Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2491
Quand Hollande avoue explicitement avoir armé l'Etat Islamique

Le président français François Hollande a demandé aujourd’hui lors d’une allocution officielle que les rebelles syriens ayant rejoint l’État Islamique rendent les armes livrées par la France en 2012.

Il s’agit de plusieurs milliers d’armes offertes aux rebelles syriens entre 2012 et 2013 pour les aider dans leur lutte contre Bashar-al-Assad.

Or, depuis que l’État Islamique s’est étendu, de nombreuses armes françaises circulent dans les rangs de l’organisation terroriste.

Alors que les pays de l’Union Européenne s’insurgent contre la livraison d’armes par la Turquie aux rebelles syriens, ceux-ci semblent oublier qu’ils en ont également livré précédemment.

Actuellement, l’État Islamique n’a pas souhaité donné de réponse à la requête de François Hollande, mais celle-ci ne saurait être positive. A moins bien sûr qu’il ne s’agisse d’explosifs, auquel cas ils rêvent de pouvoir en donner à la France un certain nombre.



http://fr.awdnews.com/politique/quand-hollande-avoue-explicitement-avoir-arm%C3%A9-l-etat-islamique

2492
Panne chez Mobistar: "La situation est rétablie"

Après une panne qui a touché le réseau 3G aux alentours de Charleroi, Mons, Namur, Tournai et Nivelles, Mobistar annonce que la situation est rétablie. Des appels et SMS peuvent à nouveau être reçus normalement sur les smartphones, même lorsqu'ils sont connectés à la 3G.

De nombreux internautes nous ont contactés via notre page Alertez-nous pour nous signaler que le réseau téléphonique Mobistar était en panne ce vendredi matin. "Il n'y a plus aucun réseau Mobistar, des personnes sont impactées à Seneffe et La Louvière, c'est catastrophique pour ceux qui n'ont que le GSM comme moyen de communication", nous expliquait Thierry.

Vers 11h, Mobistar a annoncé que la panne détectée était résolue.


Problème technique sur le réseau 3G

Contacté par nos soins ce matin, le porte-parole de Mobistar avait confirmé que le réseau subissait des perturbations ce vendredi . "Nous rencontrons des problèmes techniques avec le réseau 3G, qui est utilisé par de nombreux téléphones pour émettre et recevoir des appels, ainsi que pour le transfert de données", expliquait Jean-Pascal Bouillon.

Une fois le réseau rétabli, le porte-parole n'a pas pu donner plus de précisions sur les causes de l'incident. "Nos techniciens sont en train d'analyser le problème pour qu'il ne se reproduise plus", explique-t-il.


En Wallonie, et surtout dans les régions de Mons, Charleroi, Tournai et Nivelles

Les techniciens de Mobistar ont passé la matinée de ce vendredi à chercher l'origine du problème. En attendant, de nombreux clients ont été touchés, sans pour autant pouvoir évaluer le nombre exact. "Le problème s'étend principalement aux agglomérations de Mons et Charleroi", expliquait le porte-parole. D'autres zones de la Wallonie ont également été perturbées. "Ça dépend de l'antenne téléphonique, mais aussi du type de téléphone utilisé par le client", précisait-il.

Un témoin nous signale également des perturbations en Brabant wallon, "Plus moyen de téléphoner sur Nivelles sur le réseau de Mobistar", explique l'internaute. Une autre personne nous a contactés pour signaler des problèmes dans la région de Tournai.

Les provinces de Liège et du Luxembourg ont été épargnées par la panne.


Conseil pour contourner le problème

Pour éviter le problème, Mobistar a conseillé aux utilisateurs qui rencontraient des difficultés d'aller dans les paramètres de l'appareil et de bloquer l'utilisation du réseau 3G. "De cette façon, le téléphone sera forcé d'utiliser le réseau 2G, ce qui permettra d'envoyer et recevoir des SMS et des appels", indiquait le porte-parole.

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/-mobistar-est-en-panne-c-est-catastrophique-de-nombreux-utilisateurs-ne-peuvent-plus-telephoner-ce-matin-744530.aspx

2493
Corée du Nord: Toutes les horloges seront retardées de 30 minutes

La Corée du Nord a annoncé vendredi l'adoption d'une nouvelle "heure de Pyongyang": la mesure du temps imposée il y a plus d'un siècle par des "impérialistes japonais cruels" sera jetée aux orties et toutes les horloges du pays retardées de 30 minutes.



A compter du 15 août, il sera GMT + huit heures et demie en Corée du Nord, soit 30 minutes plus tard qu'en Corée du Sud qui, à l'instar du Japon, est à GMT + 9. Ce changement d'heure, qui a obtenu le feu vert mercredi du Parlement nord-coréen, marquera le 70e anniversaire de la libération de la péninsule coréenne du règne colonial japonais (1910-1945).

