le dossier, ouvert en 2014 par le parquet de Saint-Denis de La Réunion, a été transféré en avril dernier au parquet national financier, en charge des affaires politico-financières les plus sensibles.

Lire aussi La route folle de Bouygues et Vinci à La Réunion Par La rédaction de Mediapart

Ce chantier, prévu pour être livré en 2020, a de quoi ...

http://www.mediapart.fr/journal/france/240915/la-reunion-de-lourds-soupcons-pesent-sur-la-route-16-milliard

1946
Une bousculade à La Mecque cause la mort de centaines de pèlerins

video : http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4e7343f894a6f677b10006b4/5603d3549473991aed2156df/564935b85bea461ab50e09e2570f3732?wmode=transparent&autoplay=1

C'est à La Mecque que se déroule le Hadj, c'est-à-dire le pèlerinage qui constitue l'un des cinq piliers de l'Islam.

Ce jeudi 24 septembre, à La Mecque en Arabie Saoudite. Une bousculade a entraîné la mort de centaines de personnes. C'est dans ce lieu que s'effectue le Hadj, c'est-à-dire le pèlerinage qui constitue l'un des cinq piliers de l'Islam. Selon un dernier bilan provisoire, plusieurs centaines de personnes ont été tuées dans la bousculade et des centaines d'autres ont été blessées.

Temps fort

Pour l'heure, on ignore les circonstances exactes du mouvement de foule qui a provoqué la catastrophe. Cette année le pèlerinage de La Mecque rassemble comme tous les ans près de deux millions de pèlerins venus du monde entier . L'accident a eu lieu lors d'un des temps forts du pèlerinage, lorsque les fidèles procèdent à la lapidation d'une stèle symbolisant Satan. La bousculade a eu lieu malgré les mesures de sécurité prises par les autorités saoudiennes : plus de 100 000 policiers ont été réquisitionnés pour encadrer les pèlerins.

http://www.francetvinfo.fr/monde/proche-orient/une-bousculade-a-la-mecque-cause-la-mort-de-centaines-de-pelerins_1097983.html

1947
Charleroi: "Electro Dépôt", le low-cost de l'électroménager, va ouvrir son premier magasin à Gosselies

Le géant de l’électroménager low-cost a décidé de s’implanter en Belgique…
Et pas n’importe où.
D’ici le mois de novembre, le tout premier magasin Electro Dépôt du pays ouvrira ses portes à Charleroi.
Le magasin sera situé sur la N5 à Gosselies.



Un tout nouveau concept peu ou pas connu en Belgique et qui fait pourtant fureur en France.
 " Nous avons ouvert 65 magasins en un peu plus de 10 ans, ce qui n’est pas trop mal", indique Jérôme Vigneron, directeur du futur magasin de Gosselies.
 "Le magasin se base sur la formule "Cash and Carry".
Ce qui veut dire que l’électroménager et le multimédia sont en libre-service.
On vient au magasin, on prend ce qu’on a besoin et on va payer."

http://www.lanouvellegazette.be/1382143/article/2015-09-23/charleroi-electro-depot-le-low-cost-de-l-electromenager-va-ouvrir-son-premier-ma

1948
Les Anonymous en guerre contre les banques



Les pirates hacktivistes appellent les internautes à boycotter le système bancaire.



Les hackers du mouvement Anonymous ont lancé une opération baptisée Black October 2015 contre les banques, invitant les clients à ne pas utiliser leurs cartes bancaires pendant un mois.

"Les antennes américaines de la Deutsche Bank et de la Banco Santander espagnole ont raté les stress tests annuels de la Réserve fédérale américaine (Fed), et la Bank of America, la plus grande banque des Etats-Unis, a reçu +un avertissement+. Pourquoi les simples gens doivent-ils prendre la responsabilité d'une banque privée en difficulté? Anonymous vous appelle à rejoindre la révolution pacifique du 1er au 31 octobre prochain", ont indiqué les Anonymous sur leur site internet.




"Montrez aux Grands Banquiers que nous n'avons pas besoin d'eux. Nous n'avons pas besoin de leurs cartes de débit ou de crédit, de leurs prêts et nous n'avons pas besoin d'eux", ajoutent les hacktivistes.

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150922/1018323497/anonymous-boycott-banques-BlackOctober2015.html#ixzz3mgjqzn00


1949

Des médicaments communicants pour voir si vous suivez votre traitement


Aux Etats-Unis, le laboratoire Otsuka a obtenu l'autorisation de tester cliniquement une version d'un médicament contre les troubles du comportement dont l'ingestion est détectée par un patch, grâce à une signature électrique spécifique. Un progrès pour l'efficacité du traitement autant qu'un risque pour les personnes qui doivent le suivre.




L'administration américaine chargée de la sécurité des médicaments, la Food and Drug Administration (FDA), a validé ce mois-ci la demande d'essai clinique d'un nouveau type de pilule qui permettra aux patients de ne plus oublier leur traitement. Wired nous apprend ainsi que le géant japonais de l'industrie pharmaceutique Otsuka produira des cachets de son antipsychotique Abilify (de l'aripiprazole) conçus spécialement pour que leur ingestion quotidienne soit détectée par des capteurs mis au point par la start-up californienne Proteus Digital Health.

Le médicament, utilisé dans les traitements contre la schizophrénie, la manie aiguë ou les troubles bipolaires, sera délivré sous une forme qui renferme des particules de magnésium et de cuivre. Lors de la digestion, l'effet des acides gastriques sur la pilule fait que les deux composants entrent en contact et génèrent un léger courant électrique qui peut être mesuré au niveau de l'estomac, par un patch à installer sur le ventre. C'est peu ou prou le même principe que celui développé par Motorola et Google pour identifier les utilisateurs à partir d'une signature électrique corporelle générée par une pilule.

