Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2716
Strange & Extreme MILITARY MACHINES


2717
10 Photos MYSTÉRIEUSE qui ne peuvent être EXPLIQUÉES


2718
5 Most Top Secret Military Locations


2719
America Future Military Secrets Weapons #Mind Blow Full Documentary


2720
The U.S. Army's Top Secret | America Building Robots Army for Future (Full documentary)


2721
US Military unveils NEW IMPROVED Robot Soldier


2722
MIT cheetah robot lands the running jump


2723
What Is The Future Of Robotic Limbs?


2724
Les Mensonges de nos Gouvernements Pour un contrôl Total des masses


2725
Le mensonge dans lequel nous vivons (A Voir Absolument!)








2726
Hors europe / La véritable histoire d’American Sniper
« le: 13 juillet 2015 à 15:12:39 »
La véritable histoire d’American Sniper



Avec six nominations, American Sniper était l’un des films les mieux placés aux Oscars. Il n’a pourtant remporté qu’une seule statuette dorée lors de la cérémonie à Hollywood. Ce drame de guerre, mis en scène par le vieux routier expérimenté qu’est Clint Eastwood, est basé sur le livre American Sniper: The Autobiography of the Most Lethal Sniper in U.S. Military History, retraçant l’histoire du tireur d’élite chevronné Chris Kyle. Comme le cinéma et la littérature suivent des règles différentes, cette histoire a été adaptée au grand écran. Maintenant que le film sort en DVD et Blu-ray, il nous a semblé que c’était le bon moment d’en savoir un peu plus.

Tout comme dans le livre, Kyle, jeune Texan, est dans le film très vite en contact avec des armes puisqu’il accompagne son père à la chasse. Plus tard, il devient cowboy de rodéo, mais il doit mettre fin à cette carrière après une grave blessure au bras. Dans le film, on nous montre sa visite à un recruteur de l’armée après avoir appris la nouvelle des attentats perpétrés sur les ambassades américaines en Tanzanie et au Kenya en 1998. En réalité, ces actes terroristes n’avaient rien à voir avec sa décision d’entrer dans l’armée.

Quand Kyle est stationné en Irak, il reçoit très vite l’ordre d’abattre une première cible. Le film montre comment il tue un enfant et sa mère, qui veulent attaquer un convoi militaire à la grenade. Le livre ne mentionne toutefois pas de femme armée d’une grenade et l’enfant n’apparaît que dans le film. Le livre ne fait pas non plus état du sentiment de culpabilité, qui est montré à l’écran.

Dans le passage du film montrant Kyle en Irak, deux protagonistes apparaissent sur le devant de la scène: The Butcher et Mustafa, un excellent tireur qui a gagné des médailles aux Jeux Olympiques. Le film montre la recherche du Butcher et de Mustafa qui tient tête à l’armée américaine, jusqu’à ce que finalement Kyle lui règle son compte. Malgré le fait que le film soit basé sur une histoire réelle, ces deux personnages sont fictifs. Mustafa est peut-être inspiré d’un sniper iranien qui a vraiment existé et qui a pourri la vie des Américains, mais Kyle ne le mentionne qu’une seule fois dans son livre et ne s’est jamais retrouvé face à lui.

Au cours de ses quatre détachements, Kyle a eu pas mal de collègues, mais deux noms émergent tant dans le film que dans le livre: Ryan «Biggles» Job et Marc Lee. Leur histoire a toutefois été dramatisée. C’est ainsi que Biggles est réformé après sa blessure. Par après, il suit des cours à l’université, démarre une carrière professionnelle et se marie, avant de décéder des suites d’une opération. Dans le film, Biggles meurt plus vite, si bien que la quatrième affectation de Kyle est placée sous le signe de la vengeance envers Mustafa.

Les films basés sur des livres présentent rarement exactement la même histoire et, dans le cas d’American Sniper: The Autobiography of the Most Lethal Sniper in U.S. Military History, l’histoire doit être prise avec les pincettes d’usage. C’est ainsi que Kyle raconte dans son livre qu’il a abattu une trentaine de pilleurs armés après que l’ouragan Katrina ait dévasté La Nouvelle Orléans et qu’il a sévèrement corrigé l’ancien gouverneur Jesse Ventura. Ventura l’a d’ailleurs traîné devant un juge pour diffamation et a affirmé qu’ils ne s’étaient jamais rencontrés. Le juge a finalement donné raison à Ventura. L’histoire de La Nouvelle Orléans n’a pas non plus pu être confirmée par les instances compétentes.

