Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

3031
Trois hacktivistes dont Loïc Schneider alias « Boby » seront jugées par le tribunal correctionnel de Nancy

Peuple du mode libre, nous sommes Anonymous.

Trois hacktivistes dont Loïc Schneider alias « Boby » seront jugées par le tribunal correctionnel de Nancy, pour participation à des attaques de type DDoS visant des entreprises et des sites de l’État. L’opération #opGPII avait pour but de sensibiliser contre les « Grands Projets Inutiles et Imposés » tant en France qu’en Europe, dont le projet Cigéo d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure en Lorraine.

L’Armée des ombres.

Il s’agissait également de témoigner et de rendre hommage à Rémi Fraisse, tué en octobre 2014 par une grenade lancé par un gendarme, au cour d’une manifestation de protestation contre la construction du barrage de Sivens. Choqués et en colère face à la violence policière impitoyable qui s’abattait sur les opposants pacifiques à la construction du barrage, des « Anons » de différentes nationalités avaient décidé de passer à l’action.

Les 3 supposés membres du Collectif Anonymous risquent 10 ans de prison et/ou 150 000 euros d’amende.

Le DDoS consiste à saturer de requêtes un site internet afin de le rendre temporairement inaccessible. Il s’agit d’une simple manifestation numérique. Un blocus pacifique. Il n’y a aucun vol de donnée ni de destruction de l’infrastructure.

Le contrôle à tout prix.

Partout en Europe, les États tentent de faire taire « les lanceurs d’alertes » afin de neutraliser toute résistance à l’ordre établit. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, avec la loi sur le renseignement généralisé de la population, l’État français se dote d’un outil diabolique pour élargir et augmenter la répression de façon exponentielle. En supprimant par surprise un alinéa juste avant le vote, le gouvernement a rejeté la légitimité d’un statut pour les lanceurs d’alerte tel que « WikiLeaks ou Snowden. »


L’État n’est pas et ne sera jamais « Charlie. » Il exècre « Charlie » et son esprit de révolte et de liberté.

Appel à la mobilisation générale.

Ne laissons pas nos luttes mourir aux portes des banques et des palais d’injustice ! Soyons solidaires avec celles et ceux qui se battent pour un monde plus juste, en leur montrant qu’ils ne sont pas seuls. Le temps est venu de prendre nos responsabilité. Le temps est venu de penser librement sans se soucier du regard des autres.
• Ceci est un appel pour apporter votre brique à l’édifice.
• Un appel pour ne jamais se taire.
• Un appel pour toujours faire preuve d’audace.
• Ceci est un appel aux combattants de la liberté.
• Un appel pour les exclus et les oubliés.
• Ceci est un appel aux intellectuels.
• Un appel pour les journalistes.
• Ceci est un appel aux libre-penseurs.
• Un appel pour les les poètes et les artistes.
• Ceci est un appel à la jeunesse, à la sagesse, à l’intelligence..


Ceci est un appel à se rassembler devant le tribunal correctionnel de Nancy le 9 novembre à 9 heures.

video : https://player.vimeo.com/video/131903264

http://www.anonymousvideo.eu/proces-contre-anonymous-a-nancy.html

3032
Après une tomodensitométrie, des chercheurs ont découvert une horreur dans cette statue.

Chine a presque 1000 ans.
Ce genre de statue est très populaire et l’on peut en trouver des répliques un peu partout.
Mais celle-ci recèle un secret phénoménal.



Afin d’en apprendre plus sur cette statue fascinante, des chercheurs administrent une tomodensitométrie au plus “vieux” patient au monde.



Dans cette statue se cache le cadavre momifié d’un moine bouddhiste, parfaitement préservé.
Mais ce qui a été fait à ce moine est encore plus incroyable.

Le moine a été momifié à l’intérieur de cette statue à travers une procédure compliquée. Parmi les diverses étapes, il a bu un thé spécialement drogué et a été enterré vivant dans une grande tombe en pierre.



Le moine a continué de méditer à l’intérieur de la tombe, pour atteindre l’illumination.
Il respirait à travers un tube dissimulé et sonnait régulièrement une cloche pour indiquer qu’il était vivant.
Quand la cloche s’est arrêtée, le corps a été laissé dans la tombe pour 1000 jours.
L’homme que les chercheurs ont identifié, cependant, n’est pas n’importe quel moine.
C’était Liuquan, une figure influente dans l’histoire du bouddhisme qui vivait il y a presque un millénaire.



En vue de son importance, les chercheurs pensent qu’il a ensuite été retiré de la tombe et transformé en statue du Bouddha.
Les chercheurs ont été surpris de découvrir que sa transformation, ses organes avaient été retirés.
à leur place, ils ont découvert des parchemins mystérieux dont les caractères chinois n’ont pas encore été décryptés.



