Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2311
Video divers / LES POLITIQUES CHERCHENT-ILS DES SOLUTIONS ?
« le: 02 septembre 2015 à 19:28:41 »
LES POLITIQUES CHERCHENT-ILS DES SOLUTIONS ?


2312
France : Un nouveau décret autorise la police à tirer à balles réelles sur les manifestants

video : http://dai.ly/xjrx3a

Un décret a été voté ce 1er Juillet, Décret n° 2011-794 du 30 juin 2011 relatif à l’emploi de la force pour le maintien de l’ordre public. Il concerne les administrations centrales des ministères de l’intérieur et de la défense, représentants de l’Etat, militaires et fonctionnaires en charge des missions de maintien de l’ordre public. Et il a pour objet la modification du régime juridique relatif à la dispersion des attroupements.

l’article 431-3 du code pénal détermine les raisons pour lesquelles on peut vous tirer dessus : Constitue un attroupement tout rassemblement de personnes sur la voie publique ou dans un lieu public susceptible de troubler l'ordre public.



Un attroupement peut être dissipé par la force publique après deux sommations de se disperser demeurées sans effet, adressées par le préfet, le sous-préfet, le maire ou l'un de ses adjoints, tout officier de police judiciaire responsable de la sécurité publique, ou tout autre officier de police judiciaire, porteurs des insignes de leur fonction.

 

Il est procédé à ces sommations suivant des modalités propres à informer les personnes participant à l'attroupement de l'obligation de se disperser sans délai.

Toutefois, les représentants de la force publique appelés en vue de dissiper un attroupement peuvent faire directement usage de la force si des violences ou voies de fait sont exercées contre eux ou s'ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu'ils occupent.

 

Les modalités d'application des alinéas précédents sont précisées par décret en Conseil d'Etat, qui détermine également les insignes que doivent porter les personnes mentionnées au deuxième alinéa et les conditions d'usage des armes à feu pour le maintien de l'ordre public.




Ainsi se poser la question sur ce que nous prépare l'EU qui sait qu'elle va faire face à de la contestation, les différentes lois en Frrance commence sérieusement à montrer une dérive certaine.

Les fichages sont entrain de généraliser dans toutes l'ue et on utilse n'importe quel pretexte pour mettre en place des decrets, des lois qui nous conduisent directement vers un état totalitaire et policier !!

 
Dans ce document noté à "diffusion restreinte" : les experts de la police britannique développèrent une doctrine sous le titre "Public Order : Conflict Prevention, rendu public par l’association State Watch et accepté par les ministres de l’intérieur en 1998.


Fauteurs de troubles :



Articles conseillés : Comment ficher les fauteurs de troubles dont voici un extrait

Cette notion n’est pas sans rappeler le fameux « sentiment d’insécurité », très en vogue en France pour servir de baromètre répressif après le moindre fait divers. Pour Tony Bunyan, fondateur et directeur de Statewatch, il est « absurde » de lier les délits ou crimes sérieux à la notion de « perturbation de la paix publique ». « Cela peut englober des manifestants non violents qui font un sit-in ou tout autre rassemblement de protestation. Ils pourraient être interprétés par la police comme ayant ‘un effet considérable’ sur le sentiment de sécurité ».


Criminaliser les manifestants :



The “enemy within” : EU plans the surveillance of protestors and the criminalisation of protests que l'on peut traduire par l'ennemi intéreur : l'ue planifie la surveillance et criminilisation des manifestants.

 

L'UE prévoit :

* Donner le contrôle des opérations de la "Task Force" nouvellement créé de l'UE et qui n'a aucune base juridique pour ses activités
 * Créer des mécanismes pour des coopération opérationnelles pour lesquels il n'existe pas de pouvoirs légaux
 * Légitimer la surveillance continue par "la police et des officiers du renseignement » (sécurité intérieure services) des « personnes ou groupes susceptibles de constituer une menace pour l'ordre public et la sécurité"
 * Créer des bases de données nationales de « fauteurs de troubles » fondées sur des soupçons et de suppositions sans aucune éthique ni normes ou protection des données et l'échange non réglementée de ces données.
 * Permettre aux Etats membres d'adopter des lois pour empêcher les gens d'aller à des manifestations dans d'autrespays si leurs noms ont été enregistrés comme « suspects » ou si elles ont été reconnues coupables d'un trouble mineur infractions à l'ordre public comme (obstruction de l'autoroute)

 

Le rapport Statewatch :


 * Les plans de l'UE menacent le droit à la libre circulation et le droit de protester
 * Sept gouvernements de l'UE - Allemagne, Suède, Portugal, Italie, Belgique, Luxembourg et Royaume-Uni
 le Royaume- Uni a voulu aller encore plus loin et créer une base de données de « fauteurs de troubles" à l’échelle de l’union et introduire des interdictions de voyager sur les présumés « fauteurs de troubles" dans l'UE.
 * Les plans mèneront à la surveillance de l'activité politique quotidienne, sans limite ou de données
 protection, qui est tout à fait inacceptable dans les démocraties.
 * Les plans ont été mis e place par des réunions secrètes à Bruxelles sans aucun contrôle parlementaire et sans permettre à la société civile d’objecter.

* Les plans auront peu d'effet sur le sol et la seule option d’accroitre l’autorité de la police sur les manifestants dans les rues
 * L'effet global est de légitimer la surveillance et criminaliser les manifestants


http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/france-un-nouveau-decret-autorise-98946

2313
Pourquoi l’islam est bien pire que le nazisme ?



L’islam légitime le viol des femmes non-musulmanes.
 L’islam légalise la pédophilie.
 L’islam légitime la polygamie.
 L’islam légalise l’esclavage.
 L’islam légitime le terrorisme.
 L’islam légalise les inégalités entre les hommes.
 L’islam est la mère de tous les vices.
 L’islam est le pire régime d’Apartheid qui n’ait jamais vu le jour.
 L’islam légitime le meurtre des apostats.
 L’islam est le retour au monde des ténèbres.

L’islam appelle à la haine et l’extermination du juif et du chrétien.
 L’islam porte en lui tous les germes de la destruction de l’humanité.
 L’islam est l’intolérance érigée en dogme religieux.
 L’islam est raciste et suprémaciste.
 L’islam est la science de la mort.
 L’islam est le culte de la bêtise sacrée.
 L’islam est l’interrupteur qui éteint la lumière sur l’humanité.
 L’islam est la science ce que les rebouteux sont à la médecine.
 L’islam se veut un remède aux maux de l’humanité alors qu’il est un cancer métastasé.

