Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

2866
Grèce. D’importantes mines d’or qui excitent les convoitises étrangères



498 kilos d’or. Telle était la production annuelle en Grèce en 2011. L’an prochain, ce chiffre pourrait théoriquement dépasser les 13 tonnes
– soit 26 fois plus
–, plaçant ainsi le pays au premier rang des producteurs européens, devant la Finlande, actuel 40e au rang mondial.

Car le sous-sol de la Grèce est riche : le pays est déjà le premier en Europe pour la bauxite, minerai qui entre dans la fabrication de l’aluminium, et de perlite, sable siliceux utilisé en agriculture et en horticulture.

250 tonnes d'or rien qu'en Chalcidique

Dans un pays où le taux de chômage frôle les 26%
- il a pratiquement triplé depuis le début de la crise économique en 2008
 -, et qui aligne six années consécutives de récession économique, ces ressources naturelles sont une bonne nouvelle.
Du moins en théorie.



Les importantes réserves d’or présent dans le sous-sol grec – certains experts parlent de plus de 250 tonnes rien qued dans la péninsule de Chalcidique (nord) - risquent en effet de profiter à des compagnies étrangères, notamment en Thrace (extrême nord-est du pays) et en Chalcidique, justement.

Car, entre la politique clientéliste menée avant la crise, et les problèmes que connaît la Grèce depuis 2008, les mines et les sociétés pouvant les exploiter ont été délaissées ou arrêtées. Ainsi, en Chalcidique, la compagnie Goldfield European a attendu cinq ans un permis d'exploitation, bloqué pour des raisons bureaucratiques. Du coup, sa valeur en bourse s’est effondrée, la transformant en proie pour d’autres sociétés minières. Et c’est Eldorado Gold, grosse compagnie minière canadienne déjà active en Roumanie, Turquie, Chine et Brésil, qui a emporté la mise pour 2,4 milliards de dollars.

« Ce pays est resté inexploré »

« La Grèce a un potentiel minier pour devenir un pays producteur majeur, se réjouit Jeremy Wrathall, patron de la société minière australienne Glory Resources, qui, elle, a racheté des mines en Thrace. Ce pays est resté inexploré et les techniques modernes de prospection n'ont jamais encore été utilisées ici ».

Selon Glory Resources, 200 emplois directs et 600 emplois indirects pourrait être créés pour son seul projet, sans compter les recettes générées pour l'Etat grec sous forme de taxes. Quant à Eldorado Gold, son effectif actuel de 800 personnes serait porté à 1 500 personnes (le secteur minier grec emploie un peu plus de 10 000 personnes).



Reste que l’extension et l’exploitation de ces mines d’or inquiètent les habitants des régions concernées. Dans la péninsule de Chalcidique, région très touristique, malgré un taux de chômage qui frise les 40 %, nombre de villages opposent une forte résistance, craignant une catastrophe sanitaire et écologique.

Selon le quotidien Die Zeit, en effet, « l'exploitation minière a apporté du travail aux gens d'ici, mais aussi des problèmes. Car les anciens exploitants n'ont eu que peu d'égards pour la nature. Les eaux industrielles ne cessaient de polluer la mer. Les entreprises utilisaient du cyanure toxique et des métaux lourds. Une gigantesque décharge constituée de résidus contaminés se dresse encore aujourd'hui dans les environs.»

Ce qui n’a pas suffi à arrêter le précédent gouvernement grec de Giorgios Papandreou, appâté par cette manne aurifère. L’ex-Premier ministre avait ainsi soutenu le projet de Skouries, une mine d'or à l'abandon située dans les environs du village de pêcheurs d'Aristoteles. Celle-ci devrait être exploitée par une filiale de la multinationale Eldorado Gold, et être agrandie de 80 à 700 mètres de diamètre.

« Des privilèges scandaleux »

Les habitants de la région qui s'opposent à la réouverture de la mine peuvent compter sur un allié de taille : Alexis Tsipras, qui, pendant la campagne présidentielle, s'est rendu plusieurs fois sur place pour soutenir les écologistes.

Dans son programme, Syriza, le parti de Tsipras, promettait de supprimer « les lois qui accordent des privilèges scandaleux à de grandes entreprises locales ou multinationales dans le domaine de l'exploitation minière ». Les ventes de plusieurs mines semblent de plus avoir été réalisée dans des conditions douteuses, celle de Skouries mouillant notamment quelques personnalités politiques.

Aujourd'hui, Syriza veut tenir ses promesses. Ainsi, selon Die Zeit, « le gouvernement a retiré depuis une série d'autorisations au projet, ou ne les a pas accordées. Mais il n'a tout de même pas totalement stoppé le projet. Pas encore. »

http://www.ouest-france.fr/grece-denormes-mines-dor-qui-excitent-les-convoitises-etrangeres-3530734/

2867
INSOLITE. Le championnat de lancer de bouses débarque à Vaugneray
 
Une nouvelle discipline débarque à Vaugneray samedi : le premier championnat de France de lancer de bouses de vache.
Trois catégories (Homme, Femme et Enfant) pour trois vainqueurs. En guise de récompense, un trophée en forme de… bouse. Promis, seulement la forme, pas la matière.



