Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2806
Elle découvre avec un Test ADN que ces Jumelles n’ont pas le même Père !



Il y avait une chance sur 13 000 d’après les scientifiques pour que ça se produise ! Cette femme qui a couchée avec deux hommes différents lors de la même semaine (son mari et sont amant) à réussi le formidable exploit de tomber enceinte deux fois de deux hommes différents et en même temps ! C’est l’histoire incroyable que raconte le New York Post, cette femme qui réclamait une pension alimentaire pour ces jumelles à son mari à dut faire un test ADN, le résultat fut étonnant ! Il était le père d’une seule des deux filles !

Comment c’est possible ce truc ?

Quand la femme a couché avec son mari, il a fécondé un de ces ovules mais, sa période d’ovulation n’était pas terminée lorsqu’elle a couchée avec un deuxième homme quelques jours plus tard et celui-ci a fécondé un autre ovule. Les deux jumelles ont donc été conçues avec quelques jours d’écart mais avec chacune un père différent.

Pour la petite anecdote, son ex-mari qui a eu les résultats ne paiera donc qu’une seule des deux pensions alimentaires … Méchant Papa !
- See more at: http://koparsms.com/elle-decouvre-avec-un-test-adn-que-ces-jumelles-nont-pas-le-meme-pere/#sthash.aiSrIHs9.dpuf

2807
Facebook va partager ses revenus avec les créateurs de contenus



Facebook a lancé une offensive destinée à contrer YouTube dans la pub vidéo sur internet. Le réseau social va mettre en place une nouvelle fonction permettant de partager les revenus avec les créateurs de contenus. "Nous conduisons un nouveau test de vidéos suggérées, qui permet à des gens de découvrir des vidéos similaires à celles qu'ils ont appréciées", a indiqué un porte-parole à l'AFP. Le réseau social va par la suite proposer à une poignée d'éditeurs de vidéos de conserver 55% des revenus liés à l'affichage de publicités. Les annonces seront insérées entre les clips, et les éditeurs seront rémunérés en fonction de la longueur de ces dernières. Facebook n'a en revanche pas communiqué le prix des publicités vidéo. Le son sera activé par défaut pour les publicités, ce qui n'est pas le cas actuellement pour les vidéos. Pour se différencier de YouTube qui propose déjà un modèle de partage de revenus identique, Facebook mise sur l'affichage des publicités, qui n'apparaîtront entre deux vidéos qu'après le visionnage de plusieurs d'entre elles. Jusqu'ici, la fonction "autoplay", qui fait démarrer la vidéo dès qu'elle apparaît dans le fil d'actualité a permis de faire passer de 1 à 4 milliards le nombre de clips vus chaque jour sur Facebook en un an. Le groupe veut aussi cibler les smartphones avec des clips plus courts, pour se différencier également de YouTube. Rappelons que le cabinet eMarketer estime que l'argent consacré par les annonceurs à la publicité sur internet devrait s'élever à 7,7 milliards de dollars cette année aux Etats-Unis, contre 5,81 milliards en 2014. YouTube se taille la part du lion et devrait avoir 25% du marché cette année.

http://www.cbnews.fr/digital/facebook-va-partager-ses-revenus-avec-les-createurs-de-contenus-a1021283

2808
Deux adolescentes britanniques mariées à des membres de l'EI en Syrie




Deux des trois lycéennes britanniques qui avaient rejoint la Syrie en février dernier seraient mariées à des djihadistes du groupe Etat Islamique, selon The Guardian. Pour les familles, cette nouvelle annihile tout espoir de les voir rentrer en Grande Bretagne.

Elles s'étaient enfuies pour faire le djihad. En février dernier, Kadiza Sultana, 16 ans, Shamima Begum et Amira Abase, toutes les deux âgées de 15 ans, avaient pris un vol pour


Istanbul afin de rejoindre ensuite la Syrie.

Selon The Guardian, deux d'entre elles auraient épousé des membres de Daesh. "Elles ont eu l'autorisation d'avertir leurs familles qu'elles étaient mariées. L'une a téléphoné à ses proches, tandis que l'autre les a prévenus grâce aux médias sociaux", explique le quotidien britannique. À la demande des familles, le journal n'a pas divulgué le nom des jeunes filles concernées.

Les espoirs des familles anéantis



Les deux lycéennes auraient choisi leurs maris, âgés d'une vingtaine d'années, parmi un catalogue fourni par le groupe Etat Islamique. Elles vivraient désormais avec leurs époux à Raqqa, dans le nord de la Syrie.

Selon Tasnime Akunjee, l'avocat des familles, cette nouvelle "réduit considérablement l'espoir de les voir revenir". "Cela ancre leur vie en Syrie plutôt qu'en Grande-Bretagne", a-t-il ajouté.

Read more at http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/syrie-deux-adolescentes-britanniques-mariees-a-des-membres-de-l-ei_1696324.html#0klkpc4Vru6oJDD2.99

2809
Ce qui se cache dans cet Entrepôt abandonné est Incroyable













Vous n’allez jamais croire ce qui se cache dans cet entrepôt, surtout si je vous dit qu’il est abandonné, C’est juste un truc de dingue !

- See more at: http://koparsms.com/ce-qui-se-cache-dans-cet-entrepot-abandonne-est-incroyable/#sthash.spD9ce7Z.dpuf

2810
Des experts de l’ONU saluent le référendum grec et appellent à la solidarité internationale


Genève 30 juin 2015- Deux experts des Nations Unies en matière de droits humains ont salué la tenue de référendum en Grèce pour décider démocratiquement de la voie à suivre pour résoudre la crise économique grecque sans détériorer davantage la situation des droits humains.


Les experts indépendants pour la promotion d’un ordre international équitable et démocratique, Alfred de Zayas et pour les droits humains et la solidarité internationale, Virginia Dandan, ont souligné qu’il y a bien plus en jeu que les obligations de remboursement de la dette

 faisant écho à un précédent avertissement au cours du mois de juin de l’expert indépendant de l’ONU sur la dette externe et les droits humains, Juan Pablo Bohoslavsky,

« Toutes les institutions et mécanismes de protection des droits humains devraient saluer le référendum grec en tant qu’expression éloquente de l’auto-détermination du peuple grec conformément aux articles 1 et 25 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. En effet, un ordre international démocratique et équitable requiert la participation de toutes les parties au processus de décision et le respect dudit processus qui peut être atteint au travers de la solidarité internationale et de l’approche des droits humains comme solution à tous les problèmes y compris les crises financières.

