Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

3481
Evo Morales à l’UE : «Débarrassez-vous de l’influence américaine, de la dictature du FMI»



Les pays européens devraient se libérer de la domination politique américaine et de la dictature du Fonds monétaire international (FMI), a déclaré le président bolivien sur les ondes de RT.

Dans son interview pour la chaîne RT en espagnol réalisée à Bruxelles, le président bolivien Evo Morales a souligné qu’il était désolé de voir «qu’au lieu se libérer des chaînes de l’Empire de l’Amérique du Nord, certains pays continuaient à vivre dans la soumission».

«Je voudrais conclure une alliance avec l’Europe pour nous libérer ensemble de la domination impériale [des Etats-Unis] et de sa mentalité néocoloniale en quête d’hégémonie», a-t-il déclaré en demandant à l’Europe de «se débarrasser de l’influence politique des USA» et de se «libérer des dictats du Fonds monétaire international dans le domaine économique».

«Tout va bien ici, en Amérique Latine : la Bolivie manifeste une croissance économique significative grâce au fait que nous avons gagné en indépendance politique. Les Etats-Unis ne dirigent plus notre pays via leur ambassade et ils ne prennent pas de décision pour nous. Le FMI ne décide pas pour nous dans le domaine de l’économie», a-t-il ajouté.


Morales a souligné que le nombre d’Européens en Amérique Latine avait considérablement augmenté au cours des dernières années.

«Les taux de chômage croissants en Europe sont un signal très alarmant. C’est pourquoi le nombre des Européens arrivés en Amérique Latine et dans les Caraïbes augmente», a déploré le président bolivien. Selon une étude publiée en juin par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), c’est la première fois depuis 14 ans que le nombre des Européens se déplaçant en Amérique Latine (près de 180 000 en 2012) est plus élevé que celui des Latino-américains qui déménagent à destination de l’Europe.

Evo Morales a noté que l’Amérique latine n’avait «jamais utilisé la loi pour expulser [les Européens] de nos pays. Nous n’avons jamais construit d’infrastructure pour y emprisonner les Européens. C’est de là que viennent nos profondes différences». Le président bolivien a encore souligné l’importance de l’égalité sociale, en disant que cela est aussi important que la paix dans le monde entier. Il aussi appelé l’Union européenne à créer des programmes sociaux pour combattre la pauvreté.




ENG
 العربية
 ESP
 РУС
 DE
 



RT francais






 

 14:40 à Paris, 16  Jun  jun.  2015 



Actualité France International Opinions Vidéos









Evo Morales à l’UE : «Débarrassez-vous de l’influence américaine, de la dictature du FMI»

15 juin 2015 10:13



Le président bolivien Evo Morales© David Mercado Source: Reuters 
Le président bolivien Evo Morales








Les pays européens devraient se libérer de la domination politique américaine et de la dictature du Fonds monétaire international (FMI), a déclaré le président bolivien sur les ondes de RT.

Dans son interview pour la chaîne RT en espagnol réalisée à Bruxelles, le président bolivien Evo Morales a souligné qu’il était désolé de voir «qu’au lieu se libérer des chaînes de l’Empire de l’Amérique du Nord, certains pays continuaient à vivre dans la soumission».

«Je voudrais conclure une alliance avec l’Europe pour nous libérer ensemble de la domination impériale [des Etats-Unis] et de sa mentalité néocoloniale en quête d’hégémonie», a-t-il déclaré en demandant à l’Europe de «se débarrasser de l’influence politique des USA» et de se «libérer des dictats du Fonds monétaire international dans le domaine économique».

«Tout va bien ici, en Amérique Latine : la Bolivie manifeste une croissance économique significative grâce au fait que nous avons gagné en indépendance politique. Les Etats-Unis ne dirigent plus notre pays via leur ambassade et ils ne prennent pas de décision pour nous. Le FMI ne décide pas pour nous dans le domaine de l’économie», a-t-il ajouté.


 

Morales a souligné que le nombre d’Européens en Amérique Latine avait considérablement augmenté au cours des dernières années.

«Les taux de chômage croissants en Europe sont un signal très alarmant. C’est pourquoi le nombre des Européens arrivés en Amérique Latine et dans les Caraïbes augmente», a déploré le président bolivien. Selon une étude publiée en juin par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), c’est la première fois depuis 14 ans que le nombre des Européens se déplaçant en Amérique Latine (près de 180 000 en 2012) est plus élevé que celui des Latino-américains qui déménagent à destination de l’Europe.

Evo Morales a noté que l’Amérique latine n’avait «jamais utilisé la loi pour expulser [les Européens] de nos pays. Nous n’avons jamais construit d’infrastructure pour y emprisonner les Européens. C’est de là que viennent nos profondes différences». Le président bolivien a encore souligné l’importance de l’égalité sociale, en disant que cela est aussi important que la paix dans le monde entier. Il aussi appelé l’Union européenne à créer des programmes sociaux pour combattre la pauvreté.


 

Quant aux relations entre les Etats-Unis et la Russie, Evo Morales, qui est à Bruxelles pour participer au sommet Union Européenne-CELAC qui réunit les dirigeants Européens, Latino-américains et des Caraïbes, a confié à RT que la politique actuelle de Washington était celle de «l’expansion militaire».

«Nous supportons entièrement la lutte de la Russie pour sa souveraineté, aussi bien que nous comprenons les différences qui existent en Ukraine. Il est nécessaire d’être guidé par ce que veut le peuple. On ne peut pas imposer sa volonté en poursuivant des intérêts géopolitiques», a expliqué Evo Morales.

Le président bolivien a enfin déclaré que les Etats-Unis utilisaient toujours des méthodes comme les «coups d’Etat et les dictatures militaires» pour imposer leur politique en «poursuivant des intérêts géopolitiques». Une politique à laquelle Evo Morales s’est toujours opposé».


