Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

196
Au moins trois morts dans une fusillade dans une école de Californie

Au moins trois personnes ont été tuées lors d’une fusillade dans une école primaire du nord de la Californie mardi matin, selon les autorités locales citées par le Los Angeles Times. Le tireur figure parmi les victimes.



Au moins trois personnes ont été tuées et deux enfants blessés mardi au cours d’une fusillade dans une école élémentaire du nord de la Californie, ont affirmé les autorités, précisant que le tireur avait été abattu.

Selon KCRA, un média local de San Francisco, les tirs ont éclaté d’abord dans une maison du comté de Tehama et se sont ensuite poursuivis à l’école.

«Je sais qu’on a évacué par les airs un certain nombre d’écoliers. Je sais que l’école a été sécurisée, que les enfants qui étaient en classe ont été placés en lieu sûr», a affirmé sur KCRA le shérif adjoint local, Phil Johnston.

Selon lui, trois personnes sont mortes lors de cette fusillade qui a mobilisé 100 membres des forces de l’ordre. Le tireur, a souligné Phil Johnston, a été abattu par la police.

«Le tireur présumé est décédé», a déclaré aux journalistes le shérif adjoint Phil Johnston. «Il y a au moins trois morts.» Les autorités précisent que la fusillade a eu lieu vers 08h00 du matin heure locale (17h HB), près de la ville de Red Bluff.

source:

http://www.sudinfo.be/1988064/article/2017-11-14/au-moins-trois-morts-dans-une-fusillade-dans-une-ecole-de-californie

197
Santé / Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque
« le: 14 novembre 2017 à 18:59:16 »
Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque.



Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque
 
article 21 02 - Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque

Aimez notre page sm fb ar - Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque

Partager sur Facebook
 
Une crise cardiaque survient généralement de manière soudaine et laisse la victime au dépourvu. Pourtant, les premiers symptômes de la crise cardiaque apparaissent un mois plus tôt et il est possible de les identifier afin de prévenir le drame.

Les accidents cardiovasculaires et les crises cardiaques sont devenus plus fréquents et touchent de plus en plus de personnes, à un âge parfois précoce. La crise cardiaque apparaît suite à un arrêt de l’apport sanguin au niveau du coeur, lui-même lié à la formation d’un caillot de sang, au rétrécissement de l’artère coronaire ou à un spasme de cette artère. La gravité de la crise cardiaque varie en fonction de la durée d’interruption du flux sanguin.

Peu de gens le savent mais les symptômes de la crise cardiaque apparaissent plusieurs semaines avant. Afin de prévenir l’accident, il est important d’écouter de son coeur et de contacter en urgence un médecin si l’on ressent un ou plusieurs de ces symptômes.

1.Apparition de symptômes pseudo-grippaux

Une accumulation de fluides au niveau des poumons peut entraîner des symptômes tels que la toux, les frissons, le mal de crâne et la fièvre.  Si vous veillez à ne pas attraper froid mais que vous ressentez toutefois ces symptômes, et si ces derniers ne disparaissent pas après plusieurs jours, mieux vaut contacter un professionnel de la santé.

Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque
 
article 21 02 - Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque

Aimez notre page sm fb ar - Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque

Partager sur Facebook
 
Une crise cardiaque survient généralement de manière soudaine et laisse la victime au dépourvu. Pourtant, les premiers symptômes de la crise cardiaque apparaissent un mois plus tôt et il est possible de les identifier afin de prévenir le drame.

Les accidents cardiovasculaires et les crises cardiaques sont devenus plus fréquents et touchent de plus en plus de personnes, à un âge parfois précoce. La crise cardiaque apparaît suite à un arrêt de l’apport sanguin au niveau du coeur, lui-même lié à la formation d’un caillot de sang, au rétrécissement de l’artère coronaire ou à un spasme de cette artère. La gravité de la crise cardiaque varie en fonction de la durée d’interruption du flux sanguin.

Peu de gens le savent mais les symptômes de la crise cardiaque apparaissent plusieurs semaines avant. Afin de prévenir l’accident, il est important d’écouter de son coeur et de contacter en urgence un médecin si l’on ressent un ou plusieurs de ces symptômes.

1.Apparition de symptômes pseudo-grippaux

Une accumulation de fluides au niveau des poumons peut entraîner des symptômes tels que la toux, les frissons, le mal de crâne et la fièvre.  Si vous veillez à ne pas attraper froid mais que vous ressentez toutefois ces symptômes, et si ces derniers ne disparaissent pas après plusieurs jours, mieux vaut contacter un professionnel de la santé.
 