Il est décevant que le FMI




 et l’Union européenne refusent d’accepter une solution qui n’implique pas des mesures régressives supplémentaires. Certains dirigeants ont exprimé leur mécontentement à l’annonce de la tenue d’un référendum en Grèce. Pourquoi ? Les référendums sont pourtant la quintessence d’une gouvernance démocratique.

Personne ne peut attendre du Premier ministre grec qu’il renonce aux engagements donné à son peuple qui l’a élu avec un mandat clair de négocier une solution juste qui ne porte pas davantage préjudice à la démocratie grecque et qui entraîne l’accroissement du chômage et de la misère sociale. La capitulation face à un ultimatum qui impose encore davantage d’austérité réduirait à néant la confiance démocratique de l’électorat dans son Premier ministre. Chaque État a le devoir de protéger le bien-être de la population qui se trouve sous sa juridiction. Les acteurs extérieurs, qu’ils soient des États, des organisations internationales ou des créanciers ne peuvent intervenir dans ce qui est du ressort de la souveraineté fiscale et budgétaire et de la régulation territoriale d’un État.

L’article 103 de la Charte des Nations Unies stipule que les dispositions de la Charte prévalent sur n’importe quel autre Traité, d’où il découle qu’aucun traité ou accord de prêt ne peut nier la souveraineté de l’État. Tout accord entraînant une telle violation des droits humains et du droit international coutumier est contra bonos mores (allant à l’encontre de la morale) et donc considéré comme nul et non avenu suivant l’article 53 de la Convention de Vienne sur le droit des Traités.

Un ordre international démocratique et équitable requiert un régime commercial et financier qui permette la réalisation de tous les droits humains. Les organisations intergouvernementales doivent favoriser et en aucun cas faire obstacle à la pleine réalisation des droits humains.

La dette externe n’est nullement une excuse pour déroger aux droits humains ou pour provoquer une régression sociale violant les articles 2 et 5 du Pacte international sur les droits économiques, sociaux et culturels.

En 2013, l’expert indépendant sur la dette et les droits humains a déclaré que les mesures d’austérité adoptées en vue de recevoir des financements supplémentaires du FMI, de la Commission européenne et de la Banque centrale européenne

 ont conduit l’économie grecque à la récession et ont compromis la jouissance des droits humains et tout particulièrement des droits économiques, sociaux et culturels.

Le moment est venu pour la communauté internationale de démontrer sa solidarité avec le peuple grec, pour respecter sa volonté démocratique exprimée dans un référendum, pour l’aider activement à surmonter la crise financière qui trouve son origine dans l’effondrement financier de 2007-2008 dans lequel la Grèce n’a aucune responsabilité.

La démocratie implique en effet l’auto-détermination des peuple, auto-détermination qui appelle souvent à des référendums comme c’est également le cas en Grèce  ».

Les experts indépendants font partie de ce qui est connu comme Procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le nom Procédures Spéciales désigne le Conseil indépendant de recherche et surveillance en charge des situations spécifiques à des pays ou des questions thématiques globales. Il s’agit du plus vaste organe d’experts indépendants du système des Nations Unies. Ils ne sont pas membres du personnel de l’ONU mais travaillent de manière volontaire et non rémunérée. Ils/elles sont indépendant-e-s de tout gouvernement ou organisation et sont reconnu-e-s dans leur capacité individuelle.

Traduction : Virginie de Romanet

http://cadtm.org/Des-experts-de-l-ONU-saluent-le

2811
"L’arnaque sur Internet est devenue une véritable industrie" Jérémie Mani



L’été arrive et les fraudes sur Internet liées aux vacances redoublent.
Jérémie Mani, le PDG de Netino, le leader français de la modération sur Internet, explique les méthodes des escrocs sur les sites de commerce entre particuliers, comment on peut les repérer, et comment des algorithmes cherchent à les arrêter.

Prenez garde au moment de réserver votre maison de vacances dans le sud de la France ou vos billets pour Eurodisney, le Puy-du-Fou ou le parc Astérix. En cette saison estivale, les escrocs redoublent d'inventivité sur Internet pour louer des biens qui n'existent pas, usurper l'identité des vrais propriétaires, ou émettre de faux billets de parcs d'attraction qui ressemblent à s'y méprendre à des vrais. Les cyber-arnaqueurs sévissent partout, y compris sur des sites très populaires comme Le Bon Coin ou Airbnb. Les arrêter relève du parcours du combattant pour les sites de commerce entre particulier. Jérémie Mani, le PDG de Netino, leader français de la modération sur Internet, explique à La Tribune les nouvelles méthodes des escrocs, comment repérer une annonce frauduleuse et comment les plateformes luttent contre ce phénomène.

La Tribune. Les fraudes sur Internet pullulent toute l'année. Pourquoi l'été est-il une période plus faste pour les cyber-arnaqueurs ?

Jérémie Mani. L'été est une période particulièrement propice aux arnaques car les vacances sont chères, les Français préparent souvent leur départ dans l'urgence, et trouver une location bon marché relève d'un parcours du combattant dans certains endroits. Avec l'essor de l'économie du partage, les gens sont de plus en plus en recherche de "bons plans" sur des sites comme Le Bon Coin ou Airbnb, dans l'espoir de trouver des offres qui leur permettraient d'économiser parfois jusqu'à la moitié de la somme. Ils savent aussi que sur ces plateformes, une annonce intéressante peut leur passer sous le nez s'ils ne se décident pas rapidement.

Les arnaqueurs profitent de ce climat pour mettre au point des fraudes de plus en plus sophistiquées. Ces dernières années, l'arnaque sur Internet est devenue une véritable industrie. Contrairement à ce qu'on croit quand on n'a pas été victime d'une fraude sur Internet, même des personnes qui ont la tête sur les épaules s'y laissent prendre. Les arnaques en ligne les plus courantes concernent la location saisonnière et les billetteries de spectacles et des parcs d'attraction comme Disneyland, le parc Astérix, le Puy-du-Fou ou le Futuroscope.