On peut donc douter de la véracité du livre. Il n’empêche qu’il a servi de base à un film poignant, présentant un cowboy américain typique.

2727
Miramas: vol important d'explosifs et de munitions à la caserne militaire...



Je sais pas pourquoi mais de suite là je me sens rassuré!!!





2728
La Colombie trouve un accord avec les FARC sur une « désescalade du conflit »




Pour la première fois depuis l’ouverture de pourparlers de paix fin 2012, le gouvernement colombien et la guérilla des Farc ont conclu, dimanche 12 juillet, à Cuba, un accord portant sur la désescalade du conflit, se donnant pour objectif un cessez-le-feu bilatéral.

A partir du 20 juillet, le gouvernement colombien « entamera un processus de désescalade des actions militaires, en réponse à la suspension des actions offensives des Farc » annoncée plus tôt cette semaine, ont déclaré dimanche à La Havane les diplomates norvégien Dag Nylander et cubain Rodolfo Benitez, dont les pays accompagnent les discussions de paix menées depuis novembre 2012 à Cuba. Ce processus, qui vise à donner un nouvel élan aux discussions de paix dans un contexte de recrudescence du conflit, prévoit pour la première fois un cessez-le-feu de l’armée, une option que le président Juan Manuel Santos a longtemps rejetée, craignant que la rébellion en tire profit pour se renforcer.

Principale rébellion du pays avec près de 8 000 combattants selon les autorités, les Farc avaient déjà observé une trêve de cinq mois entre décembre et mai dernier, produisant une véritable accalmie sur le terrain. Mais la rébellion a repris les chemins des combats dans la foulée d’une série d’offensives de l’armée, générant des craintes au sein de la communauté internationale et des doutes du côté de l’opinion colombienne sur le bien fondé des pourparlers.

« Accompagnement » de l’ONU

Dimanche, les parties ont « décidé de faire tous les efforts nécessaires pour parvenir sans tarder à la signature d’un accord (de paix) final », et définir « sans délai les termes du cessez-le-feu bilatéral et définitif », indique le texte signé par les délégations du gouvernement et de la rébellion.

Cette dernière avait ouvert la voie à cet accord mercredi en annonçant une nouvelle trêve unilatérale, prévue sur 30 jours à partir du 20 juillet. Un de ses porte-parole a indiqué que les Farc se donnaient un mois pour examiner son éventuelle prolongation. Les négociateurs de La Havane se sont aussi mis d’accord pour demander au secrétariat général de l’ONU et à la présidence de l’Union des nations sud-américaines (Unasur) un « accompagnement » pour mener la « surveillance et la vérification » de cette désescalade. Gouvernement et rébellion ont prévu d’effectuer une évaluation de la situation dans quatre mois, a précisé M. Benitez.

« Elan vigoureux, prometteur et plein d’espoir »

Peu après cette annonce, le président colombien a salué sur son compte Twitter « un pas important pour avancer » vers la paix. De son côté, le numéro deux des Farc et chef des négociateurs de la rébellion Ivan Marquez a estimé devant la presse qu’il s’agissait là d’un « élan vigoureux, prometteur et plein d’espoir » pour le processus de paix.

Jusqu’à présent, le gouvernement et la guérilla n’avaient noué d’accords partiels que sur trois des six points à l’agenda des négociations, lançant également un plan de déminage et une Commission de la Vérité. Ils sont désormais proches d’un accord partiel autour de la réparation des victimes, à laquelle succéderont deux questions épineuses : l’abandon des armes et les modalités de ratification d’un accord de paix final.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/07/12/la-colombie-trouve-un-accord-avec-les-farc-sur-une-desescalade-du-conflit_4680684_3222.html#bpTKDvw4HcQ28qaG.99

2729
Manuel Valls va créer une brigade de lutte contre la haine sur Internet



L'«unité nationale de lutte contre la haine sur Internet» devrait être mise en place cet été, dans le cadre du plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme présenté par le premier ministre.

Manuel Valls avait promis de lutter contre le racisme et l'antisémitisme en ligne: il doit maintenant nommer ses soldats.
Le premier ministre va mettre en place son «unité nationale de lutte contre la haine sur Internet» dès cet été, d'après les informations du site NextInpact.
Cette nouvelle équipe sera chargée de faire le lien entre les différents sites Web et les autorités dans le cadre de la surveillance et la surveillance des discours de haine en ligne.
Elle pourra par exemple envoyer des recommandations ou des avertissements à Google, Facebook ou Twitter si ces derniers ne modèrent pas eux-mêmes les contenus jugés illégaux.
Elle sera enfin chargée de créer et d'animer des «cyberpatrouilles» destinées à traquer les propos racistes ou antisémites afin d'enquêter sur leurs auteurs et éventuellement les présenter à la Justice.

