Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2461
La Sarracenia, la plante carnivore qui tue les frelons asiatiques

Le Jardin des plantes de Nantes a découvert par hasard que cette plante carnivore, originaire d'Amérique du Nord, raffole de frelons asiatiques, sans pour autant attirer les espèces européennes. Une solution naturelle rêvée pour les apiculteurs dont les ruches sont décimées par le prédateur oriental.



Ils sont les grands prédateurs de l'été : les frelons asiatiques, plus gros et plus résistants, terrorisent les ruches d'abeilles et perturbent nos déjeuners d'été en terrasse. Mais selon le Jardin des plantes de Nantes, le règne sans partage de ces prédateurs volants pourrait toucher à sa fin.

La Sarracenia, originaire d'Amérique du Nord et qui n'a donc «jamais vu de frelons avant» a «inventé un piège très sélectif» pour attraper ces bestioles, se réjouit Romaric Perrochereau, directeur de la serre.

Un appât à base de phéromones

 En ouvrant au hasard l'une des feuilles au capuchon pourpre de la plante carnivore «Sarracenia», le spécialiste s'exclame : «Là, c'est du frelon asiatique ! Il est vraiment bien gros, légèrement orangé. La plante, on voit qu'elle n'arrive pas à digérer l'aile.»

Attiré par le nectar et les phéromones situés sur la lèvre de la plante, le frelon à pattes jaunes a plongé dans le long tube de la feuille, puis a «perdu pied et glissé dans le toboggan, et est resté piégé au fond où il a été mangé par des sucs digestifs», explique M. Perrocheau.

 Si ces plantes carnivores sont installées depuis 2010, ce n'est qu'à l'automne dernier que Christian Besson, jardinier botaniste, s'est rendu compte que les frelons asiatiques étaient attirés par les sarracénies. Pendant des visites au public, il les trouvait «assez facilement» dans les feuilles de la plante.

 Étonné de cette découverte, Romaric Perrocheau décide alors d'étudier avec un spécialiste des insectes du Muséum d'Histoire naturelle le contenu de 200 «urnes» où finissent les cadavres des proies de la plante. Chacune contient «en moyenne trois frelons asiatiques et trois mouches, mais jamais aucune guêpe, aucune abeille, aucun frelon européen», affirme le directeur du Jardin des plantes.

VIDEO. Comment la Sarracenia tue-t-elle les frelons asiatiques?



Utile, mais encore peu efficace

 Cette plante pourrait-elle alors endiguer l'invasion de cette espèce étrangère? «On est loin d'éradiquer les frelons asiatiques», tempère le directeur du Jardin des Plantes: chaque Sarracenia contient «dix à quinze urnes et peut attirer jusqu'à 50 insectes. Or, dans un nid de frelons, c'est 4.000 individus».

Pour Éric Darrouzet, enseignant-chercheur à l'Institut de recherche sur la biologie de l'insecte (IRBI) de l'Université de Tours (centre), si «la découverte est intéressante», on ne sait pas pour l'instant si celle ci se révélera «majeure ou mineure».

La plante elle même ne peut donc pas éradiquer l'espèce, mais le chercheur «espère» cependant trouver dans la plante «une super molécule attractive» qui pourra être utilisée comme «appât» pour un prototype de piège 100% sélectif qu'il teste actuellement à Tours. Ce dernier devrait être commercialisé dès 2016.

 En attendant l'avancée des recherches scientifiques, la Sarracenia, facile à cultiver et ne présentant «aucun risque de propagation dans la nature», peut être installée «sur des zones de protection, près des ruches», note le directeur du Jardin des plantes. Elle pourrait alors sauver nos précieuses abeilles... et vos soirées barbecues.

http://www.leparisien.fr/sciences/la-sarracenia-la-plante-carnivore-qui-tue-les-frelons-asiatiques-09-08-2015-4999739.php

2462
L’abeille noire d’Ouessant réimplantée partout en Europe



L’enjeu est de taille : un tiers de notre nourriture dépend directement des abeilles. Or, depuis plusieurs années, des millions d’abeilles disparaissent partout dans le monde. En sauveuse, l’abeille noire d’Ouessant s’exporte aux quatre coins de l’Europe pour pallier à cette disparition redoutée du premier pollinisateur de la planète.

 
Ouessant est labellisée « réserve naturelle de la biosphère » depuis les années 1980. Cette île, la dernière à l’ouest du continent européen, jouit en effet d’une qualité environnementale exceptionnelle et mérite bien son titre de haut lieu de protection de la biodiversité.

L’île d’Ouessant est devenue le sanctuaire de l’Apis mellifera mellifera, une espèce d’abeille productive et en bonne santé, protégée à la fois de la pollution et des hybridations dues aux importations d’abeilles étrangères.

A l’initiative de quelques apiculteurs bretons, les abeilles d’Ouessant sont protégées. Depuis 1978, ils veillent à la sauvegarde de cette abeille noire, considérée comme une part du patrimoine local, mais aussi l’une des rares espèces en Europe à n’être porteuse d’aucun virus ou maladie.





Aujourd’hui, on peut voir les effets bénéfiques de cette conservation ; dans une colonie, on estime la perte à la fin de l’hiver à environ 3% lorsqu’elle peut atteindre 30 à 40 % sur le continent.

Une abeille robuste qui n’a que des atouts



Issue d’une race pure d’un écotype local breton de l’Abeille Noire d’Europe occidentale (Apis mellifera mellifera), la reine vivrait 7 à 8 ans quand sa cousine d’Europe atteint difficilement 4 ans. Ceci en dit déjà long sur cette race d’abeille noire d’Ouessant, mais elle a bien d’autres atouts, qu’elle sait faire valoir puisqu’elle est demandée un peu partout sur le continent européen.

abeille noire

Elle doit son nom à sa couleur sombre liée à la présence de ses nombreux poils. Sa couleur favorise l’absorption de la chaleur du soleil. Les poils permettent le transport du pollen dans les intempéries. Ses ailes et ses muscles sont robustes, ce qui lui permet de sortir au vent. Une créature parfaitement adaptée aux milieux tempérés dont elle est issue.

Elle se caractérise également par sa grande taille et sa capacité à emmagasiner des provisions de graisse lui permettant de bien gérer la rigueur hivernale. Elles peut prospecter le pollen jusqu’à 3 km autour de la ruche.

L’abeille noire d’Ouessant a son propre conservatoire sur l’île, exclusivement consacré à l’espèce.

- See more at: http://www.mieux-vivre-autrement.com/abeille-noire-douessant-a-la-conquete-du-continent-europeen.html#sthash.hIln7xKk.V8ImaXul.dpuf

2463
Grèce-Israël. Un type d’accord militaire sans précédent



Par Ali Abunimah

Les forces armées grecques, ainsi que celles de l’Italie s’entraîneront bientôt en Israël.

C’est le dernier indicateur de l’approfondissement de l’alliance militaire forgée entre Israël et le gouvernement grec, sous direction du parti de gauche Syriza.

Le mois dernier, des pilotes d’hélicoptères israéliens ont réalisé des exercices de combat sans précédent de 11 jours près du Mont Olympe, en Grèce [1].

En mai [2] puis en juillet 2015, le gouvernement dirigé par Syriza a également signé un accord militaire avec Israël, qui n’a d’égal que celui, similaire, qui existe entre Israël et les Etats-Unis: garantissant des immunités légales à chaque personnel militaire lors d’un entraînement dans un autre territoire [3].