Comment s'organisent les fraudes aux locations saisonnières ?

Le mode opératoire le plus courant est d'être escroqué en croyant louer un appartement qui n'existe pas. Le fraudeur s'inspire d'une location réelle, demande un acompte mais le vacancier s'aperçoit en arrivant que l'appartement qu'il croyait avoir réservé au 26 rue des Rosiers, par exemple, n'existe pas car la rue s'arrête au numéro 24. C'est très courant.

Cela va de pair avec l'arnaque au faux propriétaire. Le fraudeur recopie carrément une vraie annonce, la publie sur un autre site, change le nom du propriétaire et les informations de contact, récupère les arrhes physiquement en rencontrant sa victime dans un lieu public sous le prétexte de lui remettre les clés, mais l'appartement ne lui appartenait pas. La victime se retrouve démunie sur le lieu de ses vacances car elle a perdu de l'argent mais doit aussi trouver une solution d'hébergement d'urgence. Au préjudice financier s'ajoute alors un préjudice émotionnel important.

Le troisième type d'arnaques, très récent, est aussi le plus ingénieux. Des fraudeurs se font passer pour des vacanciers et contactent l'auteur d'une petite annonce réelle sur Le Bon Coin ou Airbnb. Ils disent qu'ils sont très intéressés, qu'ils ont eu un coup de cœur et proposent de payer tout de suite l'intégralité de la somme. Ils font alors un versement supérieur au montant prévu, 1500€ par exemple à la place de 1000€. Le loueur honnête les contacte et leur propose de rembourser le trop-perçu dès qu'il voit l'argent sur son compte. Ce qu'il ignore, c'est que le prétendu locataire agit depuis l'étranger, où les délais de rétractation sont plus longs qu'en France, parfois jusqu'à une semaine. Dès que le loueur a reversé les 500€ de trop-perçu, le fraudeur annule son paiement et l'argent est retiré du compte du loueur, qui a perdu 500 euros au passage.

« Neuf annonces sur dix de billets à tarif réduit sur Le Bon Coin sont des arnaques »

Et pour les arnaques aux prestations de loisirs ?

Sur Le Bon Coin, neuf annonces sur dix proposant un billet pas cher pour les parcs d'attractions sont des arnaques. Conseil à ceux qui seraient tentés d'y acheter un billet pour le Puy-du-Fou ou Disneyland entre 25 et 35 euros : ne le faites pas ! La personne se présente comme salariée de Disney ou disposant de plusieurs billets grâce à son comité d'entreprise, qu'elle revend entre 25 et 35 euros. Elle écrit dans un français parfait, se montre pleine d'assurance et rassurante au téléphone, mentionne qu'elle habite dans un beau quartier et veut que l'acheteur paie en liquide. Lorsqu'ils se rencontrent, le fraudeur donne des billets électroniques, qui, évidemment, ne sont que des bouts de papiers très ressemblants mais sans valeur. L'acheteur se retrouve démuni lorsqu'on lui refuse l'entrée, avec les enfants qui pleurent à côté.

Comment se prémunir contre ces pratiques ?

Ce qui est intéressant, c'est que les fraudeurs sont dans une sorte de surenchère, de concurrence les uns avec les autres. Ils ne peuvent pas trop baisser les prix car cela paraîtrait trop suspect. Pour inciter les victimes à choisir leur arnaque plutôt qu'une autre, ils proposent souvent des services supplémentaires. Par exemple, le parking gratuit à Disneyland. Or, en se renseignant, on découvre que le parking est payant et que les billets électroniques doivent être nominatifs à Disneyland. Si on vous propose un billet avec parking gratuit et sans nom, c'est une arnaque. La difficulté est que chaque parc d'attraction fonctionne différemment, il faut donc bien connaître les spécificités de chacun.

Pour les fraudes aux locations saisonnières, il faut vérifier que l'endroit existe bien. Je conseille aussi d'utiliser l'outil Google Images pour vérifier que les photos n'ont pas été copiées d'un autre site. Mais quand l'arnaque est vraiment bien faite, ce qui arrive de plus en plus, il est très difficile de ne pas tomber dans le panneau.

Comment les plateformes d'échanges entre particuliers peuvent-elles réagir ?

Il devient difficile d'identifier une fausse annonce, car elles sont de plus en plus plausibles. Il faut aussi savoir que les sites tels que Le Bon Coin publient des dizaines de milliers d'annonces tous les jours, il est impossible de vérifier si elles sont toutes authentiques. En revanche, ces fraudes entachent leur réputation, donc la quasi-totalité de ces sites font appel à des entreprises de modération comme la nôtre, Netino, mais malgré nos efforts, beaucoup d'annonces frauduleuses passent entre les mailles du filet.

« Le big data peut être une solution, mais il doit être accompagné de modérateurs humains »

Comment procédez-vous pour identifier une annonce frauduleuse et pourquoi n'avez-vous pas des résultats plus satisfaisants ?

Le volume d'annonces est tellement important, des centaines de milliers, que même avec un taux de réussite de 99%, le pourcentage restant d'annonces frauduleuses fait des dégâts. Nous fonctionnons à la fois avec des modérateurs humains et des algorithmes. Nous avons développé une technologie qui permet d'identifier les facteurs de risques. Nous en avons identifié une douzaine, que nous adaptons à chaque type de fraude. Par exemple, nous n'utiliserons pas les mêmes critères pour repérer une fraude à la billetterie qu'une fraude au logement. Plus une annonce cumule de critères de risques, plus elle attire notre attention. Elle est repérée par les algorithmes qui envoient une notification aux modérateurs humains. Le big data est une formidable solution pour lutter contre la cyberfraude, mais il doit être accompagné de personnes pour faire un tri plus pertinent.

Quels sont ces critères ?

