Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

3421
Son téléphone a été volé pendant l'enterrement de sa fille d'un an à Couvin: aidez Amélie à retrouver les photos de son bébé décédé!

Voici une semaine qu’Amélie tente de faire le deuil de Louna, sa petite fille partie brutalement à l’âge d’un an à peine.
Ce mardi avaient lieu les funérailles, durant lesquelles cette maman a été victime d’un vol dans véhicule.
Dans le butin, son iPhone, qui contient près de 900 photos du petit bout.



« Inadmissible », « dégueulasse »… Les termes employés par Amélie Kimmes, une Couvinoise de 25 ans, sont forts mais justifiés. Mardi après-midi, alors qu’elle se trouvait dans le cimetière de Frasnes pour les funérailles de Louna, sa petite fille d’un an, elle a été victime d’un vol crapuleux.

« Quand je suis revenue à la voiture, des policiers avaient déjà été appelés. Un individu avait brisé la vitre du côté passager et volé mon sac qui se trouvait là. À l’intérieur, j’avais de l’argent et les papiers du véhicule. Mais je m’en moque. Ce que je veux, c’est récupérer mon iPhone », témoigne Amélie, désemparée.

Dans iPhone 5 noir, la jeune mère avait près de 900 photos de Louna, victime d’une « mort subite du nourrisson ». « Je veux juste récupérer ces photos. Ce sont les seuls souvenirs qu’il me reste d’elle ! » Pour cela, la Couvinoise a lancé un appel à témoins et demande qu’on la contacte si on a des informations sur ce vol ou si on retrouve son téléphone. Un numéro pour la joindre : 0471/18.30.52.



http://www.sudinfo.be/1313159/article/2015-06-17/son-telephone-a-ete-vole-pendant-l-enterrement-de-sa-fille-d-un-an-a-couvin-aide

3422
Raffarin prône l'intégration d'étrangers dans des zones rurales en voie de désertification

"On ferait en sorte que l'étranger, au lieu de venir déranger, vienne sauver un territoire", a estimé le sénateur Jean-Pierre Raffarin, mercredi.



Jean-Pierre Raffarin a une suggestion pour "sauver des territoires" ruraux. L'ancien Premier ministre a proposé, mercredi 17 juin, d'intégrer des familles d'étrangers dans les zones rurales où se pose un problème de déficit démographique.

"Nous avons dans notre monde rural un déficit démographique important. Très souvent, on ferme des écoles. On pourrait très bien en sauver un grand nombre en faisant en sorte qu'une, deux ou trois familles puissent venir dans un certain nombre de villages", a affirmé le sénateur (Les Républicains) de la Vienne, lors de l'émission "Preuves par trois" de Public Sénat/Dailymotion/AFP.

"Reconstruire une pensée de l'immigration"

"On ferait en sorte que l'étranger, au lieu de venir déranger, vienne sauver un territoire, participe à une dynamique, a-t-il ajouté. Si c'est à doses humainement acceptables par les uns et par les autres, l'intégration est globalement réussie."


video : http://api.dmcloud.net/player/pubpage/522497e194a6f650d300002d/55805b5b94a6f6718c725642/878c5762e6904ff387b1e316ca5ab1af?wmode=transparent

Selon Jean-Pierre Raffarin, "il faut reconstruire une pensée de l'immigration". Il y a en France "une situation de tension très préoccupante. Il y a un sentiment comme quoi l'étranger pourrait être menaçant. Ça, c'est très grave. Il faut lutter contre ce sentiment-là".

http://www.francetvinfo.fr/france/raffarin-prone-l-integration-de-familles-d-etrangers-dans-des-zones-rurales-en-voie-de-desertification_956073.html

3423
Et maintenant, Facebook vous suggère même de quoi parler

Facebook expérimente la suggestion de mots-clés, afin d'inciter ses membres à prendre la parole. Mais l'affichage de thèmes de discussion risque d'orienter les prises de position des utilisateurs au détriment d'une certaine spontanéité des conversations.





En panne d'inspiration ? Facebook veut maintenant vous aider à prendre la parole, en vous suggérant quelques thèmes de discussion via des mots-clés. Des membres du réseau social ont en effet découvert l'existence d'une nouvelle fonctionnalité – encore expérimentale – qui propose plusieurs sujets dans le champ de saisie où l'on rédige ses statuts.

Ces tags sont générés en fonction de l'actualité, mais ils prennent aussi en compte l'activité des usagers sur le site communautaire. Par exemple, un internaute a constaté la présence d'un mot-clé en rapport avec une équipe de basketball (qui disputait un match à ce moment-là) une semaine après avoir commenté le statut d'un ami concernant la finale de la NBA.

Cinq mots-clés sont suggérés par défaut (ceux montrés dans les captures d'écran peuvent s'avérer assez longs, comme #NativeAmericanCitizenshipDay ou #NationalPeanutButterCookieDay), mais il est possible d'en afficher d'autres avec l'option "More...".




L'apparition des mots-clés sur Facebook fait bien sûr penser à Twitter, qui inclut aussi un système de tags, d'autant qu'il s'agit d'une fonctionnalité qui intéresse le réseau social depuis quelques années maintenant.

Mais à la différence du service conçu par Mark Zuckerberg, le site de micro-blogging ne propose pas lui-même des thèmes de discussion : c'est aux utilisateurs de créer leurs propres hashtags ou de participer à ceux qui existent déjà. La seule suggestion se trouve dans la liste des sujets tendances, qui indique les conversations qui sont actuellement les plus populaires, par zone géographique.

La fonctionnalité, dont la généralisation à l'ensemble du site n'est pas garantie puisqu'il ne s'agit que d'un test pour l'instant, permet bien sûr de combattre l'effet "page blanche" et de pousser les usagers à prendre plus souvent la parole (ce qui permet ensuite à Facebook de mieux connaître ses membres) en proposant d'aborder un thème qui plaît a priori ou qui a un rapport avec l'actualité.

Cela étant dit, l'on peut aussi se demander si cela ne va pas nuire à la spontanéité, puisque le simple affichage des mots-clés est susceptible d'influencer l'usager en lui mettant en tête des sujets choisis par algorithme.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/magazine/33423-et-maintenant-facebook-vous-suggere-meme-de-quoi-parler.html#kV1QBTVkDBhgRFFV.99

3424
Poutine dévoile un plan de réarmement sur fond de possible déploiement de l’OTAN près de la Russie




L’escalade se poursuit, malheureusement. Pour l’OTAN, la logique est simple. La Russie se rapproche de plus en plus dangereusement de son dispositif en Europe. Jusqu’où ira-t-elle ? Elle provoque de plus en plus ouvertement l’Alliance Atlantique en renforçant sa défense agressive, profitant du moindre exercice conjoint dans un pays ami, ne laissant d’autres choix à l’OTAN que de chercher des solutions pour contourner la défense agressive de la Russie. RI

***

MOSCOU, 16 juin (Xinhua) — Le président russe Vladimir Poutine a déclaré mardi que les forces armées de son pays seraient équipées avec au moins 70 % d’armements modernes d’ici 2020, ce qui constitue un plan ambitieux visant à renforcer les capacités de défense de la Russie dans un contexte de présence militaire accrue de l’OTAN près des frontières russes.

