Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2836
Le scandale des députés du Parlement européen qui pointent à 7h pour repartir aussitôt


2837
hélas oui

2838
Europe / Grèce: gare à l’orgueil, gare à la vengeance
« le: 04 juillet 2015 à 19:53:17 »
Grèce: gare à l’orgueil, gare à la vengeance



On n’aurait jamais dû en arriver là. Et qu’on arrête de pointer du doigt Alexis Tsipras et de débattre à perte de vue pour savoir si cet homme est un trotskyste criminel ou le Robin des bois du pauvre.

► A lire: Alexis Tsipras, le dernier vrai démocrate? (abonnés)

On l’a écrit : le Premier ministre grec s’est méconduit ces derniers jours, en décrétant un référendum au milieu d’une négociation, en étant prêt à un compromis au moment où celui-ci n’avait plus aucune chance d’être ratifié, en sollicitant une prise de pouls populaire qu’on serait bien en peine de décoder. Est-il sincère ? Veut-il défendre l’honneur des Européens ? S’est-il moqué du monde ? Etait-il juste là, comme le soutiennent nombre de dirigeants européens aujourd’hui, pour ne jamais signer d’accord et conduire au chaos ? Osons le dire, ce débat-là, mené avec une sorte d’enthousiasme morbide ces derniers jours, fatigue. Car cette question n’est pas centrale dans la crise qui nous occupe. Ceux qui continuent d’en discuter, tentent en fait de dissimuler le vrai cœur du problème.

L’Europe prise au piège

Celui-ci n’est pas la Grèce, mais l’Europe elle-même, prise au piège ce dimanche parce que depuis des années, et de façon de plus en plus bornée ces derniers mois, elle n’a pas pu/voulu compléter sa construction, en ajoutant un pan politique au pan monétaro-économique de ses débuts, parce qu’elle n’a pas voulu donner à sa gouvernance sa dimension fédéraliste, se laissant dès lors engloutir par le conflit des intérêts nationaux, parce qu’elle n’a pas pu apporter une réponse visionnaire et solidaire aux enjeux de la croissance et de la dette.

Vous l’avez constaté : alors que l’Europe vit sa crise existentielle la plus grave, c’est à une cacophonie des porteurs de ce projet, qu’on assiste. La France, l’Allemagne, le président de la Commission, le président du Parlement, le président du Conseil etc., courent comme des poules sans tête, depuis l’annonce de ce référendum .

Or ici, contrairement à 2008, celui qui fait trembler l’édifice n’est pas extérieur – un krach immobilier, suivi d’un effondrement bancaire –, mais intérieur. Tsipras n’en est pas la cause, mais la conséquence, une sorte de dégât collatéral. Mépriser le dirigeant grec ne sert à rien, et n’est en fait qu’un autre signe de l’aveuglement des élites européennes : Tsipras parle à l’âme d’une partie des peuples européens, à leur colère, à leur envie d’autre chose. Le faire taire ne tarira pas la source de ce désenchantement. Le penser serait une très grave erreur.

«  Une institution qui n’est pas capable de résoudre un problème aussi petit que la Grèce, ne pourra en résoudre de plus gros  », c’est Romano Prodi, ex-président italien de la Commission, qui faisait vendredi à La Repubblica, cette déclaration.

La suite fait froid dans le dos : «  Je voudrais bien voir Merkel, Juncker et Lagarde prendre la responsabilité de lâcher la Grèce hors de l’Europe. Certes, l’irrationalité de l’histoire est toujours une possibilité. La Première Guerre mondiale aussi est née d’un petit incident. Mais je veux espérer qu’Athènes n’est pas notre Sarajevo.  »

Trois objectifs

Que le « oui » ou le « non » l’emporte, c’est aux dirigeants de ce projet européen  qu’il faut en appeler. Pour les conjurer de ne pas gérer la suite de ce référendum qu’ils honnissent, avec d’abord, le souci de la vengeance face à ce dirigeant d’un petit pays qui a osé leur faire ce bras d’honneur.

Que les Grecs votent « oui » ou « non » à ce référendum, la défaite est déjà là pour des dirigeants européens qui doivent désormais avoir en tête trois objectifs : empêcher un basculement géopolitique aux portes d’une Europe confrontée à l’Ukraine, au défi terroriste et à la crise migratoire, éviter l’effondrement de la référence morale et solidaire du projet européen auprès d’une grande partie de ses citoyens et en profiter pour faire un pas en avant à la construction européenne.

