Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

211
2316 – Des laboratoires biologiques US font des expériences en Ukraine



Ces dernières années, plusieurs épidémies de maladies rares pour le pays ont été recensées en Ukraine.

CyberBerkut, un groupe de pirate informatique ukrainien, a publié les conclusions de son enquête. Elles indiquent qu’un réseau de laboratoires biologiques effectuent des expériences cachées en Ukraine, sous le contrôle des USA.

« CyberBerkut continue de suivre les activités secrètes des services spéciaux US et des ONG en Ukraine, »

a déclaré jeudi le groupe dans un communiqué publié sur son site Internet.


« Récemment, des épidémies de maladies rares pour notre pays ont fait l’objet de débats animés sur Internet. Beaucoup d’Ukrainiens pensent qu’elles ont été provoquées par des expériences secrètes avec des micro-organismes pathogènes, faites par les laboratoires biologiques US des diverses villes de notre pays.

Au total, depuis 2009, 15 de ces installations financées par les USA, ont été construites dans notre pays, dans le but prétendu de réduire les menaces biologiques. »



Or, selon le communiqué, le nombre et l’étendue des menaces biologiques se sont multipliés après la construction de ces installations.


« Les épidémies de maladies rares qui ont choqué l’Ukraine ces dernières années ont probablement été causées par des fuites répétées de ces laboratoires. Mais ce scénario semble être hautement improbable, compte tenu de la compétence des spécialistes US.

Il est donc très probable que ces épidémies étaient intentionnelles et faisaient partie d’essais de modifications d’agents de guerre biologique, dans le but de les tester et de les améliorer, »

dit le groupe.



Selon CyberBerkut, ses pirates informatiques ont pu découvrir la structure hiérarchique de l’expérimentation biologique US en Ukraine.


« Il est prétendu officiellement que les laboratoires sont sous la supervision du ministère de la Santé ukrainien. Même, bien entendu, si ce n’est qu’une convenance, puisque depuis le 1er août 2016, ce ministère est dirigé par Ulyana Suprun, citoyenne US et activiste du Maïdan. 

En réalité, des expériences biologiques cachées sont effectuées sous la tutelle du Pentagone, »

indique le document.

D’après l’Ordre des médecins ukrainien, le taux d’infection par VIH/sida, tuberculose, hépatite B et C et d’autres maladies dangereuses sur le plan social du pays, reste parmi les plus élevés d’Europe et du monde.

La communauté médicale du pays est particulièrement préoccupée par la propagation d’une forme de tuberculose très résistante aux médicaments.

Ces dernières années, le pays a été touché par plusieurs épidémies de rougeole.


 L’année dernière, la ville d’Izmail, au sud-est de l’Ukraine, a été touchée par une infection intestinale inconnue. Les épidémies de grippe porcine, de botulisme, de leptospirose et d’autres infections ont aussi été enregistrées.



Agence TASS


note sans a priori : Allez voir le site Wikipédia/ https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_biologique

et le livre sur le sujet  Guerre biologique et terrorisme  [Referecia 978-2-952557-19-1 – Condición: Nuevo producto ] –Ce livre traite d’un sujet parfaitement ignoré de la sphère politique et médiatique, et donc absent du débat public, qui revêt cependant une importance considérable: il explique comment et pourquoi le gouvernement des États-Unis a amorcé, poursuivi puis considérablement développé une accumulation illégale d’armes biologiques.

Original : tass.com/world/961928

source/ http://tass.com/world/961928

https://sansapriori.net/2017/11/11/2316-des-laboratoires-biologiques-us-font-des-experiences-en-ukraine/

212
L'Insoumise Raquel Garrido "tourne la page" de la politique




LA FRANCE INSOUMISE - L'Insoumise Raquel Garrido annonce qu'elle "tourne la page" de la politique, cette ex-porte-parole du mouvement expliquant dans une interview au Journal du Dimanche (JDD) avoir été "placée devant un dilemme par le CSA" en raison de son activité de chroniqueuse sur C8.

"Le CSA a comptabilisé mes passages à l'antenne en temps de parole France insoumise", a expliqué au journal l'avocate, chroniqueuse dans l'émission "Les Terriens du dimanche", depuis la rentrée. "Le CSA m'a placée devant un dilemme. Soit renoncer à mon engagement politique, soit être décomptée France insoumise", a-t-elle ajouté.




Interrogée pour savoir si elle avait ainsi décidé d'arrêter la politique, Raquel Garrido a répondu: "Oui. J'ai réfléchi et j'ai fait mon choix". "A la télé, il y a si peu d'Insoumis, tandis qu'à La France insoumise, des 'Raquel', il y en a plein! Je tourne donc la page sans états d'âme", a ajouté cette quadragénaire, précisant qu'elle ne serait pas présente lors de la convention LFI à la fin du mois et ne serait pas candidate aux européennes en 2019.


Très présente dans les médias pendant la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, Raquel Garrido a fait l'objet ces derniers mois de plusieurs polémiques.

Outre sa décision de devenir chroniqueuse sur la chaîne appartenant au milliardaire Vincent Bolloré, abhorré par LFI, elle avait aussi été épinglée par Le Canard enchaîné, sur un possible défaut de paiement de ses cotisations à l'Urssaf et à la caisse de retraite des avocats, ce qu'elle a contesté. Elle avait également été mise en cause pour occuper un logement social avec son compagnon, le député LFI Alexis Corbière, qui a depuis donné congé au bailleur.