Le groupe d’organisateurs prépare cet évènement depuis un mois. Ils ont ramassé pas moins de 500 « galettes ».
Depuis, elles sèchent pour avoir l’aspect d’un frisbee. Pas d’inquiétude, l’odeur est neutralisée.
 Et parce qu’on n’est pas là que pour s’amuser, la journée offrira aussi des stands et animations pédagogiques.
Car, croyez-le ou non, la bouse est aussi un enjeu environnemental.
 Que dire de plus, sinon « merde » à tous les participants.

http://www.leprogres.fr/rhone/2015/07/02/le-lancer-de-bouses-a-vaugneray

2868
Front invisible : des hackers Anonymous contre Daesh



Alors que l'effort de guerre international contre Daesh s'avère peu fructueux et que le groupe djihadiste menace désormais de faire de Gaza un autre de ses bastions, RT s'est entretenu avec un représentant de groupes de hackers qui combattent Daesh.


Le collectif de hackers, connu sous le nom de Ghost ou GhostSec, a combiné ses forces avec deux autres groupes - CtrlSec et le célèbre Anonymous, pour endiguer le flot de l'extrémisme en ligne et sauver des vies en obtenant des informations sur les personnes impliquées et transmettant des informations cruciales directement aux autorités compétentes. Au cours d'un effort de 6 mois, le collectif a gagné une grande renomée et beaucoup d'éloges de la part des autorités concernées.

L'État islamique bénéficie d'une très forte présence sur Twitter - 46 000 comptes en activité, la plupart du temps faits partisans en Syrie et en Irak, selon la Brookings Institution ; mais les hackers ont mené leur propre combat dans le monde entier contre les extrémistes.



RT s'est entretenu avec avec Mikro, représentant de GhostSec et CtrlSec. Ce dernier a affirmé que son groupe avait réussi à fermer plus de 100 sites Web et avait suspendu plus de 55 000 comptes twitter. «Parfois, nous sommes obligés de hacker le même compte 2 ou 3 fois par jour pour le fermer. Nous les traquons sans répit», a-t-il expliqué via Skype, visage dissimulé et capuche sur la tête.

Mikro explique que les hackers ont par exemple perturbé le réseau qui permettait aux djihadistes en Turquie et en Syrie de recruter de nouveaux membres. «Ceux qui sont séduits par Daesh ont beaucoup plus de mal à rentrer en contact les uns avec les autres», explique-t-il assurant que l'aide de son groupe est primordiale dans la lutte contre l'Etat islamique.

L'homme fait savoir entre autre que les discussions en ligne entre djihadistes comprennent souvent des instructions pour la fabrication de bombes et que la hiérarchie de l'organisation dépend surtout des moyens financiers de chaque membre. Plus un membre a d'argent, plus sa position est élevée.

Le groupe a également mis en place une option en ligne sur le site GhostSec permettant à toute personne de présenter des informations qui pourraient être utiles dans la lutte contre l'Etat islamique. «Si nous pouvons sauver ne serait-ce qu'une vie, alors notre travail depuis 6 mois n'aura pas été vain», explique Mikro qui ajoute que l'effort public est aussi important que la résistance armée au terrorisme.

Il explique aussi que le groupe de hackers arrive à avoir accès à pratiquement toutes les photos et vidéo de Daesh et que les djihadistes usent d'une violence inouïe que l'ont ne pourrait bien évidemment pas montrer aux informations télévisées.

Seulement, s'il existe des hackers anti-Daesh, il y a aussi des hackers pro-Daesh qui ont littéralement déclaré la guerre à tous ceux qui essayent de nuire à l'organisation terroriste.

Fin mai dernier, un groupe se proclamant «défenseurs de l'Etat islamique sur internet» promettait la guerre aux Etats-Unis, à l'Europe et à l'Australie, assurant que les sites internet d'autorités américaines ou encore d'aéroports australiens avaient déjà été hackés.

http://francais.rt.com/international/3921-hacker-anonymous-daesh-cyberguerre

2869
Le gouvernement du Québec victime de piratage



Le collectif de pirates Anonymous est parvenu à s’infiltrer dans les serveurs du gouvernement, obtenant ainsi les accès à 7 880 comptes d’administrateurs et de fonctionnaires.

Étant donné la structure même d’Anonymous (totalement décentralisée), il est impossible de savoir si cet événement – visiblement l’œuvre d’un sous-groupe affilié, mais toujours non identifié – est appuyé par l’ensemble du mouvement.

En somme, le 1er juillet dernier, les responsables de cette cyberattaque ont diffusé la liste de 7 791 comptes liés à des adresses courriel et mots de passe d’administrateurs et de fonctionnaires travaillant au sein de l’ensemble des paliers du gouvernement québécois (notamment au ministère de la Justice,

https://twitter.com/Stefx00/status/616342136125005824

mais aussi à la Sûreté du Québec, à Hydro-Québec, à la CSST et à la SAQ), et 89 comptes qui semblent n’être utilisés qu’à l’interne – leur utilisation requiert possiblement un accès physique au réseau, voire à distance par le biais de systèmes compromis.