L’accord militaire a été signé au nom du gouvernement par Panagiotis Kammenos, le ministre de la Défense, membre des Grecs indépendants [ANEL], le junior partner du gouvernement de coalition. Mais il n’y a pas de doute que Syriza donne son soutien: en juillet [le 6 juillet], Nikos Kotzias, le ministre des Affaires étrangères nommé par Syriza [4], a voyagé à Jérusalem pour des discussions au sommet avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou afin de «renforcer les liens bilatéraux entre les deux pays».

Plus tôt cette année, des avions de guerre israéliens ont réalisé des missions d’entraînement intensives en Grèce, une expérience qui sera sans aucun doute utilisée pour attaquer la bande de Gaza lors de futurs assauts militaires israéliens.

Des hélicoptères israéliens en Grèce

Selon un communiqué de presse des forces aériennes israéliennes, «la coopération israélo-grecque prend de l’ampleur au cours des dernières années et, à la lumière des succès lors des récents déploiements, des vols mutuels continueront probablement en 2016».

Le commandant de la base aérienne de Larissa, où des hélicoptères israéliens étaient basés lors des exercices, le colonel Dormitis Stephzanki a été cité déclarant: «Nous comprenons la grande importance d’une activité conjointe avec l’Etat d’Israël, qui contribue à la sécurité des deux pays. Au cours des derniers jours, nous avons travaillé ensemble d’une manière spéciale. Le langage commun, la profonde amitié et les choses que nous avons appris ensemble ont contribué à l’amélioration de la coopération entre les forces.» 

Dormitis a déclaré qu’il était convaincu que l’entraînement en Grèce avait amélioré «l’aptitude [des Israéliens] à prendre en charge des vols chaque fois que cela est nécessaire». 

«Nous avons volé au-dessus de zones montagneuses qui n’existent pas en Israël et nous avons pratiqué des vols à longue distance à partir de bases aériennes en Israël en direction de la Grèce», a déclaré le lieutenant-colonel israélien Matan, le commandant d’une escadre d’hélicoptères Apache, fabriqués aux Etats-Unis. (Les forces israéliennes ne donnent que les prénoms, probablement afin de protéger le personnel d’accusations potentielles pour crimes de guerre).

Les Apache – baptisés d’après les peuples amérindiens qui ont été la cible de l’expansion coloniale génocidaire en Amérique du Nord – ont été largement utilisé par Israël afin de réaliser des exécutions extrajudiciaires de Palestiniens. Cet appareil a été utilisé lors des massacres de civils à Gaza l’été dernier.

Le colonel Y, un commandant d’une unité israélienne de reconnaissance, a décrit la participation d’Israël à l’exercice comme étant «historique», ajoutant que «c’était la première fois que les avions qui collectent des informations ont travaillé avec des appareils étrangers sur un terrain inconnu et complexe».

Soutenir les crimes de guerre

Selon le Jerusalem Post, les pilotes d’hélicoptère grecs s’entraîneront en Israël au cours des prochains mois. Le journal rapporte que des avions de combat grecs «participeront à l’exercice multinational Blue Flag, qui se déroulera au-dessus du sud d’Israël». 

En juin, un reportage d’Haaretz a révélé que les forces aériennes italiennes, grecques et des Etats-Unis participeront à cet exercice.

La coopération militaire entre Israël, l’Italie et la Grèce se poursuit malgré le fait qu’une enquête indépendante récemment publiée, commandée par le Conseil des droits humains des Nations Unis, a découvert des preuves massives de crimes de guerre commis par Israël lors de son attaque contre Gaza au cours de l’été dernier, laquelle a tué plus de 2200 Palestiniens.

Le mois dernier Amnesty International a publié sa propre enquête sur l’attaque israélienne contre la ville de Rafah, au sud de la bande de Gaza. Ici aussi, l’enquête a conclu que des centaines de civils ont été tués alors qu’Israël réalisait de graves crimes de guerre.

Amnesty a découvert que «des déclarations publiques de commandants de l’armée israéliennes et de soldats à la suite du conflit fournissent des raisons impérieuses de conclure que certaines attaques qui ont tué des civils et détruit des maisons et des propriétés ont été réalisées et motivées par un désir de vengeance – afin de donner une leçon ou de punir la population de Rafah.»

Inam Ouda Ayed bin Hammad, cité dans le rapport d’Amnesty, se souvient des pilonnages et des bombardements qui se sont déroulés près de son domicile dans le quartier al-Tannur de Rafah: «à la minute où j’ai quitté la maison, un Apache a commencé à nous tirer dessus.»

Peut-être que les mêmes Apache et leurs pilotes ont partagé des moments de camaraderie en Grèce.

Les rapports des Nations Unies et d’Amnesty ont appelé à ce que des comptes soient rendus pour les crimes de guerre commis à Gaza et en Cisjordanie occupée.

Au lieu de cela, les gouvernements grec et italien de gauche, ainsi que, bien sûr, l’administration Barack Obama des Etats-Unis, offrent uniquement à Israël leur complicité et leurs récompenses (Traduction A l’Encontre, article publié le 5 août 2015 sur le site Electronic Intifada. L’auteur de cet article, cofondateur du site, a publié récemment The Battle for Justice in Palestine, Editions Haymarket, mars 2014. Il réside aux Etats-Unis.)

___

[1] Un communiqué publié en date du 3 août, sur le site «Israeli Air Force» [http://www.iaf.org.il/4424-45323-en/IAF.aspx] indiquait que durant deux semaines des exercices conjoints avaient été menés, depuis la base de Larissa, par une escadre d’hélicoptères des forces aériennes de l’IDF (Israeli Defense Forces) et des hélicoptères ainsi que des avions de chasse de l’armée grecque. «C’était un des plus importants et complexes déploiements de forces en dehors d’Israël.» L’accent est non seulement mis sur l’intérêt d’acquérir une expérience pour des vols en altitude (pour les hélicoptères), mais aussi sur le recueil de renseignements.




Le 28 juillet 2015, Israël-Actualités, hebdomadaire en ligne, mettait l’accent sur une dimension des plus importantes de l’accord militaire (voir aussi note 3) qui concerne les enjeux disputés entre divers pays en Méditerranée orientale concernant les réserves de gaz qui intéressent Israël et aussi la Grèce: «Durant leur entretien, les dirigeants ont notamment discuté de “sécurité maritime, de sécurité énergétique et de coopération dans l’industrie militaire”, selon un rapport du ministère grec. L’accord stipule que la marine israélienne pourra dorénavant intervenir pour neutraliser toutes attaques islamistes contre les intérêts grecs et ceux de l’Etats Hébreu, dans les eaux chypriotes et en méditerranée Orientale. Des unités d’élite de Tsahal pourraient aussi, en cas de besoin, se déployer sur les plateformes gazières de Chypre, ou s’installer sur des bases militaires grecques.» Cet aspect, décisif dans l’accord, est laissé de côté par Ali Abunimah. (Rédaction A l’Encontre)

[2] Israpresse soulignait, le 21 mai 2015, que les accords entre Israël et la Grèce, «portant majoritairement sur la politique, la défense, l’énergie, la finance, le tourisme, la culture et l’académie», allaient continuer. Des «festivités viennent renforcer les liens entre les deux pays qui étaient devenus incertains depuis l’arrivée au pouvoir d’Alexis Tsipras, en janvier 2015». Le 26 janvier 2015, le quotidien influent Yedioth Aharonoth citait l’ancien ambassadeur d’Israël en Grèce, Arye Makel, qui rappelait les déclarations d’Alexis Tsipras en août 2014, à l’occasion de l’opération militaire «Bordure protectrice» qui «accusait l’Etat hébreu d’assassiner des enfants de Palestine». Depuis lors, les relations militaires, entre autres, se sont consolidées, mais ont pris un nouveau tour. (Rédaction A l’Encontre)

[3] Le 19 juillet 2015 Israpresse présentait de la sorte cet accord: «Le chef de l’appareil de défense israélien et le ministre grec de la Défense nationale ont conclu un Accord sur le statut des forces (Status of forces agreement ou SOFA), c’est-à-dire une entente juridique mutuelle permettant aux forces armées d’Israël de stationner en Grèce, et inversement. C’est le premier SOFA qu’Israël conclut avec un pays allié autre que les États-Unis.