2.Vertiges et sueurs froides

Quand les artères sont obstruées et que le sang y circule difficilement, le coeur fournit davantage d’effort. Un flux sanguin réduit au niveau du cerveau se traduit par une sensation de vertiges. Puisque le coeur fournit un plus gros effort, la température corporelle augmente et entraîne une sudation excessive. Cela se manifeste par l’apparition de sueurs froides quand il n’y a pas lieu de transpirer.

3. Essoufflement et respiration saccadée

Si réaliser un infime effort, tel que grimper quelques marches, demande désormais un effort physique intense, cela peut indiquer que les poumons ne reçoivent pas assez d’oxygène. Une respiration saccadée en l’absence d’effort physique important peut signifier un affaiblissement des muscles du coeur.

4. Oppression thoracique

L’oppression thoracique est un signe avant-coureur de la crise cardiaque. Quand une forte pression au niveau du torse, sous le sternum, est ressentie, il faut consulter en urgence car cela signifie que les artères coronaires sont obstruées.

5.Douleurs dans d’autres parties du corps

Des douleurs dans la mâchoire, l’oreille, le cou, le dos, l’épaule, les bras, et même les jambes, sont des symptômes communs d’une crise cardiaque. Ces douleurs se manifestent souvent sous la forme d’engourdissement ou de picotements.



Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque
 
article 21 02 - Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque

Aimez notre page sm fb ar - Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque

Une crise cardiaque survient généralement de manière soudaine et laisse la victime au dépourvu. Pourtant, les premiers symptômes de la crise cardiaque apparaissent un mois plus tôt et il est possible de les identifier afin de prévenir le drame.

Les accidents cardiovasculaires et les crises cardiaques sont devenus plus fréquents et touchent de plus en plus de personnes, à un âge parfois précoce. La crise cardiaque apparaît suite à un arrêt de l’apport sanguin au niveau du coeur, lui-même lié à la formation d’un caillot de sang, au rétrécissement de l’artère coronaire ou à un spasme de cette artère. La gravité de la crise cardiaque varie en fonction de la durée d’interruption du flux sanguin.

Peu de gens le savent mais les symptômes de la crise cardiaque apparaissent plusieurs semaines avant. Afin de prévenir l’accident, il est important d’écouter de son coeur et de contacter en urgence un médecin si l’on ressent un ou plusieurs de ces symptômes.

1.Apparition de symptômes pseudo-grippaux

Une accumulation de fluides au niveau des poumons peut entraîner des symptômes tels que la toux, les frissons, le mal de crâne et la fièvre.  Si vous veillez à ne pas attraper froid mais que vous ressentez toutefois ces symptômes, et si ces derniers ne disparaissent pas après plusieurs jours, mieux vaut contacter un professionnel de la santé.
 
2.Vertiges et sueurs froides

Quand les artères sont obstruées et que le sang y circule difficilement, le coeur fournit davantage d’effort. Un flux sanguin réduit au niveau du cerveau se traduit par une sensation de vertiges. Puisque le coeur fournit un plus gros effort, la température corporelle augmente et entraîne une sudation excessive. Cela se manifeste par l’apparition de sueurs froides quand il n’y a pas lieu de transpirer.

8s8b t3t5 160211 158x300 - Les 6 symptômes qui annoncent la crise cardiaque

3. Essoufflement et respiration saccadée

Si réaliser un infime effort, tel que grimper quelques marches, demande désormais un effort physique intense, cela peut indiquer que les poumons ne reçoivent pas assez d’oxygène. Une respiration saccadée en l’absence d’effort physique important peut signifier un affaiblissement des muscles du coeur.

4. Oppression thoracique

L’oppression thoracique est un signe avant-coureur de la crise cardiaque. Quand une forte pression au niveau du torse, sous le sternum, est ressentie, il faut consulter en urgence car cela signifie que les artères coronaires sont obstruées.

5.Douleurs dans d’autres parties du corps

Des douleurs dans la mâchoire, l’oreille, le cou, le dos, l’épaule, les bras, et même les jambes, sont des symptômes communs d’une crise cardiaque. Ces douleurs se manifestent souvent sous la forme d’engourdissement ou de picotements.

6.Faiblesse et somnolence

Quand les muscles ne reçoivent pas la quantité nécessaire d’oxygène et de nutriments pour bien fonctionner, cela signifie que le coeur peine à pomper correctement le sang. Le cerveau est alors alimenté en priorité, ce qui entraîne une faiblesse générale au niveau des muscles. Une personne qui ressent cette faiblesse généralisée et qui se sent fatiguée en permanence doit consulter un médecin. Si la fatigue peut être expliquée par un état de stress temporaire, il faut toutefois être vigilant.

source:
https://www.vonjour.fr/les-6-symptomes-qui-annoncent-la-crise-cardiaque/

199

2

 

Sous le poids des process marketing, des #LoveLaRem, #LoveLaTeamMacron, les piliers de la démocratie se sont effondrés entraînant dans leur chute l'engouement et la motivation des marcheurs.