Je ne peux pas tous vous les révéler, mais nous repérons par exemple l'adresse IP de chaque annonce pour identifier celles qui proviennent de l'étranger, car elles sont plus susceptibles d'être frauduleuses. Si le message vient d'Ethiopie, du Ghana ou du Cameroun, des zones qui sont connues pour avoir des réseaux de fraude sur Internet, la probabilité d'une arnaque est proche de 100%. Les adresses e-mails non nominatives et provenant d'une messagerie gratuite sont aussi plus suspectes que les messageries qui permettent une identification facile de l'utilisateur, comme "Orange.fr" ou "sfr.fr".

Nous prenons aussi en compte le prix affiché, ou encore les tournures de phrase, que nous corrélons avec la provenance du message. Par exemple, si un pseudo-vendeur dit "je me prénomme Pierre" et qu'il dit venir de Strasbourg, cela va nous alerter car personne ne parle comme ça en France. En revanche, c'est une tournure de phrase très utilisée en Afrique... Bref, cette analyse complexe permet d'aboutir à un taux de risque. S'il est important, l'annonce est regardée de plus près par nos équipes. Il peut arriver qu'une personne présentant un fort taux de risque ne soit pas un arnaqueur, mais généralement nous tombons juste. En revanche, les plus malins échappent à ce contrôle et il n'y a rien que personne ne puisse faire.

http://www.latribune.fr/technos-medias/internet/l-arnaque-sur-internet-est-devenue-une-veritable-industrie-jeremie-mani-488729.html

2812
Les hannetons envahissent la Belgique! Un spécialiste nous explique pourquoi ils sont si nombreux

Il fait chaud, et les hannetons pululent dans tout le pays.
Ces bestioles, bienqu’inoffensives, se présentent comme l’ennemi des soirées paisibles en terrasse.
Mais il ne faut pas en avoir peur, nous explique un spécialiste



Vous avez peut-être déjà remarqué, vous aussi, un nombre important de hannetons se déplacer au-dessus de vos têtes, ces derniers jours, principalement en soirée. Et vous n’êtes pas les seuls : «  Ils ne sont pas présents à l’une ou l’autre zone en particulier, mais partout en Wallonie, et même dans tout le pays  », explique Frédéric Francis, professeur à la faculté d’Agro-Bio Tech à Gembloux et responsable de l’unité d’endomologie. Une présence massive, que l’on avait déjà pu observer en juillet 2013, ou encore en juin 2011. «  La chaleur est une raison du phénomène. Mais en réalité, on ne peut pas dire qu’ils soient plus nombreux, ils sont juste davantage synchronisés, donnant cet effet de groupe  », précise Frédéric Francis, expliquant qu’on retrouve deux manières, conjointes, d’expliquer la corrélation entre canicule et « invasion » de hannetons : «  Avant d’être à leur état adulte, tel qu’on les oberve dans les airs, les hannetons restent environ trois ans à l’état larvaire. À la fin de ce cycle, après un état de chrysallide, la forte chaleur accélère le cycle de sorte à ce que les hannetons sortent pratiquement tous en même temps, alors que la fin de cycle se manifeste de manière plus échelonnée par des températures moindres. L’autre aspect est qu’en cas de très fortes chaleurs, le hanneton va avoir tendance à se cacher, et ne sortir manger qu’une fois les températures plus douces. Raison pour laquelle tous vont sortir en même temps, en début de matinée ou en fin de soirée  ». Mais cela reste relativement commun aujourd’hui, alors qu’il n’y en avait pratiquement plus il y a quinze ans. «  Cela peut dépendre aussi du labour au niveau du sol. Si une superficie importante est labourée, cela va éliminer une quantité importante de hannetons, alors qu’ils seront plus tranquilles et plus nombreux dans des zones semi-naturelles, sans activité agricole  ».


Ni dangereux, ni destructeurs

Si leur taille et leur bourdonnement vous effraieront peut-être de prime abord, il n’y a pas lieu d’en avoir peur. «  Ces bestioles ne piquent pas, elles sont phytophages. Les larves de hannetons, qui vivent dans le sol, sont plus ravageuses car elles mangent la racine, tuant la plante. Les hannetons adultes se nourrissent de feuilles principalement, d’arbres, arbustes et plantes herbacées. Mais on ne peut pas dire que ça soit économiquement dommageable. Si ce n’est pas le fait qu’ils seront les parents de la génération suivante. Mais une fois adultes, ils ne vivent que quelques mois, et ne vont jamais d’un hiver à l’autre  ».


Con comme un hanneton ?

Leur manière de voler un peu maladroitement leur vaut parfois l’expression « con comme un hanneton ». Mais ces bébêtes inoffensives sont-elles vraiment... bébêtes ? «  Ils sont certes guidés par l’idée de trouver une source alimentaire, ou un endroit pour se reproduire. Mais surtout, c’est un insecte massif, qui a un style de vol relativement lourd, faisant un peu balancier. C’est ainsi que sa taille et son comportement de vol peuvent donner l’impression que ses trajectoires sont un peu aléatoires. Mais on pourrait comparer un éléphant à un chat, on aboutirait à la même conclusion. L’un sera moins adapté pour éviter des obstacles, moins vivace, alors que l’autre a une allure rapide et plus directe  ».


Ils ne sont pas les seuls

Pour d’autres insectes, le principe est le même. Ils connaissent un raccourcissement de leur cycle, dû à la chaleur. «  Ce qui explique que l’on retrouve beaucoup plus de mouches, de guêpes, ou de moustiques en été. Et c’est pareil pour un grand nombre de fruit et légumes  », conclut Frédéric Francis.

http://www.sudinfo.be/1324749/article/2015-07-03/les-hannetons-envahissent-la-belgique-un-specialiste-nous-explique-pourquoi-ils

2813
Boko Haram : 40% des armes saisies sont de fabrication française

Le Tchad a révélé que près de 40% des armes saisies par son armée aux membres de Boko Haram sont de fabrication française.



 

Le ministre tchadien de la Communication, Hassan Sylla Ben Bakari a indiqué qu’autour de « 40% des armes saisies par les forces armées du Tchad aux combattants de Boko Haram sont de fabrication française », rapporte Anadolu Agency. L’annonce a été faite par l’officiel, ce mercredi 4 mars 2015, à Yaoundé, à l’occasion d’une visite de travail au Cameroun.