L’islam se prend pour le meilleur de la classe alors qu’il est le dernier de la classe.
 L’islam viole les lois internationales.
 L’islam est la pire drogue dure qui puisse exister.
 L’islam est une maladie neurodégénérative.
 L’islam est une arme de destruction massive.
 L’islam fait de la vie des siens un enfer sur terre.
 L’islam souffre d’un complexe de supériorité pathologique.
 L’islam a des graves problèmes de troubles de la personnalité.
 L’islam est le plus grand plagiaire de tous les temps.
 L’islam a fait de la violence la voie de la félicité.
 L’islam est le pire ennemi du genre humain.
 L’islam est un narcissique pervers.
 L’islam a fait de la barbarie un culte pour les hommes.

L’islam est la cause de tous les tourments de l’humanité.
 L’islam est un loup garou de la pire espèce.
 L’islam est un napalm, après son passage plus rien ne pousse pour l’éternité.
 L’islam est une bombe thermonucléaire.
 L’islam est une hydre à plus d’un milliard de têtes.
 L’islam est un vil imposteur.
 L’islam est au-dessus des lois.
 L’islam est un nouvel ordre mondial impérialiste.
 L’islam est une idéologie totalitaire et génocidaire qui oeuvre à l’anéantissement de l’humanité.
 L’islam est un virus létal pour l’humanité.
 L’islam est bien pire que le nazisme, si on ne fait rien pour l’éradiquer il sonnera le glas de l’humanité.
 L’islam est la ruine de l’âme et la mort de la vie.
 L’islam est l’enfer sur terre.

L’islam n’est ni une calamité ni une saloperie, il est l’Apocalypse finale.
 L’islam est un crime contre la paix.
 L’islam est un crime contre l’humanité.
 L’islam est le parent naturel du nazisme.
 L’islam est un produit décapant de la mémoire historique.
 L’islam est une idéologie liberticide.
 L’islam est un puissant excitant des pulsions lubriques.
 L’islam est l’art de rendre le licite illicite et l’illicite licite.
 L’islam est inhumain et inhumaniste.

L’islam est une religion pour des sans foi ni loi.
 L’islam est dépourvu de toute spiritualité.
 L’islam est un attrape-nigauds.
 L’islam est le dernier de la classe.
 L’islam est une machine à figer le temps.
 L’islam est une religion païenne, polythéiste et fétichiste.
 L’islam est un culte de la pierre.
 L’islam est un ogre insatiable.

L’islam est incompatible avec la démocratie.
 L’islam est l’ennemi des droits de l’homme.
 L’islam est un goulag pour la femme.
 L’islam est un danger mortel pour la petite enfance.
 L’islam est un moulin à vent dont on ne sort jamais vivant.
 L’islam est une morne plaine peuplée de charognards infâmes.
 L’islam est la tombe des libertés humaines et des droits fondamentaux.
 L’islam est une doctrine totalitaire à bannir de la surface de la terre comme on l’a fait avec cette idéologie ignominieuse que fut le nazisme.

https://salembenammar.wordpress.com/2015/08/27/pourquoi-lislam-est-bien-pire-que-le-nazisme/

2314
Des choses que l’on sait beaucoup moins à propos de l’énorme vague migratoire en Europe



L’exode de Libyens, Syriens et Irakiens de ces derniers jours, rappelle l’époque des grandes migrations au début du Xe siècle en Europe, à travers les frontières maritimes de l’Espagne, la Grèce et l’Italie, puis la traversée des frontières de la Macédoine, la Serbie et la Hongrie, à destination de l’Allemagne, l’Autriche et la Suède. Personne ne peut arrêter cette immense vague de centaines de milliers d’immigrés qui submerge l’Europe, probablement parce qu’il s’agit d’une opération bien organisée par quelqu’un qui aurait un objectif de politique étrangère, en générant une crise humanitaire, avec à la clé la perte de vies de personnes innocentes.



Il a été estimé que pour chaque personne qui vient en Europe en tant que réfugié, le prix minimum à payer est de 3.000 euros et atteint 7 000-14 000 euros. Dans un cas comme celui-ci, il est nécessaire d’établir des liens solides avec d’innombrables réseaux illégaux de traite d’êtres humains. Qui paye, parce que les immigrants sont pauvres, et l’entreprise est bien organisée, nécessitant un financement de dizaines de millions d’euros ? Le quotidien autrichien « Info Direkt », citant un rapport des services de renseignements militaires, a identifié des organisations non gouvernementales des États-Unis qui financeraient le trafic de migrants vers l’Europe. Plus précisément, il s’agirait d’ONG créées par le Département d’Etat américain et celles du milliardaire juif américain George Soros, père d’une autre organisation bien connue, Human Rights Watch.



Le Général Constantin Degeratu, ancien chef d’état-major de l’armée roumaine et conseiller du président sur la sécurité nationale, affirme que la Russie est à l’origine de la vague migratoire, parce que la Russie aurait fourni des armes au régime de Bachar al-Assad, empêchant l’ensemble du territoire Syrien de se transformer en un califat ISIS. La Russie tenterait de culpabiliser l’Union Européenne qui a été prise au dépourvu par la vague d’immigrants, étant occupée à organiser de vastes manœuvres militaires en réponse à une menace hypothétique de la Russie. « Ce qui se passe actuellement est une composante de cette agression non-démocratique en Orient par la Russie contre l’Union Européenne » conclut le général Degeratu dans la presse Roumaine.

http://Adevarul.ro/international/Europa/Adevarul-Live-generalul-Degeratu-despre-Criza-imigrantilor-Rusia-CEA-genereaza-Criza-acestei-migratii-excesive-1_55e05dbdf5eaafab2c014a6e/index.html

Le détail le plus intéressant qui ne peut être expliqué est : pourquoi les migrants contournent-ils les riches califats du Golfe : Arabie Saoudite, Koweït, Emirats Arabes Unis, Qatar, Oman ? Ces endroits enregistrent le plus haut niveau de vie dans le monde et les immigrés peuvent s’intégrer beaucoup plus facilement, parce qu’ils parlent la même langue et partagent la même religion.



Pour essayer de répondre à ces questions, sans passer par la propagande lancée par les clichés américains, il faudrait tout d’abord identifier la source de ce qui a causé la catastrophe dans certains des États qui fournissent ces immigrants. Saddam Hussein a été un obstacle pour la politique étrangère américaine dans la région du Golfe et ils l’ont éliminé par une invasion militaire. Cela n’avait aucune importance que l’Irak fût une république laïque dotée d’un système éducatif gratuit de type européen, avec un réseau avancé d’assistance médicale gratuite. En agissant comme ils l’ont fait, avec une cruauté portée à son paroxysme, les Etats-Unis ont voulu donner un exemple au monde entier.



