Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

316
La girafe est officiellement une espèce menacée d'extinction...

Et c'est dramatique !

Depuis ce 8 décembre, la girafe fait son entrée dans la liste des espèces menacées d’extinction, établie par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).


Une triste nouvelle qui était malheureusement prévisible puisqu’on apprenait il y a un an que la population de girafe avait diminué de 40% en moins de 30 ans. C’est lors d’une conférence internationale sur la biodiversité, au Mexique, que la nouvelle a été annoncée. Selon l’UICN, il n’y avait que 97 562 spécimens en 2015, contre 160 000 en 1985.



Parmi les principales raisons de cette progressive disparition, le braconnage tient le haut du pavé puisque les girafes sont particulièrement traquées et tuées pour leur peau, leur viande et leur queue. Non seulement, elles se déplacent assez lentement mais sont en plus très visibles à cause de leur taille.



En outre, leur habitat naturel est également en train de disparaître progressivement à cause de l’expansion de l’agriculture, de l’urbanisation et des activités minières. Enfin, les girafes sont aussi le plus vulnérables dans les zones de conflit comme la Somalie, le Soudan du Sud, le Kenya et l’Éthiopie.


Le plus scandaleux est que cette disparition progressive est quasiment passée sous silence, comme si de rien n’était. Son entrée officielle sur la liste des espèces menacées d’extinction permettra enfin de tirer la sonnette d’alarme et de commencer des mesures politiques en faveur de leur protection et leur survie.



Triste nouvelle, n’est-ce pas ?

http://www.demotivateur.fr/article/la-girafe-est-officiellement-une-espece-menacee-d-extinction-et-c-est-dramatique-8298

317
L'emploi se portait mieux sans gouvernement que sous Michel



L'emploi a proportionnellement augmenté plus durant les 541 jours sans gouvernement en 2010-2011 (entre la démission du Gouvernement Leterme II et la mise en place du Gouvernement Di Rupo) que sous le gouvernement dirigé par Charles Michel depuis octobre 2014, affirme lundi l'Institut pour un Développement Durable (IDD) dirigé par l'économiste et ex-président Ecolo du CPAS de Namur Philippe Defeyt.


Selon l'IDD, la Belgique a connu quelque 13.900 créations nettes d'emplois en moyenne par trimestre pendant les 541 jours sans nouveau gouvernement. Actuellement, la moyenne est de 13.100, pour un taux de croissance du PIB quasiment identique. "Restons donc prudents avant d'attribuer le mérite aux mesures prises par l'actuel gouvernement fédéral", estime M. Defeyt, réagissant ainsi aux chiffres communiqués par l'Institut des Comptes Nationaux (ICN) faisant état de 104.900 emplois créés depuis l'arrivée aux affaires de l'équipe emmenée par le libéral.

Par ailleurs, si les prévisions de la Banque Nationale se confirment, l'emploi aura augmenté en moyenne de 11.200 unités par trimestre en le 3e trimestre de 2014 et le second trimestre 2019, selon l'IDD.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1536/Economie/article/detail/3028957/2016/12/12/L-emploi-se-portait-mieux-sans-gouvernement-que-sous-Michel.dhtml

318
Un homme de 179 ans découvert en Inde : « La mort m’a oublié »



« Mes petits-enfants sont morts il y a des années. En quelque sorte, la mort m’a oublié »
Mahashta Mûrasi est un indien qui affirme être né en 1835.   il est non seulement l’homme le plus vieux du monde mais aussi  l’homme qui a vécu le plus longtemps depuis l’histoire de l’humanité ('après  le Guinness World Records).

Selon les  infos transmises, l’homme serait né  à Bangalore le 6 janvier 1835.De 1903, il a vécu à Varanasi, où il a travaillé jusqu'en 1957, jusqu'à sa retraite à 122 ans.
Selon WorldNewsDailyReport.com tous les documents officiels permettant d’identifier cet homme soutiennent sa version,

Mes petits-enfants sont morts il y a quelques années“, a déclaré Mûrasi.“D’une certaine façon, la mort m’a oublié. Et maintenant, j’ai perdu tout espoir de mourir ! ”

http://eddenya-up.com/question-reponse/3972-un-homme-de-179-ans-decouvert-en-inde-la-mort-m-a-oublie

319
“Porter le voile n’est pas un acte féministe”



Plus les femmes se couvrent, plus les hommes sont déresponsabilisés.
La féministe américano-égyptienne Mona Eltahawy demande qu’on respecte son intelligence et tout ce qui va avec : cheveux, poitrine et corps.

Sa chevelure rouge n’a d’égal que son tempérament de feu. Difficile d’imaginer que Mona Eltahawy s’est voilée pendant près de dix ans quand on la rencontre aujourd’hui. Plus rien chez elle n’évoque cette culture de la discrétion, de la “modestie” que l’islam – et toutes les religions au demeurant – impose aux femmes. Larges bijoux, maquillage appuyé, la journaliste d’origine égyptienne parle haut et fort, avec une conviction jamais démentie. Et invite les femmes musulmanes à mener de front cette nouvelle révolution, comme en témoigne l’exergue de son livre [Foulards et hymens. Pourquoi le Moyen-Orient doit faire sa révolution sexuelle, éd. Belfond, 2015] : “À toutes les filles du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord : soyez impudiques, soyez rebelles, désobéissez et sachez que vous méritez d’être libres.”
Mona Eltahawy, vous êtes une féministe issue du monde arabe. Vous définissez-vous pour autant comme une “féministe musulmane” ? Il y a différentes sortes de féminismes. De plus en plus de femmes se présentent en effet comme des féministes islamiques, et j’en cite certaines dans mon livre. Ce n’est cependant pas mon cas. Je m’
 [...]
Elodie Blogie

http://www.courrierinternational.com/article/les-libres-penseurs-de-lislam-porter-le-voile-nest-pas-un-acte-feministe

