Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

301
Info php -web .... / Zone Téléchargement est déjà de retour
« le: 14 décembre 2016 à 20:11:17 »
Zone Téléchargement est déjà de retour

Moins d’un mois après sa fermeture surprise par la gendarmerie, Zone Téléchargement est de retour sur les Internets.
D’anciens ou nouveaux administrateurs ont décidé de « reprendre les choses en main », la plateforme est désormais totalement opérationnelle sur un autre nom de domaine.



À l’annonce de sa fermeture par les autorités, nombre des membres de la communauté warez pariaient sur son retour prochain. Il est vrai que le jeu du chat et de la souris entre les autorités et les différents sites pirates est éculé, comme on a pu le voir avec The Pirate Bay.

Si le site est réapparu dans la journée même, le service de lien DL Protect, fermé le même jour, ne fonctionnait pas, rendant impossible le fonctionnement normal du site. L’annonce du retour plein et entier du site a été fait sur une page Facebook :

Un retour annoncé sur Facebook

« On s’est, tous, réveillé le 28 novembre avec cette triste nouvelle affichée sur les réseaux sociaux : Fermeture de Zone Telechargement !

Zone Telechargement, c’est avant tout une communauté de passionnés, du partage et beaucoup de liens qui se sont tissés. ZT, ce n’est pas ce site de piratage, mais bien, ce lieu d’échange et de partage, cet agrégateur de liens qui nous permet de retrouver les films et séries qu’on cherche

C’est riche de ce constat et attristé à la fois que nous avons décidé de reprendre les choses en main. Ce nouveau adresse Zone-Telechargement.ws a la même vocation que l’ancien, réunir des passionnés, vivre de partage et profiter de culture et d’arts car aujourd’hui s’offrir un DVD est un luxe !

C’est pourquoi nous vous invitons en tant qu’utilisateur de Zone Telechargement à nous aider dans notre lourde mission ! Partagez notre site, parlez-en autour de vous ! Ne laissons plus l’injustice s’installer ! En restant soudés, nous montrons notre force et notre légitimité ! »

Copie conforme sise aux Samoa

Le site est donc de nouveau accessible, mais sous un autre nom de domaine, sis aux Samoa. Pour le reste, il ressemble trait pour trait à son prédécesseur, recherche et téléchargements fonctionnent.



Certains ne manquent pas de s’interroger sur la véracité d’un tel retour et craignent un piège tendu par les autorités pour récupérer des adresses IP ou débusquer les pirates.

Selon les autorités ayant procédé aux arrestations de ces deux Français résidant dans la Principauté d’Andorre, le premier, arrêté à Toulouse, était le responsable des finances du site. Il a été mis en examen pour « contrefaçon », « travail dissimulé » et « blanchiment ». Le second, quant à lui, toujours « en attente d’extradition » était en charge de la partie technique du site.

La gendarmerie estime le préjudice subi par les ayants droit à 75 millions d’euros.

http://www.journaldugeek.com/2016/12/14/zone-telechargement-retour/?utm_content=buffercf270&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

302
Après Zone Téléchargement, au tour de Cpasbien de tomber ?

Depuis plusieurs heures, la toile bruisse de cette rumeur, le site de téléchargement cpasbien, site pirate référence pour le torrent, vivrait ses dernières heures.



Sale temps pour le warez. À peine quelques jours après la fermeture de Zone Téléchargement, le roi du direct download français, le 28 novembre dernier, ce pourrait être au tour du roi du torrent tricolore d’abdiquer. Les indices relevés par sa communauté le laissent entendre.

En effet, depuis la fermeture de ZT, Cpasbien n’a enregistré aucun nouveau contenu. Une absence de nouveaux ajouts qui coïnciderait avec la fermeture de ZT, rapporte Next Warez.



En effectuant une recherche en ligne pour cpasbien, plusieurs sites du même nom apparaissent, mais pas l’original. En tapant cpasbien.com dans la barre de recherche, l’adresse renvoie à http://www.cpasbien.cm/homec.php qui ressemble trait pour trait à l’original.

Cpasbien.io quant à lui, dernière extension utilisée par le site, renvoie à Torrent9, il pourrait donc s’agir d’un site miroir géré par l’équipe de cpasbien. Cette publicité a fait exploser les stats de Torrent9 qui affichent des audiences records, il est aujourd’hui le 155e site le plus visité de France, alors qu’il vivotait encore à la 250e place la semaine dernière. Les administrateurs de cpasbien pourraient vouloir renvoyer leur communauté à cette adresse en cas de fermeture prochaine.

Le roi est mort, vive le roi ?

http://www.journaldugeek.com/2016/12/07/cpasbien-fermeture/

303
Comment Zone Téléchargement a réussi à passer autant de temps sous le radar des autorités ?

L’annonce de sa fermeture le 28 novembre dernier a fait grand bruit sur la toile.
Depuis sa création en 2011, le site Zone téléchargement (ZT) a réussi à passer sous le radar des autorités et le filtrage des moteurs de recherche grâce à un ingénieux système qui a assuré la pérennité du site et la fortune de ses administrateurs.



11e site le plus consulté de France devant Twitter, eBay ou encore Cdiscount, selon les données Alexa (groupe Amazon), près de 4 millions de visiteurs uniques par mois, dont 77% de Français, 10 millions d’euros de chiffre d’affaires depuis sa création en 2011, Zone Téléchargement était un poids lourd du web français et l’un des rares sites pirates à avoir échappé à l’hécatombe des derniers mois, devenant ainsi la bête noire des ayants droit.

Une prouesse rendue possible grâce à un ingénieux système : Zone Téléchargement fonctionnait grâce à deux sites. ZT donc, la vitrine, et DL-protect.com, son pourvoyeur de liens, tombé le même jour.

Deux plateformes pour un système redoutable

ZT fonctionnait comme un répertoire de liens à télécharger – films, séries, jeux vidéo, etc. – et renvoyait ensuite sur DL-protect pour télécharger le contenu souhaité. Ainsi, ZT échappait à la censure des moteurs de recherche, Google en particulier, téléguidée par les ayants droit.