Un «bataillon de community managers»

Les détails de l'organisation de cette brigade ne sont pas encore arrêtés.
Une réunion à ce sujet doit se tenir à Matignon vendredi, selon NextInpact. Son but sera notamment de déterminer si cette unité doit être intégrée à Pharos, la plateforme de signalement des contenus illégaux en ligne du gouvernement.
Cette dernière est actuellement animée par des policiers et des gendarmes de l'OCLCTIC, l'Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l'Information et de la Communication.
Il s'agit aussi de décider si l'unité de lutte contre la haine sur Internet pourra envoyer des rappels à la loi aux auteurs des propos racistes ou antisémites.

Cette initiative accompagne les récents efforts du gouvernement pour lutter contre la propagande djihadiste sur Internet.
Dans ce cadre, les autorités collaborent déjà avec les grandes entreprises du Web.
Une plateforme de signalement des contenus violents a été mise en place pour les policiers, qui peuvent plus facilement demander le retrait de contenus problématiques à Google, Facebook ou Twitter.
Manuel Valls ne compte pas s'en arrêter là: invité à une conférence à l'université Paris-Dauphine mercredi, le premier ministre a annoncé la mise en place d'un «bataillon de community managers de l'Etat» pour contrer la propagande djihadiste.
Il ne s'agit plus seulement de modérer les propos haineux, mais aussi de leur répondre.

http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/05/28/32001-20150528ARTFIG00120-manuel-valls-va-creer-une-brigade-de-lutte-contre-la-haine-sur-internet.php

2730
Drames sur nos routes: six personnes, dont un jeune couple de Charleroi, ont perdu la vie ce week-end

Samedi soir, à 22h45, une collision frontale dramatique s’est produite sur la route des Barrages, à Walcourt.
Un jeune couple originaire de Charleroi y a laissé la vie.
Trois autres accidents se sont soldés ce week-end par des tués.




Walcourt

Les deux occupants de la VW grise, un jeune couple composé de Mélanie Di Berardo, 24 ans, et Grégory Herbinia, 28 ans, sont décédé sur le coup.
Elle était originaire d’Aiseau-Presles et lui, de Gilly. Le conducteur de la Citroën C5 est né en 1972.
Il se prénomme Meidhi Matoug.
L’automobiliste a été transporté à l’hôpital dans un état grave.
Père de deux enfants, il est actuellement aux soins intensifs à l’hôpital Vésale.

Dimanche, le terrible bilan s’est alourdi à Walcourt.
Vers 17h, une autre collision frontale sur une route de campagne (à Mertenne) a fait un mort.
Il s’agit de Françoise Lorge, passagère éjectée d’un des deux véhicules en cause.
Habitante de Thy-le-Château, elle avait 58 ans.
Elle est décédée durant son transfert vers l’hôpital.
Son mari est grièvement blessé.


Iveldingen

Le village d’Iveldingen (Amblève, Cantons de l’est) est en deuil.
Samedi, vers 22h30, un terrible accident de la route est survenu à Hepscheid, sur la N658 reliant Amblève à Bullange.
Deux jeunes habitantes d’Iveldingen ont perdu la vie.
Katia Louges et Anne Reuter avaient pris place sur la banquette arrière d’une voiture.
D’après plusieurs témoins, les quatre personnes à bord de l’auto se rendaient à une soirée à Deidenberg, à une dizaine de kilomètres du lieu du drame.


Flandre

La Flandre n’a pas été épargnée par ce week-end meurtrier sur les routes.
Un jeune homme a, en effet, perdu la vie dans la nuit de vendredi à samedi alors qu’il faisait du vélo sur la route d’Olen (Anvers).
Peu après 1h, le cycliste a été percuté par un camion.
Selon la police locale, le jeune homme âgé de 24 ans se trouvait probablement dans l’angle mort du poids lourd.
Ce qui expliquerait que le conducteur ne l’ait pas aperçu.

http://www.sudinfo.be/1331080/article/2015-07-12/drames-sur-nos-routes-six-personnes-dont-un-jeune-couple-de-charleroi-ont-perdu