Le ministre israélien a fait part de sa reconnaissance à l’égard de son homologue pour sa visite en Israël, malgré la situation économique difficile dans son pays, et a exprimé son espoir de voir la Grèce surmonter les différents défis qui l’attendent.

«Nous apprécions grandement la coopération sécuritaire qui se traduit par l’entraînement de nos soldats et officiers sur le territoire grec. Nos Etats partagent des intérêts communs, car ils doivent faire face aux conséquences de l’accord signé la semaine dernière entre les grandes puissances et l’Iran», a déclaré M. Ya’alon.

Le ministre grec a pour sa part affirmé: «Le peuple grec est très proche du peuple d’Israël. Concernant notre coopération militaire, nos relations sont excellentes, nous continuerons à les entretenir et poursuivrons les entraînements communs.» M. Kammenos a ajouté: «Le terrorisme et le djihad ne frappent pas que le Proche-Orient, mais également les Balkans et l’Europe. C’est la guerre. Nous étions également très proches d’Israël pour tout ce qui est relatif au programme de missiles de l’Iran. Nous nous trouvons à la portée de ces missiles. Si un missile iranien se dirige vers la mer Méditerranée, cela peut signifier la fin de tous les pays de la région.» (Rédaction A l’Encontre)

[4] Nikos Kotzias était ancien conseiller du Premier ministre grec Georgios Papandreou. Dès sa nomination aux Affaires étrangères, le 27 janvier 2015,The Times of Israel (28 janvier 2015) rapportait l’opinion d’Emmanuel Karagiannis, grec d’origine, professeur au King’s College de Londres, occupant la chaire des études militaires: «Kotzias est un politicien plutôt pragmatique, ainsi je ne m’attends pas à une détérioration des relations bilatérales. Kotzias considère la Turquie comme la principale puissance compétitrice en termes de géopolitique dans la Méditerranée orientale. Dès lors, je crois que le partenait Grèce-Israël va survivre à ce changement politique [gouvernement Tsipras].» (Rédaction A l’Encontre)

http://alencontre.org/europe/grece/grece-israel-un-type-daccord-militaire-sans-precedent.html

2464
nature-ecologie / En Écosse, les OGM ne sont plus les bienvenus
« le: 11 août 2015 à 22:02:02 »
En Écosse, les OGM ne sont plus les bienvenus



Au sein de l'Union européenne, un pays membre peut évoquer des motifs environnementaux ou socio-économiques pour s'opposer à des cultures OGM à l'intérieur de ses frontières.

   Même si le pays natal du monstre du Loch Ness fait parti du Royaume-Uni, il a son propre gouvernement autonome. Le gouvernement britannique lui est favorable aux cultures OGM, mais les questions de politique agricole ne lui appartiennent pas sur le territoire écossais.  L'Écosse a donc décidé d'user de son droit européen pour bannir les OGM afin de garder le «statut vert et propre» du territoire, a annoncé dimanche le ministre aux Affaires rurales, Richard Lochhead.





«Nous n'avons pas la preuve que les consommateurs écossais sont demandeurs de produits OGM et je suis inquiet du fait qu'autoriser des cultures OGM en Écosse puisse porter tort à notre image de pays propre et vert, et puisse ainsi remettre en cause l'avenir d'un secteur de l'alimentation et la boisson qui pèse 14 milliards de livres», a justifié M. Lochhead, cité dans un communiqué.


Nous espérons que cette initiative fera germer la même idée dans la tête des autres pays membres, même si malheureusement, beaucoup sont favorables à la culture OGM.


Votre avis nous intéresse, laissez votre commentaire !*

http://www.lapausesolid-r.fr/2015/08/en-ecosse-les-ogm-ne-sont-plus-les.html

2465
Japon : Le retour du nucléaire qui inquiète la population



Japon : Le retour du nucléaire qui inquiète la population. Aujourd'hui pour la première fois depuis 2013, le Japon redémarre un des ses réacteurs.


   L'arrêt total de l'activité nucléaire avait été provoqué par le tsunami qui avait frappé la centrale de Fukushima en 2011, ça, impossible de l'oublier, surtout pour la population japonaise qui reste majoritairement opposée à son retour. Tout comme les anti-nucléaires qui demandent le développement et l'expansion des énergies renouvelables.

   Mais le gouvernement japonais, soutenu par le premier ministre Shinzo Abe fervent défenseur du nucléaire, compte sur ce retour pour consolider une économie en déclin, qui a subis de plein fouet l'arrêt du nucléaire. Le déficit s'élèverait à 24 milliards d'euros rien que pour 2011, et aurait même atteint 97 milliards d'euros en 2014, selon LeFigaro.


L'évènement est symbolique puisque le réacteur ne générera de l'électricité que dans quelques jours.



De nombreux rassemblements anti-nucléaires ont lieu depuis quelques mois, dans les grandes villes japonaises pour protester contre ce redémarrage. Les sondages d'opinions montrent également tous le même résultat, la population étant majoritairement opposée au retour du nucléaire.


L'ensemble des anti-nucléaires pointent du doigt le manque de sécurité et d'assurance face à un phénomène inarrêtable qui peut faire encore beaucoup de dégâts. 



Votre avis nous intéresse, laissez votre commentaire !

http://www.lapausesolid-r.fr/2015/08/japon-le-retour-du-nucleaire-qui.html

2466
Une ancienne employée de Merck l’avoue : « l’obligation vaccinale, c’est pour le profit et pas pour la santé publique »




Brandy Vaugham est une ancienne représentante de ventes pour le fabricant de vaccins Merck & Co. Elle explique en détails comment les fabricants de vaccins se servent précisément des vaccins pour réaliser d’énormes profits et non pour la Santé publique. Brandy a effectué des recherches sur la sécurité des vaccins. Elle a trouvé que, non seulement les vaccins contenaient des produits toxiques connus qui pouvaient provoquer des dégâts neurologiques, mais aussi que les fabricants de vaccins ne réalisaient pas les mêmes études de sécurité pour les vaccins comme ils le font pour les autres médicaments. Ce manque de recherches sur la sécurité des vaccins ajouté aux effets secondaires de la vaccination a contribué à faire prendre à Brandy la décision de ne jamais faire vacciner son enfant. Brandy déclare qu’administrer des vaccins à nos enfants, c’est comme jouer à la roulette russe avec eux. Elle ajoute que la vaccination obligatoire est simplement un moyen pour les fabricants de vaccins de faire de plus amples bénéfices encore sur le dos de nos enfants. S’il vous plaît, ne soyez pas dupes : nous n’avons aucun besoin de vaccination obligatoire.

 

Larry Cook, http://www.StopMandatoryVaccination.com

 

Mon premier engagement dans l’industrie pharmaceutique comme représentante pour la firme Merck date de l’époque où le Vioxx était sur le marché. J’étais, en fait, représentante pour le Vioxx de Merck. Quand il est apparu que Merck avait falsifié ses données de sécurité, et que le Vioxx provoquait deux fois plus de crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux chez les personnes qui prenaient le médicament, j’ai commencé à réaliser qu’il y avait beaucoup de corruption dans les coulisses et que ce n’était pas parce qu’un médicament était sur le marché qu’il pouvait être considéré comme sûr.