320
Le chauffard qui avait renversé mortellement une fillette de 12 ans à Vilvorde avant de s'enfuir vient d'être condamné

http://www.rtl.be/info/video/608042.aspx

L'affaire avait tenu en haleine toute la Belgique à la fin de l'année 2015. En octobre, un Schaerbeekois de 21 ans conduisant une BMW noire avait renversé à Vilvorde une fillette de 12 ans, qui n'avait pas survécu à ses blessures. Le tribunal de police de Vilvorde a condamné ce lundi Muhammed Aytekin à cinq ans de prison, dont 10 mois avec sursis, à une amende de 6.600 euros et à une interdiction à vie de conduire.

L'accident s'était produit au carrefour des rues Jean François Willems et Radiatoren. La jeune fille avait été renversée par une voiture en traversant la route à vélo sur une piste cyclable. Le conducteur du véhicule avait ensuite pris la fuite après l'accident. Grièvement blessée, la victime avait été transportée à l'hôpital, où elle avait succombé à ses blessures dans le courant de la soirée.


Déjà condamné à de nombreuses reprises

La voiture impliquée dans l'accident avait pu être repérée le jour-même sur des images de vidéosurveillance. Activement recherché, son conducteur avait fuit à l'étranger puis s'était finalement rendu, le 2 novembre, à la police locale de Vilvorde-Machelen. Bien que le suspect n'ait jamais obtenu son permis de conduire, il avait été condamné à sept reprises par le tribunal de police pour conduite sans permis et/ou sans assurance ou documents. Au moment de l'accident, il était en outre sous le coup d'une déchéance du droit de conduire.

Selon l'expert désigné, l'homme roulait à 85 km/h alors qu'il circulait en zone urbaine et a fait une mauvaise manoeuvre d'évitement. De plus, son véhicule n'était pas assuré.


"Après l'accident, il a foncé à travers Vilvorde et a mis sa voiture sur un camion vers la Hongrie"



Le tribunal s'est montré très peu compréhensif avec l'attitude du chauffard. "Il est inacceptable qu'il se soit encore retrouvé derrière un volant malgré le fait qu'il n'avait pas de permis de conduire et qu'il avait écopé d'une interdiction de conduire", estime-t-il, s'étonnant également que personne dans l'entourage du Schaerbeekois ne soit intervenu. Celui-ci a assuré avoir paniqué après les faits, raison pour laquelle il ne s'est pas arrêté. Une version que ne croit pas le tribunal. "Après l'accident, il a foncé à travers Vilvorde, a mis sa voiture sur un camion vers la Hongrie et a détruit la carte-sim de son GSM. Cela démontre une tentative raisonnée de rester inconnu et d'échapper à toute poursuite. Ce comportement est typique de son attitude, où il échappe à toute responsabilité et ne se soucie que de lui-même. Aucune personne sensée ne laisse un enfant mourant dans le pétrin".

Muhammed Aytekin a en réalité écopé de deux ans et six mois de prison, dont six mois avec sursis, d'une amende de 3.000 euros et d'une interdiction de conduire de cinq ans pour avoir renversé la fillette. Viennent s'y ajouter, d'une part, six mois de prison et 1.200 euros d'amende pour s'être déplacé dans un véhicule non assuré et, d'autre part, deux ans de prison, dont quatre mois avec sursis, une amende de 2.400 euros et une interdiction à vie de conduire pour le délit de fuite.


Il essaie encore d'exprimer ses regrets...

Le parquet de Hal-Vilvorde a demandé l'arrestation immédiate de l'homme, qui a encore tenté d'exprimer ses regrets. "Je sais que j'ai commis une faute et je suis ici pour prendre mes responsabilités", a-t-il dit. "Je n'ai pas fait cela intentionnellement, j'ai été pris de panique. J'ai écrit une lettre avec mes excuses aux parents de cette petite fille et j'ai toujours respecté les conditions de ma libération provisoire". Le tribunal a cependant accédé à la requête du parquet, notamment parce que le chauffard avait pris la fuite après l'accident et n'avait pas respecté ses précédentes condamnations. "Il est difficile de croire qu'il va maintenant effectivement prendre ses responsabilités", a conclu le juge.

http://www.rtl.be/info/belgique/faits-divers/le-chauffard-qui-avait-renverse-mortellement-une-fillette-de-12-ans-a-vilvorde-vient-d-etre-condamne-874542.aspx

321
Si vous possédez ce disque, ne l’utilisez pas: "J’ai écopé de 25€ d’amende, on m’a dit qu’il était non-conforme"



Mauvaise surprise pour Jean-Pierre. Il a été verbalisé dans une zone bleue alors qu’il avait un disque de stationnement. Problème, ce disque, acheté en grande surface à Soignies n’est pas valable en Belgique.

Nous sommes au début du mois d’octobre. Jean-Pierre se rend au Carrefour de Soignies. "Il fallait que je remplace mon disque de stationnement. Arrivé devant le rayon j’en ai vu un, présenté comme un disque de stationnement européen. Je me suis dit que c’était parfait, que comme ça je pourrais l’utiliser aussi en vacances et en déplacement", nous a-t-il signalé via le bouton orange Alertez-nous.