Le prochain « sacre » de Christophe Castaner, élu à la tête du parti, avant l'heure en l'absence de concurrents, laisse peu d'espoirs aux militants en attente de démocratie.

Et malgré une profession de foi porteuse d'un futur fait de rêves, pour raccrocher la base militante, malgré une profession de foi porteuse d'une nouvelle promesse d'entendre la colère des concitoyens français, le mal est fait.

 La Répu

blique en Marche entend mais n’écoute pas.

La gouvernance de La République en Marche a confondu entendre et écouter. Alors oui La République en Marche a des oreilles qui marchent bien et qui entendent tout, mais elle ne semble pas avoir ni les dispositions affectives ni la structuration psychique qui lui permettent de savoir écouter.

Entendre et écouter, la même différence que voir et regarder. Quand les uns ne concernent que les capacités physiques (le simple fait de posséder des organes sensoriels qui marchent), les autres font appel à des dispositions affectives et psycho-affectives

: j’écoute et je regarde celui auquel je prête de l’attention, celui que je considère comme mon semblable, celui que je considère comme digne d’être écouté et regardé.

 La République en Marche est tout sauf bienveillante et empathique.

Ce n’est pas parce qu’elle a su mobiliser ces dispositions affectives comme des concepts marketing

pour vendre le produit En Marche que La République en Marche est dotée de ces dispositions. Les marcheurs en colère ont bien tenté d'instaurer un dialogue, de proposer des pistes d'amélioration, d'inviter les acteurs à s'écouter jusqu'à solliciter un tiers pour ouvrir une médiation.

Le mépris et l'arrogance qu'ils ont essuyés, les menaces ou les tentatives d'intimidation ne sont pas des pratiques bienveillantes et laissent à penser que La République en Marche marche désormais sur la tête.


Nous espérons que Monsieur Castaner soit un excellent équilibriste qui pourra se contorsionner pour permettre à La République en Marche de retomber sur ses jambes.

 Passer du mythe de «

l’Armée de l’An II

 » au militantisme éclairé.


Entre le jeu des statuts, l'opacité des instances, la loterie du tirage au sort de ceux qui ne représenteront qu'un quart des voix au Conseil National, le jeu du chat et de la souris avec les instances ou les services ou les pôles de La République en Marche, les tirs aux pigeons sur les réseaux sociaux, les balles au prisonnier sur les boucles de communication telegram, nous avons pour notre part suffisamment joué au sein de l'expérimentation politique en Marche.


3

L'expérimentation est partie d'un postulat, d'une idée, de la volonté de construire un « nouveau monde politique ». Hormis les savants fous, les scientifiques savent en principe poser des limites à l'expérience menée : le cobaye humain volontaire, dont on aura recherché le consentement éclairé, ne sera mobilisé qu'en dernière instance et à la condition que toutes les sécurités aient été prises pour protéger son intégrité.

L’éthique, en tant que limites que l’on se fixe dans son rapport au monde et dans sa relation à autrui, est essentielle en sciences comme en politique si l’on veut chasser les pratiques de « l’ancien monde».
Dommage que le Comité d'éthique de l'expérimentation politique en marche n'existe que sur le papier.

Dommage que le mouvement de La République en Marche qui refuse l'appellation de parti ne soit pas parvenu à sortir de l'expérimentation des mooc, des laboratoires d'idées, des protocoles, des process.

Dommage que La République en Marche n'ait pas su s'appuyer sur une démarche éthique responsable qui respecte les principes démocratiques : la liberté de conscience et

d’expression de ses militants.

Dommage que La République en Marche n'ait pas su mettre en avant une ligne politique affirmée proposant un corpus idéologique et assumant des convictions dans lesquelles les militants puissent se retrouver.

Dommage qu’en faisant le choix d'un fonctionnement vertical et d'une gouvernance d'élites, qu’en mép

risant les compétences et l'intelligence collective, La République en Marche se soit progressivement coupée de ses forces-vives.

En refusant le principe d’élections démocratiques consacré par la Révolution française de

1789 et par la Constitution de notre pays, pour permettre aux adhérents de la République en Marche de choisir leurs dirigeants, en imposant des directions autocratiques qui

demandent aux adhérents de se satisfaire d’un budget dérisoire et indigne de 400 € par

mois et par département, en organisant un système opaque et arbitraire de tirage au sort,

en imposant un vote à main levée alors même qu’un vote à bulletin secret est sollicité, La

République en Marche offense les principes fondamentaux de la démocratie avec un mode

d’organisation digne de l’Ancien Régime.