Les mots de passe de ces utilisateurs sont donc entre les mains des pirates (et logiquement, celles des internautes). Parmi ceux-ci, on compte au moins 6 utilisateurs dont l’accès est de niveau administrateur. Ces derniers sont donc susceptibles d’avoir accès à de l’information confidentielle. Il est possible d’identifier certaines personnes ayant un accès administrateur sur LinkedIn, ce qui nous laisse croire que cet acte de piratage est légitime.

Quels sont les renseignements compromis?

Il est important de mentionner qu’à première vue, les données diffusées dans le cadre de cette cyberattaque ne sont pas sensibles (à l’exception des noms des bases de données SQL et de leurs tables). Toutefois, puisque les pirates démontrent avoir été en mesure de recueillir ces renseignements, ils ont potentiellement accès à beaucoup plus.

Nous ignorons évidemment à quel type de données peuvent avoir accès les 89 administrateurs du lot. Même chose pour les 75 comptes liés à des adresses courriel du ministère de la Justice, et les 277 comptes liés à des adresses courriel de la Sûreté du Québec. On imagine que ce n’est pas seulement pour avoir des nouvelles du club social.

Quelles sont les motivations des pirates?

Tout comme la cyberattaque ciblant les serveurs du gouvernement du Canada en juin dernier, cet incident est une protestation contre le projet de loi C-51.

http://branchez-vous.com/2015/05/06/le-canada-adopte-le-projet-de-loi-c-51/

Rappelons que le controversé projet de loi antiterroriste, approuvé par le Sénat le 9 juin dernier, pénalise notamment la promotion du terrorisme, augmente la durée d’incarcération préventive de suspects, et étend considérablement les pouvoirs du SCRS.

Il peut sembler étrange qu’Anonymous ait choisi pour cible une entité provinciale afin de protester contre le projet d’une loi fédérale. Mais lorsque l’on souhaite faire se faire entendre, toute cible d’envergure ayant une faiblesse dans sa sécurité informatique peut s’avérer être convenable.

2870
Le fait divers du jour - A 13 mois, Kayleigh est morte parce que ses parents lui donnaient de la cocaïne

ETATS-UNIS
- Un couple d'américains a été inculpé pour meurtre au second degré, après la mort de leur fillette de 13 mois.
Cette dernière a succombé à une overdose d’héroïne et de cocaïne



Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour…

Un couple a été inculpé pour meurtre au second degré, jeudi, après que leur fille de 13 mois a été retrouvée morte.
Les faits remontent au 22 février. A Kingsbury dans l’état américain du Nevada, Kayleigh ne réagit plus.
Sa mère de 27 ans, Rachel Bal, et son père Joshua Bennett, 34 ans, se rendent compte que leur fille ne respire plus.
Pourtant, avant de prévenir les secours, ils vont laver la fillette puis lui mettre une couche et des vêtements propres, relate le journal local Post-Star.

Une prise de drogue régulière

Kayleigh sera par la suite autopsiée et le verdict tombe.
Elle a succombé à une overdose de drogue, de la cocaïne et de l’héroïne, qui a provoqué une insuffisance respiratoire et également une pneumonie. Kayleigh est également retrouvée avec des contusions au visage et un bras cassé. Seulement voilà.
Compte tenu de l’état de ses poumons, les médecins comprennent que la pneumonie a été causée par une prise régulière de drogue par le bébé, bien avant cette overdose qui lui a été fatale, et soupçonne le père d’avoir donné de la drogue et des sédatifs à sa fille régulièrement.

La police, de son côté, est sûre que ses parents lui ont donné de la drogue intentionnellement et que cette mort tragique n’est pas un accident.
Mais faute de preuve, ils sont inculpés pour homicide involontaire et 14 autres chefs d’accusation dont la falsification de preuves, tous deux ayant donné un bain à leur fille morte et changé ses vêtements. Joshua Bennett est également accusé de trafic de drogue.
Ils risquent jusqu’à 25 ans de prison.

http://www.metronews.fr/info/le-fait-divers-du-jour-a-13-mois-kayleigh-est-morte-parce-que-ses-parents-lui-donnaient-de-la-cocaine/mogc!UgfSoq8VqVL9g/

2871
Attaques informatiques: Anonymous s’en prend à 2 sites du groupe État islamique



Une faction du groupe Anonymous, un collectif qui se spécialise dans les cyberattaques, affirme avoir infiltré deux des plus importants sites Web du groupe armé État islamique (ÉI), rapporte Vocativ.

Les attaques auraient été perpétrées mercredi par GhostSec, un mouvement qui a récemment déclaré la guerre à l’ÉI.

Les attaques informatiques sont survenues quelques jours seulement après une série d’attentats meurtriers commis au nom de l’ÉI, dont ceux survenus en Tunisie, au Koweït et possiblement en France.

Les plateformes Web qui ont été touchées par les attaques du groupe affilié à Anonymous sont mnbr.info, un populaire forum destiné aux partisans du groupe armé, et nshr.me, un service de nuages informatiques utilisé pour partager de la propagande pro-ÉI sur les médias sociaux.

