Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2521
EDF-Areva, l'épilogue d'un désastre français

EN 2001 naissait Areva, champion mondial du nucléaire. Aujourd'hui en faillite virtuelle, le groupe est démantelé. L'État paiera les pots cassés.



Ce que les socialistes font, ils le défont. Areva est né, en juin 2001, de la volonté du gouvernement Jospin de créer un champion mondial du nucléaire. Sous la ferme direction d'Anne Lauvergeon, Topco réunit alors les activités du groupe privé Framatome, constructeur de réacteurs, et du groupe public Cogema, qui fabrique le combustible, le recycle à La Hague et se constitue un domaine minier. Peu de temps après, Topco deviendra Areva, un nom soufflé à Anne Lauvergeon par son père et qui fait référence – on se demande pourquoi – au monastère royal d'Arevalo en Espagne.

Ainsi naissait le modèle intégré dont Anne Lauvergeon s'est faite l'apôtre, mettant en avant les avantages d'un groupe capable de tout fournir, du sol au plafond. L'uranium naturel extrait de ses mines du Niger, du Kazakhstan ou du Canada est enrichi par ses soins, puis recyclé, et alimente les réacteurs construits et entretenus aussi par ses soins ; au final, le combustible usé est recyclé.

EDF reçoit le cadeau empoisonné

Quinze ans plus tard, le modèle intégré s'est désintégré. Areva, dirigé désormais par un tandem Philippe Varin-Philippe Knoche, a signé un protocole d'accord pour céder Areva NP, l'activité construction et maintenance de réacteurs, celle de l'ex-Framatome. Ne restent plus dans son giron que les activités de l'ex-Cogema, ce qui réduit le chiffre d'affaires du groupe de 3,1 milliards (sur 8,3 au total). Au passage Areva empocherait un chèque de 2,7 milliards d'euros, une fois l'accord entériné en septembre, si d'autres partenaires (chinois, japonais ?) se joignent à EDF dont la part sera de 75% . Cela a toutes les apparences d'un retour à la case départ, celle qui existait avant le projet Topco.

Areva NP retombe en effet dans l'escarcelle d'un groupe encore plus public que ne l'était Framatome (51 %) car c'est EDF (80 %), qui ramasse la mise, empoisonnée par les déboires du super-réacteur EPR (1 600 mégawatts), en France, où les problèmes techniques (l'acier de la cuve) s'accumulent, et surtout en Finlande, où les coûts ont dérapé de 3 à 8 milliards d'euros sans que l'on entrevoie la fin du chantier. Le poison est tel qu'EDF refuse d'assumer les risques financiers de l'EPR d'Olikuoto et demande à l'État de les endosser.

Areva est en faillite virtuelle. En 2014, le groupe a perdu 4,8 milliards d'euros, plus de la moitié de son chiffre d'affaires ! Sa dette (5,8 milliards d'euros) est supérieure au chiffre d'affaires du nouvel Areva. Tout a été dit sur ce fiasco. Notamment que Lauvergeon, désireuse d'imposer l'EPR, a négocié un prix ridicule avec la Finlande et a dilapidé l'argent du groupe dans des investissements miniers fantaisistes (Namibie). Mais l'une de ses plus grosses fautes a été de vouloir construire des réacteurs en se passant de l'expertise d'EDF, bien plus grande que celle d'Areva. Car si Framatome concevait les réacteurs, ce sont les ingénieurs d'EDF qui réalisaient l'architecture des centrales. C'est EDF, allié à Framatome, qui a conçu le parc nucléaire français, et non pas Areva. Partir seul en Finlande comme l'a fait le groupe d'Anne Lauvergeon dans une improbable alliance avec l'allemand Siemens a été – le recul permet de l'affirmer – une erreur fatale.

Le modèle russe

Le spectacle qu'offre aujourd'hui la filière nucléaire hexagonale est surprenant. Cela ressemble à Rosatom, l'agence russe de l'énergie atomique et ses filiales qui, elles aussi, regroupent construction et exploitation. À ceci près que Rosatom est compétente aussi pour le nucléaire militaire. Mais après tout, le Commissariat à l'énergie atomique, qui lui aussi a des activités militaires, n'est-il pas l'actionnaire majoritaire d'Areva, qui, par ailleurs, travaille marginalement pour les armées (propulsion des sous-marins nucléaire) ? On le voit, on n'est pas si loin du modèle russe.

Et on s'en rapproche encore avec l'absorption d'Areva NP par EDF. Certes, il n'est pas du tout prévu qu'Areva soit une filiale d'EDF. Mais dans les faits, c'est un peu ce qui se passe car EDF est, de loin, le principal client d'Areva pour le combustible et plus encore son retraitement. L'après-Fukushima ayant réduit les perspectives du nucléaire dans le monde (sauf en Chine, devenu quasi autonome), Areva aura bien du mal à trouver de nouveaux clients. Quant à EDF, il ne peut se passer d'Areva.

Pour maintenir en vie le Rosatom à la française, l'État sera donc forcé de recapitaliser l'ex-champion du monde du nucléaire que dirigeait pendant longtemps l'ex-femme la plus puissante du monde (selon Forbes, comme quoi tout le monde peut se tromper). En période de disette budgétaire, trouver 3 à 5 milliards d'euros (montant estimé de la recapitalisation d'Areva) ne fait pas plaisir. L'État, maître chez EDF et maître chez Areva, a été tellement nul comme actionnaire qu'il doit maintenant payer l'addition de sa négligence.

Un homme, un seul, a tiré son épingle du jeu de ce désastre français : Henri Proglio, l'ex-PDG d'EDF et ennemi juré de Lauvergeon. Lui a loué ses services au Rosatom russe. Le vrai.



http://www.lepoint.fr/economie/edf-areva-l-epilogue-d-un-desastre-francais-30-07-2015-1953618_28.php

2522
Coup de fil musclé entre le député Meyer Habib et un policier au commissariat du 19e


INFO «20 MINUTES» - Un fonctionnaire a signalé à sa hiérarchie que l'élu UDI voulait avoir des informations sur une garde à vue en cours…

Un député français, élu de la République, peut-il appeler un commissariat de police et demander des informations sur une garde à vue en cours ? Objectivement, rien ne l’en empêche. Seulement, les policiers ne sont pas tenus de répondre à ses questions, le seul à qui ils doivent rendre des comptes étant le magistrat en charge de l’enquête.

Le 25 juillet dernier, le ton est monté entre un policier du commissariat du 19e arrondissement de Paris et Meyer Habib, député (UDI) de la 8e circonscription des Français de l’étranger. A tel point que l’incident a été relaté dans une main courante, un écrit policier destiné à garder une trace de faits qui n’ont pas forcément abouti sur une procédure.

Il était précisément 23h57 quand cet officier de police judiciaire (OPJ) reçoit un coup de téléphone sur son poste. A l’autre bout du fil, le député Meyer Habib. Ce dernier dit vouloir obtenir des informations concernant deux individus placés plus tôt en garde à vue dans les locaux du commissariat. Ces deux hommes, présentés comme appartenant à la communauté juive de l’arrondissement, avaient été interpellés dans la soirée après une bagarre dans le quartier faisant deux victimes, supposées de confession musulmane.

Le ton monte

L’élu, à la double nationalité franco-israélienne et proche de la communauté juive en France, justifie auprès de 20 Minutes son appel par un SMS reçu d’une connaissance de Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) lui demandant de s’enquérir de la situation de ces deux hommes derrière les barreaux. « Je ne les connaissais pas. J’ai simplement téléphoné pour comprendre ce qu’il s’était passé et essayer de calmer la situation », explique aujourd’hui Meyer Habib. D’autant que, souligne-t-il, ce soir-là, commençait « le jeûne de Tisha Beav, une fête aussi importante pour les juifs qu’est le Ramadan pour les musulmans ».

La discussion aurait pu s’arrêter là. Seulement, le ton est monté entre l’élu et le policier qui, dans un premier temps, émet des doutes sur la qualité de député de son interlocuteur. L'OPJ se rappelle à juste titre d’une mésaventure d’un de ses collègues, quelques mois auparavant, pris au piège d'un « swatting », canular téléphonique, dirigé à l’encontre d’Enora Malagré. Des précautions qui agacent le parlementaire. Dans son rapport, le policier indique que le député « se montrait véhément ». Et poursuit : « Il arguait que ses fonctions l’autorisaient à avoir instantanément accès au dossier de deux individus de confession israélite ».