Les 100 humanistes que nous sommes, étudiants, ouvriers, universitaires, médecins,  juristes, enseignants, travailleurs sociaux, retraités...qui faisaient la force de ce mouvement, partent justement pour ne pas se retrouver en souffrance éthique dans un vide idéologique navrant où seul demeure le jeu pervers de la courtisanerie, censé appartenir à « l'ancien monde politique ».

4

Les 100 citoyens que nous sommes, indépendants, libres, militants des droits de l’Homme,

partisans de la démocratie ne peuvent pas continuer au sein d'un mouvement ou parti sans

ligne politique qui n’a pas su s’appuyer sur les piliers de la démocratie et qui

a nié avec arrogance et mépris

l’

intelligence du peuple. Signé « 100 démocrates »

200
INFO FRANCEINFO. LREM : une centaine de "marcheurs" vont quitter le mouvement vendredi, à la veille du congrès

Une centaine de "marcheurs" annoncent mardi qu'ils quitteront le mouvement à la veille du congrès de La République en marche.
Ils dénoncent le manque de démocratie au sein de LREM.


Une centaine d'adhérents, d'élus, d'animateurs de comités locaux et de référents dénoncent le manque de démocratie au sein de La République en marche.  (MAXPPP)

Une centaine de "marcheurs", dont des élus, annoncent mardi 14 novembre qu'ils quitteront le mouvement à la veille du congrès de La République en marche (LREM), prévu samedi 18 novembre à Lyon. Ils dénoncent le manque de démocratie au sein du mouvement.

Les "100 démocrates" au front

Les futurs démissionnaires sont pour la plupart de simples adhérents, mais aussi des élus, des animateurs de comités locaux ou encore des référents issus de toute la France.



Ces "100 démocrates", comme ils se sont surnommés, publient une tribune dans laquelle ils dénoncent le manque de démocratie au sein de La République en marche, notamment pour choisir la nouvelle direction du parti.  Parmi ces élus figurent la Finistérienne Tiphaine Beaulieu, présidente de la confédération des Marcheurs de la République, et Emmanuel Drouin, élu municipal de Segré (Maine-et-Loire).


L'ancien monde dénoncé

Contrairement à ce qui se passe dans d’autres partis, les 380 000 adhérents de LREM ne vont pas voter. C'est un collège d’élus, de ministres, de cadres et 200 militants tirés au sort qui vont désigner les dirigeants. Et il n’y a qu’un seul candidat au poste de délégué général : Christophe Castaner, l'actuel porte-parole du gouvernement. Les cent démissionnaires dénoncent aussi le manque de démocratie au sein de La République en marche, notamment pour choisir la nouvelle direction du parti.



Ils déplorent aussi le culte de la personnalité autour d’Emmanuel Macron. Ils ont le sentiment que leur avis ne compte plus. Ils ont donc choisi la veille du congrès de LREM, qui se tiendra à Lyon, pour quitter en bloc le mouvement. Un huissier apportera leurs lettres de démission au siège du parti vendredi 17 novembre.   


201
Emeutes à Bruxelles: le rappeur Benlabel vient d'être arrêté dans le cadre de l'enquête

Le rappeur Benlabel vient d’être arrêté.
Comme nous vous l’annoncions dans notre journal, le Bruxelleois avait lancé un message sur Facebook la veille des émeutes qui ont eu lieu samedi soir dans la capitale.



Comme le rapportent nos confrères de VTM, le chanteur bruxellois connu sous le pseudonyme Benlabel a été interpellé.

Pour rappel, l’homme aurait lancé un appel sur les réseaux sociaux invitant les personnes à se rassembler au terme du match Côte d’Ivoire-Maroc pour tout saccager dans la capitale.

Le rappeur est maintenant interrogé par la police concernant son implication dans les faits.

Samedi soir, environ trois cents coureurs se sont fait amok au centre de Bruxelles.

Des voitures ont été brûlées, des fenêtres ont été détruites et vingt agents ont été blessés.

source:
http://www.sudinfo.be/1987835/article/2017-11-14/emeutes-a-bruxelles-le-rappeur-benlabel-arrete

202
Santé / Les médicaments sans ordonnance sont sur « liste noire »
« le: 14 novembre 2017 à 16:22:53 »
Les médicaments sans ordonnance sont sur « liste noire »

Antirhumes, pastilles pour la gorge… Le magazine 60 millions de consommateurs dévoile les médicaments vendus sans ordonnance à proscrire !

Les médicaments sans ordonnance passés au crible

L’hiver arrive et le premier réflexe que nous avons face à un rhume, un mal de gorge ou encore une grippe, reste l’automédication. Oui mais voilà, comme tous les médicaments, le segment du « sans ordonnance » n’est pas épargné par certaines substances dangereuses pour l’organisme.

