Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2731
Crise finale du capitalisme ou 3e Guerre Mondiale ? Françaises, Français, réveillez-vous ! Primaires Citoyenne.


Françaises, Français, réveillez-vous !

♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥

Crise finale du capitalisme ou 3e Guerre Mondiale ? Françaises, Français, réveillez-vous !

merci de transférer ce message à vos contacts - url: http:// bit.ly/1CC1qB

Primaires Citoyennes

[…] Une seule solution pour les États : reprendre le pouvoir de la monnaie… En effet, je dénonce depuis plus de 20 ans l’escroquerie  la !ase du s"st#me capitaliste : le s"st#me monétaire de $éserves%ractionnaires que pratique les !anques depuis plus de deu& si#cles' (vec ce s"st#me, la planc)e  !illet atoujours été une affaire privée pour les particuliers et les entreprises, mais depuis *0 ans, depuis le + janvier -.+ pour la %rance pour /tre plus précis, l’État, sous pression des !anquiers, c’est interdit  luim/me de créer la monnaie dont il a !esoin' ’est évidemment une tra)ison des 1essieurs ompidou et3iscard et donc depuis le 4ouvernement se refuse  lui5m/me un privil#4e qu’il a accordé au& !anques par la loi, il se fait le serviteur des !anquiers et méprise le peuple' our qu’un 4ouvernement soit vraimentsouverain, il faut qu’il reprenne son droit de créer un ar4ent li!re de dette'6e finissais l’article 78E9U; en disant que la < crise économique et financi#re 4lo!ale serait un !ienfait  pour l’)umanité' =’a!ord, on arr/terait de travailler, consommer et polluer en toute inconscience, etensuite, ce pourrait /tre l’occasion d’une émancipation e&traordinaire' oncr#tement, matériellement, rienne serait perdu' eule la possi!ilité de mo!iliser l’éner4ie )umaine, le pouvoir sur l’autre est a!oli' ’estune vraie révolution, une réelle a!olition des privil#4es' > Et que < les 4rands perdants seront les 4randsmanipulateurs de finances' our -- ? de la population, cela ne sera pas !ien 4rave' @’éner4ie de tout unc)acun sera li!érée du carcan, des c)aAnes de la finance internationale et de ses 4eBliers : les financiers'ertains pourraient se sentir un peu dé!oussolé et sans l’État et les processus démocratiques, les c)oses pourraient dé4énérer' 1ais restons calmes : la ric)esse, la vraie, notre éner4ie, n’aura pas disparu' Cl n’" a pas eu de 4uerre en Europe depuis des diDaines d’années et 4rce au travail et au 4énie )umain nous avonsdes mo"ens de production d’une e&traordinaire efficacité F en fait, nous n’avons jamais été aussi ric)es' @e jour oG les peuples réaliseront cela, nous pourrons enfin mettre en place une société de convivialité, detemps c)oisi, d’)armonie et de respect' >our sortir de la crise monétaire a!surde dans laquelle nous sommes en4lué, je propose donc depuis desannées, les solutions du < 00 ? mone" > et de l’assouplissement monétaire pour les peuples, c’est  dire, premi#rement un contrBle de la totalité de la masse monétaire en circulation par l’ État et deu&i#mementun revenu d’e&istence pour tout un c)acun' Et il est évident que ces réformes ne pourront se faire qu’auniveau de l’État franHais en commenHant par la nationalisation de toutes les !anques franHaises sansindemnités pour les actionnaires !ien évidemment' En effet, comment se mettre d’accord sur des réformesaussi importante au niveau européen I […]



 rticle complet J   !it'l"K0)L64 7.M'000 vues, N'000 6Oaime;

 

Marc "#$%& - Premier candidat déclaré au' Primaires CitoyennesP

résentation 7ori4ine, parcours personnel et motivations;, circonstances et raisons qui me poussent  /trecandidat au& rimaires ito"ennes socialistes de 20M et de 202 et les 4randes li4nes du pro4ramme proposé'


















 
 




 
P

résident de %raternité ito"enne, mem!re du  depuis 20' 6e suis né le  aoPt -M2  aris, issu dela classe mo"enne, mon p#re était c)erc)eur  l’Cnserm, mon 4rand5p#re instituteur dans l’(llier' 6e vis avec ma compa4ne qui mOa donné deu& filles dans une maison que jOai construite de mes mains' 6Oaitravaillé comme in4énieur dOaffaire en informatique au anada et en %rance' 6Oai vo"a4é et vécu en (sie eten (mérique' 6e suis Lué!écois par ma m#re et in4énieur de lOécole pol"tec)nique de 1ontréal' 6Oai étés"mpat)isant et ad)érant du parti les Qerts de 200+  200R, candidat  la présidence du 1EC en ---,candidat au& élections lé4islatives de --. dans la e circonscription de aris' 

(

 éclaration officielle  J  !it'l"KE9SCUT ' 

P

 )oto et présentation J  !it'l"K1.jN4

$

 ntervieV par eter 1oore

M

erci de < liWer > cette pa4eXon'f!'meKRYS&SZ omité de soutien […] je prends lOen4a4ement devant tous les %ranHais de lancer une consultation nationale afin dOéla!orer une nouvelle constitution durant mon mandat et  faire un référendum * mois au moins avant la fin demon mandat sur un te&te constitutionnel dOune Me $épu!lique si je suis élu en mai 20. ou en mai 2022'



 rticle complet J   !it'l"KqL%4j

Marc Jutier 

\ face!ooW  \ tVitter  \ 

P

résident de

Fraternité


 
Citoyenne

 \

 

%'traits du c)apitre $ndi*nation de l+ouvra*e  Plaidoyer pour un nouveau proet socialiste ./