Ces derniers peuvent en effet exiger le déréférencement des sites (ou pages) proposant des œuvres piratées, cependant, ZT ne renvoyait vers aucun hébergeur, uniquement vers le site DL-protect.com qui, lui, proposait des liens dirigeant vers un hébergeur.

Toute tentative de suppression de pages de ZT devenait alors impossible, seules les pages renvoyant à DL-protect étaient supprimées des pages résultats de Google et autres moteurs. Un coup d’épée dans l’eau, puisqu’un petit tour sur ZT permettait aux utilisateurs d’accéder au contenu illégal souhaité.

Une entreprise très lucrative

Une petite entreprise qui ne connaissait pas la crise. Grâce à ce stratagème, ZT a pu couler des jours heureux, faisant tout autant le bonheur des internautes que de ses administrateurs, qui bénéficiaient non pas d’une, mais de deux rentrées d’argent (les revenus publicitaires de ZT et de DL-protect).



Il aura fallu pas moins de deux ans d’enquête de la part de la section de recherche de Toulouse et du centre de lutte contre les criminalités numérique (C3N) depuis la plainte de la Sacem déposée en 2014, suivie par celle de l’Alpa (association de lutte contre la piraterie audiovisuelle), pour détricoter cet imposant système, riche de plus de 2,5 millions de liens vers des œuvres illicites, dont des films et séries récents et/ou introuvables en France.

Deux ans d’enquête et un mandat international

« Les investigations ont été longues, car il s’agit d’une plateforme à caractère international : plusieurs pays, dont l’Andorre, étaient concernés. Il a fallu collecter toutes les preuves, puis organiser l’opération », explique Frédéric Delacroix, le délégué général de l’Alpa. Le contexte d’État d’urgence se superposant à cela, « on comprend que ça ne soit pas forcément la priorité des forces de l’ordre ».

Depuis l’arrestation des deux administrateurs de Zone Téléchargement âgés de moins de trente ans et résidents de la Principauté d’Andorre, les informations filtrent sur le train de vie de nabab de ces Toulousains d’origine, aujourd’hui en garde à vue, comme trois de leurs complices.

Une vie de nantis



Grâce à des régies publicitaires et annonceurs peu scrupuleux, comme il en existe beaucoup sur ce genre de site (publicités pour des sites pornographiques ou de rencontres coquines, phishing, escroquerie à l’iPhone gagné, etc.), et les clics qui vont avec, les administrateurs du site s’assuraient de confortables revenus publicitaires : plus de 1,5 million d’euros de chiffre d’affaires annuel.

Voitures de luxe (Jaguar notamment), biens immobiliers, importantes liquidités, comptes épargnes et comptes offshore à Malte, Chypre ou au Belize ont ainsi été saisis en Andorre, 431 000 euros d’avoirs au total. D’autres comptes de plusieurs milliers d’euros ont également été gelés en Andorre.

Une nouvelle mafia ?

Des pratiques de blanchiment d’argent et de fraudes fiscales qui font dire aux autorités que ces personnes s’éloignent de la figure du geek libertaire de l’époque qui souhaite proposer le plus de contenu possible dans un esprit désintéressé (liberté et culture pour tous), et les rapprochent d’une nouvelle forme de mafia.



Leur arrestation a été rendue possible par l’émission d’un mandat d’arrêt international, l’un a été arrêté en Andorre, l’autre à Toulouse pendant l’un de ses déplacements. Trois autres personnes ont été arrêtées en France. Un mandat qui a permis de mettre hors service les serveurs situés en Allemagne et en Islande

Leur garde à vue a été prolongée, la Sacem et la gendarmerie nationale estiment le préjudice subi par les ayants droit à 75 millions d’euros. Entendus dans le cadre d’une information judiciaire pour « contrefaçons et diffusion d’œuvres en bande organisée », « travail dissimulé » et « blanchiment d’argent », les administrateurs risquent de lourdes peines. En septembre, l’administrateur du site OMGTORRENT, créé en 2008 et actif jusqu’à fin 2015, a été condamné à 5 millions d’euros de dommages et intérêts et à un an de prison dont huit mois fermes.

De nouveau en ligne mais non fonctionnel

Zone Téléchargement a rouvert mardi dans la journée, sans doute une copie lancée par d’autres administrateurs, alors que DL-protect est toujours down : les liens proposés ne fonctionnent pas.

Certains utilisateurs de la plateforme s’inquiétaient alors que les forces de l’ordre en profitent pour récupérer leur adresse IP pour remonter jusqu’à eux. M. El Sayegh, le secrétaire général de la Sacem, assure néanmoins qu’il ne poursuivra pas ces internautes dont les adresses pourraient être stockées sur les serveurs saisis. Si « détenir des fichiers contrefaits, c’est du recel », « l’objectif est avant tout d’attaquer le mal à sa source, et les administrateurs des sites pirates, qui font commerce des œuvres ».

http://www.journaldugeek.com/2016/11/30/comment-zone-telechargement-a-reussi-a-passer-autant-de-temps-sous-le-radar-des-autorites/

304
Visa à une famille syrienne: sans faire de commentaire, l'huissier de Justice est passé au cabinet de Theo Francken

http://www.rtl.be/info/video/608241.aspx

Un huissier s'est présenté ce mardi après-midi au cabinet de Theo Francken (N-VA), le secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, pour lui réclamer 20.000 euros d'astreintes. Celui-ci est arrivé vers 16h30 avec une heure de retard sur son agenda. Il est reparti un quart d'heure plus tard et n'a fait aucune déclaration.

Theo Francken a été condamné par la Cour d'appel de Bruxelles à payer des astreintes s'il n'exécute pas une autre décision de justice, rendue par le Conseil du contentieux des étrangers et qui l'oblige à accorder des visas ou laissez-passer à un couple et leurs deux enfants mineurs qui résident actuellement à Alep.

"On ne peut pas obliger matériellement M. Francken à signer un document, donc la sanction financière est un moyen de pression", relève Hakim Boularbah, avocat et professeur de droit judiciaire (ULB, ULg).