Après avoir détruit tout ce qu’ils pouvaient détruire en Irak, ils ont mis en place une administration corrompue, composée de leurs serviteurs. Ils ont spécialement sélectionné des personnes incapables de faire face au nouveau phénomène de djihadistes ISIS provenant de Syrie et créé avec l’aide de l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie…. Le rôle d’ISIS est d’effacer tout sur la surface de la terre (vestiges historiques, traditions, objectifs économiques, progrès et civilisation).



Les Etats-Unis ont soutenu le « printemps arabe » en 2011, dont les objectifs coïncidaient avec les intérêts américains dans la région, c’est-à-dire la destitution de Kadhafi en Libye et de Bachar al-Assad en Syrie. La narrative était la « démocratisation » de ces pays, alors que les califats féodaux subordonnés aux Etats-Unis (Arabie Saoudite, Koweït, Émirats Arabes Unis, Qatar, Oman) ne satisfaisaient pas 10 % des règles démocratiques de la Syrie et la Libye.

L’imposition d’une zone d’exclusion aérienne en Libye signifiait la destruction des forces armées et la prise de pouvoir dans ce pays par les hordes islamiques, spécifiquement recrutés par des services secrets occidentaux pour transformer la Libye en un pays en ruines. À cette opération ont participé les Etats-Unis et ses satellites : France, Angleterre, Belgique, Pays-Bas, Canada, Danemark, Italie, Norvège, Espagne, Turquie (tous les membres de l’OTAN), Jordanie, Qatar, Émirats Arabes Unis et Suède. Quatre ans après la « démocratisation » de la Libye, le pays reste un théâtre de lutte pour le partage du pouvoir entre les gangs formés par les États-Unis pour renverser Kadhafi.



Ce que les Libyens ont gagné dans la « démocratisation » imposée par les américains, se voit avec les vagues de migration vers l’Europe. Mais le plus important est ce que les Libyens et les Syriens ont perdu à cause de l’imposition des intérêts américains dans leur pays.



La Libye sous Kadhafi n’avait aucune dette. Le prix du litre d’essence en Libye était 0,14 dollars, alors qu’en France il était de 1,77 dollars. Le prix du pain en Libye était 0,15 USD. L’enseignement public était gratuit et un citoyen libyen admis dans une université étrangère recevait une bourse d’état de 2 500 DOLLARS et une voiture neuve. Le système médical était libre, une infirmière étant payée au moins 1 000 $ par mois.



Dans tout le pays, il y avait un vaste réseau de magasins pour familles nombreuses, où les prix étaient symboliques. Pour chaque enfant qui naissait, la famille recevait une aide matérielle de 7 000 dollars. Les jeunes mariés percevaient 64 000 dollars de l’État libyen pour acheter un logement, chaque famille ayant son propre domicile. Les intermédiaires dans la vente immobilière avait été interdits par la Loi. En Libye, il n’y avait pas d’impôts sur les biens immobiliers (maisons, appartements) et l’électricité fournie aux ménages était gratuite.



L’allocation de chômage était autour de 750 dollars. Chaque entrepreneur qui créait une entreprise recevait une subvention de l’état de 20.000 dollars, en un seul versement. Les citoyens libyens recevaient des prêts de l’Etat, sans intérêt. En 40 années de « dictature » Kadhafi, la population de la Libye avait augmenté de 3 fois, la mortalité infantile avait chuté de 9 fois et l’espérance de vie était passée de 51,5 ans à 74,5 ans. Toujours durant cette « dictature » Kadhafi, les noirs des pays du Sud de la Libye, avaient obtenu des droits égaux aux autres citoyens libyens.

 

Valentin Vasilescu

Traduction Avic – Réseau International

http://www.wikistrike.com/2015/09/des-choses-que-l-on-sait-beaucoup-moins-a-propos-de-l-enorme-vague-migratoire-en-europe.html

2315
Lille : un hacker s’amuse à afficher des gros mots sur des panneaux de parking

Alors que des pirates informatiques avaient pris possession d’une Jeep à distance sur une autoroute, un hacker qui s’ennuyait dans la ville de Lille s’est amusé à pirater des panneaux de parking de la capitale des Flandres.



lille parking hack gendarmes

Pour ce faire, l’individu a remplacé le nombre de places restantes affiché sur les panneaux par des gros mots comme bite, chatte, couille ou encore cul.

video : http://dai.ly/x33uc5u

Le pirate a réussi à intervenir sur des panneaux de parking situés boulevard Louis XIV à Lille, juste devant la gendarmerie nationale, là où Dominique Strauss-Kahn avait été entendu dans l’affaire du Carlton. Les gendarmes ont dit n’avoir rien remarqué.



Le hacker a réitéré l’opération mais avec d’autres mots moins vulgaires, en présence de journalistes.

video : http://dai.ly/x3400cd


http://www.tuxboard.com/lille-hacker-gros-mots-panneaux-parking/

2316
TAFTA : la Commission européenne passe 90% de son temps avec les lobbies économiques




Des négociations menées en toute opacité dans le seul intérêt des multinationales : ce sombre tableau entourant le Tafta – le projet de traité commercial entre l’Europe et les Etats-Unis – est étayé par de nouvelles données compilées par l’Observatoire européen des entreprises (CEO) et SumOfUs, une organisation mondiale de défense des consommateurs. Sur les 597 réunions organisées entre janvier 2012 et février 2014 par la direction générale du commerce de la Commisstion européenne sur le Tafta (DG Trade), 528 se sont tenues avec des acteurs économiques, contre seulement 53 réunions avec des groupes défendant l’intérêt public.


« Pour chaque rencontre avec un syndicat ou groupe de consommateurs, note CEO, dix réunions ont eu lieu avec des entreprises et fédérations industrielles ». Des chiffres qui confirment selon les ONG « le biais dramatique en faveur des multinationales dans l’approche des accords commerciaux par la Commission européenne ».

Cette tendance est sensiblement la même depuis l’arrivée en novembre 2014 de la nouvelle commissaire européenne au commerce, Cecilia Malström. Au cours de ses six premiers mois de mandat, 83 % des 121 réunions à huis clos autour du Tafta ont impliqué des lobbyistes d’affaires. Parmi eux, on retrouve en particulier la fédération Business Europe – qui regroupe 40 organisations patronales, dont le Medef –, le Transatlantic Business Council représentant plus de 70 multinationales européennes et états-unienne, l’association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA), le conseil européen de l’industrie chimique (CEFIC), le syndicat européen de l’industrie pharmaceutique (EFPIA), Food and Drink Europe – le lobby de l’alimentation et des boissons en Europe –, la Chambre de commerce des États-Unis et Digital Europe – comprenant tous les grands noms de l’informatique comme Apple, Blackberry, IBM et Microsoft.



