Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2581
Israël : sept personnes inculpées pour un trafic d'organes international



Une partie d'un réseau international de trafic d'organes et de greffes illégales a été démantelée ce mercredi. Sept Israéliens ont été inculpés mercredi à Tel-Aviv, accusés d'avoir donné à des malades israéliens des organes en provenance du Kosovo, d'Azerbaïdjan, du Sri Lanka ou de Turquie.







 

 Ils auraient réalisé des profits en se livrant «à des dizaines d'occasions» à des trafics d'organes entre 2008 et 2014, a affirmé le ministère dans un communiqué, en les accusant d'avoir exploité «la détresse économique des donneurs et la détresse médicale des receveurs».

Déjà connus des autorités

 Un des accusés, Avigad Sandlar, repérait les malades israéliens en vue de leur proposer des organes de personnes vivant au Kosovo, en Azerbaïdjan et au Sri Lanka. Un autre, Boris Wolfman, était chargé de repérer des donneurs potentiels, qui acceptaient de vendre un rein, au Kosovo et en Azerbaïdjan, avant d'étendre ses activités au Sri Lanka et à la Turquie.

 Le troisième inculpé, Moshé Harel, sévissait également au Kosovo avec un médecin turc, Yusuf Ercin Sonmez. Leurs deux noms avaient déjà été évoqués lors d'un procès en 2013 pour trafic d'organes au Kosovo mais aucune suite n'avait été donnée. Un autre inculpé, le docteur Zaki Shapira, considéré comme un expert en matière de greffes d'organes, était chef de service pour ce genre d'intervention à l'hôpital Beilinson près de Tel-Aviv jusqu'à ce qu'il prenne sa retraite en 2003.

Les donneurs se voient promettre 15 000 euros

 Il faisait partie «intégrante» des activités illégales des autres inculpés au Kosovo, en Azerbaïdjan et au Sri Lanka, a affirmé le ministère. «Il a exploité sa renommée pour aider les autres inculpés en mobilisant des receveurs potentiels, en s'occupant des démarches administratives et en vérifiant la qualité des hôpitaux et des médecins qui effectuaient les greffes», a-t-il ajouté.

 En avril 2013, un tribunal européen avait condamné cinq médecins kosovars à des peines allant jusqu'à huit ans de prison pour trafic d'organes au Kosovo. Les donneurs, recrutés en Europe et en Asie centrale, se voyaient promettre 15 000 euros tandis que les receveurs d'organes étaient prêts à débourser jusqu'à 100 000 euros pour une telle intervention. Dans l'acte d'accusation, Moshé Harel avait été présenté comme étant le cerveau d'un réseau de recrutement de donneurs et de receveurs d'organes, alors que Yusuf Ercin Sonmez était soupçonné d'avoir effectué les greffes

http://www.leparisien.fr/faits-divers/israel-sept-personnes-inculpees-pour-un-trafic-d-organes-international-13-05-2015-4768445.php

2583
Arnaques aux soldes? Anaïs décolle l'étiquette rouge et c'est la surprise...



Si les "faux soldes" existent, avec des prix avant soldes gonflés pour vendre l'article soldé au même prix qu'avant, ce n'est pas le cas chez Mango. Pourtant, une histoire d'étiquette intermédiaire a fait croire le contraire à une jeune cliente. Voici comment porter plainte si vous constatez avoir été roulé durant ce mois de soldes d'été.

"Nous sommes en pleine période de soldes. "Chouette, on va faire des affaires". Et bien non, pas tant que ça !" Anaïs nous a contactés via notre page Alertez-nous après avoir acheté trois vêtements soldés chez Mango, à Liège, début du mois. En décollant les étiquettes rouges sur lesquelles étaient affichés le prix hors soldes et le prix soldé, elle pensait avoir découvert une arnaque. "L’un était à 39,99€ au lieu de 49,99€ et l’autre était à 12,99€ au lieu de 24,99€. Par curiosité, j'ai enlevé les étiquettes rouges et à ma grande surprise, j'ai remarqué que le 1er haut à 39,99€ m'a coûté le même prix que le mois passé (mois hors soldes) ! Sur la 2ème étiquette, on voit aussi qu'ils ont gonflé le prix..."


Sous l'étiquette rouge, une blanche, et sous la blanche, le prix... pour l'Espagne

Elle a donc contacté Mango pour dénoncer cette pratique. Mais ce qu’elle n’avait pas remarqué, c’est qu’une autre étiquette, plus petite et blanche, était partie avec la rouge lorsqu’elle a décollé celle-ci. "Le prix qui vous est apparu en décollant l’étiquette est le prix espagnol, qui est réétiqueté en fonction du prix du pays de vente", lui a répondu l’enseigne. "Si vous décollez la totalité de l'étiquette, vous pourrez vérifier qu'en dessous il est marqué "España / Portugal". Il est probable que lorsque vous avez décollé l’étiquette des prix soldés, vous avez également décollé l’étiquette du prix français."


Une pratique courante dans les magasins de prêt-à-porter en Belgique

En effet, un ancien vendeur qui a travaillé pour plusieurs enseignes espagnoles présentes en Belgique, dont Mango, nous a confirmé que les deux marques pratiquaient de la même façon. "Comme chez Zara (groupe Inditex, ndlr), les produits arrivent avec des étiquette au prix espagnol et bien annotées en espagnol. Nous, on appose une étiquette blanche avec le prix pour la Belgique sur celle-ci. Et donc si les gens retirent toutes les étiquettes collées, ils vont arriver sur une étiquette en carton avec le prix d’origine", explique-t-il. Selon lui, cette pratique est courante "dans beaucoup d’enseignes de prêt à porter en Belgique".