► A lire: Six vidéos pour comprendre les enjeux du référendum en Grèce 

C’est la tentation de l’orgueil qu’il va falloir gérer lundi, en même temps qu’il faudra résister à la panique face à l’inconnu qui à l’évidence est au programme. On n’a pas eu les hommes et les femmes pour empêcher cette crise ubuesque. Ce sont les mêmes qui vont devoir se montrer à la hauteur après dimanche. Leur responsabilité est lourdement engagée aux yeux de l’histoire.

http://www.lesoir.be/927245/article/actualite/union-europeenne/2015-07-03/grece-gare-l-orgueil-gare-vengeance

2839
Syrie: Le Pentagone annonce avoir tué un haut responsable de Daesh dans une frappe



Des avions décollent du porte-avions américain USS Carl Vinson, le 1er avril 2015. - SIPANY/SIPA

Selon le Pentagone, il était chargé de réceptionner les «nouvelles recrues étrangères» et de les «entrainer au maniement d'armes légères» pour le compte de Daesh. Les Etats-Unis ont annoncé jeudi la mort dans une frappe aérienne en Syrie mi-juin d'un haut responsable logistique du groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Tareq ben Tahar al-Awni al-Harzi a été tué «par une frappe de la coalition le 16 juin à Shadadi», dans la province d'Hassaké (nord-est de la Syrie), selon le porte-parole du ministère américain de la Défense, le capitaine de vaisseau Jeff Davis. Il s'agit du frère d'Ali al-Harzi, un recruteur de Daesh dont le Pentagone avait déjà annoncé la mort dans un raid de l'aviation américaine à Mossoul (nord de l'Irak).


Il était chargé de «lever des fonds», de «recruter» et de «faciliter les voyages»

Tareq al-Harzi était chargé de «lever des fonds», de «recruter» et de «faciliter les voyages» de combattants du groupe ultra-radical Etat islamique, a déclaré Jeff Davis, précisant qu'il a également participé aux «achats et au transport d'armes depuis la Libye jusqu'en Syrie». «Sa mort réduira la capacité du groupe Etat islamique à intégrer des combattants étrangers dans les combats en Syrie et en Irak, et à déplacer des hommes et des armements entre la Syrie et l'Irak», a-t-il résumé.

Selon un haut responsable américain de la Défense, Tareq al-Harzi était de nationalité tunisienne et avait été condamné par contumace à 24 ans de prison par la justice de son pays, pour terrorisme. Selon la même source, il était l'un des dirigeants de Daesh dans la zone frontalière entre la Turquie et la Syrie.


http://www.20minutes.fr/monde/daesh/1644959-20150703-syrie-pentagone-annonce-avoir-tue-haut-responsable-daesh-frappe

2840
Fauve Hautot Raconte son Premier Orgasme à Thierry Ardisson

Lors de son passage dans l’émission salut les terrien présenté par Thierry Ardisson, Fauve Hautot lui a raconté son tout premier orgasme. -

la video et suite

http://koparsms.com/fauve-hautot-raconte-son-premier-orgasme-a-thierry-ardisson/

2841
Marée noire: BP débourse 18 milliards de dollars de plus



La catastrophe écologique et humaine liée à l'explosion de la plateforme dans le golfe du Mexique a coûté 50 milliards à la major du
 

BP a déjà dépensé plus de 30 milliards de dollars pour nettoyer les côtes du golfe du Mexique, polluées par la marée noire déclenchée par l'explosion en 2010 de sa plateforme de forage Deepwater Horizon. Après des années de négociation avec les autorités américaines, la compagnie pétrolière accepte de verser 18,7 milliards de plus. Elle solde ainsi pratiquement toutes les autres procédures en cours contre elle dans cette affaire.

Onze personnes avaient péri le 20 avril 2010 au moment de l'incendie de la structure flottante massive de 32.000 tonnes. La plateforme, à 66 km au large de la Louisiane, avait fini par couler deux jours plus tard sans qu'on ait pu éteindre les flammes visibles depuis la côte. Pendant 87 jours, quelque 5 millions de barils de pétrole ont continué de couler à plus de 1500 mètres au fond du golfe du Mexique, avant que les techniciens de BP et ses partenaires parviennent à boucher le puits.