Un lobbying peu transparent

Autre fait marquant : un cinquième des lobbies d’affaires qui se sont entretenus avec la direction générale du commerce ne sont pas enregistrés auprès du registre européen de transparence, qui liste l’ensemble des lobbies intervenant auprès des institutions européennes. À noter que si l’immense majorité des lobbies d’affaire consultés proviennent des États-Unis et de l’Europe de l’Ouest, les entreprises grecques, portugaises, chypriotes, maltaises ou de l’Europe de l’Est ne comptent aucun représentant lors de ces discussions.



« Ces données justifient les préoccupations de millions de citoyens concernant les menaces posées par le Tafta, relève Pia Eberhardt de CEO. Alors que les lobbyistes des grandes entreprises sont maintenus fermement dans la boucle et exercent une puissante influence sur les négociations, les groupes d’intérêt publics sont tenus à distance ». Elles confirment que le Tafta vise en premier lieu à faciliter la vie des entreprises pour dynamiser le commerce transatlantique, au mépris des enjeux sociaux, environnementaux, sanitaires... et démocratiques.

Alors que 2,3 millions de citoyens européens ont signé l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) auto-organisée réclamant l’arrêt des négociations transatlantiques, le Parlement européen a avalisé le 8 juillet 2015 l’inclusion d’un mécanisme de règlement des différends Investisseurs-États qui donnera aux entreprises étrangères le droit exclusif d’attaquer des États.

Sophie Chapelle

http://multinationales.org/TAFTA-la-Commission-europeenne-passe-90-de-son-temps-avec-les-lobbies

2317
[Choc] La ville de Marseille complice d’apologie de la pédophilie



Une horreur sans nom s’est abattue sur la ville de Marseille. Parents, cachez vos enfants la fin du monde approche.
 En catimini a lieu depuis le 13 Juin, une exposition des œuvres de Stu Mead & Berlinhart, des pseudo artistes clairement pro-pédophiles.

[ Ne manquez plus aucune info et rejoignez vite HBK sur Facebook en cliquant ICI ! ]

C’est le mouvement d’entraide “Plus jamais ça” qui nous a fait savoir que ces douteux personnages affichent clairement et outrageusement leurs déviances odieuses.
 Ils ont un goût plus que prononcé pour les jeunes filles et les scènes pédophiles, perverses et sataniques.
 Quelle est le message véhiculé quand un animal sodomise une petite fille ? Il faut en effet arrêter de chercher des interprétations à tout pour tenter de justifier ces œuvres répugnantes.

Depuis quand dénonce-t-on la pédophilie en représentant des victimes consentantes et presque heureuse ?
 Il existe auprès de quelques internautes une répugnante legitimisation de ces excréments visuels. Il se base sur la « sacré-sainte liberté d’expression selon Charlie Hebdo ». vons-nous les valeurs morales de ne pas accepter que quelqu’un puisse avoir le droit de mettre en scène des enfants de la sorte ? D’accepter cette soi disant « liberté d’expression » et ses dérives !

Nous avons pu constater que sur le site de la galerie d’expo, « le dernier cri » l’événement s’est étrangement volatilisé. Cette exposition n’aurait donc jamais eu lieu.
 L’expo commencée le 13 juin devait initialement se terminer le 13 septembre. Le journal « la Marseillaise » a modifié la publication sur ces deux pseudos artistes en enlevant le lieu d’exposition.

Le mouvement d’entraide “Plus jamais ça” invite et encourage ses lecteurs à protester contre cette exposition immonde qui n’aurait jamais dû être permise. Elle a lieu à :



Le dernier cri
 Friche Belle de Mai
 13331 MARSEILLE

Vous pouvez également écrire au responsable de la galerie :
dc@lederniercri.org

Voici la page Facebook de la galerie :
https://www.facebook.com/friche.lab...

Vous pouvez également protester auprès de la mairie de Marseille :
 04 91 55 11 11
 Délégation Générale Education, Culture et Solidarité - Madame Annick DEVAUX

Pour écrire à la mairie de Marseille :
http://www.marseille.fr/sitevdm/jsp...

Vous pouvez également signer la pétition :
https://www.change.org/p/que-leurs-...

En partageant, en appelant, en écrivant, nous éviterons peut-être à l’avenir de revoir ces insanités.

http://www.halalbook.fr/actufiche-15-5724.html?0%5BChoc%5D

2318
Joseph Stiglitz : « L’Union européenne est en train de détruire son avenir »




Pourfendeur des politiques d’austérité en Europe, le Prix Nobel d’économie Joseph Stiglitz travaille depuis des années sur les causes des inégalités économiques aux Etats-Unis et sur leurs conséquences, à la fois politiques et sociales. Le 2 septembre, il publie un nouvel ouvrage sur le sujet, La Grande Fracture, aux éditions Les liens qui libèrent. Rencontre.

Vous expliquez dans votre ouvrage que les inégalités sont à l’origine de la crise de 2007. Pourquoi freinent-elles aujourd’hui la reprise ?

D’abord, parce qu’elles sont souvent le résultat de rentes et de monopoles paralysant l’économie. Mais, surtout, parce que les inégalités forment un terrible piège. Pour les Américains des classes populaires disposant d’une mauvaise couverture santé et qui ont difficilement accès à l’éducation, l’ascenseur social ne fonctionne plus. Ils ont peu de chance de voir leurs revenus augmenter. Or, sans hausse des revenus, il n’y a pas de hausse de la consommation, ce qui affaiblit la croissance.

Avant la crise des subprimes, les dépenses des ménages américains étaient artificiellement — et dramatiquement — gonflées par le crédit. Maintenant que ce levier a disparu, nous constatons les ravages provoqués par les inégalités. Elles sont incompatibles avec une croissance saine.

Lire aussi : Les inégalités de revenus nuisent à la croissance

Mais la récession elle-même a accru les inégalités !

Oui, mais il ne faut pas se tromper : les inégalités ne sont pas une fatalité, elles sont le résultat de choix politiques. Pour preuve, des Etats ont réussi à allier croissance et équité parce qu’ils ont fait de ce double objectif une priorité.

C’est le cas des pays scandinaves, mais aussi de Singapour ou de l’île Maurice, qui a réussi à diversifier son économie en misant sur l’éducation de sa population. Les Etats-Unis ont beaucoup à apprendre de ces exemples.