 

Après avoir travaillé pour Merck, je fus assez désabusée par l’ensemble du scandale. J’ai vécu à New-York pendant huit ans, et c’est là que j’ai eu mon fils. A six mois, je l’ai ramené avec moi à San Francisco sans qu’il soit vacciné. Quand je me suis rendue à la visite médicale, ils ont essayé de nous fourguer les vaccins. A cette époque, je n’avais pas encore fait énormément de recherches, mais j’en savais déjà assez pour ne pas faire aveuglément confiance aux médicaments. Au cours de la visite médicale, j’ai demandé à voir la notice du vaccin. Le médecin a éclaté en colère, prétendant que je ne lui faisais pas confiance. Il sortit en claquant la porte et une infirmière me fit savoir que je ne serais désormais plus jamais la bienvenue dans cette clinique. Sachant tout ce que j’avais déjà appris en tant que représentante, ce fut pour moi un fameux et énorme signal. Je poursuivis donc mes recherches sur les vaccins, les ingrédients et les données inexactes de sécurité.

 

Je découvris beaucoup de choses. L’une d’elles était que l’aluminium était le principal adjuvant des vaccins pour enfants. J’avais déjà fait certaines recherches sur l’aluminium et avais donc déjà une certaine expérience. Ma grand-mère avait eu un cancer du sein. La biopsie avait montré des taux élevés d’aluminium dans ses tissus.  Le médecin nous expliqua que ma grand-mère devait abandonner les déodorants traditionnels parce que l’aluminium qui s’y trouvait était susceptible de provoquer le cancer. C’était un produit cancérogène. Ce fut encore un fameux signal d’avertissement pour moi quand je réalisai que ces produits se trouvaient dans les vaccins pour les enfants. Je parvenais à peine à y croire !

 

J’ai continué à faire de plus en plus de recherches et je finis par réaliser qu’aux États-Unis on administrait deux fois plus de vaccins que dans la plupart des autres pays développés, et que la véritable crise de santé était le fait que nos enfants étaient plus malades que dans n’importe quel autre pays développé, en dépit du fait que plus d’argent était, par habitant, dépensé pour les soins de santé. Aux Etats-Unis, nous avons les taux les plus élevés de mort subite du nourrisson, d’asthme, d’allergies alimentaires, de TDAH, de leucémie infantile, et du type 1 de diabète. Pour moi, c’était cela la véritable crise de santé.

 

Au plus j’approfondissais le sujet, au plus je réalisais que les vaccins ne concernaient guère la santé publique. Il s’agit surtout des profits de l’industrie pharmaceutique. Ce qui est intéressant avec les vaccins, c’est que les mêmes études rigoureuses de sécurité qui sont réalisées pour la plupart des médicaments ne se font généralement pas pour les vaccins parce que tout simplement les vaccins sont considérés être une mesure de santé publique contrairement aux différents médicaments. Les études des vaccins durent en général peu de temps. Ce se sont pas des études en double aveugle avec véritable placebo comme c’est pourtant la norme d’or pour les médicaments. Pour les vaccins,  on n’exige pas les mêmes études rigoureuses que pour les médicaments. Il est aussi très facile de manipuler les données et de les présenter comme étant sans danger. Si on analyse les études en étant particulièrement attentifs à la toxicité des adjuvants et des additifs, on s’aperçoit que les études dites de sécurité ne prouvent pas du tout la sécurité des vaccins. En fait,  il existe pas mal d’études qui montrent que quantités d’additifs des vaccins sont très toxiques, tout spécialement pour les enfants dont le système immunitaire est encore particulièrement immature.

 

Au plus j’approfondissais les études de sécurité et me rendais compte à quel point elles étaient défectueuses, au plus j’étais en quelque sorte mise en garde. Mon fils a maintenant 4 ans ½, et n’est toujours pas vacciné. Je me suis sentie d’autant plus motivée dans cette lutte que j’ai appris que des projets de loi rendant les vaccinations obligatoires commençaient à émerger un peu partout dans le pays, dans plus de 138 états. Il est clair pour moi maintenant qu’il s’agit d’une question de profit avant d’être une question de santé publique. Je sais que de nombreuses compagnies pharmaceutiques ont perdu leurs médicaments vedettes. Au cours de ces dernières années, elles ont perdu leurs brevets. C’est la raison pour laquelle ces compagnies cherchent à augmenter leurs profits.

 

Pour les vaccins, les études de sécurité sont moins rigoureuses et donc moins coûteuses, il y a moins d’obstacles pour en obtenir la mise sur le marché. En outre les sociétés pharmaceutiques sont dégagées de toute responsabilité, de toute poursuite possible. En fait, les vaccins sont le seul produit aux États-Unis pour lequel vous ne pouvez engager de poursuites judiciaires normales s’il y a dommage ou décès. Si vous réunissez tous ces éléments vous avez alors un produit avec la marge bénéficiaire la plus élevée possible. En rendant les vaccins obligatoires et en n’arrêtant pas d’élargir le calendrier vaccinal, ce sont nos enfants qui sont utilisés dans des buts de profit. C’est là exactement ce qui se cache derrière les projets de loi visant à rendre la vaccination obligatoire.

 

Une des choses que l’on me demande souvent c’est pourquoi on n’entend pas plus souvent parler de la chose si elle était vraie. Au cours de ma recherche, j’ai découvert que les États-Unis étaient l’un des deux seuls pays au monde qui autorisaient les entreprises pharmaceutiques à faire directement de la publicité aux consommateurs. Nous avons tous vu des publicités pour médicaments dans les médias. Cela permet aux compagnies pharmaceutiques de dicter essentiellement ce qui est présenté dans les médias. Si vous leur accordez 30 à 40% de leur publicité, vous contrôlez pratiquement tout ce qu’ils annoncent. Combien de journalistes et d’articles n’ont-ils pas été censurés, y compris le lanceur d’alertes du CDC, fin de 2014 qui a révélé que le CDC avait camouflé des données qui montraient que le vaccin ROR provoquait des dommages neurologiques (autisme). Récemment, il y a eu beaucoup d’histoires de différents pays qui poursuivaient les fabricants de vaccins pour des dommages et des décès. Certains vaccins n’ont plus été conseillés comme le Gardasil au Japon, le Prevenar en Chine, le Rotavirus en France. L’Espagne aurait fait un procès à Merck pour le Gardasil.

 

Au travers des médias traditionnels, les compagnies pharmaceutiques dépensent chaque année 18 milliards de dollars en frais de marketing. Pour les médecins, les compagnies dépensent six fois ces sommes en plans d’assurance santé, conférences éducatives, études publiées dans des revues médicales, etc., etc. Tout cela revient à dire que nous avons des vaccins exemptés de toute responsabilité pour le fabricant, très peu de données montrant que ces vaccins sont sûrs et efficaces, avec d’énormes dépenses de marketing. Aux États-Unis notre système vaccinal est délabré. Il n’est pas possible de rendre un produit obligatoire quand tant de questions restent sans réponse et quand tant de choses se passent dans les coulisses dont le public n’est pas conscient, comme par exemple les ingrédients des vaccins. Rappelez-vous qu’un pédiatre n’a pas voulu me montrer la notice du vaccin ! Il y avait évidemment de bonnes raisons pour cela : la présence d’aluminium, de formaldéhyde, de cellules de fœtus avortés, de cellules animales. Ces vaccins comprennent quantités d’autres éléments que d’autres pays refusent pour la consommation et pour l’incorporation dans les vaccins. Il y a aussi des éléments dont on ne connait pas les conséquences, et pour lesquels on ne possède pas suffisamment de données. N’est-ce pas jouer à la roulette russe avec la santé de nos enfants ?