Jean-Pierre passe donc à la caisse, s’acquitte de la somme d’1,95 euros. Et se rend Chaussée de Mons, à Braine-le-Comte, où il utilise pour la première fois son disque tout neuf. "Quel étonnement au retour, j’ai retrouvé un PV sur mon pare-brise."

Jean-Pierre se rend alors au service mobilité de la commune. "Ils m’ont expliqué que mon disque de stationnement n’était pas conforme à la loi belge."

Propos confirmés par Benoit Godart, porte-parole de l’Institut belge pour la sécurité routière. "Il n’y a qu’un modèle de disque valable, déterminé par un arrêté ministériel."


"Ces disques peuvent être échangés ou remboursés"



Contacté par notre rédaction, Baptiste Van Outryve, le porte-parole du groupe Carrefour réagit. "Le client en question nous a effectivement avertis. Ce qui a provoqué le retrait de ce modèle des rayons. Il s’agit d’une double erreur : du fournisseur d’abord, d’un manque de contrôle de notre part ensuite."

Si vous avez acheté un disque de ce format, vous pouvez vous rendre dans un magasin Carrefour. "En échange du ticket de caisse, nous pouvons le rembourser ou l’échanger contre un disque valable" explique Baptiste Van Outryve, "et bien sûr le client peut, en échange de la preuve de payement du procès-verbal, venir se le faire rembourser dans un de nos magasins."

http://www.rtl.be/info/regions/hainaut/si-vous-possedez-ce-disque-ne-l-utilisez-pas-j-ai-ecope-de-25euro-d-amende-on-m-a-dit-qu-il-etait-non-conforme--874536.aspx

322
Haute-Loire   
La Bête du Gévaudan reconstituée par un passionné



Combien de victimes sont mortes sous les attaques de la Bête du Gévaudan entre 1764 et 1767 ? Qui étaient-elles ? Jean-Claude Bourret apporte deux réponses.




« Toutes les personnes qui ont vu la Bête la décrivent de la même manière. »

À 75 ans, le journaliste Jean-Claude Bourret continue à s'intéresser à la Bête du Gévaudan. À la veille du 250 e anniversaire de l'exécution de la Bête par Jean Chastel (19 juin 1767 à La-Sogne-d'Auvers), il avance deux nouvelles théories. L'une augmente le nombre de victimes de 115 à près de 500. L'autre lui permet d'affirmer les origines de la Bête, issue d'un dangereux croisement.

Comment Jean-Claude Bourret peut prétendre que le nombre de victimes de la Bête est bien plus grand que la fourchette située entre 82 et 115 victimes annoncées jusque-là par les historiens qui se sont penchés sur la question ? C'est très simple, mathématique et logique. « Quand on consulte toutes les archives qui sont parvenues jusqu'à nous sur une période, on constate que la Bête mange au moins une fois, si ce n'est deux fois par jour », explique le journaliste.

Dans les archives, on constate qu'il y a entre un mort tous les deux jours et même, quelquefois, deux morts par jour. Mais toutes les archives de 1764 à 1767 ne sont pas parvenues jusqu'au XXI e siècle. On peut donc considérer que certaines traces de victimes ont disparu faute d'écrits à leurs sujets. De plus, quand le Roi de France reconnait officiellement que François Antoine, son porte-arquebuse, a tué la Bête, en septembre 1765, les curés et les évêques de l'époque ne peuvent alors plus écrire que la Bête continue de tuer. Quand elle attaque à nouveau, personne n'en fait trace. « J'ai considéré que la Bête faisait un repas tous les trois jours. En faisant le calcul, on obtient presque 500 morts, ce qui est pour moi une évidence », précise le journaliste.

Un hybride entre un loup et un chien de combat








Pour Jean-Claude Bourret, la Bête serait un hybride entre un loup et un chien de combat des armées romaines. « Tous les gens qui ont vu ou se sont battus contre la Bête la décrivent de la même manière : l'arrière du loup mais l'avant est différent et ne correspond à aucun animal connu des paysans ». Le rapport d'autopsie a pris 31 mesures de la bête. À cette époque les gens étaient en contact permanent avec les loups. Ils en tuaient entre 80 et 120 par mois, uniquement dans le Gévaudan. La première attaque officielle remonte au 30 juin 1764 près de Pradelles. « Mais j'ai trouvé d'autres attaques, avant. Dans le Dauphiné-Savoie, il y a des rapports d'attaques et des lettres d'un curé qui disent que des personnes se sont faites attaquer par une bête qui a coupé des membres et parfois fait éclater la tête entre ses puissantes mâchoires. En 1763, c'est la fin de la guerre de 7 ans. Les champs de batailles sont suivis par des chiens sauvages dont une partie descend des chiens de combat de l'armée romaine qui se sont mélangés avec les loups. » Un autre argument alimente cette théorie. « Sur le poitrail, tout le monde a décrit une tâche blanche en forme de cœur, ce qui est la signature des chiens de l'armée romaine. Mon hypothèse c'est qu'un loup et un chien se sont saillis sur un champ de bataille en Europe centrale. » La Bête serait née de cette portée avant de passer par le Dauphiné puis de s'installer en Gévaudan.

Ces deux théories sont développées dans le dernier livre du journaliste. Une parution qui devrait faire parler dans les chaumières.


Repères

Passions. Depuis 250 ans, la Bête du Gévaudan ne cesse de déchaîner les passions. Près de 300 livres ont été écrits sur le sujet, autant d’histoires différentes tramées autour des mêmes témoins.
Un chiffre. 31,8. c’est la longueur en centimètres de la langue de la Bête du Gévaudan. Une mesure faite sur la dépouille en 1767.
Anniversaire. La Bête a été tuée par Jean Chastel, sur le mont Mouchet, le 19 juin 1767. L’an prochain, le Gévaudan célébrera le 250e anniversaire de la mort de la Bête.