« D’ici 2020, la part de l’armement moderne devrait atteindre 70 %, et dans certains cas 100 % », a affirmé M. Poutine à l’occasion du salon militaire « Armée 2015″ qui se tient actuellement à la base aérienne de Kubinka, dans la région de Moscou.

Plus de 40 missiles balistiques intercontinentaux (MBI) entreront en service dans l’armée russe cette année, a indiqué M. Poutine, qui a précisé que ces MBI pouvaient déjouer les systèmes de défense antimissile les plus sophistiqués.

En outre, a noté le président, l’armée russe a reçu les plus récents modèles de véhicules blindés de combat de types Armata, Kourganets et Boomerang, qui ont été présentés lors du défilé militaire du 9 mai sur la place Rouge.

La Russie a également l’intention de placer quatre régiments dotés de missiles en position de combat et de mettre en service un sous-marin nucléaire stratégique cette année, a fait savoir M. Poutine.

Par ailleurs, le chef de l’Etat russe a affiché sa confiance quant à la place de la Russie sur le marché mondial de l’armement.

« Nos armes sont très populaires sur le marché mondial de l’armement. La demande est restée stable ces dernières années, et un carnet de commandes s’est constitué pour les années qui viennent », a-t-il assuré.

Moscou s’est montré très préoccupé par le projet de l’OTAN de déployer des armes lourdes dans l’est de l’Europe, y compris dans les pays baltes. Le Kremlin a prévenu qu’il répondrait de façon appropriée à tout éventuel renforcement militaire près des frontières russes.

http://french.xinhuanet.com/2015-06/17/c_134332373.htm

http://reseauinternational.net/poutine-devoile-un-plan-de-rearmement-sur-fond-de-possible-deploiement-de-lotan-pres-de-la-russie/

3425
La Russie renforce son arsenal nucléaire avec 40 missiles intercontinentaux





Vladimir Poutine a annoncé mardi 16 juin que la Russie allait renforcer son arsenal nucléaire avec le déploiement de plus de quarante nouveaux missiles intercontinentaux d’ici à la fin de l’année. Ils devraient être « capables de déjouer les systèmes de défense antimissile les plus sophistiqués », a précisé le président russe à l’occasion du Salon militaire armée 2015. Un déploiement qualifié de « déstabilisant » et « dangereux » par le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg.

« La déclaration de M. Poutine aujourd'hui confirme (...) le comportement de la Russie depuis un moment déjà. Nous avons vu que la Russie investit davantage dans la défense en général, et en particulier dans les capacités nucléaires », a observé M. Stoltenberg, ajoutant :

« Ils s'entraînent plus, ils développent de nouvelles capacités nucléaires et utilisent davantage une rhétorique nucléaire. »

Cette annonce a été faite sur fond d’aggravation des tensions entre la Russie et les Etats-Unis, dont les projets de déploiement d’armes lourdes en Europe dévoilés par le New York Times ont provoqué la colère de Moscou. Le Pentagone prévoit d’entreposer des armes lourdes, notamment des chars de combat, en Europe de l’Est et dans les pays Baltes – Lituanie, Estonie et Lettonie. Ces derniers craignent de devenir la cible de la Russie à l’activité aérienne et navale accrue dans la région.

Lire aussi : Les Etats-Unis pourraient installer des armes lourdes en Europe de l’Est

« Encourager la peur »

« Les Etats-Unis encouragent soigneusement la peur de la Russie chez leurs alliés européens afin de tirer avantage de ce moment difficile et d’étendre davantage leur présence militaire et donc leur influence en Europe », avait dénoncé lundi soir le ministère des affaires étrangères russe dans un communiqué. Moscou espère que « le bon sens l’emportera et [que] l’on réussira à empêcher que la situation en Europe ne dégénère en une nouvelle confrontation militaire qui pourrait avoir des conséquences dangereuses », avait souligné le ministère.

Si la proposition du Pentagone est acceptée par l’exécutif américain, les Etats-Unis entreposeront pour la première fois des armes lourdes dans ces pays qui ont adhéré à l’OTAN et qui, avant la chute du mur de Berlin, appartenaient à la sphère d’influence de l’Union soviétique. Washington explique vouloir ainsi rassurer les pays Baltes et d’autres pays d’Europe de l’Est qui sont très inquiets depuis l’annexion de la Crimée et le déclenchement du conflit en Ukraine, où des séparatistes prorusses contestent l’autorité de Kiev. Kiev et les Occidentaux accusent la Russie d’armer les séparatistes et d’avoir déployé des troupes régulières pour les aider ; ce que Moscou dément farouchement. Le conflit a fait plus de 6 400 morts depuis avril 2014.


 
image:
 


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2015/06/16/la-russie-renforce-son-arsenal-nucleaire-avec-40-missiles-intercontinentaux_4655454_3210.html#6fFxYk2Vg1gU3Y3j.99


http://www.lemonde.fr/international/article/2015/06/16/la-russie-renforce-son-arsenal-nucleaire-avec-40-missiles-intercontinentaux_4655454_3210.html

3426
Europe / La ferme des Mille vaches : qu’est-ce qui coince?
« le: 17 juin 2015 à 23:26:08 »
La ferme des Mille vaches : qu’est-ce qui coince?

Le verdict du procès des neuf militants accusés d’avoir endommagé la ferme des Mille vaches, dans la Somme, sera rendu le 16 septembre 2015.
L'avocate générale a demandé mercredi à la cour d'appel d'Amiens de confirmer les peines décidées en première instance.
Agriculteurs et citoyens étaient venus les soutenir devant le palais de justice.
 Résumé des tensions autour de cette ferme intensive.



Les neufs militants de la Confédération paysanne pourraient voir leurs peines confirmées le 16 septembre 2015. C'est en tout cas ce qu'à demandé l'avocate générale à la cour d'appel d'Amiens mercredi. Les militants sont accusés d'avoir endommagé la "ferme des Mille vaches" en mai 2014. L'exploitation laitière, située à Ducrat dans la Somme, a obtenu l’agrément pour un cheptel de 500 vaches, mais en compte actuellement 800. Leurs peines pourraient aller de 300 euros d'amende et cinq mois de prison avec sursis. Une décision que les membres de la confédération agricole, venus en nombre devant le tribunal (entre 2.000 et 3.000, selon eux), contestent.