Le policier décrit comme « agressif »

De son côté, le député, membre de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale, décrit son interlocuteur comme « agressif ». « Il m’a “googueliser” et ça c’est calmé », poursuit-il. Le fonctionnaire relate une toute autre version des faits. « Il finissait par chercher à obtenir ma clémence en vue d’obtenir une levée de garde à vue immédiate des deux protagonistes car arguant selon lui qu’ils bénéficiaient de garanties de représentation et qu’ils ne pouvaient faire l’objet d’une telle mesure en cette période de jeûne de Tisha Beav», écrit-il.

« C’est faux, je n’ai jamais demandé à ce qu’on lève cette garde à vue. Qui suis-je pour demander ça ? Pas un juge… », dément catégoriquement le député. Ce dernier remet en cause les propos du policier : « Ce qui m’inquiète dans cette histoire, c’est la malveillance des gens. J’appelais simplement pour calmer une situation entre deux communautés. » Le policier, agacé par l’intrusion d’un député dans une enquête en cours, a-t-il inventé ces propos ? L’élu de la République a-t-il voulu faciliter une procédure concernant des membres de sa communauté?

«Pressions indirectes»

Un proche du dossier remarque qu’il y a eu des « pressions indirectes ce soir-là ». Un syndicaliste policier est venu en personne demander des informations sur cette affaire, pourtant « simple procédure de droit commun ». Une demi-heure après l’incident avec le député Habib, c’est un ex-commandant de police assurant agir dans le cadre de la lutte contre les discriminations antisémites qui a appelé au commissariat.

« De quoi se mêlent-ils ? Ces façons de faire sont insupportables d’autant que tous savent que seul le magistrat doit être informé », s’agace un policier qui y voit « l’illustration des tensions qui peuvent exister dans un commissariat quand il s’agit de différends entre communautés ».

Sollicitée par 20 Minutes, la préfecture de police indique «ne pas souhaiter commenter une enquête en cours». Quant au parquet de Paris, il n’était pas en mesure d'apporter dans l'immédiat des précisions à cette affaire.


http://m.20minutes.fr/societe/1662479-coup-fil-muscle-entre-depute-meyer-habib-policier-commissariat-19e

2523
Guêpes : 3 solutions naturelles pour les éloigner



Comment éloigner les guêpes ?

Quand les beaux jours arrivent, il est agréable de profiter de l’extérieur et manger dehors. Mais quand les guêpes s’invitent à table ou près de vous, ce n’est plus vraiment un moment de détente …

Il existe des astuces de grands-mères efficaces pour faire fuir ces insectes et éviter une piqûre de guêpe. Découvrez ces 3 solutions naturelles pour éloigner les guêpes.

Les clous de girofle

Vous pouvez utiliser des clous de girofle comme répulsif naturel contre les guêpes. C’est une solution efficace pour éloigner les guêpes de chez vous !

1 ère méthode : Placez sur votre table à manger des coupelles contenant des clous de girofle écrasés. Résultat garanti !

2 e méthode : Piquez un citron ou une orange de plusieurs clous de girofle.

Le café

Faites brûler du café moulu (non utilisé) dans des coupelles. La fumée qui s’en dégagera fera fuir les guêpes. Renouvelez l’opération régulièrement. L’odeur de café est désagréable uniquement pour les guêpes !

Les huiles essentielles

L’odeur de l’huile essentielle de lavande vraie, de lavandin ou citronnelle repousse les guêpes. Vous pouvez utiliser une de ces huiles aux choix comme répulsif naturel.

http://www.grands-meres.net/guepes/

2524
Médecins et labos main dans la main pour mettre les enfants sous ritaline



La Haute Autorité de Santé a publié récemment des recommandations pour les médecins de premier recours confrontés à des enfants dits ou supposés hyperactifs. Pour le plus grand profit des labos, cette étude ouvre la voie à un plus large dépistage de cette pseudo-maladie et donc à davantage de prescriptions de méthylphénidate, comme la Ritaline, une drogue susceptible de détruire nos enfants.

L'hyperactivité : fausse maladie à but uniquement lucratif

Le diagnostic d'hyperactivité, ou de Trouble Déficitaire de l'Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH) est une pure invention de psychiatres travaillant main dans la main avec les labos. D'après le psychiatre Patrick Landman, « le TDAH n'existe pas ». Il explique dans son récent livre, « Tous Hyperactifs », éditions Albin Michel, que le TDAH est une construction sociale née au même moment que la mise sur le marché de la molécule du méthylphénidate. Il s'agit du regroupement de plusieurs symptômes, mais même regroupés, ils ne forment pas une maladie. Ces symptômes peuvent se retrouver dans de nombreux cas où l'individu souffre de troubles physiques, comme l'épilepsie ou bien chez des enfants surdoués ou subissant des difficultés sociales. Les personnes qui prétendent que l'hyperactivité est une maladie du cerveau ou une maladie d'origine génétique prennent leurs hypothèses pour une réalité. En fait, rien n'a été découvert, ni en génétique ni en biochimie, ni en imagerie, qui pourrait soutenir cette thèse. L'Association psychiatrique américaine l'affirme même dans sa bible, le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) : « Aucun examen neurologique, ni aucune évaluation de l'attention ne peut être considéré comme ayant une valeur diagnostique ».

Il s'agit d'un pur arbitraire, un arbitraire qui permet aux laboratoires de réaliser des milliards en chiffre d'affaires. Dans les années 60, le psychiatre Leon Eisenberg prétendait avoir « découvert » le TDAH, affirmant qu'il était d'origine génétique. Il l'avait fait ajouter au DSM, le livre officiel regroupant tous les diagnostics psychiatriques. Sept mois avant sa mort, il a avoué dans une interview donnée à Der Spiegel que « le TDAH est l'exemple révélateur d'une maladie inventée ».

Dans son rapport de février 2015, la HAS (Haute Autorité de Santé) confirme d'ailleurs qu' « il n'existe pas de signe neurologique ou physique permettant de confirmer ou d'exclure le diagnostic de TDAH ». Pourquoi alors faire des recommandations de bonne pratique sur une maladie qui n'existe pas ? Seuls les bénéfices que certains peuvent en tirer expliquent une telle folie. « Le grand n'importe quoi » en matière d'évaluation du nombre d'enfants hyperactifs Quand il s'agit de comptabiliser le nombre d'enfants souffrant soi-disant d'hyperactivité (la prévalence), on commence à nager en plein délire. Aux États-Unis, 11% des enfants et adolescents sont supposés atteints et sont sous méthylphénidate. Dans une région du Brésil, une étude fait état de 28% des enfants atteints. En France, la HAS cite le chiffre de 3,5%. Le plus étonnant, c'est que la HAS se base, pour avancer ce chiffre, sur une enquête téléphonique. Aucun médecin sérieux ne poserait un diagnostic, quel qu'il soit, par téléphone. On ne peut accorder aucun crédit à une telle étude. Comment une autorité telle que la HAS peut-elle se laisser abuser à ce point ? C'est un mystère. Cela prouve en tout cas, si besoin était encore, que l'on est là en plein arbitraire et que la science n'a rien à voir là-dedans.

Ritaline, Quasym, Concerta : des effets secondaires dévastateurs sur les enfants

Le méthylphénidate, la molécule active de la Ritaline, le Concerta et le Quasym, expose à des effets indésirables graves. Il appartient à la classe médicamenteuse des amphétamines qui ont été retirées du marché quand elles étaient utilisées comme coupe-faim à cause de la survenue d'hypertensions artérielles et d'atteintes valvulaires cardiaques. Or, d'après la revue Prescrire, seule revue médicale indépendante des labos, des hypertensions artérielles pulmonaires et probablement des pathologies valvulaires sont survenues sur des personnes prenant du méthylphénidate, y compris des enfants. En plus des risques cardiaques et d'hypertension, il existe toute une série de risques liés à la prise de ces substances.