Les relations entre les Etats-Unis et la Bolivie se sont aggravées en 2013, suite à l’atterrissage forcé de l’avion de Morales à Vienne. Sur son chemin de retour à la maison depuis Moscou, certains pays européens avaient fermé leur espace aérien à son avion car ils le soupçonnaient d’emmener avec lui le lanceur d’alerte qui a dénoncé les abus de la NSA américaine, Edward Snowden toujours recherché aux Etats-Unis pour l’espionnage. En réaction, Evo Morales avait menacé de fermer l’ambassade des Etats-Unis.

Entre l’Amérique latine et les Etats-Unis, les relations se sont nettement dégradées depuis que les pays du Sud du continent ont appris qu’ils étaient largement épiés par la NSA.


http://francais.rt.com/international/3269-evo-morales-debarrassez-etatsunis

3482
Sécurité / RunPE, le tueur de logiciels espion
« le: 16 juin 2015 à 16:52:28 »
RunPE, le tueur de logiciels espion



Phrozen RunPE Detector : Nouveau logiciel indispensable dans son kit de secours informatique.

Phrozen RunPE Detector est la nouvelle création d’un informaticien chercheur Français que nous vous présentons souvent dans les colonnes de Data Security Breach. En plus d’être un ami, il est surtout un sérieux dompteur de codes via son site Internet Phrozen Soft. Il y a quelques années, il sortait le logiciel RAT DarkComet. Un excellent outil qu’il devra stopper. Des malveillants ayant détourné son outil… comme le gouvernement Syrien pour espionner les opposants au régime. Une mésaventure qui n’a pas assommé notre codeur Français, bien au contraire. Depuis, il concocte des outils de sécurité qui mériteraient de se retrouver sur les étagères des éditeurs d’antivirus de la planète web. En attendant, ce nouveau logiciel, baptisé Phrozen RunPE Detector, va devenir un indispensable de votre boite à outil sécurité informatique.




Pour faire simple, la technique RunPE consiste à démarrer un processus légitime souvent signé puis de le suspendre pour remplacer son contenu par une application malicieuse, ainsi cela permet de contourner les restrictions des par feux et d’exécuter du code directement en mémoire. Malheureusement, très pratique pour piéger les antivirus. Une technique utilisée par les pirates dans leurs « crypteurs », mais aussi dans de nombreux RAT. De nombreux outils malveillants continuent d’utiliser cette technique populaire, bilan, JP Lesueur a décidé de faire un outil qui se charge de repérer la menace.

Un logiciel d’analyse dynamique, et non statique, qui détecte la menace et, permet même dans certains cas, de récupérer la source de la menace. Le logiciel est gratuit.


Pour respecter notre travail, merci de ne reprendre que l'intro. Pour lire la suite de cet article original direction -> http://www.datasecuritybreach.fr/runpe-le-tueur-de-logiciels-espion/#ixzz3dEkv3Zdm
Under Creative Commons License: Attribution Non-Commercial No Derivatives
Follow us: @datasecub on Twitter




3483
Europe / Vers une guerre américaine en Europe?
« le: 16 juin 2015 à 16:50:43 »
Vers une guerre américaine en Europe?

Rien ne fera reculer les Américains: leur situation économique et financière est désastreuse; le Pentagone d’esprit mercenaire a pris le pouvoir avec l’Etat profond déclencheur de certains des attentats que l’on sait; et la Russie surtout leur fait horreur parce qu’elle est depuis trop d’années le seul pays du monde susceptible de leur résister

 Le 13 juin, un article du NYT, signé MM. Schmidt et Meyers nous annonce froidement que les USA vont envoyer 5000 hommes et 1500 chars en Europe orientale. Il faut mettre fin à l’agression russe en Europe, car les Russes vont en effet envahir la Pologne et les pays baltes, en attendant le Portugal et le Maroc…

Le nombre impressionnant de commentaires diffusés permet pour une fois de connaître l’opinion de nos chers Américains: un tiers est pour la guerre, un tiers hausse les épaules, un dernier tiers enfin remarque comme nous le caractère aberrant et criminel de la position belliqueuse de leur pays. On se doute que ce ne sont pas ces naïfs qui feront reculer Bush frère&fils, Clinton-femme et Obama, le fidèle disciple de Brzezinski, le Polonais qui voulait anéantir la Russie!Sur cet intellectuel relativement dément, on rappellera un livre, le Grand Echiquier et ces phrases qui décrivent les raisons de la totale soumission allemande ou japonaise, soixante-dix ans après Dresde ou Hiroshima:« A bien des égards, la suprématie globale de l’Amérique rappelle celle qu’ont pu exercer jadis d’autres empires, même si ceux-ci avaient une dimension plus régionale. Ils fondaient leur pouvoir sur toute une hiérarchie de vassaux, de tributaires, de protectorats et de colonies, tous les autres n’étant que des barbares. »

Vassaux ou barbares! Parlez-nous des droits de l’homme!
 Un peu plus bas, le mentor d’Obama ironise:

« L’Europe de l’Ouest reste dans une large mesure un protectorat américain et ses Etats rappellent ce qu’étaient jadis les vassaux et les tributaires des anciens empires. Cette situation est assurément malsaine, pour l’Amérique comme pour les nations européennes. »

Cette situation n’est pas « malsaine » pour Obama, et c’est donc le début de cette guerre américaine en Europe, qui se soldera par notre extermination ou par une partition ruineuse du continent. Tout cela se fera avec la collaboration des élites européennes qui obéissent à Washington et saccagent au nom du libre-échange ou du grand remplacement l’avenir de leurs peuples. Comme je l’ai déjà montré, tous les dirigeants baltes ont été élevés en Amérique ou y firent leurs études, dans les deux disciplines de ces temps apocalyptiques: la finance et la psychologie. Freud et Rothschild au service d’un Hitler remis en selle par l’occident le 9 mai dernier.Exagération? Jeb Bush, frère de qui l’on sait, l’homme aux deux millions de morts en Irak, est venu insulter en Europe Vladimir Poutine la semaine dernière. La femme de l’ex-président Clinton compare Poutine à Hitler: oubliés les 26 millions de tués par le führer qui traitait les peuples est-européens en esclaves ou y gazait les juifs!