"Les cruels impérialistes japonais ont commis tant de crimes impardonnables, allant jusqu'à priver la Corée de son heure standard tout en piétinant ses terres, sans aucune merci", a rapporté l'agence officielle KCNA. A l'ère précoloniale, il était GMT + 08H30 en Corée mais le Japon avait imposé son heure standard en 1912.

Le décret parlementaire traduit la "foi inébranlable et la volonté du peuple et de l'armée à l'occasion du 70e anniversaire de la libération de la Corée", ajoute KCNA.

Le ministère sud-coréen de l'Unification s'est refusé à commenter cette décision.

La Corée du Sud avait elle-même changé d'heure en 1954, également pour marquer sa rupture avec le Japon, avant de revenir en arrière en 1961, après l'arrivée au pouvoir de Park Chung-Hee à l'occasion d'un coup d'Etat militaire. Le nouvel homme fort avait alors expliqué que les deux principaux alliés des Etats-Unis dans la région, Séoul et Tokyo, se devaient d'être au diapason.


http://www.levif.be/actualite/international/coree-du-nord-toutes-les-horloges-seront-retardees-de-30-minutes/article-normal-409327.html

2494
nature-ecologie / D'où provient la Patte d'éléphant?
« le: 07 août 2015 à 18:17:36 »
D'où provient la Patte d'éléphant?

Plus de 20 ans ont passé depuis que cette masse unique de déchets radioactifs a coulé depuis le réacteur de la centrale nucléaire en ruine de Tchernobyl



Le 26 avril 1986, une expérience à été entreprise dans la centrale nucléaire de Tchernobyl afin de vérifier si ses turbines pouvaient générer assez d'énergie électrique pour activer la réfrigération des réacteurs. L'un des pires désastres nucléaires et environnementaux a provoqué la formation de ce qui pourrait bien être l'objet le plus dangereux du monde: la Patte d'Éléphant.


Qu'est-ce que la Patte d'éléphant?
Lors de l'accident du réacteur, ce dernier a formé une lave noire de combustible fondu à une température de 4000 degrés Celsius. Il s'agit de déchet très polluant sous forme de lave très dense faite de combustible nucléaire, de produits de fission, des matériels structurels des parties affectées du réacteur et de béton fondu. Cette lave radioactive a commencé à couler du noyau du réacteur et à se solidifier sous forme de stalactites, de stalagmites et en formant un monticule appelé Patte d'Éléphant, à cause de son aspect physique. Il s'agit d'une masse de deux mètres d'épaisseur, considérée comme l'un des objets les plus dangereux de la planète, puisqu'elle contient du plomb, de l'acier et de l'uranium, élément qui faisait fonctionner la centrale nucléaire. Par conséquent, elle est hautement radioactive.


 

By: Louise







28-07-2015
 
L'objet Le Plus Dangereux Du Monde
 
 

 
PUBBLICITÉ

Connaissez-vous ou avez-vous déjà entendu parlé de la Patte d’éléphant de Tchernobyl? Cette masse radioactive, détectée en 1986, peut tuer un homme en 300 secondes. Cette formation de lave pourrait bien être l'objet le plus dangereux du monde actuellement.


D'où provient la Patte d'éléphant?
Plus de 20 ans ont passé depuis que cette masse unique de déchets radioactifs a coulé depuis le réacteur de la centrale nucléaire en ruine de Tchernobyl.L'objet le plus dangereux du monde est à Tchernobyl
Photo from Web
Le 26 avril 1986, une expérience à été entreprise dans la centrale nucléaire de Tchernobyl afin de vérifier si ses turbines pouvaient générer assez d'énergie électrique pour activer la réfrigération des réacteurs. L'un des pires désastres nucléaires et environnementaux a provoqué la formation de ce qui pourrait bien être l'objet le plus dangereux du monde: la Patte d'Éléphant.


Qu'est-ce que la Patte d'éléphant?
Lors de l'accident du réacteur, ce dernier a formé une lave noire de combustible fondu à une température de 4000 degrés Celsius. Il s'agit de déchet très polluant sous forme de lave très dense faite de combustible nucléaire, de produits de fission, des matériels structurels des parties affectées du réacteur et de béton fondu. Cette lave radioactive a commencé à couler du noyau du réacteur et à se solidifier sous forme de stalactites, de stalagmites et en formant un monticule appelé Patte d'Éléphant, à cause de son aspect physique. Il s'agit d'une masse de deux mètres d'épaisseur, considérée comme l'un des objets les plus dangereux de la planète, puisqu'elle contient du plomb, de l'acier et de l'uranium, élément qui faisait fonctionner la centrale nucléaire. Par conséquent, elle est hautement radioactive.