"Pas de tromperie du consommateur"

A l'Inspection économique, qui mène la traque contre les fraudes pendant les soldes, on confirme que cette pratique n’a rien d’illégale. "On n’a pas de chiffres sur cette pratique-là, mais les prix ont le droit de varier d’un pays à l’autre", explique logiquement Etienne Mignolet, porte-parole adjoint du SPF Economie. "A priori, dans ce cas-ci, je dirais qu’il n’y a pas eu de tromperie du consommateur." Mais si rien ne peut être reproché à Mango, ce n’est pas le cas de tous les magasins.


Le taux d'infractions semble chuter cette année

L’Inspection économique mène en effet une surveillance continue durant les soldes et présoldes. Rien que pour cette année 2015, durant les soldes d’hiver, 10 infractions ont été constatées pour 185 enquêtes, soit un taux de 5,4%. "Des chiffres ne sont pas encore disponibles pour les soldes d'été 2015 mais il apparaît néanmoins déjà que le nombre d'infractions est assez limité", explique encore M. Mignolet. Car ces dernières années, des taux allant jusqu’à 13,8% d’infractions avaient été constatés, avec toujours une tromperie sur les prix.


Faire plus attention aux meubles et électroménagers qu'aux vêtements

Il ressort cependant de leurs statistiques que le secteur de l’habillement "ne parait pas être plus touché qu'un autre". Au contraire, selon une enquête réalisée en 2011 par Test-Achats, ce sont plutôt les magasins de meubles et d’électroménager qui auraient le plus tendance à pratiquer des "faux soldes".


Comment porter plainte:

Si comme Anaïs vous pensez être victime de cette pratique frauduleuse, plusieurs solutions s’offrent à vous. Premièrement, il est conseillé de se plaindre directement auprès du vendeur. S’il n’a rien à se reprocher, comme dans le cas de Mango, il vous expliquera pourquoi et cela vous évitera de porter plainte pour rien. Par contre, si la faute est avérée, vous pouvez prévenir Test-Achats en appelant le 02/542.34.13, ou porter plainte auprès de la Direction générale de l’Inspection économique, via un formulaire internet, par e-mail, par fax au 02/277.54.52, ou par courrier adressé à la Direction générale de l’Inspection économique, North Gate III, Boulevard du Roi Albert II 16, 1000 Bruxelles.

http://www.rtl.be/info/vous/temoignages/soldes-suspectes-ceci-n-est-pas-une-arnaque--740751.aspx

2584
Une arnaque sur « Le Bon Coin » tourne en leçon d’humanité depuis l’Afrique



Une arnaque sur « Le Bon Coin » tourne en leçon d’humanité depuis l’Afrique

« Pareil pour nous quand votre gouvernement vient créer des guerres, voler notre richesse, diviser notre continent ! » Une utilisatrice française du site Le Bon Coin ne s’attendait pas à cet étonnant échange avec un « brouteur » tentant de l’arnaquer….



L’une de nos rédactrices vient de vivre une expérience inattendue sur un site de vente d’occasion. Elle va recevoir un message plutôt étonnant d’une arnaqueur africain (ou brouteur) qui va échouer dans sa tentative d’escroquerie. 10 000 kilomètres les séparent, mais surtout un niveau de vie diamétralement différent. Voici son récit qui ne manquera pas de mettre les choses en perspective.


Il y a quelques jours, j’ai posté deux annonces sur le site Le Bon Coin pour vendre une paire de chaussures et un appareil photo, comme des milliers de personnes chaque jour. Une certaine « Clara Biard » ainsi qu’une certaine « Marie Dubois » me contactent, l’une intéressée par les chaussures, l’autre par l’appareil photo. Les premiers échanges sont courtois, et surtout (un point important pour moi en ce qui concerne la vente à distance) elles écrivent correctement, sont cordiales et me font bonne impression.

Les deux futures acheteuses indiquent qu’elles souhaitent me régler par PayPal. Ça tombe bien, j’ai un compte et c’est une plateforme parfaitement sécurisée. Je leur fais donc parvenir le total à régler avec frais de port ainsi que l’adresse du compte à laquelle faire parvenir le paiement. Surprise dans ma boîte e-mail : 4 e-mails PayPal m’attendent m’informant que j’ai reçu des paiements. Quelque chose me met la puce à l’oreille : l’objet du message comporte des fautes et se termine par plusieurs points d’exclamation très suspicieux. Après vérification sur mon compte PayPal, aucun paiement ne m’y attendait, bien évidemment.

Je comprends donc que ces deux personnes ont essayé de me tendre un piège. J’étais en face d’une énième tentative d’arnaque comme il en existe tant sur internet. Très énervée par cette médiocre tentative de me voler, j’envoie aux deux personnes respectives un message leur disant en bonne et due forme que je ne suis pas stupide, les invitant peu courtoisement d’aller se faire voir. Ayant déjà entendu parler d’arnaques sur le sites de vente, je me dis même qu’il doit « encore » s’agir de personnes mal intentionnées assises derrière l’ordinateur d’un cyber-café d’un quelconque pays émergent. Bref, je me fais une vision stéréotypée du « brouteur » africain moyen sans morale qui pille les occidentaux naïfs à travers son écran d’ordinateur.



Quelle ne fut pas ma surprise quand, quelques minutes plus tard, je vais recevoir une réponse qui changera à jamais ma vision des choses sur le sujet : « Oui, pareil pour nous quand votre gouvernement vient créer des guerres, voler notre richesse, diviser notre continent pour se faire du beurre alors que nous mourrons de faim. Vous pillez tout, donc chacun fait sa guerre à sa manière. Du courage pour toi. » exprime la personne que je soupçonne d’être une femme.

