Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

3556
Hors europe / Le Qatar sans le sou
« le: 14 juin 2015 à 21:11:55 »
Le Qatar sans le sou



On a du mal à y croire mais le richissime Qatar pourrait être en déficit budgétaire l’année prochaine. Que se passe-t-il donc au royaume du pétrole ?

C’est simple : l’or noir ne fait plus recette. Ou très mal. Tous les pays du Golfe, ou presque, sont touchés à plus ou moins grande échelle par la baisse du brut.
 Le fait de voir le Qatar dans une telle mauvaise passe – en Europe, il ne pourrait même pas remplir les critères de Maastricht… –, c’est très marquant pour ce riche émirat qui prévoit d’investir 200 milliards de dollars (180 milliards d’euros) dans de gigantesques projets d’infrastructures, notamment pour la Coupe du Monde de football en 2022.
 
Quel impact pour l’économie du pays ?
 
 Son déficit budgétaire pourrait atteindre 5% de son PIB (le Produit Intérieur Brut qatari s’élève à environ 200 milliards de dollars), du jamais vu depuis 15 ans. Et ce, avec une croissance économique attendue de 7,5% en 2015.
 On serait tenté de dire : quel gâchis par rapport aux efforts que nous devons fournir en France avec notre petit 1% de croissance et nos 3,8% de déficit.
 
La baisse des prix du pétrole est-elle la seule explication ?
 
 Depuis la mi-2014, la chute du prix du baril a fait perdre à l’ensemble des pays du Golfe 270 milliards d’euros. Or, le pétrole représente 60 à 70% de l'économie qatarie avec le gaz.
 En cause également, la gestion budgétaire. Jusqu’à présent, le Qatar s’est reposé, non pas sur ses lauriers, mais sur ses puits de pétrole et gaziers. L’argent facile a coulé à flot et patatras, retour de conjoncture.
 
Quelles conséquences maintenant ?
 
 Pour le Qatar, ce déficit réduit la une marge de manœuvre du pays pour faire tourner une administration très lourde : 70% des emplois nationaux sont des fonctionnaires.
 Ce déficit a aussi des conséquences extérieures. L’Agence Internationale de l’Energie vient de confirmer que les Etats-Unis étaient désormais le premier producteur de pétrole du monde grâce aux hydrocarbures de schiste. Les pays membres de l’OPEP sont en perte de vitesse évidente, ce à quoi le Qatar répond par des investissements ailleurs dans le monde pour faire face à l’après-pétrole.
 Le déficit budgétaire du Qatar attendu pour 2016 est finalement bien peu de choses pour un pays qui, malgré tout, a encore de belles réserves. Mais il est symptomatique de la redistribution des cartes qui est en train de se jouer sur le plan géopolitique mondial.

http://www.franceinfo.fr/emission/tout-info-tout-eco/2014-2015/le-qatar-sans-le-sou-12-06-2015-06-53

3557
La conservation des données de connexion invalidée en Belgique !

La cour constitutionnelle de Belgique a invalidé jeudi la loi qui faisait obligation aux FAI et opérateurs téléphoniques de conserver les données de connexion de leurs clients.
La justice suprême rejoint ainsi un mouvement enclenché par la censure de la directive de 2006 par la Cour de justice de l'Union européenne.

La décision n'est pas encore disponible sur le site de la Cour constitutionnelle belge (mise à jour : elle l'est) mais la NURPA (Net Users' Rights Protection Association) affirme que le juge suprême belge a invalidé jeudi la législation qui obligeait les fournisseurs d'accès à internet et les opérateurs téléphoniques à conserver pendant de longs mois les données de connexion de leurs leurs clients, pour permettre leur exploitation par les services de police ou les services administratifs.

La Cour constitutionnelle a ainsi invalidé la loi du 30 juillet 2013 qui modifiait une loi de 2005 relative aux communications électroniques, et visait à transposer la directive de 2006 sur la conservation des données. Elle a logiquement pris acte du fait que la directive a été annulée par la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) dans son arrêt Digital Rights Ireland d'avril 2014, au motif que la conservation imposée aux FAI et aux opérateurs téléphoniques était disproportionnée.

Pour introduire un recours, la NURPA, datapanik.org, la Liga voor Mensenrechten et la Ligue des droits de l’Homme avaient réussi à lever 5700 euros auprès des internautes, soit plus que les 5000 euros demandés pour la participation aux frais judiciaires.