«Notre mission est d’éliminer la présence en ligne d’organisations extrémistes islamiques comme l’État islamique, Al-Qaïda, le Front al-Nosra, Boko Haram et Al-Shabaab dans le but de faire obstacle à leur recrutement et de limiter leur capacité à organiser des plans terroristes internationaux», peut-on lire sur le site Web de l’organisation.

http://www.journaldequebec.com/2015/07/02/attaques-informatiques--anonymous-sen-prend-e-2-sites-de-letat-islamique

2872
Vidéo exclusive : HAARP provoque une explosion climatique délirante en plein air

Dans la première vidéo ci-dessous vous verrez une vidéo fraîchement prise il n’y a pas si longtemps. Il est difficile de ne pas être concerné par toutes ces activités malfaisantes du gouvernement Américain. Rien ne ressemble en tout point à cette chose que l’on voit dans le ciel, à cette formation nuageuse délirante qui sort tout droit d’un film d’horreur. Quand vous voyez des tentacules grises sortir des nuages, émettre des jets de lumière et commencer à virevolter dans le genre, c’est à ce moment là que l’on peut sérieusement se demander ce qu’il se passe sur cette planète.

Plusieurs vidéos sur internet ont dénoncé les anomalies de la machine infernale du nom de HAARP, et ci-dessous est l’exemple suprême de la folie scientifique humaine en vogue dans ce monde. C’est fou… complètement fou!!!






http://www.nouvelordremondial.cc/2015/07/03/video-exclusive-haarp-provoque-une-explosion-climatique-delirante-en-plein-air/

2873
Iran : la bête noire de l’Arabie sioniste et de l’entité sioniste !

Le ministre des Affaires étrangères chinois, Wang Yi, a déclaré à son arrivée à Vienne, le 2 juillet, qu’il était « confiant dans le fait qu'à la fin, les parties concernées parviendront à un accord équitable, juste et équilibré » dans les négociations sur le nucléaire iranien.

Cette « forte possibilité d'accord », selon les mots du chef de la diplomatie chinoise mécontente l’entité sioniste, qui menace de recourir à la force contre l’Iran. En effet, le chef d’Etat-major israélien, Gadi Eizenkot, vient de former une équipe spéciale pour étudier l’option militaire contre l’Iran après la signature d’un accord nucléaire ! L’Etat-major israélien se montre d’autant plus inquiet que les Etats-Unis ont écarté toute idée d’une frappe militaire contre l’Iran, lui préférant l’option diplomatique.

L’Arabie sioniste, quant à elle, est hantée par l’Iran, au point qu’elle traque toute activité diplomatique, culturelle et médiatique étrangère iranienne, la considérant comme un danger imminent…

Le ministère des Affaires étrangères saoudien exige qu’« un rapport iranien quotidien » rendant compte de toute allusion faite à l’Arabie en Iran, lui soit remis par son ambassade à Téhéran, nous dévoile WikiLeaks, alors que l’Arabie sioniste ne demande ce rapport à aucune autre de ses ambassades.

Un autre câble diplomatique révèle un document ultra secret dans lequel l’ambassade saoudienne en Iran suggère d’affaiblir l’Iran de l’intérieur et de provoquer des scissions internes, en réponse à la publication par le journal iranien Kihane, d’une photographie sur la torture en Arabie. Le royaume « doit profiter de la diversité des races, des communautés et des religions en Iran pour mettre l’accent sur les différences et les politiques répressives du gouvernement iranien, pour propager des troubles sans oublier d’accentuer les dissensions qui existent entre les courants politiques et religieux, et les symboles du régime depuis les élections présidentielles de 2009 », pouvait-on lire dans ce document envoyé au ministre saoudien des Affaires étrangères qu’il fait suivre au roi d’Arabie saoudite, après validation.

Un autre axe de lutte contre la République d’Iran développé par l’Arabie sioniste est de réduire son impact dans la région, notamment auprès des pays arabes en utilisant toute forme de propagande, comme faire croire que l’Iran veut occuper la Mecque et Médine, et qu’il éprouve de la haine  envers les Arabes et les Musulmans !

La psychose s’est emparée des deux frères siamois sionistes dont les rencontres secrètes n’ont plus rien de secret. Ils se sont unis pour servir les intérêts du sionisme mondial contre l’islam. L’Iran fait partie des « intérêts communs qu’a Israël avec l’Arabie saoudite », comme le déclarait Benjamin Netanyahu en octobre 2012. Israël utilise sa sécurité comme argument pour priver l’Iran de l’atout nucléaire, tandis que l’Arabie sioniste cherche à semer le chaos en Iran, dont elle perçoit la présence grandissante sur l’échiquier mondial, comme une menace à la domination de la dynastie des Saoud au Moyen-Orient et en Arabie saoudite.

http://www.partiantisioniste.com/communications/iran-la-bete-noire-des-freres-siamois-sionistes-2463.html

2874
Canicule : il sauve leur fillette. Les parents portent plainte



Vincent Touya n'en revient toujours pas. Samedi, sur le parking du magasin Carrefour Market de Villeneuve-les-Béziers, ce directeur adjoint de l'enseigne est alerté par des clients : une fillette a été abandonnée à l'arrière d'un 4x4 par 40°C. Il décide de briser une vitre pour lui porter secours. Enfin retrouvés alors qu'ils faisaient leurs courses, les parents de l'enfant de 3 ans, un couple d'Allemands, "n'ont pas réagi". Avant que le père s'emporte en constatant les dégâts sur son véhicule. Et annonce qu'il allait porter plainte. Vincent Touya exprime sa stupéfaction au Parisien.fr.