Hassan Sylla Ben Bakari a indiqué qu’il ne désignait pas la France comme un fournisseur d’armes de la secte Boko Haram. Il s’agit d’un avertissement afin que Paris contrôle mieux les circuits de vente de matériel militaire. « Mon pays montre ces images et continuera de les montrer afin que ceux qui les fabriquent sachent que ces armes ne se retrouvent pas là où elles doivent être », a poursuivi le ministre tchadien de la Communication.

« Aucun pays africain ne fabrique des armes »

Pour justifier cette provenance, son homologue camerounais, Issa Tchiroma, a rappelé « qu’aucun pays africain ne fabrique des armes. Tous les pays africains achètent des armes auprès des pays comme la France, la Russie, les Etats-Unis ».

La capacité de Boko Haram à se procurer un armement tel que ce groupe terroriste se donne les moyens de résister à l’armée du Nigeria, du Cameroun et du Tchad coalisés n’a toujours pas trouvé d’explication. Certains observateurs doutent que le commerce des otages, raison officielle avancée le plus régulièrement, suffise pour armer et entretenir l’armée rebelle.

http://www.afrik.com/boko-haram-40-des-armes-saisies-sont-de-fabrication-francaise

2814
Bruxelles: accusé d'islamophobie, un manager est viré de la Stib

"Notre proximity manager a été licencié pour avoir partagé des propos extrémistes, islamophobes et racistes.
Il a accompagné ces images de commentaires, ce qui est encore pire.
Ce sont des faits très graves pour notre entreprise.
Nous sommes donc dans l’impossibilité de poursuivre notre collaboration avec cette personne", a annoncéFrançoise Ledune, porte-parole de la Stib d’un ton ferme.



Cet ancien gendarme, reconverti en chef patrouilleur depuis 1997 a visiblement dépassé les bornes. Sur son profil Facebook, l’homme véhiculait des idées nauséabondes. «  Nous sommes une société multiculturelle", souligne Françoise Ledune. "Nous employons 50 nationalités différentes au sein de notre entreprise. Nous attachons donc beaucoup d’importance aux valeurs et à la notion de respect".

Cette décision fait suite à une convocation au service des ressources humaines, à laquelle l’homme était convié ce vendredi après-midi. De par sa fonction, le proximity manager était tenu de respecter certaines règles, notamment celles qui étaient inscrites dans une note de service de 2007. "Nous avons un code d’éthique et déontologique auquel tous nos membres, doivent bien évidemment se soumettre. Le proximity manager se devait de faire preuve d’exemplarité. De plus, il avait sous sa houlette de nombreux étrangers", indique la porte-parole de la Stib.

"Nous sommes indignés par les publications de cette personne. Nous avons fait des captures d’écran pour pouvoir prouver ce que nous avancions à la direction", nous avait déclaré un agent de sécurité. "C’est dingue car plus de 60 % des chauffeurs de tram, bus, métro sont étrangers  », s’exclame-t-il. «  Ce qui n’était pas rassurant du tout en sachant comment pensait ce responsable".

http://www.lacapitale.be/1324878/article/2015-07-03/bruxelles-accuse-d-islamophobie-un-manager-est-vire-de-la-stib

2815
"Des radicaux à la STIB. Mais que fait le gouvernement?"

Bruxelles   Le MR confirme la présence de radicaux au sein de la Stib et de Bruxelles-Propreté et dénonce la passivité du gouvernement. 
Dans nos éditions de samedi, nous soulignions l’absence de femmes éboueuses et balayeuses au sein de l’Agence Bruxelles-Propreté (ABP). Cette absence serait le résultat d’un blocage de la part du SLFP et de la CSC selon le secrétaire fédéral de la CGSP Rudy Janssens qui a également affirmé qu’il y avait des extrémistes religieux, au sein de l’ABP, qui refusent de travailler avec des femmes à leurs côtés.

Mardi matin, la secrétaire d’État bruxelloise en charge de la Propreté publique Fadila Laanan (PS) a soutenu qu’il pouvait y avoir des foyers de radicalisation au sein de certains grands organismes d’intérêt public comme l’ABP, qui compte 2.400 employés, ou encore, la Stib, qui en compte près de 8.000.  "Je vais m’atteler à la tâche pour voir comment réagir face à ce type de phénomène"  , a-t-elle ajouté.

Ces quelques phrases ont permis à l’opposition MR de sortir du bois.  "Il est sidérant d’entendre, en radio, un membre du gouvernement faire état d’éléments radicaux au sein d’entreprises publiques sans annoncer que des mesures effectives soient prises à cet égard. Cela tient de l’inconscience !"  , s’est insurgé Vincent De Wolf, chef de groupe MR au parlement bruxellois.

Selon lui, la présence de radicaux au sein de l’une et de l’autre de ces entreprises publiques bruxelloises est confirmée par des sources policières.  "J’ai eu la confirmation qu’il y a une radicalisation dans ces deux secteurs même si cela ne touche évidemment pas l’ensemble des employés. Je n’ai pas le droit de vous en dire davantage, mais je n’invente pas cela. C’est une réalité connue des services de police"  , assure Vincent De Wolf.

Et de déplorer l’absence de mesures prises par l’exécutif bruxellois pour contrer le radicalisme.  "Lors des récents débats au parlement bruxellois sur le sujet, le ministre-président et ses ministres n’ont jamais fait écho de cette problématique. Aucune mesure n’est donc prise par ces entreprises pour mesurer l’ampleur du phénomène et identifier les agents radicalisés ou recruteurs." 

Les organismes concernés ont démenti la présence d’un tel phénomène. La Stib estime que le risque que certains collaborateurs se radicalisent existe, étant donné que l’entreprise est un reflet de la société bruxelloise.  "En ce moment, il n’existe pas de preuves concrètes pour avancer que des risques de sécurité se posent vis-à-vis de l’entreprise ou de la société"  , ont cependant relativisé la société des transports publics bruxellois et le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet (SPA).  "Si un tel risque devait exister, nous prendrions évidemment les mesures nécessaires en collaboration avec tous les services compétents !"

http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/des-radicaux-a-la-stib-mais-que-fait-le-gouvernement-55088aa33570c8b952ab82f0

2816
René Galinier, 78 ans, cambriolé : et c’est encore lui le coupable !



Des voyous ou des voyouses, pénétrant par effraction dans le domicile d’un paisible vieillard, savent mieux que personne les périls qu’elles peuvent éventuellement encourir.