Un 3e ouvrage consacré à la Bête du Gévaudan est paru au printemps sous la plume de Jean-Claude Bourret. La Bête du Gévaudan et autres histoires vraies est publié par les éditions l'Archipel. Cette nouvelle enquête est présentée de façon romancée. Les victimes mutilées, dont le sang a été bu, y sont égrenées chronologiquement et géographiquement. Au fil des 150 pages de cette histoire, Jean-Claude Bourret développe ses nouvelles théories.
La Bête du Gévaudan et autres histoires vraies, 288 pages, 19 €

http://www.lamontagne.fr/puy-en-velay/faits-divers/societe/2016/12/10/la-bete-du-gevaudan-reconstituee-par-un-passionne_12203076.html

323
Bête du Gévaudan

Entre 1764 et 1767, la bête du Gévaudan tue plus de 100 personnes, uniquement des femmes et des enfants.
 Le mythe de la bête du Gévaudan a donné lieu aux théories les plus fantaisistes. Aujourd’hui, grâce aux chercheurs du Muséum d’histoire Naturelle de Paris, l’identité de cette bête a été dévoilée avec certitude.

Il règne dans le Gévaudan, en cette fin d’Ancien Régime, une misère profonde. Ces meurtres atroces, attribués à une bête sauvage, mettent en péril l’image du pouvoir absolu, détenu par Louis XV.

La Bête du Gevaudan: Rappel des faits

Pendant trois ans, des meurtres ont été perpétrés dans le Gévaudan, qui correspond à peu près à l’actuelle Lozère, mais également en Ardèche, dans la Haute-Loire et le Cantal.
 Ces meurtres sont attribués à un animal mystérieux qui est rapidement baptisé « la bête du Gévaudan ».



Gravure du 18e siècle

La première attaque a lieu au printemps 1764 ; une femme est attaquée près de Langogne, mais ses bœufs mettent en fuite l’animal.
 Peu de temps après, le cadavre d’une adolescente de 14 ans est retrouvé. C’est la première victime officielle de la bête.
 Mais cette victime est la première d’une longue liste.

Selon les témoins, l’animal responsable de l’agression de la bergère et de l’adolescente n’est pas un loup.
 La description qu’en feront tous les témoins est la suivante : « une bête avec une très grosse tête, des flancs rougeâtres, avec une bande noire tout au long du dos, une queue très touffue, des pattes larges munies de grandes griffes. »



Bête du Gevaudan. Illustration du 18e siècle

Il faut souligner que le loup est bien connu des paysans de cette époque. On peut d’ailleurs constater qu’ils ne parlent pas d’un loup.

Les attaques sanglantes se succèdent. Il est plusieurs fois fait mention dans les archives nationales que les victimes étaient porteuses d’une coupure franche et précise à la base du cou.



Dessin illustrant un des journaux de l'époque

L’animal fait preuve d’une grande mobilité. Il attaque du Gévaudan jusqu’en Auvergne. Une véritable psychose s’empare des habitants.
 Des battues sont menées mais sans succès. Les journaux de l’époque relatent ses attaques. L’émoi est si grand que le Roi envoie un régiment de soldats, des dragons, sur les lieux.

Comme si l’animal sentait le danger, il se déplace et sème la terreur dans l’Aubrac et la Margeride. Il laisse derrière lui des cadavres décapités et déchiquetés.

Les soldats n’obtenant aucun résultat, le Roi envoie François Antoine, lieutenant de ses chasses, qui est réputé comme le meilleur fusil du royaume.

Après 3 mois de traque, F.Antoine, tue en septembre 1765, un gros loup dont le corps est empaillé et envoyé à la cour.
 On sait aujourd’hui, que F.Antoine a orchestré de toutes pièces cette soi-disant battue. Ayant peur de tomber en disgrâce, il lui fallait absolument une bête à exposer.
 De plus, l’exhibition de cette bête empaillée a pour objectif de restaurer l’image du roi qui est devenu la risée de toute l’Europe.

Bete du Gevaudan

Illustration de l'époque qui représente la bête empaillée devant le roi

Le succès est d’ailleurs de courte durée. Les meurtres reprennent peu après. Ils s’arrêteront le 19 juin 1767, jour où Jean Chastel tue un nouvel animal.
 Ce personnage énigmatique est omniprésent pendant toute cette histoire et nous allons y revenir.

Ours, Loup, singe ou Hyène

A cette époque, on croit en Dieu mais aussi au Diable, aux sorciers et au loup-garou. Ces croyances « païennes » font partie intégrante du catholicisme.
 Bien que nous soyons au Siècle des Lumières, l’étude de la faune n’en est qu’à ses balbutiements.

Aujourd’hui, on sait qu’aucun animal ne peut décapiter un homme. Il y a là une preuve évidente d’une intervention humaine.
 Des corps ont été entièrement déshabillés et des têtes n’ont jamais été retrouvées.

Mais dans un tel contexte où l’ignorance se mêle au mysticisme, la décapitation n’apparaît absolument pas étrange venant d’un animal.
 Le seul apparemment à avoir eu un doute est F.Antoine qui a fait arrêter les Chastel durant son séjour en Gévaudan.

Bete du Gevaudan

Gravure de l'époque de la Bête du Gévaudan

Sur les gravures de l’époque, on peut voir différents animaux qui représentent la bête, notamment une hyène, un énorme loup et un ours.