La momification est assez commune dans le bouddhisme. Par exemple, en janvier 2015, des archéologues ont découvert une momie de 200 ans à Ulan Bator, capitale de la Mongolie. Même dans la mort, le moine prend la position du Lotus.

Aujourd’hui, les bouddhistes pensent que Liuquan est le deuxième moine à avoir atteint le nirvana à travers la méditation et n’est donc pas mort.
Ils sont dans une phase profonde de méditation. Si c’est le cas, cela serait intéressant de voir ce que Liuquan pense du notre monde.
Monde qu’il a vu pendant son long voyage entre la Chine et le musée Drents aux Pays-Bas.
Il trouvera cela sans doute moins fascinant que nous le trouvons.
Partagez donc cette histoire du moine “immortel” avec vos amis. Et, si vous avez l’occasion, vous pouvez le visiter au musée Drents pour voir son sourire en personne !

http://tfi-direct.com/voir-video/apres-une-tomodensitometrie-ces-chercheurs-ont-decouvert-une-horreur-dans-cette-statue/?utm_source=facebook.com&utm_medium=social&utm_campaign=Postcron.com#


3033
Le général Medjahed : «Les Américains veulent pousser la Tunisie à accepter une base militaire»

Dans une déclaration au journal El-Bilad,parue ce samedi, le général-major à la retraite et analyste politique Abdelaziz Medjahed, a estimé que l’attentat terroriste qui a endeuillé la Tunisie, et revendiqué par Daech, est «une forme de pression exercée sur ce pays pour l’amener à accepter l’installation d’une base militaire américaine sur son sol». «Ainsi, juge le général Medjahed, les Etats-Unis pourraient enfin mettre en place l’Africom (Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique) au Maghreb, dix ans après sa création». Selon cette analyse, l’attentat de Sousse «participerait d’un plan visant à créer le climat favorable en Tunisie pour prendre cette décision». Plus globalement, cette attaque contre un complexe touristique à Sousse cadre, selon le général Medjahed, «avec un vieux plan sioniste visant à favoriser le démembrement du monde arabe, depuis les accords de Sykes-Picot durant la Grande Guerre et les accords de Malte à la fin de la Seconde Guerre mondiale». Le processus se poursuit : «Après la chute de l’Union soviétique et de l’ex-bloc de l’Est, fait remarquer l’ex-officier, un nouveau plan de partition des pays arabes a été mis en marche, lequel plan s’illustre par l’installation de bases militaires des puissances occidentales dans plusieurs pays de la région». Pour lui, le rôle joué par Nicolas Sarkozy et Bernard-Henri Lévy en Libye s’inscrit en droite ligne de ce plan sioniste. Ainsi, les Etats-Unis disposent de quatorze bases dans les seuls pays du Golfe, et de cinq en Afrique, tandis que la France en dispose de six. «Cette présence, souligne le général à la retraite, dénote une volonté claire des grandes puissances d’imposer leur hégémonie sur la région, dans le but d’empêcher la montée des pays émergents comme la Russie et la Chine, en faisant des pays arabes des lignes de défense de l’Occident». A noter que des soupçons sur l’existence d’un accord secret pour l’installation d’une base militaire américaine en Tunisie sont apparus lors de la visite effectuée par le président tunisien, Béji Caid Essebsi, à Washington, en mai dernier, où il a rencontré le président Barack Obama. Celui-ci a déclaré que son pays envisageait de faire de la Tunisie «un partenaire stratégique majeur hors de l’Otan».
R. Mahmoudi

http://www.algeriepatriotique.com/article/le-general-medjahed-les-americains-veulent-pousser-la-tunisie-accepter-une-base-militaire

3034
La douleur du corps est liée à la douleur spirituelle et émotionnelle





Des études révèlent que la douleur du corps est liée à la douleur spirituelle et émotionnelle

Lorsque la vie devient difficile, au bout d’un certain temps on a l’impression d’être sur des montagnes russes émotionnelles. Mais saviez-vous que ces émotions peuvent dégrader votre santé physique? Le Dr. Susan Babel, psychologue spécialisée dans la dépression causée par des traumatismes, a déclaré dans le magazine Psychology Today, « Des études ont démontré que la douleur chronique peut être causée par une blessure physique, mais aussi par le stress et les problèmes émotionnels ».

« Nous savons tous que le stress émotionnel peut conduire à des maux d’estomac, au syndrome du côlon irritable, à des maux de tête, et même entraîner d’autres plaintes physiques ainsi qu’une douleur chronique. Une raison logique à cela: des études ont montré que plus les gens sont anxieux et stressés, plus leurs muscles sont tendus et contractés, entraînant ainsi au fil du temps une fragilisation et une inefficacité des muscles dans leur ensemble. »

« Plus subtilement, on peut développer des symptômes psychosomatiques ou des symptômes liés au stress à cause de problèmes émotionnels non résolus »

« Souvent, la douleur physique avertit une personne qu’il y a encore du travail à faire sur le plan émotionnel, et qu’il peut aussi s’agir d’un signe de traumatisme non résolu dans le système nerveux », poursuit-elle. Mais quelle est la signification des diverses douleurs que vous ressentez? Jetons-y un oeil.