@’indi4nation voire m/me une saine col#re m’a enva)i lorsque j’ai compris, au dé!ut des années --0, lefonctionnement du s"st#me monétaire international' 6’ai alors décidé de consacrer ma vie  la rec)erc)ede la vérité et de la parta4er avec mes concito"ens F c’est ce que je fais par l’intermédiaire du net depuis---' 6e suis c)oqué par la mentalité ou l’idéolo4ie de l’oli4arc)ie' 6e crois que la seule solution est politique au sens no!le du terme' @’indi4nation n’est pas suffisante, le com!at politique s’impose, il s’a4itde c)asser du pouvoir cette oli4arc)ie manipulatrice' @es solutions e&istent pour vivre sainement, paisi!lement et conforta!lement dans notre pa"s une fois dé!arrassé de ce 4ouvernement de privilé4iésqui ne défendent que leurs intér/ts' our dire la vérité  mes concito"ens et révolté par la stupidité,l’a!surdité et la violence de l’idéolo4ie économique et politique dominante qui est parta4é aussi !ien par la droite que par le 4ouvernement social5li!éral actuel, j’ai décidé d’a4ir, de me présenter au& élections présidentielles, d’/tre candidat au& primaires socialistes de 20M et de 202' 6e suis donc candidat  l’élection présidentielle et ce n’est ni une plaisanterie ni une lu!ie' (spirer devenir le résident des %ranHaises et des %ranHais, mes c)ers compatriotes, implique dO/tre porteur dOunevision pour la %rance, une vision animée par lOespoir dOun avenir meilleur pour toutes et tous au sein de la4rande famille que nous formons' 6e suis un cito"en ordinaire issu de la classe mo"enne mais je suisnéanmoins )a!ité par la volonté de conduire un pa"s de MR millions d’)a!itants et de ** millionsd’électeurs, une volonté que marque une détermination )ors du commun'1a candidature  la présidence de la répu!lique n’est pas une nouveauté' 6’ai annoncé mon intention deme présenter  l’élection présidentielle le er janvier 2000' 6e l’avais fait  l’époque par un communiquéde presse' 6’avais o!tenu, durant la pré5campa4ne de 2002, quelques articles de presse ainsi que deu& passa4es  la télévision 7%rance 2 et anal ^;' %aute d’avoir rassem!lé les R00 parraina4es, je n’ai pas pume présenter officiellement' 6e n’ai pas participé  la campa4ne de 200.' our 202, j’ai d’a!ord voulu participer  la primaire d’Europe écolo4ie J les Qerts' 6’ai finalement renoncé parce que je ne voulais passi4ner un en4a4ement de la direction qui mOen4a4eait  soutenir le 4a4nant des sonda4es de lOépoque : 8'Sulot, et que j’ai estimé que cOétait !eaucoup dOéner4ie pour peu de résultats' 6e suis fondamentalementsocialiste F j’ai alors décidé, dés qu’il est apparu que 1' trauss5Ya)n était disqualifié, de prendre macarte au arti ocialiste et de soutenir %ranHois Sollande' @ors de l’Université d’été de 20 du , j’aidonné en main propre au favori de la course  la présidentielle mon ouvra4e J 8ouvelle ivilisation 202


































 
 













 
 J en faisant le sou)ait que les quelques !onnes idées pour une meilleure 4estion de la cité e&posé dans cetouvra4e puissent inspirer le futur président' 1ais 1' %ranHois Sollande est enfermé dans un discourstec)nocratique et li!éral et il est, jusqu’ preuve du contraire, au service du 8ouvel _rdre 1ondial voulu par l’oli4arc)ie _ccidentale'onscient qu’ moins d’une révolution violente, ce qui n’est évidemment et a!solument pas sou)aita!le,un c)an4ement radical ne peut se faire que par les urnes F que la constitution de la Re $épu!lique étant cequ’elle est 7l’importance prédominante du président de la répu!lique et de l’e&écutif; F que pour qu’uncandidat  l’élection présidentielle ait une c)ance de 4a4ner il doit /tre issu d’un 4rand parti F que le c)oi&entre les deu& 4rands partis s’impose de lui m/me en ce qui me concerne 7quoique je revendique uncertain 4aullisme, de 4auc)e évidemment ` 1ais l’U1 est5il 4aulliste I; F j’ai décidé d’/tre candidat  la proc)aine primaire socialiste' 5

(

 ocument complet J   !it'l"KSeUM 7*'M00 vues;

 

0otez 1ue /

X Est5ce au& médias ou au& cito"ens de c)oisir les élus de notre pa"s I osons5nous sérieusement cettequestion' X Cl nO" aura pas de révolution au sens de .N-, de N*N ou de N. et donc la Re $épu!lique restera en place jusquO ce que le résident en place décide de la c)an4er pour une Me'X 8ous sommes en

2e &épuli1ue

 et que cela nous plaisent ou non, seul le résident de la $épu!liqueest en capacité dOorienter vérita!lement, dans un sens ou dans un autre, la politique du pa"s' Et en Re$épu!lique, seules les convictions profondes de la personne qui devient résident de la $épu!lique ontune influence nota!le sur lOorientation politique de la %rance' _n le voit particuli#rement avec le résidentactuel qui sOest fait élire sur un pro4ramme plus ou moins  4auc)e et qui a fait un < !on > vira4e  droite`X @es

Primaires Citoyennes

 or4anisées par le  est une voie dOacc#s pour lOÉl"sée et cOest la seule possi!le pour quelquOun qui tient un discours en rupture avec le capitalisme 7je ne crois pas que lecandidat du %ront de 3auc)e puisse " arriver, il sera toujours perHu par lOopinion comme plus ou moins <e&trémiste >;' @a primaire présidentielle socialiste, nommée officiellement

 !rimaires Citoyennes

, estlOélection par le arti ocialiste et tous les s"mpat)isants de 4auc)e qui sou)aitent se joindre  ce scrutin,afin de dési4ner leur candidat commun  lOélection présidentielle franHaise de 20.' omme en 20, lescrutin de dési4nation du candidat aura pro!a!lement lieu  lOautomne précédent lOannée de lOélection présidentielle' Elle est ouverte  tous les cito"ens inscrits sur les listes électorales qui se reconnaissent <dans les valeurs de la 4auc)e et de la $épu!lique >'X @e "st#me 1onétaire  $éserves otales 71($; ou réforme dite du < 00? 1one" > [dOapr#s letitre de lOouvra4e écrit en -+R par lOéconomiste américain C' %is)er ] a pour principal avanta4e que lamonnaie devienne un !ien pu!lic, ce qui nOa jamais été le cas' Cl s’a4it de transférer le service des dettes dela sp)#re privée au secteur pu!lic' 8oteD que par la

loi n"#$-# du $ %anvier 1&#$

 sur la anque de %rance,a!ro4ée par lO(rticle 2+ du raité de @is!onne [voir la étition:

 !our que l'argent serve ...

b], la planc)e !illet, en ce qui concerne les !esoins de lOÉtat, a été privatisée' @e service de la dette de lOÉtat était de*N,R milliards dOeuro en 20+' Et si vous cumuleD les intér/ts annuel que pa"ent, lOÉtat, les entreprises etles particuliers, vous arriveD  2-,2 milliards dOeuro par an soit *R,*? des recettes fiscales nettes du !ud4et de lOÉtat ou -2,M? des recettes de la Q( en 20*'

4a dette n5est 1u5une colossale escro1uerieau énéfice de l5oli*arc)ie financi6re planétaire7

X @Oassociation

Fraternité Citoyenne

 envoie une lettre )e!domadaire le E, une revue de presse7articles et vidéos; non conforme et politiquement incorrecte sur la politique franHaise, européenne,internationale et divers autres sujets' @ettres dOinfo de %: fraternitecito"enne'!lo4*ever'comKarticles7toutes; 5 our sOa!onner 74ratuitement !ien entendu;, cliqueD: (!onnementX @evons nous ` Cl est temps ` 6usquO la victoire, on ne lc)era rien ` 7pa4e de liens ^ une vidéo de *minutes;

8 Pour 1ue l5ar*ent serve au lieu d+asservir

 Xc)n'4eK11!MEnZ7'+00 si4nataires;

"Les banques, je les ferme, les banquiers, je les enferme."

 9incent "&$:4 en ;<3=

♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥ ♥♥♥

http://fr.scribd.com/doc/269889765/Crise-finale-du-capitalisme-ou-3e-Guerre-Mondiale-Francaises-Francais-reveillez-vous-Primaires-Citoyennes

2732
anonymousvideo.eu se “grille” en affichant son désaccord avec le mouvement du 14 Juillet.

Petit rappel de ce qu’est Anonymous :

Anonymous est un collectif de citoyens du monde, Anonymes et révolutionnaires.