"La décision de la Cour constitutionnelle apporte un peu d’air frais dans un contexte nauséabond où les actes meurtrier de quelques terroristes suffisent à anéantir les principes fondamentaux de droits et de libertés de nos démocraties. Cela doit rappeler à chacun que les droits et libertés sont un combat de tous les instants, plus encore quand la tendance en Europe est à l’empilement de mesures sécuritaires, comme le démontre tristement le cas français", se félicite André Loconte, porte-parole de la NURPA.

La Belgique vient ainsi compléter une carte désormais bien remplie qui ont pris toute la mesure de l'arrêt Digital Rights Ireland, et invalidé ou suspendu leur législation : Slovaquie, Irlande, Autriche, Roumanie, Slovénie, Pays-Bas et Bulgarie.

La France, pour sa part, continue d'ignorer royalement la jurisprudence. La situation pourrait toutefois changer grâce à l'action entreprise par La Quadrature du Net et FFDN, qui ont obtenu un renvoi très prometteur en QPC.

http://www.numerama.com/magazine/33366-la-conservation-des-donnees-de-connexion-invalidee-en-belgique.html

3558
Marseille : un militant de la cause palestinienne piégé par le hacker Ulcan ?

FAIT DIVERS -
Un responsable de l'UJFP, une association juive militant pour les droits des Palestiniens, a été interpellé dans la nuit de lundi à mardi par le Raid à son domicile de Marseille après une dénonciation mensongère.



Pierre Stambul n'est pas prêt d'oublier cette soirée mouvementée. Dans la nuit de lundi à mardi, ce responsable de l'UJFP, une association juive militant pour les droits des Palestiniens, a été interpellé par le Raid à son domicile de Marseille après une dénonciation mensongère

"M. Stambul a été victime d'un canular, d'un acte malveillant", confirme le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Laurent Nuñez. Une personne "a appelé la police en utilisant son numéro de téléphone, et en disant avoir battu sa femme", raconte-t-il.

Les policiers "ont effectué un contre-appel": ils ont rappelé le numéro - qui correspondait bien au numéro de M. Stambul - "et sont retombés sur le même individu, qui leur a cette fois-ci dit que sa femme était morte" et qu'il attendait la police "avec un fusil", poursuit-il. "C'est ce contre-appel qui a déclenché l'opération du Raid" souligne le représentant de l'État.

Un canular du hacker Ulcan ?



M. Stambul a été entendu quelques heures au commissariat en garde à vue, avant d'être remis en liberté vers 10 heures. Interrogé sur les ressemblances apparentes entre ce canular et les méthodes du hacker franco-israélien Ulcan, de son vrai nom Grégory Chelli, M. Nuñez a admis la pertinence de la comparaison, "autant sur le mode opératoire que sur les cibles".

Chelli, qui se présentait sur Twitter comme "militant sioniste" s'en est pris à plusieurs reprises ces dernières années à des journalistes ou des médias dont les positions lui paraissent hostiles à Israël. Il avait revendiqué le piratage de France Inter et France Info et avait visé personnellement le journaliste de Rue89 Benoît Le Corre avec un mode opératoire similaire.

Fin juillet, il avait appelé les parents de Benoît Le Corre, en leur annonçant le décès de leur fils. Quelques jours plus tard, se faisant passer pour le père du journaliste, il avait appelé la police en annonçant avoir tué son épouse et son enfant, provoquant une intervention de la police au domicile familial en pleine nuit. Une information judiciaire a été ouverte à Paris sur les actes de harcèlement et de malveillance qui sont attribués à Chelli.

http://www.metronews.fr/marseille/marseille-un-militant-de-la-cause-palestinienne-piege-par-le-hacker-pro-israelien-ulcan/mofi!OXH4JD8G0F6/

3559
Exclusif : Les Bilderberg déploient des appareils de brouillage high-tech pour empêcher toutes communications





Les journalistes d’Infowars ont parlé avec des experts de la communication qui ont révélé que le système peut aussi être utilisé pour surveiller les communications.

Le groupe secret du Bilderberg a employé des appareils ultra sophistiqués de brouillage des communications autour de l’hôtel qui accueille la réunion du groupe élitiste cette année dans le but d’empêcher que l’événement soit médiatiquement couvert.

Après avoir visité l’un des lieux les plus proches de l’hôtel InterAlpen qui est toujours accessible, Infowars a filmé un camion de télécommunications possédés par le Ministère Fédéral du Transport et de la Technologie Autrichien. De grosses antennes sont visibles au sommet de l’hôtel, ainsi qu’un nouveau mât a été érigé dans la forêt près de l’hôtel.

Infowars a parlé avec un résident local informé que dans le voisinage les téléphones portables n’avaient plus de réseau depuis que l’hôtel avait érigé la tour. L’individu a aussi rencontré la police et la sécurité près de l’hôtel.