La douleur du corps est liée à la douleur spirituelle et émotionnelle:

1) Des douleurs dans votre tête

Les douleurs dans votre tête, comme les maux de tête et les migraines, peuvent être déclenchées par le stress du quotidien. Assurez-vous tous les jours de prendre assez de temps pour vous détendre. Pratiquez une activité plaisante pour diminuer votre tension.

2) Des douleurs au niveau du cou

Les douleurs dans le cou peuvent indiquer que vous avez des difficultés à pardonner aux autres, ou même que vous avez du mal à vous pardonner. Si vous sentez des douleurs dans le cou, pensez aux choses que vous aimez chez vous et les autres personnes. Faites délibérément une démarche vers le pardon.

3) Des douleurs dans les épaules

Les douleurs dans vos épaules peuvent indiquer que vous portez un véritable fardeau émotionnel. Voilà d’où vient le dicton « Porter sur les épaules, se dit d’un fardeau dont on a les épaules chargées ». Cherchez à résoudre le problème par des stratégies proactives et faites part de ce fardeau à d’autres personnes dans votre vie.

4) Des douleurs dans le haut du dos

Si vous avez des douleurs dans le haut du dos, vous avez probablement un manque de soutien émotionnel. Vous vous sentez peut-être mal aimé ou vous retenez probablement votre amour. Si vous êtes célibataire, il est peut être temps de chercher quelqu’un.

5) Des douleurs lombaires

Les douleurs lombaires peuvent indiquer que vous vous souciez trop de l’argent ou que vous êtes en manque de soutien émotionnel. Il est peut être temps de demander une augmentation de salaire pour le travail fourni ou envisager un planificateur financier pour vous aider à mieux gérer votre argent. N’ayez pas peur d’aller vers les autres pour du soutien.

6) Des douleurs dans les coudes

Les douleurs dans les coudes sont dues au fait de résister aux changements dans votre vie. Si vos bras sont rigides, cela peut signifier que vous êtes trop rigide dans votre vie. Il est peut être temps de penser à faire des compromis et de faire bouger les choses. Du moins, de suivre le courant.

7) Des douleurs dans les mains

Avec vos mains, vous établissez le contact et le rapport social avec les autres. Si vous sentez une douleur au niveau de la main, cela peut signifier que vous n’allez pas assez loin. Essayez de vous faire de nouveaux amis. Déjeunez avec votre associé. Établissez un lien.

8) Des douleurs dans les hanches

Si vous avez peur de bouger, cela peut se manifester par des douleurs au niveau des hanches. Les douleurs aux hanches peuvent être un signe que vous êtes trop résistant aux changements et aux déménagements. Cela peut également se traduire par une prudence dans la prise de décisions. Si vous avez de grandes idées, il est temps de prendre une décision.

9) Des douleurs dans les genoux

Les douleurs dans les genoux peuvent avoir différentes causes, mais cela peut être le signe d’un ego démesuré. Vous pensez peut-être que vous êtes un peu trop merveilleux. Soyez humble. Consacrez un peu de temps à des activités bénévoles. Assurez-vous de vous souvenir que vous êtes mortel. Vous n’êtes qu’un être humain.

10) Des douleurs dans les mollets

Généralement les douleurs dans les mollets se déclenchent par une tension émotive quelconque. Le stress peut aussi être le principal coupable. La jalousie peut entraîner une douleur au niveau des mollets. Il est peut-être temps de lâcher prise.

11) Des douleurs dans les chevilles

Les douleurs dans les chevilles peuvent être le signe que vous vous privez de plaisir. Cela peut indiquer qu’il est temps de pimenter un peu plus votre vie amoureuse.

12) Des douleurs dans les pieds

Lorsque vous êtes déprimé, il peut vous arriver de ressentir une certaine douleur au niveau des pieds. Trop de négativité peut se manifester par des douleurs dans vos pieds. Cherchez les petites joies de la vie. Adoptez un nouvel animal de compagnie ou trouvez-vous un nouveau passe-temps. Cherchez des moments de satisfaction et de joie.

Comme indiqué dans l’article, « Bien que nous ne soyons pas toujours conscients de l’effet persistant du traumatisme, en croyant que l’événement traumatique est déjà derrière nous, le corps peut avoir des atomes crochus avec des problèmes non résolus ».