Chacun fait sa guerre à sa manière… Troublée par ce message inattendu qui remet les choses en perspective, je tente d’engager l’échange avec cette personne qui ne me dira ni son nom ni le nom de son pays. Je lui explique que je ne suis pas fière du passé colonial de l’occident, que je sais que de nombreux pays occidentaux se sont construits en pillant les richesses des pays pauvres, et qu’ils continuent de le faire aujourd’hui à travers les multinationales en abusant de l’ingérence et en créant des instabilités. Je lui dis que la vie en France n’est pas rose pour tout le monde et que, même si notre pays n’est pas en guerre et que nous sommes clairement des privilégiés, beaucoup de personnes vivent dans la précarité, sont sans emploi, vivent même parfois à la rue. Je lui dis que, finalement, à des milliers de kilomètres, on essaie tous de se débrouiller à sa manière avec les moyens du bord, ce qui implique d’acheter et vendre des choses en occasion.

Je ne recevrai qu’une dernière réponse de sa part, tout aussi courtoise et sincère : « Merci pour ta compréhension car c’est pas une joie qu’on fasse l’arnaque mais il n’y a rien ici, on travaille pas malgré tous les diplômes. On chôme depuis des années avec une famille qui meurt de famine. Franchement c’est pas facile de voir cette situation, donc on risque tout pour leur donner le minimum. Je vous remercie pour votre action mais sachez que le monde entier connait les difficultés de notre continent, surtout quand ils médiatisent les crashs des bateaux où plus de 1000 personnes meurent dans l’eau pour rejoindre l’Europe, donc ils savent de quoi nous souffrons et de quoi nous sommes capables pour avoir une vie meilleure, tant qu’ils ne laisseront pas notre continent tranquille, sans guerre, pour que nous ayons le courage de travailler chez nous, d’utiliser nos ressources. »

« On risque tout pour leur donner le minimum ». Cette phrase me fait l’effet d’une douche froide. J’habite dans le Nord de la France, et je vois souvent des migrants en gare de ma ville, tentant de rejoindre Calais, pour ensuite se cacher dans des camions qui traversent la Manche, dans l’espoir de gagner le Royaume-Uni. J’ai vu en gare de Calais, en plein hiver, des migrants venir se réchauffer et dormir sur les sièges de la gare, y passer la journée, attendant sans trop savoir de quoi demain sera fait… Et j’ai lu bien souvent des commentaires racistes et haineux, de français et de britanniques appelant à les « renvoyer chez eux » sans comprendre qu’il n’y a plus vraiment de chez eux.

Ce court échange a eu l’effet dans bombe dans mon esprit. Quelques part, loin d’ici, un ou une anonyme tentait de donner à manger à sa famille par le seul moyen disponible pour elle : internet. Plongés dans la misère, l’une des échappatoires est de tenter de voler quelques euros à des occidentaux considérés comme « riches » par défaut. Pas bien difficile quand on ne possède pas même de quoi manger à sa faim. Et même si cette situation ne justifie pas l’arnaque, même si certains brouteurs vont jusqu’à ruiner leur victime pour s’enrichir réellement, on ne peut s’empêcher d’avoir une vision plus mesurée et objective sur ces réalités, et surtout, de questionner l’implication de nos gouvernements et entreprises dans la perpétuation de cette misère.



Difficile de ne pas voir ces mines du Congo où des enfants travaillent au profit de nos téléphones portables. Difficile de fermer les yeux sur les bateaux de pêche géants qui raclent le fond des océans au large de l’Afrique, détruisant l’activité locale. Difficile de nier notre implication dans l’exploitation du diamant en Centrafrique où des milices armées terrorisent les peuples pour quelques bagues de fiançailles. Difficile de ne pas voir que nos industriels de l’armement abreuvent les pays africains d’armes. Plus proche, difficile d’oublier le démantèlement de Sangatte ordonné par le gouvernement il y a 13 ans. Difficile de fermer les yeux face à ces femmes, ces hommes et ces enfants qui transitent par milliers tous les ans en France, semblant perdus, en pleine errance, vivant dans des campements précaires, aspirant juste à une vie meilleure de l’autre côté de la mer. Difficile de détourner le regard de ces cadavres de migrants, hommes femmes et enfants, qui s’accumulent sur nos plages.

Alors oui, j’étais très énervée par cette tentative de piratage de mon compte PayPal, et un vol ne peut jamais se justifier par un autre vol, mais je comprends désormais, sans le tolérer, qu’on puisse être amené à agir de la sorte. Que reste-t-il à ceux à qui on a tout pris ? Ceux qui n’ont aucune perspective d’avenir, qui vivent dans des pays où la misère, le chômage, la guerre, la mort et la faim ont leur lot quotidien ? De leur point de vue, se voient-ils comme des « Robin des bois » qui essaient de voler aux riches occidentaux qui pillent leurs ressources pour donner aux pauvres ? Qui suis-je finalement pour les juger depuis ma maison confortable où je mange chaque jour à ma faim ? Comment savoir ce dont je serais capable à leur place pour nourrir mes enfants ? Il paraît que l’on récolte ce que l’on sème, l’Europe semble faire les frais de cet adage.

Je finirai en citant un grand défenseur des opprimés :

Aimé Césaire : « Entre colonisateur et colonisé, il n’y a de place que pour la corvée, l’intimidation, la pression, la police, le vol, le viol, les cultures obligatoires, le mépris, la méfiance, la morgue, la suffisance, la muflerie, des élites décérébrées, des masses avilies. […] J’entends la tempête. On me parle de progrès, de « réalisations », de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d’eux-mêmes. Moi, je parle de sociétés vidées d’elles-mêmes, des cultures piétinées, d’institutions minées, de terres confisquées, de religions assassinées, de magnificences artistiques anéanties, d’extraordinaires possibilités supprimées. » Discours sur le Colonialisme en 1950.