Autrement dit tout le monde peut en faire partie en reprenant la ligne directrice clairement anti-Nouvel Ordre Mondial de ce mouvement de rébellion et de ré-information.

Le site anonymousvideo.eu a écrit un article pour dénoncer le mouvement citoyen / résistant du 14 Juillet 2015 en diffamant les sites qui appuient ce mouvement : le Cercle des volontaires, quenel+, stopmensonges.com, meta tv, les moutons enragés, ou encore poil à gratter,…. voir  :  http://www.anonymousvideo.eu/anonymous-denonce-le-mouvement-du-14-juillet.html

Un voile vient de se lever grâce a cet article qui reprend les éternels insultes du pouvoir criminel : “Nous sommes des Antisémites” et des “conspirationnistes”. Ceci est le masque qui tombe. Contrairement a Stopmensonges.com, anonymousvideo.eu n’a rien d’Anonymous. Pire que cela, ils l’ont trahi.

Petit rappel des valeurs d’Anonymous en vidéo :



Message des vrais Anonymous aux vendus au pouvoir : Nous sommes des révolutionnaires.

Namasté

Laurent



http://stopmensonges.com/anonymousvideo-eu-se-grille-en-affichant-son-desaccord-avec-le-mouvement-du-14-juillet/

2733
Prise d'otages à Villeneuve-la-Garenne: Le Raid évacue 18 personnes du centre commercial

Des malfaiteurs armés ont attaqué lundi matin un magasin Primark de Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) situé à l’intérieur du centre commercial Qwartz. Dix-huit personnes qui se trouvaient dans ce magasin à la suite d’une tentative de braquage ont été évacuées par les policiers du Raid, a appris l’AFP de sources policières.

« Dix-huit personnes ont été évacuées vers 10H30, l’une d’entre elles a eu un malaise mais il n’y a pas de blessés », a affirmé une source policière, ajoutant « que les recherches se poursuivaient pour localiser les trois malfaiteurs ».

Recherche des malfaiteurs

« Vers 06H30, trois malfaiteurs armés ont pénétré dans le magasin Primark pour ce que l’on pense être au départ une tentative de vol à main armée », a expliqué une source policière, «mais on ne sait pas s'ils sont toujours sur place».

​«Il semblerait que parmi les trois suspects, un employé ait été reconnu», a ajouté une source proche de l'enquête.

Confusion

Vers 07H00, une employée du magasin Primark «a envoyé un texto à son copain pour lui dire qu'ils étaient pris en otages par deux hommes armés», a expliqué une autre source policière. «Effrayés, 18 employés se sont retranchés dans une cantine du centre commercial qui se trouvait à proximité», a ajouté cette source.

On ne sait pas à ce stade s'ils ont été retenus en otages par les braqueurs ou s'ils ont réussi à se mettre à l'abri dans cette partie du centre commercial Qwartz.

En fin de matinée, le Raid continuait ses recherches pour localiser les trois malfaiteurs, «qui ont été filmés entrant dans le centre commercial sans en ressortir selon les caméras de vidéosurveillance».

Tentative d'interposition

Une employée de Primark s’est confiée à 20 Minutes et a expliqué avoir vu trois hommes mettre des cagoules dans le magasin peu après 6h. Plusieurs employés qui se répartissaient entre les différents départements du magasin ont commencé à crier. Un homme de la sécurité a tenté de s’interposer avec sa matraque mais il a fui après que les braqueurs sortent un fusil à pompe. Une petite dizaine d’employés, dont le témoin, a pu fuir dans la confusion.

La circulation a été coupée dans le quartier autour du centre commercial dans cette ville en banlieue nord de Paris, et les grilles des magasins ont été baissées.  «Tout le centre commercial a été évacué vers 07H45», a confié à l'AFP Sabah, une employée du magasin Carrefour du centre commercial. Selon notre journaliste sur place, les bus ne marquaient pas l’arrêt au centre commercial en début de matinée.

2734
Video divers / Hollande Le ridicule
« le: 13 juillet 2015 à 12:58:03 »
Hollande Le ridicule


2735
« Des milliers de Grecs se sont suicidés plutôt que de subir la crise »

(D’Athènes) La Grèce est en crise psychologique, un mal moins quantifiable que l’austérité mais qui mine et bouleverse profondément le quotidien de la population.
Rencontre avec Katerina Valavanidi, 36 ans, psychologue-psychothérapeute à Athènes.



Rue 89 : Les difficultés économiques de la Grèce depuis 6 ans ont-elles provoqué une hausse des maladies mentales ?

Katerina Valavanidi : La crise a eu un double effet : d’une part à cause du stress qu’elle provoque, elle a aggravé le cas des personnes déjà fragilisées psychologiquement, les bipolaires ou les schizophrènes par exemple, mais elle a aussi fait naître des pathologies chez les autres. Le nombre de patients a augmenté de manière considérable, alors que paradoxalement beaucoup de départements destinés à soigner les maladies mentales ont fermé dans les hôpitaux publics, faute de moyens. Et comme les consultations privées coûtent bien souvent trop cher, certains patients ne trouvent malheureusement secours que dans le suicide. La Grèce avait l’un des taux de suicide les plus bas d’Europe avant 2009, il a grimpé en flèche depuis, des milliers de Grecs ont préféré se donner la mort plutôt que de subir cette crise.

Quelles situations rencontrez-vous au quotidien ?

La crise a complètement destructuré la famille grecque. Beaucoup de gens viennent me voir pour des problèmes de couple. L’homme a perdu son travail, se sent inutile et a l’impression de ne plus assumer son rôle de chef qui subvient aux besoins des siens. Dans une société méditerranéenne comme la nôtre, teintée d’un certain « machisme », cette impuissance est vécue comme une castration. Les divorces et les séparations se multiplient.

On retrouve ce phénomène chez les jeunes générations également, encore plus touchées par le chômage. Bon nombre de couples de gens de 25 ou 30 ans voient leurs relations s’arrêter à cause de la crise : sans emploi, ils ne peuvent emménager ensemble, et doivent retourner vivre chez leurs parents. Un retour perçu comme une régression humiliante, très difficile à gérer à la fois pour eux mais aussi pour leurs parents.

Car en Grèce plus qu’ailleurs, il existe une véritable symbiose filiale. La mère grecque est un cliché vivant, elle est prête à tout donner pour son enfant. Le problème c’est que les caisses sont vides et il n’est pas rare de voir une famille entière vivre grâce à un seul salaire. Là encore, l’incapacité pour la mère ou le père de jouer son rôle de parent ultra protecteur « à la grecque » entraîne de profonds malaises et brise un schéma culturel ancestral.

Dans quel état mental se trouve la société grecque dans son ensemble ?

Pour parler de la crise, les économistes emploient régulièrement le terme de « dépression ». C’est une notion que l’on peut reprendre au niveau psychologique : les Grecs sont profondément déprimés. Et cet état s’explique par l’histoire récente de la Grèce. Il n’y a pas si longtemps, le pays était pauvre et son développement était encore très parcellaire. L’euro est arrivé en 2001 et a marqué le début d’une période glorieuse. L’argent des banques coulait à flot, tout le monde empruntait facilement pour acheter des maisons, des voitures. Si le peuple grec avait été un enfant, on pourrait parler « d’enfant-roi », à qui on ne fixe aucune limite, qui obtient tout ce qu’il veut. Il a un sentiment de toute-puissance, malsain pour l’équilibre mental.