La prochaine fois que vous ressentirez une douleur physique, essayez de regarder à l’intérieur de vous-même et soyez attentif à vos pensées, à ce qui vous retient dans le passé, et aux émotions qui vous perturbent. La douleur agit comme un signe d’avertissement spirituel, et que la guérison doit se faire.

http://www.sante-nutrition.org/la-douleur-du-corps-est-liee-a-la-douleur-spirituelle-et-emotionnelle/

3035
Europe / Crise grecque : l’Eurogroupe passe au « plan B »
« le: 28 juin 2015 à 21:08:42 »
Crise grecque : l’Eurogroupe passe au « plan B »

Symbole terrible : l’Eurogroupe de la dernière chance, qui se déroulait samedi 27 juin à Bruxelles, a fait une suspension de séance en fin d’après-midi. Il était censé valider un accord « réformes contre argent frais », absolument nécessaire pour éviter le défaut de l’Etat grec. Son président, le ministre des finances des Pays-Bas, Jeroen Dijsselbloem, est descendu en salle de presse, et, grave, a annoncé que les négociations avec le gouvernement grec avaient été rompues, malgré l’offre « complète » et la volonté des créanciers de la Grèce.

Il a également annoncé que les ministres des finances allaient reprendre leur conversation, pour parler du « plan B »… mais sans leur collègue grec, Yanis Varoufakis. Comme si là, en quelques instants, la Grèce avait, avec l’annonce surprise du référendum de la veille par Tsipras, déjà signé sa sortie de la zone euro.


Préserver le système bancaire de la faillite

Le plan B, donc. Les 18 ministres des finances de la zone euro doivent décider des mesures à prendre pour « assurer la stabilité de la zone euro », a précisé M. Dijsselbloem. Car l’heure est grave : il faut d’abord préserver le système bancaire grec de la faillite alors que les sorties de capitaux, déjà considérables ces derniers jours, avaient atteint 600 millions d’euros dans la seule matinée de samedi.

Pour ce faire, il faudrait introduire un contrôle des capitaux, peut-être dès lundi 29 juin, à Athènes. Mais cette décision relève en dernier ressort du gouvernement grec. Le souhaite-t-il ? Selon nos informations, certains de ses membres étaient persuadés, en cette fin de semaine, qu’un contrôle des capitaux serait une bonne chose pour la popularité de Tsipras, car cela renforcerait le sentiment qu’il est victime de l’acharnement des créanciers, du FMI, de la BCE, du reste de l’eurozone.

Cette décision de limiter les sorties de capitaux, inévitable à court terme, n’est pas envisagée de gaîté de cœur à Bruxelles, où on craint qu’elle ne fonctionne pas suffisamment bien pour éviter une sortie de la Grèce, progressive, de la zone euro. « Cela a marché pour Chypre, qui est une île, qui est plus petite, mais la Grèce a des frontières et ce sera plus difficile de contenir les liquidités », s’alarmait une source européenne ces derniers jours.

Asphyxie

La BCE va aussi devoir prendre des décisions difficiles. Elle devait réunir sa conférence des gouverneurs, dimanche 28 juin, pour décider, ou pas, de prendre des mesures concernant les liquidités d’urgence aux banques grecques, ces désormais fameux ELA, le seul mode de financement qui reste au système bancaire grec.

Ces dix derniers jours, l’institut de Francfort avait décidé par trois fois de relever le plafond de ces ELA. Mais à son « board », les Allemands et les Finlandais faisaient de plus en plus pression, ces derniers jours, pour que ces liquidités soient supprimées. En l’absence d’accord avec Athènes, et le deuxième plan d’aide à la Grèce « s’éteignant » le 30 juin, la BCE sera définitivement contrainte, peut-être dès dimanche soir, de prendre cette décision d’asphyxie du système bancaire grec.

Certains à Bruxelles n’excluaient pas, samedi, que le SSM (le superviseur bancaire européen), sous l’égide de la BCE, réunisse aussi son bureau dans les heures ou les jours qui viennent, pour évaluer la solvabilité des banques grecques. Si elle estime qu’elles sont en risque, elle pourrait prendre – à la place du gouvernement grec – une décision de fermeture des établissements financiers.

Eviter la contagion

Comment éviter la contagion au reste de la zone euro ? C’est ce dont ont discuté les ministres des finances en format « 19 moins 1 » samedi soir. Les banques européennes sont très peu exposées, contrairement à 2009-2012, aux obligations grecques. Mais d’autres, en Bulgarie, en Roumanie, à Chypre, ont des banques qui le sont davantage, et qu’il faudrait pouvoir protéger. Il y a aussi tous les instruments dont se sont dotés les Européens à la suite de la crise de 2008 : l’union bancaire, le mécanisme européen de stabilité, etc.

