Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2416
Anonymous WHAT WE ARE CAPABLE OF in 2015!


2417
Europe / Amazon : une saison en enfer
« le: 19 août 2015 à 11:47:12 »
Amazon : une saison en enfer

A la faveur d’une longue enquête, le New York Times donne la parole aux employés de la célèbre plateforme de commerce électronique Amazon qui dénoncent des conditions de travail qu’ils considèrent comme abjectes. Jeff Bezos, PDG et fondateur d’Amazon, a décidé de répondre à ses employés.



Le site est connu de tous, mais que se passe-t-il exactement de l’autre côté du miroir ? En cherchant à dévoiler les dessous de la plateforme de commerce électronique Amazon, le New York Times ne s’attendait sûrement pas à déclencher un tel débat.

Dans les colonnes du quotidien américain, plusieurs employés du célèbre site dépeignent un environnement de travail hostile au sein duquel les salariés sont poussés à se dresser les uns contre les autres. Un monde où une seule prérogative a droit de cité : la productivité.

Je critique, tu critiques, il critique

Plus étonnant encore : l’article révèle qu’il existe au sein de l’entreprise un système tout ce qu’il y a de plus officiel pour permettre aux employés de se critiquer entre eux. Evidemment, avec ce genre de procédé, la dérive n’est jamais loin et la délation s’invite souvent au bal, l’outil devenant alors le moyen rêvé de se débarrasser d’un collègue un peu trop encombrant...

Pour donner une idée de l’atmosphère délétère qui règnerait en interne chez le géant du commerce en ligne, le New York Times explique : « Chez Amazon, les collaborateurs sont encouragés lors des réunions à véritablement réduire en pièces les propositions des autres, à travailler très tard (certains e-mails arrivent après minuit et sont suivis de messages demandant pourquoi ils n’ont aucune réponse). Pour sa part, la société se vante de tenir des objectifs déraisonnablement élevés ».

La peur au ventre

Pour aller toujours un peu plus loin dans le mauvais goût, le New York Times souligne le cas d’une employée qui, malheureusement, a accouché d’un enfant mort-né : « Elle s’est vue contrainte d’être suivie dans ses tâches au cas où sa vie personnelle prendrait le pas sur ses performances, explique le journal. Les pères ont peur d’être remplacés par plus jeunes qu’eux s’ils ne travaillent pas autant malgré la naissance de leur enfant ».

Bo Olson, ancien responsable en charge du marketing des livres numériques, précise qu’au cours de ses deux années au sein de l’entreprise, il avait pu à plusieurs reprises voir ses collègues pleurer dans leur bureau.

En filigrane donc, une règle d’or : la vie privée ne doit en aucun cas déborder sur la vie professionnelle, et ce toujours au nom de la sacro-sainte productivité.

« Je ne reconnais pas cet Amazon »

En haut lieu, la réponse ne s’est pas faite attendre devant la tempête déclenchée par l’article du New York Times. Le département des ressources humaines monte au front et explique que concurrence et innovation peuvent s’avérer difficiles à supporter : « Lorsque vous visez la lune, la nature même du travail que l’on vous demande doit vous motiver. Pour certaines personnes, ce système ne fonctionne pas ».

Jeff Bezos, en sa qualité de PDG, assure quant à lui : « Je ne reconnais pas Amazon, telle que la société est décrite et j’espère qu’il en va de même pour vous. D’ailleurs, je ne pense pas qu’une société ainsi détaillée puisse survivre. C’est pourquoi je pense sincèrement que si ces faits étaient réels, il faudrait être fou pour rester dans une société comme la nôtre ».

Ce n’est pas la première fois qu’une société du calibre d’Amazon se retrouve montrée du doigt pour dénoncer le traitement réservé à ses employés. Apple, pour ne citer qu’elle, a plus d’une fois été critiquée pour les mêmes raisons par d’anciens salariés, en particulier sous l’ère Steve Jobs, personnage qui était connu pour pousser ses collaborateurs dans leurs derniers retranchements. Le revers de la médaille, sans doute.


https://fr.news.yahoo.com/amazon-une-saison-en-enfer-073732309.html

2418
info - média france / DESTITUTION du Président HOLLANDE
« le: 19 août 2015 à 11:43:56 »
DESTITUTION du Président HOLLANDE

Nous demandons l'ouverture d'une enquête pour fraude fiscale, fausse déclaration et détournement de fonds publics, en vue de statuer en Haute Cour sur la Destitution du Président François Hollande.



Depuis son accession au pouvoir et de notoriété publique, le Président Hollande se livre à des comportements d'ordre privé en totale contradiction avec la Constitution, le Code électoral, le Code Civil et le Code général des impôts.

La commission des lois du Sénat vient d'adopter la loi organique dont l'absence empêchait l'application de l'Article 68 de la Constitution qui définit la procédure de "destitution du Président de la République en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatibles avec l'exercice de son mandat."



Des milliers de voix se sont élevées  pour exiger des explications juridiques, légales et officielles concernant divers comportements de nature à porter gravement atteinte à la fonction présidentielle, le Président Hollande s'abstenant sciemment d'accomplir les actes auxquels il est tenu en vertu de la Constitution, s'arrogeant un pouvoir qu'il ne tient pas de la Constitution et faisant un usage anticonstitutionnel des pouvoirs que la Constitution lui confère.



Faits constitutifs de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat


Faits constitutifs de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat

•  Déclaration de patrimoine non certifiée — Contrairement à l'obligation qui lui était faite aux termes du quatrième alinéa du I de l'article 3 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à l'élection du Président de la République au suffrage universel, la déclaration de situation patrimoniale de François Hollande publiée au Journal Officiel n'a pas été "certifiée sur l'honneur exacte et sincère", ce qui aurait dû invalider sa candidature et a fortiori son élection.

• Déclaration de patrimoine incomplète — Parue au Journal Officiel, la déclaration de situation patrimoniale de François Hollande serait incomplète et inexacte. Le Président a déclaré un patrimoine personnel immobilier net (valeurs brutes des immeubles moins emprunts immobiliers) de 970 000 € qui est presque exclusivement de la plus-value si on en juge par les dates et prix d'achats de l'ordre de 300 000 € de ces biens. Son patrimoine hors immobilier net (liquidités, meubles et placements moins emprunts de trésorerie) est déclaré négatif de - 32 759.77 euros Pourtant en toute logique, il aurait dû afficher un solde positif de l'ordre d'un million d'euros selon les statistiques de l'INSEE pour ces tranches de revenus et sans même tenir compte des privilèges accordés aux hauts fonctionnaires... Oubliées également les parts de la "SCI La Sapinière" gérée conjointement et officiellement par François Hollande et Ségolène Royal ? La ministre de l'écologie en déclare une valeur vénale de 1 200 000 € qui n'apparaît nulle part ailleurs que sur sa propre déclaration de patrimoine... Il s'agirait de parjure et de fraude fiscale.