On note ainsi en tant que risques additionnels, le ralentissement de la croissance, des maux de tête, des tics de toutes sortes, une forte irritabilité, voire de l'agressivité, des sautes d'humeur, de l'insomnie, de l'anorexie ou des douleurs gastriques. Les risques de dépendance ne sont pas écartés mais il manque des études à long terme pour les étayer. Des études américaines indiquent par contre que la prise de méthylphénidate n'a pas d'effet positif à long terme sur la scolarité des enfants.

 

Quand une association de patients servirait de faux-nez aux laboratoires

La Haute Autorité de Santé, à la demande d'une association de parents d'enfants soi-disant hyperactifs, les « Hypersupers », vient d'émettre des recommandations de bonne pratique sur le traitement de l'hyperactivité à l'attention des médecins de premier recours. Cette association milite pour que les enfants puissent être dépistés et pris en charge pour hyperactivité encore plus facilement. Elle souhaite que l'accès aux traitements médicamenteux pour les enfants, ces drogues si controversées comme la Ritaline, le Quasym ou le Concerta, soit facilité.

Mais que se cache-t-il réellement derrière cette association ?

Quand on regarde la base de données publique sur la transparence en matière de santé, on découvre que cette association est notamment subventionnée par le laboratoire Shire France SA ! Or, ce laboratoire est le fabricant du Quasym, un des principaux médicaments (en l'occurrence une vraie drogue) utilisé pour traiter l'hyperactivité... Rien d'étonnant que cette association mène un lobbying intense auprès des pouvoirs politiques pour que de plus en plus d'enfants se retrouvent étiquetés hyperactifs et soient mis sous stupéfiants, car les « médicaments » de l'hyperactivité, dont le Quasym, sont des stimulants apparentés aux amphétamines, classés comme stupéfiants par l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament et enregistrés dans la même catégorie que le Cristal Meth ou le speed par l'ONU (Catégorie II de la Convention sur les substances psychotropes de 1971 ratifiée par 34 pays dont la France). L'association pourrait être un rouage de la campagne de marketing menée par les laboratoires pour développer le diagnostic de TDAH et surtout la prescription de leurs produits qui rapporte chaque année des milliards. Ainsi, en 2014, des dizaines de députés ont reçu des courriers leur demandant de faciliter l'accès aux traitements pour les enfants et certains s'en sont fait l'écho, ignorant qu'ils avaient à faire à une campagne de marketing dans l'intérêt de Big Pharma. Il est temps que cette association, les « Hypersupers », communique clairement sur ses sources de financements et que ses liens avec les laboratoires pharmaceutiques soient clarifiés. Le sort des enfants doit prendre le dessus sur les intérêts économiques des laboratoires pharmaceutiques.



 

Des experts de la HAS et des psychiatres spécialistes du TDAH sur la sellette pour conflits d'intérêts

Une enquête très récente réalisée et publiée par Mediapart plonge la HAS dans la tourmente. Cette enquête met en cause des membres éminents de la HAS ayant tenu des postes clés où ils ont décidé si des médicaments pouvaient être remboursés ou non, une décision vitale pour les labos s'ils veulent vendre leurs produits. Ils auraient exercé la fonction de consultants pour de grands laboratoires parallèlement à leur activité à la HAS, et n'auraient rien déclaré. De quoi faire peser le doute sur cette institution. Doutes amplifiés par le fait que la HAS, pour son rapport sur l'hyperactivité, a agi sur demande d'une association de patients subventionnée par un laboratoire commercialisant un médicament de l'hyperactivité ( les « Hypersupers », subventionnés par Shire).

Ce n'est pas le seul élément troublant. Un psychiatre, le docteur Lecendreux, qui, d'après Le Monde du 2 février 2015, serait à l'origine du rapport, semble avoir de forts liens avec l'industrie pharmaceutique. En 2014, son centre des pathologies du sommeil a reçu des subventions de Novartis(fabricant de la Ritaline). Le docteur Lecendreux aurait été consultant pour UCB Pharma et Shire (fabricant du Quasym, à base de méthylphénidate, comme la Ritaline) (source site em-consulte). Il y a d'autres participants de cette étude notoirement connus pour leurs liens avec l'industrie pharmaceutique, ce qui donne un arrière-goût désagréable à cette étude dont le but semble être de multiplier les diagnostics d'hyperactivité et donc la prescription de drogues.


http://www.wikistrike.com/2015/08/medecins-et-labos-main-dans-la-main-pour-mettre-les-enfants-sous-ritaline.html

2525
97% des malades atteints du cancer en phase terminale ont précédemment subi cette intervention dentaire





Avez-vous une maladie dégénérative chronique? Si oui, avez-vous été informé que « c’est juste dans votre tête? ». Eh bien, ce n’est peut-être pas loin de la vérité…

La cause réelle de votre maladie pourrait se trouver dans votre bouche. 

 



Il y a une procédure dentaire fréquente dont presque tous les dentistes vous diront que c’est complètement sans danger, en dépit du fait que les scientifiques ont mis en garde contre ses dangers depuis plus de 100 ans.

Chaque jour aux Etats-Unis seulement, 41 000 de ces procédures dentaires sont pratiquées sur des patients qui croient qu’ils ont résolu leur problème en toute sécurité et de façon permanente.

Quelle est cette procédure dentaire?

La dévitalisation.

Plus de 25 millions de dévitalisations sont effectuées chaque année dans ce pays.

Les dents dévitalisées sont essentiellement des dents mortes qui peuvent devenir des incubateurs silencieux pour les bactéries anaérobies hautement toxiques qui peuvent, sous certaines conditions, faire leur chemin dans la circulation sanguine et causer un certain nombre de graves affections, dont la plupart peuvent n’apparaître que des décennies plus tard.

La plupart de ces dents toxiques paraissent sans problème pendant de nombreuses années, ce qui rend leur rôle dans une maladie systémique encore plus difficile à retracer.

Malheureusement, la grande majorité des dentistes sont inconscients des graves risques de santé potentiels qu’ils font courir à leurs patients, des risques qui persistent pour le reste de la vie de leurs patients. L’Association Dentaire Américaine (The American Dental Association) prétend que les arbres canalaires des dents dévitalisées se sont avérés sans danger, mais ils n’ont publié aucune donnée ni de réelle recherche pour étayer cette affirmation.

Heureusement, j’ai eu quelques mentors tôt dans ma vie, comme le Dr Tom Stone et le Dr Douglas Cook, qui m’ont enseigné sur cette question il y a près de 20 ans. Sans un dentiste pionnier brillant, qui, il y a plus d’un siècle, fait le lien entre les dents dévitalisées et la maladie, cette cause sous-jacente de la maladie aurait pu rester cachée jusqu’à ce jour. Ce dentiste s’appelait Weston Price et est considéré par beaucoup comme le plus grand dentiste de tous les temps.

Weston A. Price: le plus grand dentiste du monde

La plupart des dentistes rendraient un énorme service à la santé publique s’ils se familiarisaient avec les travaux du Dr Weston Price (1). Malheureusement, ses travaux sont toujours ignorés et cachés par les professionnels médicaux et dentaires.

Le Dr Price était un dentiste chercheur qui a parcouru le monde pour étudier les dents, les os, et les régimes alimentaires des populations indigènes vivant sans le « bénéfice » de la nourriture moderne. Vers l’année 1900, Price avait traité des infections persistantes de l’arbre canalaire et a suspecté que les dents traitées de cette façon restaient toujours infectées, en dépit des traitements. Puis, un jour, il a recommandé à une femme clouée à son fauteuil roulant depuis 6 ans, de se faire extraire sa dent dévitalisée, même si elle semblait être saine.

Elle a accepté, il a extrait sa dent puis l’a implantée sous la peau d’un lapin. Le lapin a étonnamment développé la même arthrite invalidante que la femme et est mort 10 jours plus tard de l’infection. Mais la femme désormais débarrassée de la dent toxique, a immédiatement récupéré de son arthrite et pouvait alors marcher sans même l’aide d’une canne.