"De la prison pour un acte symbolique, c'est disproportionné", estime Olivier Lainé, membre de la Confédération paysanne, en sortant du tribunal où il était jugé. "On sait que ce qu'on a fait n'est pas très légal, mais on n'a pas fait de sabotage, seulement démonté des pièces dans une salle de traite" précise-t-il au JDD.fr. "Et démonté avec précaution en plus", ne peut s’empêcher d'ajouter Mikel Hiribarren, le secrétaire national du syndicat agricole. Pour lui, ce type d’action est le seul moyen de se faire entendre, face à "une administration et un ministère qui disent que dans cette ferme, tout est légal". En 1999, ce sont aussi les arguments utilisés par José Bové, ancien de la "Conf" lors du démontage du McDonald de Millau.

"Deux ou trois vaches qui meurent chaque semaine"

Lancé en 2009, le projet de ferme industrielle de 1.000 vaches pour la production de lait, avait reçu en 2011 un avis favorable à la suite d’une enquête publique. Un projet légal qui, selon la confédération paysanne, constitue une menace pour les petits agriculteurs. "Les agriculteurs producteurs de lait sont directement menacés. Avec ce nouveau modèle qui capte l’essentiel des terres disponibles et l’essentiel du marché en cassant les prix, c’est la fin des petites exploitations", s’inquiète Mikel Hiribarren.

Pour le secrétaire national de la Confédération paysanne, ce type de production ne peut avoir que des conséquences néfastes sur la qualité du lait. C’est l’avis que partage l’association Novissen (NOs VIllages Se Soucient de leur ENvironnement) sont persuadés que les bêtes "emprisonnées à l'année dans des conditions de vie contraires à leurs besoins physiologiques naturels, au régime alimentaire modifié pour produire au maximum, donneront un lait industriel, puis une viande de réforme (la viande issue des vaches laitières), de piètre qualité".

Le 8 juin 2015, un ancien salarié de la ferme des Mille vaches témoignait des conditions de vie des animaux sur reporterre.net. "Dans le troupeau, il y a au moins 300 vaches qui boitent. Elles sont fatiguées, maigres. Elles ont des ongles trop longs ou des sabots qui pourrissent. Elles marchent à longueur de journée dans leurs excréments. D’habitude, on nettoie tous les deux jours dans ce type d’élevage, là c’est tous les quinze jours. Les vaches sont sales", expliquait l’ex-employé. Il assure également qu’il y a "au moins deux ou trois vaches qui meurent chaque semaine". Selon lui, les responsables expliquent qu’il est normal que les vaches soient malades au vu de leur nombre. François Moutou, épidémiologiste, assure cependant au JDD.fr que dans de grandes exploitations "les virus ont plus de chances de se multiplier", mais qu’en respectant des "règles d’hygiène strictes", il n’y a pas de risque de contamination massive.

49 vaches en moyenne pour un élevage traditionnel

L’association s’inquiète également pour l’environnement et les terres autour de la ferme. Dans leur ligne de mire : l’immense méthaniseur construit sur le site. L’installation permet de traiter les déchets de l’exploitation (les excréments des vaches essentiellement) et de par exemple les transformer en  fertilisant organique pour les cultures. Novissen craint qu’au vu de la quantité de déchets produits par la ferme, ces fertilisants dont ils proviennent, n’entrainent une pollution de la terre "rendant les cultures impropres à la consommation et des infiltrations dans les nappes phréatiques".
 
  La ferme des mille vaches tranche avec le modèle des élevages français traditionnels. D’après une étude du ministère de l’agriculture, en France, en 2010, le nombre moyen de vaches laitières par exploitation était de 49. Celle des Mille vaches s’inspire directement des étables géantes allemandes, danoises ou hollandaises. La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA, majoritaire) fait partie des rares partisans du projet. "Si cela fonctionne et créé de l’emploi et de l’activité animale dans un département en perte de vitesse alors j’y suis favorable", déclarait en octobre 2014, le président de la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) du Finistère, Thierry Merret, au Figaro.fr.
 
 Petite victoire pour les associations le 9 juin 2015. La préfecture de la Somme a publié un rapport d’inspection qui souligne que la ferme a dépassé son cheptel prévu de 500 vaches, pour le moment autorisé, et atteint les 800 vaches. Mikel Hiribarren espère bien que "cette fois la loi s’appliquera et qu’il y a aura des sanctions. Comme pour n’importe quel agriculteur!". Mais pour Olivier Lainé : "Tant qu'il n'y aura pas de réglementation respectueuse pour les exploitations laitières, nous n'aurons pas gagné."
 

http://www.lejdd.fr/Societe/La-ferme-des-Mille-vaches-qu-est-ce-qui-coince-738138#_=_

3427
Le compost magique de Jean Pain, invention française (presque) oubliée

Trente ans après sa mort, le Français Jean Pain fait des émules jusqu’en Amérique du Nord. Sa méthode de chauffage par compost, décrite dans une mystérieuse vidéo YouTube, fait aussi son retour dans le Sud.

Des tomates qui poussent par -35°C, en janvier, le tout sans « un sou d’électricité ». La prouesse a fait grand bruit au Canada. Fin mars, l’agronome Vincent Leblanc a enfin expliqué au Journal de Montréal comment il a procédé :


« J’ai récupéré du fumier d’une écurie du coin et j’ai ajouté des copeaux de bois pour avoir un bon compost. La chaleur créée par les bactéries du compost est récupérée par un système de tuyauterie qui chauffe l’eau de mes bassins [qui sont placés dans une serre, ndlr]. Les racines de mes plantes trempent dans l’eau chaude. »

Sur sa page Facebook, l’homme dit s’inspirer d’un système en vogue ces derniers mois en Amérique du Nord, appelé « méthode Jean Pain ». Déjà, en 2013, une vidéo très remarquée – tournée chez le célèbre fermier du Vermont Ben Falk par Possible, un média alternatif canadien – montrait une serre chauffée de la même manière.

video :

Une 2CV qui roule au compost

J’ai demandé à Ben Falk d’où il avait tiré cette idée géniale. Il m’a répondu par e-mail ces trois mots, comme une évidence : « Online on YouTube [une vidéo postée sur YouTube ndlr]. » Grâce à Olivier Asselin, fondateur de Possible, j’apprends que l’homme qui a installé ce système chez Ben Falk (mais aussi par exemple dans l’université de Burlington, dans le Vermont), s’appelle Gaelan Brown.