2875
Une mère laisse son enfant seul dans la voiture, quelques secondes plus tard elle regrette son geste

Chaque semaine, plusieurs enfants meurent à cause d’une négligence de la part de leurs parents. Plusieurs parents laissent leur enfant dans la voiture lorsqu’il fait très chaud à l’extérieur. Certains croient que de laisser leurs enfants quelques minutes dans la voiture n’a pas de conséquences graves.

Dans cette vidéo de sensibilisation, vous pouvez voir une femme qui laisse son bébé dans la voiture le temps d’aller dans un magasin chercher quelques produits. Son geste irréfléchi finit par avoir des conséquences tragiques.

Bien que cette vidéo est une reconstitution, des tragédies comme celle-ci se produisent encore partout dans le monde autant avec les enfants qu’avec les animaux de compagnie. Il n’y a jamais un mauvais moment pour passer le mot sur les dangers de laisser un être cher dans une voiture par une chaude journée.


video : http://www.tropcute.com/videos/une-mere-laisse-son-enfant-seul-dans-la-voiture-quelques-secondes-plus-tard-elle-regrette-son-geste/

http://www.tropcute.com/videos/une-mere-laisse-son-enfant-seul-dans-la-voiture-quelques-secondes-plus-tard-elle-regrette-son-geste/

2876
Incendie à la centrale nucléaire de Paluel : le "Grand Carénage" vire au carnage !



La centrale nucléaire de Paluel, qui devait ouvrir le bal des "Grands Carénages", travaux de grande ampleur destinés à prolonger la durée de fonctionnement des réacteurs, vient d’être touchée par un incendie aux conséquences lourdes.

Alors que des travaux de découpe avaient lieu en salle des machines dans le cadre de la 3ème visite décennale, un feu s’est déclaré à l’intérieur d’un condenseur, suite à des précautions insuffisantes pour empêcher les matériaux de s’enflammer. Il aura fallu 71 pompiers et plus de 6 heures pour "maîtriser" le feu, mais les pompiers restent confrontés à une quantité considérable de métal fondu à très haute température. Un incendie aussi long, avec fusion de métaux, est un événement rare qui en dit long sur la gravité du problème. Au vu des dégâts et des coûts de remplacement d’une telle pièce - sans compter qu’il serait peu probable que le feu n’ait pas aussi endommagé d’autres équipements -, il faudrait prendre acte dès maintenant du non-redémarrage du réacteur !

Cet incendie fait suite à deux évacuations en l’espace d’une semaine à la centrale nucléaire du Blayais, suite au dysfonctionnement répété d’un sas de confinement, qui a laissé s’échapper des poussières radioactives et contaminé 11 personnes. Là encore, il s’agissait de travaux de maintenance en prévision de la prolongation des réacteurs et les précautions nécessaires n’avaient pas été prises.

Ces exemples suffisent à démontrer que le "Grand Carénage" risque de virer au grand carnage. Alors qu’aux dires de l’Autorité de sûreté nucléaire, EDF est déjà débordée par les opérations de maintenance qu’elle a elle-même programmées, comment prétendra-t-elle gérer des travaux de grande ampleur et souvent inédits sur plusieurs centrales à la fois ? Et dans quelles conditions se feront ces travaux ? Alors que les travailleurs du nucléaire alertent sur les cadences infernales qu’ils subissent, EDF envisage-t-elle de les solliciter encore plus… ou de recourir à de nouvelles recrues non formées, aux risques dans tous les cas de nouvelles malfaçons ?

Avec de tels déboires, il est indubitable que les 55 milliards d’euros prévus à l’origine par EDF pour cette opération seront largement dépassés. Surtout, outre que certaines pièces sensibles au vieillissement ne pourront être remplacées, les centrales ainsi rafistolées ne connaîtront au final pas d’amélioration notoire de leur sûreté et ces travaux se réaliseront au prix de souffrances humaines considérables, de contaminations et d’un gaspillage éhonté de sommes qui seraient plus utilement investies dans les énergies renouvelables et les économies d’énergie. Plutôt que de mener ce rafistolage inutile, coûteux et dangereux, il faut mettre en oeuvre en urgence la sortie du nucléaire, en commençant par l’arrêt des réacteurs de plus de 30 ans.

Contacts presse : Réseau "Sortir du nucléaire" - 06 64 66 01 23

Collectif Stop EPR-Ni à Penly Ni ailleurs Guillaume Blavette : 06 62 29 50 48


http://www.sortirdunucleaire.org/Incendie-a-la-centrale-nucleaire-de-Paluel-le

2877
Un squelette d'un géant humain préhistorique de 15 mètres reconstitué ?





image:
Squeletteg ant mini

Bon, nous avons déjà l'habitude des hoax et fausses photos (dont celles commandées par des concours pour photoshop par exemple) de squelettes de géants  humains soit-disant découverts un peu partout dans le monde. Cette fois, nous avons droit (éventuellement) à un vrai squelette de géant en train d'être reconstitué par une équipe. Qu'en est-il pour l'instant, avec cet article surprenant qui est tombé dans les tabloïdes :




Squeletteg ant

" RECONSTRUCTION du squelette humain géant "



Genèse 6:4... Il y avait des géants à l'époque...