Mais le pire c’est que ce sentiment a été brutalement détruit par l’apparition de la crise. On a fixé du jour au lendemain des règles extrêmement strictes à « l’enfant-roi », qui est passé du statut d’être choyé à celui d’être abandonné. Sa mère ne le couve plus, ce qui suscite colère et angoisse. Il se sent démuni et culpabilise, puis tombe dans la dépression. C’est ce qui est arrivé au peuple grec avec sa « mère », l’Etat.

Au moment de l’élection d’Alexis Tsipras en janvier dernier, on a beaucoup entendu parler d’un profond espoir de changement et de la « dignité retrouvée des Grecs ». Cette élection a-t-elle permis de lutter contre cette dépression collective ?

Pour poursuivre la comparaison, Alexis Tsipras a pu représenter l’image du père, du héros. Pour tous les enfants, le papa est un sauveur, il incarne l’autorité certes, mais également la justice. Le souci, c’est que ce papa a ouvertement montré son impuissance à son fils. Ces cinq derniers mois de négociations stériles, qui ont retardé le changement tant attendu, ont mis à terre l’image du sauveur et ont aggravé l’état de dépression diffus dans la conscience collective. Face à l’incapacité de faire changer les choses, le sentiment de vulnérabilité s’est accru. Les Grecs n’ont plus ni mère ni père, ils sont orphelins. « Deuil et mélancolie » comme dirait Freud, cela résume bien la situation mentale de la population.

Pourtant, à en juger par l’attitude passionnée des Grecs pendant la campagne du référendum, il semble rester de l’énergie dans le pays ?

Les Grecs gardent des séquelles de la guerre civile. Ce qui implique à la fois une forte polarisation droite-gauche, et surtout cette capacité à monter au front très rapidement et énergiquement pour défendre son camp. On a retrouvé ce tempérament au moment du référendum, il est dans l’ADN de la société hellène.

Mais la volte-face opérée à la suite du vote a anéanti la dynamique. En pleine reconstruction mentale, une telle déception s’apparente à de la torture psychologique. Encore une fois, cela va créer un sentiment d’inadéquation au monde environnant, les Grecs vont se dire : « on veut changer changer les choses, on essaye de le faire, et ça ne fonctionne pas ».

Pour tout être normal et équilibré, il y a fort à parier que ces désillusions ne peuvent que mener à la dépression. Et cette dépression se double de pathologies comme la paranoïa par exemple. Des gens se mettent à croire à des théories conspirationnistes, pensent que les autorités aspergent les villes de sédatifs pour endormir le peuple... Une déraison que les clichés véhiculés à l’international sur les Grecs viennent exacerber : certains patients se sentent littéralement pris au piège d’étiquettes fausses -« paresseux », « voleurs » - qui les marginalisent, leur font perdre une grande part de confiance en eux et nourrissent des discours complotistes.

Comment soigner la société grecque ?

La crise est loin d’être terminée malheureusement, et les Grecs ne retrouveront pas de sitôt l’hédonisme qui les caractérisait, cette faculté à se réjouir des petits bonheurs du quotidien, un bon verre de vin ou un bon plat... Malgré tout, ils tentent de se soigner par eux-mêmes, en étant solidaires et en s’entraidant. C’est le meilleur anti-dépresseur et le seul qu’il reste vraiment : en aidant les plus démunis, on retrouve le contrôle de soi-même, une utilité, et on redonne du sens à son existence. La société finit toujours par s’adapter aux pires difficultés et développer une créativité salvatrice. Même avec des larmes dans les yeux, les Grecs gardent une chanson au fond de leur cœur. L’espoir ne disparaît jamais...

http://rue89.nouvelobs.com/2015/07/11/milliers-grecs-sont-suicides-plutot-subir-crise-260236

2736
Les spectateurs ont frôlé le pire au «Ski Race» à Seneffe

Depuis 2008, le CNTM avait abandonné l’organisation d’une manche du championnat de Belgique de ski nautique, à Seneffe, où le record d’Europe de vitesse avait été battu et fixé à 173 km/h.
En 2015, le « Jeep Ski Race » faisait donc son retour sur le Canal du Centre.
Et le spectacle était au rendez-vous, notamment lors d’un incident qui a donné des sueurs froides aux spectateurs venus en nombre.



Vers 14h, Raphaël Collet, président du CNTM, est tout simplement monté sur la berge, en face d’où se trouvait une grande partie du public, après un souci mécanique. « Le trim du moteur a lâché, ce dernier est donc remonté et je n’avais plus de direction, donc je suis parti sur la gauche. À 100 km/h, je suis monté sur la berge », explique-t-il.

Heureusement, on ne déplorait que des blessures très légères. Plus de peur que de mal, donc, même s’il y avait également des spectateurs de ce côté de la berge.

Retrouvez le reportage complet de cet événement dans votre journal de ce lundi.

http://www.lanouvellegazette.be/1330983/article/2015-07-12/les-spectateurs-ont-frole-le-pire-au-ski-race-a-seneffe

2737
Cinq raisons pour lesquelles Jésus n’aurait jamais existé


Le personnage historique de Jésus est-il un mythe construit de toute pièce?

La plupart des historiens universitaires spécialistes de l’antiquité pensent que le Nouveau Testament (les évangiles) sont «de l’histoire transformée en mythologie religieuse». En d’autres mots, ils estiment qu’autour du début du premier siècle un rabbin controversé nommé Yeshua ben Yosef a gagné un certain nombre d’adeptes et que sa vie et ses enseignements ont fourni les éléments de départ de ce qui est devenu le Christianisme.

Dans le même temps, ces universitaires reconnaissent que de nombreuses histoires bibliques, une vierge qui donne naissance à un enfant, les miracles, la résurrection... sont une reprise de thèmes mythiques courants au Moyen-Orient à la même époque.

Depuis plus de 200 ans, un grand nombre de théologiens et d’historiens a cherché dans les textes anciens inclus dans la bible ou pas, à découvrir l’homme Jésus à travers le mythe. L’hypothèse selon laquelle Jésus n’aurait jamais existé et serait un mythe construit pour donner un socle à une religion naissante est très minoritaire encore aujourd'hui. C’est sans doute lié au fait que pendant des siècles tous les chercheurs sérieux sur les origines du christianisme étaient eux-mêmes chrétiens.

Mais un nombre croissante d’universitaires s’interroge maintenant ouvertement sur la réalité historique de Jésus. Et ils avancent plusieurs arguments pour douter de la réalité de l'existence du personnage. Voilà cinq de leurs arguments.

-1- Aucune preuve matérielle du premier siècle confirme l’existence de Yeshua ben Yosef. Selon les termes de Bart Ehrman, Professeur de l’Université de Caroline du nord: «Qu’est-ce que disent les auteurs païens de l’époque de Jésus sur lui? Rien. Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’existe pas la moindre mention de Jésus par ces contemporains païens. Il n’y a pas de trace de naissance, de transcription de procès, de certificat de décès. Il n’y a pas la moindre expression d’intérêt, pas de calomnies, pas de références passées, rien. Même dans tout le premier siècle, il n’y a quasiment pas de référence à Jésus par une source non juive ou non chrétienne».