• Absence de déclaration commune d'ISF et infraction au code des impôts — Alors qu'ils étaient légalement "concubins notoires" jusqu'au 26 janvier 2014, date à laquelle François Hollande a indiqué solennellement qu’il mettait fin à la vie commune qu’il partageait avec Valérie Trierweiler. M. Hollande et Mme Trierweiler qui formaient un foyer fiscal, se sont abstenus de déclaration d'Impôt sur la Fortune ainsi que de son acquittement. Pourtant leurs patrimoines cumulés dépasseraient le seuil de déclenchement de l'impôt sur la fortune de 1 300 000 €. Il s'agirait donc d’une violation du Code des Impôts.

• Complicité de détournement de fonds publics par Valérie Trierweiler avec conflit entre l'intérêt public et privé... — Pendant 19 mois, au mépris des Articles 432-15 et 432-16 du Code Pénal, François Hollande a laissé sa compagne dépenser l'argent public et employer un cabinet personnel de communicants au frais du contribuable alors que Mme Trierweiler n'avait aucun titre, aucun mandat, aucune mission légitimant sa prise en charge par l'État. Il s'agit là de soustraction et détournement de fonds publics pour des emplois fictifs. La répudiation de Madame Trieriweiler en janvier 2014 n'efface en aucun cas les infractions commises; bien au contraire, l'aveu officiel de vie commune auquel François Hollande met fin entérine l'extrême déloyauté à l'égard de son pays dans le non-respect des textes de loi qui le régissent.


Après le scandale des "phobies administratives" des ministres Cahuzac, Thévenout, Le Guen, Arif…, nous Français, électeurs et contribuables, renouvellons notre demande d'enquête pour fraude fiscale, fausse déclaration et détournement de fonds publics, en vue de statuer en Haute Cour sur la Destitution du Président François Hollande.

* * *

Nous vous invitons à "signer" ci-dessous et à partager cette pétition. Merci de bien vouloir la diffuser massivement à tous vos contacts (par mail, sur Facebook, sur Twitter...)

Sur twitter > Calculette@LaMutine   ✉ Contacter l'auteur de la pétition

http://www.petitions24.net/destitution_de_francois_hollande

2419
Les protocoles des sages de Sion sont vrais!




Un document qui décrit parfaitement la réalité de notre monde d'aujourd'hui.



Le protocole des sages de Sion est un livre qui a subi la controverse au début du siècle dernier. Aussitôt édité il n’a eu de cesse d’être combattu par l’intelligentsia juive car il mettait en lumière le projet global de l’avant-garde éclairée de la communauté juive. Un projet que l’on appelle aujourd’hui le NEW WORLD ORDER ou le nouvel ordre mondial en français, car vous constaterez que toute l’histoire moderne doit se finir à Jérusalem. C’est écrit dans les livres sacrés des religions abrahamiques. Le peuple d’Israël va unir contre lui les nations et à la fin Dieu reconnaîtra les siens…Le sionisme est en fait un projet qui date de plus de 2000 ans et qui est sur le point de s’accomplir. C’est un tour de force phénoménal accompli par une si petite communauté humaine. Cela dénote une volonté, une force intérieure et extérieure énorme pour parvenir au but. Il a aussi fallu pour cela que tout au long de ces deux derniers millénaires les initiés de ce grand œuvre aient poursuivi avec détermination le chemin tout tracé quels qu’en soient les événements affrontés.

Il a fallu aussi employer tous les moyens pour parvenir à dominer les nations et ensuite les jeter


les unes contre les autres dans des guerres impitoyables qui ont permis à chaque fois de prendre de plus en plus d’importance jusqu’à devenir intouchables aujourd’hui. Grandiose vraiment… Pour celles et ceux qui s’intéressent à l’histoire du judaïsme je vous conseille de vous intéresser particulièrement à Sabbattaï Tsevi, le messie des juifs,  Jacob Frank ainsi qu’au troisième livre sacré du judaïsme: le Zohar. Un livre kabbalistique qui amène l’âme humaine à la pureté en passant par 125 étapes définies. Parmi celles-ci se trouvent les pires supportables pour l’âme humaine puisque c’est en descendant au tréfonds de soi que l’on est capable de se régénérer.
 Le livre de chevet de la secte des Donmeh originaire de la frontière gréco-turque. Là où est né Atatürk, le grand laïc, ou la famille Sarkozy entre autre. Suivant la doctrine de ce judaïsme tous les moyens sont bon pour parvenir à ses fins. Tous même les pires bien entendu. La corruption est bien sûr le plus usité car cette avant-garde est usurière, mais aussi la corruption mentale. On invite les notables dans des réunions satanistes et pédo-criminelles pour corrompre les présents et les maintenir sous la domination par le silence. Une fois suffit pour être pieds et poings liés entre les mains de ceux qui tirent les ficelles dans l’ombre. Qui avouera avoir participé aux sacrifices d’humains et notamment d’enfants? Cela existe bien sûr et vous n’êtes plus étonnés de voir l’omerta qui règne sur les réseaux pédophiles. Polanski ou Mitterrand sont même des icônes indéboulonnables du sommet de notre pyramide alors que ce sont des pédophiles reconnus tout comme Cohn-Bendit…Pourquoi? Parce que dans le Talmud c’est autorisé tout simplement. Ce livre sacré est une insulte aux peuples du monde, à leur honnêteté, à leur gentillesse. C’est un livre écrit par et pour les juifs à qui tous les droits sont octroyés au détriment de tous les autres peuples considérés comme bon à abattre. Je délire? Vraiment? Bon il vous faut des preuves pour comprendre où cette élite veut nous mener…

Voici quelques versets du talmud en vidéo pour avoir une idée de ce qu’il dit et de ce qu’il représente:



Attali est une référence pour toute la communauté juive et il est omniprésent dans nos médias et au sommet de notre pyramide n’est-ce pas? Un homme reconnu d’accord? Alors écoutons ce petit homme lorsqu’il est en réunion privée nous parler de la condition humaine qui se limite à être juif. Si vous n’êtes pas juif…

http://dai.ly/xjf50g

xjf50g_jacques-attali-le-raciste_news



Voilà il le dit clairement et ça ne devrait pas vous étonner lorsque vous entendez l’élite juive vouloir réserver Israël aux juifs! Cela s’appelle de l’épuration ethnique racialiste de la pire espèce non? C’est dans le Talmud…

Mais Attali est intéressant car il parle beaucoup dans les médias et n’hésitent pas à dire vraiment la vérité. Dans la vidéo suivante il nous parle clairement du nouvel ordre mondial qu’il souhaite voir arriver et de son objectif qui est de faire de Jérusalem la capitale d’un gouvernement mondial. Ca ne vous rappelle rien?

https://www.dailymotion.com/video/xecywq_attali-jerusalem-capitale-d-un-gouv_news#tab_embed

xecywq_attali-jerusalem-capitale-d-un-gouv_news



Si l’on croit en la parole de cet éclaireur illuminé du peuple élu on comprend donc que son projet est bien de créer un gouvernement mondial comme le veut un DSK et autres. Ce projet n’est donc pas une invention de notre part mais bien une réalité et ce n’est donc pas une théorie du complot. C’est exactement ce qui est écrit dans le Protocole des sages de Sion. Un document que l’on a cherché pourtant à diaboliser et à dénigrer tout au long de son histoire, résumée dans cette vidéo qui, je vous avertis, est évidemment à charge contre les auteurs de ce document et tous ceux qui s’y réfèrent. A la lecture de cette vidéo, intéressante au demeurant, vous comprendrez que les racistes c’est nous, les juifs sont évidemment gentils et ouverts aux autres comme chacun le sait.

xmrvtb_les-protocoles-des-sages-de-sion_news



Voici donc quelques idées forces tirées de ce protocole et libre à vous ensuite de constater s’il y a une concordance avec notre réalité ou si cela est une vue délirante d’un esprit dérangé:


Nous rendrons tous les gouvernements esclaves de notre super-gouvernement.