En interrogeant ce dernier, je découvre que le récent attrait pour la méthode Jean Pain est décidément une histoire de vidéos. Gaelan Brown a en effet commencé à s’y intéresser il y a sept ans... en découvrant les images ci-dessous.



Dans ce film de très mauvaise qualité, d’origine inconnue et en langue allemande, on voit Jean Pain former un grand tas de broussailles broyées qui a au moins trois utilités :
•il donne en quelques mois un très bon compost qui permet de cultiver de grandes quantités de légumes ;
•la chaleur du tas de compost permet de chauffer sa maison pendant dix-huit mois ;
•le tas de compost produit du méthane qui permet d’alimenter la 2CV, dans laquelle roule Jean Pain au début de la vidéo.

C’est donc l’invention d’un Français, datant des années 70, qui passionne aujourd’hui les maraîchers d’Amérique du Nord.

« Toutes des héritières de Jean Pain »



Jean Pain (Vincent Gobbe)

Comment expliquer la diffusion lointaine et tardive de la méthode Jean Pain, plus de trente ans après sa mort ? Vincent Gobbe – qui a travaillé avec Jean Pain à la fin des années 70 et a cofondé en Belgique un comité dédié à la préservation de cette technique – m’a aidé à reconstituer cette folle histoire :


« Jean Pain vivait en Provence, sur un terrain de 250 hectares dont il avait le gardiennage, dans une région où des incendies provoquaient régulièrement des drames. A la fin des années 60, il a commencé à débroussailler son terrain pour éviter les feux.



Des tomates dans le jardin expérimental de Jean Pain (Etienne Bonvallet)

Il a trempé les broussailles dans une mare et les a broyées pour les composter. Il s’est rendu compte à ce moment-là que ça donnait un très bon compost, il a réussi à y cultiver des plants de tomates de 3 m de haut sans aucun arrosage.

Au début des années 70, un marchand de vin qui s’appelait Armand Ell est tombé par hasard sur Jean Pain. Il a vu que sa méthode de production de compost était formidable, et il a reproduit la même chose à Bruxelles, dans le parc de Schaerbeek. Il a commencé par y planter de la vigne et des tomates et il a lui aussi eu des résultats impressionnants.



Les pommes de terre de Jean Pain (Etienne Bonvallet)

Frederik Vanden Brande, un Belge qui présidait une association d’agriculture biologique, a vu ça en 1974. Il a décidé d’aller rencontrer Jean Pain et de reproduire le concept à Londerzeel, dans le Brabant Flamand, où il a couvert de compost un terrain de 80 ares, c’est qui est énorme. Il a ensuite créé le comité Jean-Pain en Belgique 1978, à la demande de Jean Pain. Mais Jean Pain est mort trois ans plus tard et le comité est toujours resté un peu dans l’anonymat du grand public.



L’installation de Jean Pain (Etienne Bonvallet)

Par contre, juste avant la mort de Jean Pain, le Reader’s Digest a publié un article en seize langues qui a fait connaître la technique partout dans le monde. On a reçu à ce moment-là 25 000 lettres de gens intéressés. Encore aujourd’hui, on entend parfois parler de gens qui s’en servent pour le chauffage. On a un exemple comme ça en Hongrie je crois, mais c’est surtout pour le compost que le travail de Jean Pain perdure. On peut dire que les plateformes de compostage de déchets verts d’aujourd’hui sont toutes des héritières de Jean Pain. »



L’installation de Jean Pain (Etienne Bonvallet)

Pas possible pour un particulier ?

Le neveu de Jean Pain, Etienne Bonvallet, a poursuivi l’œuvre de son oncle et dirige aujourd’hui une entreprise qui commercialise des broyeurs à végétaux. Il confirme qu’un large pan des découvertes de Jean Pain est tombé dans l’oubli après sa mort :


« La méthode Jean Pain a eu une audience planétaire pendant le choc pétrolier, parce qu’il parlait un peu d’énergie. Mais le cœur de son concept, c’est le compost, qui apporte au sol une matière vivante, fraîche et très fertile. Il a vendu au moins 100 000 livres un peu partout dans le monde et il a été fait Chevalier du mérite agricole pour cette découverte. Beaucoup de jardiniers se servent de sa méthode aujourd’hui mais on n’a bien sûr aucun décompte, aucun suivi.

Par contre, l’utilisation du tas de compost pour le chauffage est très marginale. Il faut des quantités de matière énorme, on estime qu’il faut un volume de broussailles égal au volume de la maison à chauffer. Ça ne me paraît pas vraiment possible pour un particulier. »

Et pourtant. Sur les pages Facebook dédiées à la permaculture, nombre de Géo Trouvetou français disent depuis quelques semaines vouloir imiter les succès enregistrés au Canada. Dans cette micro-communauté, un post de blog publié à la fin du mois de mars a fait l’effet d’une bombe. Il commençait par ces mots :


« Grosse émotion....

Cet après-midi, j’ai branché deux mois de travail acharné, plus de 200 heures de travail, des années d’études et d’insomnies.

J’ai rempli le circuit d’eau froide... Moins de dix minutes plus tard, je fixe en hâte le bulbe du thermomètre sur le collecteur de sortie. Et là, le miracle de la nature. »



L’installation de Pierre1911 (Thibaut Schepman/Rue89)

Trente ans après la mort de Jean Pain, la technique de chauffage par tas de compost venait de faire son retour en France, en partie grâce au travail de quelques Belges et Canadiens opiniâtres.

Je suis allé à la rencontre de ce blogueur anonyme, qui répond au pseudo de Pierre1911 et vit à 20 km d’une grande ville du Sud de la France.



L’installation de Pierre 1911 (Thibaut Schepman/Rue89)

Renversé par une voiture alors qu’il roulait à vélo il y a quelques mois, cet écologiste a dû cesser son travail et une bonne partie de ses actions militantes. Ses réflexions sont maintenant entièrement consacrées à son domicile.