Price a découvert qu’il est mécaniquement impossible de stériliser une dent dévitalisée et obturée.
 Il a ensuite montré que de nombreuses maladies dégénératives chroniques proviennent de racines obturées, la plus fréquente étant des maladies de coeur et circulatoires. Il a trouvé effectivement 16 agents pathogènes bactériens différents pour ces affections. Mais il y avait aussi de fortes corrélations entre les dents aux racines obturées et les maladies des articulations, du cerveau et du système nerveux. Le Dr Price a ensuite écrit deux livres révolutionnaires en 1922, détaillant ses recherches sur le lien entre la pathologie dentaire et les maladies chroniques. Malheureusement, son travail a été délibérément enterré pendant 70 ans, jusqu’à ce que, finalement, un endodontiste nommé George Meinig reconnaisse l’importance du travail de Price et cherche à faire connaître la vérité.

Le Dr Meinig fait avancer les travaux du Dr Price

Le Dr Meinig, originaire de Chicago, était capitaine dans l’armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale avant de déménager à Hollywood pour devenir un dentiste pour les stars. Il a fini par devenir l’un des membres fondateurs de l’Association Américaine des Endodontistes (les spécialistes de l’arbre canalaire).

Dans les années 1990, il a passé 18 mois immergé dans la recherche du Dr Price. En juin 1993, le Dr Meinig a publié le livre Root Canal Cover-Up (le secret sur l’arbre canalaire), qui continue à être la référence la plus complète à ce sujet aujourd’hui. Vous pouvez commander votre exemplaire directement à Price-Pottenger Foundation (2).

Ce que les dentistes ne savent pas sur l’anatomie de vos dents

Vos dents sont faites des substances les plus dures de votre corps.

Au milieu de chaque dent, se trouve la chambre pulpaire, une structure interne vivante qui abrite les vaisseaux sanguins et les nerfs. Autour de la chambre pulpaire se trouve la dentine, qui est faite de cellules qui sécrètent une substance minérale dure et vivante. La couche la plus externe et la plus dure de votre dent est l’émail blanc qui enrobe la dentine.

Les racines de chaque dent descendent dans votre mâchoire et sont maintenues en place par le ligament parodontal. A l’école dentaire, les dentistes apprennent que chaque dent a quatre canaux principaux. Cependant, il y a des canaux accessoires qui ne sont jamais mentionnés (canalicules dentinaires). Ils font littéralement, des kilomètres!

Tout comme votre corps a de grands vaisseaux sanguins qui se ramifient en très petits capillaires, chacune de vos dents a un labyrinthe de minuscules tubes qui, s’ils étaient étalés, mesureraient 4,5 kilomètres. Weston Price a identifié pas moins de 75 canaux accessoires séparés dans une seule incisive centrale (dent de devant). Pour une explication plus détaillée, se reporter à un article de Hal Huggins, DDS, MS, sur le site de la Fondation Weston A. Price (3). (Ces images sont empruntées à l’article de Huggins).

Des organismes microscopiques se déplacent régulièrement dans et autour de ces tubules, comme les spermophiles dans les souterrains.

Quand un dentiste effectue un traitement de canal, il ou elle creuse la dent, puis remplit la cavité avec une substance (appelée gutta-percha), qui coupe la dent de son approvisionnement en sang, de façon à ce que les fluides ne puissent plus circuler dans la dent. Mais le labyrinthe de minuscules tubes reste. Et les bactéries, coupées de leur approvisionnement alimentaire, se cachent dans ces tunnels où elles sont remarquablement à l’abri des antibiotiques et de vos propres défenses immunitaires.

La cause profonde de nombreuses maladies

Sous le stress de la privation d’oxygène et de nutriments, ces organismes jusqu’alors amis se transforment en anaérobies plus forts, plus virulents qui produisent une variété de toxines puissantes. Ce que furent des bactéries amies ordinaires, mutent en des agents pathogènes hautement toxiques qui rôdent dans les tubules (canalicules) de la dent morte, juste dans l’attente d’une occasion de se propager.

Aucune stérilisation si forte soit-elle ne s’est avérée efficace pour atteindre ces tubules et à peu près toute dent dévitalisée a été trouvée colonisée par ces bactéries, en particulier autour de l’apex et le ligament parodontal. Souvent, l’infection s’étend dans la mâchoire elle-même où elle crée des cavitations de zones de tissu nécrotiques.

Les cavitations sont des zones d’os non cicatrisées, souvent accompagnées par des poches de tissu infecté et de gangrène. Quelquefois, elles se forment après l’extraction d’une dent, (comme l’extraction d’une dent de sagesse), mais elles peuvent également suivre un canal radiculaire. Selon la Fondation Weston Price, dans les dossiers de 5000 nettoyages de cavitations chirurgicales, seulement deux ont été trouvées guéries.

Et tout cela a lieu avec peu, ou pas du tout de symptômes associés. Ainsi, vous pouvez avoir un abcès sur une dent morte et ne pas en prendre conscience. Cette infection locale dans la zone immédiate de la racine de la dent dévitalisée est assez mauvaise, mais les dégâts ne s’arrêtent pas là.

Les dents dévitalisées peuvent conduire à des maladies de coeur, des reins, des os, et du cerveau

Tant que votre système immunitaire reste fort, les bactéries qui s’égarent loin de la dent infectée sont capturées et détruites. Mais une fois que votre système immunitaire est affaibli par quelque chose comme un accident ou une maladie ou d’autres traumatismes, votre système immunitaire peut être incapable de garder l’infection en échec.

Ces bactéries peuvent migrer dans les tissus environnants par la voie de votre circulation sanguine où elles sont transportées vers de nouvelles zones pour s’y installer. Le nouvel emplacement peut être n’importe quel organe ou glande ou tissu.

Le Dr Price a pu transmettre des maladies hébergées par l’homme à des lapins, en implantant des fragments de dents dévitalisées, comme décrit plus haut. Il a trouvé que des fragments de dent dévitalisée d’une personne qui avait subi une crise cardiaque, implantés sur un lapin, provoqueraient une crise cardiaque chez le lapin en quelques semaines après l’implantation.
 Il a découvert qu’il pouvait transférer une maladie cardiaque au lapin dans 100 % des cas. D’autres maladies sont transférables à plus de 80 % par ce procédé. Presque toutes les maladies dégénératives chroniques ont été liées à des dents dévitalisées, comme:
•Maladies cardiaques
•Maladie des reins
•L’arthrite, les maladies articulaires et rhumatismales
•Maladies neurologiques (y compris la sclérose amyotrophique latérale et la sclérose en plaques).
•Maladies auto-immunes (Lupus, et autres)

Il peut également y avoir un lien avec le cancer. Le Dr Robert Jones, un chercheur sur la relation ente les dents dévitalisées et le cancer du sein, a trouvé une très forte corrélation entre les deux (4). Il déclare avoir trouvé les corrélations suivantes dans une étude de cinq ans de 300 cas de cancers du sein:
•93 % des femmes atteintes d’un cancer du sein avaient des dents dévitalisées
•7 % avaient une autre pathologie buccale
•Les tumeurs, dans la majorité des cas, se produisaient du même côté du corps que la dent dévitalisée ou d’autre pathologies buccales.

Le Dr Jones affirme que les toxines de bactéries dans une dent ou la mâchoire infectée sont capables d’inhiber les protéines qui suppriment le développement des tumeurs. Un médecin allemand a rapporté des résultats similaires. Le Dr Josef Issels a rapporté que, dans ses 40 années de traitement des patients cancéreux « terminaux », 97 % de ses patients atteints de cancer avaient des dents dévitalisées. Si ces médecins voient juste, le remède contre le cancer peut être aussi simple que d’arracher une dent, puis de reconstruire votre système immunitaire.
 
 


Les bonnes bactéries deviennent des mauvaises bactéries

Comment ces bactéries buccales mutantes sont-elles reliées aux maladies du coeur ou à l’arthrite? L’ADA (The American Dental Association )et le AAE (The American Association of Endodontists) déclarent que c’est un « mythe » que les bactéries trouvées dans les dents dévitalisées et autour puissent provoquer des maladies (5). Mais ils se fondent sur l’hypothèse erronée que les bactéries de ces dents malades sont les MEMES que les bactéries normales de votre bouche – et ce n’est clairement pas le cas.

Aujourd’hui, les bactéries peuvent être identifiées en utilisant l’analyse de l’ADN, qu’elles soient mortes ou vivantes, à partir de leurs signatures d’ADN.