Remarque : Si on ignore l’endroit exact et la situation de la personne, il est bon de rappeler que l’Afrique n’est pas en situation de misérabilisme partout sur son territoire. De nombreux pôles sont aujourd’hui développés grâce aux nombreux efforts des personnes qui y vivent, mais certaines régions bien déterminées subissent toujours une extrême pauvreté et un accès difficile aux richesses de leurs terres.



https://mrmondialisation.org/une-arnaque-sur-le-bon-coin-tourne-en-lecon-dhumanite-depuis-lafrique/

2585
Grève nationale des agriculteurs : la ville de Lyon bloquée.

Jeudi 23 juillet 2015, journée de grève nationale. Après l’ouest de la France, c’est aujourd’hui l’agglomération lyonnaise qui a été bloquée.
Nord, sud, ouest, est, impossible de rentrer dans la ville de Lyon.
Une belle pagaille pour les locaux mais aussi pour les vacanciers




Voici l’analyse de l’AIL au sujet de l’agriculture. Ce sujet sera développé dans le numéro du mois de septembre de la lettre d’analyses et d’informations libre. Vous pouvez d’ores et déjà pré-commander ce numéro ou vous abonner en vous rendant sur la boutique sécurisé de l’Agence Info Libre.


Je soutiens l'Agence

https://www.agenceinfolibre.fr/greve-nationale-des-agriculteurs-la-ville-de-lyon-bloquee/

2586
Charles Michel : "des jobs, des jobs et des jobs, mais aussi des taxes, des taxes et des taxes !"



La mesure "choc" de l'accord gouvernemental sur le budget, ce n'est pas tant la diminution des cotisations patronales que la remontée de la TVA sur l'électricité de 6 à 21%. Entre deux tweets, notre Premier ministre défend ses mesures... 
 

L’Avenir pas net : Alors, Charles Michel, donc, le gouvernement a bouclé son budget et défini ce fameux "tax shift", ce glissement censé alléger la pression fiscale sur le travail...

CM : Excusez-moi, je dois twitter mon nouveau slogan "ce gouvernement a trois priorités : des jobs, des jobs ET des jobs !". Depuis mon super scoop sur l’accord avec les Grecs, j'ai une image de Premier ministre hyper-connecté à entretenir !

APN : Bon bon, on attend !

CM : Voilà…C'est fait . De quoi parlions nous ? Parce que là je suis crevé, on a bossé toute la nuit, toute la nuit ET toute la nuit !

APN : Pourquoi toute la nuit ?

CM : Parce que nous aussi, les ministres, on voudrait partir en vacances, comme tout le monde. Et puis les parlementaires aussi, qui doivent valider nos décisions. Certains ont déjà mis les bagages dans la voiture, et poireautent en bermudas, en bermudas ET en bermudas...

APN : Il n’y a pas un risque de travailler dans la précipitation ?

CM : Attendez, je dois twitter qu’on va taxer les sodas, les sodas ET les sodas !

APN : Mais vous allez tout nous répéter trois fois? C'est la fatigue ou quoi?

CM : Hein? Quoi ? De quoi parlions-nous ?

APN : En fait, ce qui choque dans toutes vos mesures, c’est la TVA sur l’électricité qui remonte de 6 à 21%...Pour le pouvoir d’achat des petites gens, c'est une mauvaise nouvelle...

CM : Oui, oui, c’est embêtant on le sait. Mais en compensation, le gouvernement a prévu que durant les périodes de pénurie ou de "black-out", la TVA redescendrait à 6%, à 6% ET à 6% !

APN : Mais…s’il y a pas d’électricité, il n'y aura pas de consommation. Donc, quel intérêt ?

CM : Oui, mais la facture d’électricité, ce n'est pas que votre consommation. C'est aussi payer l’amortissement des installations, le salaire et les frais de bouche des patrons d'Electrabel, la réparation des fissures des centrales nucléaires…Vous payez plein de trucs !

APN : Mais... vous n’aviez pas de meilleures idées?

CM : Si si, on va aussi taxer tout ce qui n'est pas bon pour la santé : les sodas, pas bon ! Le choco, pas bon ! L’alcool, pas bon! Le diesel, pas bon ! L'herbe au festival de Dour, pas très bonne ! Le Socialisme, pas bon ! Toutes ces mesures seront annoncées dans le prochain discours du Roi Philippe, du Roi Philippe ET du Roi Philippe....

APN : En résumé, vous faites un geste pour les employeurs mais le citoyen lui n’est pas épargné, au contraire…

CM : Excusez-moi mais je dois twitter le nouvel horaire de contrôle des chômeurs à leur domicile, oh oh ! Ca c'est trop rigolo, trop rigolo ET trop rigolo !

APN : Mais au fond, pourquoi on ne taxe pas les tweets...

CM : Euh...Tiens on n'y a pas pensé ! Je peux twitter votre idée ?

APN: oui, mais pas trois fois !

http://www.lavenir.net/cnt/DMF20150723_00679661?utm_source=facebook&utm_medium=socialVV&utm_content=article&utm_campaign=seeding

2587
nature-ecologie / Astronomie - L'univers de Stephen Hawking
« le: 24 juillet 2015 à 00:09:01 »
Astronomie - L'univers de Stephen Hawking

Le Jeudi c'est documentaire !


Astronomie - L'univers de Stephen Hawking


Ce documentaire va de pair avec l'article publié en début de semaine :

 Trouver une intelligence extra-terrestre, le projet fou de Stephen Hawking et Yuri Milner



http://www.lapausesolid-r.fr/2015/07/astronomie-lunivers-de-stephen-hawking.html

2588
Santé / Tétanos, le livre choc qui détruit le mythe du vaccin
« le: 24 juillet 2015 à 00:07:55 »
Tétanos, le livre choc qui détruit le mythe du vaccin



Voici un ouvrage indispensable pour comprendre la dérive intellectuelle et morale de la science moderne occidentale, malheureusement copiée à la lettre par le reste du monde !