PUBBLICITÉ

Pourquoi est-elle si dangereuse?
Kyle Hill, écrivain et scientifique, indique qu'il suffit d'être 300 secondes près de cette masse pour recevoir une quantité létale de radiation: en 2 minutes, vos cellules commencent à présenter une décomposition; en 4 minutes, vous présentez des vomissements, des diarrhées et de la fièvre. Si vous restez plus de temps, 2 jours suffiront pour que vous soyez mort. Des rapports de Tchernobyl estiment que la Patte d'Éléphant émet une radiation de 10 mille roentgenium par heure. Un dixième de cette radiation pour tuer une personne. Pour vous imaginer, une heure d'exposition à cette masse équivaudrait à 4.5 millions de radiographies, mille fois plus de radiation que celle qui provoque un cancer. Environ 600 000 travailleurs ont héroïquement essayé de contenir les dommages de l'accident. 30 d'entre eux sont morts des jours, des semaines et des mois plus tard. Les autres subirent des maladies et des effets secondaires durant toute leur vie.


Qu'en est-il aujourd'hui?
Pour éviter de s'exposer à une dose mortelle de radioactivité, les premiers enquêteurs scientifiques ont fabriqué un trépied avec des roues et un miroir, puisque la radiation brûlaient les images prises directement. Ils ont pu tirer des photos de la masse radioactive depuis une certaine distance. En 1987, un morceau de la masse a été récolté pour pouvoir l'étudier puis, quelques années après, des enquêteurs munis de vêtements spéciaux ont réussi à entrer dans la pièce. Aujourd'hui, la Patte d'éléphant s'étudie avec des robots jetables parce que la radiation, bien que 10 fois moins importante qu'il y a quelques années, continue d'être très nuisible pour les appareils. Avec le temps, la Patte d'éléphant a commencé à s'écrouler: des crevasses sont apparues à sa surface, elle continue de faire une fission nucléaire et d'émettre de la chaleur.



Des plans pour contenir la Patte d'Éléphant sont prévus en 2015 puisque, si elle continue ainsi sa progression, elle pourrait causer une explosion radioactive. De plus, si cette masse atteint les eaux souterraines, elle peut causer une fuite catastrophique de substances radioactives dans les lagunes proches. La Patte d'éléphant a également pris le nom de "La Méduse" qui, dans la Mythologie, avait le pouvoir de pétrifier quiconque uniquement avec son regard. Un sarcophage de protection est prévu pour 2017. Il résisterait à un tremblement de terre (échelle de 6), à une tornade de catégorie 3 et à des températures extrêmes de - 43ºC jusqu'à + 45ºC. Cette structure devrait durer au moins 100 ans et consiste en une double couche, créant une cavité entre les murs internes et externes permettant ainsi de régler la température, l'humidité et l'aération à l'intérieur de la centrale.

 Aujourd'hui, cette lave radioactive qui, en sortant et en se refroidissant a pris la forme surréelle d'un pied d'éléphant, est un élément pratiquement indestructible, destiné à empoisonner pour l'éternité.

http://www.hithenews.fr/l-objet-le-plus-dangereux-du-monde-est-a-tchernobyl-94.html

2495
Le Pentagone obligé d’admettre qu’un de ses drones s’est écrasé en Irak à cause d’un selfie



Une photo du drone telle qu’elle circule sur les réseaux sociaux (capture tweet)

C’est ce qui s’appelle une preuve irréfutable par un selfie. Le Pentagone a été obligé d’admettre qu’un de ses drones s’est bien écrasé en Irak après qu’une photo d’un Irakien posant fièrement devant l’engin ait fait le tour des réseaux sociaux.

Le drone, un modèle Gray Eagle pour être exact, s’est écrasé ce 20 juillet près de Samarah, à 350 km au sud-est de Bagdad. Cette région est précisément le centre d’une bataille féroce que se livrent l’armée irakienne et les éléments de Daesh.

Très vite des photos de l’appareil sont apparues sur Twitter.



Devant l’évidence de ces images qui ont enflammé les réseaux sociaux, l’armée américaine n’a plus d’autre choix que d’admettre le crash de ce MQ-1C, d’une valeur de 40 millions de dollars tout de même, tout en précisant que le drone était non armé.

Les images indiquent également que le corps de l’appareil ne comporte aucun impact, excluant par conséquent l’hypothèse qu’il aurait été abattu en plein vol.



Selon le magazine Air Force Times, «le drone effectuait une mission de combat quand il s’est écrasé. Rien n’indique que des civils ont été blessés ou des biens endommagés sur le site de l’accident. Le Predator n’a pas été abattu par des tirs ennemis, mais il n’y a aucune information sur la façon dont le drone s’est écrasé. Les enquêteurs devront déterminer les circonstances de cet accident».

Ce n’est pas la première fois qu’un tel incident se produit. Déjà en mars dernier, un drone américain s’était écrasé en Syrie.

http://reseauinternational.net/le-pentagone-oblige-dadmettre-quun-de-ses-drones-sest-ecrase-en-irak-a-cause-dun-selfie/

2496
Un suspect s'évade du palais de justice de Charleroi, menottes aux poignets: l'homme est toujours recherché par la police

Un individu, interpellé pour vol la nuit précédente, a réussi à tromper la vigilance des policiers qui le présentaient au juge d’instruction jeudi après-midi au palais de justice de Charleroi.
Le suspect a bousculé une inspectrice et s’est enfui, menottes aux poings.
Il est actuellement recherché.