Une vue de l’esprit? La domination de ce lobby juif sur nos gouvernements occidentaux est-elle vraiment fausse?


Nous ferons la preuve de notre force par des attentats.

Demandez à Raymond Barre ce qu’il pense de l’attentat de la rue Copernic en France. Et puis renseignez-vous sur les véritables investigateurs du 11 septembre. Demandez-vous pourquoi le propriétaire juif a acheté les tours deux mois avant et les a fait assurer contre des attentats terroristes par avion?! Entre autre…Vous comprendrez donc bien que nombre d’attentats sont l’œuvre du Mossad pour déstabiliser le monde et l’entrainer dans des guerres. A qui ont profité les deux guerres mondiales? Au lobby juif sioniste plus puissant que jamais aujourd’hui. Demandez-vous pourquoi l’affaire Dreyffus? Pourquoi Hitler n’a-t-il jamais eu le projet de solution finale comme le dit la propagande juive mais seulement de spoliation de leurs biens? Pourquoi Rothschild a acheté les terres d’Israël pour créer son état? Pourquoi les USA ont fermé leur frontière aux juifs dès 1931! Etc…etc…


Quand nous serons les maîtres du monde nous ne tolérons aucune autre religion que la nôtre.

La destruction des autres religions n’a-t-elle pas commencé? la religion catholique dévoyée par Vatican II et constamment attaquée dans des pamphlets de plus en plus abjects contre la personne, juive, de Jésus. Pourquoi? parce que ce juif a osé se lever contre sa communauté, contre son élite.
 Et puis l’Islam n’est-elle pas devenu la religion à abattre en occident? La haine du musulman est à son comble et le projet est de voir les catholiques s’attaquer aux mususlmans pour la plus grande joie de la petite communauté juive qui instrumentalise au passage l’émigration massive qu’elle finance. La France métissée quel beau projet humaniste! Oui mais pas pour les juifs qui ne peuvent se marier qu’entre eux pour préserver leur sang pur…


Nous avons une ambition illimitée, une convoitise dévorante, une vengeance impitoyable, une haine intense…

Qui contrôle les banques mondiales aujourd’hui? Les juifs et leurs alliés protestants. L’alliance au sommet entre Rothschild et Rockefeller pour conquérir le monde, se le partager avant de se déchirer pour le dominer peut-être. Qui contrôle les sociétés secrètes influentes comme Bilderberg? La trilatérale qui vient de nommer les nouveaux chefs de gouvernements en Italie et en Grèce? Davos? Qui sont les va-t-en guerre de ce monde au nom de la laïcité? Elle a bon dos la laïcité pour servir de paravent au projet d’éradication des religions. Et qui pour cela s’allient avec la véritable lie de l’humanité que sont les assassins inhumains et barbares qui ont intégré le réseau Al-Qaeda financé par la CIA elle-même au service de la cause. Qui contrôle Obama le plus puissant président du monde? Personne? Vous êtes vraiment naïfs alors…

Bref tout concorde avec ce qui est écrit dans les protocoles et d’ailleurs je vous le prouve en vous mettant le lien vers le document écrit. Prenez le temps de le lire et vous comprendrez que finalement tout s’est réalisé! Ils ont réussi et sont sur le point de vraiment dominer le monde. C’est incroyable mais c’est comme ça. Pour se faire il a fallu que ces hommes, rarement des femmes, abandonnent toute dignité humaine. Il a fallu aller loin chercher au fond de soi-même la force de faire des choses détestables et horribles pour parvenir à leurs fins. Ce n’est que la haine qui peut animer ces gens-là depuis l’aube de l’histoire christique. Une haine intense pour vouloir la destruction et l’esclavage de tous les non-juifs au nom de Dieu. Quel Dieu? un Dieu de bonté et d’intelligence vraiment ou un démon? A vous de juger.

Lire le protocole des sages de SION et retrouvez tous mes documents SCRIBD.



PS: Je tiens à préciser qu’il existe des juifs de naissance qui ne se reconnaissent nullement dans leur religion satanique et qui rejettent le sionisme. Cela est l’œuvre surtout de la petite élite avant-gardiste illuminée… Vous trouverez aussi des documents en cliquant sur la perle dans la colonne de droite puis sur Le Grand Œuvre révélé.


https://litinerantcitoyen.wordpress.com/2011/12/06/les-protocoles-des-sages-de-sion-sont-vrais/

2420
Islam – Son objectif final est d’anéantir le christianisme



Face à l’islam, l’Occident aurait dû prendre, dès les années 1990, quelques mesures. Car si les médias continuent de pratiquer le mensonge et l’autisme, l’islam, lui, progresse et révèle, toujours plus, son vrai visage. Celui d’une religion qui, à moins de se réformer de l’intérieur, deviendra incessamment une forme de fascisme religieux à l’échelle planétaire. Première mesure que l’Occident aurait dû prendre, dès les années 1990 : exiger la réciprocité en matière de liberté religieuse. Deuxième mesure : geler les constructions de mosquées en Occident. Troisième mesure : favoriser en Europe l’immigration de Chrétiens d’Orient persécutés et stopper l’immigration de musulmans dits « migrants ». Quatrième mesure : déployer des forces multinationales de protection dans les zones en terre d’islam où les Chrétiens font l’objet de massacres.

Or, aucune de ces quatre mesures n’a été prise. Quelle est la conséquence du refus de prendre ces mesures ? La conséquence, c’est que la guerre contre l’islam va durer plusieurs décennies et qu’elle fera probablement des millions de morts. Enfin, j’ai déjà eu l’occasion d’écrire que (cinquième mesure) l’alliance de l’Occident avec tel ou tel pays musulman, cette alliance doit être considérée comme une alliance tactique à court terme, même si elle est renouvelable pendant un certain laps de temps. Par exemple, face à l’Etat Islamique (EI), qui veut anéantir les chrétiens en terre d’islam, le régime syrien de Bachar al-Assad n’est certes pas un allié stratégique à long terme. Mais il devrait être au moins un partenaire tactique à court terme.