La Commission européenne est prête, selon nos informations, à prendre les dispositions administratives pour éviter des effets collatéraux dans ces pays. Les dirigeants européens pourraient aussi, dans les jours qui viennent, communiquer d’une manière forte, pour dire que la zone euro, même sans la Grèce, sera préservée, et ne va pas vers l’explosion.

C’est d’ailleurs en prévision de ce scénario catastrophe que Jean-Claude Juncker, président de la commission, Donald Tusk, président du Conseil, M. Dijsselbloem et Mario Draghi pour la BCE avaient publié, en début de semaine, leur « plan » pour une plus grande intégration de la zone. « Aujourd’hui, il faut prendre des mesures fortes pour rassurer, et pour prévenir une nouvelle crise financière en Europe. On pourrait par exemple accélérer le principe d’une garantie des dépôts européenne », selon une source européenne.


Tsipras n’avait prévenu personne

Dans ce contexte, comment éviter la déflagration politique ? Les différents dirigeants de l’eurozone ont pris soin, samedi, de dire à quel point ils avaient tout fait pour aider la Grèce, et que personne, autour de la table de l’Eurogroupe, ne souhaitait la sortie de la Grèce. « Ce qui s’est passé aujourd’hui, ce n’est pas la sortie de la Grèce de la zone euro », a ainsi assuré Michel Sapin, le ministre des finances français, alors que Paris a travaillé jusqu’au bout à faire le « trait d’union » entre l’Eurogroupe et le gouvernement Tsipras. « Nous avions fait une offre avec des flexibilités et des compromis, c’est le gouvernement Tsipras qui a décidé de la refuser et a envoyé un message négatif aux Grecs à propos de cette offre [en appelant à un référendum sur un accord qu’il estime inacceptable] », a pour sa part martelé M. Dijsselbloem.

La Commission européenne a de fait travaillé jusqu’au bout, jusqu’au vendredi soir 26 juin, pour parvenir à un accord avec Athènes. Les différences entre les parties étaient très faibles, selon plusieurs sources proches des discussions. L’une d’entre elles raconte :

« Le pire, c’est que les négociateurs grecs qui étaient enfermés au Charlemagne [un des bâtiments de la Commission], vendredi soir, ont appris la décision du référendum en même temps que les négociateurs côté créanciers. »

Jean-Claude Juncker lui-même, qui avait passé des heures avec Alexis Tsipras durant la semaine pour tenter de trouver une solution, n’a appris le référendum qu’à son réveil.


« Irresponsabilité »

En off, beaucoup, à Bruxelles, dénonçaient samedi l’« irresponsabilité » de cet appel au référendum. « Quelle question va t-on poser aux Grecs ? S’ils acceptent le plan des créanciers ? Mais lequel va-t-on leur soumettre ? Aucun n’avait été validé par l’Eurogroupe, c’était encore un texte en chantier, sur lequel des compromis étaient négociés, raconte une source proche des négociations. En plus, personne, à moins d’être spécialiste du sujet, ne peut vraiment y comprendre quoi que ce soit, ce sont des documents très techniques. »

Une autre source s’émouvait du fait que « vendredi, il y avait un conseil des chefs d’Etat et de gouvernement européens, et Tsipras n’a dit à personne ce qu’il avait l’intention de faire. Même pas à Hollande et Merkel ». De fait, Michel Sapin l’a confirmé, lors d’un point presse, samedi : le président de la République a été prévenu avant du référendum, vendredi, mais en soirée.

Une note d’espoir, samedi soir à Bruxelles ? « La seule chose qu’on puisse espérer, pour éviter le pire, c’est que le Parlement grec décide d’empêcher le référendum ou que le gouvernement grec revienne sur sa décision et, d’ici mardi prochain, nous fasse une nouvelle proposition d’accord acceptable », expliquaient des proches des créanciers.

Pour Pierre Moscovici, commissaire européen aux affaires économiques, « si les ministres des finances n’ont pas accordé d’extension du plan d’aide à l’Eurogroupe, c’est parce que le gouvernement grec a accompagné l’annonce du référendum d’un appel à voter non. Mais la zone euro compte toujours 19 membres et pas 18, la Grèce en fait partie. La Commission se battra jusqu’au bout pour qu’elle reste. »

Personne n’était capable de garantir, samedi soir, qu’on serait capable de maîtriser la situation politique, économique, voire géopolitique dans les jours et les semaines qui viennent.