Ce livre démontre sans aucune contradiction possible que le vaccin du tétanos ou son traitement avec sérum n’a aucun fondement scientifique. Le pire est que les arguments développés dans cet ouvrage sont compréhensibles pour un enfant de 10 ans ! Ce livre préfacé par le docteur J. Méric, est agrémenté de 180 notes de bas de page ; il est exhaustif et ne souffre aucune remarque. Il est certes très perturbant pour un professionnel de santé car il remet en cause les vérités pseudo scientifiques assénées depuis des décennies et heurte l’ego en dévoilant notre fragilité intellectuelle face à la propagande. C’est pour cela qu’il faut, après l’avoir lu, le prêter ou l’offrir à votre médecin traitant et à votre pharmacien afin qu’ils se remettent de leur aveuglement. Rappelons que ce vaccin (avec les deux autres du DTP) est le seul obligatoire en France mais comme il n’est plus commercialisé pour des raisons d’accidents vaccinaux, il a été remplacé par le Pentavac et autres multivalents encore plus dangereux… Bref, ce livre est une bombe larguée dans le jardin de Big Pharma, une bombe salutaire qui fait voler en éclats des absurdités et des aberrations présentées jusque-là comme des vérités sentencieuses.



Voici la réalité scientifique extraordinaire à propos du vaccin contre le tétanos, une réalité qui risque d’en perturber plus d’un.
Il ne faut nullement être dans le secret pour comprendre le caractère totalement absurde de cette pseudo vaccination.
Il suffit de raisonner avec la logique propre au bon sens paysan



http://www.sante-nutrition.org/tetanos-le-livre-choc-qui-detruit-le-mythe-du-vaccin/?utm_medium=facebook&utm_source=twitterfeed

2589
Les militants du Tour Alternatiba harcelés par la police pour être passés devant Fessenheim !


Le Réseau "Sortir du nucléaire" est profondément choqué par le harcèlement policier qu’ont subi lundi les militants du Tour Alternatiba.


Lundi vers midi, le Tour Alternatiba a fait étape devant la centrale nucléaire de Fessenheim, pour rappeler que le maintien du nucléaire est un verrou à une vraie politique de protection du climat. Alors que cet arrêt, prévu et annoncé de longue date, était juste censé donner lieu à une prise de parole, la gendarmerie française a arrêté le Tour pour contrôler les 24 cyclistes.
HTML - 118.8 kole tour Alternatiba controlé par les gendarmes - YouTube
Quelques heures après, alors que les cyclistes faisaient halte dans une ferme près de Freiburg (Allemagne), la police allemande, accompagnée de 7 véhicules et de chiens, a fait irruption sur ce terrain privé pour exiger, sous peine d’arrestation, le contrôle d’identité de toutes les personnes présentes sur le lieu… y compris celles qui n’étaient pas passées par Fessenheim !

Selon les policiers allemand, ce sont les autorités françaises qui auraient donné l’ordre au procureur de Freiburg d’identifier les militants, au prétexte qu’ils auraient bloqué la centrale de Fessenheim lors d’une manifestation non autorisée !
HTML - 137.6 kola police allemande vient controler dans une ferme le tour Alternatiba - YouTube
Une telle coopération transfrontalière des polices est d’autant plus choquante que la France continue d’ignorer les demandes légitimes des élus allemands en ce qui concerne la sécurité de leurs concitoyens menacés par Fessenheim. On préfèrerait voir les autorités coopérer pour fermer cette vieille centrale, pas pour ficher les militants !

Le Réseau "Sortir du nucléaire" affirme son soutien aux militants du Tour Alternatiba. Encore une fois, la surveillance reste le moyen d’imposer cette industrie mortifère. Alors que la France doit accueillir la COP21 à la fin de l’année, ce harcèlement de cyclistes pacifistes qui ne faisaient qu’afficher leurs convictions antinucléaires laisse présager une inquiétante répression.

http://www.sortirdunucleaire.org/Les-militants-du-Tour-Alternatiba-harceles-par-la

2590
30 ans de mensonges dans les statistiques de pêche à la baleine

Selon une étude américaine, les chiffres déclarés entre 1948 et 1972 par le Japon seraient frauduleux.



GUERRE FROIDE. La récente déclassification de documents russes, confidentiels pendant l’époque soviétique, a fait des remous jusque dans le monde de la biologie marine. Selon une étude américaine publiée à la mi-juillet 2015, les volumes de pêche déclarés par le Japon à la commission baleinière internationale (CBI) pendant la période de la guerre froide seraient tout simplement… incohérents. La fraude porterait à la fois sur la taille et sur le nombre des cétacés capturés.

11,6 m : la bonne taille pour une baleine

Créée en 1946 au sortir de la la seconde guerre mondiale, la CBI réglemente la chasse à la baleine afin de contrôler les zones de chasse et la taille des individus tués. Elle impose ainsi une déclaration obligatoire des prises réalisées, et définit une taille minimale pour les femelles : pour pouvoir être tuées, celles-ci doivent mesurer plus de 11,6 m (ce qu’on appelle LSF, pour "legal sized female"). En effet, la capture de baleines encore adolescentes serait préjudiciable à la stabilité démographique de l’espèce.