A ce propos, Roberto de Mattei, sur Correspondance européenne, écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : La première décapitation islamique sur le sol européen, depuis l’époque de la bataille de Vienne (1683), est survenue le 26 juin 2015. Il y a vingt ans, le 21 juin 1995, était inaugurée la mosquée islamique de Rome, la plus grande d’Europe, présentée comme centre de dialogue œcuménique et de paix religieuse. La seule voix de protestation qui s’éleva en Italie fut celle du Centro Culturale Lepanto, qui organisa un rosaire de réparation dans l’église San Luigi Gonzaga, voisine de la mosquée, et dans un communiqué parla de la construction du centre islamique au cœur de la Ville Eternelle comme d’un « acte symbolique d’une gravité sans précédent. Rome est le centre de la foi catholique : l’islam nie à la racine les vérités fondamentales de notre foi et se propose d’implanter son domaine universel sur les ruines de ce qui fut la civilisation chrétienne occidentale ».

Roberto de Mattei : A la même époque, entre 1992 et 1995, se déroulait la guerre ethnique et religieuse de Bosnie, la première guerre médiatique de l’époque moderne, mais aussi la plus dénaturée par les médias. La version politiquement correcte du conflit offrait l’image d’un gouvernement à majorité musulmane, mais de fait multiculturel, assiégé par des nationalistes radicaux, croates et serbes, décidés à exterminer les musulmans de Bosnie. La vérité ignorée, c’était que la Bosnie fut le premier front du Jihad global d’Al-Qaïda, le premier évènement international dont l’islam tira un bénéfice énorme. John R. Schindler, un analyste américain qui passa près de dix ans dans l’aire des Balkans, a retracé de cette guerre une analyse perspicace (Unholy Terror: Bosnia, Al-Qaïda, and the Rise of Global Jihad, Zenith Press, St Paul, Minnesota 2007), analyse qui coïncide en de nombreux points avec celle du spécialiste de géopolitique Alexandre Del Valle (Guerres contre l’Europe, Edition des Syrtes, Paris 2000).

Roberto de Mattei : Ce fut dans les années 90, en Bosnie, qu’Al-Qaïda, devint la multinationale du djihad, sous la conduite d’Osama Bin Laden. L’Arabie Saoudite, qui avait payé trente-cinq millions de dollars la construction de la mosquée de Rome, dépensa des centaines de millions pour financer les combattants de la guérilla islamique, encourageant les jeunes musulmans du monde entier à entreprendre la guerre sainte en Europe. Le premier acte de la Bosnie indépendante, qui restait un pays à majorité chrétienne, fut l’adhésion à l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI), qui rassemble 57 pays de religion musulmane, unis dans le but de propager la Shari’a dans le monde.

Roberto de Mattei : Jusqu’alors il apparaissait clairement que l’islam avançait selon deux lignes stratégiques. La ligne « douce » misait sur l’islamisation de la société à travers le réseau des mosquées, qui constituent un centre de propagande politique et religieuse ; mais aussi de recrutement militaire, comme celle de Milan, servant de base opérationnelle pour faire parvenir des hommes, de l’argent et des armes en Bosnie. Les Frères Musulmans, fondés par Hasan al-Banna en 1928, sont l’expression de cette stratégie d’expansion « gramscienne ». Il s’agit d’un mouvement, comme le rappelle Magdi Allam, qui « promeut l’islamisation de la société par le bas, par le contrôle des mosquées, des centres culturels islamiques, des écoles coraniques, des établissements caritatifs et des institutions financières » (Magdi Allam, Kamikaze made in Europe, Mondadori, Milan 2005, p. 22).

Roberto de Mattei : Cette ligne stratégique “douce”, s’accompagne, sans y être opposée, de la ligne “léniniste”, de l’islamisme radical, qui veut arriver à l’hégémonie mondiale à travers les instruments de la guerre et du terrorisme. Cette ligne dure a vu ces dernières années le passage d’Al-Qaïda à l’Isis, un Etat islamique qui s’étend des banlieues d’Alep, en Syrie, à celles de Bagdad, en Iraq, et a pour but déclaré de reconstituer ce califat universel qui, comme l’a expliqué dès les années 90 la principale spécialiste de l’Islam, Bat Ye’Or, n’est pas le rêve de fondamentalistes, mais l’objectif de tout vrai musulman.

Roberto de Mattei : Les diverses lignes stratégiques de l’Islam convergent aujourd’hui dans un même projet global de conquête. Dans l’acte de fondation du califat djihadiste, le prêche de la mosquée de Mossoul, du 4 juillet 2014, Abu Bakr al Baghdadi a appelé tous les musulmans à s’unir à lui : s’ils le font, il l’a promis, l’Islam arrivera jusqu’à Rome et dominera le monde entier. Dans les vidéos diffusées par l’Isis apparaît le drapeau noir du califat qui flotte sur le Vatican, le Colisée en flammes et une mer de sang qui le submerge. Enfin, l’annonce du califat libyen, « nous sommes au sud de Rome », tandis qu’Abu Muhammed al Adnani, porte-voix de l’Etat islamique d’Iraq et de la Grande Syrie, annonce : « Nous conquerrons votre Rome, nous briserons vos croix, nous réduirons vos femmes en esclavage ».

Roberto de Mattei : C’est ce même objectif annoncé depuis plus de dix ans par le principal représentant des Frères Musulmans, l’imam Yusuf al Qaradawi qui dans une fatwa promulguée le 27 février 2005, a déclaré qu’ « à la fin, l’Islam gouvernera et sera maître du monde entier. L’un des signes de la victoire sera la conquête de Rome, l’occupation de l’Europe, la défaite des chrétiens et le nombre croissant de musulmans qui deviendra une force qui contrôlera tout le continent européen ». Yusuf Qaradawi qui, après avoir mené le “printemps arabe” égyptien, a été condamné à mort par contumace par la Cour d’Assise du Caire le 16 juin dernier, est le président du European Council for Fatwa and Research, dont le siège est à Dublin, point de référence théologique des organisations islamiques liées aux Frères Musulmans.

Roberto de Mattei : Ses idées diffusées par la chaîne satellitaire Al Jazzera, influencent une grande partie de l’islam contemporain. Pour les Frères Musulmans, comme pour l’Isis (l’Etat islamique), l’objectif final n’est pas Paris ou New York, mais la ville de Rome, centre de l’unique religion que, depuis sa naissance, l’islam veut anéantir (Note de Michel Garroté - l’islam veut également anéantir tous les Juifs). Le véritable ennemi, ce n’est ni les Etats-Unis, ni l’Etat d’Israël, qui n’existaient pas quand l’Islam arriva aux portes de Vienne, en 1683, mais l’Eglise catholique et la civilisation chrétienne, dont la religion de Mahomet représente une parodie diabolique (Note de Michel Garroté - en 2015, l’Etat islamique veut anéantir l’Eglise catholique, toutes les confessions chrétiennes, les Juifs en Israël et les Juifs en diaspora ainsi que les Etats-Unis).