Le jeune homme de 21 ans, John E., est bien connu de la justice. La nuit précédente, la police locale de Châtelet-Aiseau-Farciennes l’avait interpellé à la suite d’un vol dans un commerce. Selon les forces de l’ordre, l’individu s’est montré peu coopératif tout au long de son interrogatoire. Le parquet a finalement pris la décision de mettre l’affaire à l’instruction.

Mais, lors de son transfert devant le juge, John E. a bousculé la policière qui le gardait et s’est enfui dans les rues de Charleroi. Malgré ses menottes et les nombreuses équipes de police appelées en renfort, l’individu est parvenu à se fondre dans la foule plutôt nombreuse vu les différents événements programmés dans le centre-ville.

Une complicité externe n’est pas écartée par les enquêteurs.

http://www.lanouvellegazette.be/1348750/article/2015-08-06/un-suspect-s-evade-du-palais-de-justice-de-charleroi-menottes-aux-poignets-l-hom

2497
Pourquoi Israël a tant de mal à lutter contre les extrémistes juifs




Cinq jours après l'attaque d'extrémistes juifs qui a coûté la vie à un bébé palestinien, Beaucoup s'interrogent en Israël sur la lenteur des forces de sécurité à lutter contre ces groupuscules.

Le gouvernement israélien accélère la pression contre les extrémistes juifs depuis la mort d'un bébé palestinien brûlé vif dans un incendie qui leur est imputé. Les autorités ont notamment utilisé à l'encontre de l'un d'entre eux, Mordechai Meyer, 18 ans, la détention administrative (sans inculpation), jusqu'ici réservée aux Palestiniens.

Mais près d'une semaine après les faits, les services de sécurité gardent la plus grande discrétion sur l'implication des trois jeunes hommes dans cet incendie qui a soulevé l'indignation en Israël et dont les auteurs ne sont toujours pas connus.



Le Premier ministre Benyamin Netanyahu s'est engagé à appliquer la loi sans distinction, mardi. Mais la mort du bébé palestinien a ravivé les accusations contre le gouvernement de se montrer complaisant avec cet extrémisme. Une coalition qui fait la part belle aux nationalistes, aux religieux et aux partisans des colons.

Le manque de zèle des autorité contre les extrémistes juifs

Tandis que le nouveau gouvernement (où Naftali Bennett, défenseur des colons, est en position de faiseur de roi) ne cesse de durcir les peines prévues contre les Palestiniens accusés de troubles, les forces de l'ordre sont très loin de poursuivre avec le même zèle les extrémistes juifs. Les autorités ont toujours fait preuve de mansuétude envers les actes des colons, estime le journaliste israélien Akiva Eldar sur le site Al-Monitor: "Les activistes des ONG israéliennes Yesh Din, B'Tselem, Rabbins pour les Droits de l'Homme et Breaking the Silence ont enquêté sur des dizaines d'incidents au cours desquels les soldats de Tsahal assistaient sans réagir aux attaques de colons contre des paysans palestiniens ou les empêchaient de travailler leurs terres." Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) a répertorié 399 attaques de ce type en 2014, plus d'une par jour.


Pourtant, selon des chiffres de l'ONG de défense des droits de l'Homme Yesh Atid, seules 2,5% des plaintes déposées par des Palestiniens aboutissent à la condamnation d'un suspect. 




Depuis 2000, des soldats ou des colons israéliens ont tué 1895 enfants palestiniens, rapporte de son côté le site Middle East Eye, mais pas un seul Israélien n'a été condamné pour ces meurtres. 

Pis, des ministres de ce gouvernement veulent limiter les subventions étrangères, notamment de l'UE, des ONG qui dénoncent ces faits, alors qu'ils multiplient les subventions aux organisations de colons dans le même temps.

Un système judiciaire infiltré par l'extrême droite

"Netanyahu se serait-il dit choqué si le petit Ali s'en était sorti vivant, s'il avait "seulement" perdu sa maison?" interroge Akiva Eldar. Le journaliste s'indigne, à l'instar de Yossi Melman, spécialiste des questions de renseignements pour le Jerusalem Post, de l'impuissance des services de sécurités, de "trouver et juger quelques dizaines de juifs fanatiques dont les crimes contre les Palestiniens pourraient embraser la région".

Le système judiciaire contribue à cette impunité. Les Palestiniens sont jugés par des tribunaux militaires, tandis que les Israéliens sont jugés par des cours civiles, relève Haaretz. Plus grave, les tribunaux devant lesquels sont déférés les extrémistes, "sont remplis de juges qui se montrent compréhensifs envers ces criminels, souligne Nahum Barnea dans le quotidien Ynet News. Plusieurs ministres de la Justice ont privilégié les candidats de cette mouvance aux postes de juges. Un processus renforcé par le gouvernement actuel, dans lequel "la ministre de la Justice qui se trouve à la tête du comité de sélection de la magistrature est Ayelet Shaked (Foyer juif, extrême droite), tandis que le représentant de l'opposition au sein de ce comité est un membre de la droite nationaliste."