Les astreintes sont dues à la partie qui a obtenu la décision, même si dans le cas présent les avocats de la famille syrienne ont fait savoir que celle-ci offrirait la somme à une association belge de lutte contre la pauvreté.

Verser l'argent sur un compte bloqué, comme l'envisage le gouvernement fédéral, n'est permis que pour une décision rendue en première instance ou avec l'accord de l'autre partie, précise le professeur.

Ce n'est pas le cas dans ce dossier. M. Francken devra donc payer. S'il ne le fait pas, des mesures de saisie sont possibles. Mais un régime spécifique existe pour les biens de l'Etat: "il est interdit de saisir les biens affectés au service public. L'huissier ne pourra donc pas saisir la voiture de fonction du secrétaire d'Etat ou les ordinateurs de son cabinet, mais bien une belle toile de maître", illustre M. Boularbah.

Il est déjà arrivé à plusieurs reprises qu'une autorité publique refuse de payer des astreintes et reçoive la visite d'un huissier voire, plus rarement, subisse des saisies. Hakim Boularbah évoque le dossier du survol de Bruxelles ou la longue grève dans les prisons au printemps dernier. "De manière générale, l'Etat est le plus mauvais débiteur en termes de respect des décisions de justice", rappelle-t-il.

"Mais souvent, c'est par négligence, à cause de difficultés bureaucratiques ou parce qu'on est dans une situation inextricable. Ici, ce qui est choquant, c'est que l'Etat pourrait tout à fait exécuter la décision de justice mais qu'il refuse pour des raisons politiques", souligne enfin l'avocat.

http://www.rtl.be/info/belgique/politique/visa-a-une-famille-syrienne-sans-faire-de-commentaire-l-huissier-de-justice-est-passe-au-cabinet-de-theo-francken-874859.aspx

305
Ferrero : cessez de tirer profit de l'exploitation de millions d'enfants dans les plantations de cacao.

Tous les enfants aiment-ils le Nutella? Oui, sûrement...sauf ceux qui sont réduits en esclavage pour le produire. Nous sommes en 2016 et pour accroître ses bénéfices, Ferrero -- le géant du chocolat propriétaire de Nutella -- va jusqu'à tirer profit de l'asservissement de pauvres enfants.

Arrachés à leurs familles et vendus aux plus offrants dans le pire des cas, ces enfants travaillent gratuitement dans des conditions extrêmement dangereuses. Le plaisir que nous prenons à déguster les tablettes de chocolat Ferrero a un prix : celui de leurs vies.

Si plusieurs entreprises ont déjà pris des mesures pour lutter contre ce fléau, Ferrero ne semble pas s’émouvoir du sort de ces jeunes enfants.

Il en sera ainsi tant que ses énormes bénéfices ne seront pas menacés.

Et si nous profitions de la période de fêtes qui approche pour demander des comptes au géant du chocolat ? À la veille de Noël, Ferrero souhaite éviter au maximum un scandale autour du travail des enfants. C’est une occasion rêvée pour demander à l’entreprise de mettre un terme à ces pratiques.

Dites à Ferrero de mettre fin à l’exploitation des enfants dans les plantations de cacao -- tirer des bénéfices sur le travail d'enfants est intolérable!

Ferrero possède 8,8% du marché mondial du cacao. Avec les quatre autres plus grands groupes du monde, ils se partagent jusqu’à 100 milliards de dollars par an. C’est énorme! Mais au lieu de se servir de cet argent pour payer convenablement les producteurs locaux, Ferrero s’en met plein les poches.

Au lieu d'aller à l'école et de profiter de leur enfance, nombre d'enfants travaillent dans les plantations de cacao où il doivent manipuler des machettes et appliquer des produits chimiques qui dégradent leur santé. Pire: des trafiquants vont même jusqu'à arracher certains enfants à leurs familles et à les réduire en esclavage.

Le travail forcé des enfants est l’une des conséquences les plus graves générées par la filière du cacao.  Ils sont 2,1 millions d'enfants à y travailler -- en Afrique de l'Ouest -- selon le Département étasuniens du Travail. Pour sensibiliser les consommateurs, une ONG étasunienne - Green America - propose chaque année un classement des efforts fournis par les 6 plus grandes marques de chocolat pour régler ce problème. En 2016, l’entreprise Ferrero était encore la dernière de la classe…

Grâce à la mobilisation de plusieurs ONG et de plus de 100 000 membres de SumOfUs, le géant Nestlé tenait lui le peloton de tête. Interpellée il y a plusieurs mois sur le sujet, l’entreprise s’était en effet engagée à prendre des mesures fermes contre le travail des enfants sur ses plantations de cacao. Au tour de Ferrero!

Dites à Ferrero que vous refusez de manger du chocolat produit par des enfants qui devraient être à l’école.

https://actions.sumofus.org/a/ferrero-arretez-d-exploiter-des-enfants-dans-vos-plantations-de-cacao?sp_ref=.99.176669.f.562006.2&source=fb

306
Video divers / zik noel 2016
« le: 14 décembre 2016 à 09:05:06 »

307
Non à la proposition scandaleuse de la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens !



Mise à jour du 6 décembre : Au tour de la communauté scientifique de hausser le ton contre les perturbateurs endocriniens. 100 scientifiques ont publié une tribune mettant clairement en cause les liens entre la Commission européenne et les plus gros lobbies industriels. Ils ont rappelé qu'il n'y avait aucun doute sur les effets nocifs des perturbateurs endocriniens et invité les autorités à prendre des mesures fermes.

Mais ce n'est pas tout... Parallèlement, Le Monde  a aussi publié des révélations explosives sur les mensonges de la Commission européenne qui n'a pas hésité à manipuler des preuves et à s'appuyer sur des études financées par les industriels pour éviter une réglementation trop stricte de ces substances dangereuses.

Ces polémiques interviennent à quelques semaines de l'adoption finale des textes réglementaires. C'est le moment d'accentuer la pression pour faire respecter le principe de précaution.