Les brouilleurs téléphoniques empêchent tous les signaux radios d’atteindre les stations. Les brouilleurs sont techniquement illégaux dans les pays de l’union européenne.

Ce système de brouillage triangulé expliquerait pourquoi les journalistes Rob Dew et Josh Owens ont été incapables de contacter Infowars via Skype ou n’importe où aux alentours de l’hôtel InterAlpen.

Apparemment le groupe Bilderberg a peur de la couverture médiatique, des checkpoints militaires ont été installés partout sur les routes menant à l’hôtel, et désormais ils s’adonnent à l’installation d’appareils qui empêchent les communications, certainement grâce à l’argent des contribuables.

Cette action cherche véritablement a restreindre les communications entre manifestants et à empêcher les médias de couvrir l’arrivée et à la sortie des membres du Bilderberg.

Comme nous l’avons précédemment rapporté, la police a déjà annoncé que quiconque se faisant attraper dans le périmètre de sécurité de la conférence Bilderberg devra payer une amende de 500€ ou bien passer un séjour de deux semaines en prison.

Source: Infowars.com,
http://www.wikistrike.com/2015/06/exclusif-les-bilderberg-deploient-des-appareils-de-brouillage-high-tech-pour-empecher-toutes-communications.html

3560
La NSA a vu ses pouvoirs secrètement augmentés en 2012
 


Alors même que pour la première fois, depuis le 11 septembre 2001, les États-Unis revoient à la baisse les pouvoirs de la NSA, le New York Times a dévoilé hier comment la Maison Blanche les avait augmentés secrètement en 2012.

Aux racines de la loi FISA

Le New York Times a publié hier de nouvelles informations basées sur des documents récupérés auprès d’Edward Snowden. Le journal y explique comment la Maison Blanche a gonflé les pouvoirs de la NSA dans le plus grand secret, un an avant que n’éclate le scandale autour du programme PRISM. L’agence de renseignement y a ainsi gagné la possibilité d’espionner les câbles Internet situés sur le sol américain, sans avoir à demander le moindre mandat.

Ce n’est pas la première fois que la NSA se lance dans une chasse aux informations sans avoir besoin de mandat particulier, pas même délivré par un juge de la FISC,le tribunal secret qui autorise habituellement les opérations des services de renseignement. Au lendemain des attentats du 11 septembre, l’agence avait ainsi commencé à espionner les câbles Internet pour y trouver des connexions avec d’éventuels terroristes. La découverte du programme en 2005 avait provoqué un scandale, mais ces écoutes ont été légalisées en 2008, dans ce que beaucoup connaissent aujourd’hui comme la loi FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act) amendée. La collecte est cependant circonscrite aux utilisateurs étrangers, situés hors des frontières, et uniquement si les données transitent par des serveurs sur le sol américain.

Terrorisme, activité criminelle, cyberdéfense, puissances étrangères...

En 2009, l’administration Obama a commencé à réfléchir à de nouveaux mécanismes de cyberdéfense. Dans un document classifié, il était indiqué : « La dépendance à des autorités juridiques faisant des distinctions théoriques entre attaques armées, terrorisme et activité criminelle s’est révélée incommode ». Le ton était donné, et la NSA s’est donc proposée pour que son programme de surveillance puisse être utilisé à des fins de cyberdéfense. Rappelons que la défense contre les intrusions fait partie des missions de l’agence.

En 2011, l’escalade a continué avec la permission accordée au FBI cette fois de surveiller les données Internet pouvant être reliées directement à des gouvernements étrangers. Moins d’un an plus tard, le Bureau recevait l’autorisation de puiser dans les ressources de la NSA, dont ses capacités de surveillance, toujours dans la même optique. À ce moment-là, le même système était déjà utilisé pour le renseignement étranger, la surveillance des activités terroristes et la cyberdéfense.

Depuis trois ans, la NSA récupère des données de citoyens américains

Durant la même année 2012, la Maison Blanche a cependant donné un coup de pouce supplémentaire à la NSA en l’autorisant à chercher des données propres aux citoyens américains, notamment des adresses email, des signatures électroniques ou encore des adresses IP. Pour les services de renseignement, une surveillance efficace des pirates informatiques supposait un accès aux données qu’ils avaient dérobées.