Reconstruction du squelette géant trouvé à Loja en Équateur, le 19 octobre 2012, dans la province de Loja, au sud de l'Équateur et la frontière du Pérou. Ancien résident, je me souviens avoir entendu il y a longtemps que dans les belles vallées de cette province il y avait des squelettes qui auraient été découverts, très semblables à ceux des humains, mais d'une taille incroyable.

De loin, le plus célèbre de ces découvreurs a été Carlos Miguel Vaca qui avaient gardé jusqu'à sa mort en 1999, plusieurs os et fragments trouvés sur un site nommé « Changaiminas », qui traduit en espagnol signifie « cimetière des dieux ».

Plusieurs fragments ont été envoyés à la Smithsonian Institution aux Etats-Unis, afin qu'ils étudient leur densité, âge et poids. Un fragment de cette collection a été présenté par le célèbre chercheur Klaus Dona.

Plusieurs autres fragments sont connus pour faire partie de collections privées. Du squelette fragmenté suivant, sept fragments ont été étudiées par sept différents scientifiques et anatomistes, qui ont confirmé qu'ils font partie d'un squelette humain de sept fois la taille d'un être humain moderne ! Le scientifique de Californie Alex Putney a participé à la reconstruction du squelette pendant huit mois avec une équipe sur la base des fragments. "

Sources : https://www.facebook.com/1mill.creationist?fref=ts

En attente d'autres sources... Selon une source, ce squelette serait en réalité une "reconstitution" faite au Erich von Däniken’s Mystery Park ancient astronaut theme park à Interlaken, en Suisse... (confirmé)... mais est monté par Alex Putney et contiendrait donc certains moulages de vrais échantillons...

Yves Herbo Traductions, Sciences-F-Histoires

En savoir plus sur http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/prehistoire-antiquite/un-squelette-d-un-geant-humain-prehistorique-de-15-metres-reconstitue.html#DATyTooWtcw6qREx.99

2878
Référendum grec : « Un "non" rendra fières les générations futures et défendra la véritable âme de l’Europe »




« Pour la première fois le peuple peut réellement décider de son avenir. Pour la première fois il peut repousser lui-même, par son vote, le dernier chantage », lance à la tribune Zoé Konstantopoulou, présidente du Parlement Grec. Dans un discours prononcé le 1er juillet 2015, elle condamne toutes les tentatives de manipuler le sens de la question posée par le référendum : « Le oui signifie oui aux mémorandums, à la soumission et à la servitude ». Selon elle, la victoire du non ne signifiera pas une sortie de la zone euro, mais sera « un message retentissant » pour montrer que « la démocratie est l’affaire des hommes et des peuples, non des banques, des banquiers et des marchés. »


« Ces derniers jours et ces dernières heures on a enregistré un déluge d’ingérences grossières dans le processus démocratique du référendum, proclamé pour la première fois en 41 ans depuis la fin de la dictature des colonels, à l’instigation du Premier ministre, puis sur proposition du gouvernement et décision du Parlement.

Les représentants d’hier, les co-responsables de la destruction du pays et du peuple, et leurs partenaires nationaux et étrangers, ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour empêcher l’expression de la volonté populaire. Pour empêcher ou annuler le référendum.

Et maintenant, puisqu’ils ont échoué dans cette tentative, ils font tout ce qu’ils peuvent pour en modifier le résultat, rendre floue et dénaturer la question très claire, en adressant au peuple un nouveau chantage :

Que soi-disant, si les citoyens disent « non », nous devrons quitter l’Union Européenne ou la zone euro.

Que s’ils disent « non », il n’y aura aucune nouvelle négociation.

Que s’ils disent « non », cela signifiera qu’ils « ne veulent pas d’aide ».

Certains, chefs d’État mais aussi représentants de la Commission et d’autres institutions et organismes, n’hésitent pas à interférer grossièrement dans les affaires internes du pays et à suggérer au peuple ce qu’il doit voter au référendum, en modifiant la vraie question.

Ce qui est important c’est non seulement ce qu’ils disent, mais qui le dit.

Le disent les représentants des gouvernements qui se sont alliés aux gouvernements qui ont détruit le pays et ont fait des échanges avec eux.

Le disent les représentants d’organisations internationales qui ont participé à des programmes catastrophiques qui ont décomposé la société et causé d’indicibles malheurs.

Le disent des dignitaires, qui ont admis s’être trompés dans le cas de la Grèce, encore et encore.

Mais le disent aussi les représentants du système politique corrompu des anciens partis, de la corruption et des combines, ceux qui ont créé une dette illégale, honteuse et insoutenable et qui veulent la mettre sur le dos du peuple, de la jeunesse et des générations futures, sans rendre de comptes.

Le oui ne signifie pas oui à l’Europe.

Il signifie oui à l’ultimatum adressé par la Troïka au gouvernement grec.