Exhortez les gouvernements européens à refuser la proposition corrompue de la Commission, dans l'intérêt de la santé de millions de citoyens.

Un permis de contaminer sera-t-il bientôt délivré aux multinationales du toxique ?

C'est le cadeau qu'envisage d'offrir la Commission européenne aux industriels de l’agro-chimie qui produisent les perturbateurs endocriniens -- vous savez, ces polluants chimiques très répandus tels que le bisphénol A, les phtalates, et autres pesticides qui contaminent nos organismes et provoquent cancers, infertilité, malformations, obésité, etc, etc.… la liste est longue !

Les multinationales du toxiques comme Monsanto et BASF ont tellement manoeuvré dans ce dossier que les ONG et experts sont « abasourdis » par la récente proposition de la Commission pour réglementer ces substances chimiques et craignent des dégâts importants pour notre santé.

Mais grâce au formidable travail de nos partenaires, nous savons que les pays de l’UE se rencontrent les 11 et 12 juillet pour décider sur ces substances chimiques.

Il nous reste donc quelques heures pour faire parvenir un message fort aux gouvernements européens. Il est temps de dire NON à la proposition de la Commission, OUI au principe de précaution !

Demandez aux gouvernements européens de respecter le principe de précaution et de refuser la proposition scandaleuse de la Commission européenne sur les perturbateurs endocriniens.

En 2009, le règlement régissant la mise sur le marché des pesticides en Europe a été adopté, promettant de restreindre et d’interdire avant la mise sur le marché les perturbateurs endocriniens pouvant avoir un effet néfaste sur l’être humain.

Mais avec la proposition de la Commission européenne actuellement sur la table, « le niveau de preuve est si élevé qu’il nous faudra attendre des années de dégâts sur la santé avant de pouvoir retirer du marché » un perturbateur endocrinien, analyse Lisette van Vliet, de l’association HEAL. En somme, les gens devront d’abord souffrir avant qu’une substance puisse être interdite ce qui va à l’encontre même du principe de précaution qui est inscrit dans le droit européen.

Soyons nombreux à faire bloc contre ce coup de force des géants de l’industrie agro-chimique. La mobilisation des membres de SumOfUs a déjà permis de telles victoires !

Dites aux gouvernements que la proposition de la Commission est inacceptable !

La Commission européenne a pourtant été condamnée en décembre dernier par le Tribunal de l’UE pour « avoir manqué à [ses] obligations » sur le dossier des perturbateurs endocriniens. En clair, alors que la Commission avait jusqu’à 2013 pour proposer une politique qui réglemente ces produits nocifs, elle a - sous la pression des lobbies - laisser traîner le dossier sans que rien ne se passe.

Et après plus de deux ans d’inaction, elle soumet une proposition beaucoup trop permissive qui ne nous permettra pas de nous protéger contre les cancers et autres problèmes de santé associés à ces produits chimiques.

Cela a provoqué un immense tollé tant il s’agit d’un enjeu sanitaire extrêmement important. Une coalition d’ONG qui rassemble SumOfUs et des associations comme HEAL et Générations Futures s’organise en ce moment même à l’échelle européenne pour empêcher cette véritable folie.

Les campagnes portées par les membres de SumOfUs et d’autres ONG ont déjà réussi à déjouer de tels projets qui comptaient faire passer les profits des multinationales avant notre santé et celle de notre planète. Après une immense campagne européenne, nous avons par exemple réussi à stopper la réhomologation du pesticide préféré de Monsanto - le glyphosate - pour 15 années de plus. Idem pour les pesticides néonicotinoïdes qui déciment les abeilles et qui seront désormais totalement interdits en 2020 (avec de fortes restrictions à partir de 2018).

Cela prouve que nos mobilisations massives peuvent atteindre leurs objectifs ! Faisons alors de même pour barrer la route aux multinationales du toxique et à leurs perturbateurs endocriniens.

Rappelez aux gouvernements l’importance du principe de précaution et exigez qu’ils refusent la proposition de la Commission européenne.


https://actions.sumofus.org/a/non-a-la-proposition-scandaleuse-de-la-commission-europeenne-sur-les-perturbateurs-endocriniens?sp_ref=252775298.99.172339.f.544279.2&referrer_id=11413919&source=fb

308
Il photographie ce village bouddhiste isolé avant qu’il ne disparaisse



Le petit village reculé de Larung Gar, au Tibet, est menacé depuis plusieurs mois de destruction. Afin de documenter la vie de cette commune bouddhiste en prise avec les autorités chinoises, le photographe italien Marco Grassi s’y est rendu en trek, réalisant des clichés que beaucoup d’aventuriers photographes pourraient lui envier. Découverte.

Expédition en terre bouddhiste

Si le village de Larung Gar, dans la région du Sichuan en Chine, est si peu connu, c’est en partie parce que ce bourg historiquement tibétain est resté longtemps hors du circuit touristique mondial. Et pour cause, afin de s’y rendre, le photographe d’origine italienne Marco Grassi a dû effectuer un voyage en bus de plus de 18 heures avant d’arriver sur ce lieu « digne d’un rêve ». De ce périple que peu ont effectué, il ramène un témoignage photographique de la vie dans ce haut-lieu du bouddhisme, majoritairement peuplé de moines et de nonnes.



Foyer de l’institut bouddhiste de Serthar, le village accueille aujourd’hui encore plusieurs dizaines de milliers de personnes réunies autour de la même religion. Fondé en 1980, l’institut, aussi connu sous le nom de « Larung Gar Buddhist Academy », est la plus grande école bouddhique du monde. Aujourd’hui encore, le lieu est reconnu comme l’un des centres les plus influents concernant l’enseignement du bouddhisme tibétain, et les collines de la préfecture autonome tibétaine de Garzê ont vu fleurir les dortoirs de fortune où sont accueillis les étudiants dans leur apprentissage spirituel (qui prend six à treize années selon les cas). On estime à 10 000 le nombre de personnes habitant les lieux.