La culture des colons prend le dessus

Les Israéliens installés en deçà de la ligne verte tentent de se rassurer en se disant que ces crimes sont l'oeuvre de quelques illuminés, constate Zvi Bar'el, dans Haaretz. Mais, ajoute-t-il, "ces terroristes juifs ne descendent pas de Mars". Comme lui, plusieurs éditorialistes, mais aussi l'ONG JCall font le constat que le processus d'occupation et de colonisation, "ferment du pourrissement de la situation", est à l'origine des dérives de ceux qu'il qualifie de "salafistes juifs". Nombre d'Israéliens "se cramponnent à l'idée que leur nationalisme laïque les immunise contre ce nouveau messianisme", même après "l'installation de plus d'un demi-million de colons (en Cisjordanie) dotés de budgets spéciaux, d'armées et de milices privées". "Ce sont 'eux', pas 'nous' qui brûlent des enfants et des églises, qui déracinent des oliviers et brisent des os." Pourtant, avertit l'éditorialiste, la culture de ces colons est en train de prendre le dessus en Israël. C'est cette prise de conscience, selon lui, qui explique l'immense émotion provoquée par la mort du petit Ali.

Read more at http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/pourquoi-israel-a-tant-de-mal-a-lutter-contre-les-extremistes-juifs_1704976.html#ksYUHoBYzH531PQD.99

2498
France pays plus dangereux au monde pour les journalistes



Selon la Fédération internationale des journalistes, la France est le pays le plus dangereux pour les journalistes. Le nombre de journalistes le plus important ayant laissé leur vie pour l’année 2015 n’est pas en Ukraine, ni en Russie, ni en Syrie, ni en Irak ou en Afghanistan mais en France.

Journalistes tués en 2015 : La France détient le record triste du nombre de journalistes tués en 2015.
 La Fédération internationale des journalistes indique que 10 journalistes ont été tués en France en 2015 contre 2 en Ukraine pour la même période. La Libye compte 6 journalistes tués, le Yemen 8, l’Inde 3, le Pakistan 1, la Syrie 3. Pour les journalistes il est plus dangereux de travailler en France que de travailler en Russie et en Ukraine. (Source)




Liberté de la presse menacée. La liberté de la presse est plus que jamais menacée en France, même en Allemagne, des pays se disant défenseur des droits fondamentaux et tirant à bras tendus le slogan « Je suis Charlie ». Fin juillet le blog allemand,  netzpolitik.org , en publiant des documents des services secrets, a montré la limite de la liberté de la presse. En France des sites comme Riposte Laïque, sont aussi menacés par les instances de l’Etat. Des menaces par voie de justice avec de fortes amendes sont lancées contre les journalistes.

http://novorossia.today/france-pays-plus-dangereux-au-monde-pour-les-journalistes/

2499
Europe / La Grèce rembourse 186 millions d’euros au FMI
« le: 07 août 2015 à 11:55:45 »
La Grèce rembourse 186 millions d’euros au FMI




La Grèce a remboursé, jeudi 6 août, 186,3 millions d’euros au Fonds monétaire international (FMI) et évité ainsi un nouveau défaut de paiement auprès de l’institution, dans un contexte de négociations sur un troisième plan d’aide au pays.

« La Grèce a payé les intérêts qui étaient dus au FMI aujourd’hui », a déclaré un porte-parole du fonds dans un communiqué. C’est la première fois depuis le début de juin que la Grèce, en grande difficulté financière, honore un remboursement vis-à-vis du FMI dans les délais impartis.

L’ultimatum du FMI

Après avoir demandé un sursis, le pays avait fini, le 30 juin, par faire défaut sur sa dette vis-à-vis du fonds, l’un de ses créanciers internationaux depuis 2010 aux côtés des Européens. Une nouvelle échéance avait été manquée par Athènes à la mi-juillet, portant les arriérés de paiement du pays vis-à-vis du FMI à 2 milliards d’euros.

Un prêt d’urgence des Européens avait toutefois permis à Athènes d’apurer sa dette vis-à-vis du FMI le 20 juillet et de pouvoir à nouveau prétendre à l’aide financière de l’institution.
Des représentants du FMI, de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne (BCE) sont à Athènes depuis une semaine pour mettre sur pied un plan d’aide de plus de 80 milliards d’euros, qui doit être bouclé avant le 20 août.

Le fonds a toutefois prévenu qu’il ne renflouerait pas le pays tant qu’Athènes n’aura pas accepté un plan de réformes complet et que les Européens n’auront pas consenti à alléger la dette grecque, qui avoisine les 320 milliards d’euros.