René Galinier, 78 ans, est manifestement un brave homme qui, jusqu’au 5 août 2010, coulait des jours à peu près tranquilles dans sa petite maison de Nissan-lez-Ensérune (Hérault). Et le voilà désormais jugé par la cour d’assises de l’Hérault, à Montpellier, où sa peine vient d’être prononcée : 5 ans de prison dont 4 ans avec sursis.

Son crime ? Ce même 5 août 2010, cambriolé une fois de plus, une fois de trop, il s’énerve, prend son fusil de chasse et tire par deux fois sur les intrus ; ou les intruses, pour être plus précis. Salena et Marina ; jeunes filles d’origine serbe, des « gens du voyage », comme l’on dit pudiquement. Il est un fait que lorsque papy Galinier sort le flingo, c’est pas pour faire les carreaux. D’où blessures évidentes pour les deux adolescentes. L’une n’enfantera jamais, l’autre traîne depuis une patte folle.

René Galinier, évidemment, qui n’est pas une brute, a exprimé ses « regrets sincères », formule de rigueur devant les juges. Mais bon, il était tout de même un peu chez lui, et ces deux gamines pas véritablement chez elles. Mais qui, détail d’importance, n’ont pas été poursuivies par la justice, alors que le motif était un brin évident. Le coupable, c’est René Galinier, forcément. Alors ? Alors, rien. Pourtant, même Le Parisien de ce vendredi admet : « Bien sûr, ce procès n’est pas celui des cambrioleuses […] mais un peu celui des casses organisés et du sentiment d’insécurité. Cette “crainte” qu’inspirent les “gens du voyage” à tout le village de Nissan, dont les habitants sont venus en masse soutenir leur ami et voisin surnommé “Néné”. Ils adhèrent à la thèse de “l’autodéfense” de l’accusé, défendu par les avocats Gilbert Collard (RBM-FN) et Josy-Jean Bousquet (non-inscrit). »

Mais là où l’affaire en vient à défier les lois du bon sens et de la raison la plus élémentaire, c’est quand Marina et Salena exposent leur système de défense, manifestement issu des cogitations stratosphériques d’un avocat qui devait au moins être ivre mort au moment des délibérations. Marina : « Je ne peux plus rien faire, je ne pourrai plus jamais travailler… » Et, à la légitime question posée par les juges, consistant à mieux déterminer en quoi consistait son travail, cette réponse, désarmante de naïveté : « Travailler ? C’est-à-dire voler… »

Malaise dans le prétoire, fort bien rendu par la journaliste du Parisien : « À l’évidence, Marina espère l’indemnisation qui compensera la gravité de ses blessures et peut-être… le manque à gagner. Elle se rend compte de la maladresse de son propos, son avocat, Silvio Rossi-Arnaud, conteste la traduction, mais le jury a bien entendu. » Bonne nouvelle ? René Galinier, quant à lui, explique son geste par la peur de perdre sa maison et ajoute : « J’ai pas eu de chance. Ça aurait pu arriver chez ma voisine et, malheureusement, c’est arrivé chez moi… »

Autrefois, on ne s’indignait pas que certains marins se noient en mer, que d’autres couvreurs tombent des toits, que tant de policiers décèdent en service et que d’innombrables soldats aient pu mourir au front. Il s’agissait simplement des risques de métiers que tous avaient choisis en connaissance de cause. Même les truands de naguère, quand ils partaient en prison, évoquaient seulement un « accident de travail ».

Tout cela pour dire que des voyous ou des voyouses, pénétrant par effraction dans le domicile d’un paisible vieillard, savent mieux que personne les périls qu’elles peuvent éventuellement encourir. Si elles n’assument pas, on manque encore de bras à La Poste…

Pour le reste, vive René Galinier, et une pensée émue pour Jean Gabin dans La Horse !

http://www.bvoltaire.fr/nicolasgauthier/rene-galinier-78-ans-cambriole-cest-lui-coupable,185237

2817
VIDEO. New York: Un homme en chaise roulante braque une banque et s’échappe



Un jeune homme âgé d’une vingtaine d’années a réussi à braquer une banque à New York alors qu'il était sur un fauteuil roulant, rapporte l’agence Associated Press. Ce lundi, un homme âgé d’une vingtaine d’années est entré sur sa chaise roulante dans une agence de la banque Santander dans le Queens. L’homme est entré dans la banque, s’est présenté au guichet, et aurait demandé de l’argent à l’employé de la banque en lui disant qu’il était armé. L’employé lui a tendu 1.200 dollars (environ 1.100 euros) et l’homme est reparti de l’agence en passant devant les caméras de surveillance.

Hélicoptères à la traîne

Aucune arme n’a été filmée par les caméras. L’homme a été filmé dans la rue, passant rapidement en fauteuil roulant devant plusieurs commerces. Il semblerait qu’il ait été plus rapide que les hélicoptères de la police, qui sont arrivés trop tard pour l’arrêter. L’homme est toujours en fuite.


http://www.20minutes.fr/insolite/1643819-20150701-video-new-york-homme-chaise-roulante-braque-banque-echappe





2818
4 raisons qui prouvent que la plupart des enfants têtus sont ces adultes qui ont réussi


Nous étions ceux connus comme des rebelles, ceux qui ont donné aux adultes du fil à retordre. Nous étions connus pour pousser les limites de notre farouche indépendance ainsi que la nécessité inhérente à tout remettre en question. On nous a surnommés têtu ou tête dure. Si vous avez grandi comme étant un enfant têtu, je suis sûr que vous lisez ceci avec un sourire et vous dites, "Oui, c'est moi." Être têtu, l'on ne pourra comprendre ce mot que tardivement en ayant chez soi des neveux et des nièces qui courent un peu partout et font beaucoup de bêtises, dans ses moments, vous connaîtrez la dure réalité d'élever des enfants qui sont de nature tenace. Le niveau de frustration, la patience et les innombrables regards sévères...des parents.
Cependant, l'entêtement grandissant d'un enfant devrait être considéré comme bénéfique plutôt qu'une malédiction.
Voici 4 raisons qui montrent qu'un enfant têtu sera meilleur dans l'état adulte :