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/06/27/crise-grecque-l-eurogroupe-passe-au-plan-b_4663330_3234.html

3036
Denise dévoile ses formes généreuses dans une pub sans retouche



Swimsuits For All, une marque de maillots de bain, a réalisé une campagne intitulée "Beach body, Not sorry" sans retouche.
 Denise Bidot, mannequin grande taille, a été choisie pour représenter la marque.
Belle et sexy, la brune affiche ses formes généreuses sans complexe dans cette publicité fraiche et authentique.

video : http://www.ohmymag.com/insolite/039-039-beach-body-not-sorry-039-039-la-campagne-qui-prouve-que-la-cellulite-n-039-est-pas-un-probleme_art87348.html

3037
Sanctions russes : l’Espagne pleure, le Maroc rit




La Russie a annoncé aujourd’hui la mise en place d’un « embargo total » sur de nombreux produits alimentaires en provenance des pays européens et américains. Cette situation inquiète les agriculteurs espagnols qui craignent que le Maroc « en profite » pour prendre des parts de marché en Russie.


Ces représailles russes concernent un pan entier de produits alimentaires ou agricoles. Cela va de la viande (volailles, boeuf) au poisson, en passant par des produits laitiers. Ces sanctions, d’une durée d’un an, touchent également d’autres pays comme le Canada, la Norvège ou encore l’Australie.

Ce nouvel embargo ne satisfait pas du tout les agriculteurs espagnols qui exportent chaque année plus de 230.000 tonnes de fruits et légumes pour une valeur totale estimée à 300 millions d’euros.

Le délégué de l’agriculture, Jose Manuel Ortiz, interrogé par le site almeria360.com, est très inquiet :


« Parce que si c’est comme ça, le terrain sera libre pour les pays comme le Maroc et la Turquie, qui n’auront plus de concurrents pour envoyer des produits comme la tomate, et cela coûtera du temps et des efforts pour que le secteur puisse récupérer l’espace perdu »

Et il y a de quoi. L’année dernière, l’Espagne a exporté 37.223 tonnes de tomates, 33.219 tonnes de mandarines ou encore 29.525 tonnes de nectarines. De quoi ravir quelque peu les agriculteurs marocains …

 
http://www.bladi.net/sanctions-russes-europe-maroc,40016.html

3038
Maroc : des jeunes filles en burkini virées de la piscine de l’hôtel



Selon le site marocain Bladi.net, plusieurs jeunes filles en birkini ont été interdites de piscine dimanche 10 août à l’hôtel Ibis d’El Jadida au Maroc.

Plusieurs familles d’Oujda ont décidé de passer des vacances à El Jadida à 100 km au sud-ouest de Casablanca. Avant de se rendre à la mer, plusieurs jeunes filles ont souhaité se baigner dans la piscine de l’hôtel Ibis ce qui n’a pas plus au responsable de l’hôtel.

En quelques minutes, les jeunes fille ont été sorties de l’eau par les employés de l’hôtel. Une décision qui a provoqué la colère des familles qui ont décidé de porter plainte.

Abdelaziz Aftati, député du parti Justice et Développement, a décidé d’écrire au Ministère du Tourisme afin de dénoncer « une ingérence inacceptable dans la liberté des gens et leur croyance » de la part « de cette société laïque radicale » qui « traite encore les citoyens sur des bases raciales et religieuses ». Une lettre incendiaire qui a trouvé écho dans les médias arabophones marocains.

Le député a qualifié la décision du gestionnaire de l’hôtel « d’insolence néo-colonialiste », des propos dénonçant la soumission des hôteliers devant les touristes étrangers qui eux ne respectent aucunement les traditions du pays quelles soient culturelles ou religieuses.

http://www.islametinfo.fr/2014/08/16/maroc-des-jeunes-filles-en-burkini-virees-de-la-piscine-de-lhotel/

3039
Le Maroc alerte : 3000 jihadistes sont en route pour l’Espagne



Les services de sécurité marocains ont alerté les autorités espagnoles du retour de Syrie et d’Irak de plus de 3000 Marocains.
Ces présumés combattants sont capables de commettre des attentats soit au Maroc, soit en Espagne.


Les djihadistes, qui sont originaires pour la plupart des villes du nord (Tanger, Tétouan et Nador), sont également détenteurs de permis de passage (ou de cartes de résident), qui leur donnent la possibilité de se rendre plus facilement dans les villes autonomes de Sebta et de Melilla.
Ces permis sont délivrés aux marchands ou personnes habitant les régions de Tétouan et Nador.

http://www.lesobservateurs.ch/2014/08/18/maroc-alerte-3000-jihadistes-en-route-lespagne/


3040
Un bus transportant des enfants s'est renversé sur la E40: de nombreux blessés, un mort

Un bus s'est renversé dimanche matin sur la E40 en direction de Jabbeke, à Middelkerke, à la Côte. De nombreux enfants sont à bord, annoncent différents médias flamands. Les services de secours sont massivement présents sur place. L’accident s’est produit vers 10h. A bord du car, 34 enfants britanniques âgés entre 11 et 13 ans. Ils étaient accompagnés de 6 adultes.