Les polémiques la concernant pas à l'origine de sa décision

En se défendant des accusations du Canard enchaîné dans une petite vidéo sur internet aux côtés du blogueur Jeremstar, chroniqueur comme elle dans l'émission de C8, Raquel Garrido s'était aussi attirée des moqueries sur les...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post

source:

https://fr.news.yahoo.com/l-apos-insoumise-raquel-garrido-234700312.html

213
Camionette retournée, feu, interventions de la police... Voici les vidéos choc des bagarres à Bruxelles!

Rédaction en ligne


Quelque 300 personnes ont provoqué des bagarres, samedi soir dans le centre-ville de Bruxelles, quelques minutes après la qualification de l’équipe nationale marocaine de football pour la prochaine Coupe du monde en Russie, a indiqué la police. Sur les réseaux sociaux, de nombreuses videos font le tour de la toile



De nombreuses vidéos ont été diffusées sur la toile. Nous avons choisi de garder uniquement celles











source:

http://www.sudinfo.be/1985836/article/2017-11-11/camionette-retournee-feu-interventions-de-la-police-voici-les-videos-choc-des-ba

214
22 policiers blessés dans des bagarres à Bruxelles, la police prendra les critiques en compte dans son évaluation



Des critiques circulent dans différents médias dimanche au sujet de l'intervention de la police locale bruxelloises lors des émeutes survenues samedi soir.

Ces critiques portent principalement sur la lenteur d'intervention des forces de l'ordre et émanent notamment de commerçants pillés. "Nous en tiendrons compte dans l'évaluation que nous ferons sur ces faits", indique Olivier Slosse, porte-parole de la zone de police de Bruxelles-Capitale Ixelles. "Il s'agit de questions et de préoccupations légitimes auxquelles nous ne voulons pas rester sourds", ajoute le porte-parole. "Nous en tiendrons compte lors de notre débriefing. Dans de telles circonstances, nous voulons d'abord rétablir l'ordre pour que les services de secours puissent faire leur travail. A un certain moment, les pompiers ont également été victimes d'intimidation et n'ont donc pas pu le faire. Dès que l'ordre est rétabli, nous pouvons poursuivre et nous tourner vers les aspects matériels. Mais nous comprenons et nous regrettons bien sûr que certaines personnes se soient senties menacées."

La police s'était préparée à des débordements et de possibles émeutes, samedi soir. "Lors de telles occasions, il y a toujours un risque que la situation devienne hors de contrôle. Un peloton du service d'intervention était présent sur place à partir de 20h00 avec une autopompe et un renfort de la police fédérale. Nous avons intensifié nos interventions en cours de soirée, avec un peloton supplémentaire de notre service d'intervention et nous avons eu l'appui de deux autres zones de police bruxelloises. La police d'Anvers a également envoyé deux sections en renfort. Mais nous avons été surpris par l'intensité et la rapidité avec laquelle certains auteurs ont pillé des commerces."

22 policiers blessés dans des bagarres

Vingt-deux agents de police ont été blessés lors d'émeutes qui ont éclaté dans le centre-ville de Bruxelles samedi soir, selon un nouveau bilan communiqué dimanche matin par Olivier Slosse, commissaire de la zone de police Bruxelles-Capitale Ixelles. Une autre personne a également été emmenée à l'hôpital, sans qu'il soit établi si elle était impliquée dans les échauffourées. Deux voitures ont par ailleurs été incendiées et plusieurs magasins pillés. Personne n'a encore été interpellé mais la police utilisera les images des caméras de surveillance pour identifier les auteurs. Les bagarres ont éclaté samedi soir dans le centre-ville de Bruxelles, impliquant environ 300 personnes, quelques minutes après la qualification de l'équipe nationale marocaine de football pour la prochaine Coupe du monde en Russie. Les policiers ont été visés par des jets de projectiles, des voitures ont été incendiées et du mobilier urbain ainsi que certains préparatifs pour Plaisirs d'Hiver ont été endommagés.

Afin de disperser la foule, la police a eu recours par deux fois à un canon à eau, place de la Bourse dans un premier temps et puis à hauteur du carrefour Lemonier.

Le retour au calme a été constaté vers 00h30, les appuis de la police fédérale et d'autres zones de police locale ont alors quitté les lieux.

Après la victoire du Maroc sur la Côte d'Ivoire samedi soir (2-0), environ 300 personnes ont provoqué des bagarres dans le centre-ville de Bruxelles, en se réunissant avenue de Stalingrad et sur la place de la Bourse ensuite.

Des centaines de supporters marocains se sont aussi réunis dans les rues de Paris, sur les Champs-Elysées, mais les scènes de liesse, encadrées par les forces de l'ordre, n'ont pas donné lieu à des débordements, selon le quotidien Le Parisien.

Les émeutes survenues à Bruxelles sont "inacceptables"

Les émeutes qui ont éclaté à Bruxelles samedi soir, quelques minutes après la qualification de l'équipe nationale marocaine de football pour la prochaine Coupe du monde en Russie, sont "inacceptables", a réagi sur Twitter dimanche matin le ministre de l'Intérieur Jan Jambon "Agression inacceptable dans le centre de Bruxelles. Le vivre-ensemble implique le respect, aussi pour les policiers qui s'engagent pour notre sécurité nuit et jour", indique-t-il sur le réseau social.


source:
http://www.lalibre.be/regions/bruxelles/22-policiers-blesses-dans-des-bagarres-a-bruxelles-la-police-prendra-les-critiques-en-compte-dans-son-evaluation-photos-et-videos-5a076236cd707514e8b266e6

215
L'IA ramènera à la vie le smartphone, devenu téléphone intelligent

Technologie : L'intelligence artificielle va "fondamentalement changer" le smartphone, grâce à une technologie qui mènera le téléphone à sa prochaine itération, selon le directeur du logiciel et de l'ingénierie de Huawei. Et à quoi ressemblera ce futur ?



L'ajout de capacités d'intelligence artificielle (IA) aux smartphones conduira la technologie vers sa prochaine ère, selon le directeur de l'ingénierie et du logiciel de Huawei, Felix Zhang. Le dirigeant compare ainsi l'IA à l'avènement du moteur à vapeur pour sa capacité à changer fondamentalement la vie des individus.