Avec ses poules, son élevage de lombrics et maintenant son réacteur Jean Pain, sa maison est un petit laboratoire d’écologie pratique à tendance survivaliste :


« J’ai longtemps pensé à l’échelle macro, je luttais pour des changements en France et en Europe ; maintenant, je suis passé au local et même au niveau pico. Je n’ai plus envie de convaincre, j’ai envie de faire des choses qui marchent et qui soient reproductibles. Surtout, je vois toutes ces avancées comme des boîtes qui doivent êtres connectées. A quoi ça sert d’avoir des toilettes sèches si on ne sait pas quoi faire du résidu ? »

Quand Pierre1911 raconte l’écosystème dans lequel il vit, il me fait penser à la narration en « poupées russes » du court-métrage culte « L’Ile aux fleurs » :
•les déchets alimentaires de Pierre et sa famille nourrissent des lombrics ;
•les poules mangent des vers de farine, les déchets de Pierre et sa famille et elles mangent aussi les lombrics qui mangent les déchets de Pierre et sa famille ;
•la famille de Pierre mange les œufs des poules qui mangent des lombrics qui mangent les déchets de… (on s’arrête là) ;
•les déchets des poules et le produit des lombrics servent de compost qui aide à produire des légumes.




Bientôt s’ajoutera une nouvelle brique à cet écosystème. Les déchets des poules, le compost produit par les lombrics et les excréments familiaux pourront chauffer la maison. A condition d’y consacrer des dizaines d’heure de travail et d’y ajouter des dizaines de mètres cube de déchets végétaux. La compagne de Pierre1911 me l’a dit :


« Il est fou, c’est un bourreau de travail. »

Pierre – qui répond aux e-mails dès 5 heures du matin et est venu me chercher à vélo malgré ses problèmes de santé et l’énorme dénivelé – confirme :


« J’ai quasiment tout fait tout seul et à la main. J’ai fait plus de 500 allers-retours à vélo pour remonter le broyat de bois. J’ai rempli plus de 200 sacs de pommes de terre avec ce broyat, à raison de cinq sacs par heure. C’est inhumain. Mais ça m’a aussi beaucoup rapproché des gens du coin. Ici, tout le monde a un rapport avec la nature, il y a une vraie communauté. Quand un voisin a perdu sa maison dans un incendie, quelques jours plus tard, on était 200 à lancer un chantier participatif.

J’ai donné pas mal de coups de main autour de moi et j’ai aussi beaucoup reçu, un paysagiste me donne son broyat de végétaux et moi, je lui donnerai du compost ; un voisin me donne des cours de jardinage tous les samedis matin. Au début, les gens se sont demandés ce que je faisais, ils m’ont pris pour un fou. Aujourd’hui, ils viennent me voir et certains me disent : “Si ça marche ton truc je vais faire pareil.” »



L’installation de Pierre1911 (Thibaut Schepman/Rue89)

De même, Pierre voit aussi son blog – qui regorge de tutoriels d’une qualité rare – comme une partie d’une communauté :


« On aspire à revenir à certaines valeurs, au local et à certains savoir-faire. Mais on veut vivre dans la société, avec notre époque. Je suis un passionné de forums assez techniques, comme le forum Vélotaf par exemple. Je trouve que le blog est un outil incroyable et ça m’a paru normal de partager mon travail, de raconter mes erreurs.

C’est comme ça que j’ai pu recevoir l’aide du réseau Apper, qui m’a aidé à comprendre comment connecter mon installation à mon chauffage existant. Grâce à ce blog, j’ai aussi reçu l’aide financière d’un mécène, ça va me permettre de mettre tout un tas de capteurs dans mon réacteur et de produire des données. Tout ça forme un réseau qui va me permettre d’améliorer les techniques et, j’espère, les rendre reproductibles. »

J’avais failli oublier de demander à Pierre comment il a découvert Jean Pain :


« Je faisais des recherches sur Internet, et je suis tombé sur une vidéo qui m’a passionné, alors que c’était en allemand et que je ne parle pas allemand. Je m’en souviens bien ; au tout début, on voit Jean Pain qui arrive en 2CV, tu vois laquelle c’est ? »

http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/07/compost-magique-jean-pain-vieille-invention-francaise-presque-oubliee-258477

3428
Compteurs : recours collectif possible contre Hydro-Québec


Le 6 janvier 2015 à 11h32 | Argent






Une firme d’avocat de Québec songe à intenter un recours collectif contre Hydro-Québec concernant les compteurs intelligents.

En entrevue au Journal de Québec, Me David Bourgoin, de BGA Avocats indique que la « méthode employée par la société d’État pour installer ses compteurs intelligents dits de nouvelles générations soulève des questions de droit. »

Si une demande de recours collectif était déposée, plusieurs groupes de citoyens pourraient se joindre au mouvement. En effet, depuis le début du déploiement des nouveaux compteurs en 2012, plusieurs personnes ont fait connaître leur opposition au projet.

Ces dernières semaines, quelques clients ont exprimé leur étonnement après avoir vu bondir leur facture d'électricité. Dans un communiqué, Hydro-Québec assure que les nouveaux compteurs ne sont pas en cause.

D’après la société d’État, moins de 1 % des abonnés ont refusé l’installation des compteurs de nouvelles générations.

Hydro-Québec a jusqu’à maintenant installé environ 2,5 millions de ses compteurs de nouvelles générations. Le déploiement doit se terminer en 2016 alors que 3,8 millions de nouveaux compteurs seront en service.

http://argent.canoe.ca/nouvelles/compteurs-recours-collectif-possible-contre-hydro-quebec-6012015

3429
Un Dunkerquois poursuivi pour avoir violé sa fille, avec qui il a eu 4 enfants

FAIT DIVERS - Un habitant de Dunkerque, âgé d'une cinquantaine d'années, vient d'être mis en examen pour "viols, agressions sexuelles et maltraitances" sur sa fille.
Il est accusé d'avoir eu des relations sexuelles sur sa fille, qu'il a mise enceinte à quatre reprises.



Ce ménage incestueux était connu de tous. Voilà des années qu'un père de famille, habitant Dunkerque dans le Nord, partageait sa vie avec sa fille, aujourd'hui âgée d'une trentaine d'années et avec qui il a eu quatre enfants. Jamais réellement inquiété, il est désormais poursuivi par la justice, comme le révèle mardi La Voix du Nord.

A LIRE AUSSI >> Pas-de-Calais : 3 mois de sursis pour un père qui violait son fils de 13 ans

Ce Dunkerquois, salarié d'une chaîne de boucherie, a été mis en examen vendredi pour "viols, agressions sexuelles et maltraitance". C'est le décès de l'un de ses enfants, qui sont aussi ses petits-enfants, qui a fait éclater l'affaire. Après la mort de la fillette âgée de deux ans et handicapée, les secrets de cette famille ont commencé à être révélés.

Des faits de viols sur sa fille, des agressions sexuelles sur ses petits-enfants et de violences sur ses enfants ont été signalés à la police. Placé en garde à vue, le père de famille a été mis en examen puis placé en détention provisoire.