Un accompagnateur est mort

Le chauffeur de bus a perdu le contrôle du véhicule, qui est allé cogner un pilier de pont. Sur une photo publiée par un journaliste de la région, on voit le car, couché sur le flanc sur le bas-côté de la route. Le chauffeur a été blessé lors du choc, et une personne assise à côté de lui n'y a pas survécu, a indiqué la bourgmestre Janna Rommel-Opstaele.


Une quarantaine d'occupants dégagés du bus

Selon les premières informations révélées par les médias flamands, une quarantaine d'occupants du bus ont été secourus et dégagés du bus accidenté, en grande partie des mineurs d'âge, légèrement blessés. Ils ont été pris en charge à Middelkerke, où un plan médical d'intervention a été déclenché.

video : http://nieuws.vtm.be/binnenland/147682-zwaar-busongeval-met-kinderen-op-e40



La E40 est entièrement fermée à la circulation à hauteur de l'accident. De longues files se forment sur l’E40, et ce depuis Oostduinkerke, on estime le retard à plus d’une heure ( voir la carte Tomtom).

http://www.rtl.be/info/belgique/faits-divers/un-bus-transportant-des-enfants-s-est-renverse-sur-la-e40-les-secours-massivement-sur-place-734894.aspx

3041
Europe / L'inventeur de la "neutralité du net" alerte l'Europe
« le: 27 juin 2015 à 22:58:50 »
L'inventeur de la "neutralité du net" alerte l'Europe

Le professeur de droit Tim Wu, qui a popularisé l'expression de "neutralité du net", s'inquiète pour l'Europe. Le Vieux Continent pourrait se retrouver dans une situation d'assujettissement face aux services américains, si des règles très solides en matière de neutralité du réseau ne sont pas adoptées.


À l'origine de l'expression "neutralité du net" qu'il a employée dans un article juridique publié en 2003, et qui est aujourd'hui très largement répandue pour décrire le principe du traitement égal de tous les flux de données sur Internet, Tim Wu observe avec beaucoup d'attention les débats européens sur ce sujet. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le professeur de droit n'est pas rassuré.

La préoccupation de Tim Wu vise essentiellement les propositions de la Commission européenne, qu'il juge très insuffisantes pour protéger convenablement les intérêts du Vieux Continent.

Cité par l'ONG European Digital Rights à la suite de plusieurs réunions de haut niveau avec Bruxelles, il craint par exemple que "l'Internet en Europe ne s'en remettra jamais si ces suggestions sont adoptées". À propos des services en ligne, Tim Wu prévient qu'elles pourraient garantir la prédominance des plateformes américaines en Europe pour les années à venir.

Malgré un vote formidable du Parlement européen en faveur de la neutralité du net, qui a permis d'adopter une version amendée d'un rapport-clé qui définit pour la première fois la neutralité du net et lui confère un cadre protecteur sur le Vieux Continent, il ne s'agit pas d'un scrutin définitif. De nombreuses étapes restent à franchir et, par conséquent, la victoire est encore très loin d'être acquise


Cela se constate aisément avec la position du commissaire européen en charge du numérique, Günther Oettinger.

Alors qu'il avait déjà envoyé des signaux franchement défavorables lors de son audition d'intronisation en évoquant une neutralité du net "progressive", l'intéressé a de nouveau refusé ce mois-ci de garantir ce principe pourtant crucial, au nom de la nécessité de favoriser l'innovation pour les services qui exigent un haut niveau de qualité de l'accès.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/magazine/33539-l-inventeur-de-la-neutralite-du-net-alerte-l-europe.html#ocfeCBXlyhWZOCwm.99

3042
Pour avoir tagué des murs à Detroit, l’artiste de rue Shepard Fairey risque cinq ans de prison



Même si ce nom ne vous dit a priori rien, vous connaissez sans doute Shepard Fairey, le créateur du mouvement OBEY Giant.
Il est l'auteur du poster emblématique distribué pendant la campagne présidentielle de 2008 aux Etats-Unis, une image iconique devenue mondialement célèbre.



Aujourd'hui, le New York Times, qui reprend une information du site Detroit Free Press, relate que Fairey connaît quelques problèmes avec la police de Detroit, qui le recherche pour avoir tagué de nombreux bâtiments lors d'une visite à Motor City en mai. Des tags qui auraient coûté 9 000 dollars (8 000 euros) de nettoiement à la ville.

Initialement, l'artiste y venait pour dessiner une fresque murale, sa plus grande à ce jour (56 mètres sur 18), sur l'immeuble One Campus Martius, dans le centre de Detroit, pour le compte de la société Bedrock. Mais durant son temps libre, Fairey en a profité pour laisser son empreinte sur d'autres façades dans toute la ville, collant notamment sur les murs des posters de son dessin le plus connu, Andre the Giant, et taguant d'autres motifs sur des propriétés privées.