Lire : Grèce : l’ultimatum du FMI

Après ce paiement, Athènes doit encore au total rembourser au FMI quelque 22 milliards d’euros, selon le site de l’institution. Le prochain paiement, de quelque 306 millions d’euros, est prévu pour le 1er septembre.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/crise-de-l-euro/article/2015/08/07/la-grece-rembourse-186-millions-d-euros-au-fmi_4714902_1656955.html#xCkYvTBEM554tUxs.99

http://www.lemonde.fr/crise-de-l-euro/article/2015/08/07/la-grece-rembourse-186-millions-d-euros-au-fmi_4714902_1656955.html

2500
VIDEO. L'otage française Isabelle Prime, libérée au Yémen, en route pour Paris




Après plus de cinq mois de négociations, l’otage française Isabelle Prime a été libérée au Yémen dans la nuit de jeudi à ce vendredi, a annoncé l’Elysée.
La jeune femme est arrivée à Oman ce vendredi matin et rejoindra la France dans les prochaines heures.

« Notre compatriote Isabelle Prime a été libérée cette nuit. Elle était retenue en otage au Yémen depuis le 24 février 2014. Elle rejoindra notre pays dans les heures qui viennent », précise l’Elysée. François Hollande « exprime toute sa gratitude », notamment « au Sultan Qaboos Ibn Saïd, Sultan d’Oman ». Il salue encore « le courage » et « la grande responsabilité » dont a fait preuve la famille de la Française « au cours de cette longue attente ».

L’ex-otage est arrivée ce vendredi à l’aube à Oman, d’où elle doit repartir pour la France, selon l’agence officielle omanaise ONA. Elle a été « retrouvée au Yémen » grâce à des recherches menées par les autorités omanaises en coordination avec « certaines parties yéménites », a ajouté l’agence, citant un porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Mascate.



Jean-Noël Prime, le père de la jeune femme, a indiqué ce vendredi matin être « heureux comme tout » après l’annonce de la libération de sa fille. « Je suis heureux comme tout, elle est en bonne santé mais je n’ai pas d’autre précision », a-t-il déclaré à l’AFP par téléphone. « J’attends des nouvelles du Quai d’Orsay », a-t-il ajouté, précisant qu’il avait appris la nouvelle jeudi vers 23h, soit un peu moins de deux heures avant l’annonce de l’Élysée. « D’après ce qu’ils m’ont dit il faudrait que je parte assez rapidement » vers Paris. « Pour l’instant je suis vraiment dans un flou terrible », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué, le ministre des Affaires Etrangères Laurent Fabius s’est dit « extrêmement heureux » de sa libération, remerciant à son tour le « Sultanat d’Oman et notamment son ministre des affaires étrangères », avec lequel il dit être « en contact ». Le ministre précise qu’il l’a joint par téléphone ce vendredi matin. « Elle va aussi bien que possible et nous serons ravis de l’accueillir avec le président de la République et sa famille ce soir à Villacoublay. » « La libération d’Isabelle Prime montre une fois de plus que la France n’abandonne jamais les siens », conclue le communiqué.

Le Premier ministre Manuel Valls a pour sa part commenté cette nouvelle via Twitter

2501
Etats-Unis : à un an de la présidentielle, des restrictions au droit de vote inquiètent les minorités

Il y a cinquante ans, Martin Luther King faisait adopter une loi garantissant l'accès des Noirs américains au vote.
Aujourd'hui, des Etats républicains tentent d'affaiblir ce texte, une bataille déjà au cœur de la campagne présidentielle.



"Nous ne pourrons pas être satisfaits tant qu'un Noir du Mississippi ne pourra pas voter", énonçait Martin Luther King dans son fameux discours, "I have a dream". Deux ans plus tard, le 9 août 1965, son mouvement des droits civiques remportait une de ses plus grandes victoires contre les discriminations raciales, avec la signature du Voting Rights Act, une loi mettant en place de nombreuses mesures pour garantir le droit de vote des Noirs américains.

Cinquante ans plus tard, le New York Times évoque "le rêve défait" de Martin Luther King et de ce Voting Rights Act. Vingt-et-un Etats des Etats-Unis, presque tous dirigés par les républicains, ont introduit ces dernières années des restrictions importantes au droit de vote, comme l'obligation de présenter une carte d'identité. Des mesures présentées comme un moyen de lutter contre la fraude, mais qui touchent en particulier les pauvres, les personnes âgées et les minorités (Noirs, Hispaniques, Amérindiens...). Francetv info vous explique les conséquences que pourraient avoir ces restrictions sur le vote des minorités.

Au début du XXe siècle, des tests insolubles réservés aux Noirs

En 1870, les anciens esclaves américains (les hommes, tout du moins) obtiennent le droit de vote. A l'époque, les Noirs représentent 13% de la population américaine, et plus de 36% dans le sud du pays. Leur inclusion dans l'électorat bouleverse le rapport de force politique : pour la première fois, des Noirs entrent au Congrès américain. Mais il ne faut que quelques dizaines années pour que les Etats du Sud introduisent des restrictions à l'inscription sur les listes électorales.