Or dès 1948, les Russes ont triché, et ont tué près de 180.000 mégaptères sans les reporter à la CBI. L’inventaire précis des prises soviétiques, tenu secret à l’époque, a été récemment révélé. Avec un effet collatéral inattendu : celui d’incriminer l’ennemi d’alors, le Japon. En 1968 et 1969 par exemple, sur une même zone de pêche partagée par les baleiniers des deux nationalités, les marins japonais ont en effet déclaré à la CBI que 97,3% des prises étaient de taille LSF, soit donc autorisées à la pêche. Or, les données soviétiques déclassifiées indiquent pour leur part que seules 6,6% des baleines présentaient une taille suffisante ! De quoi alimenter les soupçons de supercherie : et si les Japonais avaient, eux-aussi, dissimulé leurs statistiques de pêche exactes ?

http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/20150720.OBS2874/30-ans-de-mensonges-dans-les-statistiques-de-peche-a-la-baleine.html

2591
Human Rights Watch dénonce « l’attitude des soldats israéliens envers les enfants palestiniens »





L’ONG Human Rights Watch confirme la culpabilité des forces israéliennes de sécurité qui ont étouffé, battu, menacé et abusé des enfants palestiniens au cours de leur arrestation ou interrogatoire.

L’organisation a interviewé plusieurs enfants âgés de 11 à 15 ans venant de différents quartiers de Jérusalem-Est. Eux et leurs parents ont rendu compte des abus commis au cours d’arrestations et d’enquêtes, causant souffrance, peur et anxiété aux enfants détenus.

« Un policier m’a saisi par mon blouson et m’a soulevé ; j’étais en train d’étouffer », a confié Mohammed Khatib, âgé de 12 ans, arrêté par la police alors qu’il attendait le bus près de son école, située dans la vieille ville de Jérusalem. La police a expliqué à son père, dont la présence n’a pas été autorisée au cours de l’interrogatoire, qu’elle cherchait un suspect qui lançait des pierres, vêtu d’un t-shirt bleu, la couleur de l’uniforme de son fils.




Lire la suite de l’article

http://quenelplus.com/revue-de-presse/human-rights-watch-denonce-lattitude-des-soldats-israeliens-envers-les-enfants-palestiniens.html

2592
info - média france / Une oasis urbaine pour sans domicile fixe
« le: 23 juillet 2015 à 23:57:23 »
Une oasis urbaine pour sans domicile fixe

Le square Saint-Laurent, à Paris, était abandonné, squatté et dégradé.
Grâce à la mobilisation de riverains et de l’association Emmaüs, il est devenu une oasis. Les sans-abri y trouvent un refuge et y cultivent un jardin partagé de 350 m².



8 juillet 2015, c’est la deuxième fête annuelle du jardin Saint-Laurent, organisée par Emmaüs. Les SDF prennent tour à tour le micro. Avec plus ou moins de talent, ils entonnent un large répertoire de chansons dont L’Hymne de nos campagnes et My Way. Derbouka, guitare sèche et ukulélé accompagnent ces chanteurs et chanteuses d’un après-midi.  Les applaudissements fusent et les rires éclatent. Les notes, amplifiées par des enceintes, s’envolent et arrêtent quelques passants, intrigués par le spectacle.


Après avoir improvisé une chanson de reggae, Michael, un SDF de 31 ans, se confie : « Je viens tous les mardis après-midi. Je passe du temps avec l’équipe d’Emmaüs et certains résidents du quartier. »

Mélisse citronnelle

La musique vibre, même à travers des parcelles où poussent en silence tomates, pommes de terre, topinambours, cornichons, haricots verts, choux, roquette, plantes aromatiques – thym, mélisse citronnelle, sarriette –, courgettes, potirons, radis, tournesols et roses trémières.  Toutes sont le fruit du labeur des sans-abri, des riverains et de l’équipe d’Emmaüs. Cela fait trois ans qu’ils œuvrent collectivement au plantage des graines, à l’arrosage des plants et à l’entretien de ce jardin partagé. Séverine Robic, une habitante du quartier, impliquée depuis le début dans le projet, témoigne : « Quand on jardine ici, on provoque des réactions. Les passants viennent nous voir. Ils sont étonnés de trouver un potager à cet endroit. »

Pour la récolte, c’est une autre paire de manches. Ce parc étant public, les quidams peuvent cueillir ce qu’ils veulent. Les tomates, dès qu’elles sont rouges, sont particulièrement prisées et donc rapidement récupérées, aux dépens des sans domicile fixe. Mais l’objectif final est ailleurs : « L’essentiel, pour nous, c’est de créer du lien social, d’accueillir les personnes qui vivent dans la rue, de parler d’autre chose que des difficultés de leur vie, de les occuper et de faire en sorte que ce lieu soit beau », affirme Johan Legrand-Murat, animateur socio-éducatif chez Emmaüs.

Constructions

Depuis qu’il est arrivé en septembre 2013, Johan est chargé du bricolage, du jardin et d’impulser l’énergie de ce lieu. Lui et son équipe sont présents tous les mardis et mercredis après-midi et les vendredis matin.

Dans ce square, les SDF peuvent laisser parler leur imagination. En ce jour de fête annuelle, certains font de la peinture sur coquillages, afin de décorer le jardin. D’autres ont fait des tableaux qui sont accrochés aux grilles à l’entrée du parc. Mais leur esprit créatif s’exprime aussi tout au long de l’année. Ils récupèrent régulièrement des palettes de bois et créent des installations : abris, jardinières, sculptures, etc.



Reis, un sans-abri âgé de 71 ans, très impliqué dans la vie de ce jardin, se livre : « Ce parc est important pour moi. J’y suis dès qu’il est ouvert. Cela m’occupe de l’entretenir et de créer des œuvres. »

Le responsable du site, Johan, est ébahi par le talent de ces personnes de la rue. « Les gens qui vivent dans la rue ont parfois plusieurs vies. Certains ont de l’or dans les mains : ils savent faire de la construction, ils savent peindre, ils ont des connaissances dans le jardinage… J’apprends énormément d’eux », déclare-t-il, admiratif.