Vous appelez les Etats industrialisés, en particulier les Etats-Unis, à investir dans l’innovation, les infrastructures, l’éducation. Comment faire, alors que les dettes publiques atteignent des niveaux records ?

C’est une très mauvaise excuse. Aux Etats-Unis, les taux d’intérêts réels sont négatifs, et ils sont très bas en Europe : la période n’a jamais été aussi propice à l’investissement. D’autant que les investissements, dont il est ici question, alimenteront une croissance solide dans les années à venir et donc, des recettes fiscales supplémentaires qui permettront d’équilibrer les comptes publics.

S’endetter pour construire l’avenir n’est pas un frein à la croissance. C’est ne pas le faire qui est un cadeau empoisonné pour les générations futures.

Le monde va-t-il sombrer dans une « stagnation séculaire », à savoir, une longue période de croissance faible ?

La stagnation séculaire a deux causes. La première est l’anémie de la demande mondiale, notamment plombée par des politiques d’austérité injustifiées en Europe. La seconde tient aux interrogations autour des innovations de ces dernières années.

Pour l’instant, Facebook, Airbnb, l’économie collaborative ne génèrent pas de gains de productivité aussi puissants que ceux de la révolution industrielle, et nous ne savons pas mesurer ce qu’elles apportent au produit intérieur brut.

L’une de ces innovations finira-t-elle par changer la donne ? Impossible de le prédire, car, par définition, ce genre de rupture est imprévisible.

Mais une chose est sûre : les Etats ont un rôle à jouer ici, en investissant dans la recherche pour favoriser l’éclosion de ces innovations. Car le seul investissement des entreprises ne peut suffire.

Mais si cela ne se produisait pas ? Si aucune innovation ne relançait les gains de productivité ?

Dans le fond, ce ne serait pas si dramatique, puisque les ressources de la planète sont limitées. Nous pourrions très bien nous accommoder d’une croissance durablement faible, si elle s’accompagne de politiques réduisant les inégalités.

Malgré la hausse des inégalités que vous dénoncez, l’économie américaine a progressé de 3,7 % au deuxième trimestre. Ce n’est pas si mal.

La reprise américaine est un mirage. Il est vrai que notre taux de chômage est bas (5,3 %), mais nombre de demandeurs d’emploi sont sortis des statistiques. Il manque 3 millions d’emplois au pays. La Réserve fédérale ne le comprend pas. Ses remèdes sont inadaptés.

La croissance de ces dernières années a été alimentée par la baisse du dollar, qui a un peu regonflé notre compétitivité, et par la bulle boursière. Mais la baisse du dollar est derrière nous, et la bulle boursière ne contribue à la consommation des ménages que très marginalement. Ce n’est pas tenable.

Que faire pour alimenter une croissance saine aux Etats-Unis ?

Les pistes sont nombreuses : investir dans la recherche, l’éducation, les infrastructures, favoriser l’accès des Américains à l’enseignement supérieur. Instaurer un salaire minimal me paraît aussi une bonne piste.

Ces dernières années, les profits ont augmenté de manière disproportionnée face aux salaires. Cette distorsion du partage des revenus est source d’inégalité et affaiblit la croissance potentielle.

Une autre façon de la corriger serait de rendre notre fiscalité plus progressive et équitable. Il n’est pas normal qu’un spéculateur soit aujourd’hui moins imposé qu’un travailleur.

Pourquoi le prochain président américain, s’il était démocrate, appliquerait-il de telles mesures si Barack Obama lui-même ne l’a pas fait ?

Barack Obama a commis des erreurs. Mais, depuis, quelque chose a changé aux Etats-Unis. De nombreux politiques, notamment au Sénat, ont pris conscience qu’il y a urgence à s’attaquer au problème des inégalités. Tous les candidats démocrates en ont fait leur priorité.

Parlons un peu de l’Europe. Le troisième plan d’aide à la Grèce sortira-t-il enfin Athènes de l’ornière ?

Ce plan est la garantie que la Grèce va s’enfoncer dans une longue et douloureuse dépression. Je ne suis pas très optimiste.

La seule bonne nouvelle est que le Fonds monétaire international (FMI) milite désormais pour un allégement de la dette publique. Cela n’a pourtant pas empêché les créanciers d’Athènes d’adopter un programme d’aide ne disant pas un mot sur le sujet.

Pourquoi la dette est-elle un sujet aussi sensible en Europe ?

Pour deux raisons. La première est qu’il y a confusion. La dette y est conçue comme un frein à la croissance, alors qu’au contraire, elle est l’assurance de la prospérité future, lorsqu’elle sert à financer des investissements clés. Les Européens l’ont oublié.

Et pour cause : une partie de la droite du Vieux Continent alimente cette hystérie autour de la dette dans le but d’atteindre l’Etat providence. Leur objectif est simple : réduire le périmètre des Etats.

C’est très inquiétant. A s’enfermer dans cette vision du monde, l’obsession de l’austérité et la phobie de la dette, l’Union européenne est en train de détruire son avenir.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/09/01/joseph-stiglitz-l-union-europeenne-est-en-train-de-detruire-son-futur_4742246_3234.html#v2x5vJIIxfIb8D7r.99

2319
Cameroun : Un charbon écologique à base d'ordures ménagères



Cameroun : Un charbon écologique à base d'ordures ménagères.


    Le procédé est le suivant, les ordures (déchets végétaux et organiques) sont séchées pour en faire évaporer le maximum d'eau, ensuite elles sont brulés jusqu'à l'état de cendre dans des fours qui ne dégagent pas de fumée. Et pour finir le charbon est conditionné en petit cylindres homogènes pour être revendu (voir photos ci dessus & ci dessous). Le procédé parait simpliste au point que la découverte ne semble pas si exceptionnelle, cependant les avantages de ce charbon sont bien réels.



Les avantages donc, tout d'abord ce charbon dégagerait deux fois moins de dioxyde de carbone que les charbons classiques, ce qui est un point positif pour la santé et l'environnement. Ensuite un kilo ne coûterait que 500 francs CFA, soit 0,08 centimes d'euros, contre 0,16 centimes d'euros pour le charbon classique, donc deux fois moins cher pour le consommateur. Rappelons que le salaire moyen d'un camerounais est d'environ 50 000 francs CFA, soit 76euros.


Petit détail sans importance environmentale, mais ne produisant pas de fumée noire, avec ce charbon écologique les marmites s'usent moins vite.