 

Les compagnies pharmaceutiques disent que tout cela concerne l’aide apportée au public, concerne la sécurité publique. Je me demande alors pourquoi nous ne disposons pas de plus de données sur les effets que vont avoir tous ces éléments, pourquoi nous n’avons pas d’études long-terme, des études sur les effets qu’ont ces produits dans le corps même de nos enfants. Aujourd’hui, nous avons les enfants les plus malades du monde. Il y a quelque chose qui ne tourne plus rond. Il ne s’agit peut-être pas uniquement des vaccins. C’est aussi le cocktail de pesticides et de polluants dans l’eau, dans l’air. Mais les vaccins représentent souvent un déclencheur parce que génétiquement le corps a besoin d’un  déclencheur pour exprimer ce genre de maladies et de problèmes que nous connaissons aujourd’hui. Les vaccins sont souvent en cause parce que ces produits chimiques sont injectés dans le flux sanguin, de sorte qu’ils peuvent ne pas nécessairement passer par une grande partie des processus de détoxification. Il arrive que ces produits pénètrent directement dans le cerveau au travers de la barrière hémato-encéphalique. Ce sont ces questions difficiles qu’il nous faut poser. Avant cela, avant que nous ne disposions de plus d’information, il n’est absolument pas possible de rendre les vaccins obligatoires. Il doit y avoir le choix. Là où il y a risque le choix s’impose.







http://metatv.org/une-ancienne-employee-de-merck-lavoue-lobligation-vaccinale-cest-pour-le-profit-et-pas-pour-la-sante-publique

2467
Hors europe / L’Écosse interdit la culture des OGM !
« le: 11 août 2015 à 21:57:39 »
L’Écosse interdit la culture des OGM !



L’Écosse interdit la culture des OGM !

La nouvelle enthousiasmera les amoureux de la biodiversité : le gouvernement écossais vient de faire interdire purement et simplement la production d’OGM sur son territoire. Le pays dit ainsi « bye bye » à Monsanto qui est le principal industriel autorisé à écouler ses semences en Europe.




Jusqu’à décision contraire, la belle Alba (du gaélique) ne verra pas pousser de plants MON 87460, NK 603 ou autre GT 73 sur ses vastes plaines. Le gouvernement autonome écossais, structure indépendante au sein du Royaume-Uni, vient de faire interdire la culture des organismes génétiquement modifiés sur ses terres. Le pays profite ainsi d’une opportunité offerte très récemment aux États par l’Union Européenne. Si la Commission Européenne a libéralisé le marché des principaux OGM depuis avril dernier, chaque État peut choisir de s’y opposer selon des critères spécifiques.

En pratique, l’Écosse semble vouloir conserver son image d’une nature saine et préservée. Les autorités craignent que l’arrivée des OGM dans le secteur agricole puisse nuire au secteur agroalimentaire et à celui de la boisson qui pèsent près de 20 milliards d’euros par an dans l’économie du pays. Le bénéfice économique potentiel des OGM ne surpasserait donc pas le label symbolique de qualité que possèdent les produits du pays (notion relative, les pesticides étant utilisés normalement). Parallèlement, le secteur de l’agriculture biologique suit son évolution positive au pays des  lochs et des castles…




« Il n’y a pas de demande significative en matière d’OGM venant des consommateurs écossais et je suis préoccupé par le fait qu’une autorisation des cultures OGM puisse endommager notre image propre et verte. » exprime Richard Lochhead, le secrétaire écossais à l’environnement. Les ministres ont donc opté pour le principe de précaution tant pour l’environnement que pour l’image du pays et son économie. Une décision applaudie par la population, petits producteurs et associations, beaucoup moins par l’industrie agricole et le National Farmers Union, une organisation défendant les intérêts des agriculteurs écossais, proche sur le fond de la FNSEA française.

Notons cependant que cette interdiction ne porte que sur la culture d’OGM, pas sa commercialisation. En effet, rappelons que l’Union Européenne autorise l’importation et la commercialisation (le plus souvent par transformation) d’organismes génétiquement modifiés. Le 24 avril dernier, 17 nouveaux OGM, principalement des produits issus de la multinationale américaine Monsanto, furent autorisés et donc susceptibles de se retrouver dans notre alimentation. En effet, si les États peuvent encore s’y opposer de manière individuelle, la libre circulation des denrées dans l’Union permet à des OGM de se retrouver dans les étales de nos supermarchés préférés… On sait donc ce qu’il reste à faire pour les éviter.



2468
Trahison, appel au boycott: rien ne va plus pour le sirop de Liège depuis l'annonce de la certification halal du produit de tradition

K. Wuyard


Nous vous l’annoncions ce week-end: le sirop de Liège de chez Meurens est désormais certifié «halal». Un label qui va permettre à la siroperie d’Aubel d’augmenter ses exportations. Seulement voilà, pour certains, il s’agit là d’une véritable trahison et la nouvelle a déchaîné les passions sur les réseaux sociaux.




Bernard Meurens, directeur de l’entreprise.


L’Aubelois Bernard Meurens est toujours sous le choc des réactions déclenchées par l’annonce de la certification halal de son «sirop de Liège». Il l’avoue bien volontiers: jamais il ne s’attendait à un tel déversement de vitriol.

«Je sais qu’il y a un climat d’islamophobie en Belgique en ce moment, mais pas à ce point-là. Samedi en début d’après-midi, j’ai regardé le site de «La Meuse» et j’ai vu qu’il y avait déjà plus de 600 commentaires. Les trois quarts d’entre eux étaient négatifs, des gens qui disaient qu’ils allaient jeter leur pot de sirop, qui appelaient au boycott… C’était terribleà lire!» s’épouvante Bernard Meurens.




M. Meurens avec l’imam (à dr).

Qui a également dû faire face à des coups de gueule envoyés directement à la siroperie Meurens, à Aubel. Tandis que d’aucuns reprochaient à Bernard Meurens d’avoir «perdu le goût de la tradition» en faisant certifier le sirop, d’autres allaient plus loin, n’hésitant pas à affirmer que le sirop était désormais impropre à la consommation par des catholiques.

Et pourtant: outre le fait qu’il est désormais certifié halal, absolument RIEN n’a changé dans le sirop Meurens, ni dans la recette, ni dans le packaging!

Découvrez l’intégralité de cet article dans les journaux de Sudpresse ce mardi 11 août ou à lire via nos supports numériques.





http://www.lameuse.be/1351183/article/2015-08-10/trahison-appel-au-boycott-rien-ne-va-plus-pour-le-sirop-de-liege-depuis-l-annonc?fb_comment_id=fbc_899891000085199_899901076750858_899901076750858#f2c5176bbabb974

2469
Un père laisse sa fille se noyer pour ne pas la déshonorer



Monde 
Un père a enjoint les sauveteurs de s'éloigner de sa fille, laissant cette dernière se noyer. Il refusait qu'elle soit touchée par un homme qu'elle ne connaissait pas.

"Cela m'a choqué moi et tous ceux qui étaient concernés par cette affaire", a expliqué Ahmed Burqibah, le responsable du département de Recherche et Sauvetage de la police de Dubaï, dans un entretien à Emirates 24/7.

Ce père, décrit comme "d'origine asiatique", se trouvait sur la plage avec sa femme et ses enfants. Soudain, sa fille de 20 ans, qui se trouvait dans la mer, s'est mise à crier. Elle se noyait. Deux hommes se sont précipités pour lui venir en aide.