Entente

Fernand Péna, musicien, est un voisin qui habite en face de la gare de l’Est. Il vient trois fois par semaine pour épauler Emmaüs depuis que le dispositif a été mis en place. « Venir ici, être au contact de ces personnes, leur parler et leur serrer la main, c’est la seule chose que je peux faire pour les aider. »

Pendant que la fête bat son plein, les SDF continuent de jouer de la musique, de chanter et de faire de la peinture. Certains boivent une bière, fument, se recueillent ou discutent entre eux. Une dame s’amuse toute seule avec un jeu à bascule sur ressorts. D’autres se servent du café et de la salade de pâtes offerte par Emmaüs.

Casimir, un vendeur de crêpes sans-abri, a pris quant à lui des photos de la fête. Dans la foulée, il a fait développer ces clichés et les distribue à qui de droit. Fernand Péna  lui rend hommage, ainsi qu’aux autres SDF : « Malgré leur détresse énorme, ils sont extrêmement généreux. Personnellement, je gagne énormément à leurs côtés. »

Une retraitée qui habite depuis 1966 dans le quartier, Madame Verdier, trouve le parc « très joli » et l’événement « communicatif ». Elle insiste sur le fait que cela la change de la télévision. Elle regrette une chose, « que les sans domicile fixe ne viennent pas [lui] parler ».

À entendre les habitués de ce lieu, aucun trouble notable n’est à signaler. Bien au contraire, pour Johan Legrand-Murat : « La cohabitation est bonne. Les retours des touristes, passants et voisins sont positifs. Ils sont agréablement surpris de voir comment ce lieu vit. C’est très valorisant pour nous tous. »

http://www.kaizen-magazine.com/une-oasis-urbaine-pour-sans-domicile-fixe/

2593
Cette initiative redonne le sourire aux femmes atteintes d’un cancer en ornant leur tête de magnifiques tatouages



Henna Heals, une association canadienne, propose aux femmes atteintes du cancer de tatouer leur crâne chauve au henné pour mieux supporter la perte de leurs cheveux. Une initiative touchante que nous vous proposons de découvrir en images…

La perte de cheveux pour les femmes n’est pas quelque chose d’évident à vivre, elles se voient comme dépossédées d’une partie de leur féminité. C’est pourquoi une association canadienne propose de faire une couronne de henné sur le crâne des femmes ayant perdu leurs cheveux à la suite de la chimiothérapie.

« Le henné est un véritable coup de pouce vers la guérison », explique Frances Darwin, fondatrice de Henna Heals. La couronne ne dure que deux semaines, les femmes peuvent donc facilement changer de dessin une fois que l’actuel disparait. Le coût du tatouage est de 100 $, soit environ 72 €. A noter également que 10 % des bénéfices sont reversés à une association finançant ces tatouages aux personnes n’ayant pas les moyens de se les offrir.













Nous avons été très émus de voir l’implication de cette association canadienne qui soutient ces femmes atteintes du cancer.
Cela nous rassure de savoir que grâce à ce projet, elles ont pu se sentir plus féminines et plus belles.
Chez SooCurious, nous aimerions voir davantage d’initiatives de ce type !
D’ailleurs, cela nous remémore l’amour que ces 11 femmes ont témoigné à leur amie atteinte du cancer en se rasant la tête.
Et vous, pensez-vous que ces jolies initiatives qui améliorent considérablement le quotidien des gens malades devraient se répandre ?

http://soocurious.com/fr/cancer-cheveux-tatouage-henne-crane/

2594
Corse: Dix plages mettent en place des zones non-fumeurs



Une nouvelle qui ne devrait pas plaire aux vacanciers accros à la nicotine. Plusieurs plages de Corse* vont, dès la semaine prochaine, bannir les cigarettes dans certaines zones, rapporte Francetvinfo.

A l’origine de l’interdiction, une initiative de la Ligue contre le Cancer qui a créé voici trois ans le label « plage sans tabac ». Au total, dix des 15 plages françaises concernées par le dispositif sont donc situées sur l’île de Beauté.

« Stopper l’idée que fumer, c’est la fête »

Au-delà d’inciter les vacanciers à moins fumer, l’objectif est aussi une façon pour les municipalités de promouvoir la propreté des plages, de lutter contre le tabagisme passif et aussi de dissuader les plus jeunes. En clair, « arrêter avec les mégots sur la plage, stopper l’idée que fumer c’est la fête », explique un conseiller municipal d’Ajaccio, cité par Francetvinfo.

A noter que selon un sondage Ipsos réalisé pour l’Alliance contre le tabac en mai 2014, 72 % des Français seraient favorables à l’interdiction de fumer sur les plages. Et sur le sable d’Ajaccio, de Bonifacio ou Porto-Vecchio, tout fumeur pris la main sur le mégot devra s’acquitter d’une amende fixée par l’arrêté municipal.

 

* Les plages concernées sont situées à Ajaccio (Ricanto, Saint François, Trottel), à Bonifacio (Balistra, Grand Sperone, Piantarella, Rondinara, Tonnara) et à Porto-Vecchio (Santa-Giulia, Palombaggia), précise l’antenne corse de la Ligue contre le cancer.

http://www.20minutes.fr/societe/1656347-20150723-corse-dix-plages-ile-mettent-place-zones-non-fumeurs

2595
Pourquoi big pharma ne guérira pas le cancer? Ils ont récolté 100 milliards de dollars sur les médicaments pour le cancer en 2014



Les critiques de la médecine moderne soulèvent avec véhémence le manque de sérieux de la science médicale et industrielle pour trouver des remèdes à quelques maladies, en particulier celles qui génèrent des profits de milliards de dollars par an pour les fabricants de médicaments. 

 


En 2012 seulement, par exemple, les Américains ont dépensé 325,8 millards de dollars en médicaments, et c’était pourtant une année où les dépenses en médicaments avaient baissé pour la première fois depuis des décennies.