Un village menacé de destruction imminente

Qualifié de « campement » par certains, de « bidonville » par d’autres, Larung Gar défie depuis des mois, et même des années, le gouvernement chinois qui voit cette enclave tibétaine et bouddhiste comme un affront dans le contexte géopolitique qui confronte les deux pays. En 2001, les autorités chinoises ordonnaient la destruction de plusieurs milliers d’habitations à Larung Gar, brûlant environ 2 000 maisons, et ordonnant une limitation des résidents à 1 400 âmes.




Quinze années plus tard, l’offensive continue de la part du gouvernement chinois, qui a repris l’été dernier les démolitions sur le camp. L’objectif chinois est clairement affiché : limiter le nombre d’habitations afin de restreindre au maximum le nombre de résidents en rendant la vie sur le camps impossible. En parallèle de ces destructions sauvages, le gouvernement a réaffirmé sa volonté de réduire de moitié le nombre de nonnes et de moines présents sur le territoire. Pour cela, il semblerait que les autorités chinoises essaient aujourd’hui de soudoyer les religieux en leur proposant des contreparties monétaires en échange de leur départ.



À ce sujet, le photographe s’est exprimé récemment, s’attristant de la situation de l’enclave bouddhiste : « Ce qui était auparavant la plus grande colonie bouddhiste au monde, et un endroit éloigné de la société moderne où les religieuses et les moines menaient une vie pacifique, est désormais en proie à la démolition par les autorités chinoises. L’accès à Larung Gar a d’abord été bloqué pour les non-résidents chinois et chaque touriste arrêté par les forces militaires et contraint de faire demi-tour. Un ordre de 7 points de démolition a ensuite été donné dans le but de détruire des milliers de demeures monastiques et l’expulsion des moines et des nonnes a été demandée. […]Les maisons que les moines et les religieuses ont édifiées de leurs propres mains seront bientôt emportées, laissant ces personnes sans-abri et sans endroit où aller. Depuis juin 2016, tout a changé à Larung Gar, mais presque personne ne le sait. »

De nombreuses associations de défense du Tibet continuent par ailleurs d’appeler à sauver ce village unique en son genre.




Sources : Marcograssiphotography.com / Tibet-info.net

https://mrmondialisation.org/il-photographie-ce-village-bouddhiste-isole-avant-quil-ne-disparaisse/

309
Facebook : Un bug fait apparaître sans autorisation d’anciennes photos sur votre fil d’actualité



Depuis plusieurs jours, le site de Mark Zuckerberg s’attire les foudres d’une partie de ses utilisateurs. En cause, un nouveau bug. A en croire de nombreux témoignages, le réseau social republie sans l’autorisation de ses auteurs de vieux statuts ou d’anciennes photos, en les faisant apparaître aux yeux des autres membres comme de nouvelles publications. En fin de semaine dernière, un habitant Cardiff (Pays de Galles) rapportait dans un message posté sur son compte Twitter qu’une cinquantaine de ses photos sont apparues soudainement sur son fil d’actualité. Parmi ces images, publiées sans son consentement, assure-t-il, des photos qu’il avait auparavant supprimées, ou datant de plusieurs années.

Facebook confirme l’existence d’un bug



Sur la page d’aide du site, un autre membre de Facebook, basé aux Etats-Unis, explique avoir subi le même sort, rapporte le site de BFMTV. « Ce matin à 6 heures, quatre photos que j’avais postées en septembre sont réapparues sur mon fil d’actualité, incluant les données de localisation et d’identification de mes amis. Cela ne vient pas de moi », écrit-il. Il explique aussi avoir d’abord pensé à un piratage de son compte, avant de constater que de nombreux témoignages venant d’autres membres faisaient état d’un problème similaire. Interrogé par le site américain PCMag, un responsable de Facebook a confirmé l’existence du bug, ajoutant que les équipes technique du réseau social tentent de résoudre le problème.








L’outil rétrospective 2016 mis en cause



En ce début du mois de décembre, comme chaque année, Facebook permet à ses utilisateurs de découvrir leur rétrospective de l’année 2016 avec son outil « Year in Review ». Celui-ci se présente sous la forme d’un montage vidéo plutôt kitsch, avec un décor virtuel coloré et une petite musique quand même entraînante. Dans cette vidéo, qui peut être partagée avec ses amis, les internautes peuvent retrouver leurs meilleures photos et celles où ils ont été identifiés. Pour cela, Facebook a besoin de puiser dans le stock de vos anciennes publications. Une telle manipulation pourrait donc expliquer ce dysfonctionnement. Plusieurs cas nous ont été remontés à la rédaction de LCI.

Les bugs se succèdent, mais ne ressemblent pas. En novembre dernier, par exemple, près de deux millions d’utilisateurs de Facebook avaient eu la surprise de trouver la petite fleur et la mention « En souvenir de », qui signalent normalement les comptes de commémoration des utilisateurs décédés dont les proches en ont fait la demande. « C’est une terrible erreur que nous avons désormais résolue », s’était alors excusé un porte-parole du réseau social. « Selon notre règlement, si Facebook est informé du décès d’une personne, nous transformons son compte en compte de commémoration ». Sauf qu’en temps normal, il faut pour cela présenter une preuve du décès au réseau social américain.

http://lepouvoirmondial.net/2016/12/12/facebook-bug-apparaitre-autorisation-danciennes-photos-fil-dactualite/

310
Les moyens de l’Otan utilisés par les jihadistes pour attaquer un hôpital à Alep-Ouest



Le 5 décembre, les jihadistes d’Alep-Est ont tiré sur un hôpital militaire que la Russie venait d’installer à Alep-Ouest pour soigner les enfants fuyant la dictature d’Al-Qaïda.

L’hôpital avait été déployé le jour-même.

Immédiatement, les autorités russes ont accusé les États-Unis, la France et le Royaume-Uni d’avoir fourni aux jihadistes les coordonnées de leur hôpital.

Plusieurs membres de l’Otan ont répondu en accusant la Russie de « bloquer le Conseil de sécurité de l’Onu » [1].