N’importe quel prédateur recherche la facilité quand il chasse. Il choisit de préférence des jeunes, des animaux âgés ou malades.
 Mais, dans le cas de l’attaque d’un troupeau par un loup, la facilité consiste à attaquer les bovins ou brebis. L’homme constitue un danger pour lui. L’homme est bien plus dangereux aux yeux d’un loup qu’un agneau.

Il est donc totalement incohérent qu’un loup, même plus gros que la moyenne, privilégie l’homme à l’animal.

La bête immortelle

A plusieurs reprises durant ces 3 ans, l’animal a été blessé. Il a été tiré soit à une certaine distance, soit à bout portant.
 Pourtant, il s’est toujours relevé pour s’enfuir. Ces faits ont bien sûr intensifié aux yeux de la population l’aspect démoniaque et surnaturel de la bête.

Bete du Gevaudan

Gravure de 1764 intitulée "Figure de la bête féroce". Des rumeurs affirmaient que c'était une hyène

Avec du recul, on se rend compte qu’à chaque fois que l’animal a été aperçu ou tiré, peu après, des décapitations ont eu lieu.
 Les statistiques prouvent que l’instigateur des meurtres a largement profité de la psychose générale.

Un serial killer en Languedoc

Il y a en fait deux types de meurtres. Ceux qui ont été commis par un ou des animaux. Ceux qui ont été perpétrés par un pervers sexuel qu’on appelle aujourd’hui serial killer.

Le principal suspect est Jean Chastel qui occupait l’équivalent aujourd’hui du poste de garde forestier.
 Il est assez troublant, vous en conviendrez, qu’aucun meurtre n’ait été commis pendant son incarcération en 1765. Par contre, dès qu’il a été relâché, les crimes ont repris.

Vous me direz : « oui, mais c’est lui qui a finalement tué la bête ». C’est vrai mais dans des conditions plutôt étranges.
 Quand il a visé l’animal, celui-ci ne s’est pas enfui, bien au contraire, il s’est arrêté et est venu tranquillement s’asseoir devant Chastel.
 Pour un monstre sanguinaire, il a fait preuve d’une bien grande docilité.

L’étude des serials killer démontre qu’avant de passer à l’acte, ils tuent en rêve des milliers de personnes. Mais, leurs crimes ne sont jamais à la hauteur de leurs fantasmes. Ils ont donc l’obligation de répéter inlassablement ses meurtres.
 Un serial killer ne s’arrête jamais pour cette raison. Quand les meurtres s’interrompent, c’est que le serial killer est en prison ou qu’il est mort.
 Pourquoi Chastel s’est-il alors arrêté ?

Autopsie de la bête du Gévaudan: l’identité révélée

Quand J.Chastel a tué l’animal, les crimes se sont arrêtés définitivement. L’animal a été exposé au public. Les naturalistes de l’époque ont disséqué et étudié la dépouille.

Bete du gevaudan. Croquis de la dépouille

Bête du Gévaudan. Croquis de la dépouille

Voici le rapport, au vu des notes et croquis de l’époque, des spécialistes du Muséum d’histoire Naturelle de Paris qui a été réalisée recemment:

« La bête n’est ni une hyène, ni un singe, ni aucun autre animal exotique. Sa formule dentaire ne laisse aucun doute : il s’agit d’un canidé.
 Il n’y a que deux options : le chien ou le loup.

Comparatif bete du Gevaudan et loup

C’est un mâle de 109 livres, le poids normal d’un loup adulte. Son museau est plus court que celui d’un loup. Sa tête est également plus large.
 L’arcade zygomatique surdimensionnée laisse deviner une mâchoire particulièrement puissante.
 La crête du crâne et la taille des dents appartiennent au loup.

Comparatif crane du chien et du loup

Comparatif entre le crâne d'un chien et celui d'un loup. © dinosoria.com

Mais la hauteur du profil appartient au chien. L’avant du corps est proche de celui du chien et l’arrière ressemble à celui du loup.

La coexistence des deux morphotypes nous permet d’être affirmatif.

Bete du Gevaudan et un loup

La bête du Gévaudan est un hybride entre un loup et un gros chien ; probablement un chien mâtin.
 Ces conclusions sont confirmées par la tache blanche sur le poitrail de l’animal et la grande longueur des griffes trahit la domestication ».

Ce rapport est éloquent et nous livre enfin une étude scientifique fiable.

Bete du Gevaudan

La conclusion qui s’impose est logique.

Entre homme et bête

Au vu de tous les indices fournis par les différents ouvrages et par l’émission consacrée à la bête du Gévaudan diffusée sur la chaîne Planète, je vous livre ma conclusion des faits.

J.Chastel a domestiqué un animal issu d’un accouplement entre un loup et un chien. Il a dressé cet animal à attaquer l’homme.
 Il est d’ailleurs fort probable que ses crimes ont commencé bien avant le début de cette histoire.
 Comme le dit un professionnel dans le documentaire télévisé, on peut parfaitement habituer un loup à attaquer l’homme si on lui donne de la chair humaine.
 En fait, il faut sacrifier à l’animal des proies faciles quand il est jeune comme des enfants.

Chien mâtin espagnol

Chien mâtin espagnol. © dinosoria.com

Donc, bien qu’on n’en ait aucune preuve, il est certain que Chastel a enlevé des enfants pour les donner en sacrifice à son animal.

Le facteur déclenchant de sa folie a pu être une attaque de loups tout à fait banale.

Le meurtre de la fillette, avec qui il était ami, n’était pas prévu. En effet, peu après, il sombre dans le mysticisme.
 Lui qui ne s’était pas montré plus croyant que la moyenne se met à fréquenter l’église d’une manière assidue.
 Il multiplie les visites au confessionnal et va jusqu’à faire bénir les balles qui lui serviront à tuer la bête.