Dans une poursuite des travaux du Docteur Price, le Toxic Element Research Foundation (TERF) (Fondation de Recherche des Eléments Toxiques), a effectué l’analyse d’ADN pour examiner les dents dévitalisées, et ils ont trouvé une contamination bactérienne dans 100 % des échantillons testés. Ils ont identifié 42 espèces différentes de bactéries anaérobies dans 43 échantillons d’arbres canalaires. Dans la cavitation, 67 bactéries différentes ont été identifiées parmi les 85 échantillons testés, avec des échantillons individuels abritant de 19 à 53 types de bactéries chacun. Les bactéries qu’ils y trouvaient comprennent les types suivants:
•Capnocytophagaochracea (6)
•Fusobacteriumnucleatum (7)
•Gemellamorbillorum (8)
•Leptotrichiabuccalis
•Porphyromonasgingivalis (9)

Est-ce qu’il s’agit de simples bactéries buccales bénignes? Absolument pas. Quatre peuvent affecter votre coeur, trois peuvent affecter vos nerfs, deux peuvent affecter vos reins, et deux peuvent affecter votre cerveau et une peut infecter vos sinus….. alors, elles sont tout sauf amicales! (Si vous voulez voir à quel point elles peuvent être hostiles, je vous invite à aller plus loin en étudiant dans les notes de bas de page).

Environ 400 pour cent plus de bactéries ont été trouvées dans le sang autour de la dent dévitalisée que dans la dent elle-même, ce qui suggère que la dent est l’incubateur et le ligament parodontal l’approvisionnement alimentaire. L’os entourant les dents dévitalisées comporte un nombre encore plus élevé de bactéries…. ce qui n’est pas étonnant, car l’os est le buffet virtuel des nutriments des bactéries.

Depuis quand est-ce une bonne idée de laisser une partie du corps morte dans votre corps?

Il n’existe aucune autre procédure médicale impliquant de laisser une partie morte dans votre corps. Lorsque votre appendice est mort, on le retire. Si vous avez des engelures, ou la gangrène sur un doigt ou un orteil, il est amputé. Si un bébé meurt in utéro, le corps déclenche généralement une fausse couche.

Votre système immunitaire n’aime pas les substances mortes et la seule présence d’un tissu mort peut conduire votre système à lancer une attaque, ce qui est une autre raison d’éviter de dévitaliser une dent, ce qui revient à laisser une dent morte.

L’infection, plus la réaction de rejet auto-immun, entraînent une accumulation de bactéries autour des tissus morts. Dans le cas d’un arbre canalaire, les bactéries ont la possibilité de se déverser dans votre sang à chaque fois que vous mordez.

Pourquoi les dentistes s’accrochent à la croyance que les dents dévitalisées sont sans danger

L’ADA rejette le témoignage du Dr Price, affirmant que les dents dévitalisées sont sûres, mais ils n’offrent pas de données publiées ni de recherches réelles à l’appui de leur déclaration. L’American Heart Association (L’Association Américaine pour le Coeur) recommande une dose d’antibiotiques avant de nombreuses procédures dentaires de routine pour prévenir l’endocardite infectieuse (IE) si vous avez certaines maladies cardiaques qui vous prédisposent à ce type d’infection.

Donc, d’une part, l’ADA reconnaît que les bactéries buccales peuvent faire le chemin de votre bouche à votre coeur et provoquer une infection potentiellement mortelle.

Mais en même temps, l’industrie nie avec véhémence toute possibilité que ces mêmes bactéries toxiques – des souches connues pour être pathogènes pour l’homme, puissent se cacher dans les racines de vos dents mortes pour être libérées dans votre sang chaque fois que vous mâchez, et nuire ainsi à votre santé de multiples façons.

Est-ce qu’il n’y a donc aucun lien? Ou se pourrait-il qu’il y ait une autre raison pour laquelle tant de dentistes, ainsi que l’ADA et l’AAE refusent d’admettre que les dents dévitalisées sont dangereuses? Eh bien, oui, il y a une raison. Les dents dévitalisées sont la procédure la plus rentable en dentisterie (10).

Ce que vous devez savoir pour EVITER une dévitalisation

Je recommande fortement de ne jamais faire dévitaliser une dent. Risquer votre santé pour préserver une dent n’a tout simplement pas de sens. Malheureusement, il y a beaucoup de gens qui en ont déjà. Si vous en avez, vous devriez sérieusement envisager de faire enlever cette dent, même si elle paraît saine. Rappelez-vous, dès que votre système immunitaire est compromis, votre risque de développer un problème médical grave augmente – et les agressions contre votre système immunitaire sont beaucoup trop fréquentes dans le monde d’aujourd’hui.

Si on vous enlève une dent, il y a quelques options qui s’offent à vous.
1.Une prothèse partielle: c’est une prothèse amovible, c’est l’option la plus simple et la moins coûteuse.
2.Un bridge: c’est un montage plus permanent qui ressemble à une vraie dent, mais est un peu plus compliqué et coûteux.
3.Un implant: c’est une dent artificielle permanente, généralement en titane, implantée dans vos gencives et la mâchoire. Il y a quelques problèmes en raison de réactions aux métaux utilisés. Le zirconium est un matériau d’implant plus récent qui est prometteur et présente moins de complications.

Mais se contenter de retirer la dent et insérer une sorte de remplacement n’est pas suffisant.
 Les Dentistes apprennent à enlever la dent mais laissent le ligament parodontal. Et comme vous le savez maintenant, ce ligament peut servir de terrain fertile pour les bactéries mortelles. La plupart des experts qui ont étudié dans ce sens, recommandent de retirer le ligament, ainsi qu’un millimètre de la base osseuse, afin de réduire considérablement votre risque de développer une inflammation des tissus infectés par des bactéries restantes.

Je recommande fortement de consulter un dentiste holistique car ils sont particulièrement formés pour faire ces extractions correctement et en toute sécurité, tout en étant aptes à enlever les amalgames au mercure, si nécessaire. Leur approche des soins dentaires est beaucoup plus holistique et considère l’impact sur l’ensemble de votre corps, pas seulement votre bouche.

Si vous avez besoin de trouver un dentiste holistique dans votre région, je recommande de consulter holodent.fr (11). Cette organisation, créée par Estelle Vereeck, est une organisation très sérieuse qui a lutté pour protéger et éduquer les consommateurs afin qu’ils puissent prendre des décisions meilleures et plus éclairées au sujet de leurs soins dentaires.

par le Dr. Mercola

http://www.sante-nutrition.org/97-des-malades-atteints-du-cancer-en-phase-terminale-ont-precedemment-subit-cette-intervention-dentaire/

2526
Si vous lisez ceci, vous risquez de ne plus jamais boire du Coca



Niraj Naik, un pharmacien britannique, a diffusé une infographie sur les effets néfastes du Coca-Cola (une canette de 33 cl) en une heure dans votre organisme. Le résultat est surprenant !

 


10 minutes
C'est l'équivalent de dix cuillères à thé. Vous avez déjà atteint la quantité de sucre quotidienne conseillée par jour. Vous ne vomissez pas immédiatement grâce à l'acide phosphorique.


20 minutes
C'est le pic d'insuline. Votre foie transforme tous vos aliments en graisse.


40 minutes
L'absorption de la caféine est complète. Vos pupilles se dilatent. C'est normal: vous avez consommé trop de sucre et c'est la réponse donnée par votre corps. Les récepteurs de l'adénosine sont bloqués et ils peuvent provoquer la somnolence.


45 minutes
La production de dopamine ("hormone du bonheur) grimpe dans votre cerveau. L'héroïne donne le même effet.


60 minutes
C'est ce que l'on appelle le sugar crash. Vous devenez plus irritable et plus léthargique. Entre-temps, l'eau contenue dans une canette de Coca-Cola (33 cl) a été digéré dans votre corps.


http://metatv.org/si-vous-lisez-ceci-vous-risquez-de-ne-plus-jamais-boire-du-coca

2527
#TelAvivSurSeine : la plage de Tel Aviv débarque à Paris le 13 août !



Vous êtes désespérément retenu par votre employeur en plein mois d’août? Vous êtes en vacances mais vous ne pouvez pas partir cette année profiter de la plage et de la douceur de Tel Aviv ?