Les dépenses pour les médicaments contre le rhume et la grippe se comptent en milliards chaque année, ainsi que les dépenses contre le cancer, deux maladies que certains considèrent comme trop lucratives pour les guérir.

Comme il a été rapporté par Michael Snyder du site End Of The American Dream (La Fin du rêve Américain), les Américains ont 1 chance sur 3 de contracter une forme de cancer au cours de leur vie. Pour les hommes, les chances sont plus proches de 1 sur 2.

De plus, presque tout le monde dans le pays soit connait quelqu’un qui a eu le cancer ou qui en est mort. Snyder note que cela n’a pas toujours été le cas.

« Dans les années 1940, seulement 1 Américain sur 16 était susceptible d’attraper le cancer. Il s’est passé quelque chose qui a fait carrément exploser le taux de cancer dans cette nation, et il est estimé que le cancer va bientôt surpasser les maladies cardiaques et devenir la principale cause de décès aux Etats-Unis », a écrit Snyder.

100 milliards de dollars par an pour les soins contre le cancer uniquement

Au total, l’Organisation Mondiale de la Santé a estimé que près de 14 millions de nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués dans le monde chaque année; le nombre de nouveaux cas devrait grimper de près de 70% au cours des 20 prochaines années.

« Il y a très peu de mots dans la langue anglaise qui causent plus de peur que le mot « cancer », mais malgré les milliards consacrés à la recherche et tous les progrès technologiques que nous avons réalisés au cours des années, ce fléau continue juste à s’étendre hors contrôle », a écrit Snyder. « Comment expliquer cela? »

Parce que, dit-il, il y a du profit dans cette maladie.

Comme l’a rapporté la chaîne NBC News, les dépenses pour les médicaments et traitements du cancer ont dépassé 100 milliards de dollars en 2014 – une « nouvelle étape ». En fait, d’année en année, les dépenses pour le cancer ont augmenté de 10% l’année dernière, à partir de l’année 2013.

L’Institut IMS Healthcare Informatics (Informatique des soins de santé), a déclaré que les dépenses cinq années plus tôt atteignaient juste 75 milliards de dollars. L’Institut a également noté qu’entre 2010 et 2014, 45 nouveaux médicaments contre le cancer ont été mis sur le marché.

Comme la chaîne NBC News a indiqué:

« Deux de ces nouveaux traitements sont appelés des immunothérapies, une nouvelle classe de médicaments qui fait le buzz. Ils mobilisent le système immunitaire pour combattre le cancer. Ils s’appellent Opdivo, fabriqué par Bristo-Myers Squibb ET Keytruda, fabriqué par Merck. Chacun d’eux se vend au prix de 12 000 dollars par mois. »

En effet, le nombre d’Américains qui sont touchés par le cancer a continué à progresser depuis un siècle. Comme le rapporte Health Impact News, au début du 20e siècle, 1 personne sur 20 était touché par le cancer. Dans les années 1940, ce chiffre avait atteint 1 sur 6, dans les années 1970, 1 sur 10. Et, à nouveau, ce chiffre aujourd’hui est de 1 sur 3.

« Système de la maladie »

Le site d’informations sur la santé a également signalé:
 
 

« L’industrie du cancer est probablement le business le plus prospère des Etats-Unis. En 2014, il y aura probablement 1 665 540 nouveaux cas diagnostiqués et 585 720 morts du cancer aux Etats-Unis. 6 milliards de dollars des fonds des contribuables sont investis dans divers organismes fédéraux pour la recherche sur le cancer, tels que le National Cancer Institute (NCI). Le NCI indique que les coûts médicaux du traitement du cancer sont de 125 milliards de dollars, avec une augmentation prévue de 39 % en 2020. »

Snyder, et des millions d’autres Américains, comprennent que les entreprises doivent avoir des bénéfices si elles veulent rester viables, et celles-ci, malheureusement, incluent Big Pharma aussi. Mais forcer les Américains à payer plus de 12 000 dollars par mois pour le traitement du cancer semble un peu extrême, c’est le moins qu’on puisse dire.

Qui plus est, en dépit de tout l’argent que nous dépensons pour les soins conventionnels du cancer, les résultats sont plus qu’aléatoires.

« Si l’on vous diagnostique le cancer en Amérique aujourd’hui et que vous choisissez de faire confiance au système médical pour votre traitement, vous pouvez dire adieu à votre avenir concernant vos finances », a écrit Snyder. « Même si vous avez une assurance santé, vous finirez probablement sans le sou, d’une manière ou d’une autre. Soit vous survivrez, et serez fauché, ou vous allez mourir sans un sou. »

De plus, en dépit des dépenses de traitements, le taux de survie du cancer n’est toujours pas optimal. Aujourd’hui, le taux de survie à cinq ans pour ceux qui ont été diagnostiqués du cancer n’est que de 65%. Cela signifie que les 35% restants des patients du cancer ne survivront pas au-delà de ce laps de temps. Pour certaines formes de cancer, le taux de mortalité est extrêmement élevé.

L’une des principales raisons expliquant nos taux de cancer, note Mike Adams, éditeur de Natural News, réside dans les aliments toxiques que nous mangeons.

Comme Adams l’a indiqué dès 2005, l’une des principales causes du cancer en Amérique réside dans leur alimentation de plus en plus toxique – même dans les établissements de santé.

« Il y a de la nourriture réellement dangereuse qui est servie actuellement dans les cafétérias des centres du cancer, des hôpitaux, des cliniques, et bien sûr, des écoles publiques, à travers tout le pays », a écrit Adams, remarquant que le système de santé du pays ressemblait davantage à « un système de la maladie ».

Crédit : Natural News

Sources:
endoftheamericandream.com
www.cbsnews.com
www.cnn.com
www.who.int
www.nbcnews.com
healthimpactnews.com