-2- Plus frappant encore, les premiers auteurs du Nouveau Testament semblent ignorer la plupart des détails de la vie de Jésus. Paul semble ne pas avoir été informé de sa naissance d’une mère vierge. Aucun mage, aucune étoile à l’est, aucun miracle. Paul ne fait pas référence à l’autorité de Jésus même pour prouver ce qu’il avance. Il ne présente jamais les 12 apôtres comme des disciples et en fait ne dit jamais que Jésus a des disciples, que Jésus fait des miracles et que Jésus donne des enseignements. Pierre et Jean qui sont sensés être des personnages importants des débuts du christianisme sont considérés comme insignifiants par Paul qui s’oppose à eux et ne les considère pas comme de vrais Chrétiens!

-3- Même les évangiles ne se revendiquent pas comme des récits de première main. Nous savons maintenant que les quatre évangiles qui se sont vus donnés les noms des apôtres Mathieu, Marc, Luc et Jean n’ont pas été écrits pas eux. La désignation des noms donnés à ces évangiles s’est faite aux deuxième siècle, environ 100 ans après les débuts supposés du Christianisme.

-4- Les évangiles, les seuls récits «historiques» de la vie de Jésus, se contredisent à de très nombreuses reprises. 

-5- Les chercheurs modernes, ils sont nombreux depuis plusieurs décennies, qui affirment avoir finalement découvert des traces du «vrai» Jésus décrivent en fait des personnes très différentes. On trouve pêle-mêle un philosophe cynique, un religieux juif orthodoxe charismatique, un Pharisien libéral, un rabbin conservateur, un zélote révolutionnaire, un pacifiste non violent. Une liste complète se trouve ici.

Pour David Fitzgerald, ces cinq arguments mènent à la même conclusion: «la figure du Jésus est une construction du Christianisme et pas sa cause. Paul et la première génération de Chrétiens ont utilisé la version grecque Septuagint enrichie de la bible hébraïque pour créer une nouvelle foi en y ajoutant des rituels païens, des termes gnostiques un Dieu sauveur capable de rivaliser avec ceux des Egyptiens, des Perses, des Grecs et des Romains. Nous ne saurons peut-être jamais ce qui a été le déclencheur de la propagation du christianisme».


http://www.slate.fr/story/104227/cinq-raisons-jesus-jamais-existe

2738
Danemark : 2 mois de prison pour les 3 sauvages musulmans ayant défiguré une jeune femme à Noël



BREIZATAO – ETREBROADEL (11/07/2015) L’immigration en provenance du Tiers-Monde musulman a encore démontré tous les bienfaits qu’elle génère au Danemark.

Lors du réveillon de Noël 2014, Nanna Skovmand, 23 ans, et son petit ami avaient été agressés à coup de chaîne de vélo. Les agresseurs musulmans, dont un d’origine marocaine, étaient âgés de 16, 17 et 19 ans.

Le jugement qui vient d’être donné, a prononcé des peines n’excédant pas deux mois de prison. Les coupables sont donc déjà libres.

Pendant l’audience, les intéressés manifestaient tantôt leur indifférence, tantôt leur amusement, n’hésitant pas à rire avec des allogènes afro-musulmans présents dans la salle rapporte la presse danoise

http://breizatao.com/2015/07/11/danemark-2-mois-de-prison-pour-les-3-sauvages-musulmans-ayant-defigurent-une-jeune-femme-a-noel/

2739
info - média belgique / Un radar à la demande dans votre rue
« le: 12 juillet 2015 à 18:41:34 »
Un radar à la demande dans votre rue

La zone de police Uccle-Watermael-Boitsfort-Auderghem déplace sa voiture flasheuse sur courrier des riverains. 
Marre de voir votre rue devenir un couloir de Formule 1 ? La zone de police Marlow (Uccle-Watermael-Boitsfort-Auderghem) propose une solution : un radar à la demande. Depuis plusieurs semaines, et seulement à Uccle, le site Internet de la zone propose aux riverains de leur écrire pour demander des contrôles.

Jusqu’à présent, les riverains pouvaient s’adresser au bourgmestre qui répercutait l’information aux policiers. Mais la démarche pouvait prendre des mois. La zone Marlow propose un service nettement plus rapide : quelques jours après envoi d’un mail ou d’un courrier, la police intervient à l’aide d’une voiture banalisée et équipée d’un radar et d’un flash. Pour l’instant, quatre contrôles ont été réalisés à Uccle. Et les résultats sont assez étonnants.

Ainsi, les 16 et 17 juin et à la demande d’un riverain, un radar mobile a été posté sur la chaussée de Waterloo entre l’avenue d’Hougoumont et la drève Pittoresque. Le bilan est assez effarant : sur 3.625 véhicules contrôlés, 1.419 avaient dépassé la limite autorisée, soit 40 % ! La vitesse maximale enregistrée était de 128 km/h, au lieu de 50 km/h. Des centaines de PV ont donc été envoyés. Les dépassements de vitesse les plus spectaculaires ont mené les conducteurs trop pressés devant le tribunal de police.

Le contre-exemple a été réalisé : début avril, la rue van Zuylen a vu le contrôle de 289 véhicules dans une zone limitée à 30 km/h, seuls 5 PV ont été envoyés, signe d’un secteur finalement peu propice à la vitesse.

Une fois le contrôle réalisé, les résultats sont publiés sur le site Internet de la zone. Et peuvent constituer un outil pour les riverains qui veulent faire pression sur la commune afin de faire réaliser des travaux de voirie dans le but de mieux limiter la vitesse.

 "On ne cherche pas à faire du chiffre mais plutôt à proposer un service personnalisé aux citoyens. Tout est transparent",  précise Laurent Masset, porte-parole de la zone de police Marlow.  "On essaye de faire deux ou trois contrôles à la demande à différentes heures dans la même rue. Le but est de réaliser un diagnostic précis de la rue et de pouvoir s’appuyer à terme sur les résultats"  , indique-t-il, précisant que la zone envisage de lancer, sur le même mode, les patrouilles à la demande des riverains.

La zone est la seule à proposer ce genre de service à Bruxelles.






Les Flamands davantage demandeurs de radars que les Wallons


En avril 2014, l’IBSR et la police avaient fait appel à la population pour savoir où positionner les contrôles de vitesse. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’opération  Marathon de la vitesse   a remporté un succès fracassant, 48.500 emplacements pour des radars avaient été demandés par des internautes belges.   "Le but est de marquer le coup et d’impliquer le citoyen dans la lutte contre l’insécurité routière et la vitesse excessive"  , rappelait alors Benoit Godart, porte-parole de l’IBSR.

L’IBSR a voulu tirer les enseignements de cette campagne. Pour cela, l’institut a   "effectué une enquête auprès d’un échantillon représentatif de la population belge"  , explique-t-il. En voici les principaux enseignements.

Tout d’abord, il est assez clair que le succès de l’opération ne fut pas équivalent partout en Belgique. En effet, nos compatriotes du Nord se sont montrés plus enclins à la pose d’un flash que les Wallons ou les Bruxellois. En Flandre, le site a enregistré 53 demandes de radar par 10.000 habitants contre 36 en Wallonie et 16 dans la capitale.