Le terme d'inceste pas inscrit au code pénal

Comme le rappelle le quotidien local, l'inceste n'est pas inscrit comme infraction au code pénal. Seul le consentement des deux personnes est pris en compte, quand celles-ci ont atteint l'âge de la majorité sexuelle de 15 ans. Aujourd'hui qualifiés de "viol sur mineur par ascendant", les viols ou agressions sexuelles "par une personne ayant autorité" sont seulement considérés comme une circonstance aggravante.

Les députés et sénateurs penchent actuellement sur une réintroduction du terme inceste dans le droit français, alors qu'il est absent du code pénal depuis 40 ans. Le 12 mai, l'Assemblée nationale a adopté un amendement allant en ce sens.

http://www.metronews.fr/info/dunkerque-nord-un-pere-poursuivi-pour-viols-sur-sa-fille-avec-qui-il-a-eu-quatre-enfants/mofq!gqUksKZDhzeQ/

3430
Présidentielle 2017 : Gérard Charollois annonce sa candidature

Gérard Charollois, le Président et co-fondateur du mouvement écologiste « Convention Vie et Nature », vient d’annoncer sa candidature à l’élection présidentielle de 2017. Se présentant sans étiquette, ce grand ami des animaux et de la nature est clairement le candidat qu’attendaient les sympathisants de la cause animale.

Né en 1951, Gérard Charollois se bat pour défendre la nature et les animaux depuis les années 1970. Administrateur de la Société Nationale de Protection de la Nature depuis 1984, ancien magistrat, il a fermement combattu la chasse sur le plan juridique, signant même un livre sur le sujet en 2009. Dans cet ouvrage, intitulé « Pour en finir avec la chasse », il dénonce la mainmise des chasseurs sur les instances de l’Etat (signalant par exemple que si le lobby de la chasse est majoritaire à l’Assemblée nationale, en réalité, les chasseurs ne représentent que 2% de la population française).

C’est Philippe Le Pont, Conseiller municipal (sans étiquette) de Maringues, en Auvergne, qui a officiellement annoncé la candidature de Gérard Charollois à la présidentielle de 2017. Une page de soutien, toute fraîchement crée, a vu le jour sur Facebook et propose de réunir ceux qui sont favorables à cette candidature. « L’avenir de la planète vous préoccupe, vous pensez que la nature est en danger, que la pollution devient chaque jour plus importante. Vous pensez que le réchauffement climatique menace l’avenir de toutes les espèces vivantes. Vous voulez protéger la nature, défendre les animaux, tous les animaux. Vous voulez abolir la chasse, interdire les corridas, interdire le commerce des animaux ou leur utilisation dans des cirques, alors nous avons les mêmes objectifs. Nous pouvons les atteindre », peut-on y lire.

« L’écologie, la vraie, n’est ni de droite ni de gauche »

Gérard Charollois se positionne pour « une écologie éthique et radicale », ainsi que pour « le respect des êtres vivants et des équilibres naturels ». Passionné par la faune et la flore, il rêve aussi d’une « société écologiste fondée sur le respect de la liberté individuelle, d’une politique sociale solidaire, d’un refus de la violence dirigée à l’encontre de tout être sensible humain ou non humain ». Habitant en Dordogne, dans la petite commune de Veyrines-de-Vergt, il a transformé les vingt hectares de sa propriété en réserve naturelle. Quant à l’engagement hors étiquette, Philippe Le Pont indique que « l’écologie, la vraie, n’est ni de droite ni de gauche ».

Une ébauche de projet

Dans un billet daté de mai 2015 où il envisageait une possible candidature, il exprimait déjà sa vision de l’écologie dans la politique française, et donnait une esquisse de programme : « Quand une pensée, parce que trahie, ne recueille que 2 % des suffrages, en démocratie, elle ne pèse rien (…) Je répugne aux joutes d’assemblées, temps forts de la vie des partis, où s’affrontent des « égos » plus que des convictions. Cependant, je considère que ce serait faillir que de ne pas mener le combat pour le vivant, là où il peut être gagné (…) Je le ferai, d’une part, pour parler haut, fort et clair d’écologie, d’autre part, pour que la cause du vivant triomphe et ne pâtisse plus de 2 % des suffrages, ce qui plombe toutes les revendications des associations et mouvements de terrain, à SIVENS, NOTRE DAME DES LANDES, contre les élevages industriels (…) J’affirmerai la détermination inébranlable d’abolir la corrida et la chasse à courre, de démanteler certains lobbies dont celui de la chasse, d’en finir avec une approche méprisante de l’animal et de la nature. Cela ne suffit pas à faire une politique, mais la colore d’une éthique nouvelle et cela correspond à l’attente des citoyens lorsqu’ils pensent « écologie ». Il va de soi que ces thèmes fondamentaux ne résument pas un programme politique. Des propositions économiques, sociales, institutionnelles seront développées (…) Le système économique et politique en place atteint ses limites et doit être non renié, mais dépassé (…) Candidat, je ne le suis ni pour faire carrière, ni au nom d’un quelconque courant, mais pour assumer les valeurs du parti de la vie, pour remettre de l’éthique dans une politique dégradée. Que ceux qu’habite cette conviction se lèvent pour qu’une voix différente de celles de la résignation se fasse entendre. Notre combat collectif sera celui des femmes et des hommes, dans le parti écologiste ou en dehors, dans les associations ou par-delà celles-ci, désireux de relever l’immense défi. Candidat pour le vivant, je ne le suis contre personne et j’entends bien ne jamais déroger au principe qui commande toute ma vie militante : ne jamais agir contre quiconque mais pour une éthique ».

http://www.planeteanimaux.com/sujet/2015/06/17/presidentielle-2017-gerard-charollois-annonce-sa-candidature/005498

3431
A Noël, les sénateurs UMP recevaient 8 000 euros d’ « étrennes »


Une enveloppe discrète mais bien remplie. Chaque veille de Noël entre 2003 et 2014, les sénateurs UMP (aujourd’hui Les Républicains) recevaient un chèque d’environ 8 000 euros des mains de la comptable du groupe, selon Mediapart. Le site d’informations révèle ainsi qu’en douze ans, près de quinze millions d’euros ont été extraits discrètement des caisses du groupe UMP pour le bénéfice personnel de ses membres.