Un record pour des dommages causés par une seule société

Le département de la Justice souligne que la somme de 18,7 milliards représente un record pour des dommages causés par une seule société. Le paiement sera étalé sur une période de dix-huit ans, soit 1 milliard de dollars par an. Au total, la catastrophe aura donc coûté 53,8 milliards de dollars à BP, soit davantage que la totalité de ses profits depuis 2012. À titre de comparaison, la seconde plus grande marée noire américaine, en 1989 lorsque le cargo Exxon Valdez s'est éventré sur les côtes de l'Alaska, a fini par coûter moins de 10 milliards de dollars à Exxon.

Plus de 400 juridictions différentes, locales, étatiques et fédérales vont se partager les sommes que BP s'engage à distribuer. Pas moins de cinq États sont directement concernés: l'Alabama, la Floride, le Mississippi, la Louisiane et le Texas. Washington impose au passage une amende record de 5,5 milliards de dollars au titre de la violation de la législation fédérale relative à la protection de l'eau (Clean Water Act).

Faute d'accord entre le département de la Justice et BP, un procès civil se serait engagé. Le montant maximum de l'amende que le juge aurait alors pu imposer s'élevait à 13,7 milliards de dollars. Or BP n'avait mis de côté que 3,5 milliards de dollars pour l'amende fédérale. Le résultat de la négociation est donc relativement conforme à la promesse faite par Barack Obama de punir sévèrement les responsables de cette catastrophe écologique.



«Négligences grossières»

Un magistrat doit encore approuver cet accord complexe. Loretta Lynch, secrétaire américain à la Justice, estime que le compromis doit permettre «d'aider à réparer les dommages causés à l'économie du golfe du Mexique, aux pêcheries, aux marécages et à la faune, ainsi qu'apporter des bénéfices durables à la région du Golfe pour les générations à venir».

Les avocats de BP avaient argué que les efforts massifs et coûteux de la société pour nettoyer rapidement et dédommager très vite les victimes du drame devaient être pris en compte et limiter le montant de l'amende.

Carl-Henric Svanberg, patron de BP, juge que cet accord offre «un moyen de clore le chapitre pour BP et pour le Golfe». Une des choses les plus importantes pour les actionnaires de la multinationale était de fixer le montant et le calendrier de paiement pour lever les incertitudes qui pèsent sur la valorisation de l'entreprise. BP avait jusqu'à présent déjà reconnu des charges comptables de plus de 43 milliards de dollars dans ce drame.

En 2011, un rapport des autorités fédérales américaines avait conclu que BP, ainsi que ses partenaires dans ce projet, à savoir l'opérateur Transocean et le contractant Halliburton, étaient à l'origine de l'explosion pour avoir mal cimenté le puits. Trois années plus tard, un juge établit que BP était le principal responsable du drame en raison de «négligences grossières».


http://www.lefigaro.fr/societes/2015/07/02/20005-20150702ARTFIG00250-maree-noire-la-facture-totale-atteint-54-milliards-de-dollars-pour-bp.php

2842
Manifestation à Vannes. Des agriculteurs saccagent le Leclerc [Images]


2843
Surveillance. XKeyscore : le “Google” de la NSA qui espionne la Terre entière



Le site d'investigation The Intercept vient de publier 48 documents classés top secrets qui détaillent le fonctionnement du moteur de recherche de XKeyscore, l’un des outils les plus puissants du renseignement américain.










   

Et aussi...


 
Demain la troisième guerre mondiale

Vidéos
 


 
Les disciples de la cocaïne (ép. 2)

Vidéos
 




   





Zahia montre son jarret pour que vous deveniez végétarien

Le Huffington Post
 



Les 10 formules à éviter quand vous terminez un e-mail

L'Obs
 




   
Sur le web

10 façons de jouer à Sparta, le jeu stratégie phénomène en 2015
Sparta


Ils parlent près de 15 langues étrangères à eux 2 : leurs trucs et astuces pour apprendre l'espagnol
Babbel


Des meubles de cuisine qui vous changent la vie
Houzz


22 Selfies Complètement Inappropriés
Risottop


 Contenus recommandés par Outbrain 


Nos services



COMPARATEUR DE PRIX
 SOLDES D’ÉTÉ
 Les meilleures offres en mode homme.
Découvrez !   
 