Jean Chastel

Stèle à l'effigie de Jean Chastel

Ce dernier meurtre, non souhaité, a certainement été un véritable électrochoc. Cette dernière atrocité a révélé à cet homme déséquilibré toute l’horreur de ses exactions.
 En tuant lui-même l’animal qu’il avait dressé afin de concrétiser ses fantasmes pervers, il a lavé son âme de tous ces pêchers.

Jusqu’à la fin de sa vie, il se consacrera à sa paroisse et montrera beaucoup de ferveur religieuse.

La bête du Gévaudan frappe toujours

Toute attaque animale qui échappe aux explications rationnelles suscite rapidement des rumeurs.
 La bête du Gévaudan n’est pas le seul animal à avoir semé la terreur en France.
 On peut citer la bête d’Evreux (1633-1634), la bête de Brive (1783), la bête du Cézailler (1946-1951).

Les plus féroces semblent avoir été les bêtes de l’Auxerrois et du Vivarais.
 La première est apparue en 1731 et a fait 28 victimes. Elle est décrite comme un tigre ou comme un loup.

La bête du Vivarais a sévi de 1809 à 1816 dans le Gard. Elle est décrite comme un loup mais avec la taille d’un âne, avec un pelage brun, une crinière noire et de grosses mamelles. Il s’agissait probablement d’un fauve échappé d’un cirque.

Aucune de ces deux bêtes n’a été tuée ou capturée.

Bete du gevaudan

La bête du Gévaudan est aujourd'hui un argument touristique

En 1973, dans le Middle West américain, les cadavres de dizaines de bovins sont découverts. Les bêtes ont eu les oreilles, les lèvres, les mamelles et les queues tranchées. Les yeux ont été enlevés.
 Les mutilations ont été effectuées avec une précision chirurgicale.

Depuis 1973, de nombreux animaux aux Etats-Unis ont été retrouvés mutilés. Le massacre continue toujours aujourd’hui.
 12 000 bovins ont été tués depuis sans que la police ait pu arrêter le moindre suspect, d’autant plus qu’aucune trace au sol à côté des animaux mutilés n’a été retrouvée.

L’intervention humaine est évidente cette fois encore comme pour la bête du Gévaudan. Notre peur de l’inconnu ne doit pas nous faire oublier que seul l’homme est capable de fantasmes pervers.
 L’animal se contente de tuer pour survivre et ne s’adonne jamais à des meurtres rituels quels qu’ils soient.

V.Battaglia (04.2004)

Mutilation de bétail

Sources

Les grandes énigmes. Edition Larousse. Les plus célèbres mystères de l'histoire. Selection du Reader's Digest. La Bête du Gévaudan, autopsie d'un mythe. Documentaire diffusé sur Planète.


http://www.dinosoria.com/bete_gevaudan.htm


324
Merci de l'info

un peu en retard

mais voyait personne venir

325
Une nouvelle monnaie unique africaine serait la véritable cause de l’intervention française en Libye



D’après les éléments trouvés dans les lettres de Hillary Clinton déclassifiées le 31 décembre, la vraie raison de l’intervention en Libye était l’or qui aurait pu empêcher les plans de Nicolas Sarkozy de répandre son influence dans la région.

La correspondance de l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a montré qu’en 2011, Mouammar Kadhafi possédait 143 tonnes d’or et 143 tonnes d’argent avec lesquels il souhaitait créer une nouvelle monnaie unique pour l’Afrique et fournir aux pays francophones africains «une alternative au Franc CFA».

«L'or avait été rassemblé avant la révolte actuelle et devait être utilisé pour la création d'une monnaie panafricaine basée sur le dinar libyen», lit-on dans le courriel de l'ex-secrétaire d'Etat américain.

video : https://francais.rt.com/france/13476-hillary-clinton-intervention-france-libye

Au total, la valeur de ces réserves s'élevait à près de 7 milliards de dollars.

En Afrique, les zones franc constituent des espaces monétaires et économiques sur le territoire de plusieurs Etats de l’ancien empire colonial français, ainsi que du Cameroun, du Togo, de la Guinée équatoriale et de la Guinée-Bissau. Après l'accession à l'indépendance, la plupart de ces nouveaux états sont restés dans un ensemble monétaire homogène.

D'après le même document, le gouvernement de Nicolas Sarkozy craignait que cette nouvelle monnaie permettte à l'Afrique du Nord d'acquérir une indépendance économique, qui n'aurait pas fait les affaires de la la France et de toute l’Europe. Ces données du renseignement seraient l'«un des facteurs qui a forcé le président Nicolas Sarkozy à commencer l’intervention en Libye» et non pas la protection de la vie des civils, comme l'a décrit la doctrine sur la responsabilité de protéger, chère au conseiller informel de Hillary Clinton, Sidney Blumenthal.



L'intervention militaire en Libye a commencé en 2011 sous l'égide de l'Organisation des Nations unies et s'est déroulée entre le 19 mars et le 31 octobre 2011 pour mettre en œuvre la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies, dont le but était de «prendre toutes mesures nécessaires, nonobstant le paragraphe 9 de la résolution 1970 (2011) pour protéger les populations et les zones civiles menacées d’attaque en Jamahiriya arabe libyenne». La France, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et le Canada y ont pris part malgré les critiques de plusieurs pays. 

https://francais.rt.com/france/13476-hillary-clinton-intervention-france-libye

326
L'assaillant du commissariat parisien reconnu par son entourage, s'appellerait Tarek Belgacem


video 1 : http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01590560/src/5fsmv8/zone/1/showtitle/1/

PARIS - L'homme abattu jeudi devant un commissariat parisien a été reconnu par des membres de son entourage, serait tunisien et s'appellerait Tarek Belgacem, a-t-on appris vendredi de sources proches de l'enquête.