Poutine étant Hitler, tous les moyens sont bons pour déclencher la guerre. Le coup d’Etat de Maïdan (tueurs type Gladio pour déquiller les manifestants rétribués dix dollars par jour, le tout sous les drones de CNN, cette annexe comme Hollywood, du Pentagone) a annoncé la couleur. L’échec de Minsk si prévisible permet de dénoncer une interminable « agression russe » qui justifiera la guerre courte ou nucléaire voulue par les pontes du Pentagone et les élites hostiles américaines (le même NYT précise le même jour qu’il y a maintenant 12% de sans-abri à Los Angeles). Obama, dont l’agenda « culturel » n’est visiblement pas de protéger les Européens, a pu se vanter d’avoir suscité un renversement de pouvoir à Kiev dans l’indifférence générale. La diabolisation de la Russie fera le reste aux yeux et aux oreilles d’une opinion publique anesthésiée — dixit l’historien du fascisme Payne en parlant des opinions occidentales. Un article utile fait aux USA 10 000 connexions, une chanson de Lady Gaga (voyez sur Youtube) fait un milliard de connexions et un million de commentaires. Avec un tel peuple de zombies, les élites américaines peuvent tout se permettre.

Qui reculera? L’impérialisme stade suprême du capitalisme… La violence impérialiste et capitaliste des Américains est légendaire: voyez l’Amérique du sud (épargnée en ce moment), voyez la hideuse et déshonorante guerre contre l’Espagne en 1898, voyez la destruction du Japon, voyez Hiroshima, voyez Dresde, voyez le Vietnam, voyez la guerre du golfe ou de Libye. Voyez même en temps de paix le comportement des GI dans les bases (cf. Johnson sur Okinawa).Mais notez ce que je vais écrire: l’effondrement de votre niveau de vie, la liquidation de vos industries, le grand remplacement ethnique en cours en Europe et même aux Etats-Unis ont été rendus possibles par la chute de l’Union Soviétique et de sa si honnie Armée Rouge. Ce n’est pas moi qui le dis, mais le prix Nobel US Joseph Stieglitz.
 François Mitterrand l’avait compris qui disait redouter le jour où « ils allaient avoir les mains libres ». Les actionnaires, les managers, les experts ne sont en effet plus gênés depuis. C’est le siècle des excès, des manipulateurs de symboles, pour reprendre l’expression de Robert Reich, ex-ministre du travail de Clinton-mari.

Rien ne fera reculer les Américains: leur situation économique et financière est désastreuse (voyez John Williams, Michael Snyder, Paul Craig Roberts); le Pentagone d’esprit mercenaire a pris le pouvoir avec l’Etat profond déclencheur de certains des attentats que l’on sait (voyez Griffin, Chalmers Johnson, Peter Dale Scott, tant d’autres courageux auteurs américains); et la Russie surtout leur fait horreur parce qu’elle est depuis trop d’années le seul pays du monde susceptible de leur résister ou, dit-on, de les détruire. Une guerre nucléaire partielle, qui détruirait partiellement l’Europe, rapatrirait nos capitaux là-bas, et soumettrait ad vitam l’usine et la banque chinoise un peu désobéissantes ces temps derniers, ne leur fera certes pas peur. On peut même prévoir un scénario ukrainien appliqué à l’Europe: une guerre déshonorante menée par des lâches surarmés et qui rongerait le continent des décennies durant.

On souhaite bonne chance au président Vladimir Poutine.

http://reseauinternational.net/vers-une-guerre-americaine-en-europe/

3484
Encore loin d’être opérationnel

Le Neuron est ce qu’on appelle un Ucav (Unmanned Combat Aerial Vehicle, comme disent les Américains), développé depuis des années par Dassault Aviation et la DGA. Il est encore loin d’être opérationnel. Mais dans la guerre du futur rêvée par nos ingénieurs de l’armement, on verra des drones Neuron envoyés en éclaireur pour ouvrir la voie aux avions de combat. Pilotés à distance, ces engins auront notamment pour mission de repérer et détruire les systèmes de défense antiaérienne, et permettre ainsi aux Rafale de frapper des «cibles stratégiques» sans risquer leurs plumes et la vie de leurs pilotes…

«2020-2025 c’est la rupture : l’arrivée des premiers drones de combat c’est une évolution future du Rafale», a expliqué le chef d’état-major de l’armée de l’air, le général Denis Mercier, lors du Paris Air Forum organisé vendredi par la Tribune. Le Neuron n’est pas une simple vue de l’esprit futuriste de nos ingénieurs généraux de l’armement. Le premier vol d’essai de ce «démonstrateur technologique de drone de combat» a été effectué le 1er décembre 2012 depuis la base d’Istres. Le bébé de Dassault a «fait preuve d’une disponibilité et d’une fiabilité exemplaires», précisait à l’époque l’avionneur. La DGA a de son côté sobrement souligné «les enseignements tirés sur la furtivité de ce type d’aéronef» conçu pour échapper aux radars ennemis. Dassault en a tiré ce film publicitaire où l’on voit Neuron voler à côté d’un Rafale et d’un avion de ravitaillement, sur fond de musique techno-conquérante :




Depuis, le futur drone de combat made in France a poursuivi ses essais avec une centaine de vols. Car même s’il engrange actuellement les contrats pour le Rafale, Dassault commence à préparer la suite : l’avenir de son business est aux Ucav.