A NOUS L’ESPACE !
 Explorer les nouvelles frontières de l’univers
 8,50 € – Je commande   
 



JEU-CONCOURS
 Gagnez un séjour spécial astronomie en Islande avec 80JoursVoyages.
Jouez !   
 



JEU-CONCOURS
 Jouez pour gagner un lot de vingt guides de voyage GEOGUIDE en format numérique.
Participez !   
 



UN ROAD TRIP EN VALAIS
 Suivez l’aventure de Simon en vidéo !
Découvrir !   
 



SHOPPING MAISON
 Les meilleurs produits pour décorer votre maison.
Découvrez vite !   
 


“XKeyscore, l'un des outils les plus puissants de surveillance de masse de l'agence de sécurité nationale (NSA), rend très facile le tracking de n'importe quel utilisateur d'Internet”, annonce The Intercept. Le site d'investigation américain spécialisé dans la surveillance globale vient de publier 48 documents classés “top-secret” ou classifés datant de 2008 jusqu’à 2013. Ces documents donnent un éclairage nouveau sur “l’ampleur, la profondeur et la fonctionnalité de ce système d'espionnage contestable”, écrivent les auteurs de l’enquête.

Le fonctionnement du programme XKeyscore avait déjà largement été révélé, en juillet 2013 par divers titres de la presse internationale - notamment The Guardian, Der Spiegel et O Globo – à partir de documents et d'informations révélés par le lanceur d'alerte Edward Snowden.

Métadonnées

Il s'agit d'un programme permettant de pister et de collecter de manière quasi systématique les activités de tout utilisateur sur Internet : adresses IP, envoi d'emails (date, heures, objets destinataires), activités sur les réseaux sociaux, historiques de navigation, etc. Les données de connexion sont conservées de 30 à 45 jours et les données brutes pendant 3 à 5 jours.

XKeyscore, résume The Intercept, fonctionne plus ou moins comme un moteur de recherche. Les analystes et hackers de la NSA peuvent entrer dans une machine et accéder à des informations personnelles par une simple requête et aussi rapidement et facilement que lorsqu'un internaute tape un mot dans Google.

Les métadonnées collectées par XKeyscore, rapporte encore le site d'information, sont classées et triées par 700 serveurs déployés dans plus de 150 sites dans une dizaines de pays, dont la France, la Chine, l'Inde ou encore le Brésil. Au total, “des dizaines de milliards de données sont enregistrées dans sa base de données”, écrit le site d’information.


http://www.courrierinternational.com/article/surveillance-xkeyscore-le-google-de-la-nsa-qui-espionne-la-terre-entiere

2844
#Palmyre  Le groupe terroriste Etat islamique a détruit la fameuse statue du Lion d'Athéna, qui se trouvait à l'entrée du musée de Palmyre



"Les membres de l'EI ont détruit samedi le Lion d'Al-Lat (Athéna), qui est une pièce unique de trois mètres de haut pesant 15 tonnes", a indiqué jeudi le directeur général du département des Antiquités et des musées de Syrie, Maamoun Abdelkarim. "C'est le plus grave crime commis par les djihadistes contre le patrimoine de Palmyre", ajoute le responsable, dont les propos sont rapportés par l'AFP.

La statue en calcaire a été découverte en 1977 par une mission archéologique polonaise dans le temple d'Al-Lat et date du Ier siècle avant J.C.

Par ailleurs, l'EI a annoncé jeudi dans un communiqué avoir détruit plusieurs statues palmyriennes saisies chez un trafiquant qui les transportait dans la province d'Alep. Le texte est accompagné des photos où l'on voit des djihadistes casser les statues à coups de pioche et fouetter le trafiquant. "Il s'agit de huit statues volées à Palmyre dans les tombes", selon Maamoun Abdelkarim.

Fin mai, les djihadistes ont pris aux forces du régime syrien la ville de Palmyre, qui abrite des ruines antiques mondialement connues et classées par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité (voir notre diaporama).

Depuis la prise de la ville, la communauté internationale craint que l'EI détruise les nombreux trésors archéologiques de sa cité antique, à l'instar de ce que le groupe ultraradical sunnite a fait ces derniers mois en Irak.