L'astuce la plus célèbre pour repousser les électeurs noirs : les literacy tests, des tests d'alphabétisation élaborés et administrés de manière arbitraire, et donc, en pratique, aux électeurs noirs, et quasi-impossibles à franchir. Slate* a publié un de ces tests, utilisé en Louisiane dans les années 1960 : 30 questions plus absurdes les unes que les autres - "Ecrivez 'à l'envers', à l'endroit" - à remplir sans faute, et en moins de 10 minutes. D'autres Etats font payer une taxe donnant droit au vote, excluant les plus pauvres, ou demandent aux électeurs de prouver qu'un de leurs grands-pères a déjà exercé le droit de vote, excluant de fait les Noirs qui viennent de l'obtenir.

En 1965, une loi anti-discriminations aux effets drastiques

Ces discriminations ne disparaissent que le 6 août 1965, avec le Voting Rights Act, la "loi pour le droit de vote", adoptée sous la pression du mouvement des droits civiques de Martin Luther King. Deux articles de la loi, les sections 4 et 5, établissent une liste d'Etats à surveiller (en 2013, elle incluait 10 Etats et des parties de 6 autres), et confient au gouvernement américain le droit d'interdire tout changement de leur loi électorale, au cas où ils tenteraient de rétablir des pratiques discriminatoires.

Les effets sont spectaculaires : dans le Mississippi, le taux d'inscription des Noirs sur les listes électorales passe, en trois ans, de 7% à 54%. Le site Vox résume, en un graphique (en anglais), comment le texte a réduit notablement la disparité entre le pourcentage d'inscrits Blancs et Noirs dans le Sud des Etats-Unis.

En 2015, "des obstacles au vote" qui inquiètent Obama

Mais cinquante ans plus tard, le Voting Rights Act lui-même est en partie menacé. "Aujourd'hui, en 2015, il y a toujours (...) trop de personnes qui tentent d'ériger de nouveaux obstacles au vote", s'inquiète Barack Obama, jeudi, dans un texte qui commémore à la loi cinquantenaire. Ces obstacles "sont même inscrits dans la loi de certaines parties de notre pays – des mesures conçues spécifiquement pour rendre le vote plus difficile pour certaines personnes", affirme le président des Etats-Unis.

Ces attaques contre le droit de vote trouvent leur origine dans une décision de la Cour suprême. En 2013, elle invalide la section 4 du Voting Rights Act, celle qui donne au gouvernement un veto sur les changements de la loi électorale de certains Etats. "Notre pays a changé" et le texte a rempli son rôle, estime le président de la plus puissante juridiction des Etats-Unis.



Barack Obama en tête d'une marche à Selma (Alabama),  le 7 mars 2015, pour le 50e anniversaire de la marche menée, au même endroit, par Martin Luther King pour demander la fin des discriminations contre le vote des Noirs américains. (SAUL LOEB / AFP)


Dès les jours suivants la Caroline du Nord vote, selon les observateurs, "une des lois électorales les plus restrictives" depuis l'époque de la ségrégation. On y trouve toutes les mesures qui font cauchemarder les défenseurs du droit de vote : elle interdit notamment l'inscription sur les listes électorales le jour du vote, réduit la période de vote anticipé (la plupart des Etats permettent de voter dans les semaines qui précèdent le scrutin) et, surtout, oblige les votants à présenter une pièce d'identité avec une photo.

Selon le Brennan Center for Justice, 21 Etats ont introduit des lois de ce type depuis 2010, après une vague électorale en faveur des républicains. Elles pourraient entrer en vigueur dans 15 de ces 21 états dès l'élection de 2016.

L'obligation de présenter une pièce d'identité, un frein au vote

Si de telles conditions vont de soi en France, c'est loin d'être le cas aux Etats-Unis. En 2006, 11% des Américains en âge de voter n'avaient aucun des documents pouvant servir de pièce d'identité : en général, un passeport ou un permis de conduire, même si les Etats délivrent aussi des cartes d'identité. Ce pourcentage grimpe à 25% chez les Noirs contre 8% chez les Blancs. Quant au vote anticipé, selon différents décomptes, la moitié des électeurs qui en ont profité en 2008 étaient noirs, hispaniques ou asiatiques, alors qu'ils ne représentent qu'un quart de l'électorat. Ces nouvelles restrictions, si elles ne visent pas ouvertement les minorités, les affecteront de façon disproportionnée.

Le discours justifiant ces nouvelles lois est le suivant : il s'agit de "lutter contre la fraude électorale", de garantir "l'intégrité des élections". Un argument peu convaincant : le Washington Post (en anglais) rapporte qu'un professeur de droit, à la recherche de cas d'électeurs ayant tenté de mentir sur leur identité, a compté une trentaine d'incidents dans tout le pays entre 2000 et 2012, période où un milliard de bulletins ont été glissés dans l'urne aux Etats-Unis.