Le Neuron dans ses œuvres en 2014 :



L’homme restera-t-il «dans la boucle» ?

Verra-t-on un jour ces engins remplacer complètement le pilote de chasse et son avion ? «Les drones et les avions pilotés ont chacun leurs avantages et leurs limites, c’est l’utilisation ensemble qui est intéressante», a répondu le général Mercier, cité par l’AFP. En clair, pour l’armée française, pas question pour le moment d’exclure l’homme du processus de décision menant à une frappe : «Nous n’irons pas vers du tout automatisme, nous maintiendrons l’homme dans la boucle.» Les Américains n’ont pas les mêmes préventions contre la guerre robotisée : leur agence de recherche militaire, la Darpa, mène de nombreux programmes en ce sens. On voit ici l’impressionnant drone de combat X-47 développé par Northrop Grumman pour la Navy, qui a déjà tout d’un avion de combat autonome…



Vu l’avance des Américains, la France met donc des bouchées doubles pour développer son Future Combat Air System (FCAS) avec les Britanniques : un démonstrateur de drone de combat sera développé conjointement par Dassault et le britannique BAE dès 2017, à partir du Neuron (appelé «Taranis» outre-Manche). «Ce sera une brique pour aboutir au drone de combat», à l’horizon 2025, au mieux, indique la DGA.

La France mène aussi, dans le cadre de l’Europe de la défense, un programme de drones de surveillance virilement baptisé «Male» (pour «moyenne altitude, longue endurance»). Libération en parlait récemment ici. Objectif : ne plus dépendre des Américains ou des Israéliens en matière de drones de surveillance, les seuls à être utilisés pour le moment par l’armée française. Car les engins actuellement déployés sur la base de Niamey, au Niger, sont trois Reaper de fabrication américaine et deux Harfang d’origine israélienne… Ces drones de surveillance et de renseignement, non armés mais bardés de caméras et de senseurs électroniques, ont pour mission de débusquer les groupes armés qui se terrent dans le désert entre Libye, Mali et Niger. Et leur œil de faucon a récemment contribué à l’élimination de deux chefs terroristes d’Aqmi et d’Ansar ed-Dine par les forces spéciales françaises au sol.

«Problèmes éthiques»

Car, pour l’heure, la doctrine française bannit toujours l’utilisation de drones tueurs pilotés depuis le sol comme le Predator américain : «Tuer quelqu’un à 3 000 kilomètres pose des problèmes éthiques», expliquait récemment à Libération le général Michel Asencio, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique. Selon un décompte établi par le Bureau of Investigative Journalism, les drones de l’armée américaine et de la CIA ont déjà tué près de 4 000 personnes au Pakistan et près de 500 au Yemen, dont de très nombreux civils victimes collatérales.

Voir ici ce reportage de France 2 où un pilote raconte comment il a tué des gens en maniant son joystick depuis sa base du Nouveau-Mexique :



Cela ne devrait pas s’arranger avec les opérations en cours en Irak et en Syrie contre la menace de l’Etat islamique. Pour l’heure, la France semble encore en ligne avec le Conseil de l’Europe qui s’oppose aux «exécutions ciblées» menées par les drones. Mais pour combien de temps ? Le ministère de la Défense aurait discrètement étudié la question d’armer les drones «Reaper» déployés au Niger si d’aventure il y avait feu vert de l’Elysée.

3485
La France prépare sa drone de guerre aérienne




FOCUS Au salon du Bourget, la Direction générale de l'armement présentera un scénario d'utilisation combinée d'un futur drone de combat avec le Rafale pour 2025. L'armée hésite sur la technique de ses engins sans pilote, tueurs ou pas tueurs ?
 

Si tu veux la paix, prépare la guerre… Déjà bien engagée contre les jihadistes dans le ciel du Mali et du Niger avec des engins de surveillance non armés, l’armée française veut maintenant ses propres drones de combat équipés de missiles. Pas des engins «tueurs» de type Predator, chargés d’éliminer des combattants au sol ; on parle là de vrais jets sans pilote capables de remplir une partie des missions jusque-là dévolues aux avions de chasse multirôles comme le Rafale de Dassault.

Lors de cette grande foire aux armes de guerre aérienne qu’est le salon aéronautique du Bourget, la Direction générale de l’armement (DGA) dévoilera ainsi sur son stand un film interactif préfigurant l’utilisation combinée du fameux drone furtif Neuron et du Rafale en 2025 dans le cadre d’Opex (opérations extérieures).  «La DGA présente pour la première fois et en exclusivité sur le stand du ministère de la Défense […] une démonstration interactive d’une mission comprenant drones de combat et Rafale. Le visiteur devra faire les bons choix pour la mener au succès», annonce fièrement cet organisme chargé de mettre en œuvre les grands programmes d’armement français.

Voilà le clip de pub mis en ligne sur le site de la DGA pour attirer le chaland


3486
L’Etat islamique perd la ville stratégique de Tal Abyad en Syrie


video :

3487
Les musulmans de l'Europe ont annoncé le djihad aux chiens

Les islamistes tentent d’expulser les chiens de l'Europe. Il y a peu, un représentant du Conseil municipal de La Haye, membre du parti « Démocrates Islamistes »  Hasan Koutchouk  s'est prononcé en faveur de l'interdiction de ces animaux dans la ville, et il a appelé les pouvoirs municipaux à reconnaitre que la possession d’un chien dans la mégalopole était un crime de droit commun.