Les analyses des empreintes relevées sur cet homme, abattu par des policiers alors qu'il forçait les barrières placées devant le commissariat de la Goutte d'Or en brandissant un hachoir de boucher, au cri de "Allah Akbar" (Allah est le plus grand, en arabe), avaient révélé qu'il était connu des services de police.

Mis en cause en 2013 dans une affaire de vol en réunion à Sainte-Maxime dans le Var, ses empreintes avaient alors été prises et l'homme avait déclaré aux gendarmes s'appeler Sallah Ali. Il se présentait comme un sans domicile fixe, né en 1995 à Casablanca au Maroc.

"Je suis Abou Jihad Tounsi, Tarek Belgacem (Tunis)"

Mais, vendredi matin, le procureur de Paris François Molins s'était dit "pas du tout certain que l'identité qu'il a donnée soit réelle". "Cette identité est contredite par un papier manuscrit" retrouvé sur lui, "sur lequel il y a la profession de foi musulmane, un drapeau de Daech dessiné, et son nom, mais (...) il se dit Tunisien et pas Marocain", a affirmé François Molins sur France Inter:

video 2 : http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01590560/src/5f5v55/zone/1/showtitle/1/

I-Télé affirmait vendredi après-midi que l'homme aurait été reconnu par une cousine et qu'il s'agirait de Tarek Belkacem. Selon une source proche de l'enquête, sur le texte de revendication retrouvé sur lui était écrit: "Je suis Abou Jihad Tounsi, Tarek Belgacem (Tunis)":



"Plusieurs personnes de l'entourage de Tarek Belgacem, se présentant comme son cousin et ses parents, ont notamment reconnu sa photo", a déclaré une autre source proche de l'enquête. "Il y a donc une très forte probabilité" que ce soit lui "mais il est encore trop tôt pour parler d'identification formelle à ce stade", a ajouté cette source.


327
L'Ukraine dans le noir suite à une cyberattaque, une première mondiale



Un piratage informatique visant le réseau électrique ukrainien a provoqué une importante coupure d'électricité dans l'ouest de l'Ukraine fin décembre, ont indiqué mardi à l'AFP la société de sécurité informatique ESET et plusieurs sources locales. "C'est une première mondiale", ont affirmé les équipes d'ESET France.


"Le virus a été implanté grâce à une importante campagne de phishing ("hameçonnage", ndlr) contenant un document Excel infecté", a expliqué ESET, qui a détecté l'attaque alors que ses équipes surveillaient le virus depuis plusieurs mois.

Le 23 décembre, une grande partie de la région d'Ivano-Frankivsk, dans l'ouest de l'Ukraine, a été plongée dans le noir pendant plusieurs heures, avait alors indiqué la compagnie d'électricité locale Prikarpattiaoblenergo.

Cette panne avait été causée par "l'intervention de personnes non autorisées (...) dans le système de commande à distance" et les techniciens avaient alors dû rétablir le courant "manuellement", avait ajouté la société.

Peu après, les services spéciaux ukrainiens (SBU) ont fait état de la découverte de "logiciels malveillants sur les réseaux de plusieurs compagnies d'électricité régionales", selon un communiqué.

http://www.7sur7.be/7s7/fr/18164/Ukraine/article/detail/2575602/2016/01/05/L-Ukraine-dans-le-noir-suite-a-une-cyberattaque-une-premiere-mondiale.dhtml

328
Les défaillances du nucléaire en Belgique : la saga continue

En décembre, des millions de fans de Star Wars ont connu une joie immense. Dix ans après la sortie du dernier film, un nouvel épisode est enfin arrivé dans les salles de cinéma. La série est née en 1977, mais près de 40 ans plus tard, elle n’a en rien perdu de sa popularité.

Deux semaines plus tôt, Electrabel pouvait également se réjouir : ses centrales nucléaires de Doel et Tihange sont encore plus vieilles que le premier épisode de Star Wars mais, à la fin 2015, le gouvernement et l’AFCN ont donné le feu vert à une prolongation de leur activité pour 10 ans.

Cependant, alors que la première prolongation ne peut que faire le bonheur des cinéphiles, la seconde pose de sérieuses questions. 2016 vient à peine de commencer, et notre pays fait déjà face à plusieurs problèmes graves.

Problème 1 : les réacteurs ne sont pas très en forme

Le réacteur de Doel 1 a été connecté au réseau le 30 décembre, après 10 mois d’inactivité. À peine 48 heures plus tard, le plus ancien réacteur du pays cessait déjà son activité en raison d’un problème de générateur, alors que Tihange 1 connaissait une grosse semaine d’inactivité juste avant la nouvelle année, à cause d’un énième incendie. Et les réacteurs fissurés qui venaient de redémarrer étaient eux aussi en proie à des incidents. Doel 3 est à l’arrêt depuis la veille de Noël, suite à la découverte d’une fuite d’eau dans les conduites qui alimentent la turbine à vapeur.

L’argument de la sécurité d’approvisionnement en prend un sacré coup. La ministre fédérale de l’Énergie, Mme Marghem, faisait de cet argument la principale raison de la prolongation du maintien en activité de Doel 1 et 2, mais on peut voir que les réacteurs ne jouent pas le jeu. En outre, à la fin 2015, le gestionnaire du réseau, Elia, nous a déjà montré que, pour nous éclairer, nous n’avions besoin ni des plus anciens réacteurs ni des réacteurs qui présentent des fissures.