Une autre caractéristique notable, c’est que dans 50 % des cas, le radar demandé se situait dans un rayon de 3 km autour du domicile de la personne. Dans 80 % des demandes, le radar était placé dans un rayon de moins de 5 km et dans 90 %, moins de 8,5 km aux alentours du domicile.   "En d’autres termes, les gens étaient surtout demandeurs de radars dans leur propre quartier"  , analyse Benoit Godart.

Parmi les motivations des demandeurs, trois revenaient très fréquemment :   "La vitesse exagérée"   était la première raison, suivie de   "la présence d’une école"   et   "la présence d’usagers faibles". 

Finalement, l’initiative a semblé plaire à une majorité de la population. Environ la moitié des personnes interrogées (49 %) avaient jugé favorablement l’initiative. En outre, 58 % des gens avaient même déclaré que l’initiative pouvait être répétée.






Les demandeurs parfois… en infraction



Dans la zone de police d’Ath comme celle de Tournai, ou d’autres encore de Wallonie picarde, les agents peuvent organiser des contrôles de vitesse dans certaines rues quand ses habitants se plaignent de la vitesse des véhicules.

 "Nous plaçons alors un analyseur de trafic durant une semaine dans la rue, 24h sur 24. Cet analyseur nous permet d’objectiver les choses. De voir s’il est vraiment question d’un problème de vitesse excessive"  , explique Philippe Hooreman, commissaire divisionnaire de la zone de police du Tournaisis (Tournai, Antoing, Brunehaut, Rumes).   "Ensuite, s’il y a réellement un problème de vitesse des véhicules, nous plaçons un radar préventif. Puis, si besoin, nous passons au radar répressif. Et parfois, les premiers à monter au créneau sont également les premiers à rouler trop vite dans leur propre quartier." 






Une présence souvent justifiée



S’adresser à son bourgmestre ou au responsable de sa zone de police quand on habite dans les régions d’Arlon et d’Aubange pour se plaindre d’une circulation trop rapide dans sa rue est souvent bénéfique.

Responsable radar à la zone de police d’Arlon, Gérard Mullenders installe notamment son radar mobile là où on lui en fait la demande. Avec des résultats souvent probants.   "La traversée de Fouches est un tronçon très fréquenté par de nombreux camions notamment. Un riverain nous l’avait signalé. À juste titre. Il n’est pas rare d’y retirer plusieurs permis sur une matinée. Avec la présence du radar, les automobilistes commencent à comprendre. Ils ralentissent. Ce genre de démarche entre également en compte pour l’installation d’un radar répressif fixe." 

À Messancy, l’avenue de Longwy, très fréquentée par les travailleurs frontaliers, fait elle aussi l’objet de contrôles sollicités par les riverains.   "On y installe dans un premier temps un radar préventif puis on passe au répressif si nécessaire. Mais à d’autres endroits, l’impression d’une vitesse excessive ressentie par les riverains ne se confirme pas lors des contrôles",   précise le commissaire-divisionnaire Marc Arend de la zone de police Sud-Luxembourg.






D'abord un radar préventif



Dans la zone de police de Seraing-Neupré, comme dans d’autres zones de l’arrondissement liégeois, les avis de riverains sont souvent pris en compte.   "C’est vrai  , explique Yves Hendrix, le commissaire en chef de la zone.   Nous sommes attentifs aux remarques des habitants, lors des rencontres de quartiers. Dans le cas de demandes récurrentes, nous plaçons alors un radar préventif. Si cela ne suffit pas, nous installons un radar répressif, mais qui ne fait que du contrôle. Nous constatons alors souvent que ce sont les habitants du quartier eux-mêmes qui sont en défaut… Et si cette présence du radar répressif n’est pas encore suffisante, ledit radar passe du mode contrôle au mode répression. Là, souvent, cela suffit." 

Mais le plus souvent, les radars de la zone sont placés au départ d’une analyse objective qui prend en compte, entre autres, les accidents de circulation et l’impossibilité de procéder à des travaux pour diminuer la vitesse.

http://www.dhnet.be/actu/societe/un-radar-a-la-demande-dans-votre-rue-559abff73570e4598cc89de8#b43e2

video :



2740
Info php -web .... / Hadopi : de pire en pire ?
« le: 12 juillet 2015 à 18:38:25 »
Hadopi : de pire en pire ?

Quarante-neuf décisions de justice : c’est le résultat de près de six ans d’exercice de la Hadopi, qui vise à lutter contre les téléchargements illicites.
En décrépitude, ce dispositif tourne presque à vide, alors que les pirates redoublent de vigueur et de créativité pour contourner les interdictions.
De cet échec accablant, le Sénat tire des leçons, mais ne veut pas se débarrasser de la Haute Autorité. Il préconise la création d’une amende d’une "centaine d’euros" remise aux pirates non plus par un juge, mais par l’administration.













Avec son rapport d’information sur la loi Hadopi, le Sénat fait preuve d’un certain sens de l’autocritique. Ce jeudi, les co-rapporteurs du texte Loïc Hervé (UDI) et Corinne Bouchoux (EELV) en ont dressé un bilan calamiteux. Ils décrivent sans faux-fuyants une « Hadopi dépassée », « mal née », déplorent « une gouvernance nuisible », des « errements » et « beaucoup de bruit pour rien ». Cependant, en dépit de ses échecs et fragilités structurelles, il n’est pas question pour les sénateurs de l'enterrer.

Depuis sa genèse, la Hadopi se coltine une sale réputation. Née le 8 juin 2010, après avoir tournoyé dans les tuyaux parlementaires, elle est tout de suite chahutée. Les journalistes l’étrillent, en voyant leurs droits d’auteur revus à la baisse. Les ayant droits, premiers bénéficiaires, la jugent inefficiente. Les politiques la tancent pour son manque d’ambition et sa lourdeur administrative. Quant aux internautes, qui ne vivent pas le Web comme un univers régulé, leur levée de bouclier entérine à jamais son impopularité…

Module phare du dispositif, la « réponse graduée » de la Hadopi a une visée «  pédagogique » et « dissuasive » face aux pirates. Elle ne dévoile sa punition qu’au bout de deux mails d’avertissement envoyés aux adresses IP incriminées : seuls les récidivistes comparaissent devant un juge. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : le rapport note que pour 4,6 millions de mails expédiés en premier avertissement, il n'y a eu derrière que 458 000 mails de relance et, en bout de chaîne, 49 décisions de justice...

Une Haute Autorité à la traîne

Certains y verront la réussite éclatante d'Hadopi. Cela révèle plus certainement la lourdeur de ce dispositif. « Douze millions d'euros et soixante agents, c'est cher pour envoyer un million de mails », taclait déjà en 2012 la ministre de la Cultre Aurélie Filippetti. Le premier « scalp » de la Hadopi concernait un internaute condamné pour avoir téléchargé… 2 chansons de Rihanna.

La Hadopi s’avoue dépassée par l’effervescence du piratage, qui ne diminue qu’à peine, ou n’apparaît juste pas sur ses écrans-radar. La sociologie de la piraterie montre qu’il y aurait en France 13 millions de ces flibustiers qui téléchargent régulièrement, « dont 5 millions d’adeptes du peer-to-peer ».