Nous savons depuis longtemps que dans l'Islam, le chien est considéré comme un animal " sale ". Une des légendes musulmanes annonce que ce quadrupède aurait mordu une fois le prophète Mohammed, c’est pourquoi tous les chiens sont maudits. Les sceptiques affirment que les musulmans avaient emprunté aux Juifs l'aversion pour ces animaux.  En effet, dans l'ancien testament, parmi les trente mentions du chien, elles n'ont pas de sens négatif seulement dans deux cas. L'hostilité des anciens Juifs vis-à-vis des chiens était suscitée par la haine envers les Egyptiens et les Romains qui, respectaient, eux, les chiens et qui les déifiaient.

" L'Islam n'a rien contre les chiens, cependant, il prescrit des règles sévères de leur présence aux côtés de l’homme ", a expliqué dans l'interview  à  La Voix de la Russie  l'imam de la mosquée synodique de Moscou Islam-hazrat Zaripov.

Du point de vue de l'Islam, nous pouvons avoir des chiens. Cependant, il faut respecter certaines conditions. Le chien ne doit pas se trouver dans un même local avec les gens. La salive et les poils du chien ne doivent pas se retrouver sur les vêtements et le corps de l’homme, ainsi que sur les objets d'usage courant. Il faut bien comprendre que l'Islam n’a pas d’attitude négative envers les chiens. Par exemple, dans certains Hadiths, on raconte l’histoire d’une femme qui nourrissait un chien. Pour cela,  elle a été admise au paradis. Il est important que l'on respecte strictement les conditions de l’entretien du chien.

La proposition du politique-islamiste hollandais pourrait provoquer seulement un sourire, si c’était un cas unique quand les musulmans européens se prononcent durement contre les chiens. Au milieu de l’année 2011, dans la ville de Lerida dans le Nord-Est de l'Espagne, les musulmans qui constituent environ 20 % de la population, ont demandé aux autorités locales d'interdire le séjour de ces quadrupèdes dans les transports en commun. Quand la municipalité a refusé d'accomplir les exigences des musulmans, la ville a connu une vague d’empoisonnements des chiens. En Grande-Bretagne, les voyageurs aveugles avec les chiens-guides sont de plus en plus souvent obligés de sortir des autobus, parce que les conducteurs musulmans ou les voyageurs objectent contre leurs compagnons « sales ». Les cas semblables de l'intolérance religieuse sont observés en France, en Ecosse, aux Pays-Bas et dans d'autres pays européens.

L'hostilité aussi ancrée envers les quadrupèdes et les nombreuses exigences agressives des musulmans européens de nettoyer les villes des chiens, suggère aux européens l’idée que les islamistes préconisent non la pureté de leur propre foi, mais tentent plutôt d'imposer aux pays de l’UE les normes de la Charia - l'ensemble des règles juridiques, morales et religieuses de l'Islam. D'autant plus que parmi les chrétiens, l’attitude envers ces quadrupèdes amis de l’homme est depuis toujours bienveillante. Dans l'orthodoxie, il n'y a aucunes interdictions au sujet des chiens, bien qu'il ne soit pas recommandé d’entrer dans les églises avec eux, explique le représentant du patriarcat de Moscou, le prêtre Vladimir Vigilyansky.

Dans les anciens recueils de prescriptions religieuses, il est dit que les chiens ne doivent pas entrer dans l’église. Il y a des prières pour les consécrations des églises, si par hasard des chiens, des porcs ou des serpents y entraient soudain. La croyance est que ces animaux peuvent profaner le lieu sacré. Cependant, il n’existe aucun canon qui interdise d’avoir un chien dans la maison.

Dans les pays catholiques, depuis 1931, on marque le Jour des animaux le 4 octobre. Cette fête est liée au nom de Saint-François d’Assises  - le protecteur des quadrupèdes. Ce jour-là, dans toutes les églises catholiques, se fait un office spécialisé pour les animaux domestiques, et les paroissiens peuvent même amener dans l'église leurs chouchous  - des chats, des lapins, des perroquets et, bien sûr, des chiens. /L
Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/2012/02/12/65914143/



3488
Le Pentagone encercle la Russie avec des dépôts d’armes et de munitions le long de ses frontières.

La création de dépôts de matériel militaire et de munitions avant le déclenchement d’une agression armée, permet à l’État agresseur de dépenser moins et de maintenir les troupes prêtes à entrer en action. Fondamentalement, l’agresseur ne doit déployer ses troupes hors du continent américain que quand leurs équipements de combat et les munitions sont stockés et préparés pour la bataille dans les Etats sur le territoire desquels sera déclenchée l’agression militaire.


En 2003, pour pouvoir attaquer l’Irak, l’armée américaine a constitué, dans les bases militaires de Ali Al Salem, Camp Buehring, Camp Virginia, Camp Arifjan et Camp au Koweït, d’énormes dépôts de l’US Central Command (CENTCOM). Ils sont aujourd’hui les dépôts de l’armée des Etats-Unis pour le théâtre d’opération pour l’Asie du sud-ouest. Ici, il y est stocké des dizaines de milliers de chars, des véhicules blindés, du matériel logistique, des hélicoptères et des munitions, qui peuvent constituer 1-2 corps d’armées.

Les Etats-Unis ont 32 000 soldats américains déployés sur le continent européen. Trois brigades de chars et d’infanterie (modèle Stryker, des véhicules de transport de troupe LAV-25 Stryker) sont stationnées en Allemagne. Des forces terrestres américaines stationnées en Italie se résument à la 173ème brigade aéroportée. Les forces aériennes américaines en Europe se composent de six groupes aériens composites (avion multi-rôles, de transport, de ravitaillement en vol, de reconnaissance et des hélicoptères). Les avions américains opèrent à partir de bases aériennes en Allemagne, en Italie et au Royaume-Uni.