L'actuel président du groupe, Bruno Retailleau, a indiqué avoir mis fin à cette pratique lorsqu'il en a pris la tête, en septembre 2014. Mais les anciens chefs de file tendent à relativiser l’affaire. Pour Josselin de Rohan, président du groupe UMP de 2002 à 2008, qui a initié la coutume : « C’est un treizième mois comme dans les entreprises. (...) Vous n’allez pas me dire que ça ne se fait pas dans les entreprises ! »

Interrogé par Mediapart sur cette pratique, M. Rohan explique que ces émoluments correspondaient « à peu de chose près, aux cotisations que les sénateurs versaient à leur groupe », soit quelque 720 euros prélevés tous les mois sur leur indemnité de base. « Leur treizième mois, ils le cotisaient eux-mêmes. C’est légal !, affirme encore Josselin de Rohan. Ça nous faisait de l’avance de trésorerie. »

Jusqu’au 13 mai, les groupes parlementaires n’avaient pas l’obligation de publier leurs comptes comme c’est le cas pour les partis politiques. Le Monde avait déjà souligné en 2014 l’opacité des comptes des groupes des deux chambres du Parlement. Mais en mai dernier, le Sénat a fait un pas vers la transparence financière. Il a modifié son règlement contraignant les groupes à se constituer « en vue de sa gestion sous forme d'association » et donc à rendre leurs comptes annuels publics, selon la loi de 1901. L’Assemblée nationale avait fait de même quelques mois plus tôt à la suite de la découverte d’un prêt de 3 millions d’euros accordé dans le cadre de l’affaire Bygmalion par le président du groupe UMP, Christian Jacob.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/06/17/a-noel-les-senateurs-ump-recevaient-8-000-euros-d-etrennes_4656347_823448.html#hTvPFRVEHF3sqE8z.99

3432
Joëlle Milquet sur les fuites de questions: «C’est une saga indigne et inadmissible»

La ministre de l’Éducation s’est exprimée suite aux annulations des épreuves de sciences et de langues modernes du CE1D.



Lépreuve de langues modernes (anglais, néerlandais, allemand) du CE1D prévue ce jeudi pour les élèves de deuxième secondaire, comprenant les volets expression écrite, compréhension à la lecture et à l’audition est annulée à la suite des fuites sur Internet, a annoncé ce mercredi la ministre de l’Éducation Joëlle Milquet.

«  J’exprime ma solidarité aux élèves, parents, directeurs qui sont légitimement indignés. Je m’interroge face à autant de fuites, lors des années antérieures rien de pareil ne s’est passé. La coïncidence est étonnante   », a déclaré la ministre de l’Enseignement lors d’un point presse organisé ce mercredi soir. «  C’est une saga indigne et inadmissible  ».

► CE1D: l’épreuve de langues modernes de ce jeudi est annulée 

Un nouveau processus de certification

Et signale qu’elle exigera de l’administration un «  rapport complet sur les mesures mises en place pour assurer la confidentialité relative aux épreuves, de leur rédaction à leur transmission et distribution aux élèves.  »

Se voulant rassurante, la ministre a précisé que «  la situation dans laquelle on se trouve est prévue par la loi.  » Concernant la certification, le conseil de classe se fondera sur un dossier comportant «  la copie des bulletins des deux dernières années, un rapport circonstancié du ou des enseignants titulaires de la discipline concernée  » ainsi que, pour les élèves de 2è secondaire, le projet individualisé d’apprentissage. Pour ce qui concerne les élèves fréquentant l’enseignement en Communauté française depuis moins de 2 ans, la copie des bulletins d’une seule année scolaire peut suffire.

Les suites

Un rapport complet sur les mesures mises en place pour assurer la confidentialité relative aux épreuves, de leur rédaction à leur transmission et distribution aux élèves a été exigé par Joëlle Milquet. Des avocats ont été chargés d’introduire des procédures judiciaires et disciplinaires pour retrouver les auteurs des fuites.

Enfin, un groupe de travail sera mis sur pied pour préparer «  une méthodologie radicalement différente  » pour l’avenir.

http://www.lesoir.be/911103/article/actualite/enseignement/2015-06-17/joelle-milquet-sur-fuites-questions-c-est-une-saga-indigne-et-inadmissible

3433
Pourquoi les dirigeants d'Apple, Google, etc. ont bien raison d'être paranos

Aujourd'hui, je vais vous donner quelques chiffres pour vous montrer l'importance du nouveau monde, un monde que les experts appellent le GAFA.



Le G.A.F.A, c'est l'acronyme de quatre sociétés qui en quelque sorte dirigeront le monde de demain: G pour Google, A pour Apple, F pour Facebook et le dernier A pour Amazon. Google a gagné la guerre des moteurs de recherche sur Internet en 4 ans à peine. Apple a inventé le marché des tablettes en à peine 80 jours. Facebook a capturé 16% de votre temps quotidien en à peine 10 ans. Quant à Amazon, ce géant de la distribution a remplacé pas mal de détaillants en à peine 7 ans !

A eux 4, ces GAFA sont devenus des géants de l'économie: la croissance des revenus de Google, Apple, Facebook et Amazon est plus importante que celle de la Chine. Et ces 4 géants de l'Internet génèrent autant de revenus qu'un pays comme le Danemark, mais avec 10 fois moins de personnes.

Mais malgré ces chiffres, malgré l'importance prise au quotidien par ces sociétés technologiques, les dirigeants du GAFA se sentent très vulnérables. Je dirais même plus: ils sont paranos ! Vraiment paranos ! Prenez le cas du fondateur de Google, Sergueï Brin. Alors que Google maîtrise 80% du marché des moteurs de recherche sur Internet, il n'a pas hésité à déclarer: "pour l'extérieur, nous sommes Goliath et les autres David. Vu de l'intérieur, nous sommes David et les autres Goliath."




Pourquoi les dirigeants d'Apple, Google, etc. ont bien raison d'être paranos


Le pire, c'est que ce sentiment paradoxal de fragilité n'est pas unique. Les autres dirigeants de Facebook ou d'Amazon vivent également avec ce sentiment de précarité ! Pourquoi ? Mais parce qu'ils se souviennent tous du livre écrit il y a 20 ans par Andy Grove, l'ancien PDG d'Intel, le fabricant de puces pour ordinateurs. Son livre avait pour titre: "Seuls les paranoïaques survivent". Le titre était d'actualité, car si Intel avait quasi le monopole des puces intégrées dans nos PC, ses dirigeants avaient raté, en revanche, le virage des smartphones et aujourd'hui encore, ils courent après ce marché devenu capital !

En résumé, si les patrons de Google, Apple, Facebook ou Amazon sont paranos, c'est parce qu'ils savent qu'à tout moment, quelque part sur cette planète, quelqu'un peut inventer quelque chose auquel ils n'ont pas pensé et détruire d'une certaine manière leur business. Cette parano est formidable, car elle n'est pas négative. Cette peur est même le moteur principal de la vitalité des sociétés de high-tech en Californie.