Problème 2 : l’Allemagne et les Pays-Bas sont de plus en plus préoccupés

De surcroît, en raison de ces problèmes persistants, les Pays-Bas et l’Allemagne s’intéressent de plus en plus à nos centrales nucléaires. Des bourgmestres de Roosendaal et Bergen-op-Zoom, juste de l’autre côté de la frontière néerlandaise près de Doel, à la région allemande de Rhénanie-du-Nord–Westphalie préoccupée par Tihange, tous nos voisins expriment leur inquiétude et affirment vouloir la participation de leur population. À juste titre, puisque les conventions d’Aarhus et d’Espoo leur garantissent ce droit, que notre gouvernement ne respecte toutefois pas. C’est pourquoi Greenpeace a également introduit une action en justice pour faire respecter ce droit à la consultation publique.

Communes et gouvernements qui ont déjà exprimé leur inquiétude :



Problème 3 : les centrales au gaz ont aussi besoin de subventions, maintenant

Avec la réouverture des quatre réacteurs d’un seul coup, ce sont 2.866 MW d’énergie nucléaire (subventionnée) qui regagnent le réseau électrique. Non seulement il s’agit d’un mauvais coup pour les producteurs d’énergie renouvelable et les investisseurs de ce secteur, mais de ce fait, les centrales au gaz perdent elles aussi de leur compétitivité. La ministre Marghem prépare donc un régime de subventions destiné à ces centrales.

Pratique pour Electrabel et EDF, qui exploitent un grand nombre de ces centrales et qui passent donc à la caisse une deuxième fois, après les accords extrêmement avantageux (et peut-être illégaux) relatifs à la prolongation de Doel 1 et 2 et de Tihange 1. Moins intéressant pour le consommateur, par contre, puisqu’il supportera une nouvelle fois le coût de la politique énergétique défaillante de la Belgique.



http://www.greenpeace.org/belgium/fr/vous-informer/climat-energie/blog/les-dfaillances-du-nuclaire-en-belgique-la-sa/blog/55231/

329
Des parents tuent l'homme qui a abusé de leur fillette de 12 ans



Des parents résidant à Aix-le-Chapelle, en Allemagne, ont tendu un piège à l'homme qu'ils soupçonnaient d'avoir abusé sexuellement de leur fillette, âgée de 12 ans.

 La mère de l'adolescente a pris contact avec lui sur les réseaux sociaux, lui faisant croire qu'elle était intéressée par lui et lui a fixé un rendez-vous dans une arrière-cour.

 Lorsque le violeur présumé s'est rendu sur les lieux, le couple, accompagné d'un complice, l'attendaient armés d'un couteau et d'une massue.

 Ils l'ont ensuite tué.

 Le cadavre de l'homme, âgé de 29 ans, a été découvert la semaine dernière. Les enquêteurs ont tout de suite fait le lien avec la plainte pour abus sexuel sur une petite fille de 12 ans, qui avait été classée sans suite faute de preuve.

 Le couple et son complice, âgé de 26 ans, ont été interpellés et placés en détention provisoire.

 source : http://www.bild.de/regional/koeln/selbstjustiz/blutige-selbstjustiz-mann-getoetet-42256178.bild.html
http://m.faitsdivers.org/20723-Des-parents-tuent-l-homme-qui-a-abuse-de-leur-fillette-de-12-ans.html

330
Bonne nouvelle!! Monsanto est en difficulté financière!!



C’est un article du Monde (gratuit celui-là…) qui nous apprend que chez Monsanto on est en pleine cure d’austérité, il faut dire que le groupe américain Monsanto traverse actuellement « une passe difficile, en raison de la chute des prix des matières premières agricoles et de l’appréciation du dollar, qui rend chers ses produits pour les agriculteurs des pays émergents ».

Conséquence « il a accusé une perte nette de 253 millions de dollars (235 millions d’euros) au premier trimestre et a enregistré une chute de 13,7 % des ventes de semences transgéniques, sa principale source de revenus »…

Voilà encore une preuve de l’efficacité du théorème du meilleur économiste de France à savoir Coluche qui expliquait pour « qu’un produit ne se vende pas, suffit qu’on l’achète pas »…

En clair, il faut frapper Monsanto et compagnie directement à la source même de ce qu’ils sont à savoir des entreprises commerciales dont la raison d’être est de fabriquer du profit.

Pour qu’une entreprise comme Monsanto ne puisse pas perdurer dans le temps il faut lui livrer une véritable guérilla commerciale et parfaitement légale. Il faut décourager l’achat de ses produits, dénoncer les actes de l’entreprise inlassablement, montrer étude à l’appui la dangerosité de toutes ses formules et proposer des alternatives cohérentes, écologiques et humanistes. Et c’est ce combat acharné contre Monsanto qui commence à payer.

Enfin et c’est essentiel nous devons sans cesse rappeler à nos dirigeants et à nos élus, que nous voulons le respect de la biodiversité et donc un commerce libre des semences et des graines pour faire barrage aux actions de lobbying de ces grandes multinationales.

C’est loin d’être une victoire définitive, très loin évidemment, mais c’est une bonne nouvelle qui montre que la mobilisation de la société civile produit des effets, et encore une fois, nos achats peuvent faire ou défaire de grands groupes.

Nous l’oublions, mais c’est nous qui avons le pouvoir car nous sommes le nombre.

Charles SANNAT

http://insolentiae.com/2016/01/06/bonne-nouvelle-monsanto-est-en-difficulte-financiere/