Mandatory Credit: Photo by Brittany Y. Auld/USAF / Rex Features (2095646l) F-16 Fighting Falcons from the 35th and 80th Fighter Squadrons of the 8th Fighter Wing, Kunsan Air Base, South Korea; the 421st Expeditionary Fighter Squadron of the 388th FW at Hill AFB, Utah; the 55th EFS from the 20th FW at Shaw AFB, S.C.; and from the 38th Fighter Group of the South Korean air force, demonstrate an "Elephant Walk" as they taxi down a runway during an exercise at Kunsan Air Base, South Korea, March 2, 2012. The exercise showcased Kunsan AB aircrews' capability to quickly and safely prepare an aircraft for a wartime mission. (U.S. Air Force photo by Senior Airman Brittany Y. Auld) Amazing Images Show U.S. Air Force's Year In Pictures This amazing gallery of images highlights the very best photography from the U.S. Air Force. The stunning selection was made by a team of Air Force journalists and photographers who were tasked with choosing the best photos from around the Air Force for the 2012 Air Force Year in Photos. They range from a triumphant fly-by of an American football game in Foxboro, Massachusetts to snoozing Airman Basic Rebecca Perez taking a break from patrol during a field training exercise in Maryland. A U.S.A.F. spokesperson says: "These photos showcase Airmen around the globe involved in activities supporting expeditionary operations and defending America." For more information visit http://www.rexfeatures.com/stacklink/CCUKZMWDF
Credit: Photo by Brittany Y. Auld/USAF / Rex Features (2095646l)


La Russie estime que les États-Unis disposent déjà suffisamment d’armes et de munitions en Europe. Ils ont environ 20 grands dépôts de la 7ème Armée US et le 5ème corps d’armée en Allemagne, dont les troupes ont été retirées du continent européen depuis 1990. Ils sont subordonnés à l’US European Command (EUCOM). Le dépôt le plus connu est à Giessen, où sont stockés le matériel et les munitions d’une brigade de chars américains.


Le Pentagone a accru les tensions avec la Russie, en annonçant pour la première fois depuis la chute du « rideau de fer », son intention d’établir, en plus des référentiels existants en Allemagne, en Italie, en Turquie et au Royaume-Uni, des dépôts supplémentaires d’armes lourdes dans plusieurs autres pays membres de l’OTAN. Les pays baltes, la Pologne, la Roumanie, la Bulgarie et peut-être la Hongrie, ne voient aucune objection au plan américain.

Les armes stockées dans ces pays équiperont deux à trois brigades mécanisées ou de chars, avec toutes les sous-unités d’artillerie automoteurs d’appui-feu. Une ou deux d’entre elles seront dans les pays baltes et la Pologne, et la troisième en Roumanie, la Bulgarie et probablement la Hongrie. Une brigade mécanisée américaine a environ 1.000 véhicules, dont 300 chars M1-A2, des véhicules de combat d’infanterie (Bradley) et des obusiers automoteurs.

La Russie a répondu en menaçant de déployer des unités blindées sur la frontière avec les pays baltes. La Russie vise en particulier à compléter le contingent d’infanterie de marine, blindés et d’artillerie de soutien réactif dans la zone de la mer Noire, en particulier dans la péninsule de Crimée. Le contingent peut être débarqué, le cas échéant, par la flotte russe de la mer Noire, sur n’importe quel rivage d’un membre de l’OTAN en bordure de la mer Noire.

http://reseauinternational.net/le-pentagone-encercle-la-russie-avec-des-depots-darmes-et-de-munitions-le-long-de-ses-frontieres/

3489
Les pistes du gouvernement pour réformer l'islam de France

Bernard Cazeneuve a annoncé, lundi 15 juin, plusieurs mesures pour renforcer la formation des cadres religieux musulmans. Le ministre de l'Intérieur et des Cultes réunit pour la première fois, lundi, une large "instance de dialogue" destinée à renouer le lien avec des musulmans qui ne manquent pas de sujets d'inquiétude.

La création de cette instance avait été annoncée quelques semaines après les attentats jihadistes de janvier qui ont ébranlé la première communauté musulmane d'Europe, estimée à quelque cinq millions de membres, pratiquants ou non. L'exercice est délicat pour le gouvernement qui, en vertu de la loi de 1905, n'a pas vocation à organiser les affaires internes d'une religion, même s'il s'agit de la deuxième de France.

Bernard Cazeneuve a conclu cette première réunion par quelques annonces, déjà divulguées dans Le Parisien (article payant). Voici lesquelles :

Les imams venus de l'étranger devront maîtriser le français

Le niveau de français des imams et des aumôniers venus de l'étranger sera désormais contrôlé. Sur les quelque 1 800 imams en fonction dans l'Hexagone, seuls 30% sont de nationalité française et, de fait, la majorité d'entre eux sont des imams étrangers en détachement, payés par leur pays d'origine. Le gouvernement souhaite ainsi qu'ils parlent le français.

"C'est la maîtrise de la langue qui leur permettra de jouer pleinement leur rôle social et non pas seulement liturgique, défend Bernard Cazeneuve dans Le Parisien (article payant). Il faut que les imams puissent s'adresser à leurs fidèles, dialoguer avec eux tout comme les autorités civiles."

Imams et aumôniers devront passer un diplôme universitaire

Ces imams étrangers devront également suivre une formation "civile et civique" de 125 à 200 heures, conclue par un diplôme universitaire. Au programme, des cours sur les principes de la laïcité, le droit du culte, l'histoire et la sociologie des religions en France, la gestion des associations culturelles. Le ministre de l'Intérieur a annoncé la création de trois formations universitaires habilitées à Paris-Sud, Lille et Toulouse.