"Mais un obstacle s'est interposé", explique Ahmed Burqibah. "Cet obstacle, c'est la croyance de ce père qui considérait que si ces hommes touchaient sa fille, elle serait déshonorée. Celui lui a coûté la mort de sa fille." Le policier a précisé que ce père était un homme grand et fort. Il s'est montré violent à l'égard des personnes qui voulaient sauver la jeune femme.

Cette dernière est finalement décédée alors que des secours se trouvaient quasi à sa hauteur. Son père a été arrêté par la police de Dubaï et sera poursuivi.

http://www.dhnet.be/actu/monde/un-pere-laisse-sa-fille-se-noyer-pour-ne-pas-la-deshonorer-55c8a06e3570b54653344917#ee717

2470
La cyber-attaque contre Israël vise notamment le site d’un député

L’opération des pirates Anonymous a touché des dizaines de sites, mais n’a pas provoqué « l’Holocauste électronique » annoncé



es pirates anti-israéliens ont vandalisé mardi des dizaines de sites web israéliens dans le cadre d’un « Holocauste électronique » promis contre l’Etat juif par le collectif des hackers Anonymous.



Selon Anonymous, l’attaque annuelle, connue sous le nom d’OpIsrael, a visé des dizaines de sites Web et de comptes Facebook, ainsi que des milliers d’adresses e-mail.

Yona, un membre du parti de l’Union sioniste, a vu son site personnel effacé et remplacé par un texte expliquant que le piratage avait été fait au nom des Palestiniens.

« Salutations au monde, nous sommes AnonGhost. Nous sommes toujours là pour vous punir ! » affirme le message rempli de fautes des pirates.

« Parce que nous sommes la voix de la Palestine, nous ne resterons pas silencieux ! Nous sommes le bruit des gens oubliés, les combattants de la liberté dans le cybermonde et notre objectif principal est le sionisme et Israël, si vous vous demandez pourquoi votre site Web a été piraté par nous, c’est fondamentalement parce que nous voulons partager notre message et montrer au monde qui nous sommes, nous ne sommes pas à la recherche de la gloire, mais nous avons un objectif à atteindre, nous supportons toutes les équipes de pirates et nous supportons tout le mouvement de liberté dans le monde. »

« Les musulmans sont partout – Nous allons entrer en Palestine bientôt :) Rappelez vous de ceci :D #OpIsrael est engagé, attendez-nous », est-il écrit.

Le site web de Hanoch, 68 ans, un vétéran de la scène musicale israélienne, contenait le même message.

Le texte était pratiquement identique à celui affiché sur le site Web du parti Meretz, qui a été piraté le week-end derrnier.

Selon le site Web d’information en hébreu Walla, un lycée de filles a été ciblé de façon similaire, de même que diverses autres institutions.

Le groupe Opération Israel a prétendu sur son fil Twitter avoir piraté le site Web du ministère de l’Economie, mais l’attaque semble avoir ciblé une ancien site, maintenant inactif.

http://fr.timesofisrael.com/la-cyber-attaque-contre-israel-vise-le-site-dun-depute/?utm_source=A+La+Une&utm_campaign=888d4df904-Mardi_7_avril_20154_7_2015&utm_medium=email&utm_term=0_47a5af096e-888d4df904-54746509


2471
les bases / Information sur les cookies
« le: 09 août 2015 à 21:36:45 »
Information sur les cookies

Qu'est qu'un cookie ?

Un cookie est une information appelée également « traceur », et conservée sur votre terminal informatique (ordinateur, tablette, smartphone…), par un site web que vous visitez, via votre navigateur ou toute application ou programme vous permettant de lire cette page.

Les cookies conservent souvent un certain nombre de vos paramètres concernant votre visite (langue utilisée, localisation...). Quand vous revenez sur ce même site, le navigateur renvoie les cookies qui appartiennent au site. Cela permet au site, par exemple,  de vous présenter des informations personnalisées correspondant à vos besoins.

Les cookies peuvent conserver une grande variété d'informations, incluant des informations d'identification personnelle (telles que votre nom, votre adresse postale, votre adresse électronique ou votre numéro de téléphone...).

Toutefois, ces informations ne peuvent être conservées que si vous les fournissez - les sites web ne peuvent obtenir l'accès aux informations que vous ne leur avez pas fournies et ne peuvent accéder à d'autres fichiers sur votre ordinateur.

Quels sont les cookies ne nécessitant pas d’accord préalable de l’internaute ?

La Commission Nationale informatique et Libertés (CNIL) précise sur son site internet que : « Sont exemptés du recueil du consentement les traceurs strictement nécessaires à la fourniture d'un service expressément demandé par l'utilisateur. Ainsi, par exemple, les traceurs suivants ne requièrent pas de consentement :
•les cookies de " panier d'achat " pour un site marchand ;
•les cookies " identifiants de session ", pour la durée d'une session, ou les cookies persistants limités à quelques heures dans certains cas ;
•les cookies d'authentification ;
•les cookies de session créés par un lecteur multimédia ;
•les cookies de session d'équilibrage de charge (« load balancing») ;
•certaines solutions d'analyse de mesure d'audience (« analytics ») ;
•les cookies persistants de personnalisation de l'interface utilisateur. »

Quels sont les cookies nécessitant un accord de l’Internaute ?

Ce sont principalement :
•les cookies liés aux opérations relatives à la publicité ;
•les cookies des réseaux sociaux générés par les boutons de partage de réseaux sociaux lorsqu'ils collectent des données personnelles sans consentement des personnes concernées ;
•certains cookies de mesure d'audience.

Quels sont les cookies présents sur la plate-forme web de l’Humanité ?

Sur le site de l’Humanité, des cookies se trouvent :
•dans les quelques espaces publicitaires de notre site (bannière du haut, bandeau « Ligatus », sur lequel l’Humanité n’a pas de contrôle de contenu, entre autres)
•dans les modalités d’accès à votre compte (session) « Utilisateur », pour les visiteurs titulaires de ce compte
•dans les modalités de paiement en ligne
•dans nos outils statistiques des visites du site de l’Humanité (Google Analytics et AT-Internet)
•dans les boutons de partage de contenu sur les réseaux sociaux situés en bas de chaque articles.
•dans les contenus extérieurs affichés dans nos articles : vidéos, tweets, et tous documents multimedia.
•liseuse des publications numérique

En dehors des cookies utilisés pour tout achat auprès de « La Boutique » de l’Humanité, l’Humanité ne cible pas le contenu proposé aux internautes en fonction de leurs habitudes de navigation ou de leur profil.

Seuls les contenus extérieurs (bandeau publicitaire « Ligatus », documents multimédias...) sont susceptibles de voir leur contenu modifié en fonction des habitudes de navigation des internautes.

En règle générale, comment gérer les cookies ?

Toute personne utilisatrice d’Internet peut gérer ou supprimer ses cookies directement dans son navigateur, généralement dans les onglets/menus « paramètres », « outils », « réglages », ou « préférences », selon les terminologies utilisées par chaque navigateur.

Attention : Concernant le site de l’Humanité, le refus d’enregistrement de cookies dans votre terminal, ou la suppression de ceux qui y sont déjà enregistrés peuvent vous empêcher d’accéder à votre compte « Utilisateur ».

Autres informations sur les Cookies :

La Commission nationale Informatique et Liberté (la CNIL) donne un certain nombre de conseils aux internautes, et propose un logiciel de visulaisation des cookie.

De plus, préférez toujours les logiciels libres (tel que Firefox pour la navigation sur le web), qui vous garantissent un contrôle total sur vos données personnelles.
 