Le patch est lui-même en communication avec le smartphone du patient, ce qui permet à l'application mobile conçue par Proteus Digital Health de vérifier le bon suivi du traitement, entre autres informations sur le nombre de pas effectués dans la journée, la pression sanguine, le poids, les périodes de repos, de sommeil, etc. Si le médicament n'est pas pris, l'application peut afficher une alerte, voire alerter le médecin si le patient a donné son accord (s'agissant d'un traitement donné aux personnes souffrant de paranoïa, il n'est pas indiqué de systématiser l'envoi d'informations à un tiers...). Et si le patient a lui-même un doute, il peut vérifier facilement s'il a bien pris sa pilule avant d'aller se coucher.

DES MENACES POUR LES LIBERTÉS ?




Encore en phase expérimentale, ce type de "médicaments communicants" pourrait rapidement s'imposer dans le cadre de la médecine personnalisée pour laquelle nous avions consacré une enquête inquiétante. Ils présentent de nombreux avantages qui sont autant de menaces potentielles pour la vie privée et la liberté. A titre d'exemple, les assurances qui reçoivent déjà des informations d'objets connectés tels que les Apple Watch pourraient proposer des primes plus intéressantes aux patients qui acceptent de vérifier que les traitements médicaux qu'ils doivent prendre (par exemple en fonction de leur ADN) sont parfaitement suivis. De même, la sécurité sociale pourrait conditionner le remboursement des traitements à leur prise effective, ce qui fut déjà le cas pour des dispositifs médicaux onéreux dont l'utilisation était télésurveillée.

Pour l'industrie pharmaceutique, le procédé a d'autres avantages et non des moindres. En l'espèce, l'Abilify utilise une molécule qui n'est plus couverte par un brevet, et qui peut donc donner lieu à la commercialisation de médicaments génériques. Mais le dosage de magnésium et de cuivre qui génère la signature électronique unique de la pilule reste une propriété intellectuelle du laboratoire. Si le patient utilise un médicament d'une autre marque, il ne sera pas reconnu par l'application. C'est donc une manière indirecte de contrôler le marché, ou à tout le moins de s'assurer de la fidélité du patient.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/magazine/34268-des-medicaments-communicants-pour-voir-si-vous-suivez-votre-traitement.html#zGqCyH0PzRgsIEtC.99

1950
Une transition vers 100% d’énergies renouvelables compétitive et créatrice d’emplois



Renoncer totalement aux énergies fossiles d’ici à 2050 au profit des énergies renouvelables créerait des millions d’emplois dans le monde et serait compétitif en termes de coûts, affirme Greenpeace dans un rapport paru lundi.

100% d’énergies renouvelables pour tous


L’investissement nécessaire pour parvenir à 100% d’énergies renouvelables est plus que couvert par les économies futures

écrit l’ONG dans ce document réalisé avec le Centre aérospatial allemand et intitulé « Energy (R)Evolution 2015 – 100% renewable energy for all » (100% d’énergies renouvelables pour tous).

Le scénario « Energy (R)Evolution » prévoit l’abandon le plus rapidement possible du charbon, du pétrole, du gaz et du nucléaire pour parvenir à 100% d’énergies renouvelables en 2050. Cette transition nécessite des investissements de 1.600 milliards de dollars (1.400 milliards d’euros) par an d’ici là, estime le rapport, soit l’équivalent du PIB annuel de la Corée du Sud ou de l’Australie.

Le le principal auteur du rapport, Sven Teske, de Greenpeace, estime dans un communiqué que :


Les industries solaire et éolienne sont arrivées à maturité et sont compétitives avec le charbon en termes de coût. Il est très probable qu’elles dépasseront l’industrie du charbon en termes d’emplois et de fourniture d’énergie dans la décennie à venir

Quand le renouvelable devient rentable

Environ 80% de l’énergie produite dans le monde provient de combustibles fossiles. A court terme, les technologies nécessaires pour les énergies renouvelables augmentent légèrement le coût de la production d’électricité, relève le texte qui affirme cependant que :


dans quelques pays, comme la Chine et l’Inde, le scénario Energy (R)Evolution est économique dès le départ et meilleur marché que les sources d’énergie conventionnelles d’ici à 2020.

Et avec l’augmentation prévue du prix des énergies conventionnelles (charbon, gaz, pétrole…), selon Grennpeace, le coût des renouvelables :


sera économiquement favorable dans toutes les régions du monde d’ici à 2030

Des millions d’emplois dans l’énergie renouvelable

Selon ses auteurs, le passage à 100% d’énergies renouvelables aboutira à la création de millions d’emplois. Par eximple, d’ici à 2030 :


le secteur de l’énergie solaire pourrait employer autant de personnes que l’industrie du charbon aujourd’hui, plus de 9,5 millions

Selon le rapport, toujours d’ici à 2030 :


le nombre d’ »emplois dans le secteur éolien sera multiplié par dix, passant de 700.000 actuellement à plus de 7,8 millions – deux fois plus que dans les industries du pétrole et du gaz combinées.

Dans son communiqué de presse, le directeur exécutif international de Greenpeace, Kumi Naidoo estime que l’accord espéré à la conférence de Paris sur le climat à la fin de l’année :


doit donner une vision à long terme pour éliminer le charbon, le pétrole, le gaz et l’énergie nucléaire d’ici au milieu du siècle, pour atteindre l’objectif de 100% de renouvelables, avec une énergie accessible à tous.

© AFP

http://www.mieux-vivre-autrement.com/une-transition-vers-100-denergies-renouvelables-competitive-et-creatrice-demplois.html