Roberto de Mattei : Aujourd’hui cependant, de Rome, ne retentissent plus les paroles par lesquelles saint Pie V et le Bienheureux Innocent XI invitèrent à la Guerre Sainte et arrêtèrent la marche conquérante de l’islam à Lépante et à Vienne. Et si le pape François partage les déclarations du Premier Ministre anglais David Cameron comme quoi les attentats du 26 juin ne sont pas perpétrés au nom de l’islam parce que l’islam est une religion de paix, on peut dire que, sur le plan humain, la bataille est perdue, conclut Roberto de Mattei sur Correspondance européenne (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Michel Garroté, 27 juillet 2015

http://www.correspondanceeuropeenne.eu/2015/06/30/islam-lobjectif-final-est-toujours-rome/

2421
France : rejet des mesures contre le gaspillage alimentaire



France : rejet des mesures contre le gaspillage alimentaire

Nous vous en parlions dans un précédent article en mai dernier : les députés votaient alors à l’unanimité des amendements encourageants contre le gaspillage alimentaire par les grandes surfaces. Aujourd’hui, nous apprenons avec étonnement que les « Sages » du Conseil Constitutionnel ont rejeté les mesures anti-gaspillage lors du vote de la loi sur la transition énergétique.


Un pas en avant, deux en arrière. Jeudi 13 août, le Conseil Constitutionnel français était invité à valider ou non la loi sur la transition énergétique. Si la majorité des mesures constituant cette loi chère au quinquennat de François Hollande ont été approuvées, ce n’est pas le cas de plusieurs articles, dont ceux relatifs au gaspillage alimentaire dans la grande distribution. Une censure en forme de rétropédalage qui a de quoi susciter l’étonnement alors que de nombreux collectifs citoyens luttent depuis de nombreuses années contre le gaspillage alimentaire et en faveur d’une règlementation stricte en la matière.

3 textes importants retoqués

Trois textes ont donc été retoqués par les « Sages », parmi lesquels la réduction des gaz à effet de serre et la rénovation énergétique dans la grande distribution ainsi que plusieurs mesures pourtant adoptées par les députés quelques mois plus tôt concernant la lutte contre le gaspillage alimentaire. En pratique, il sera donc toujours autorisé de jeter et détruire des tonnes d’aliments invendus. Pour justifier la censure de ces textes, des « raisons de procédure » ont été évoquées par les « Sages ». Des mesures trop complexes à mettre en place ? Des pressions des lobbies industriels ?




Rappelons que cette décision décevante intervient dans un contexte global de gaspillage massif où chaque année dans le monde, 1.3 milliard de tonnes de nourriture est purement et simplement dilapidée tandis que près de 800 millions de personnes souffrent de sous-alimentation. À l’échelle nationale, et selon les estimations de la FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nation), la France comptabilise pas moins de 7.1 millions de tonnes de déchets alimentaires jetés par les fenêtres chaque année. Près de 67% de ceux-ci sont imputables aux ménages français, le reste étant partagé entre l’industrie agroalimentaire, les commerces, la grande distribution, la vente au détail et la restauration.

La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Ségolène Royal, a cependant déclaré vouloir s’entretenir rapidement avec les représentants de la grande distribution afin de leur proposer de faire « de manière volontariste et contractuelle ce que prévoyait la loi », selon sa propre déclaration. Une approche fort bien légère au regard de l’urgence de la situation. En l’absence d’une véritable loi contraignante pour les grandes surfaces, nous pouvons douter du fait que la proposition soit appliquée, ou ne serait-ce qu’entendue, par les distributeurs. Si certains acteurs privés s’organisent pour redistribuer leurs invendus, ils représentent des cas marginaux dans un océan de gaspillage.

Un choix étonnant qui nous invite à nous souvenir de ce témoignage poignant d’un travailleur français contraint par son magasin à détruire des kilos d’aliments comestibles chaque jour. (vidéo)



https://mrmondialisation.org/france-rejet-des-mesures-contre-le-gaspillage-alimentaire/

2422
Isabelle Balkany affirme qu'elle n'aurait "jamais dû faire de politique" et dément (encore) les accusations contre son couple



JUSTICE - Mauvaise passe pour le couple Balkany. Après la saisie de deux biens dans l'Eure et aux Antilles, les juges d'instruction en charge de l'enquête pour fraude fiscale visant Patrick et Isabelle Balkany ont demandé la saisie d'une troisième demeure, à Marrakech, a-t-on appris jeudi 13 août. Les déboires judiciaires s'accumulent pour le député-maire Les Républicains de Levallois-Perret et son épouse, interdits de quitter le territoire.

La justice a déjà saisi le moulin de Cossy, une propriété de quatre hectares évaluée à plusieurs millions d'euros à Giverny (Eure). Cette résidence a été cédée à leurs enfants dans les années 90, mais ils en conservent l'usufruit. Le couple a fait appel de l'ordonnance du juge. Une luxueuse villa sur l'île de Saint-Martin aux Antilles, dont Isabelle Balkany a reconnu être la propriétaire, a également été saisie et vient d'être vendue.

"Je n'aurais pas dû faire de politique"

Ces opérations permettent d'empêcher que ces biens immobiliers soient cédés à des tiers et servent de garanties en cas d'une éventuelle condamnation devant le tribunal correctionnel. Evidemment, elles ne plaisent pas aux principaux intéressés, qui ont notamment toujours nié être propriétaires du riad de Marrakech. Dans son édition du 16 août, le Journal du dimanche relaie les dénégations du couple, qui en profite pour régler ses comptes.

Isabelle Bakany s'en prend ainsi aux journalistes qui "disent n'importe quoi" dans le but d'"atteindre Nicolas" ou encore se défendant d'être bling bling avec, en guise de preuve, le menu du 67e anniversaire de son époux: une "salade de crudités". Elle affirme aussi qu'elle "n'aurait pas dû faire de politique" et se défend sur trois "dossiers" dans lesquels son couple est impliqué, à savoir le riad de Marrakech, le moulin de Giverny et la Villa Pamplemousse, à Saint-Martin, dont les Balkany ont longtemps nié être les propriétaires et qui n'a jamais été déclarée au titre de l'ISF.

L'occasion de revenir sur son héritage familial avec cet argumentaire pour le moins surprenant:


"Je n'y suis pour rien si j'ai été élevée dans un hôtel particulier de 3000 m2 du XVIe, et si, enfant, j'allais en Rolls à l'école! J'ai eu de l'argent de ma famille, et je l'avais placé dans cette villa pour mes enfants!" se justifie ainsi Isabelle Balkany.



Placée en garde à vue en mai 2014, elle avait fait volte-face, reconnaissant finalement posséder cette demeure et ajoutant que son mari n'était pas concerné et que le bien avait été financé par le fruit d'un héritage. Saisie par la justice il y a quelques mois, la villa estimée à environ trois millions d'euros "vient d'être vendue", a indiqué jeudi 13 août une source proche du dossier sans préciser le montant de la transaction.

De son côté, son mari Patrick Balkany assure simplement au JDD qu'il n'y a "rien". Le maire de Levallois nie, entre autres, avoir touché des commissions occultes via des contrats en Afrique ayant alimenté des comptes offshore, ce dont la justice le soupçonne. Les époux Balkany sont poursuivis pour "blanchiment de fraude fiscale", "corruption" et "blanchiment de corruption".


http://www.huffingtonpost.fr/2015/08/16/isabelle-balkany-politique-accusations-justice-patrick-balkany_n_7994016.html

2423
Histoire du Canada dans le Nouvel ordre mondial de 1984 à 1993


2424
Video divers / La grande arnaque québecoise
« le: 18 août 2015 à 22:55:32 »
La grande arnaque québecoise


2425
Dédicace au frère et sœur anonymous


2426
Menacé pour avoir offert SON repas aux SDF, un employé de McDo s’insurge… et pose sa démission !



La générosité est-elle une faute professionnelle ? Aux yeux de certains, il semblerait bien que oui ! Heureusement, il existe encore des gens comme Raphael pour refuser de se plier à des règlements pour le moins suspects !