L'IA mobile transformera deux aspects clés du smartphone, souligne-t-il : l'interaction entre l'utilisateur et la machine, et "l'ouverture personnalisée selon le contexte".



Rick Grimes, l'IA débarque !


Le premier aspect améliorera l'efficacité entre l'utilisateur et son téléphone pour le texte, la voix, l'image, la vidéo et les capteurs, tandis que le second fournira activement des services et des informations agrégées sur les applications, le contenu, les fonctionnalités tierces et les fonctionnalités natives.


"A l'échelle de l'ensemble de l'écosystème, l'IA va fondamentalement transformer le téléphone, en le faisant passer du smartphone au téléphone intelligent" a déclaré Zhang lors de l'Innovation Day 2017  de Huawei en Asie-Pacifique 2017 à Kuala Lumpur.


Huawei avait dévoilé son chipset Kirin 970 avec une IA intégrée en septembre, qualifiant à l'époque cette annonce "d'avenir des smartphones". Sa nouvelle intelligence artificielle mobile combine une IA sur le terminal et de l'IA sur le Cloud.


"Huawei s'est engagé à développer des terminaux intelligents en concevant des capacités de bout-en-bout qui prennent en charge le développement coordonné de puces, de terminaux et du cloud" annonçait Richard Yu, PDG de la division grand public.


"Le but ultime est de fournir une expérience utilisateur nettement supérieure. Le Kirin 970 est la première d'une série de nouvelles avancées qui fourniront de puissantes fonctionnalités d'IA à nos terminaux et les positionneront devant la concurrence."


Huawei estimait que les limitations de l'IA dans le cloud nécessitaient des améliorations en termes de latence, de stabilité et de confidentialité. l'IA au niveau du terminal répond à ces exigences, tout en ajoutant un capteur de données à l'offre.


Les derniers smartphones phares de Huawei ont été présentés le mois dernier. Le Mate 10 et le Mate 10 Pro sont équipés du processeur Kirin centré sur l'IA, doté d'une unité de traitement neuronale dédiée capable de traiter 2.000 images par minute grâce à la technologie de reconnaissance d'images.

L'IA embarquée et sa horde de données


Huawei a également mis à disposition le Kirin 970 en tant que plate-forme ouverte pour les développeurs et partenaires mobiles de l'IA afin de conduire de nouveaux développements.


Selon Zhang, les quatre principaux défis rencontrés par Huawei lors de la mise en œuvre de l'intelligence artificielle sur le smartphone étaient la perception, la cognition, la sécurité et la consommation d'énergie.


Le système d'exploitation EMUI 8.0 du téléphone inclut "AI exploration" à tout l'écosystème, a indiqué Zhang, avec une prédiction intelligente du comportement des utilisateurs, une allocation intelligente des ressources et une connaissance intelligente du contexte grâce à l'apprentissage automatique.


De plus, le zoom IA et la reconnaissance d'objet IA permettent à l'appareil photo de définir précisément la zone de mise au point lors de la prise de vue, tandis que sa fonction de traduction accélérée par l'IA peut traduire plus de 50 langues en ligne et hors ligne trois fois plus vite que la technologie antérieure.


Huawei affirmait en août que l'IA jouerait un rôle crucial dans l'innovation pour son smartphone. Deux ans auparavant, lors de son premier Innovation Day, le géant de la technologie prévoyant l'arrivée du "superphone" d'ici 2020 grâce aux progrès de l'IA, du Big Data et du cloud computing.


L'IA changera radicalement le smartphone, cependant elle transformera également l'utilisateur et les expériences business des différentes industries traditionnelles à mesure qu'elles se numérisent, souligne Zhang.


Shahrol Azral Ibrahim Halmi, PDG de Malaysia Petroleum Resource Corporation, encourage les entreprises à remettre en cause les règles traditionnelles de la concurrence afin de partager et d'apprendre des données de leurs homologues et ainsi permettre à l'IA d'atteindre son plein potentiel.


"Quand vous parlez d'IA, la valeur vient des jeux de données" a-t-il soutenu lors de la Journée 2017 de l'innovation de Huawei .


"Tesla est si en avance [dans son industrie] parce que l'ensemble des données des voitures autonomes est considérable par rapport aux autres entreprises automobiles."


L'intelligence sera partout !


Le co-fondateur d'Ofo, Xue Ding, a déclaré qu'il considérait également l'IA comme "un sujet important" pour sa start-up de vélos partagés lancée le mois dernier en Australie.


Selon le dirigeant, l'un des cas d'utilisation de l'IA est l'application Ofo qui tire des informations des prévisions météorologiques pour suggérer par exemple aux utilisateurs de louer un vélo pour rentrer chez eux avant la tempête.


IA, 5G, et Internet des objets (IoT) deviendront l'infrastructure du quotidien, juge Xue Ding, "tout deviendra un terminal de collecte de données."


Plus tôt cette année, Ofo, China Telecom et Huawei ont collaboré au développement d'une serrure intelligente sur bande étroite IoT (NB-IoT) en utilisant OpenLab de Huawei. Et le patron de la startup appelle à la collaboration sur l'IA et l'IoT.


Ofo traite actuellement environ 32 millions de commandes par jour, avec 10 millions de vélos, 200 millions d'utilisateurs et 370 commandes traitées par seconde dans 17 pays. La société a réduit les émissions mondiales de carbone de 2,2 millions de tonnes, d'après le dirigeant.


S'exprimant également lors de l'Innovation Day, le PDG de Huawei, Guo Ping, assure que l'IA est au sommet d'une hiérarchie à quatre niveaux pour la transformation numérique.