"On a commencé à fabriquer une tonne et demie par semaine en 2014. Un an après, nous recyclons 20 tonnes de déchets par semaine. Pour l’instant, il nous est difficile d’en vivre, et nous sommes toujours dans une période d’investissement et de sensibilisation. Mais nous ne sommes pas inquiets, car nous sommes persuadés que le marché va se développer avec l’éveil des consciences en Afrique. D’ici l’horizon 2020, notre objectif est de produire 100 tonnes par semaine." déclare t-il sur France 24 Observateurs.

    Fusionner un problème environnemental de surplus de déchets et d'ordures ménagères avec un besoin en charbon représentant environ 70% de la population est une idée brillante. Muller Tenkeu Nandou, un des étudiants à l’origine de ce projet baptisé Kemit-Ecology, est très confiant pour l'avenir et il a de quoi !

 
 

Votre avis nous intéresse, laissez un commentaire !



Vous voulez contacter Kemit-Ecology ?

Envoyez leur un mail à kemit.ecology@yahoo.com .


http://www.lapausesolid-r.fr/2015/09/cameroun-un-charbon-ecologique-base.html

2320
Hors europe / La stratégie des USA en Syrie : un beau bordel
« le: 01 septembre 2015 à 21:33:36 »
La stratégie des USA  en Syrie : un beau bordel

Par Pepe Escobar – Le 13 août 2015 – Source Russia Today

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergei Lavrov, le secrétaire d’État des USA John Kerry et le ministre des Affaires étrangères saoudien Adel al-Joubeir se sont rencontrés la semaine dernière à Doha pour trouver des moyens (en théorie) de résoudre le puzzle syrien.

Le gâchis sanglant qui a suivi était prévisible.

Al-Joubeir s’est entretenu avec Lavrov à Moscou. Une délégation de l’opposition syrienne (sans djihadistes) s’est rendue aussi à Moscou. Le ministre des Affaires étrangères iranien Javad Zarif devait aller à Ankara pour parler de la Syrie avec les Turcs, mais il a annulé son voyage. Il a plutôt choisi d’aller au Pakistan et il est attendu à Moscou la semaine prochaine.

Tous les espoirs de paix sur le chemin de Damas semblent passer par Moscou. Sauf que la réalité sur le terrain est tout autre. Les forces armées de la République arabe syrienne continuent de combattre ce que l’Occident qualifie de rebelles modérés en plus de nombreux djihadistes purs et durs.

Ce qui se dégage de la réunion entre Kerry et Lavrov, c’est l’entrée en scène de l’Objet Bombardant Non Identifié (OBNI). Qu’est-ce qui se cache derrière l’OBNI ?

En théorie, l’arrivée de l’OBNI révélerait que les USA se sont enfin décidés à bombarder État islamique (EI, l’ancien EIIL), dans l’espoir d’ouvrir la voie en faveur d’une solution politique. L’arrivée de six F-16, de deux avions de soutien militaire et de 300 soldats des USA à la base de l’Otan d’Incirlik, en Turquie, prêterait foi à cette interprétation.

Sauf que la façon dont les Turcs utilisent l’OBNI a de quoi rendre perplexe, c’est le moins qu’on puisse dire. Ce n’est pas EI que la Turquie bombarde, mais essentiellement les Kurdes, tout en soutenant l’insurrection syrienne (non djihadiste en théorie) sur le terrain en lui fournissant un tas d’armes à des fins de restructuration.

Traduction (en attente d’être révisée) : les boys d’Erdogan ont reçu le feu vert pour faire ce qui leur chante au nord de la Syrie. Ils ont choisi de laisser les brutes du faux califat tranquilles, tout en bombardant les Kurdes et en favorisant un changement de régime à Damas.

L’excuse d’Erdogan, c’est qu’il faut empêcher le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), c’est-à-dire les Unités de protection du peuple (YPG) formées de Kurdes syriens affiliés au PKK, de contrôler des secteurs du nord de la Syrie qui n’étaient pas historiquement sous leur contrôle.

Mais il y a un nœud. L’administration Obama semble maintenant avoir fait un nouveau virage à 180 degrés, en remisant pour l’instant les 500 millions de dollars destinés à la formation et à l’armement des rebelles modérés, qui avait fait l’objet d’un grand battage, au profit d’une tentative de collaboration avec le YPG.

De toute évidence, la stratégie de Washington n’a rien à voir avec celle d’Ankara, qui préconise le bombardement des Kurdes sous le prétexte de combattre Assad.

Mais comme l’administration Obama ne comprend rien à la stratégie, Washington ne sait pas trop s’il devrait s’allier ou non au YPG. C’est comme si le Pentagone tremblait à l’idée de s’attirer les foudres d’Ankara ou encore les foudres des vassaux arabes des USA. N’empêche que le Pentagone, toujours imperméable à toute forme d’ironie, reconnaît qu’il s’agit d’une stratégie fragile.

C’est tout de même incroyable que les prétendus mouvements pour la souveraineté du Kurdistan flanquent la trouille à tout le monde, non ?

Nous voulons notre changement de régime, na!

Il est justifié de soutenir que le véritable plan de l’administration Obama pour la Syrie est énoncé dans cette bouillabaisse de la Brookings Institution, qui appelle à un changement de régime. Jusqu’à un certain point, c’est ce qui se passe sur le terrain : on assiste à un changement de régime sans véritable changement de régime, Damas étant incapable de contrôler de vastes pans du territoire syrien.

Mais qu’en est-il des gangs djihadistes dans tout cela? Ahrar al-Sham, un groupe formé d’islamistes syriens, a déjà annoncé son soutien à la stratégie USA-Turquie de créer une zone libérée de EI au nord de la Syrie, même si ce n’est pas ce que recherche la Turquie.

Le Front al-Nosra, qui est en fait al-Qaïda en Syrie, dont les membres sont dorénavant considérés comme des rebelles modérés aux USA, a effectué un repli stratégique de leurs positions au nord d’Alep. Traduction : leur ordre de marche provient des USA et de la Turquie.

Ce qui nous mène à cet incommensurable nuage d’illusions bercées par les médias sous contrôle saoudien qui couvre l’ensemble du Moyen-Orient, cette notion voulant qu’Ankara a fait preuve d’une grande habileté dans sa lutte contre les rebelles (les djihadistes d’antan), ce qui a permis aux rebelles modérés que favorisent les USA de connaître le succès.

Mais au train où vont les choses sur le terrain, un phénomène plus inquiétant est en train de poindre à l’horizon : la création d’une prétendue zone tampon au nord de la Syrie. Sauf qu’il y a un nouveau nœud, car personne ne sait quel type de rebelles modérés ou mélange toxique de djihadistes aura le contrôle de ce vaste territoire.