Pas d’inquiétude puisque la Ville Blanche prend ses quartiers d’été à Paris !

Le Jeudi 13 août de 10 heures à 22 heures, l’ambiance festive telavivienne se retrouvera en plein coeur de la capitale, sur le site de Paris Plage, entre le Pont d’Arcole et le Pont Notre Dame.

De 10 heures à 19 heures, seront proposés foodtrucks aux saveurs méditerranéennes (tels que les célébrissimes falafels) et autres jeux de plages (gymnastique, fitness).

Des jeux concours seront aussi organisés. Ils vous permettront peut être de gagner des produits de la mer Morte de la marque Sabon.

A noter également, la distribution de nombreux goodies (chapeaux, chemises, matkot (raquettes de plage israéliennes), matelas gonflables et autres surprises à l’effigie de Tel Aviv) qui raviront ceux qui découvrent à peine ou ceux qui apprécient déjà l’attrait de cette ville venant de fêter son 105ème anniversaire.

Voilà donc l’atmosphère à la fois sportive et reposante qui s’apprête à débarquer sur les bords de Seine.



Après 19 heures, place à l’atmosphère endiablé des soirées telaviviennes avec DJ Wal 10, fin connaisseur des nuits locales…

Des chansons israéliennes et des tubes internationaux seront mis à l’honneur pour retrouver un peu de la nightlife israélienne.

Les Quais de Seine vont donc se transformer en une véritable tayelet (célèbre promenade du bord de mer) l’espace de quelques heures.

Pour Lionel Choukroun, directeur de la société de production l’Agence Culturelle, productrice de l’événement, l’idée est de “faire vivre aux Parisiens et aux touristes l’expérience de Tel Aviv sans s’y déplacer”. Donner à Paris Plage une connotation méditerranéenne apparaît par conséquent comme l’objectif majeur de ce projet.

La réputation de l’une des villes les plus dynamiques, les plus créatives du Moyen-Orient n’est plus à faire.

Pourtant, beaucoup méconnaissent le charme de la “Colline de printemps”.

Ainsi, quoi de plus légitime que de faire partager aux Parisiens la ferveur de ces plages reconnaissable entre toutes.

A l’origine du projet les mairies de Tel Aviv et de Paris qui ont décidé de finaliser l’opération lors de la visite d’Anne Hidalgo en Israël, au mois de Mai dernier.

Tel Aviv sur Seine s’inscrit dans un partenariat noué depuis 2010 qui montre les bonnes relations qu’entretiennent les deux villes.

Comme l’a confirmé Eytan Schwartz, conseiller pour la coopération internationale à la mairie de Tel Aviv, il s’agit d’une “grande opportunité de partager la culture israélienne et de permettre aux gens de vivre l’expérience telavivienne depuis Paris”.

Selon une source fiable, Pierre-Jacques Bénichou était impliqué dans la réalisation artistique du projet. Pour rappel, c’est lui qui fût le directeur de casting de plusieurs grands succès du cinéma français tels que le Fabuleux destin d’Amélie Poulain, La vérité si je mens ! 3, ou plus récemment Les gamins.

Cela promet donc une journée de joyeuses célébrations qui amènera un peu de cette fameuse ambiance israélienne, savant mélange de détente et de réjouissance qui a fait la renommée de Tel Aviv et attirera de nombreux visiteurs à Paris.


http://coolisrael.fr/25170/telavivsurseine-la-plage-de-tel-aviv-debarque-a-paris-le-13-aout

2528
Les satanistes dévoilent une statue de Baphomet à Détroit




A lire sur theguardian.com
 
   


Juste avant minuit ce samedi 25 juillet, le Temple Sataniste a inauguré une statue en bronze à la gloire de Baphomet à Détroit. L’organisation avait déjà tenté d’en installer une près d’un monument évoquant les Dix Commandements à Oklahoma il y a un an (le Temple Sataniste est opposé aux thèmes exposés dans la Bible), en vain.


ADVERTISEMENT


Cette fois-ci, le groupe sataniste a tenu le lieu de l’inauguration secret jusqu’au dernier moment, pour éviter les actes de vandalisme et en prévision des manifestations prévues contre l’érection du monument, haut de 2,70 mètres. Cet appel à manifester a par exemple circulé en opposition à la statue :



C’est donc près de la rivière Détroit, dans un bâtiment industriel, vers 23h30, que les satanistes ont dévoilé la statue sous les cris de “Hail Satan”.

D’après le Guardian, ils étaient des centaines, dont certains se sont pris en photo avec Baphomet, leur idole monstrueuse, après la prestation d’un groupe de métal. Cette photo de l’inauguration a été postée sur Twitter






Photo de Chris Switzer (page Facebook du Satanic Temple)

La statue est identique à celle qui devait être installée à Oklahoma : Baphomet est représenté avec un corps d’humain et une tête de bouc, et il est entouré par un garçon et une fille qui lui prêtent allégeance.

“La dernière chose dont on avait besoin à Détroit c’est d’une fête de bienvenue en l’honneur du diable”, a commenté le pasteur Dave Bullock.

http://www.lesinrocks.com/2015/07/news/les-satanistes-devoilent-une-statue-de-baphomet-a-detroit/

2529


L'obsolescence écologique est récente et part d'un bon sentiment : remplacer ses vieux appareils énergivores par des appareils plus économiques et écologiques. Problème, il faut bien se débarrasser des anciens appareils. Résultat, cela "favorise aussi une augmentation considérable des déchets qui ne peuvent pas toujours être correctement recyclés", note le CEC. Plus beaux exemples : la prime à la casse pour les voitures, abandonnée fin 2012, ou le vaste plan de changement des ampoules.

Les conséquences
Sur l'environnement

Outre le gaspillage alimentaire induit par l'obsolescence par péremption, selon les Amis de la Terre et le Centre national d'information indépendante sur les déchets (Cniid), un Français achète environ six fois plus d'équipements électriques et électroniques qu'au début des années 1990. Une consommation qui a des conséquences environnementales, à commencer par l'épuisement des ressources naturelles. Sans parler de l'incapacité à recycler. "Au lieu d'être recyclés, ces biens pour 70 % d'entre eux sont incinérés, enfouis ou traités dans des filières informelles", selon le rapport "L'obsolescence programmée, symbole de la société du gaspillage".





Le recyclage : un casse-tête
© Photo AFP JUSTIN SULLIVAN 

Pour le consommateur

Que dire des batteries d'iPhone, soudées, collées, vissées et qui nécessitent de démonter tout l'appareil pour être remplacées ? Décourageant. Et Dell qui avait retiré de la vente en 2011 son modèle d'ordinateur portable à batterie inamovible (procédé illégal dans l'Union européenne). Et que penser de certaines pièces d'appareils électroménagers qui sont commercialisées directement moulées dans le plastique de l'appareil et ne sont ni démontables, ni réparables. L'objectif est toujours le même : "empêcher la réparation pour forcer le consommateur à jeter le bien en panne et en racheter un nouveau", dénonce la CEC. Un mal qui finit par coûter cher...

Mais les consommateurs sont de plus en plus méfiants et entendent bien ne plus se laisser avoir si facilement. De plus en plus, ils troquent, prêtent, donnent, louent, réparent eux-mêmes leurs produits, échangent des services contre d'autres etc. Les sites et forums d'entre-aide sont également de plus en plus nombreux. Comme CommentRéparer.com, OnPeutLeFaire.com ou Selidaire.org.

http://www.sudouest.fr/2015/07/24/l-obsolescence-programmee-symbole-du-gaspillage-est-desormais-punie-par-la-loi-2076976-4697.php

2530
L’obsolescence programmée, symbole du gaspillage, est désormais punie par la loi

Réduire volontairement la durée de vie des produits pour inciter le consommateur à acheter toujours plus est désormais puni par la loi en France




votre lave-linge rend l'âme sans crier gare, impossible de trouver une batterie pour remplacer celle de votre smartphone, votre logiciel n'est plus compatible avec votre appareil. La fatalité ? Ou peut-être est-ce que l'on appelle l'obsolescence programmée, un mal très actuel qui oscille souvent entre mythe et réalité. C'est en tout cas désormais un délit puni "d'une peine de deux ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende", ce montant pouvant même être porté à 5 % du chiffre d'affaire annuel réalisé en France.