A cause d’un retard congénital sur la vitesse technologique, la Hadopi et ses instruments focalisés sur le peer-to-peer sont à la traîne, et ne s’adaptent pas aux transformations des usages. Elle ne peut guère rivaliser avec les internautes, assez fourbes — ou créatifs, c'est au choix —, qui contournent son « champ de compétence » en employant des moyens de plus en plus compliqués à repérer. Les logiciels d'évitement ont foisonné. Ces pratiques pourrissent le système de fonctionnement sur lequel est basé la Hadopi comme autant de métastases. D’autant que la Haute Autorité s’est avérée incapable de fournir une offre légale publique apte à concurrencer les sources illicites.

Vers une sanction administrative de 140 euros ?

Si la Hadopi a fait fausse route, les sénateurs s’agrippent de tous leurs ongles, et ne veulent pas la jeter au rebut. Ils invoquent pour sa défense l’« asphyxie budgétaire » et le peu de « soutien politique » pour justifier de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Dans sa nature, la Hadopi serait « totem symbolique de la protection des droits », même si elle est inopérante. La consolider pour la sauver du naufrage ? C'est pourtant dans son essence qu'elle paraît déconnectée des pratiques existantes.

La mission sénatoriale transmet douze propositions pour essuyer les plâtres.
Les pistes sont nombreuses.
On y trouve pêle-mêle une obligation de retirer les œuvres piratées, une refonte des statuts des hébergeurs— afin d'exiger d'eux qu'ils filtrent les contenus —, une formation des professeurs à la protection des droits sur Internet…
 La touche phare de ce tableau reste néanmoins la mise en œuvre d’une amende d’une « centaine d’euros » pour les pirates récalcitrants, remise non plus par un juge, mais par l’administration, afin de contourner l'engorgement de la justice.
La sanction frappe directement au portefeuille l’internaute qui surfe sur les réseaux peer-to-peer, plutôt que d’agir sur les fournisseurs.
Le temps que ces processus soient mis en œuvre, les internautes auront trouvé de nouvelles parades...

http://www.marianne.net/hadopi-pire-pire-100235411.html



2741
Europe / Grèce: la menace d'un Grexit s'éloigne-t-elle ?
« le: 12 juillet 2015 à 18:29:19 »
Grèce: la menace d'un Grexit s'éloigne-t-elle ?

Donald Tusk a annoncé l'annulation du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement européens consacré à la Grèce prévu dimanche. La réunion de la zone euro va quant à elle reprendre à 16h00 et se prolongera jusqu'à ce qu'une décision soit prise, a ajouté le ‎le Président du Conseil européen.

Les ministres des Finances de la zone euro se retrouvent quant à eux à nouveau ce dimanche à Bruxelles, après avoir été incapables la veille de trouver un début d'accord sur un plan de sauvetage de la Grèce, et avant un sommet crucial pour le maintien du pays dans la monnaie unique.

"Fin de la session de l'Eurogroupe. A continuer demain", a indiqué samedi soir le ministre finlandais Alexander Stubb dans un tweet laconique, après neuf heures de discussions "toujours très difficiles", selon le patron de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem.

Les ministres des Finances se retrouvent pour tenter de transmettre quelque chose de constructif aux sommets des dirigeants des 19 pays de la zone euro puis des 28 Etats membres de l'UE qui se tiennent dans la foulée. Cette échéance est régulièrement présentée comme la dernière limite pour sauver la Grèce de l'effondrement financier.

Dans un climat de défiance envers Athènes, et avec certains pays évoquant ouvertement un Grexit, les ministres ont échoué samedi à accoucher d'un texte. "Le climat n'est pas facile pour les Grecs", a observé une source européenne.

"Je garde toujours l'espoir", a commenté à la sortie de la réunion le commissaire européen aux Affaires économiques, le Français Pierre Moscovici.


Il y a plusieurs pays qui bloquent

"Il y a plusieurs pays qui bloquent" et ne veulent pas d'un troisième plan d'aide, a résumé une source européenne, alors qu'Allemagne et Finlande, deux faucons vis-à-vis d'Athènes, semblent près de dire ouvertement qu'ils ne veulent plus de la Grèce dans la zone euro.

Des sources gouvernementales grecques ont également estimé auprès de l'agence de presse ANA que "certains pays, pour des raisons qui n'ont rien à voir avec les réformes et le programme, ne veulent pas d'un accord".

Une proposition allemande d'une sortie temporaire de 5 ans de la zone euro a été rendue publique, même si elle n'a pas été formellement débattue samedi selon des diplomates.

Le texte est cinglant pour Athènes: "Si la Grèce ne peut garantir une mise en oeuvre crédible de mesures et une dette soutenable, il faudrait lui offrir de rapides négociations pour une période hors de la zone euro, avec une possible restructuration de sa dette, si nécessaire (...) pendant cinq ans", indique ce document.

De son côté, le Finlandais Alexander Stubb a été sommé samedi par le Parlement de son pays de négocier une sortie de la Grèce de la zone euro, selon la télévision publique Yle.

Mais ces deux pays ne sont pas les seuls écueils à un éventuel accord, tellement la défiance vis-à-vis d'Athènes semble grande.

"Largement plus de la moitié des pays membres pensent que les propositions grecques (pour obtenir un troisième plan d'aide) ne vont pas assez loin", a déclaré une source diplomatique. "C'est difficile pour beaucoup de ministres d'aller devant leur Parlement et d'obtenir un mandat pour un programme d'aide avec des mesures quasi semblables à celles de fin juin, mais pour une somme bien plus considérable", a expliqué à l'AFP une source européenne proche des discussions.

"L'inertie joue pour le Grexit"

Ces blocages rendent chaque fois plus plausible une sortie désordonnée de la monnaie unique de la Grèce, au bord de l'effondrement financier, dont l'économie sombre peu à peu, et dont les banques sont fermées depuis fin juin. Le ministre grec de l'Economie Giorgos Stathakis a averti samedi soir que le contrôle des capitaux en Grèce mettrait "quelques mois" à disparaître, même après un éventuel accord avec les créanciers.

"L'inertie joue pour le Grexit", a mis en garde un diplomate européen favorable à un accord avec Athènes.

Selon les calculs des créanciers, si le troisième plan d'aide demandé par Athènes voit le jour, la Grèce pourrait recevoir entre 74 et 82 milliards d'euros sur trois ans, dont 16 milliards déjà prévus dans un programme du FMI devant expirer en mars 2016.

L'Eurogroupe pourrait aussi étudier une solution transitoire, "un pont" financier qui permettrait à la Grèce de rembourser le 20 juillet la Banque centrale européenne (BCE). Il mobiliserait notamment quelque 3,3 milliards d'euros promis dans le passé à la Grèce et détenus par les banques centrales de la zone euro.

Mais cette aide ne pourrait se concrétiser qu'au prix de réformes difficiles et impopulaires. Ce sont peu ou prou ces mesures qui ont été rejetées par les électeurs grecs lors du référendum du 5 juillet.