La semaine passée, Dans la ville d’Hyères (Var), on apprenait que le Mc Donald’s local interdisait aux employés d’offrir leur repas aux « clochards » … et que ceux qui ne se pliaient pas à cette règle s’exposaient à des sanctions, voire à un licenciement.

La consigne était même écrite noire sur blanc dans une note de service affichée dans les locaux du restaurant :



En voyant ça, Raphaël, qui avait proposé ses services au fast-food pour tout l’été, a préféré démissionner.
Il faisait partie de ceux qui avaient pour habitude de donner occasionnellement leurs repas aux SDF et ne se voyait pas obéir à un ordre qu’il jugeait “inhumain”.
Après tout, il s’agissait de SON repas, fruit de SON travail et de SA sueur.
Qui aurait pu lui empêcher de l’offrir à la personne de SON choix ?

Toutes les explications et le témoignage du jeune homme sont dans ce court reportage de France 2 :

video : http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/video-mcdonald-s-interdit-de-nourrir-un-sdf-un-ex-salarie-denonce-un-abus-de-pouvoir_1040475.html


L’enseigne de fast-food se serait sans doute bien passée de cette publicité. Heureusement, elle a des tas de contre exemples à sa disposition si elle veut redresser la barre. Comme ce patron de restaurant qui avait affiché sur sa boutique une invitation à l’adresse des SDF !


« Je partage mon repas si j’en ai envie ! »

Raphaël fait partie de ces gens pas si nombreux qui savent dire non quand leur conscience le leur impose. Obéir n’est pas toujours une vertu. Il le rappelle avec courage.

http://positivr.fr/mcdonalds-hyeres-nourrir-clochards-raphael/

2427
Windows 10 bloque les jeux protégés par de vieux DRM intrusifs

Microsoft n'aime pas le piratage, mais il aime encore moins que des jeux achetés légalement ne viennent miner la sécurité du système d'exploitation. Windows 10 refuse désormais de lancer d'anciens jeux vidéo qui étaient fournis avec des DRM intrusifs.






Alors que Microsoft est suspecté de vouloir bloquer des jeux vidéo piratés sous Windows 10, en raison d'une clause du contrat unifié des services Microsoft qui n'est en réalité destinée qu'aux consoles Xbox 360 et Xbox One, ce sont des jeux achetés en toute légalité qui ne pourront plus être exécutés sur le nouveau système d'exploitation de Microsoft.

Par mesure de sécurité, la firme de Redmond a en effet décidé de bloquer l'exécution de deux vieux systèmes de protection anti-copie très populaires chez les éditeurs de jeux au début des années 2000, qui étaient particulièrement invasifs et ajoutaient des failles de sécurité sur les PC. Il s'agit d'anciennes versions de SecuROM et SafeDisc, employées dans de nombreux jeux vidéo pour éviter que les clients qui achetaient des jeux sur CD ou DVD ne puissent en faire des copies pour leurs amis, ou distribuer leurs images sur internet.

Développé par Macrovision et C-Dilla, SafeDisc ajoutait une signature unique sur chaque support physique. Lors de l'installation du jeu, un driver était alors installé qui permettait d'accéder à cette signature pour en vérifier la présence et l'authenticité, et d'autoriser l'exécution du jeu. Mais en 2007, Microsoft a découvert qu'une faille de SafeDisc permettait une "escalade des privilèges" (donnant la possibilité d'exécuter des scripts avec les droits administrateur), obligeant l'éditeur à publier un patch pour Windows XP et à l'intégrer dans les différentes versions successives de Windows, jusqu'à Windows 10.

CRACK NO-CD




SecuROM, pour sa part, permet de gérer les autorisations limitant le nombre d'installations d'une même copie d'un jeu vidéo. Le système ne présente pas à notre connaissance les mêmes problèmes de sécurité que SafeDisc, mais se comportait de façon très intrusive jusqu'à une version récente, rendant même impossible la désinstallation des drivers, ce qui a fait assimiler SecuROM à un rookit.

Microsoft a décidé de ne plus supporter certaines anciennes des anciennes versions de SecuROM et SafeDisc qui posaient problèmes, et d'interdire l'exécution des jeux vidéo concernés pour des questions de sécurité. Selon RockPaperShotGun, il s'agit par exemple de GTA 3, Crimson Skies ou même Flight Simulator 2004 édité par... Microsoft.

Ceux qui possèdent de vieilles boîtes de jeux et veulent continuer à en profiter devront trouver un crack no-CD sur Internet, ou télécharger une version légale de leur jeu (en payant une seconde fois), par exemple sur la plateforme GOG.com qui ne propose que des jeux sans DRM.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/magazine/33944-windows-10-bloque-les-jeux-proteges-par-de-vieux-drm-intrusifs.html#WdQfbvtxpXFLpHHX.99

2428
En Syrie, une expérience de démocratie directe, égalitaire et multiconfessionnelle tient tête à l’Etat islamique




Les médias occidentaux relaient abondamment les décapitations, les appels au meurtre et les exactions perpétrés par Daech, le pseudo « Etat islamique ». Pourtant, face à cette barbarie, les populations kurdes, arabes ou yézidis de la région de Rojava, au nord de la Syrie, mettent en oeuvre un autre modèle de société, émancipateur, égalitaire, multiconfessionnel, et très démocratique. Une expérience qui pourrait même servir d’inspiration pour ramener la paix dans la région. En attendant, les Kurdes et leurs voisins combattent pour défendre cette utopie concrète, sans véritable soutien international. Entretien avec des chercheurs et activistes qui en reviennent.


Photo : © Michalis Karagiannis

Les raisons d’espérer sont rares en provenance de Syrie. Mais en janvier 2015, le monde découvre, ébahi, les images de femmes kurdes en treillis qui participent à la résistance puis à la libération de la ville syrienne de Kobané. Un mouvement démocratique et anti-patriarcal vient de défaire les forces ultra-réactionnaires de l’État islamique, victorieuses ailleurs. Deux modèles de société radicalement différents se font face. Car le Kurdistan syrien fait l’expérience depuis 2011 d’une révolution démocratique inédite.

Assez vite débarrassé des forces du régime de Bachar el-Assad, le mouvement de libération kurde y a développé une organisation politique basée sur la démocratie directe, l’organisation en communes et la libération des femmes. Malgré la guerre, les attaques de l’État islamique (EI), l’embargo turc, sur fond d’indifférence de la communauté internationale, la région poursuit la mise en pratique de ce confédéralisme démocratique, un modèle de société multiconfessionnelle et multi-ethnique, sans État, pour l’émancipation de tous. Entretien avec Ercan Ayboğa et Michael Knapp, co-auteurs de Revolution in Rojava, ouvrage d’enquête militante sur cette révolution en cours au milieu du chaos syrien.