Cette disposition fait partie de la loi sur la transition énergétique, adoptée définitivement par le Parlement mercredi. Pour rendre toutes ces mesures opérationnelles rapidement, les premiers décrets d'application seront publiés dès la rentrée 2015, a promis Ségolène Royal.




Prouver qu'un fabricant a volontairement réduit la durée de vie d'un produit et que le consommateur n'est pas un simple adepte de la théorie du complot ne va pas toujours être chose aisée
© Photo AFP JUSTIN SULLIVAN 


Sur le même sujet :   Google est-il en train de réinventer le smartphone ? 

Selon le texte adopté, "l'obsolescence programmée se définit par l'ensemble des techniques par lesquelles un metteur sur le marché vise à réduire délibérément la durée de vie d'un produit pour en augmenter le taux de remplacement." En revanche, dans cette version, la liste des fameuses "techniques" n'apparaît plus. Dans sa première version, le texte précisait qu'il pouvait s'agir de "l'introduction volontaire d'une défectuosité, d'une fragilité, d'un arrêt programmé ou prématuré, d'une limitation technique, d'une impossibilité de réparer, en raison du caractère indémontable de l'appareil ou de l'absence de pièces détachées essentielles au fonctionnement de ce dernier, ou d'une incompatibilité". Tout cela a disparu, donnant lieu à une définition plus large et plus sujette à débat en cas de litige.

Toujours est-il qu'une fois opérationnelles, ces dispositions vont permettre aux consommateurs de mener des actions en justice contre les fabricants usant de ces pratiques. A supposer qu'ils arrivent à prouver que ceux-ci ont volontairement introduit un composant fragile dans un appareil, par exemple. Car les techniques pour réduire la durée de vie des produits ne manquent pas.

Les principales techniques et les exemples
L'obsolescence par défaut fonctionnel

C'est la plus caractéristique. La technique ? "Les producteurs font en sorte que si une seule pièce tombe en panne, c'est tout l'appareil qui se retrouve hors service", explique dans un rapport de 2013 le Centre européen de le Consommation (CEC). Plus bel exemple : les iPod 1ère, 2e et 3e génération. Leurs batteries tombaient en panne au bout de 18 mois. Or Apple n'en avait pas prévu le remplacement. Face au scandale et aux menaces de poursuites, la marque à la pomme avait dédommagé ses clients aux Etats-Unis et a fini par proposer d'acheter des batteries neuves en magasin.




La batterie des iPod, toute une histoire...
© Photo AFP 

L'obsolescence par incompatibilité

Elle vise à rendre inutile un produit du fait qu'il n'est plus compatible avec les versions ultérieures ou celles d'un concurrent (systèmes d'exploitation, applications de smartphones). Plus bel exemple : la fin du support de Windows XP, abandonné le 8 avril 2014, après 12 ans de vie. Si cela n'a pas signé l'arrêt de mort immédiat des 500 millions de PC qui en étaient équipés, cela signifie que depuis ce jour ils ne bénéficient plus d'aucune mise à jour et sont de plus en plus vulnérables. Seule solution, passer aux versions ultérieures. Or la majorité des ordinateurs qui tournaient sous XP ne sont pas assez puissants pour les supporter. Alors à moins de tenter l'aventure Linux, les consommateurs ont dû ou vont devoir à terme, changer d'ordinateur, dénonçait entre autres 60 Millions de Consommateurs.




La fin de Windows XP a fait couler beaucoup d'encre


L'obsolescence indirecte

C'est la technique la plus extrême. Elle consiste à arrêter la production de pièces détachées, rendant la maintenance et les réparations impossibles. Ou encore, alors que les produits sont encore fonctionnels, les accessoires qui leur sont associés sont difficiles à trouver, voire totalement indisponibles. Plus bel exemple : les smartphones. Essayez donc de trouver une batterie de rechange pour certains modèles ou un câble compatible avec certaines marques...




Les smartphones cumulent plusieurs types d'obsolescence
© Photo AFP NICOLAS TUCAT 

L'obsolescence par notification

Celle-ci est vicieuse. Elle consiste "à concevoir un produit de sorte qu'il puisse signaler à l'utilisateur qu'il est nécessaire de réparer ou remplacer, en tout ou en partie, l'appareil", explique le CEC. Plus bel exemple : les imprimantes. Ce sont elles qui refusent d'imprimer un document sous prétexte que la cartouche est vide alors qu'il reste souvent de quoi imprimer encore quelques dizaines de feuilles. Sans parler des modèles qui n'acceptent que les cartouches de leur propre marque, bien plus chères.
Les autres formes d'obsolescence

L'obsolescente par péremption concerne essentiellement les produits alimentaires et consiste à raccourcir artificiellement la durée de vie d'un produit qui est en réalité consommable au-delà de la date limite de consommation ou de la date limite d'utilisation optimale.

L'obsolescence esthétique joue sur la psychologie du consommateur et parle d'elle-même.


2531
Mauvaise surprise pour les propriétaires d'une pompe à chaleur: leur facture d'électricité augmentera jusqu'à 1000 euros par an!

Les personnes qui ont investi dans une pompe à chaleur seront les principales victimes de la hausse du prix de l’électricité.
 « Ils devront débourser jusqu’à 1.000 euros de plus par an », explique le spécialiste de l’énergie André Jurres, au journal De Morgen.



Tout le monde sera concerné par la hausse du prix de l’électricité. Pour une famille moyenne, le surcoût devrait atteindre 250 euros par an. Mais, pour les personnes qui se chauffent grâce à une pompe à chaleur, le surcoût pourrait être quatre fois plus élevé. Une pompe à chaleur transforme l’électricité en chaleur et la consommation d’électricité est donc plus élevée que dans une maison utilisant un autre type de chauffage.

André Jurres plaide pour un régime spécial pour les pompes à chaleur. Actuellement, environ 200.000 pompes de ce type sont installées chaque année en Belgique. « S’il n’y a pas de régime spécial, beaucoup de gens opteront plutôt pour du mazout. Dès lors, les autorités ne pourront pas atteindre leurs objectifs environnementaux », explique-t-il.

http://www.sudinfo.be/1341732/article/2015-07-28/mauvaise-surprise-pour-les-proprietaires-d-une-pompe-a-chaleur-leur-facture-d-el

2532
Censure: Le blog « Révoltes en Europe » supprimé



Nous reprenons ci-dessous une communication de l’administrateur du blog « Révoltes en Europe » sur lequel depuis des années nous pouvions voir de nombreuses vidéos inédites:

« Chères lectrices chers lecteurs, la plate forme OVER BLOG a supprimé ce jour notre blog Révoltes en Europe probablement sur ordre du régime islamo socialiste dont l’objectif est d’étouffer par tous les moyens possible la vérité sur l’islamisation de notre pays et plus généralement de l’Europe. Un grand merci à tous pour votre fidélité à notre blog qui aura duré 5 ans. »



http://www.fdesouche.com/631499-censure-le-blog-revoltes-en-europe-supprime

2533
Génériques: 700 médicaments testés en Inde devront être retirés de la vente en Europe



Sept cents. C’est le nombre de médicaments génériques qui seront, dès le 21 août, interdits à la vente par l’Union européenne. Alors qu’une recommandation avait déjà été formulée en janvier dernier par l’Agence européenne du médicament (EMA), la suspension devra désormais être appliquée de façon stricte dans tous les pays membres.

Pour rappel, l’EMA avait, quelques mois plus tôt, mené des tests révélant des irrégularités sur plusieurs centaines de références testées par la société GVK Biosciences, à Hyderabad (Inde). Suite à ces révélations, 25 médicaments génériques commercialisés en France avaient été retirés de la vente.

55 produits seront retirés de la vente dans l’Hexagone

D’après Le JDD, 55 médicaments devraient être bannis en France. Pami eux figurent des antidouleurs, des antihistaminiques, des antidépresseurs ou encore des médicaments contenant du ropinirole, utilisé pour lutter contre la maladie d’Alzheimer. A noter que le retrait concerne des grands laboratoires pharmaceutiques tels que Teva, le leader du générique, le français Sanofi ou encore l’américain Mylan.