Après vérification, il apparaît que les jihadistes ont directement touché l’hôpital sans procéder aux tirs de réglage habituels de l’artillerie ; qu’ils ont effectivement reçu les coordonnées de l’hôpital sous forme d’image satellitaires ; que ces images ont été fournies par le LandCom —le centre de commandement des Forces terrestres de l’Otan, situé à Izmir (Turquie)—.

Comme en Libye où les moyens de l’Otan ont été utilisés par quelques États membres sans autorisation du Conseil atlantique et donc en violation des statuts de l’Organisation, la guerre contre la Syrie est menée depuis le premier jour sous la coordination de l’Alliance atlantique.

http://www.voltairenet.org/article194439.html

311
Méthane dans l’atmosphère : le bétail qui change tout




Paris, le 26 février 2016. Derniers préparatifs avant l'ouverture du Salon de l'agriculture. Photo Laurent Troude 
   
 
Selon une étude publiée ce lundi, la concentration mondiale du gaz qui piège 28 fois plus de chaleur que le CO2 a fortement augmenté ces deux dernières années.

   
 Méthane dans l’atmosphère : le bétail qui change tout 


C’est une nouvelle alerte sur le climat, et elle a de quoi inquiéter sérieusement. Les concentrations de méthane dans l’air sont en train d’exploser au niveau mondial, constate une équipe internationale de scientifiques dans un article publié ce lundi dans Environmental Research Letters. Alors que cette hausse était relativement stable entre 2000 et 2006, cela a changé en 2007 avec un emballement particulièrement marqué en 2014 et 2015. Durant chacune de ces deux dernières années, les concentrations de méthane ont explosé de plus de 10 parties par milliards (une partie par milliard, ou ppb, est une unité de mesure indiquant qu’il y a une molécule de méthane pour un milliard de molécules). «C’est un contraste saisissant par rapport au début des années 2000, quand les concentrations de méthane augmentaient seulement de 0,5 ppb en moyenne chaque année», soulignent les scientifiques.

Beaucoup moins présent dans l’atmosphère que le dioxyde de carbone (CO2), le méthane est un gaz à effet de serre bien plus puissant, puisqu’il «piège 28 fois plus de chaleur». «La stabilisation de la hausse des émissions de CO2 ces trois dernières années contraste spectaculairement avec la récente augmentation rapide des concentrations de méthane», remarque Robert Jackson, professeur à l’université Stanford (Etats-Unis) et coauteur de l’article. Les résultats pour le méthane sont «préoccupants, mais fournissent l’occasion d’agir immédiatement pour réduire ce risque, en complément des efforts faits sur le C02».


Vaches.
Selon les chercheurs, ce bouleversement pourrait compromettre les efforts de lutte contre le changement climatique. «Si nous voulons contenir la hausse des températures moyennes du globe à 2°C [par rapport à l’ère pré-industrielle, comme le prévoit l’Accord de Paris, ndlr], nous ne devrions pas suivre cette voie et il est nécessaire de réagir rapidement pour inverser la tendance», insiste Marielle Saunois, enseignante-chercheuse à l’Université de Versailles Saint Quentin (Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement) et auteure principale de l'étude.

Mais les raisons de cette situation «ne sont pas encore bien comprises», admet-elle. L’emballement des deux dernières années en particulier est «vraiment intrigant». Il est en effet difficile de pister précisément les émissions de méthane, notamment parce qu’elles peuvent provenir de sources très différentes. «Contrairement au CO2, presque tout est diffus en ce qui concerne le "budget méthane" mondial. Des vaches aux zones humides en passant par les rizières, son cycle est plus compliqué», explique Robert Jackson. Mais une série d’informations (issues de l’inventaire à grande échelle des émissions de cette molécule, de mesures des concentrations dans l’air et de modèles informatiques) suggèrent que ce cycle a été énormément modifié au cours des deux dernières décennies.

Les auteurs de l’article ont participé à l’élaboration de l’édition 2016 du «Global Methane Budget», dont la version finale est publiée ce 12 décembre, une étude diffusée tous les deux ou trois ans par la plateforme internationale de recherche Global Carbon Project. Elle présente un aperçu le plus complet possible des flux de méthane entre 2000 et 2012, et constate que les émissions anthropiques (d’origine humaine, qui représentent environ 60 % de la production de cette molécule chaque année) ont augmenté après 2007, bien que cela soit difficile à quantifier précisément. Beaucoup de défenseurs de l’environnement se sont inquiétés de l’impact du développement de l’exploitation du gaz naturel (en particulier de schiste), le méthane pouvant s’échapper des puits de gaz et de pétrole.




Huile de lin.
Mais selon les chercheurs, l’exploration et l’exploitation des énergies fossiles représente environ un tiers de la production anthropique de méthane. La source la plus probable de la hausse récente des émissions serait plutôt l’agriculture. Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le nombre de têtes de bétail dans le monde est passé de 1 300 millions en 1994 à près de 1 500 millions en 2014. Et les cultures de riz ont augmenté de façon similaire dans beaucoup de pays asiatiques. Or le système digestif des vaches émet de grandes quantités de méthane. Et les sols inondés des rizières favorisent la prolifération des microbes qui en produisent.

Mais pour Marielle Saunois et Robert Jackson, le bilan n’est pas totalement négatif. Ils mettent en avant les recherches pour réduire les émissions de cette molécule dans les fermes. Enrichir l’alimentation des vaches en huile de lin semble permettre de diminuer la quantité de méthane qu’elles dégagent. «Il y a eu beaucoup d’attention portée sur l’industrie des énergies fossiles, mais nous devons regarder autant sinon plus du côté de l’agriculture, estime Robert Jackson. La situation n’est certainement pas désespérée, c’est une réelle opportunité.»

Etonnant toutefois que les chercheurs ne mentionnent pas, parmi les pistes permettant d’expliquer cette explosion de la concentration de ce gaz, l’amorce d’un rejet massif du méthane par les sols dû au réchauffement climatique, comme l’indiquait une étude publiée dans la revue Nature le 1er décembre.
Coralie Schaub   

http://www.liberation.fr/futurs/2016/12/11/methane-dans-l-atmosphere-le-betail-qui-change-tout_1534594

312
info - média france / Que cache l’orchestre d'Anne Gravoin Valls ?
« le: 12 décembre 2016 à 22:15:57 »
Que cache l’orchestre d'Anne Gravoin Valls ?