"Le premier est l'infrastructure IT, les fondations d'une économie numérique, le second est la sécurité, à la fois pour le monde physique et numérique. La sécurité est nécessaire pour l'évolution future" a expliqué le directeur de la firme chinoise.


"La troisième couche est le développement d'un environnement favorable à la numérisation des industries. Construites sur une base solide de protection de la vie privée, la quatrième couche et les couches supérieures permettent un plus large partage de l'information."


source:
http://www.zdnet.fr/actualites/l-ia-ramenera-a-la-vie-le-smartphone-devenu-telephone-intelligent-39859808.htm?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1510310100

216
ne participez plus aux chaînes, les hackers s’en servent pour vous pirater !

Les chaînes sur Facebook pullulent sur les walls de vos amis, suscitant au choix davantage d’interactions de votre part, un haussement d’épaules, ou parfois, dans certains cas, une envie de quitter le réseau social. Avouons-le, ces chaînes sont franchement agaçantes pour la plupart. Vous allez donc adorer savoir que des hackers les utilisent pour vous faire dire vos questions de sécurité, l’air de rien. Et mieux pirater votre compte !



Les chaînes de messages qui pullulent sur le wall de vos amis Facebook vous exaspèrent ? Savez-vous seulement à quel point vous avez raison de ne pas y participer ? Nos confrères Phandroid avertissent du cas d’une chaîne qui sévit aux Etats-Unis, mais a aussi des variations dans l’hexagone. Le 10 Concerts game. Le but ? C’est de donner la liste de 9 concerts auxquels vous avez participé plus un mensonge.

Puis de repartager le message sur votre wall. Le problème, relèvent les journalistes, c’est que ce type de question est en fait une des questions possibles de sécurité, qui peuvent permettre à des pirates de réinitialiser le mot de passe de nombre de vos comptes, et donc de vous hacker plus facilement. Elle incite sous son apparence innocente, les facebooknautes à révéler honnêtement cette information.

Facebook : les chaines de message sont très utiles pour les hackers

On trouve des déclinaisons de ce procédé pour tenter de récupérer d’autres infos personnelles. Il suffit alors de repérer une personne qui adore les chaînes sur Facebook. Récupérer son adresse mail, puis s’amuser à créer des chaînes malignes, jusqu’à connaître la réponse à toutes ses questions de sécurité. Celles-ci sont d’ailleurs si faciles d’accès : il suffit de demander la réinitialisation du mot de passe à partir du moment où on connaît l’adresse email.

Alors il existe bien sûr plusieurs manières de se prémunir : mentir systématiquement, activer la double authentification sur tous vos comptes. À titre personnel, je préfère encore activer la double authentification, et ne pas participer à ces chaînes, tout simplement. Mais bien sûr, cela n’engage que moi !

source:
http://www.papergeek.fr/facebook-participez-plus-chaines-hackers-servent-pirater-24665

217
Un mystérieux accident nucléaire se serait produit fin septembre en Russie

Un rejet massif de ruthénium 106 a été détecté dans plusieurs pays européens.

Un tel événement aurait nécessité en France une protection des populations.



Que s’est-il passé, à la fin du mois de septembre, dans les régions sud de l’Oural ? Selon les autorités françaises de contrôle, il s’y est très vraisemblablement produit un accident nucléaire, dont la nature reste à ce jour mystérieuse, la Russie ayant démenti toute implication. Il aurait pourtant généré une très forte contamination, aux conséquences potentiellement graves pour les populations riveraines.

Au début d’octobre, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire français (IRSN) donnait l’alerte, en signalant la détection, par plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité dans l’atmosphère, d’un radionucléide artificiel, le ruthénium 106, à de très faibles niveaux.


Quatorze pays, dont la France, ont mesuré la présence de ce radioélément dans l’air

Les investigations menées en Europe dans les semaines suivantes ont montré qu’au moins quatorze pays, dont la France, ont mesuré la présence de ce radioélément dans l’air ambiant.

Saisie, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a demandé à l’ensemble des pays membres de communiquer leurs résultats. La valeur la plus élevée, parmi quatre cents résultats collectés, s’élève à 0,15 becquerel par mètre cube d’air et a été enregistrée le 30 septembre en Roumanie, rapporte l’Autorité française de sûreté nucléaire (ASN) dans un communiqué publié le 9 novembre. Elle ajoute que « la baisse des activités mesurées, désormais en dessous du seuil de détection, montre que cet épisode est aujourd’hui terminé ».

Dans l’Hexagone, l’IRSN, qui dispose de plus de quarante stations de collecte d’aérosols par filtration d’air, a relevé, entre le 27 septembre et le 13 octobre, de très faibles dépôts – à l’état de traces – dans ses stations de la Seyne-sur-Mer (Var), Nice et Ajaccio. Le niveau le plus haut, de 46 microbecquerels par mètre cube d’air, a été mesuré à Nice, entre le 2 et le 9 octobre.

Sans conséquence en Europe

« Depuis le 13 octobre, le ruthénium 106 n’est plus détecté en France », précise l’établissement public. Il ajoute que « les niveaux de concentration dans l’air en ruthénium 106 qui ont été relevés en Europe, et a fortiori en France, sont sans conséquence, tant pour la santé humaine que pour l’environnement ».

L’IRSN a, cependant, poussé plus loin son enquête, en tentant de remonter la piste du ruthénium 106. La présence de ce radionucléide dans l’atmosphère ne peut avoir pour origine un accident sur un réacteur nucléaire, car il aurait été dans ce cas accompagné d’autres produits de fission, en particulier d’isotopes radioactifs du césium, qui n’ont pas été détectés. Une autre hypothèse, la chute d’un satellite équipé d’un générateur électrique à ruthénium, a également été écartée par l’AIEA.