Sur BFMTV, Bernard Cazeneuve s'est défendu de tout interventionisme : "Nous sommes dans un Etat laïc donc le gouvernement n'a pas à former les imams." Mais le ministre considère que les responsables du culte musulman doivent connaître les principes républicains.

Le ministre de l'Intérieur a indiqué que des conventions sont actuellement négociées avec les pays d'origine de ces imams détachés. Bernard Cazeneuve a ainsi rencontré son homologue algérien. En revanche, Le Parisien croit savoir que les discussions sont plus compliquées avec la Turquie.

Le gouvernement va recruter des aumôniers pénitentiaires

Le gouvernement entend également engager plus de moyens pour les aumôniers musulmans dans les prisons, afin de lutter notamment contre la radicalisation de certains détenus. D'après Le Parisien, soixante aumôniers pénitentiaires musulmans sont en cours de recrutement, ce qui portera leur nombre à 250 dans toute la France. Eux aussi devront suivre et valider les cours de formation universitaire.

En outre, le plafond d'heures qu'ils pourront effectuer dans l'année passerait de 1 000 à 1 600. Du coup, leur indemnité mensuelle passerait du simple au double. Pour une semaine de 35 heures, ils toucheront ainsi 2 059 euros net, contre près de 1 500 euros actuellement. Une revalorisation censée attirer des candidats de qualité, d'après le ministère.

Une cellule pour repérer et lutter contre les messages racistes et antisémites sur Internet

Une équipe sera chargée de lutter contre les messages xénophobes, racistes et antisémites sur Internet et sur les réseaux sociaux, a confirmé Bernard Cazeneuve.

Une enveloppe pour protéger les lieux de culte

Le ministre de l'Intérieur va consacrer 9 millions d'euros à protéger les lieux de culte. Une somme qui permettra, entre autres, de les équiper en dispositif de vidéosurveillance.

3490
Les factures d'électricité ont augmenté de près de 50% en sept ans

Les tarifs de l'énergie ne cessent d'augmenter. En sept ans, le foyer français moyen a vu sa facture d'électricité passer de 941 à 1 400 euros en moyenne, soit 49% de plus. Le gaz a, quant à lui, grimpé de 36% sur la même période, entre 2007 et 2014, selon un article du Parisien (article abonné), paru mardi 16 juin.

Les litiges en matière d'énergie sont plus nombreux

"Les chiffres sont d'autant plus alarmants que près de 4 millions de ménages sont en situation de précarité énergétique, selon Jean Gaubert, le médiateur national de l'énergie, cité par le Parisien. Au moins 8 millions de personnes consacrent plus de 10% de leurs revenus aux dépenses d'énergie dans le logement."

Le médiateur a, en outre, noté une recrudescence des litiges en matière d'énergie. Une situation qui s'expliquerait, en partie, par le bilan mitigé de l'ouverture du marché à la concurrence. "Seuls 10% des ménages ont franchi le pas, explique Jean Gaubert. Résultats, les nouveaux fournisseurs ont des politiques commerciales encore plus agressives. Et le consommateur en fait les frais en premier."

3491
Video divers / CHÔMAGE LE GRAND MENSONGE
« le: 16 juin 2015 à 16:08:10 »
CHÔMAGE LE GRAND MENSONGE



Dans la plupart des pays d'Europe, le chômage sévit, laissant toute une population de millions de personnes abandonnée à une aumone sociale de survie minimum. Et si tout cela était parfaitement volontaire!
Voir aussi l'article: http://demo-fr-actualites.blogspot.fr...

3492
Video divers / La France se convertit à l'Islam (VOSTFR)
« le: 16 juin 2015 à 16:05:22 »
La France se convertit à l'Islam (VOSTFR)


3493
Quand EDF, sponsor de la conférence sur le climat, investit discrètement dans les gaz de schiste


Une filiale d’EDF exploite du gaz de schiste aux Etats-Unis et recourt à la très controversée fracturation hydraulique. Un paradoxe, alors que la France, propriétaire de l’entreprise publique, a interdit cette technique très polluante sur son territoire. Et que le gouvernement vient de choisir EDF parmi les sponsors officiels de la conférence sur le climat, la COP 21, qui aura lieu à Paris fin novembre. C’est pourtant bien ce que révèle une première version de son rapport « développement durable » publié temporairement sur le site du groupe.


Tout part d’une filiale d’EDF opérant loin des regards du grand public : EDF Trading. Celle-ci regroupe les activités de négoce du groupe et emploie environ un millier de personnes, principalement à Londres, où elle a son siège, et aux États-Unis. EDF Trading est chargée de l’achat et de la vente de charbon, de pétrole, de gaz et d’électricité pour le compte du groupe EDF, ainsi que du négoce des crédits carbone. Elle mène aussi des opérations de trading en son nom propre, comme acheter des kilowattheure d’électricité bon marché pour les revendre au meilleur prix. Des activités extrêmement rentables : en 2014, son chiffre d’affaires s’élève à 856 millions d’euros pour un profit net de 386 millions d’euros (373 millions en 2013), dont elle a reversé les deux tiers à sa maison mère sous forme de dividendes.

Pour optimiser ses activités de négoce, EDF Trading a dû acquérir des infrastructures de transport et de stockage de charbon, de gaz et d’autres matières premières. Elle réalise désormais directement ses propres opérations d’extraction de gaz. Et a créé une sous-filiale dédiée, EDF Trading Resources (ou EDFTR), dont le siège social est à Austin au Texas. Cette filiale se présente comme une « compagnie indépendante d’exploration et de production de pétrole et de gaz naturel » ! Elle est dirigée par une petite équipe de cadres issus du milieu pétrolier texan. EDFTR ne possède en fait que deux zones d’opérations, l’une dans l’Est du Texas (environ 500 puits sur 120 kilomètres carrés), l’autre en Pennsylvanie, dans le comté de Greene, qui correspond à la formation de gaz de schiste de Marcellus (sur 80 kilomètres carré), où 45 forages seraient exploités.