Basta ! : Ce qui se passe depuis 2011 dans la région syrienne de Rojava (au nord de la Syrie, à la frontière avec la Turquie), représente-t-il le contre-modèle absolu de la violence de l’État islamique ?

Ercan Ayboğa [1] : L’État islamique représente la ligne la plus réactionnaire qui existe aujourd’hui et en Syrie et au Moyen Orient, plus réactionnaire encore qu’Al-Qaïda, et le pôle le plus opposé au mouvement de Rojava. Il y a d’un côté le modèle de société de Rojava, une démarche démocratique et émancipatrice, et de l’autre, l’EI, extrêmement réactionnaire, hiérarchique, misogyne, absolument anti-démocratique, violent, et qui exploite les populations.

Michael Knapp : Rojava ressemble évidemment à une antithèse de l’EI. Mais c’est beaucoup plus profond. L’EI est aussi l’expression du jeu des forces présentes au Moyen Orient. Rétrospectivement, vu de l’Occident, on peut avoir l’impression que le mouvement de Rojava est né en opposition à l’EI. Mais en fait, c’est plutôt l’EI qui a été renforcé par des puissances comme la Turquie, entre autres pour détruire ce projet de Rojava.

Comment le projet démocratique du mouvement kurde s’est-il mis en place en Syrie, malgré la guerre civile ? Un compromis a-t-il dû être passé avec le régime de Bachar el-Assad ?

Michael Knapp : Quand la guerre civile a commencé en Syrie, le mouvement kurde n’a pas voulu s’allier à l’opposition. Il soutenait bien évidemment l’opposition démocratique, celle qui misait sur une sortie de crise politique et pas sur une escalade de la violence. Mais il voyait aussi que les forces d’opposition étaient soutenues par la Turquie, l’Arabie saoudite, le Qatar et les pays occidentaux. C’est pour ça que le mouvement kurde a décidé de prendre une troisième voie.

Du point de vue militaire, les forces combattantes d’autodéfense kurdes sont allées encercler les casernes du régime et leur ont dit : soit vous partez, soit on vous combat. Souvent, les soldats du régime se sont retirés relativement pacifiquement, pensant que les forces kurdes n’allaient pas combattre aux côtés de l’Armée syrienne libre. Le régime a donc préféré poster ses soldats ailleurs. Même s’il y a eu des combats autour des puits de pétrole. C’est dans ce vacuum que le modèle de Rojava a pu prendre naissance.

Les membres de la coalition nationale syrienne et de l’armée syrienne libre reprochent parfois aux structures d’auto-organisation de la région de collaborer avec le régime. Mais il faut comprendre que le mouvement kurde suit un principe d’autodéfense légitime et de primat de la politique civile. Cela veut dire qu’aussi longtemps qu’on n’est pas attaqué, il faut tout résoudre politiquement. C’est aussi la politique suivie par la guérilla du Nord-Kurdistan (Kurdistan turc).

Comment s’organise maintenant la vie politique dans la région ?

Michael Knapp : C’est complexe et dynamique à la fois. L’organisation s’adapte aux besoins. Les assemblées des conseils sont le moteur de tout. Il y a plusieurs niveaux de conseils : de rue, de quartier, de la ville… Chaque niveau envoie ensuite des représentants dans les structures du niveau supérieur : des conseils de rue aux conseils de quartiers, des conseils de quartiers aux conseils des villes, puis vers les conseils des cantons et jusqu’au conseil populaire de Rojava. Les communautés s’organisent aussi en commissions à ces différentes niveaux, pour la sécurité, l’économie, la justice…

Les commissions forment comme des ministères au niveau de la région. Les conseils sont toujours doubles, avec un conseil mixte et un conseil des femmes. Le conseil des femmes a droit de veto. Et dans tous les conseils mixtes, il y a une règle de parité, un quota de 40 % au moins pour chaque genre, et le principe d’une double direction, élue, avec une femme et un homme. Si dans une ville, il y a une communauté yézidie ou des communautés arabes, par exemple, ils ont aussi droit à une co-présidence dans les conseils. On a donc souvent une présidence de conseil triple voire quadruple.

Parallèlement aux conseils, il existe un parlement, parce qu’il y a encore des gens qui sont membres de partis et qui doivent aussi pouvoir s’organiser et être représentés. Dans ce parlement, il y a les partis, mais une partie des sièges sont réservés à des organisations de la société civile, associations de défense des droits de l’homme, de la communauté yézidie… Malheureusement, il n’a pas encore été possible de tenir des élections au niveau de toute la région pour désigner par le vote les membres de ce Parlement, à cause de la guerre.

D’où vient ce modèle de l’auto-organisation et de confédération démocratique ?

Ercan Ayboğa : Des structures d’auto-organisation communalistes sont nées au Nord-Kurdistan, en Turquie, en 2007-2008. Ces expériences se sont ensuite transmises à Rojava à partir de 2011. Le projet de confédération lui-même vient du KCK (Union des communautés du Kurdistan), une branche du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) créée en 2005. L’idée était de démocratiser le mouvement de libération kurde, de s’éloigner d’une structure de parti pour aller vers un mouvement porté par la société toute entière. Le mouvement a profité des héritages historiques comme la Commune de Paris (1871), mais surtout du mouvement zapatiste au Mexique. Avant, le PKK avait une démarche marxiste-léniniste. Le parti a lancé des discussions sur le « confédéralisme » démocratique au début des années 2000.

L’écologie joue-t-elle un rôle dans ce mouvement ?

Michael Knapp : L’écologie en est un point central. Pour développer le projet du confédéralisme démocratique, Öcalan (le leader du PKK, emprisonné en Turquie depuis 1999) s’est saisi du principe de l’écologie sociale du militant américain Murray Bookchin. Avec l’idée que le capitalisme est un système qui conduit à la destruction de la planète, et qu’il faut donc construire une économie basée sur une production régionale, écologique et décentralisée.

Quelles sont les structures d’émancipation des femmes à Rojava, à côté des conseils de femmes et des brigades féminines des forces d’auto-défense ?

Ercan Ayboğa : Dans chaque ville, il y a une maison des femmes. C’est un centre politique, mais aussi un centre de conseil, avec des séminaires, des cours, du soutien. Il y a aussi de nombreuses coopératives de femmes, des boulangeries, des coopératives textiles, de produits laitiers…

Michael Knapp : Le mouvement de libération des femmes profite aussi aux autres communautés, par exemple aux communautés suryoyes (chrétiens) et arabes. Sur la zone près de la frontière irakienne, il y avait des groupes arabes très conservateurs mais qui sont entrés en conflit avec l’EI et ont demandé aux unités kurdes des les aider à s’en libérer. Du coup, beaucoup se sont joints au mouvement. J’ai vu des unités de formations de ces hommes. Il ne s’agissait pas seulement de savoir-faire militaire, mais aussi de discussions sur les droits des femmes et sur la démocratie directe.