Un accident dans une installation du cycle du combustible nucléaire

Reste comme seule possibilité un accident dans une installation du cycle du combustible nucléaire, telle qu’une usine de retraitement de combustibles usés, ou dans une unité de fabrication de sources radioactives, le ruthénium étant notamment utilisé dans le domaine médical, pour des traitements par curiethérapie.

A ce jour, aucun pays n’a pourtant déclaré à l’AIEA être à l’origine de ce rejet. Et, dès le début, la Russie a rejeté toute responsabilité, son agence atomique Rosatom déclarant que « la situation radioactive autour des installations nucléaires russes se situe dans la norme ». Le Kazakhstan a, lui aussi, écarté toute implication.

Rejets très importants

A partir des données météorologiques de Météo France (sur les déplacements des masses d’air notamment) et des résultats des mesures des autres pays européens, l’IRSN a réalisé des simulations afin de localiser et de quantifier le rejet. Il en ressort que « la zone la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural, sans qu’il soit possible de préciser la localisation exacte du point de rejet ». Celui-ci « aurait eu lieu au cours de la dernière semaine du mois de septembre ».




La zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural (en rouge sur la carte). L’échelle de couleur va du plus probable (rouge) au moins probable (blanc). IRSN / AP

Quant à la quantité de ruthénium 106 relâchée dans l’atmosphère, elle est « très importante », entre 100 et 300 térabecquerels, un térabecquerel équivalant à mille milliards de becquerels. Des résultats confirmés par les simulations faites par les homologues étrangers de l’IRSN. Comme le souligne l’institut :

« Les conséquences d’un accident de cette ampleur en France auraient nécessité localement de mettre en œuvre des mesures de protection des populations sur un rayon de l’ordre de quelques kilomètres autour du lieu de rejet. »

Selon les normes européennes, ce niveau de radioactivité signifie aussi un dépassement des seuils maximaux de contamination des denrées alimentaires « sur des distances de l’ordre de quelques dizaines de kilomètres autour du point de rejet ».

Le gouvernement précise avoir, par précaution, réalisé des « contrôles par sondage sur les champignons importés des pays concernés, qui n’ont révélé aucune contamination à ce jour ». Dans le cas contraire, « les mesures appropriées seraient immédiatement prises et feraient alors l’objet d’une communication », assure le ministère.

Néanmoins, l’IRSN juge, de son côté, que « la probabilité d’un scénario qui verrait l’importation en France de denrées (notamment des champignons) contaminés par du ruthénium 106 est extrêmement faible » et que « le risque sanitaire potentiel lié à ce scénario est lui aussi très faible ». En sorte que pour l’autorité de sûreté française, il n’est « pas justifié de mettre en place des contrôles systématiques des niveaux de radioactivité de denrées alimentaires importées en France ».

Contamination durable

Tel n’est pourtant pas l’avis de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), comme le note Bruno Chareyron, le directeur du laboratoire de cet organisme :

« S’il s’agit bien de rejets émanant d’une installation unique à hauteur de 300 térabecquerels, cela correspond à une quantité colossale. A titre de comparaison, elle est 375 000 fois supérieure au rejet annuel maximal autorisé de la centrale nucléaire de Cruas [Ardèche]. »

Celui-ci note aussi que le ruthénium 106, dont la radioactivité diminue de moitié au bout d’un peu plus d’un an (372 jours), est « un produit de fission qui, une fois retombé au sol et sur le couvert végétal, va induire une contamination durable ».

Selon la Criirad, « il était donc indispensable de mettre en œuvre des mesures de protection pour la population proche », pour laquelle « les doses subies pourraient avoir dépassé largement les limites sanitaires ». En outre, elle demande « qu’un programme de surveillance radiologique spécifique soit mis en œuvre au niveau européen pour vérifier la contamination des denrées à risque ».

http://mobile.lemonde.fr/planete/article/2017/11/10/un-mysterieux-accident-nucleaire-se-serait-produit-fin-septembre-en-russie_5213390_3244.html?xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F

218
Vie privé / L'Inria et Qwant contre les piranhas de la vie privée
« le: 11 novembre 2017 à 12:12:04 »
L'Inria et Qwant contre les piranhas de la vie privée

Qwant et l’Inria annoncent un partenariat sur une durée de 4 ans. Celui-ci aura pour objectif la mise en place un laboratoire commun entre les deux entités chargées de travailler sur les problématiques liées à la vie privée et aux moteurs de recherche.

Qwant et l’Inria veulent se pencher sur les moteurs de recherche et leurs algorithmes. Le sujet n’est en effet pas anodin et touche à de nombreuses thématiques déjà abordées par le passé par plusieurs équipes de l’Institut National de Recherche en Informatique et Automatique. Le laboratoire ainsi crée sera baptisé « Smart Search and Privacy » et devrait être mis en place sur une durée de quatre ans. Celui-ci sera dirigé par Fabien Gandon, un chercheur de l’Inria, assisté par le directeur scientifique de Qwant Sylvain Peyronnet. Au total, l’Inria indique qu’une vingtaine de ses équipes de recherche pourraient être amenées à participer au projet, si leurs domaines de recherche entrent dans le champ des problématiques abordées par le laboratoire « Smart Search and Privacy. »

http://www.zdnet.fr/actualites/l-inria-et-qwant-contre-les-piranhas-de-la-vie-privee-39859836.htm?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook

219
info - média france / Emmanuel Macron passe un savon à ses ministres
« le: 11 novembre 2017 à 12:11:02 »
Emmanuel Macron passe un savon à ses ministres

Emmanuel Macron a montré sa frustration envers ses ministres après des rumeurs et des certaines phrases qui ont tournées dans la presse. Le Président de la République a tapé du poing sur la table lors du Conseil des ministres de ce mardi à l'Elysée. Lui qui aime une communication extrêmement contrôlée, n'a pas apprécié les rumeurs et petites phrases dans la presse trouvant leur origine chez les membres du gouvernement.Un article du Parisien a notamment attisé la colère d'Emmanuel Macron, appelé "rumeurs et châtiments. Des fidèles du président n'ont pas hésité à dire du mal des ministres les plus proches de la tête de l'Etat: "Son Altesse sénilissime" pour Gérard Collomb, "Le président trouve qu'elle n'imprime pas" à propos de Brune Poirson, et les exemples sont nombreux. Il faut dire que les rumeurs sur les décisions venant toutes de l'Elysée doivent être dérangeantes pour Emmanuel Macron. Il a affirmé ne pas cautionner ce type de petites phrases divulguées à la presse, et a recadré son équipe ministérielle qui n'affichait pas un regard très fier à leur sortie du Conseil.