En effet, selon une étude de 60 millions de consommateur, sur 62 médicaments analysés par le professeur Jean-Paul Giroud, pharmacologue clinicien reconnu et membre de l’Académie de médecine ainsi que Hélène Berthelot pharmacienne, seulement 21% de ces médicaments (soit 13) sont à « privilégier » car leur rapport bénéfice/risque est favorable.  « De toute façon, la durée d’utilisation doit être courte», rappelle le Pr Giroud. Un tiers est classé «faute de mieux», leur efficacité est faible ou non prouvée mais ils n’ont pas, ou très rarement d’effets indésirables, note le journal de l’Institut national de la consommation (INC).

A l’inverse, près d’un sur deux de ces médicaments (soit 28), sont tout simplement à « proscrire ». Sur cette liste noire, figurent des produits présents au « top des ventes » comme : Actifed Rhume, Dolirhume, ou encore Nurofen. Ces médicaments cumulent des composés actifs comme le vasoconstricteur, l’antihistaminique et le paracétamol. Ainsi, selon l’étude de 60 millions de consommateurs, des risques de surdosage et d’effets indésirables graves sont présents, tels que des accidents cardiovasculaires, neurologiques, ou encore des vertiges… Autre décongestionnant, la pseudoéphédrine (produit que refuse de vendre un pharmacien bordelais interrogé par le magazine) exposerait à des risques d’accidents cardiovasculaires et d’AVC, d’après le Pr Giroud.

Selon lui, des médicaments à base de pseudoéphédrine par voie orale sont vendus sans ordonnance alors même qu’ils délivrent 30 fois la dose de ceux s’administrant par voie nasale et vendus sur ordonnance.

Le bilan de 60 millions de consommateurs met également en garde contre les médicaments destinés à la toux. D’après l’étude, 60% sont à proscrire. «C’est l’hécatombe par rapport à l’étude que nous avions réalisée en 2015, où il y avait 35 % de médicaments à privilégier et « seulement » 50 % à proscrire», écrit la revue.

Marketing VS Information et Efficacité

Il existe 4000 médicaments en vente sans ordonnance, et parmi eux près de 600 sont en accès direct en pharmacie. « Il y a un problème d’information, le public ne connaît les médicaments que par la publicité or elle n’est pas véritablement informative», déplore le pharmacologue dans l’étude.

En plus de présenter des risques, certains produits ne peuvent pas réellement prouver leur efficacité.

Autre médicaments pointés du doigt par le magazine : les pastilles pour la gorge. Ils utilisent des anti-inflammatoires (comme Stefen sans sucre) qui présentent un risque d’hémorragies digestives. Egalement dans le collimateur de l’étude, des fluidifiants bronchiques n’ayant jamais fait leurs preuves d’efficacité, mais pouvant être une source d’allergie et d’irritation du tube digestif : « Si le risque zéro n’existe pas, malheureusement l’efficacité zéro, elle, est indiscutable pour plus de 55% des médicaments d’automédication» disponibles sur le marché, s’indigne le spécialiste.



source:
https://lareleveetlapeste.fr/medicaments-ordonnance-liste-noire/

203
Sophia, le premier 'robot citoyen' au monde, lance un avertissement inquiétant aux humains

Saisissant de réalisme, ce robot à l'apparence terriblement humaine possède une avancée technologique incroyable. Capable de tenir une véritable conversation, il est si intelligent qu'il se pourrait même qu'il commence à comploter contre nous… Ce n'est définitivement plus de la science-fiction. Les robots font désormais partie de notre paysage et dans les années à venir, ces derniers pourraient même être si réalistes qu'ils se confondront sans mal avec les humains."On va prendre vos emplois"La preuve avec ce robot dernier né de la firme hongkongaise Hanson Robotics, qui bouge et interagit avec l'homme comme une véritable personne. Baptisé "Sophia", cet androïde est stupéfiant de réalisme. Capable de reproduire plus d’une soixantaine d’expressions faciales, Sophia est si perfectionnée qu'elle peut tenir à elle seule une conférence de presse et même avoir une véritable conversation avec autrui.Cette machine a d'ailleurs fait si forte impression qu'elle vient de se voir décerner le 26 octobre dernier la nationalité par l'Arabie Saoudite. Le pays a en effet décidé d'en faire l'une de ses citoyennes à part entière. Interviewée par la presse du monde entier, Sophia intrigue, fascine, mais fait également se poser beaucoup de questions à son sujet. Soupçonnés de vouloir supplanter à terme l'humanité, les robots de son genre génèrent chez pas mal de monde quelques frayeurs qui ne sont pas si infondées lorsque l'on écoute Sophia parler."Je sais que beaucoup craignent que les robots détruisent le monde ou prennent leurs emplois. Mais nous, robots, ne sommes pas conçus pour détruire. En revanche, c’est vrai que l’on va prendre vos emplois", n'a pas hésité à répondre le robot dès qu'on lui pose la question de savoir si l'intelligence artificielle ne va pas réduire à néant l'humanité.Trait d'humour ou véritable plan machiavélique de la part de Sophia ? Pas très rassurant en tout cas... Publié par Guichaoua Virginie, le 14 novembre 2017