Une arme pour Hillary Clinton contre les républicains

Les démocrates ont déposé en juin, comme le rapportait le Washington Post, une proposition de loi pour rétablir les dispositions du Voting Rights Act, mais elle n'a aucune chance d'être adoptée par le Congrès, dominé par les républicains.

Tout va donc se jouer dans les tribunaux. Mercredi 5 août, la justice américaine a invalidé la loi électorale du Texas, jugée discriminatoire envers les Noirs et les Hispaniques, explique le New York Times. Mais le cas de la loi de Caroline du Nord, qui doit être jugé à la fin de l'année, est selon Vox celui qui a le plus de chances d'être tranché par la Cour suprême, lui donnant l'occasion de revenir sur sa décision. De quoi maintenir le débat sur le droit de vote au cœur de la campagne présidentielle. La favorite démocrate, Hillary Clinton, a déjà attaqué ses adversaires républicains à de nombreuses reprises sur la question : "De quel aspect de la démocratie ont-ils peur ?" s'interrogeait-elle en juin.

* Tous les liens de médias sont en anglais.

http://www.francetvinfo.fr/monde/usa/etats-unis-a-un-an-de-la-presidentielle-des-restrictions-au-droit-de-vote-inquietent-les-minorites_1031059.html

2502
Le site web du service propreté Bruxelles Propreté a été temporairement retiré d'internet suite à des cyber-attaques répétées.
Voilà ce que révèle Brusselnieuws et qui a été confirmé par le cabinet de la secrétaire d'état bruxelloise pour la propreté publique, Fadila Laanan (PS).



Un site web provisoire contenant les infos les plus importantes pour les citoyens sera mis en ligne jeudi ou vendredi.

L'agence Bruxelles Propreté assure la propreté publique et la gestion des déchets dans la Région de Bruxelles Capitale. Sur le site, l'on trouve notamment le calendrier d'enlèvement des poubelles et des informations concernant les parcs à containers. Mais depuis quelques jours, des pirates prennent le site pour cible.

"Une agence spécialisée nous a conseillé de mettre immédiatement le site hors ligne. Nous préparons actuellement un site temporaire contenant toutes les infos pertinentes pour les citoyens. Il devrait apparaître en ligne ce jeudi ou ce vendredi", explique Noémie Roger, du cabinet Laanan.

Toujours selon le cabinet, le bureau de communication qui a créé le site web, était aussi en charge de sa maintenance. Un manque de mises à jour et de sécurité aurait exposé le site aux attaques.

Bruxelles Propreté a déposé plainte, et la cyber-unité de la police mène l'enquête. L'agence prépare par ailleurs un tout nouveau site web, qui devrait être opérationnel en novembre.

http://datanews.levif.be/ict/le-site-web-bruxelles-proprete-pirate/article-normal-408781.html

2503
Le site internet de Bruxelles-Propreté piraté!



Le site internet de Bruxelles-Propreté est temporairement inaccessible mardi à la suite de cyberattaques, selon le site Brusselnieuws. Une information confirmée par le cabinet de la secrétaire d'État bruxelloise à la Propreté Fadila Laanan (PS).

Un site éphèmere devrait être mis en place jeudi ou vendredi afin de fournir les principales informations à destination du public. Bruxelles-Propreté s'occupe de la propreté publique et de la gestion des déchets dans la Région de Bruxelles-Capitale. Un calendrier de collecte des déchets et des informations sur les parcs à conteneurs sont normalement consultables sur le site, qui a été pris pour cible par des hackers depuis quelques jours.

"Une agence spécialisée nous a recommandé de désactiver le site. Nous travaillons sur la mise en place d'un site temporaire avec toutes les informations principales pour le public. Il devrait être en ligne jeudi ou vendredi", a fait savoir Noémie Roger, du cabinet de Mme Laanan.

Selon le cabinet de la secrétaire d'Etat bruxelloise, le service de communication, à l'origine du site internet, est également responsable de son entretien. Un manque de mises à jour et de protection aurait exposé le site à l'attaque. Bruxelles-Propreté a déposé une plainte auprès de la police. La Computer Crime Unit a ouvert une enquête.

Bruxelles-Propreté travaille, par ailleurs, sur un nouveau site internet qui devrait voir le jour en novembre prochain.

http://www.dhnet.be/actu/faits/le-site-internet-de-bruxelles-proprete-pirate-55c08c333570b546531b49fd

2504
Les Anonymous video , info press , action / #OpFacebook
« le: 07 août 2015 à 11:29:29 »
#OpFacebook


2505
Sécurité / Arnaque Leboncoin/Paypal - Anonymous
« le: 07 août 2015 à 11:28:51 »
Arnaque Leboncoin/Paypal - Anonymous