Au cours de la semaine écoulée, certains acteurs de cette crise, dont la France, avaient salué les propositions grecques, mais samedi, ce sont les contempteurs d'Athènes qui ont donné de la voix.

Un gros problème de confiance

"Il y a un gros problème de confiance" envers Athènes, a estimé M. Dijsselbloem à son arrivée à la réunion. "Est-ce qu'on peut faire confiance au gouvernement grec pour qu'il fasse ce qu'ils promettent dans les prochaines semaines, (les prochains) mois ou (les prochaines) années ?", s'est-il interrogé.

Leader du camp des durs, le ministre allemand Wolfgang Schäuble avait prévenu: "Nous ne pouvons pas avoir confiance dans des promesses".

Pendant les négociations, les ministres ont tenté d'obtenir chaque fois plus de garanties que la Grèce applique effectivement ses réformes, mais le bon vouloir d'Athènes n'a pas permis de conclure.

http://www.rtbf.be/info/dossier/la-grece-en-pleine-tempete-financiere/detail_grece-negociations-suspendues-la-menace-d-un-grexit-se-renforce?id=9030250

2742
nature-ecologie / Une "mini-période glaciaire" d'ici quinze ans?
« le: 12 juillet 2015 à 18:27:34 »
Une "mini-période glaciaire" d'ici quinze ans?



La Terre pourrait être confrontée à une mini-période glaciaire à partir de 2030 en raison de changements dans les cycles d'activité du soleil, estiment des scientifiques dans une étude publiée par la Royal Astronomical Society et relayée par plusieurs médias britanniques.


D'après ces scientifiques, l'activité solaire diminuera de 60% entre 2030 et 2040, entraînant une "mini-période glaciaire" similaire à celle qui avait touché la planète entre 1645 et 1715. Lors de cette période, appelée le petit âge glaciaire, les hivers étaient particulièrement rigoureux et les étés très courts en Europe et en Amérique du Nord.

Le nouveau modèle scientifique est calculé d'après l'effet dynamo de deux couches de matière composant le soleil. "Nous avons trouvé que deux vagues magnétiques ont pour origine deux différentes couches de matière à l'intérieur du soleil. Elles ont toutes deux une fréquence d'environ onze années, même si elles sont légèrement différentes et sont parfois décalées. Au cours du cycle, les vagues fluctuent entre les hémisphères nord et sud du soleil. En combinant les effets des vagues et en les comparant avec les données réelles du cycle actuel du soleil, nos prévisions montrent une exactitude de 97%", affirme le professeur Valentina Zharkova, qui a présenté ses conclusions lors d'un meeting d'astronomie à Llandudno, au

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1506/Sciences/article/detail/2392323/2015/07/12/Une-mini-periode-glaciaire-d-ici-quinze-ans.dhtml

2743
Après le piétonnier, Bruxelles s'attaque au viaduc Reyers: une fête organisée avant sa démolition aujourd'hui

video : http://www.rtl.be/videos/video/542551.aspx

Deux semaines après avoir inauguré le piétonnier sur les boulevards du centre, Bruxelles se prépare à dire adieu aujourd'hui au viaduc Reyers. Au menu de l'après-midi: la possibilité d'observer pour la dernière fois l'ouvrage de près, mais aussi de voir une partie de Bruxelles depuis une nacelle qui emmènera le public à quelques dizaines de mètres de hauteur.

Deux semaines après avoir inauguré le piétonnier sur les boulevards du centre, Bruxelles ouvre dimanche un nouveau chapitre éminemment symbolique de l'histoire de la mobilité en se préparant à dire adieu de manière festive au viaduc Reyers, un des derniers ouvrages du genre sur son territoire. Au menu de l'après-midi: la possibilité d'observer l'ouvrage, mais aussi une partie de Bruxelles depuis une nacelle qui emmènera le public à quelques dizaines de mètres de hauteur, des animations pour enfant, de la musique, la possibilité de se restaurer et de boire un verre, ...


Une première en 31 ans

Le viaduc en lui-même passera, avant la phase de démolition, par une autre, délicate, de désamiantage en neuf étapes successives, qui démarrera le 3 août prochain, à l'issue des congés du bâtiment, après quelques prémices plus discrets, dans les prochains jours.Celle-ci durera une cinquantaine de jours ouvrables. Les marteaux-piqueurs entreront en action pour démolir le tablier du pont à la fin du mois d'octobre ou au début du mois de novembre. Ils devraient en avoir terminé à la fin du mis de mars 2016.Les travaux de démolition des rampes et de renforcement du toit du métro sont programmés de février à fin mai 2016.Le réaménagement routier provisoire sera réalisé progressivement d'octobre prochain au mois de juin 2016.La décision de démolir cet ouvrage d'art avait été prise l'an dernier par le gouvernement bruxellois en raison du coût grandissant de travaux entrepris pour sa rénovation mis en balance avec son utilité jugée faible.Construit en 1969-72, avant les tunnels de raccordement des entrées/sorties de l'autoroute E40 au réseau existant, il a perdu de sa pertinence, aux yeux des autorités régionales et locales, les flux qui entrent et sortent de l'E40 toute proche passant en souterrain.

C'est le premier viaduc à être détruit à Bruxelles depuis le long viaduc Léopold 2 détruit en 1984, mais remplacé quant à lui par un tunnel nécessitant aujourd'hui une rénovation qui engloutira des dizaines, voire quelques centaines de millions d'euros.


http://www.rtl.be/info/regions/bruxelles/apres-le-pietonnier-bruxelles-s-attaque-au-viaduc-reyers-une-fete-organisee-avant-sa-demolition-aujourd-hui-738229.aspx

2744
Un père de famille tabasse et tue un homme de 23 ans qui souhaitait violer sa fille de 11 ans: "Ceux qui font des mauvaises choses le payent un jour…"

Le père d’une fillette de 11 ans, harcelée sur Internet par un homme de 23 ans qui souhaitait la rencontrer, a pris rendez-vous avec ce fameux inconnu pour…
 le tabasser, filmer son calvaire et ensuite le tuer, hors de la caméra.
La vidéo a été dévoilée par les médias brésiliens.

Selon le Daily Mail, l’homme de 23 ans, resté anonyme, a harcelé la fillette de 11 ans pendant plusieurs mois en lui envoyant des photos sur l’application Whatsapp, ou en demandant de rencontrer la jeune fille, dans l’Etat de Goias, au Brésil. L’homme ne savait visiblement pas qu’il parlait en fait avec le père de la fillette !

Quand l’inconnu est arrivé au point de rendez-vous, il a découvert le père de la jeune fille qui l’a frappé à plusieurs reprises, avant de le filmer et de le tuer… « Avertissement à tous ceux qui font des mauvaises choses, ils le payeront un jour », a-t-il ajouté dans la vidéo postée sur Live Leak et reprise par divers médias brésiliens.

Le harceleur a beau supplié le père de la fillette qu’il ne reparlera plus jamais à son enfant, le père retient toujours l’homme, en sang, par le cou. À la fin de la vidéo, on entend le harceleur crier, sans que la vidéo filme cette scène horrible.

Le corps de l’homme a été retrouvé trois jours plus tard dans une forêt.

la video :

2745
Vers un coup d'État à l'occasion du 14 juillet ? relayé par TF1