Limites de responsabilité de l’Humanité

Dans l’hypothèse où le terminal utilisé par un Utilisateur (ordinateur, smartphone, tablette, ou autre) serait en réalité utilisé par plusieurs personnes(au moins deux) et lorsqu’un même terminal dispose de plusieurs logiciels de navigation, l’Humanité, société éditrice du présent site internet, ne peut garantir que les choix relatifs au refus ou au contraire à l’acceptation de certains cookies (publicitaires ou réseaux sociaux) correspondent bien aux choix personnels de l’Utilisateur.

Le cas échéant, le partage avec d’autres personnes de l’utilisation de votre terminal et la configuration des paramètres de votre navigateur à l'égard des cookies relèvent de du libre choix de l’Utilisateur et de sa seule responsabilité. La responsabilité de l’Humanité (la SNJH), éditrice du présent site web, sur les conditions d’utilisations des cookies ou traceurs ne saurait donc être engagée en cas d’utilisation partagée, quel que soit le nombre d’utilisateur ou le contexte (professionnel ou cercle personnel).

2472
Techniques de manipulation : comment les démasquer




Se savoir manipulé n’est jamais agréable. Les techniques de manipulation mentale sont nombreuses et sournoises. Voici comment les démasquer, peut-être saurez-vous les éviter…

 

 
La manipulation mentale a pour but de contrôler notre perception de la réalité. Pour parvenir à ce but : on use du pouvoir de séduction, de suggestion, de persuasion et de soumission volontaire ou non. Succomber à ce pouvoir est facile, c’est même inévitable si on n’y prête pas un minimum d’attention.

La manipulation mentale est aussi appelée plus pudiquement « sujétion psychologique ». Dans tous les cas, le résultat recherché est un contrôle psychique du « sujet », qu’il est plus juste de nommer : la victime.

Nous allons tenter de mettre à jour ces mécanismes, regarder qui manipule qui, dans quel but et de quelle manière:

Qui manipule qui ?



techniques de manipulationDepuis notre enfance et jusqu’à ce jour, nous sommes tous manipulés. Nos parents ont été les premiers à s’y coller. Les frères et sœurs, les copains : tous ont essayé. Ce fut aussi le cas de nos professeurs, puis de nos employeurs. Et au-delà de cette sphère de proximité, c’est la société dans son ensemble qui s’emploie à nous faire croire ceci où nous prouver cela.

Tout le monde serait donc manipulé depuis toujours! Voyons cela de plus près, commençons par le haut de ce système de production de « la vérité contrôlée »:

Le haut de la pyramide


Il est bien trop dangereux pour les gouvernements de laisser les libres penseurs développer leur sphère d’influence. Ils remettraient en question les fondements de la société.

C’est l’une des raisons pour lesquelles les techniques de manipulation de masse sont utilisées par l’ordre établi, qui rappelons-le, n’a pas intérêt à voir se réaliser les changements sociaux qui remettent en cause sa légitimité, son statut, ses avantages…

Ces techniques de manipulations de masse sont donc exercées sur la population à des fins politiques, mais aussi économiques ou militaires. Les événements graves de l’actualité en sont une preuve tangible.

Les manipulateurs eux-mêmes manipulés




manipulation mentaleTous les acteurs de la société, eux-mêmes sujets aux manipulations depuis leur enfance, sont mis à contribution. Ils participent tous malgré eux à cette orchestration gigantesque.

Toutes les institutions (éducation, justice, administrations…) sont de la partie. Chaque agent de l’Etat est confiné dans son rôle qui sert un mécanisme plus important. Jusqu’à nos parents qui ont également apporté leur pierre à l’édifice du mensonge collectif.

Dans quel but?



 

 
On est en droit de se demander pourquoi tous mettent autant d’ardeur à nous manipuler.

Cette vaste farce n’a d’autre but que de nous faire accepter notre condition. « Le peuple » qui représente l’écrasante majorité de la population sur terre ne dispose que d’une infime partie de ses richesses, lesquelles sont réservées à une élite… dont fait partie la classe dirigeante.


C’est la plus grande arnaque de tout les temps!

Pas facile à faire digérer aux quidams que nous  sommes vous dites-vous? Et pourtant cela fonctionne. La société nous réduit au rôle de producteur-consommateur. Elle nous dit que nous sommes heureux ainsi et beaucoup y croient.

La télévision contribue largement à la situation :



manipulation médiatiqueElle pollue notre mental avec des émissions toujours plus bêtes. C’est de pire en pire
Les invités sont toujours « des experts » qui égrainent, de façon mal dissimulée, une vérité dictée soit par l’argent, soit par le pouvoir, mais jamais discutable : il n’y a plus de débat à la télé !
La publicité est tellement présente, importante et vitale : aujourd’hui les émissions de télévision sont pensées pour permettre la meilleure disposition mentale possible du téléspectateur consommateur à qui l’on présente les messages publicitaires…
L’information y est tronquée, complètement manipulée. Sachez qu’une poignée d’hommes détient 85% des médias du monde entier, tous supports confondus. Si bien que ceux qui s’en tiennent à cette « info » ne savent pas ce qui se passe réellement. Ils vivent dans la matrice un monde factice qui désigne ses gentils et ses méchants au gré des intérêts économiques, politiques et militaires du moment.

Les 10 techniques de manipulation les plus utilisées:



Vous allez constater combien elles font réellement partie de notre environnement médiatique et social.

1 – La stratégie de la diversion:

Très courante, très efficace :  on détourne l’attention du public des vrais problèmes pour lui imposer à la place du superflu insignifiant que l’on met savamment en scène. « L’actualité » traitée dans les médias en est la preuve quotidienne.

2 – La stratégie du problème/solution clé en main:



manipulation mentaleLes exemples ne manquent pas. Beaucoup de situations ou événements présentés comme aléatoires ou liés au hasard, répondent à une logique implacable. Par cette manœuvre, la « solution » apportée, parfaitement inacceptable en temps normal, est non seulement acceptée mais également plébiscitée par ceux qui en font les frais! Incroyable non? Mais pourtant vrai.

3 – La stratégie du dégradé :

Celle-ci est classique, quand l’addition est trop lourde, on fait plusieurs tickets. C’est exactement le traitement réservé à la réforme des retraites en France.

C’est également ce qui est en marche pour changer le monde du travail que l’Europe juge trop encadré en France. La loi Macron a quasiment supprimé le tribunal des prud’hommes. Notez au passage que tout le monde n’a parlé que du travail le dimanche…

4 – La stratégie du différé :


Si c’est trop dur à avaler, pas de problème, on vous le ressert plus tard.

Cette application différée d’une mesure impopulaire étant présentée comme une « concession », la chose finalement acceptée puisqu’elle ne nous affecte pas dans l’immédiat.

5 – Traité les gens comme des enfants :

C’est le cas des émissions « grand public » ou encore de la publicité : ils s’adressent à nous comme à des enfants.

Cette stratégie vise à générer des réactions « cool » du public face à des problèmes graves. Ils sont ainsi minimisés de part le peu de réaction suscité.

6 – Jouer sur l’émotion :

Jouer sur l’émotion est une technique classique pour empêcher l’analyse rationnelle d’une situation. C’est ce que font à outrance les présentateurs TV, plutôt que d’essayer d’apporter des explications objectives.

Ils empêchent de fait les débats de société qui sont remplacés par l’expression des peurs collectives qu’ils mettent en scène.

D’autre part, les émotions permettent d’accéder à l’inconscient. C’est ainsi que l’on influence les gens dans leurs idées, leurs peurs ou leurs désirs. C’est ainsi qu’on leur suggère des comportements qu’ils croient venir du plus profond de leur être.

7 – Maintenir les gens dans l’ignorance :



manipulation mentaleLes gens qui savent sont dangereux. Ils menacent l’équilibre du système en place. Maintenir un niveau bas d’éducation des classes populaires fait partie de la solution pour que le système perdure. Les hautes écoles sont quasi exclusivement fréquentées par des enfants des classes aisés.