1. Ils sont déterminés.

Être têtu signifie automatiquement que vous êtes déterminé, même si à certains moments, il s'avère être un défaut. Peu importe ce que vous savez ou ce que vous voulez, vous trouverez une façon de l'obtenir. Peser les risques et trouver quelle solution poursuivre afin d'obtenir le résultat souhaité est quelque chose qui vient comme une seconde nature.
La plupart voient dans la détermination d'un enfant de l'insubordination, hors pour un enfant, le mot «non» ne veut pas vraiment dire «non» mais plutôt qu'il devrait trouver un autre moyen qui amènera un «oui». Cette belle caractéristique a donné à tous les enfants têtus d'excellentes compétences pour obtenir ce qu'ils veulent, elle leur assure aussi des ressources qui leur fourni la ténacité pour réussir dans tout ce qui leur tienne à cœur.

2. Ils sont farouchement indépendants.

Notre indépendance est l'une de nos plus grandes qualités. Nous vivons par nos propres règles. En grandissant, l'aide des autres n'est pas si nécessaire. Ils sont indépendants au point que les autres s'en étonnent. Ils détiennent des attentes élevées d'eux-mêmes.
Cette nature indépendante leur a appris à être autonome, à la fois émotionnellement et physiquement, assez tôt dans la vie. Cela ne fera que se renforcer avec l'âge. Ils ne laisseront jamais quelqu'un d'autre déterminer leur estime de soi. Ils savent qui ils sont, d'où ils viennent et ils ne changeront pas, à moins qu'ils le veuillent.

 

3. Ils sont des leaders naturels nés.

Un leader né, puisque vous vous trouviez toujours en charge des autres. Quand vous êtes jeune et que vous êtes le chef d'une bande de copains, le mot «autoritaire» apparaît plusieurs fois. Et, pourquoi pas ? Après tout, vous aviez un moyen de dire aux gens quoi et comment faire certaines choses correctement. Quand les enfants sont jeunes, cela s'avère être l'un des attributs les plus difficiles à gérer pour la plupart des adultes parce que cela signifiait qu'ils ne pourraient pas être contrôlés.
Une raison pour expliquer pourquoi nous devions faire quelque chose devait être fournis comme justificatif et dire "parce que je le dis » n'a jamais été une assez bonne raison. En tant que leaders naturels nés, ils sont en mesure de voir les choses sous des angles différents. Ils apprennent à ne pas prendre les choses à leur valeur nominale, de faire confiance à leurs instincts et de toujours faire leur propre enquête avant de prendre des décisions. Ils ne sont pas facilement intimidés et vont prendre ce que la vie leur offre.

4. Ils sont dogmatiques.

Que vous vouliez l'entendre ou pas, ils ont des opinions et vont très probablement les partager, surtout si l'on le leur demande. Ils ont des idées précises de ce qu'ils considèrent comme bien et mal, et cela ne les dérange pas de se battre pour leurs points de vue. Ils s'en tiennent à leurs opinions, qu'on les accepte ou non. Leurs réponse franche et honnête leur ont fait du mal quand ils étaient plus jeunes, parce que leurs filtres du cerveau ne fonctionnent pas à pleine capacité; donc ils finissent par dire des choses qu'ils ne devraient pas dire à haute voix. Cela conduit à de nombreux moments difficiles, à des sentiments blessés et des regards confus... Avec l'âge, ces filtres sont devenus plus efficaces et ils sont en mesure d'utiliser leurs opinions pour attirer l'attention sur d'autres points de vue. Ils défendent leurs convictions, leurs opinions. D'origine, leurs opinions proviennent de discussions bien pensées et des expériences personnelles. Être un enfant têtu peut avoir ses difficultés pour commencer, mais à la fin, toutes les leçons apprises et l'expérience acquise crée un conduit d'auto-suffisance et un adulte franc et passionné.
 
http://buzzfil.net/article/static-article/non-classe/4-raisons-qui-prouvent-que-la-plupart-des-enfants-tetus-sont-ces-adultes-qui-ont-reussi-3.html



 


2819
Europe / L'Eglise grecque lâche Tsipras
« le: 05 juillet 2015 à 20:07:39 »
L'Eglise grecque lâche Tsipras

Le référendum signe le divorce entre la puissante institution religieuse et le Premier ministre de gauche radicale, qui avaient pourtant noué de bonnes relations.



Il est près de 10h ce dimanche 28 juin. La messe dominicale touchant à sa fin, le très médiatique Métropolite Anthimos de Thessalonique, le prélat de la deuxième ville de Grèce, commence, comme d’habitude son discours aux fidèles : "Votez ce que vous voulez, c’est votre droit le plus absolu. Mais j’ai, moi aussi, le droit de vous faire une confession. Je vais voter pour l’Europe…" Il ne finira jamais sa phrase. Des cris d’abord, puis un brouhaha dans les rangs des fidèles l’interrompt. Il ne cherchera pas à en dire plus. Un chant sacré est entonné par les autres prêtres pour clore l’incident.

"L'intelligence de Tsipras"

Pourtant, fin février encore, ce même Anthimos défrayait la chronique en soutenant, en encensant même, les actions du gouvernement Syriza et surtout "la très grande intelligence d’Alexis Tsipras et de son ministre des finances Yanis Varoufakis". Les négociations semblaient alors bien engagées, et grâce à de multiples concessions de la part du gouvernement grec, l’accord provisoire du 20 février semblait mettre les relations du pays avec ses créanciers européens sur de bons rails. On connait la suite.

C’est certain, les relations entre un Premier ministre athée de gauche radicale, vivant en concubinage avec sa compagne et ayant avec elle deux enfants non-baptisés, et la très puissante église orthodoxe grecque promettaient dès le départ d’être pour le moins compliquées.

Des gages de bonne volonté...