En savoir plus : http://www.gentside.com/emmanuel-macron/emmanuel-macron-passe-un-savon-a-ses-ministres_art82418.html?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=offigs
Copyright © Gentside

220
Nuage radioactif détecté en France.

Un accident nucléaire en Russie ?



La détection d’un produit radioactif en France - et dans l’atmosphère d’une majorité des pays européens -, entre fin septembre et la mi-octobre, résulte probablement d’un accident nucléaire survenu en Russie, ou peut-être au Kazakhstan. C'est ce qu'indiquent les conclusions d’une enquête de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) publiées ce jeudi.

Personne n’a oublié en France le nuage de Tchernobyl, en avril 1986, et son « respect » pour nos frontières. Cette fois, en tout cas, un nuage radioactif a bel et bien franchi l’espace aérien d’une bonne partie de l’Europe, dont la France, entre fin septembre et la mi-octobre.

Du ruthénium-106, un produit de fission issu de l’industrie nucléaire par ailleurs utilisé dans le domaine médical, a été détecté dès fin septembre par plusieurs réseaux européens de surveillance, rappelle l’établissement public dans une note d’information.

Entre la Volga et l’Oural

Tout en excluant la possibilité d’un rejet issu d’un réacteur nucléaire - qui se serait traduit par la présence d’autres radionucléides -, l’IRSN a retenu l’hypothèse d’un rejet par « des installations du cycle du combustible nucléaire ou de fabrication de sources radioactives ».

À partir des conditions météorologiques fournies par Météo France et des mesures disponibles dans les pays européens, l’institut a réalisé des simulations selon lesquelles « la zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural sans qu’il ne soit possible, avec les données disponibles, de préciser la localisation exacte du point de rejet ».


« Les autorités russes ont dit ne pas être au courant d’un accident sur leur territoire », a déclaré à Reuters Jean-Marc Péres, directeur général adjoint de l’IRSN en charge de la santé et de l’environnement, ajoutant que l’institut n’avait pas encore été en contact avec le Kazakhstan.

La quantité rejetée « est très importante »

Une porte-parole du ministère russe des situations d’urgence n’a pas été en mesure de commenter ces informations à ce stade et les autorités kazakhes n’ont pas pu être jointes dans l’immédiat.

Tout en rappelant que les niveaux de concentration dans l’air en ruthénium-106 relevés en Europe et a fortiori en France étaient sans conséquence pour la santé humaine et pour l’environnement, l’IRSN souligne que, pour la zone probable d’origine, la quantité rejetée « est très importante ».


« Du fait des quantités rejetées, les conséquences d’un accident de cette ampleur en France auraient nécessité localement de mettre en œuvre des mesures de protection des populations sur un rayon de l’ordre de quelques kilomètres autour du lieu de rejet », ajoute-t-il.

Des champignons contaminés

Le risque de dépassement des niveaux admissibles de radioactivité pour les denrées alimentaires à proximité du lieu de l’accident a en outre conduit l’IRSN à étudier le scénario d’une importation de ces denrées.

L’IRSN juge cependant que « la probabilité d’un scénario qui verrait l’importation en France de denrées (notamment des champignons) contaminées par du ruthénium-106 à proximité de la source de rejet est extrêmement faible » et que « le risque sanitaire potentiel lié à ce scénario est lui aussi très faible », des contrôles systématiques n’étant donc pas jugés nécessaires.

Le ruthénium-106 n’est aujourd’hui plus détecté en Europe.


source:

https://www.ouest-france.fr/environnement/nucleaire/nuage-radioactif-detecte-en-france-un-accident-nucleaire-en-russie-5369592

221
DDoS: une cyberattaque mondiale est en préparation et cela va faire très mal.

Selon la société Checkpoint, des hackers sont en train de préparer une attaque informatique d’envergure en prenant le contrôle d’objets connectés mal protégés.
Une menace à prendre très au sérieux car elle sera plus puissante que la dernière en date qui était pourtant déjà impressionnante…



Des objets connectés seraient « zombifiés » pour une préparer une attaque massive contre Internet. Comme en 2016, les hackers rassemblent une armée de machines destinées à devenir des outils malveillants pour tenter de faire tomber des pans complets du réseau internet. Cette fois, les attaquants semblent ratisser beaucoup plus large et pourraient fatalement disposer d’encore plus d’objets connectés zombies pour mener leurs attaques.

Plus d’un millions d’objets connectés déjà touchés

Reaper. Faucheuse en anglais. C’est le nom de code choisi par l’entreprise de sécurité Checkpoint pour désigner une attaque mondiale d’Internet qui serait en préparation. Selon les spécialistes, des hackers y travailleraient depuis cet été en s’infiltrant en priorité dans les objets connectés. Votre lampe, votre télé ou votre caméra de surveillance pourraient bientôt faire beaucoup de dégâts.