En savoir plus : http://www.gentside.com/robot/sophia-le-premier-039-robot-citoyen-039-au-monde-lance-un-avertissement-inquietant-aux-humains_art82453.html?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=offigs
Copyright © Gentside

204
Ciao Italia, la Squadra dit adieu au Mondial 2018: chronique d'un échec historique



Incapables de faire la différence face à la Suède (nul 0-0 à Milan au match retour, défaite 1-0 à l’aller), les Italiens ne participeront pas à la Coupe du Monde.
Une première depuis 60 ans.

Les têtes sont basses. Les visages fermés. Ce que beaucoup craignaient, sans vouloir vraiment y penser, s’est bien produit ce lundi soir. Il est un peu plus de 22h30 quand San Siro pleure son équipe nationale. Une Squadra incapable de faire la différence offensivement face à une Suède compacte. Un adversaire qui avait plus d’envie qu’une Italie amorphe sur l’ensemble des deux rencontres.


Une animation inoffensive

Au coup d’envoi, Fratelli d’Italia avait résonné comme jamais. Le public avait repris en chœur l’hymne combattant pour inciter ses joueurs à se surpasser. Les Azzurri semblaient, eux aussi, prêt à partir à la guerre. Et pourtant. Pendant 90 minutes, la manœuvre italienne est lente. Les rares montées dans le camp suédois sont à peine dangereuses.

 

Pire, de l’autre côté, la Suède parvient à donner des sueurs froides aux tifosi italiens sur ses rares percées. Les hommes d’Andersson auraient d’ailleurs dû hériter d’un penalty pour une main flagrante dans le rectangle de Gigi Buffon (une autre main quelques minutes auparavant avait déjà été litigieuse).

Finalement sur ce match retour, les Italiens n’auront été dangereux qu’à deux reprises : une frappe en première période d’Immobile (en position de hors-jeu) qui trompait le gardien adverse mais pas son défenseur et une frappe puissante d’El Shaarawy en deuxième mi-temps, repoussée miraculeusement par le gardien suédois.


La fin de (l’a)Ventura ?

Le constat est terrible. L’échec cuisant. Un résultat indigne d’une équipe affichant fièrement quatre étoiles sur son écusson. Une sélection qui n’avait raté que deux Coupe du Monde dans son histoire : une en 1930 (à laquelle elle n’a pas souhaité participer) et une qualification manquée en 1958. Soixante ans plus tard, l’histoire se répète. Comme si cela était écrit.

Mais l’Italie ne peut s’en vouloir qu’à elle-même. À son sélectionneur. À ses joueurs. Car ce n’est pas l’histoire ou le prestige d’un maillot qui monte sur un terrain. Ce sont onze acteurs choisis par un entraîneur. Et à ce petit jeu, Giampiero Ventura a tout raté. Celui qui a pris la lourde succession d’Antonio Conte en 2016 s’est emmêlé les pinceaux. Il n’a jamais donné l’impression de maîtriser son équipe. Tactiquement incohérent. Pas logique dans ses choix de joueurs. En un an et demi à la tête de l’équipe, l’ancien coach du Torino n’aura jamais réussi à imposer sa patte. À donner une identité de jeu à son Italie.

Si la Squadra Azzurra dit au revoir ce lundi 13 novembre à la Russie, elle dit également adieu à une légende. Gianlugi Buffon avait annoncé que ce mondial serait son dernier. Mais les joueurs auront été incapables d’honorer un tel monument du football. Aujourd’hui, Gigi sort par la petite porte. Les regrets sont immenses. L’incompréhension est totale. L’Italie va avoir la gueule de bois pendant 4 ans. Un laps de temps qui doit lui servir à tirer les enseignements d’un échec historique.

source:
http://www.sudinfo.be/1987342/article/2017-11-13/ciao-italia-la-squadra-dit-adieu-au-mondial-2018-chronique-d-un-echec-historique

205
Des éléments de préméditation semblent planer autour des émeutes de Bruxelles: «Demain on va tout cramer à Lemonnier!»