Nous avons aussi rencontré des jeunes femmes des communautés arabes qui ont rallié les forces combattantes d’autodéfense [2]. Elles nous ont dit qu’il y a deux ans, elles ne sortaient pas de leur maison, et maintenant, elles protègent la frontière les armes à la main. Ce modèle de confédéralisme démocratique n’est pas identitaire. C’est pour ça qu’on peut espérer qu’à plus grande échelle, il puisse aussi représenter un modèle de résolution des conflits ailleurs au Moyen Orient.

Comment s’organise l’économie ?

Michael Knapp : C’est très difficile notamment à cause de l’embargo imposé par la Turquie. Dans le canton de Jazirah par exemple [La région de Rojava a été découpée en trois cantons : Kobané, Jazirah et Afrin, ndlr] il y a, comme ressources, du pétrole et des céréales. Mais il n’y a pas de raffinerie et presque pas de moulins. Nous avons vu des silos assez pleins pour nourrir toute la Syrie pendant dix ans. Mais les céréales ne peuvent pas être transformés sur place. Une économie collectivisée se développe pourtant, avec des coopératives, qui raffinent, comme elles peuvent, le pétrole, des coopératives agricoles…

Ercan Ayboğa : Les coopératives jouent un rôle toujours plus important à Rojava. Elles sont soutenues par les conseils. Mais l’économie privée est aussi possible, ce n’est pas interdit.

Le mouvement reçoit-il des soutiens de l’étranger, du Kurdistan turc, irakien, ou de la communauté internationale ?

Ercan Ayboğa : Il y a quelques médicaments et des outils qui arrivent du Nord-Kurdistan, en Turquie. Mais la Turquie ne laisse passer que peu de choses. Le soutien du Nord-Kurdistan reste néanmoins très important. Les administrations auto-organisées du Nord-Kurdistan soutiennent vraiment Rojava. La ville de Diyarbakir a par exemple envoyé à Kobané des machines de construction, des ingénieurs, un soutien technique. Mais pas officiellement. Sinon, de l’aide arrive d’ailleurs, d’ONG, mais c’est très peu. La communauté internationale dit qu’elle a besoin de l’autorisation du gouvernement syrien pour envoyer de l’aide vers Rojava. Mais les gens à Rojava attendent évidemment plus de soutien international parce qu’ils considèrent qu’ils combattent pour l’ensemble du monde démocratique.

Michael Knapp : Rojava n’a presque pas de moyens financiers, et ne reçoit pas d’aide humanitaire. La communauté internationale dit que le problème, c’est que ce n’est pas un État. Manifestement, aux yeux de la communauté internationale, le système d’auto-organisation de Rojava n’a pas à être soutenu.

Pourtant, les forces combattantes kurdes d’autodéfense ont à leur actifs plusieurs succès militaires contre le pseudo État islamique...

Michael Knapp : Dans ces forces d’autodéfense, les gens combattent pour survivre, pour des convictions, et pour un projet de société. Certains ont longtemps combattu au Nord-Kurdistan auparavant. Ils ont déjà beaucoup d’expérience militaire. Mais leur armement est vraiment modeste, en comparaison à celui de l’EI par exemple.

Recueilli par Rachel Knaebel

http://www.bastamag.net/En-Syrie-une-experience-de-democratie-directe-egalitaire-et

2429
Christophe Lambert : "Vous seriez éton­né par le nombre de pédo­philes proté­gés qu’on connaît dans la poli­tique"



Révélé au grand public dans Greystoke, la légende de Tarzan, la carrière de Christophe Lambert a connu des hauts et des bas. Sa vie personnelle également. Avec deux mariages qui se sont terminés en divorce, ses problèmes d’alcoolisme et sa récente rupture, Christophe Lambert pourrait être au plus mal. Mais grâce à l’écriture, l’acteur retrouve un second souffle.




En 1984, Christophe Lambert décroche le rôle qui le fera véritablement entrer dans le monde très fermé du cinéma. C’est donc dans le film Greystoke, la légende de Tarzan que l’acteur fait ses premiers pas, et surtout se fait connaître au-delà des frontières françaises. Car bien que Christophe Lambert soit né aux Etats-Unis, l’acteur a tout d’abord tenté sa chance en France avant de s’exporter à l’international. Doté d’un tempérament de feu, Christophe Lambert a une carrière atypique où se côtoient des films avec d’impressionnantes recettes, et d’autres complètement farfelus.

Récemment interviewé par nos confrères de Voici, Christophe Lambert revient sur ses choix, pas toujours vraiment compris par son public. « Passer de Greys­toke à Subway, c’est extrême, mais pensé. Ensuite, j’ai eu une période grosses machines améri­caines qui, c’est vrai, racon­taient souvent la même chose. Je n’ai peut-être pas assez changé de genre, mais c’est ce qui me plai­sait. Un acteur qui s’en­nuie, ça se voit. »

"J’ai arrêté de boire depuis long­temps"

Des mauvais choix professionnels peut-être dû également au mal qui l’a rongé pendant des années, son alcoolisme. Et c’est sans langue de bois que Christophe Lambert aborde ce dernier. « J’ai arrêté de boire depuis long­temps. Je me suis sevré plusieurs fois, j’ai fait des rechutes, mais je connais désor­mais les méca­nismes de cette addic­tion. Les méde­cins m’ont expliqué qu’il s’agis­sait d’une mala­die. Aujourd’­hui, je suis en paix et je vais très bien. »

S’il délaisse quelque peu les plateaux de tournage ces derniers temps, c’est pour se concentrer sur l’écriture. Dans son dernier livre, Le Juge, Christophe Lambert n’hésite pas à aborder des sujets très sombres, qui selon lui, ne sont que le reflet de notre société. « Je vois que le monde est plus violent qu’a­vant. Vous seriez éton­née par exemple de voir le nombre de pseudo hommes d’af­faires, de pédo­philes proté­gés, qu’on connaît, dans la poli­tique, la finance. Les affaires sont très vite étouf­fées… On trouve des filles dans des caves à qui on file des gamelles comme à des chiens, qu’on bat, qu’on drogue ; ou la petite qu’on vend aux enchères sur le dark Web, et des sites comme Silk Road où on peut trou­ver tout ce qu’on veut et qu’on met souvent des années à fermer ! » Célibataire depuis sa rupture avec Sophie Marceau l’été dernier, Christophe Lambert a vraisemblablement une personnalité aussi atypique que sa carrière.

Par Nataly

Read more at http://www.non-stop-people.com/actu/cinema/christophe-lambert-vous-seriez-etonne-par-le-nombre-de-pedophiles-proteges-quon-connait#6ltWCKu4zvcHIG1L.99

video :



2430
MORT DE REMI FRAISSE : ANONYMOUS S'EN PREND A DES SITES DE LA POLICE



Des pirates informatiques, agissant sous le couvert d'Anonymous, ont attaqué plusieurs sites web liés à la police et à la gendarmerie.
Samedi dernier, plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans certaines villes françaises pour dénoncer « les violences policières ». Ce mouvement ne s’est pas limité à défiler dans les rues car un collectif de hackers anonymes sous la bannière d’Anonymous s’en est emparé