Les perdants seront assurément les Kurdes syriens du YPG, ce qui n’est pas tout à fait ce que Washington souhaite. Ou peut-être que si. Après tout, l’administration Obama n’a pas la moindre idée de ce qui est souhaitable ou pas.

Ce que les Turcs et les vassaux arabes des USA veulent, eux, c’est que les rebelles modérés (djihadistes y compris) se rassemblent et donnent un élan décisif pour conquérir Alep, la plus grande ville syrienne. C’est que dans les rêves les plus fous d’Ankara et de la maison des Saoud, ce serait le prélude menant à un changement de régime.

Un changement de régime, c’est exactement ce que Joubeir a de nouveau évoqué avec Lavrov à Moscou. Lavrov est resté suffisamment poli en disant que leurs différences à propos de la Syrie subsistent, même si Moscou fait tout son possible pour favoriser une sorte de dialogue intra-syrien.

La feuille de route tiendra-t-elle la route ?

La Russie éprouve des difficultés sur le front diplomatique avec tous ces poids plume dont elle a à s’occuper. L’un d’entre eux, Khaled Khoja, le président de la Coalition nationale des forces de l’opposition et de la révolution (dont pratiquement personne n’a entendu parler) s’est rendu récemment à Moscou et a rencontré Lavrov. Il a dit que la proposition russo-iranienne de mettre fin à la tragédie syrienne était irréalisable, en insistant pour dire que la seule solution est que Assad doit partir.

Assad pourrait finir par partir, mais un intense travail diplomatique sera nécessaire.

Il semble pourtant qu’on soit parvenu à une décision importante à Doha, à savoir qu’il n’y aura pas de partition de la Syrie. Bref, pas de balkanisation impériale. Si Kerry y a vraiment donné son assentiment, cela change complètement la donne.

La feuille de route envisagerait donc maintenant une transition qui, selon une proposition russe, serait organisée avec l’aide de l’Iran. Ses éléments comprendraient une sorte de départ organisé de Bachar al-Assad ; la création d’une véritable coalition regroupant les Arabes et l’Iran pour combattre EI ; et l’absence de discrimination à l’endroit des chiites ou des alaouites dans tout scénario d’avenir pour la Syrie.

Les vassaux arabes des USA sont toujours peu disposés à reconnaître que les parties les plus développées de la Syrie, qui soutiennent Assad et que défendent le Hezbollah et l’Iran, ne se soumettront pas (par la force des armes ou autrement) à quelque majorité sunnite que ce soit. Pour sa part, Damas garde son calme par rapport à l’ensemble de la situation sur le plan militaire et sécuritaire dans la capitale et les environs jusqu’à la frontière avec le Liban.

De son côté, la maison des Saoud semble enfin prêter l’oreille (en théorie) à ce que dit Moscou, ce qui comprend la suggestion de Poutine de former une véritable coalition contre EI qui engagerait Damas, Riyad, Téhéran, Ankara et Amman, par opposition à cet OBNI des USA et de la Turquie.

La proposition de Moscou prévoit aussi la tenue d’une grande conférence régionale pour lever les derniers obstacles, à laquelle participeraient notamment l’Arabie saoudite, l’Iran, la Turquie, l’ONU, les USA et la Russie.

Cette initiative diplomatique a du mérite. Pourtant, Erdogan a choisi d’employer des propos réducteurs pour en parler : l’attitude actuelle de Poutine envers la Syrie est plus encourageante qu’avant. Il n’est plus d’avis que la Russie soutiendra Assad jusqu’au bout. Je crois qu’il peut laisser tomber Assad.

Un contrecoup est à prévoir

Tous les courants néo-ottomanistes déments pourraient être attribués au calife Erdogan, à tort ou à raison. Mais les faits entourant l’OBNI sur le terrain ne trompent pas : Ankara s’en prend aux Kurdes et ignore totalement EI. Le ministre des Affaires étrangères turc Mevlut Cavusoglu le dit sans ambages : Il n’y a pas de différence entre le PKK et Da’ech [l’acronyme arabe désignant EI]. Ce qui va totalement à l’encontre de la stratégie de l’administration Obama.

Le Pentagone fulmine. D’où les fuites au réseau Fox provenant des proverbiales sources militaires invisibles, qui ont rapporté l’indignation des généraux du Pentagone quand Ankara a lancé son propre OBNI contre les Kurdes quelques heures seulement après s’être engagé à bombarder le faux califat avec les USA.

Même Hollywood n’aurait jamais imaginé une intrigue secondaire pareille impliquant des tirs amis : des forces spéciales des USA au nord de l’Irak chargées de conseiller et de former des Peshmergas kurdes courant se réfugier dans leurs bunkers souterrains, pendant que l’OBNI turc bombarde les montagnes où le PKK a établi son quartier général. C’est que Erdogan est suffisamment cinglé dans sa haine des Kurdes pour prendre le risque de réduire en poussières les forces spéciales des USA.

Il faut dire que la controverse n’a pas fait grand bruit dans les officines à Washington. On l’a tout simplement attribuée à la tension avec un allié réticent qui avait auparavant fermé les yeux sur les activités illicites de EI. Voilà maintenant que la décapitation en est réduite à une simple activité illicite.

Ayez une pensée pour les nuits d’insomnie du calife Erdogan. Lorsqu’il regarde du côté de sa frontière méridionale avec la Syrie, tout ce qu’il voit, c’est le fantôme d’un État kurde autonome. Alors il bombarde et bombarde encore. Mais lorsqu’il finira par s’endormir en soupirant de contentement, le contrecoup surviendra.

Traduit par Daniel, relu par jj et Diane pour Le Saker francophone

Pepe Escobar est l’auteur de Globalistan: How the Globalized World is Dissolving into Liquid War (Nimble Books, 2007), Red Zone Blues: a snapshot of Baghdad during the surge (Nimble Books, 2007), Obama does Globalistan (Nimble Books, 2009) et le petit dernier, Empire of Chaos (Nimble Books).

http://lesakerfrancophone.net/la-strategie-des-usa-en-syrie-un-beau-bordel/

2321
Gosselies: un jeune garçon en très mauvaise posture après avoir sauté dans la carrière

Les pompiers de Charleroi sont intervenus pour sauver un jeune garçon qui s’était mis dans une très mauvaise posture alors qu’il jouait dans une carrière de Gosselies.
À la suite de plusieurs sauts, il s’est cassé la jambe et s’est accroché à une branche.
En hypothermie, les pompiers l’ont finalement sorti de l’eau.