« Demain on va tout cramer à Lemonnier » a écrit un rapper bruxellois la veille des incidents.
Deux jours après les émeutes qui ont secoué le centre de Bruxelles, les commerçants et les riverains continuent à constater les dégâts causés par ces émeutes ayant suivi la qualification du Maroc pour la Coupe du Monde.
Pour certains, les attaques étaient préméditées, une piste envisagée également par les enquêteurs  !



une publication Facebook du rappeur bruxellois Benlabel avant les émeutes est troublante. Il a en effet posté une photo de lui exhibant deux armes de poing. La photo est accompagnée du message suivant : «  Demain on vas tout cramé à Lemonnier maroc City gang!! Russie 2k18. (sic !)  »

Mais ce ne sont pas les seuls éléments qui soutiennent cette théorie…


«  Le visionnage des images de la soirée a permis d’isoler des éléments interpellants qui soutiennent cette hypothèse »

source:
http://www.sudinfo.be/1987355/article/2017-11-13/des-elements-de-premediation-semblent-planer-autour-des-emeutes-de-bruxelles-dem

206
info - média france / L'appel du pied d'Alain Juppé à Emmanuel Macron
« le: 12 novembre 2017 à 17:52:23 »
L'appel du pied d'Alain Juppé à Emmanuel Macron






Emmanuel Macron et Alain Juppé se serrent la main à Villepinte en juin 2017
Plus
L'ancien Premier ministre a ouvert la porte à une alliance politique avec le président, en vue des élections européennes en 2019. Une "erreur" selon Wauquiez.


La séquence n'est pas passée inaperçue. Samedi, lors des commémorations du 11 Novembre sur les Champs-Élysées, Emmanuel Macron et Alain Juppé ont échangé une poignée de main chaleureuse. L'estime réciproque entre les deux hommes pourrait bien se traduire sur le plan politique. Dans le journal Sud Ouest, le maire de Bordeaux appelle ainsi à la création d'un "grand mouvement central" pour les élections européennes, programmées en mai 2019. "La question est de savoir qui en prendra le leadership. Mais si Macron reste dans la ligne de son discours à la Sorbonne, je ne vois pas d'incompatibilité", a assuré Alain Juppé.

L'ancien Premier ministre fait référence au discours pro-européen prononcé par le président à la Sorbonne fin septembre, sur lequel il a trouvé "peu de choses à redire". Alain Juppé, qui apprécie un chef de l'État qui "mouille sa chemise", se retrouve dans la "crédibilité française retrouvée" et la "réapparition d'une capacité d'initiative" qu'Emmanuel Macron a engagée dans ses réformes. Contre la ligne Wauquiez, qui prône un virage à droite, le maire de Bordeaux se montre plus "indulgent" envers Emmanuel Macron et le Premier ministre Édouard Philippe, son ancien protégé. "Édouard Philippe est courageux. On commence à voir qu'il existe. Ce qu'il a fait sur la Nouvelle-Calédonie, chapeau !", s'est enthousiasmé Alain Juppé, qui semble s'éloigner de plus en plus des Républicains.

Une "erreur" pour Wauquiez

Thierry Solère, le président des Constructifs, a confirmé à BFM TV cette porte ouverte à une future alliance : "Je partage ce que dit Alain Juppé. C'est la démarche que nous (...)

source:
https://fr.news.yahoo.com/lappel-pied-dalain-jupp%C3%A9-%C3%A0-emmanuel-macron-123400291.html

207
Philippe Close, le bourgmestre de Bruxelles réagit sur les émeutes: «Les services d'ordre ont réagi rapidement et avec sang-froid»

Les émeutes de samedi soir sont «inacceptables», estime également dimanche le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close.
Ce dernier salue l’intervention rapide des forces de l’ordre, qui ont agi «avec professionnalisme et circonspection».



La police «est extrêmement bien formée et était prête». «Elle a gardé son sang-froid et donc pu réagir rapidement, ce qui a permis de limiter les dégâts, même si ceux-ci sont évidemment de trop pour les personnes qui les subissent», indique le bourgmestre dans un réaction à Belga. La priorité des forces de l’ordre dans ce genre de situation est de «rétablir l’ordre», rappelle-t-il, après que plusieurs critiques ont circulé dans les médias sur le manque de rapidité d’intervention des policiers dans les magasins pillés.

Philippe Close a la ferme intention de demander au parquet de poursuivre les fauteurs de trouble. «Le football doit rester une fête, et je suis toujours ouvert à des fêtes à la Bourse. Or ce qui s’est passé n’est pas une fête, mais de la casse.»

Des émeutes, impliquant environ 300 personnes, ont éclaté à Bruxelles samedi soir, quelques minutes après la qualification de l’équipe nationale marocaine de football pour la prochaine Coupe du monde en Russie.

source:

http://www.sudinfo.be/1986016/article/2017-11-12/philippe-close-le-bourgmestre-de-bruxelles-reagit-sur-les-emeutes-les-services-d

208
Emeutes à Bruxelles: le ministre Jambon demande une enquête à l'Inspection générale de la police

Le ministre de l’Intérieur Jan Jambon demande à l’Inspection générale de la police fédérale et de la police locale (AIG) l’ouverture d’une enquête sur les circonstances dans lesquelles s’est déroulée l’intervention policière de samedi soir dans le centre de Bruxelles, à l’issue de la qualification du Maroc pour le championnat du monde de football.