Au fond, on pourrait presque dire que pour viser l'immortalité, il faut d'abord être convaincu de sa propre précarité de sa propre mort. Et si vous vous demandez pourquoi ces sociétés, comme Google ou Facebook, sont sans pitié pour leurs concurrents aujourd'hui, vous avez là un élément de réponse: la peur. Autrement dit, Goliath est un grand parano qui se prend pour David.

http://trends.levif.be/economie/high-tech/pourquoi-les-dirigeants-d-apple-google-etc-ont-bien-raison-d-etre-paranos/article-opinion-400817.html?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=vif

3434
Pensions alimentaires : la nouvelle grille des montants dévoilée

Cette nouvelle grille a été mise à jour par le ministère de la Justice.
Un document qui clarifie le montant des aides à apporter aux enfants en cas de séparation des parents.



Les parents doivent subvenir aux besoins de leurs enfants

Malgré la séparation ou un divorce, les parents se doivent de continuer à respecter l'article 371-2 du Code civil, qui implique que ces derniers doivent contribuer à l'entretien et à l'éducation de leurs enfants, en proportion de leurs ressources. Ainsi, notamment en cas de divorce, le parent qui n'a pas la garde des enfants verse une pension régulièrement à l'autre conjoint, pour subvenir aux besoins des enfants.

Concrètement, cette pension se calcule en fonction du nombre d'enfants, mais également des revenus des parents. Elle peut être fixée par les parents, entre eux, ou par un juge si jamais il y a désaccord. En moyenne, il faut compter entre 8 et 10 % du salaire par enfant.

Une grille de pensions actualisée chaque année

Cependant, malgré ces règles, des divergences apparaissent, et les disputes qui vont avec. Pour y remédier, le ministère de la Justice actualise chaque année sa grille de tarifs pour les pensions alimentaires. Une grille qui n'est qu'indicative, mais qui permet aux professionnels du droit d'avoir une base de référence.

La nouvelle grille fixe ainsi les pensions pour les revenus allant de 700 à 5 000 euros par mois, une fois le minimum vital établi par l'Etat, soit 514 euros, déduit. La grille indique également que les montants varieront en fonction du droit de visite, classique, réduit ou en garde alternée.


http://news.radins.com/actualites/pensions-alimentaires-nouvelle-grille-montants-devoilee,13358.html

3435
Bruxelles: chaos à prévoir jeudi, voici le parcours de la manifestation des camions

Bruxelles  Les transporteurs lanceront leur appeldu 18 juin en masse à Bruxelles. Ils veulent de l’aide pour faire face à la taxe kilométrique.
La concentration des transporteurs débutera demain, à 10 h, avenue du Port à Bruxelles. À bonne source, il est question de 200 camions rassemblés pour faire passer un message : la taxe kilométrique prévue pour entrer en vigueur le 1er avril 2016 va mettre le secteur en péril. Sur le coup de 11 h, la longue colonne se mettra en route pour faire le tour de la petite ceinture bruxelloise.

Les fédérations du transport routier belge ont volontairement choisi une heure de départ tardive, explique Michaël Reul, secrétaire général de l’UPTR, "pour essayer de déranger le moins de monde possible". Néanmoins, cette action symbolique - pas de blocage - baptisée appel du 18 juin s’adresse aussi aux citoyens.

"Aucune entreprise ne peut la supporter, indique Isabelle De Maegt, porte-parole de la Febetra. On ne pourra pas faire autrement que de la répercuter" dans les prix, et donc sur le client final : le consommateur belge, à qui les fédérations patronales du transport routier souhaitent adresser ce message.

La Febetra, l’UPTR et Transport&Logistiek Vlaanderen demandent aussi l’écoute des autorités régionales et fédérale. Elles souhaitent des mesures concrètes d’accompagnement, telle une baisse des charges patronales.

Les transporteurs ont en effet rapidement étudié les tarifs de la taxe, annoncés fin mai pour la Flandre, la semaine dernière pour la Wallonie. Ils dénoncent un surplus conséquent par rapport au système de l’Eurovignette. Celui de la taxe kilométrique étant plus étendu.

Surplus qui, avancent-ils, va envoyer davantage de chauffeurs au chômage. Au profit, dénoncent certains transporteurs, de conducteurs moins bien payés (dumping social). Ceci concerne les salariés. "Pour les indépendants, la crainte est grande. Il n’y a rien, ils prennent la taxe kilométrique en plein dans la vue (lire ci-dessous) . Beaucoup fonctionnent avec peu voire un seul client. S’il refuse de reporter le prix…", s’insurge aussi M. Reul.

Depuis l’annonce des tarifs, la concertation a repris entre les fédérations et les gouvernements régionaux, rapporte encore Mme De Maegt. Une réunion a eu lieu hier avec le ministre du Budget wallon, Christophe Lacroix (PS). Une autre est prévue vendredi, avec son homologue néerlandophone.



"2.500 € de plus par camion et par an"


Koen Cremers est indépendant, il a trois camions. La taxe au km va lui coûter cher.

"Derrière un chauffeur, il y a toute une famille" , lance d’abord Koen Cremers, lorsque la question de la taxe kilométrique est abordée. Comme d’autres - "J’en connais plus d’un qui se tracasse" -, il a déjà analysé ce qu’elle lui coûterait : 4.500 € par an et par camion.

"C’est un gros 2.500 € de plus qu’avec l’Eurovignette", indique le professionnel de la route. "Si la taxe passe, il va y avoir encore plus de chômeurs ! Moi-même, j’hésite à engager." C’est que les marges, dit-il, sont faibles. Très faibles.

Et puis, il y a le risque de voir de nouvelles entreprises émigrer vers l’Est. "C’est aussi la mentalité en Belgique : on mise tout sur le prix. Même avec la taxe, certains vont encore tirer les prix vers le bas, et des gens suivront !"

Mais à quel prix ? Koen Cremers évoque les facilités pour obtenir le permis dans certains pays, le contrôle technique, les contrôles en Belgique, qui frappent d’abord les conducteurs nationaux. "On nous arrête parce qu’on a roulé 15 ou 20 minutes de trop et on paie parce qu’on parle français ou flamand…"

Si le transporteur ne voit pas l’avenir en rose, il ne perd pas sa verve. Et plaide notamment pour une plateforme rassemblant les petites structures "car quand on est indépendant, on n’a pas le temps de courir après les clients".

Et puis, dit-il encore, peut-être serait-il temps de ne plus miser exclusivement sur le prix, mais aussi sur la qualité du service.

http://www.dhnet.be/regions/bruxelles/bruxelles-chaos-a-prevoir-jeudi-voici-le-parcours-de-la-manifestation-des-camions-558048433570172b1217efcc