Face à ses accusations, GVK BIO, qui conteste les conclusions de l’EMA s’est déclarée « déçue par le fait que, malgré de multiples démarches, un dialogue scientifique n’ait pas été enclenché » indique Le Monde. L’affaire, qui fait grand bruit en Inde est même remontée jusqu’au secrétaire d’Etat au commerce extérieur Raveej Kher, qui a fait part de son intention de saisir l’organisation Mondiale du Commerce (OMC) précise France Bleu.

http://www.20minutes.fr/sante/1658347-20150727-generiques-700-medicaments-testes-inde-devront-etre-retires-vente-europe

2534
Vers l'ère de l'armement autonome, et des robots militaires dotés d'IA

Vers l'ère de l'armement autonome, et des robots militaire dotés d'IA. Tout part d'une "pétition", disons plutôt une lettre signée par un millier d'experts, mettant en garde contre les usages de la robotique à des fins militaires.



 En effet, d'après eux il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs, l'IA (Intelligence Artificielle) et ses utilisations n'étant pas à prendre à la légère, peu-être serait-il plus sage d'en étudier toutes les implications et les répercutions que cela aurait sur le monde.


    La lettre à été signée par le dirigeant de la société Tesla Motors, Elon Musk, le cofondateur de la société Apple, Steve Wozniak, le développeur et le concepteur de jeux vidéo, Demis Hassabis, le professeur de mathématiques à l'université de Cambridge, Stephen Hawking, ainsi que plus de mille autres chercheurs spécialisés dans l'intelligence artificielle et en robotique, écrit TheGuardian.

   Il est encore loin le temps où les robots pourront parler et interagir de manière consciente, ou encore qu'ils puissent se révolter contre nous. Cependant une nouvelle révolution d'armement a vue le jour, ce qui d'après les experts en amènera forcément une autre.



"Le développement d'armements autonomes dotés d'IA a atteint un point où leur déploiement est possible d'ici quelques années, moins d'une décennie. Actuellement, les armes létales autonomes peuvent être considérées comme étant la troisième révolution dans les technologies militaires après la poudre à canon et les armements nucléaires", ont-ils déclaré.

   Toujours d'après les experts, une conséquence directe de la mise en service de tels robots lors de conflits serait la course à l'armement, en effet, si un pays utilise ces machines, d'autres les voudront également jusqu'à ce que la banalisation de ces armes ne devienne un désastre planétaire. D'autant plus que "comme la création d'armes autonomes ne demande pas de matière première spécifique, à la différence de la production d'une bombe nucléaire, il est plus difficile de la contrôler"


La question que pose les experts est la suivante : "Faut-il commencer la course aux armements autonomes dotés d'IA ou faut-il conjurer cette menace?"


 Votre avis nous intéresse, donnez le nous !

http://www.lapausesolid-r.fr/2015/07/vers-lere-de-larmement-autonome-et-des.html

2535
La FDA admet finalement que la viande de poulet contient de l’arsenic cancérigène



Après des années de balayage de la question sous le tapis, et en espérant que personne ne le remarquerait, la FDA a finalement admis que la viande de poulet vendue aux Etats-Unis contient de l’arsenic, un produit chimique cancérigène et toxique qui est mortel à haute dose. Mais la vérité, c’est de connaître l’endroit d’où cet arsenic provient : il est volontairement ajouté à l’alimentation des poulets ! 


Pire encore, la FDA affirme que ses propres recherches montrent que l’arsenic ajouté à l’alimentation du poulet se retrouve dans la viande où l’ensemble est consommé par les humains. Donc, depuis les soixante dernières années, les consommateurs Américains qui ont mangé du poulet classique ont avalé de l’arsenic, une substance chimique officiellement reconnue cancérigène. Jusqu’à cette nouvelle étude, l’industrie de la volaille et la FDA ont nié que de l’arsenic ait été donné aux poulets pour finir dans la viande. Le conte de fées donné comme excuse, pour le fait que nous ayons tous été nourris de cette manière depuis soixante ans, c’est que « l’arsenic est excrété dans les fèces de poulet ». Il n’y a aucune base scientifique pour fonder une telle affirmation… C’est juste que l’industrie de la volaille voulait que tout le monde croit cette légende.

Mais maintenant, la preuve est donc indéniable qu’un fabricant alimentaire du poulet, connu comme étant Roxarsone ait décidé de retirer le produit des étagères. Et quel est le nom de ce fabricant qui a été mettre de l’arsenic dans l’alimentation des poulets pendant toutes ces années ? Pfizer, bien sûr — la même société qui fabrique les vaccins contenant des adjuvants chimiques qui sont injectés aux enfants.

Techniquement, l’entreprise Roxarsone fabriquant l’alimentation des poulets est une filiale de Pfizer, appelée Alpharma LLC. Même si Alpharma a maintenant accepté de retirer cette substance chimique toxique des étagères aux Etats-Unis, Il est dit qu’elle ne sera pas nécessairement retirée des produits alimentaires dans d’autres pays, sauf si elle est forcée par les régulateurs de le faire. Tel que rapporté par l’AP :

« Scott Brown, de la division de Pfizer Médecine Vétérinaire sur la Recherche et le Développement de la Santé Animale a déclaré que la société vend également l’ingrédient dans une douzaine d’autres pays. Il a dit que Pfizer tend la main aux autorités de la réglementation dans ces pays, et va décider de le vendre sur une base individuelle » .( LIEN )

Arsenic ? Mangez encore plus !

Mais alors même que son produit contenant de l’arsenic est retiré des rayons, la FDA poursuit sa campagne de déni, affirmant que l’arsenic présent chez les poulets est situé à un niveau tellement bas qu’il est toujours sécuritaire d’en manger. Ceci est d’autant paradoxal que la FDA reconnaît que l’arsenic est une substance cancérigène, ce qui signifie qu’elle augmente le risque de cancer. Le Conseil National sur le Poulet est d’accord avec la FDA.
 
 

Dans un communiqué publié en réponse aux nouvelles relatant que Roxarsone serait retiré des rayons des magasins d’alimentation, il a déclaré : « Le poulet peut être mangé en toute sécurité » ; alors même que l’arsenic a été utilisé dans les nombreux élevages et ont été vendus comme viande de consommation aux États-Unis.

Ce qui est étonnant dans tout cela, c’est que la FDA indique aux consommateurs qu’il est sécuritaire d’en manger bien qu’il contienne de l’arsenic causant le cancer, mais qu’il est dangereux de boire du jus de sureau ! La FDA a récemment mené un raid armé chez un manufacturier de jus de sureau, l’accusant d’avoir commis le «crime de vendre» des médicaments non homologués. Quels médicaments cela pouvait-il bien être ? Le jus de sureau, explique la FDA. Vous voyez, le jus de sureau devient magiquement un «médicament», si vous dites aux gens comment il peut aider à maintenir une bonne santé.

La FDA a également pourchassé des dizaines d’autres entreprises, pour la vente de produits naturels à base de plantes ou de produits nutritionnels qui favorisent la santé et la maintiennent. De plus, c’est la guerre au lait cru dont la FDA dit qu’il est dangereux. Alors maintenant, en Amérique, nous avons une agence de réglementation des médicaments et des aliments qui dit que c’est correct de manger de l’arsenic, mais qu’il est dangereux de boire du jus de sureau ou du lait cru.

Mangez plus de poison, en d’autres termes, mais ne consommez pas d’aliments qui favorisent la guérison. C’est la FDA, qui tue des Américains d’un repas, tout en protégeant les profits des industries, celles-là mêmes qui nous empoisonnent avec leurs ingrédients mortels.

Oh, cela dit en passant, voici un autre fait quelque peu inquiétant que vous ne connaissiez probablement pas à propos des hamburgers et du bœuf conventionnel : Les litières de poulet contenant de l’arsenic sont distribuées aux vaches dans les usines de production de viande de boeuf. Ainsi l’arsenic issu des excréments des poulets est consommé et se concentre dans les tissus des vaches, qui est ensuite broyé en hamburgers en vue d’être consommés par les masses mal informées qui ne savent même pas qu’ils mangent de la m***e de poulet ‘‘d’occasion’’.

http://www.sante-nutrition.org/fda-admet-finalement-viande-poulet-contient-larsenic/