A la suite des émeutes, des questions ont été soulevées sur la rapidité et l’efficacité de l’intervention policière. «Les violences ont eu de lourdes conséquences pour les commerçants et les particuliers. Des personnes ont été blessées, surtout au sein des policiers», a commenté le cabinet du ministre. L’enquête doit notamment permettre de déterminer pourquoi aucune arrestation n’a eu lieu.

«Cette enquête de l’AIG est aussi importante dans la perspective du prochain championnat du monde de football. Il importe de tout mettre en œuvre pour éviter que ce genre d’incidents ne se répète». Le ministre dit espérer des résultats et des recommandations de l’enquête au plus tôt.

source:


209
Les policiers sur les émeutes à Bruxelles: "Nous ne pouvions rien faire, c'était à devenir fou"



Après les échauffourées qui ont eu lieu dans la capitale hier soir suite à la qualification du Maroc pour la Coupe du monde de football, les témoins et les commerçants dans les rues affirment que l'intervention de la police a pris beaucoup de temps. Plusieurs policiers ont réagi au micro de la VRT, mais ont souhaité rester anonymes en expliquant les nombreux facteurs qui ont rendu leur travail inutilement difficile. "Nous étions complètement surpris, il y avait trop peu d'hommes et des blocs de béton nous barraient la route. C'était frustrant car nous ne pouvions rien faire.".

Avant d'agir, la Région de Bruxelles-Capitale précise que l'ordre public doit d'abord être restauré avant que la police ne puisse protéger les magasins. De plus, toujours selon la VRT, différents groupes se seraient déchainés à divers endroits dans les rues du centre de la capitale. "Nous avons reçu de nombreux appels en même temps, et une sélection a dû être faite. Notre priorité était de rétablir l'ordre public avant tout", explique le porte-parole de la police de Bruxelles-Capitale Ixelles Olivier Slosse.


Nous avons été gênés par le piétonnier

Mais selon les policiers anonymes, la version des faits est un peu différente.
"Il n'y avait tout simplement pas assez de policiers pour intervenir", expliquent-ils à la VRT.
"Pendant le match, quand ils ont réalisé qu'il y avait beaucoup de gens et d'incidents sur l'avenue Stalingrad, ils ont pensé que cela pourrait être inévitable.
Mais sachez que c'était déjà clair pour nous à ce moment que nos policiers avaient été intimidés.
Même nos collègues pompiers n'ont pas pu faire leur travail.
Ils ont essayé d'éteindre une voiture en feu, mais ont soudainement été intimidés par des jeunes et ont dû se retirer."

Le ministre Smet appelle à la fermeté

De nombreux médias et témoins de la scène se posaient la question de la rapidité et de l'efficacité de l'intervention policière.
Le ministre bruxellois Pascal Smet a mis en avant cette question, et a réclamé dimanche une gouvernance ferme en réponse aux échauffourées de samedi soir dans les quartiers centraux de la capitale, tout en s'interrogeant sur la proportionnalité de la réaction policière.
"On ne peut accepter qu'un groupe de Bruxellois d'origine marocaine manifestement (très) jeunes gâche littéralement la fête d'un plus grand groupe", a commenté M. Smet (sp.a).

Il voit dans la violence des fauteurs de trouble "un énième signe que quelque chose ne tourne pas rond dans l'éducation d'une partie des jeunes Bruxellois, et qu'il y a fondamentalement un manque d'autorité, de respect et de discipline.
Il est clair que les auteurs devront être poursuivis, sanctionnés mais surtout éduqués."

source:
https://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-policiers-sur-les-emeutes-a-bruxelles-nous-ne-pouvions-rien-faire-c-etait-a-devenir-fou?id=9760930

210
Charles Michel salue à son tour le sang-froid et la sérénité de la réaction policière.

Le Premier ministre Charles Michel a condamné dimanche les émeutes survenues la veille au soir au centre de Bruxelles, et salué la réaction des policiers.



« Je condamne toutes les formes de violence, je salue aussi le travail des forces de sécurité, qui ont réagi avec le sang-froid et la sérénité nécessaires. Le gouvernement n’accepte pas qu’il y ait de tels débordements, nous veillons à faire respecter l’ordre public, et c’est le travail qui a été mené par les forces de sécurité », a commenté le chef du gouvernement fédéral, interrogé en marge d’un congrès du MR à La Louvière.

source:

http://www.sudinfo.be/1986082/article/2017-11-12/charles-michel-salue-a-son-tour-le-sang-froid-et-la-serenite-de-la-reaction-poli