Internet représente le plus grand danger actuel pour le système, même s’il est également un outil puissant de propagande. C’est une source d’information et de connaissances immense. Aujourd’hui des lois sont votées (voir « Censure d’internet : l’Etat a tous les droits). D’autre suivront pour tenter de contrôler l’information (celle qui ne relève pas du droit à la libre expression bien sûr).

8 – Encourager la médiocrité :



La bêtise, la vulgarité, l’ignorance… sont quasi érigées au rang de valeurs. Les émissions de télé- réalité en sont l’exemple le plus visible.

Etre idiot et grossier c’est top, c’est la norme. La preuve : ça permet de passer à la télé et même de devenir célèbre !

9 – Culpabiliser l’esprit de révolte :

 

 
Nous ne sommes pas tous complètement manipulés. Ou nous ne le sommes plus autant qu’avant tout du moins. Il est vrai que bien informé, muni de capacités intellectuelles normales, l’individu peut avoir tendance à réclamer justice.

Qu’à cela ne tienne, la machine à écraser l’esprit de révolte est bien huilée. Son stratagème est de culpabilisé le « révolté » en le tenant pour responsable de son malheur. On accepte progressivement une mauvaise image de soi. Cela engendre un état dépressif lequel inhibe toute action. Et hopla!

10 – Connaître les gens mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes :

Les techniques de pointe en biologie, neurobiologie, ou en psychologie appliquée ont apporté des connaissances nouvelles sur l’individu et son fonctionnement. De telle sorte que l’individu lui même ne se connait pas aussi bien que ceux qui ont accès au savoir.

Ce savoir représente un pouvoir et un outil de contrôle puissant pour ceux qui ont un intérêt à manipuler les autres.

Alors, sommes-nous tous manipulés ?


Les techniques de manipulation mentales sont bien rodées. Oui nous sommes tous plus ou moins manipulés car nous somme tous humains et donc manipulables. Puisque vous venez de lire cet article, vous l’êtes certainement un peu moins que tout à l’heure.

L’espoir grandit de voir les gens s’informer et comprendre, de les voir réagir et revendiquer un monde meilleur tout simplement.

Vous pouvez y contribuer en relayant l’information, partagez cet article avec vos amis :
- See more at: http://www.mieux-vivre-autrement.com/techniques-de-manipulation-comment-les-demasquer.html#sthash.BXAPIdzB.4dfWu4VC.dpuf

2473
Piratage : Les dangers de la banalisation des systèmes connectés



    Il n'y a pas si longtemps, un des seuls moyen pour un pirate informatique d'exercer ses talents était l'ordinateur, mais avec l'intégration de systèmes connectés dans des objets du quotidien, ils peuvent désormais pirater des voitures, des systèmes de sécurité de maison, des téléphones portables et même des armes de précision.


   Black Hat est une conférence sur la cybersécurité se déroulant à Las Vegas, cette année les intervenants ont fait fort et sont venus expliquer en détails comment ils ont contournés les systèmes connectés de différents objets.




Charlie Miller et Chris Valasek sont parvenus à pirater une Jeep sur l'autoroute, depuis un canapé dans une maison pas très loin. Ils sont venus expliquer lors de la conférence les détails techniques sur la manière dont ils ont pris le contrôle de cette Jeep Cherokee de chez Chrysler.
Evidemment la mauvaise pub a eu des répercutions sur Chrysler dont le cours en bourse a chuté et qui a dû rappeler plus de 1,4 million de véhicules pour une mise à jour du système.



   Runa Sandvik et Michael Auger, un couple mariés d'experts en sécurité informatique, sont parvenus à pirater un fusil de précision, ils sont capable de dévier la trajectoire d'une balle et même de faire verrouiller une cible à la lunette du fusil, presser la détente cependant ne peut être fait que par l'action du tireur. Ils reconnaissent que pirater un fusil de précision n'est pas facile, mais que c'est tout à fait possible.

«C'était une journée amusante, de démanteler un fusil à 13 000 dollars» a déclaré Michael Auger lors de la conférence Black Hat 2015 à Las Vegas.



 Dernière victime en date, la Tesla Model S, qui s'est faite pirater avec le même procédé. Rappelons que ce bolide atteint 100 km/h en seulement 3 secondes, et apparemment, elle est fragile, d'après les pirates si plusieurs systèmes de la voiture sont en leur possession, il pourrait y avoir un probable arrêt du moteur. Comme pour Jeep, Tesla à dû rappeler des milliers de modèles.




  Par ces actions, les pirates informatiques nous montrent que les systèmes, même les plus pratiques et les mieux conçus, ont des failles majeures pouvant mettre en danger des vies si des personnes mal intentionnées avaient les moyens et la connaissance pour le faire. Ce qui -à notre connaissance- n'est pas une espèce en voie de disparition.


http://www.lapausesolid-r.fr/2015/08/piratage-les-dangers-de-la-banalisation.html

2474
Diplômés, désireux d’entreprendre, indépendants : ce qu’on ne dit pas des migrants





À l’heure où une Europe xénophobe se barricade contre les migrants, retour sur la situation d’hommes et de femmes qui ont des compétences professionnelles et des ambitions fortes.




La surenchère médiatique autour des expulsions de migrants sur le site du tunnel de Calais fait oublier les situations individuelles de ces réfugiés qui ont parcouru des kilomètres pour se retrouver face à des barbelés. Si tous sont actuellement en situation de détresse, ils sont aussi prêts à tout pour trouver une vie ordinaire avec un logement et un travail. Contrairement à l’idée véhiculée par la droite selon laquelle les migrants viendraient augmenter le chômage en France, nombre d’entre eux arrivent avec l’espoir de travailler. Ils en ont d’ailleurs largement les moyens. Issus de la classe moyenne voire aisée, les migrants sont majoritairement diplômés, entrepreneurs et indépendants. Certains sont même hautement qualifiés. Ainsi, l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) estime que « le nombre d’immigrés diplômés du supérieur a connu une croissance de 70 % au cours de la décennie précédente ».

À Calais, plus de la moitié des migrants sont diplômés

Selon une enquête du Secours catholique, 21% des migrants de Calais sont hautement qualifiés et 35% ont un niveau d’étude intermédiaire :



Les migrants sont désireux d'entreprendre

À l’échelle mondiale, 20 % des migrants du Sud vers le Nord envisagent de créer une entreprise. Ils sont aussi entreprenants que leurs homologues restés dans un pays du Sud (21 %) et plus entreprenants que les migrants qui viennent des pays du Nord (14 %) :



La « fuite des cerveaux » concerne aussi les migrants

Dans le monde, 21 % des migrants sont hautement qualifiés. Autant des personnes qui sont susceptibles d’apporter de l’emploi dans leur pays d’accueil.






http://www.humanite.fr/diplomes-desireux-dentreprendre-independants-ce-quon-ne-dit-pas-des-migrants-581109

2475
Septembre 2015 sera pire qu’on l’imagine ! Attendez de voir l’ordre du jour ! (vidéo)



La liste d’événements prendra lieu en Septembre et continue de croître. On dirait que tous les jours, quelque chose d’autre s’ajoute à la liste. Des comètes, astéroïdes et tremblements de terre, jusqu’à l’effondrement de l’économie, que penseriez-vous qui ne soit pas impossible de nos jours.

Mais le fait est. Le mois prochain, les Nations-Unies lanceront « l’agenda 2030″ à la conférence majeure qui aura lieu du 25 septembre 27 septembre à New York City. Et le Pape François voyagera à New York pour délivrer un message à New York lors de la conférence de l’ONU