Déjà condamné une dizaine de fois

Shepard Fairey est accusé de dégradation malveillante de propriété et risque jusqu'à cinq ans de prison et 10 000 dollars d'amende (9 000 euros). "Le fait qu'il est un artiste connu ne lui donne pas le droit d'être un vandale", a déclaré Rebecca McKay, de la police de Detroit. "Et dans ce cas précis, nous considérons qu'il s'agit de vandalisme."

L'artiste de rue avait pourtant prévenu : "Je continue de faire des choses dans la rue sans permission", avait-il déclaré au Detroit Free Press en mai. "Je ferai des choses dans la rue quand je serai à Detroit." Certains propriétaires des bâtiments visés par Shepard Fairey n'ont d'ailleurs pas l'intention de porter plainte, arguant que le street art est "censé être visible".

Ce n'est en tout cas pas la première fois que Fairey a affaire à la police et à la justice. Il a déjà été condamné une dizaine de fois par le passé et a toujours plaidé coupable et payé ses amendes. A Paris, il est possible d'admirer son travail, réalisé en toute légalité, dans le 13e arrondissement, au croisement du boulevard Vincent-Auriol et de la rue Jeanne-d'Arc.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/06/26/pour-avoir-tague-des-murs-a-detroit-lartiste-de-rue-shepard-fairey-risque-cinq-ans-de-prison/?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

3043
Ankara veut empêcher la création d’un Etat kurde à ses portes



La progression des forces kurdes dans le nord de la Syrie attise la colère du président Recep Tayyip Erdogan. « J’en appelle à la communauté internationale. Quel que soit le prix à payer, nous ne permettrons jamais l’établissement d’un nouvel Etat à notre frontière sud, dans le nord de la Syrie », a dit le président islamo-conservateur vendredi soir, lors d’un dîner de rupture du jeûne de ramadan.

L’homme fort de Turquie, cité par les médias, a accusé les forces kurdes qui ont progressé face aux djihadistes du groupe de l’Etat islamique (EI) dans plusieurs secteurs proches de la frontière turco-syrienne de « changer la structure démographique » des zones dont elles se sont emparées. M. Erdogan faisait allusion aux populations arabes et turkmènes – turcophones – de ces régions.

Pas de complaisance avec les djihadistes

M. Erdogan a aussi démenti toute complaisance d’Ankara à l’égard des djihadistes : « C’est une grande calomnie d’accuser la Turquie d’avoir des liens avec une quelconque organisation terroriste » en Syrie, a-t-il dit.

Les forces kurdes en Syrie (YPG) entretiennent des relations avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui a lancé en 1984 une insurrection armée en Turquie et est considéré par les autorités d’Ankara comme un groupe terroriste.

La création éventuelle d’une zone autonome sous contrôle du PKK dans le nord de la Syrie est une source d’inquiétude pour Ankara, au premier chef parce que les Kurdes turcs pourraient s’en inspirer, ensuite parce que ce territoire jouxtera la région autonome du Kurdistan au nord de l’Irak.



Dans un entretien vendredi au journal Hürriyet, Saleh Muslim, le chef du PYD (Parti de l’union démocratique, principal parti kurde syrien, dont les YPG sont sa branche armée), a exclu la création d’un Etat kurde syrien. « Nous n’avons pas de tel projet », a-t-il dit.

Intervenir en Syrie

Selon la presse turque samedi, M. Erdogan et le premier ministre, Ahmet Davutoglu, auraient demandé lors d’une réunion de sécurité en début de semaine à Ankara au chef d’état-major d’intervenir en Syrie. Mais le général Necdet Ozel, peu enclin à entrer en guerre, a réclamé un ordre écrit des responsables civils.

Un nouveau gouvernement n’a pas encore été constitué en Turquie à l’issue des législatives du 7 juin, au cours desquelles le Parti de la justice et du développement (islamo-conservateur) au pouvoir depuis treize ans a perdu sa majorité absolue au Parlement. Selon le quotidien Hürriyet, 12 000 soldats turcs au moins seraient prêts à entrer en territoire syrien pour constituer « une zone de sécurité », afin de protéger la frontière turque de la menace que pose l’EI.

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/06/27/ankara-veut-empecher-la-creation-d-un-etat-kurde-a-ses-portes_4663268_3218.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

3044
Publicité contre coca-cola censurée à la télé


3045
« We Are Legion - The Story of the Hacktivists. » Version Originale avec sous-titres en Français.

 Pour Brian Knappenbergern, le film doit servir de référence si les manifestations, les sit-ins et les frappes de représailles menés par Anonymous deviennent une nouvelle forme de désobéissance civile à travers le monde.

La video :  https://player.vimeo.com/video/104683625

http://www.anonymousvideo.eu/nous-sommes-legion-histoire-des-hacktivistes.html#video