La version rigoriste de l'islam sunnite prônée par l'EI proscrit formellement la visite de sites archéologiques ou historiques et considère les statues humaines ou animales comme de l'idolâtrie.

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/4686-palmyre-syrie-daech-groupe-terroriste-islamique-detruit.html

2845
Le prix à payer quand on combat l'inhumanité crasse : La Corrida

Manifestation pacifique Anti-corrida qui a finit par tourner mal après que les CRS aient reçus pour ordre de charger et gazer, femmes et hommes de tout âges.
Musique de "Two Steps From Hell"


2846
comme l'informatique

Mais si ça devient incontrôlable , alors danger pour nous

Allons nous trop loin dans la technologie?

2847
Anonymous ►Manifestation Anti Corrida à Dax

Anonymous défend la liberté d'expression, partout dans le monde, même à Dax.
Pour le festival Toro y Salsa (6, 7, 8, Septembre) 2013, le maire de Dax a fait interdire par arrêté toute manifestation dans le périmètre des arènes.


2848
Le Soulèvement des machines, déjà là ?

Lorsqu’un robot VW a tué un employé dans un accident, des fans de «Terminator» se demandaient si des machines avaient eu le dessus sur les gens. La paranoïa a augmenté quand une journaliste Sarah Connor, pardon Sarah O’Connor, a tweeté des nouvelles.

La folie sur Twitter a commencé après que la correspondante du Financial Times Sarah O’Connor a tweeté des nouvelles sur un robot qui avait tué un homme. La ressemblance de son nom à celui du personnage de Sarah Connor, jouée par Linda Hamilton dans le film «Terminator», n’a pas échappé aux fans.

suite

http://francais.rt.com/international/3900-tweets-sarah-oconnor-sur-robot

2849
Un homme tué par un robot dans une usine : une première

Évidemment on ne va pas dire que c’est un « crime », c’est un banal accident du travail, mais ça interpelle sur la capacité de l’humain, à contrôler ces machines puissantes, et de plus en plus sophistiquées, et si c’est un intérimaire, pas forcément au faite des mesures de sécurité, il y a un risque de multiplication….


ROBOTIQUE – Un intérimaire de 22 ans a été projeté par un robot contre un panneau métallique où il s’est retrouvé pressé contre une plaque. Un drame loin d’être anecdotique, à l’heure où la robotique gagne du terrain dans les entreprises.
« Le premier crime commis par robot » vient-il d’être commis en Allemagne ? Le Financial Times relève ce mardi dans ses colonnes qu’un ouvrier de Volkswagen a été tué par un robot qu’il était en train d’installer sur une chaîne de production. Un « accident du travail », se défend le constructeur à l’heure où la robotique gagne du terrain dans les entreprises. Reste que plusieurs spécialistes estiment qu’il s’agit d’une première.



Âgé de 22 ans, cet intérimaire était dans la cage, un espace sécurisée et dévolue à ce robot, pour procéder à son installation en compagnie d’un collègue. Il a alors été projeté accidentellement contre un panneau métallique, avant d’être frappé à la poitrine et pressé contre une plaque. Il est décédé à la suite de ses blessures. Son collègue, lui, était resté à l’extérieur de la cage.

A LIRE AUSSI >> « L’avenir du robot, c’est la collaboration avec l’être humain »

« De graves lésions et fractures »

D’après le constructeur automobile, l’accident n’est pas lié à un dysfonctionnement. En outre, la machine responsable du drame appartient à l’ancienne génération de robot constructeur, obligatoirement installé dans une cage. Les modèles de nouvelle génération, travaillent eux côte à côte avec les ouvriers sur les lignes de production. Cela n’empêche pas les drames de se produire.

En avril dernier, dans le Maine-et-Loire, un électricien de l’équipementier automobile Saint-Jean-Industries a frôlé le drame. « Il a été pris par surprise et dans le dos par le robot qui l’a happé et l’a plaqué contre le préhenseur, une machine équipée de pinces. Alerté, un autre électricien est parvenu à dégager son camarade. Mais la pression supérieure à 200 kg subie par le travailleur lui a évidemment occasionné de graves lésions et fractures », indiquait alors un délégué syndical, selon Le Figaro.