Le oui signifie oui aux mémorandums, à la soumission et à la servitude.

Oui à des diminutions supplémentaires des salaires et des retraites.

Oui au chômage et à la précarité de l’emploi.

Il signifie oui à l’abandon de la souveraineté et de la démocratie, au bradage des biens publics, à de lourds impôts sans fin.

Il signifie aussi oui à la dégradation de la Grèce de pays membre à part égale de l’UE en pays paria et en colonie de la dette.

Le non signifie non aux tactiques et pratiques antidémocratiques.

Non aux chantages anti-européens et aux ultimatums.

Non aux blocages artificiels.

Non à l’asphyxie du peuple, avec les banques fermées.

Non à l’asservissement d’États-membres par d’autres États-membres.

Non à la soumission économique et politique.

Le Gouvernement s’est redressé. Il n’a pas cédé, il n’a pas capitulé en trahissant la confiance des citoyens.

Le Parlement en 2015 a été à sa hauteur. Il n’a pas fait loi d’État les mesures qui ont condamné de nombreuses générations à un esclavage mémorandaire.

Pour la première fois, le peuple peut réellement décider de son avenir. Pour la première fois, il peut repousser lui-même, par son vote, le dernier chantage. Pour la première fois, le peuple peut lever la tête et avec son vote, avec le non, secouer le joug des mémorandums.

Qu’il vote et se batte pour sa dignité et son avenir.

Et qu’il défende le seul gouvernement qui lui a fait confiance et lui a rendu le pouvoir qui lui appartient et qu’il défende le Parlement qu’il a lui-même élu et qui lui a rendu le pouvoir qu’il en tire et exerce en sa faveur.

Qu’il ne permette pas le renversement du gouvernement par ceux qui, depuis des mois, élaborent des scénarios de déstabilisation et de détournement, pour remettre le pays et le peuple aux forces de la corruption, des combines et de la tromperie, qui ont tiré profit des mémorandums sur le dos de la société.

Et qu’il envoie le message retentissant et optimiste aussi aux autres peuples d’Europe, que la démocratie est l’affaire des hommes et des peuples, non des banques, des banquiers et des marchés.

Les « non » du peuple grec ont, dans l’Histoire, rendus fiers non seulement les Grecs, mais l’humanité toute entière.

Un tel « non » rendra fières les générations futures et défendra la véritable âme de l’Europe, qui ne se base pas sur des ultimatums et des chantages, mais sur une coexistence égalitaire, la démocratie et la solidarité. »

Zoé Konstantopoulou, présidente du Parlement Grec, le 1er juillet 2015.

Traduction : Frédérique Bouvier / Source

http://www.bastamag.net/Un-non-rendra-fieres-les-generations-futures-et-defendra-la-veritable-ame-de-l

La vidéo de l’intervention :



2879
Le véritable bilan annuel d’EDF : pourquoi l’Etat actionnaire devient totalement schizophrène




C’est à n’y rien comprendre. Le gouvernement français souhaite réduire la part de l’énergie nucléaire ? EDF s’y oppose. Le gouvernement entend accélérer le développement des énergies renouvelables ? EDF fait le contraire. Le gouvernement lutte contre l’évasion fiscale ? EDF ne ferme pas ses filiales dans les paradis fiscaux. Le gouvernement assure vouloir lutter contre la précarité énergétique ? EDF plaide sans cesse pour une augmentation des tarifs. Pourtant EDF appartient à l’Etat, donc aux citoyens français…


Le fondateur d’EDF, Marcel Paul, ministre de la Production industrielle à la Libération, n’en reviendrait pas. Lui-même ancien électricien, le résistant et député communiste du Limousin a joué un rôle crucial dans la création du service public nationalisé de l’énergie. Soixante-dix ans plus tard, il aurait bien du mal à reconnaître l’entreprise – encore formellement publique, puisque l’État en détient toujours 84% – et les valeurs qu’elle incarne.

Qu’il s’agisse de fiscalité, de droits des travailleurs ou d’environnement, quelle entreprise illustre mieux qu’EDF la schizophrénie de l’État actionnaire ? Le groupe ne cesse, par exemple, de réclamer une hausse des tarifs de l’électricité alors que ceux-ci ont déjà explosé depuis dix ans et que cinq millions de Français vivent en situation de précarité énergétique. Des critiques similaires émergent au Royaume-Uni, où l’entreprise est très présente. Faut-il préciser qu’EDF a dégagé un confortable bénéfice de plus de 13 milliards d’euros en quatre ans, dont 60% a été reversé à ses actionnaires, en l’occurrence l’État. Depuis vingt ans, EDF s’est lancée dans des acquisitions à l’étranger – pas toujours avec succès –, au risque de négliger les besoins d’investissements en France. Au passage, elle a également implanté quelques filiales dans des pays considérés comme des paradis fiscaux.