Quand EDF se prend pour un pétrolier texan

Dans une première version de son Rapport de développement durable 2014, qui a été temporairement publié sur le site de l’entreprise et que nous avons pu consulter, EDF reconnaît recourir à la fracturation hydraulique en Pennsylvanie. « Le premier forage est prévu fin 2014 - début 2015. Le projet est en phase de développement (préparation pour le premier forage et acquisition de droits fonciers) », précise le rapport.


Dans ses « éléments de réponses », destinés à contrer les controverses, EDF assure que « le gaz de schiste n’est pas un élément central de sa stratégie industrielle » et que ses forages par fracturation hydraulique seront développés « selon les plus hauts standards industriels » [1].




Problème : pour ses opérations en Pennsylvanie, la filiale d’EDF a choisi un partenaire dont les activités passées sont peu rassurantes du point de vue du respect de l’environnement : Alpha Natural Resources, une entreprise spécialisée dans le charbon, notamment dans la technique dite du « mountaintop removal ». Cette pratique, expérimentée dans la chaîne des Appalaches, consiste à faire exploser le sommet des montagnes pour en extraire plus facilement du charbon. Une technique d’extraction très lourde en terme de pollutions et de risques sanitaires (lire notre enquête).

Un encombrant et polluant partenaire

Alpha Natural Resources a d’ailleurs écopé en 2014 d’une amende record de 227,5 millions de dollars, la plus importante jamais infligée dans le secteur du charbon par l’Agence fédérale de protection de l’environnement (EPA). En cause, le déversement illégal de millions de litres de déchets toxiques dans les cours d’eau de Virginie occidentale. Ce passif augure mal du respect des « plus hauts standards industriels » promis par EDF pour ses forages. La région de Marcellus en Pennsylvanie est l’un des exemples les plus emblématiques et les plus controversés des risques de l’exploitation du gaz de schiste pour les ressources en eau. Plusieurs études ont confirmé la pollution des eaux souterraines de la région du fait de la fracturation hydraulique. Même la très prudente Agence fédérale de l’environnement a récemment reconnu des problèmes [2].

Schizophrénie ? L’État demeure propriétaire d’EDF à hauteur de 84%. Et la France a interdit la fracturation hydraulique en 2011. Pour l’instant, le gouvernement tient bon face aux pressions des lobbies industriels qui souhaitent la levée du moratoire. L’ancien PDG d’EDF, Henri Proglio, n’était pas non plus partisan de l’exploitation du gaz de schiste en Europe, par crainte de la concurrence vis-à-vis de l’énergie nucléaire, de plus en plus coûteuse. EDF est ainsi ostensiblement absente du « Centre hydrocarbures non conventionnels », le lobby récemment créé par les grands groupes du CAC40 pour promouvoir la cause des gaz et pétroles de schiste en France.

L’ombre des traités de libre-échange

Il y a un an, EDF a affronté une avalanche de critiques après avoir annoncé l’importation de gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis, pour partie issu de gisements de schiste. Son fournisseur, Cheniere Energy, est en train d’achever la construction d’un terminal de liquéfaction géant sur la côte de la Louisiane pour faciliter ces exportations. Confrontés à une crise du secteur du schiste américain, en raison de la surproduction et de la chute des prix, les industriels misent désormais sur les marchés asiatiques et européens pour relancer la fracturation hydraulique.

Cela tombe bien : deux traités de libre-échange sont en cours de négociation : les exportations de gaz sont au cœur des projets d’accords commerciaux trans-pacifique (TPP), pour l’Asie, et transatlantique (TAFTA/TTIP), pour l’Europe [3]. Engie (ex GDF Suez) est d’ailleurs partie prenante d’un autre projet d’usine géante de liquéfaction de gaz sur la côte de Louisiane, Cameron LNG. Ce secteur d’activités intéresse évidemment EDF Trading. Même si elle prétend le contraire, l’entrée d’EDF dans la production de gaz de schiste ressemble à un choix stratégique.

L’entreprise encore publique vient d’être désignée sponsor officiel de la Conférence climat (COP21) qui doit se tenir à Paris en fin d’année. Et ce, malgré ses investissements substantiels dans les énergies fossiles, notamment le charbon [4]. Pour justifier leur choix, les autorités françaises expliquent qu’EDF et les autres entreprises sélectionnées ont pris des engagements en faveur de la transition énergétique, vers le passage à une économie « décarbonée ». Avec la décision d’investir dans le gaz de schiste – qui émet autant de gaz à effet de serre que le charbon en raison des fuites de méthane –, EDF, où l’État est pourtant majoritaire, prend plutôt le chemin inverse.



3494
Samsung améliore la visibilité des automobilistes en Argentine (vidéo)

En Argentine, Samsung fait de la prévention routière tout en faisant sa pub!



En Argentine, Samsung vient de lancer une campagne publicitaire aussi originale que pratique. Pour faire la promotion de ses téléviseurs (au sens large du terme), ainsi qu’aider les automobilistes à doubler les poids lourds, la firme sud-coréenne a installé une caméra sur le devant de ses camions pour diffuser les images – en temps réel – à l’arrière de la remorque par le biais de 4 grands téléviseurs. Les automobilistes peuvent ainsi doubler les poids lourds avec une meilleure visibilité.  À noter que la caméra offre également une vision nocturne, facilitant ainsi les dépassements durant la nuit…

La vidéo :