Ces objets ont en commun, d’être souvent très mal protégés. Les mots de passe installés de base sont très mauvais et ne sont jamais changés par les utilisateurs. En prendre le contrôle est donc très facile. Une fois sous le contrôle de Reaper, ils pourront être utilisés pour lancer une attaque DDoS (par Déni de Service) qui consiste à faire tomber un serveur ou des infrastructures de réseau sous une grande quantité de requêtes. « Nous estimons que plus d’un million d’objets connectés ont déjà été scannés dans le monde entier, y compris aux États-Unis, en Australie et partout ailleurs, et ce nombre ne fait qu’augmenter », indique CheckPoint dans son rapport très détaillé. Parmi les accessoires qui sont cibles favorites des pirates, on trouve ceux des entreprises: GoAhead, Netgear, D-Link, Jaws, Synology ou Linksys.

2016, juste une répétition avant le chaos ?

Pour l’instant, cette attaque reste encore de relativement faible ampleur. En 2016, Mirai, un logiciel espion utilisant la même technique avait infiltré des millions d’appareils. Une connexion pourrait exister potentiellement entre Mirai et Reaper, mais l’enquête ne fait que commencer.

Dans les faits, une cyberattaque de ce type vise à paralyser des parties complètes du réseau. Il peut s’agir selon le succès des attaquants de simples ralentissements, voire de chutes complètes. A l’époque du Mirai, les pirates avaient généré un débit record supérieur à 1 Térabits par seconde.

Impossible de savoir si votre appareil est directement touché. En revanche, si vous n’aviez jamais changé le mot de passe, il est conseillé de le réinitialiser, puis de le changer au plus vite.


source:

https://www.presse-citron.net/ddos-cyberattaque-mondiale-preparation-va-faire-tres-mal/

222
Info php -web .... / Facebook, ce vampire de la psychologie humaine
« le: 11 novembre 2017 à 12:02:53 »
Facebook, ce vampire de la psychologie humaine

 L'ancien président du réseau social, Sean Parker, critique la société qu'il a aidé à faire émerger.
Pour lui, Facebook a été conçu pour exploiter la façon dont les individus pensent et se comportent.
Et on ne vous parle pas des effets pour "les cerveaux de nos enfants".



Sean Parker, le premier président de Facebook, a eu des mots durs cette semaine à l'égard du réseau social lors d'une interview.


L'investisseur technologique, également co-fondateur de Napster et, peut-être plus connu pour être interprété par Justin Timberlake dans "The Social Network", a déclaré que Facebook avait été conçu pour exploiter la façon dont les individus fondamentalement pensent et se comportent.



Facebook exploite "une vulnérabilité dans la psychologie humaine"

Et cela a des "conséquences inattendues" considère Parker, à présent que Facebook compte 2 milliards d'utilisateurs, soit deux personnes sur sept sur la planète.


"Cela change littéralement votre relation avec la société, les uns avec les autres" déclare-t-il dans une interview publiée mercredi soir par Axios. "Cela interfère probablement avec la productivité de manières bizarres. Dieu seul sait ce qu'il fait au cerveau de nos enfants."


Facebook n'a pas répondu à une demande de commentaire sur les déclarations de Sean Parker.


L'entreprise, comme ses rivaux Twitter et Google, fait l'objet d'un examen minutieux en raison de son pouvoir et de son influence. Les trois géants du Web ont témoigné lors d'auditions devant le Congrès au sujet de l'impact des réseaux sociaux sur l'élection présidentielle américaine et l'ingérence d'agents russes. Si Facebook tente de faire amende honorable, les politiques ont à plusieurs reprises évoqué l'hypothèse d'une régulation.


Parker a pointé du doigt la nature addictive de Facebook qui pousse un grand nombre d'entre nous à revenir. Pour l'investisseur, l'addiction tient à la nature même du service, conçu à cette fin. Ainsi recevoir un "like" ou un commentaire à son message fonctionne comme la dopamine.

Le like, un effet dopamine


"C'est une boucle d'approbation sociale ... exactement le genre de chose qu'un hacker comme moi pourrait trouver, parce que vous exploitez une vulnérabilité dans la psychologie humaine."


Mais cela n'a pas d'importance pour des personnes comme le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg, ajoute-t-il. Ou Kevin Systrom, fondateur d'Instagram, dont Facebook est propriétaire. Ou même lui-même.


En plus d'avoir co-fondé Napster en 1999, il a lancé Airtime, un réseau social vidéo qui n'a jamais gagné en popularité. Il est désormais le fondateur et le président de l'Institut Parker d'immunothérapie contre le cancer.


"Les inventeurs, les créateurs ... l'ont compris consciemment" suggère-t-il. "Et nous l'avons fait quand même."


Parker n'est pas le seul ex-Facebook à s'inquiéter de la nature addictive du réseau social et des effets psychologiques et sociétaux de la technologie. Justin Rosenstein, l'ingénieur à l'origine du bouton "J'aime", déclarait au Guardian le mois dernier:


"Il est très commun pour les humains de développer les choses avec les meilleures intentions et que celles-ci aient des conséquences négatives involontaires."


source:

http://www.zdnet.fr/actualites/facebook-ce-vampire-de-la-psychologie-humaine-39859818.htm?utm_term=Autofeed&utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook

223
Il y avait bien un accord entre le PS et cdH pour supprimer la télé-redevance



La crise politique en a visiblement décidé autrement. Mais la fin de la télé-redevance en Wallonie a bien fait l’objet d’un accord entre le PS et le cdH.
 

Avril 2016. En marge du remaniement ministériel, Elio Di Rupo et Benoît Lutgen, les présidents du PS et du cdH, se sont accordés pour supprimer la télé-redevance en Wallonie. Tout était scellé, écrit noir sur blanc dans un courrier échangé entre les deux partis datant d’avril 2016. Dans ce mail que nous avons pu consulter, PS et cdH expliquent être parvenus à un compromis pour l’annulation progressive de la TV redevance en marge d’une réforme fiscale.
 