EDF est le 19e plus gros émetteur de CO2 au monde

En France, EDF s’oppose à la volonté de l’État de réduire la part de l’énergie nucléaire dans la production d’électricité et de fermer la plus vieille centrale nucléaire en activité, celle de Fessenheim en Alsace. Le Président François Hollande, élu en 2012, s’est engagé à ce que cette part soit réduite à 50% d’ici 2025, alors que l’électricité d’origine nucléaire pèse aujourd’hui 88% dans le « mix énergétique » d’EDF. L’entreprise a déployé de multiples efforts pour tenter d’éviter que cet objectif soit inscrit dans la loi. Le service public de l’énergie n’obéirait-il plus à la souveraineté démocratique ? La sûreté des centrales nucléaires et l’échéance de leur vieillissement n’est elle pas également une question cruciale, qui devrait être soumise à un réel débat de fond, informé et transparent ?

Côté climat, cette schizophrénie est encore plus flagrante. EDF est le 19e plus gros émetteur de CO2 au monde. Alors que l’actuel gouvernement s’est engagé en faveur d’une transition énergétique, « son » entreprise publique ne produit en France et dans le monde que 10% d’énergies renouvelables et s’oppose à tout objectif officiel d’efficacité énergétique. Et encore, certains projets d’énergie « verte » développés par EDF dans le monde, notamment les grands barrages, sont chaudement contestés. Si l’on retire l’énergie hydraulique, la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité du groupe en France tombe à un misérable 0,1%. Cette bien piètre performance n’a pas empêché EDF à être choisie comme l’un des sponsors officiels de la conférence sur le climat, fin 2015.

EDF a massivement développé la sous-traitance, en particulier pour l’entretien et les interventions au sein des centrales nucléaires françaises. Ces plus de 20 000 « nomades du nucléaire » – presque autant que les agents d’EDF – sont les grands oubliés des débats sur l’énergie atomique. Précaires, régulièrement exposés à la radioactivité, ils ne bénéficient pas d’un statut et d’un suivi médical digne des risques qu’ils prennent et du rôle qu’ils jouent. La question de la santé au travail et de la reconnaissance des maladies professionnelles reste un point noir du bilan social du groupe. Il serait peut-être temps que les grands principes fondateurs d’un véritable service public de l’énergie soient remis au goût du jour, soixante-dix ans après sa création.

- Pour accéder au « véritable bilan annuel d’EDF » publié par notre Observatoire des multinationales, cliquez sur l’icône :

http://www.bastamag.net/IMG/pdf/edf_contrerapport_final_bd.pdf


http://www.bastamag.net/Schizophrenie-d-Etat

2880
Goldman Sachs a camouflé la dette de la Grèce, puis parié sur sa faillite !




Faîtes touner à tous les grecs.

De nouvelles révélations accablent la banque d'affaires américaine, qui semble avoir joué sur tous les tableaux, mettant Athènes à genoux. Et l'euro en danger.

Quel cynisme! Si l'on en croit le New York Times et l'hebdomadaire allemand Spiegel, ce sont les banques de Wall Street, comme Goldman Sachs, qui ont permis à la Grèce de s'endetter en cachette, bien au-delà des limites fixées par Bruxelles. Et cela, grâce à des montages financiers complexes, qui ressemblent curieusement aux subprimes responsables de la pire crise mondiale des quatre-vingts dernières années. Et ce n'est pas tout. Après avoir aidé le gouvernement hellénique à vivre largement au-dessus de ses moyens, les mêmes banques se sont mises à investir dans des fonds spéculatifs pariant qu'Athènes serait bientôt en défaut de paiement!

Mais reprenons. La dissimulation s'est produite peu après l'entrée de la Grèce dans la zone euro, en 2001. En adoptant cette monnaie, Athènes s'était engagé à ne pas dépasser 3% de déficit budgétaire. Une règle que les autorités ont réussi à contourner grâce à l'offre de Goldman Sachs: pour obtenir tout de suite des milliards de dollars, il leur suffisait de renoncer à l'avenir à des taxes d'aéroport, à des recettes du loto, etc. Cela s'appelle un «échange de devises». Techniquement, ce n'est pas un emprunt. Il n'y a pas d'intérêts à inscrire au budget. De l'argent est à disposition maintenant, qui fera défaut plus tard. On repousse le problème. C'est de la mauvaise gestion d'Etat, mais c'est tentant pour des politiciens obsédés par leur cote de popularité. Et à l'époque, ces «contrats dérivés» n'étaient pas interdits...

Le cercle vicieux

C'est donc en toute légalité que Goldman Sachs a empoché une commission de 300 millions de dollars pour avoir monté l'opération. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Le New York Times croit savoir qu'en novembre dernier, le président de la banque, Gary Cohn, s'est rendu en personne à Athènes pour proposer de refaire le coup. Un peu comme on propose un second emprunt à quelqu'un qui ne peut plus renflouer sa carte de crédit. La Grèce a refusé. Depuis 2004, ces opérations ne sont plus autorisées dans l'Union européenne.

Plus dérangeant encore: la même banque investit dans des «credit default swaps», qui parient sur l'incapacité de la Grèce à honorer les intérêts de sa dette. De la pure spéculation qui nourrit la méfiance des investisseurs et des créanciers face à Athènes. Le cercle vicieux est enclenché.

 

Source: La Tribune de Genève

  http://www.wikistrike.com/article-goldman-sachs-a-camoufle-la-dette-de-la-grece-puis-parie-sur-sa-faillite-99715852.html