Mais, tout au long de sa marche vers le pouvoir Alexis Tsipras avait donné des gages de sa bonne volonté envers l’institution. Comprenant l’importance de ne pas se couper de l’électorat chrétien dans un pays où encore 81% de la population se définit comme orthodoxe (selon un sondage Kappa Research réalisé en avril 2015), Alexis Tsipras a longtemps su jouer sa partition à merveille.

Pendant la campagne pour les législatives de janvier, il fut même invité par Ieronymos, l’Archevêque d’Athènes, à participer à la cérémonie publique de l’Epiphanie. L’image d’Alexis Tsipras lâchant une colombe (qui dans cette cérémonie symbolise le saint esprit) aux cotés de Ieronymos avait fait le tour du monde et avait été pour beaucoup un tournant de la campagne. Résultat direct de cette logique de rapprochement, la demande permanente de Syriza pour la séparation de l’Eglise et de l’Etat et pour des taxations supplémentaires sur les biens de l'Eglise ont été mises en sourdine.

... et une victoire à la clé

A l'évidence, les efforts de Tsipras pour ménager l'Eglise ont joué dans sa victoire : 37% des électeurs de Syriza en janvier 2015 se définissent comme orthodoxes (selon le même sondage Kappa Research réalisé en avril 2015).

Comment Tsipras a-t-il pu ratisser dans cet électorat ? Seraphim Seferiades, Professeur de Sociologie Politique à l’université Panteion, explique :

la crise a, provisoirement, détruit les clivages politiques traditionnels du pays. La division pour ou contre l’austérité imposée de l’extérieur a fait bouger les lignes. En sachant apparaître comme respectueux de l’Eglise en tant qu’institution, Tsipras a su toucher un électorat qui, jusque-là, n’aurait jamais pensé voter pour un parti de gauche radicale".

Retour au vieux système

Que s’est-il donc passé ces derniers jours ? Le politologue poursuit :

Avec l’annonce du référendum et la peur de l’inconnu qu’il suscite, le vieux système politique est en train de se recomposer à l’intérieur du camp du "oui". La place de l’Eglise est naturellement au milieu de cet ancien système".

C’est ainsi qu’il faut très probablement comprendre la déclaration solennelle concernant le référendum de l’Archevêque Ieronymos ce 1er juillet. Au-delà de son appel pour "l’union nationale en ces temps très difficiles", il donne, pour ceux qui veulent lire entre les lignes, une quasi consigne de vote :"On doit à nos enfants […] une Grèce qui avance […], chair de la chair du noyau dur européen. Ne mettons pas en danger les conquêtes des visionnaires de ce peuple".

En filigrane, c'est d’une sortie de la zone euro ("le noyau dur") qu'il est question dans ces propos. L’appartenance même à l’UE ("la conquête des visionnaires") pourrait être remise en question. L’Eglise reprend son rôle historique de force conservatrice pourfendeuse des forces athées. La comédie aura duré moins de six mois…

Reste à savoir quel sera le poids dans les urnes de ce positionnement plutôt subtil de l’Archevêque.
Aucun sondage ne classifie les votants selon leurs croyances et pour le moment "oui" et "non" sont au coude à coude, avec trois sondages donnant la victoire du "oui" et trois autres promettant une victoire du "non". De plus, une série de moines et de communautés monastiques du Mont Athos, péninsule sacrée de l’Orthodoxie, appellent a voter "non" et fustigent ceux qui se prononcent pour le "oui". Qui émergera victorieux dimanche soir ? Dieu seul le sait.

Pavlos Kapantais, à Athènes

http://tempsreel.nouvelobs.com/la-crise-grecque/20150704.OBS2094/l-eglise-grecque-lache-tsipras.html

2820
A cause de Vigipirate, le défilé du 14 juillet sera raccourci



Quinze minutes de moins. Le défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées sera raccourci cette année en raison de la mobilisation des militaires contre la menace terroriste et de leur engagement sur plusieurs fronts à l’étranger (Centrafrique, Sahel, Mali, Jordanie, Golfe…).

Quiz : Etes-vous incollable sur le défilé du 14 Juillet ?

« Ce sera un défilé plus court que d’habitude mais pas un défilé au rabais », a insisté ce jeudi matin le général Hervé Charpentier, gouverneur miliaire de Paris en charge de la parade militaire. Par ailleurs, consigne a été donnée aux militaires de rejoindre au plus vite leurs garnisons après le défilé. Conséquence, les opérations habituellement prévues l’après-midi en Ile-de-France de rencontres entre la population et les soldats ont été annulées.

Soixante-dix-sept véhicules de moins

C’est surtout la phase motorisée du défilé qui a été amputée. De 25 à 30 % d’engins en moins défileront. Le public n’apercevra pas cette année de chars lourds. « C’est une mesure liée à un sur-engagement des hommes dans Sentinelle (4.000 militaires intégrés au plan Vigipirate à Paris, NDR) et les opérations extérieures », a rappelé le général Charpentier. A titre d’exemple, 208 véhicules descendront les Champs-Elysées, soit 77 de moins qu’en 2014. Et 3.463 hommes et femmes défileront à pied. C’est 289 de moins que l’année dernière.

« Ce serait une injure que de qualifier cette édition 2015 d’un défilé au rabais. D’autant que 15 minutes de moins, le public ne s’en apercevra presque pas », a poursuivi le gouverneur militaire de Paris.

Les forces spéciales à l’honneur

Parmi les nouveautés cette année, on note la présence de militaires mexicains dont certains défileront en portant des aigles et des faucons, ou encore la Patrouille de France qui à la place de la traditionnelle formation en diamant volera en croix de Lorraine.

Mais surtout, pour la première fois, comme nous l’annoncions le mois dernier, les forces spéciales du ministère de l’Intérieur (GIGN, Raid, BRI) seront mis à l’honneur et paraderont côte à côte. Une façon de rendre hommage à leur investissement ces derniers mois dans la lutte contre le terrorisme. Les membres des forces spéciales, soumises à un stricte anonymat, ne devront pas être reconnues. Les agents seront-ils grimés, casqués, encagoulés ? « Ce sera la surprise », élude une source militaire.

http://www.20minutes.fr/societe/1644455-20150702-cause-vigipirate-defile-14-juillet-raccourci