Mais aujourd’hui, il n’y a plus d’accord. Chassé du pouvoir, le PS a tenté de faire passer son texte au gouvernement, mais le projet s’est fracassé. Le cdH va jusqu’à réfuter tout accord et dénonce un coup de communication d'un PS soucieux d'offrir un cadeau à la population avant son possible débarquement du gouvernement wallon.
 
Au niveau du cdH, Maxime Prévot ne conteste pas l'existence de cet accord en avril 2016. Le vice-président du gouvernement wallon tient cependant à rappeler le contexte, "la suppression a bien été validée par les deux partis. Mais, cela devait s'intégrer dans le cadre d'une réforme fiscale plus globale", explique le ministre cdH. "Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. Le PS ne propose rien d'acceptable et perenne pour financer la suppression de la télé-redevance", soit compenser la perte de 100 millions liés à la disparition de cette redevance.

source

http://www.lecho.be/dossier/crisepolitique/Il-y-avait-bien-un-accord-entre-le-PS-et-cdH-pour-supprimer-la-tele-redevance/9911626

224
nature-ecologie / fin des véhicules diesel et essence d’ici 2040.
« le: 06 juillet 2017 à 16:34:11 »
Nicolas Hulot a présenté son plan climat ce jeudi matin en conférence de presse.




Le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé un programme ambitieux qui doit mener à l’abandon définitif des énergies fossiles et à la fin des véhicules diesel et essence d’ici 2040.

Après un début de mandat plutôt discret, Nicolas Hulot a annoncé un plan climat ambitieux qui doit rendre « irréversible » l’accord signé à Paris en décembre 2015.

Voici les objectifs et les principales mesures annoncées:

Objectif neutralité carbone à l’horizon 2050

Cela signifie que le niveau d’émission de gaz à effet de serre devra être inférieur ou équivalent au niveau d’émission capturées par les puits de carbone comme les forêts, océans, sols…

La fin des véhicules diesel et essence d’ici 2040

“Nous annonçons la fin de la vente des voitures à essence et diesel d’ici 2040”, a déclaré Nicolas Hulot. “Nos propres constructeurs (automobiles) ont dans leurs cartons de quoi alimenter et incarner cette promesse (…) qui est aussi un agenda de santé publique”, a-t-il ajouté.

Une prime pour l’achat d’un véhicule plus propre

Cette prime, dont le montant n’a pas été précisé, sera destinée aux plus modestes  pour remplacer un diesel datant d’avant 1997 ou essence d’avant 2001 par un véhicule plus propre neuf ou d’occasion”.

Même fiscalité pour le diesel et essence

Nicolas Hulot a répété que la convergence de la fiscalité entre les deux carburants devrait être atteinte avant 2022.

Bâtiment : 10 ans pour éradiquer les “passoires thermiques”

Les bâtiments mal isolés, très consommateurs en énergie, devront disparaître. “Le sujet de l’efficacité énergétique est un sujet où tout le monde gagne”.

Abandon définitif des énergies fossiles

Une loi dès la fin de l’été ou au début de l’automne mettra fin aux permis d’exploitation de pétrole et de gaz et d’ici 2022, l’électricité ne devra plus être produite à partir du charbon

Réduction de la part du nucléaire

L’objectif de réduire la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% “est un objectif et j’espère qu’on le tiendra”, précise Nicolas Hulot.

source

https://m6info.yahoo.com/plan-climat-nicolas-hulot-promet-la-fin-des-vehicules-diesel-et-essence-dici-2040-105602277.html

225
Le cdH, le MR et Ecolo se voient jeudi pour parler de gouvernance

Les présidents du cdH, du MR et d'Ecolo se verront jeudi à 13h30 pour entamer des discussions sur les réformes de gouvernance et de renouveau démocratique, a annoncé le cdH dans un communiqué.



Le président du cdH, Benoît Lutgen, a proposé aux présidents du MR, d'Ecolo et de DéFI de se réunir jeudi. Le MR et Ecolo ont accepté l'invitation, a indiqué le cdH qui dit n'avoir reçu à ce stade que deux réponses. Sur twitter, le président de DéFI, Olivier Maingain, a toutefois expliqué qu'il privilégiait la voie de discussions bilatérales dans un premier temps. "DéFI pour parler de la réforme de la gouvernance avec tous les partis disposés à discuter de ses propositions. En bilatérale d'abord", a-t-il écrit.

Interrogé dans les couloirs de la Chambre, M. Maingain a rappelé la condition posée depuis plusieurs jours déjà, à savoir trouver une solution permettant la mise à l'écart des mandataires publics inculpés. Tant que les conditions mises au préalable ne sont pas réunies, il n'est pas question pour lui de participer à des réunions associant plusieurs partis. A ce jour, il constate qu'il n'a pas encore reçu de proposition.

Lundi, le conseil général de DéFI a approuvé de nombreuses propositions de réformes de gouvernance. Il préconise notamment que les parlementaires inculpés soient suspendus et remplacés par un suppléant en attendant une décision de relaxe ou une condamnation qui les priverait de plein droit de leur mandat.

Le 19 juin, M. Lutgen a annoncé qu'il rompait son alliance avec le PS dans les Régions wallonne et bruxelloise et en Fédération Wallonie-Bruxelles à la suite des affaires de mauvaise gouvernance qui se sont succédé. Ecolo et DéFI ont fait d'une réforme en profondeur de la gouvernance publique un préalable à toute négociation en vue de former de nouvelles majorités gouvernementales.

source

http://www.levif.be/actualite/belgique/le-cdh-le-mr-et-ecolo-se-voient-jeudi-pour-parler-de-gouvernance/article-normal-688801.html#cxrecs_s