Que cache l'entreprise de l'épouse du Premier ministre ?




Anne Gravoin, épouse de Manuel Valls, gère un orchestre - l'Alma Chamber Orchestra - autour duquel gravite une nébuleuse de personnages douteux. On y trouve pêle-mêle un délinquant financier multirécidiviste, un grand marchand d'armes, une figure importante de la Françafrique et un homme d'affaires à la fortune mystérieuse.




Les comptes des deux sociétés qui produisent de l’orchestre en question, détenues respectivement par Mme Gravoin et son associé, ne sont d'ailleurs même pas déposés au tribunal de commerce.

Pourquoi  tant de cachotteries ?




Avec le scandale des Panama Papers, comment peut-on croire que le Premier ministre sera en mesure de s’attaquer réellement à l’évasion fiscale, si lui même n'est pas capable d'être totalement transparent sur les activités économiques et politiques de son épouse.




Demandez à M. Valls de faire toute la lumière sur les activités opaques de la société de votre épouse.




L'enquête de L'Obs, qui a révélé l'affaire, est édifiante. Après deux ans et demi à financer seul l’orchestre, à partir de revenus de source inconnue, l’associé d'Anne Gravoin - épouse de Manuel Valls - a cherché des partenaires. Il a trouvé un inquiétant duo formé d'un marchand d’armes et de l’homme de confiance du dictateur congolais Denis Sassou-Nguesso, mis en examen en France dans l’affaire des « biens mal acquis ».




L'homme de confiance du despote congolais - M. Jean-Yves Olliver - a d’ailleurs été décoré de la Légion d’honneur par Manuel Valls. Est-ce un hasard ?




Comment le gouvernement pourra-t-il appliquer les sanctions contre les entreprises liées aux scandales des Panama Papers, comme la Société Générale, si le Premier ministre, Manuel Valls, ne se montre pas lui-même exemplaire ?




Les révélations des Panama Papers ont déjà eu raison du premier ministre islandais. Nous avons besoin d'une transparence totale sur les activités obscures entourant la société de l'épouse du Premier ministre.




Dites à M. Valls que la transparence est primordiale, surtout en ces temps de scandales financiers.




La nébuleuse qui gravite autour de l'orchestre ne s’arrête pas là : la société de l'épouse du Premier ministre, AG Productions, est hébergée par une société présidée par le sulfureux homme d’affaires François Gontier. Ce dernier possède en effet un casier judiciaire vertigineux : condamné à plusieurs reprises pour « fraude fiscale », mis en examen pour « exercice illégal de la profession de banquier », et une de ses entreprises (Magforce International) vient d'être mise en examen pour « corruption d’agents publics étrangers » dans une affaire touchant le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta.






Toute ces relations douteuses, cette opacité qui entourent l'entreprise de Mme Gravoin et les conséquences sur les actions de Manuel Valls soulèvent des inquietudes. Le Premier ministre perd notamment tout crédibilité face aux banques frauduleuses tant qu’il est entaché par alliance à des soupçons de montages financiers douteux et a des hommes d'affaires sulfureux.





Une récente mobilisation au Royaume-Uni, appuyée par plus de 50.000 membres de SumOfUs, a déjà réussi à faire pression sur David Cameron, Premier ministre britannique, pour qu'il fasse la transparence sur un scandale de fraude fiscale l'entourant lui et ses proches, suite aux révélations des Panama Papers. Mettons maintenant nos voix en commun pour nous assurer que Manuel Valls en fasse de même en levant le voile sur le montage financier qui sert au financement de l’entreprise de Mme Anne Gravoin, son épouse.

 

Exigez que M. Valls donne l’exemple et fasse la lumière sur le financement de la société de son épouse.

https://actions.sumofus.org/a/que-cache-l-orchestre-de-l-epouse-du-premier-ministre?sp_ref=252586985.99.164639.f.522572.3&referrer_id=18184796&source=fb

313
Le Parlement européen réclame près de 300.000 euros à Marine Le Pen

D’après nos informations, la présidente du FN a reçu ce lundi un courrier du Parlement européen lui réclamant le remboursement de 298 000 euros qui lui auraient été « indûment » versés. Elle est soupçonnée d’avoir employé de manière fictive, sur des fonds européens, deux assistants parlementaires. Elle a jusqu'au 31 janvier pour régler la somme.

C’est un dossier dans lequel Marine Le Pen et son père partagent cette fois le même avocat. Loin de la bataille judiciaire qu’ils se livrent depuis des mois autour de l'exclusion du fondateur du FN – et qui a rebondi le 17 novembre 3 –, les Le Pen ont choisi un vieil ami de la famille pour les défendre face au Parlement européen : Me Marcel Ceccaldi. Ancien du Front national, il est l'avocat, entre autres, de chefs d'État africains et de la famille Kadhafi.

https://www.mediapart.fr/journal/france/121216/le-parlement-europeen-reclame-pres-de-300000-euros-marine-le-pen

314
Au classement des pays les plus chers, la Belgique s'améliore



Le tax shift, ou glissement fiscal, décidé par le gouvernement fédéral, réduit le coût salarial à charge de l'employeur, surtout pour les plus bas salaires, et permet à la Belgique de gagner en compétitivité, estime Deloitte dans la 7e édition de son Etude européenne sur les salaires.


Cela se traduit par une 4e place de la Belgique, cette année, au classement des pays les plus chers, tous niveaux de salaire confondus, alors que notre pays occupait encore la deuxième place l'année précédente, selon Deloitte. Pour les plus bas salaires, la Belgique se classe au 7e rang, soit en milieu de classement, des pays les plus chers.