Plus de peur que de mal pour un adolescent, ce lundi après-midi. Le jeune garçon était occupé à jouer avec des amis à la carrière de Gosselies. Lors d’un saut, le jeune est mal retombé et s’est fracturé la jambe. Il s’est alors accroché à une branche.



Ses amis ont rapidement appelé les secours. Un Smur de Gosselies, une ambulance des pompiers, les plongeurs et le grimp sont intervenus sur place afin de dégager le jeune homme de cette posture. Ce dernier commençait à s’affaiblir et il était en hypothermie. Il a finalement été pris en charge par les secours.



http://www.lanouvellegazette.be/1365542/article/2015-08-31/gosselies-un-jeune-garcon-en-tres-mauvaise-posture-apres-avoir-saute-dans-la-car

2322
Anonymous vs pedobook les vérités cachées




2323
Polémique sur le travail au noir: il sera possible de dénoncer son voisin en ligne et anonymement

video : http://www.rtl.be/videos/video/546758.aspx

Dès le mois d'octobre, un point de contact sur internet vous permettra de dénoncer de façon anonyme d'éventuels fraudeurs ou travailleurs au noir. Ce qui risque d’entraîner des dérives.

Travail au noir ou violations des règles du travail: c’est ce qu’on appelle la fraude sociale. Elle pourra bientôt être dénoncée par les citoyens en quelques clics. Jean-Claude Heirman, directeur général de l’inspection sociale, apporte quelques détails: "Ils vont devoir s’identifier malgré tout. Ils vont donner leur nom et leurs coordonnées. Leur adresse mail éventuellement. Ils devront indiquer clairement l’objet de leur demande." Le dénonciateur devra enregistrer une identité, même si rien ne l’oblige à donner ses réelles coordonnées aux pouvoirs publics. D’ailleurs, le secrétaire d’État à la fraude sociale, Bart Tommelein, le rappelle: "Que les gens rentrent une fausse identité, nous ne pouvons pas totalement l’exclure. A moins de mettre en place une lourde procédure par laquelle les citoyens seront obligés d’introduire une plainte à la police."


"Est-ce le rôle du citoyen?"

La création de ce point de contact a été décidée, car beaucoup de plaintes sont envoyées à divers services d’inspection et ils n’ont pas tous pour rôle de répondre à ces dénonciations. Résultat, sur les 1200 plaintes déposées chaque année, seules 400 sont traitées par le pouvoir public.

Le service d’information et de recherches aux affaires sociales a aidé à mettre en place cette mesure. "On a reçu un crédit pour avoir deux inspecteurs, deux contrôleurs qui vont gérer le site. Ils vont simplement renvoyer la plainte vers le service compétent", ajoute Jean-Claude Heirman.

Malgré la vérification des informations, ce système pourrait toutefois engendrer certaines dérives. Alexis Deswaef, avocat et président de la ligue des droits de l’homme se questionne au micro du RTLinfo 19H: "On se pose la question de savoir si c’est utile d’aller jusqu’à organiser et stimuler le citoyen à dénoncer son voisin. (…) Évidemment, il faut lutter contre le travail au noir. Mais, est-ce le rôle des citoyens de se substituer aux inspecteurs sociaux ?"

Le peaufinnement de cet outil est toujours en cours, mais le point de contact via le net devrait être assez simple à manipuler dès le 1er octobre.

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/polemique-sur-le-travail-au-noir-il-vous-sera-possible-de-denoncer-son-voisin-en-ligne-et-anonymement-749854.aspx

2324
Ce qui change avec le renforcement de la sécurité dans les trains

Source : http://www.challenges.fr



Ce qui change avec le renforcement de la sécurité dans les trains.

   Ce Samedi 29 Août, le gouvernement a confirmé de nouvelles mesures de sécurité dans les gares et les trains, comme les contrôles aléatoires des bagages, une plus forte présence policière et des fouilles corporelles plus nombreuses. D'après Alain Vidalies, le secrétaire d’État chargé des Transports, ces mesures seront opérationnelles dans "les semaines à venir" et comprendront aussi bien les Thalys que les TGV.

   Ces mesures font suite à la "tentative" d'attentat dans un train de Thalys reliant Amsterdam à Paris, déjouée par des marines américains. "Chacun qui prendra le train doit savoir (...) qu'il peut être l'objet d'un contrôle aléatoire de l'ensemble de ses bagages" a déclaré Alain Vidalies. "Nous allons aussi renforcer les patrouilles, c'est-à-dire la présence de gens armés" a t-il ajouté.




Photos d'illustration.

   En plus de la fouille, les agents de la Surveillance Générale de la SNCF (Suge) pourront bientôt "procéder, dans les trains et gares du territoire français, à des palpations de sécurité" et seront "autorisés à patrouiller et à verbaliser, en tenue civile et armés".

   Bernard Cazeneuve envisagerait également d'éventuelles fouilles aléatoires des bagages sans consentement par des agents de police et de "rendre obligatoire la détention de papiers d'identité dans les gares ou les trains" a t-il déclaré.


Le dilemme de la sécurité contre la liberté serait-il une fatalité ?

Le juste milieu est difficile à percevoir, mais prenons garde à ne pas donner trop de pouvoir à des personnes non habilitées


Votre avis nous intéresse, laissez un commentaire !

Lire l'intégralité de l'article de Challenges

http://www.lapausesolid-r.fr/2015/08/ce-qui-change-avec-le-renforcement-de.html

2325
Des fans du Standard attendaient les joueurs devant l'Académie pour des explications après la raclée à Bruges: arrestations administratives générales



Retour chahuté pour les Rouches. Les joueurs liégeois, qui se sont inclinés lourdement sur le terrain du Club de Bruges, ont reçu la visite de supporters mécontents à leur retour à l’Académie…

Retour compliqué pour les joueurs du Standard après leur douloureux déplacement à Bruges (7-1). En effet, une cinquantaine de supporters les attendaient à l’entrée de l’Académie RLD pour montrer leur mécontentement.

Les supporters rouches déçus ont échangé quelques mots avec Yattara, Enoh, Van Damme, Trebel, Texeira, Arslanagic et Thuram. Il n’y a pas eu de violence. Les joueurs ont proposé aux fans de rentrer dans l’enceinte de l’Académie afin de discuter plus posément. Après une demi-heure de discussion, les fans sont sortis de l’Académie, où les attendaient des hommes du PAB (peloton anti-banditisme), des spotters et des policiers.

On dénombre plusieurs arrestations administratives, mais les supporters ont déjà été relâchés.

http://www.sudinfo.be/1364838/article/2015-08-30/des-fans-du-standard-attendaient-les-joueurs-devant-l-academie-pour-des-explicat