Si ce genre d’accident demeure rarissime, la tendance pourrait s’accentuer du fait de la robotisation croissante du secteur. Et ce, même si la France est à la traine en la matière: avec 31 600 appareils, contre 58 400 en Italie et 175 200 en Allemagne, « les sites de production de l’Hexagone comptent parmi les moins robotisés des pays avancés », relève en effet une étude du groupe Xerfi. Le gouvernement a d’ailleurs validé en juillet 2014 la Feuille de Route du Plan Robotique, un des 34 plans pour la Nouvelle France Industrielle. Et pour cause : le marché est estimé à 100 milliards d’euros à l’horizon 2020.

http://lesmoutonsenrages.fr/2015/07/03/un-homme-tue-par-un-robot-dans-une-usine-une-premiere/

2850
Bruxelles : entre 3.000 et 5.000 personnes au meeting "Avec les Grecs"

Ces manifestants ont répondu à l'appel lancé par la plate-forme "Avec les Grecs" qui soutient le 'non' au référendum prévu dimanche dans le pays.




Avant le démarrage du cortège à la gare centrale, le député Syriza, parti du Premier ministre grec Alexis Tsipras, Manolis Glezos a symboliquement reçu une carte postale géante reprenant les 1.500 premiers signataires d'un appel belge "à participer au référendum grec du 5 juillet", sur un total de 2.500 signatures enregistrées. Cette même carte avait été donnée en main propre à l'ambassadrice de Grèce en poste à Bruxelles, plus tôt dans l'après-midi. "Il est important de montrer au peuple grec qu'il existe aussi, en dehors de la Grèce, des gens favorables au 'non' au référendum de dimanche dans son pays", estime Anne Theisen, coordinatrice de l'événement. Parmi les manifestants, on retrouvait des militants associatifs, syndicaux, des élus Ecolo et PTB ainsi que des citoyens venus "exprimer leur solidarité".

Parmi les élus, le député Ecolo Christos Doulkeridis a dénoncé une forme de "coup d'État en cours dans le pays", se disant, de par ses origines grecques, "bien informé de la situation sur place". "Quand M. Juncker (président de la Commission européenne, NDLR) ment sur le contenu du référendum en parlant de menace de sortie de l'euro, ou quand le socialiste Martin Schulz dit appeler de ses voeux la constitution d'un gouvernement de technocrates à la place du gouvernement démocratiquement élu de M. Tsipras, on n'est pas loin d'appeler au retour des colonels", s'est insurgé le député.

"Nous appelons au 'non'", a, pour sa part, indiqué sans ambages le député wallon PTB Frédéric Gillot. "La troïka n'a pas à imposer son programme à un gouvernement élu démocratiquement sur le thème de l'anti-austérité. Mais on le voit, l'Europe ne fait pas grand cas de la démocratie", a-t-il ajouté, craignant que les créanciers ne se servent de la Grèce comme "exemple" pour faire peur aux autres pays européens. Le secrétaire général du syndicat CNE, Felipe Van Keirsbilck a, de son côté, souligné "l'ampleur inédite du mouvement" en faveur du 'non' à trevers l'Europe. "Regardez ce crowdfunding lancé par ce Britannique. Il a réussi à rassembler 100.000 donateurs en quelques jours. Et plus de 150 manifestations de soutien ont eu lieu à travers toute l'Europe." Si la manifestation n'a rassemblé que 500 personnes, ils étaient au moins six fois plus nombreux à l'ouverture du meeting à la Bourse. Les intervenants, des eurodéputés grecs de Syriza et espagnols Podemos ou encore des membres de la plate-forme "Avec les Grecs", ont rappelé leur opposition aux propositions des créanciers de la Grèce. A l'issue des discours, la soirée s'est poursuivie en musique. Les Grecs sont appelés dimanche à se prononcer sur les exigences des créanciers du pays, en défaut de paiement depuis le 30 juin.

La plate-forme "Avec les Grecs" regroupe une quarantaine d'organisations culturelles, politiques, syndicales ou de lutte contre la pauvreté, dont la FGTB, la CSC, le Réseau wallon de lutte contre la pauvreté et Hart boven hard. Dimanche, la plate-forme organise une soirée "résultats" à partir de 18h00 au micro-marché, quai à la Houille, dans le quartier Sainte-Catherine à Bruxelles.

http://www.levif.be/actualite/belgique/bruxelles-entre-3-000-et-5-000-personnes-au-meeting-avec-les-grecs/article-normal-403945.html