En terme de revenu net, la Belgique est à la traîne
L'étude de Deloitte constate également que le travailleur belge jouit d'un salaire net inférieur à celui de ses homologues européens. "En termes de revenu net, la Belgique est à la traîne dans les classements européens. En cause, un taux marginal élevé (53,5%), à partir d'un revenu très bas (38.080,01 euros), alors que d'autres pays appliquent également un taux de prélèvement marginal élevé, mais seulement à partir d'un niveau de revenu plus important", pointe le cabinet d'audit et de conseil, tout en soulignant qu'un taux marginal de plus de 50% n'est pas exceptionnel parmi les pays étudiés.

Le contribuable marié moins taxé que le travailleur isolé
Par contre, en Belgique, le contribuable marié dont le conjoint ne perçoit pas de revenus professionnels est moins lourdement taxé que le travailleur isolé, grâce au principe du quotient conjugal. "Par rapport aux autres pays européens, c'est la Belgique qui offre le plus gros avantage fiscal dans la tranche des bas revenus. En ce qui concerne les salaires plus élevés, nous restons dans le peloton de tête européen, mais la Suisse, le Luxembourg et la France font encore mieux que nous", poursuit Deloitte.

Notre pays se classe aussi "relativement bien" pour l'avantage fiscal accordé aux travailleurs qui ont des enfants à charge.

S'agissant du revenu disponible, c'est-à-dire le salaire net corrigé des coûts du logement, de la vie et des allocations familiales, le travailleur belge est généralement moins favorisé que ses voisins luxembourgeois et allemands mais il s'en tire mieux que les travailleurs français et néerlandais. Selon Deloitte, le coût du logement et de la vie à Bruxelles reste inférieur à celui de la plupart des capitales voisines.

Enfin, l'étude constate que la fiscalité belge sur l'épargne dépasse la moyenne européenne, avec une taxation des revenus du capital (intérêts, dividendes) à hauteur de 27% depuis le 1er janvier 2016, taux qui sera même porté à 30% à partir du 1er janvier 2017.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1536/Economie/article/detail/3020048/2016/12/03/Au-classement-des-pays-les-plus-chers-la-Belgique-s-ameliore.dhtml

315
info - média belgique / L'endettement de la Belgique inquiète l'Europe
« le: 12 décembre 2016 à 21:13:13 »
L'endettement de la Belgique inquiète l'Europe



MISE À JOUR Les ministres des Finances de la zone euro ont exprimé lundi la même inquiétude que la Commission européenne à propos du budget belge pour 2017 et du degré d'endettement du pays, qui ne diminue guère.


Réunis à Bruxelles au sein de l'Eurogroupe, ils ont demandé à la Belgique d'appliquer complètement les mesures annoncées par le gouvernement fédéral afin de réduire le déficit budgétaire structurel belge - qui devrait s'établir à 3% en 2016, 2,3% en 2017 et 2,4% en 2018, selon les prévisions de la Commission. Mais aucun nouvel effort n'est a priori demandé.

Rapport de la Commission
S'appuyant sur les rapports publiés par la Commission, les grands argentiers des dix-neuf pays de la zone euro se sont penchés sur les budgets des Etats-membres. La Commission a épinglé fin novembre un groupe de huit pays dont la Belgique dont les projets de budget pour l'année prochaine présentent "un risque de non-conformité" avec le pacte de stabilité et de croissance (PSC). Le niveau élevé de la dette du pays inquiète également depuis un certain temps la Commission, qui estime insuffisantes les mesures structurelles prises afin de le faire diminuer.

La Belgique priée de prendre des mesures
L'exécutif européen invite désormais la Belgique à prendre, dans le cadre de sa procédure budgétaire nationale, des mesures nécessaires pour garantir la conformité de son budget 2017 avec les règles du pacte. Outre la Belgique, les propositions de budget de l'Italie, de Chypre, de la Lituanie, de la Slovénie, de l'Espagne, du Portugal et de la Finlande présentent des risques de non-conformité.

Projections
L'Eurogroupe a souligné lundi que selon les calculs de la Commission, la Belgique fournira en 2016 et 2017 un effort structurel de 0,6% du PIB, alors que l'exigence est celle d'une amélioration du solde de 1,2%. "Sur cette base, toutes les mesures prévues devraient être pleinement mises en oeuvre", souligne le communiqué publié par les dix-neuf ministres en saluant la promesse faite par le gouvernement de respecter en 2017 les règles du PSC.

Préoccupation
Ils qualifient aussi de "matière à préoccupation" le haut degré d'endettement de la Belgique, en citant les rapports publiés le 16 novembre par la Commission. Un nouveau rapport relatif au respect par la Belgique des règles du pacte en matière d'endettement va dès lors être élaboré, a confirmé l'Eurogroupe. L'Italie, dont la dette est également élevée (133% du PIB en 2016), fera l'objet d'une démarche similaire.

Procédure de déficit excessif
Ces rapports devraient être publiés dans les deux mois à venir et pourraient conduire à l'ouverture d'une procédure de déficit excessif (PDE) à l'encontre de ces Etats à cause de leur dette publique, ce qui constituerait une première européenne. En théorie, les Etats soumis à cette procédure sont passibles d'amendes s'ils ne respectent pas les recommandations formulées. Ils peuvent également être privés de d'une partie des fonds structurels européens.

Notification
Lors de la rédaction du document concernant la situation belge, la Commission prendra en compte la croissance économique, la situation budgétaire et les mesures structurelles de nature à influencer positivement le niveau d'endettement. L'exécutif européen enverra prochainement une lettre aux autorités, dans laquelle elle les invitera à lui faire part de nouveaux éléments qui pourraient être significatifs pour son rapport.

Italie
Le président de l'Eurogroupe, le ministre néerlandais des Finances, Jeroen Dijsselbloem, a souligné qu'il serait impossible pour l'Italie de respecter ses engagements, après la la démission du Premier ministre Matteo Renzi, désavoué par un référendum dimanche. Le respect de ces règles dépendra de l'évolution du paysage politique italien, a-t-il souligné devant la presse.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1536/Economie/article/detail/3023292/2016/12/05/L-endettement-de-la-Belgique-inquiete-l-Europe.dhtml