Cette révélation est un problème pour la Maison Blanche, dont le discours sur la sécurité, la surveillance et le renseignement était clairement orienté sur les étrangers. L’idée était d’autant plus renforcée que le Freedom Act, tout juste voté, retire des mains de la NSA la collecte des métadonnées téléphoniques, assurées désormais par les opérateurs de téléphonie. Les informations révélées par le New York Times indiquent cependant que le même appareil de surveillance des activités étrangères sert à la récupération de données provenant de citoyens américains.

Autre souci : le destin des données américaines ainsi collectées n’est pas clair. L’un des documents montre qu’un avocat de la NSA a proposé qu’elles ne soient jamais stockées dans les mêmes bases de données, afin que les analystes ne puissent y lancer aucune requête. Mais la décision n’est pas indiquée, pas plus d’ailleurs que le temps pendant lequel ces informations sont gardées.

http://www.nextinpact.com/news/95323-la-nsa-a-vu-ses-pouvoirs-secretement-augmentes-en-2012.htm

3561
Référendum : 6 mois après, le site à 365 000 euros est toujours vide...

Six mois après sa mise en ligne, le site officiel censé permettre aux citoyens de se prononcer sur des propositions de référendums n'a toujours pas accueilli la moindre proposition. Un bug ? Non, un vide aussi attendu qu'espéré par ceux qui ont imaginé le dispositif.

Vous l'aviez déjà oublié. Nous aussi. C'est le fait de lire ce jeudi matin qu'en Suisse, "la gauche brandit la menace du référendum" pour s'opposer à une loi sur le renseignement, qui nous a rappelé l'existence du site internet ouvert début janvier par le gouvernement français, pour mettre en place l'insultant référendum d'initiative partagé, qui aurait dû s'appeler le référendum d'initiative verrouillée.

Ca nous a surtout rappelé ce que devait être une démocratie, qui en France en a surtout le nom mais pas les institutions (on rappellera s'il en est besoin que la démocratie n'est pas réductible à l'élection, voire que cette dernière peut être anti-démocratique).

Six mois après son lancement que tout le monde a déjà oublié, le site internet du référendum d'initiative partagée (RIP), qui a coûté plus de 365 000 d'euros à concevoir (!), reste une coquille vide. Il y a toujours zéro proposition de loi référendaire déposée, ce qui n'est guère surprenant, puisque tout l'objet du RIP était d'enterrer le risque (menace ultime en démocratie) que le peuple ne soit amené à s'exprimer sur des questions qu'il juge importantes :



On rappellera que le RIP, qui a été imaginé pour éviter un véritable "référendum d'initiative populaire", ne peut être amorcé que si au moins 185 députés et sénateurs déposent une proposition de loi référendaire sur le site internet prévu à cet effet. Lorsqu'un texte est ainsi publié, les personnes inscrites sur les listes électorales ont 9 mois pour venir la signer. S'ils sont au moins 10 % à soutenir la proposition, ce qu'ils doivent faire publiquement en voyant leur nom et leur commune affichée sur le site (peu importe la confidentialité des opinions, c'est juste un droit de l'homme), le Parlement doit alors l'examiner dans les 6 mois qui suivent, c'est-à-dire un an et demi après le dépôt de la demande initiale. Et c'est seulement si le Parlement n'a pas rejeté la proposition ou ne l'a pas examinée que le référendum doit être organisé.

L'Etat avait prévu 1,8 millions d'euros de budget de fonctionnement annuel, pour traiter trois propositions de référendums par an. Nous en sommes à la moitié de l'année, et toujours aucune proposition n'a été déposée. Faisons ici le pari qu'il n'y en aura toujours aucune en fin d'année.


http://www.numerama.com/magazine/33362-referendum-6-mois-apres-le-site-a-365-000-euros-est-toujours-vide.html

3562
Royal demande aux jardineries de ne plus vendre en libre service le Roundup de Monsanto



La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a annoncé dimanche sur France 3 l'interdiction de la vente en libre service dans les jardineries du désherbant vedette de Monsanto, le Roundup, afin de lutter contre les effets néfastes des pesticides.




"La France doit être à l'offensive sur l'arrêt des pesticides", a déclaré la ministre.

"Elle doit être aussi à l'offensive sur l'arrêt des pesticides dans les jardins et je vous annonce que j'ai demandé aux jardineries d'arrêter de mettre en vente libre le Roundup de Monsanto", le géant américain des semences et de l'agrochimie, a-t-elle dit.

Le Roundup avait été remis au centre de l'actualité après le classement en mars du glyphosate, son principe actif, comme cancérogène "probable chez l'homme", même si les "preuves sont limitées", par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

"Si l'interdiction de la vente aux particuliers des pesticides type Roundup était anticipée, par la loi ou par des accords volontaires, ce serait évidemment un bon signal", a indiqué à l'AFP Matthie Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot.

La Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés (Fnath) a salué cette décision dans un communiqué, rappelant qu'elle ""accompagne les victimes de ces produits".

 Vendeur certifié

"S’il est évidemment indispensable de renforcer l’information dans les jardineries pour les amateurs, c’est également l’utilisation des pesticides en milieu professionnel sur lequel il convient de travailler pour éviter le développement de maladies professionnelles", écrit la Fnath.

Cette annonce de Ségolène Royal intervient alors que l'association de consommateurs CLCV avait interpellé en début de semaine les agences sanitaires françaises et européennes et le ministre de l'Agriculture sur le glyphosate, demandant notamment qu'il ne soit plus vendu en libre service aux jardiniers amateurs.

Dans la foulée, Ségolène Royal et le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll avaient indiqué dans un communiqué jeudi qu'à compter du 1er janvier 2018, l’accès aux produits phytosanitaires pour les jardiniers amateurs ne pourra se faire que "par l’intermédiaire d’un vendeur certifié".

"L’acheteur amateur bénéficiera ainsi d’un conseil renforcé systématique lors de la vente de ces produits avec une information sur les interdictions à venir et les alternatives", selon ce communiqué.

Stéphane Le Foll avait toutefois indiqué auparavant ne pas vouloir interdire le glyphosate, l'herbicide le plus utilisé en France.


http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2015/06/14/Royal-demande-aux-jardineries-de-ne-plus-vendre-en-libre-service-le-Roundup-de-Monsanto-2365579

3563
La CPI demande à l’Afrique du Sud d’arrêter le président soudanais



La Cour pénale internationale (CPI) a appelé les autorités sud-africaines à arrêter le président soudanais Omar Al-Béchir qui devait participer dimanche 14 et lundi 15 juin à un sommet de l'Union africaine à Johannesburg.

Dimanche, en milieu de matinée, une Cour sud-africaine, saisie par une ONG, a provisoirement ordonné au président soudanais de ne pas quitter l'Afrique du Sud. Le tribunal doit se prononcer dans la journée sur une requête de la Cour pénale internationale.

Malgré tout, le gouvernement soudanais a assuré dimanche que la visite du président Omar Al-Béchir se déroulait « normalement » et qu'il rentrerait à Khartoum après le sommet. Ce dernier a même posé au premier rang pour la photo de groupe des chefs d'Etats réunis pour pour cette occasion.

Arrestation peu probable

Le juge sud-africain Hans Fabricuis a déclaré dans la matinée que si le président Bachir était autorisé à repartir, cette décision serait préjudiciable à l'image de l'Afrique du Sud dans le monde, rapporte l'agence sud-africaine Eyewitness News.

Une arrestation du président soudanais paraît toutefois peu probable, le gouvernement sud-africain ayant accordé l'immunité à tous les dirigeants et délégués africains présents au sommet de Johannesburg.

Les autorités sud-africaines ont refusé de confirmer l'arrivée en Afrique du Sud du président soudanais, mais la radio-télévision sud-africaine SABC a indiqué dans un tweet qu'Al-Béchir avait été « accueilli par des responsables sud-africains et des diplomates soudanais ».

Deux mandats d’arrêt lancés par la CPI

Le président de l'Assemblée des Etats parties à la CPI Sidiki Kaba a appelé « l'Afrique du Sud, qui a toujours contribué à renforcer la Cour, à n'épargner aucun effort pour assurer l'exécution des mandats d'arrêt » contre Al-Béchir, affirme un communiqué de la CPI publié samedi soir. Il a également exprimé « sa profonde inquiétude quant aux conséquences négatives pour la Cour dans le cas d'une non-exécution des mandats », selon le communiqué de la Cour.

Deux mandats ont été lancés par la CPI contre le président soudanais, en 2009 pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité et en 2010 pour génocide, les deux en relation avec le Darfour, région de l'Ouest en proie aux violences depuis 2003. Plus de 300 000 personnes sont mortes dans ce conflit selon l'ONU.

Le président Al-Béchir, 71 ans, au pouvoir depuis un coup d'Etat en 1989 et réélu en avril avec 94 % des voix pour un nouveau mandat de cinq ans, a depuis 2009 considérablement limité ses déplacements à l'étranger, privilégiant les pays n'ayant pas rejoint la CPI.

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/06/14/la-cpi-demande-a-l-afrique-du-sud-d-arreter-le-president-soudanais_4653792_3212.html

3564
Santé / L'apipuncture, guérir grâce au venin des abeilles
« le: 14 juin 2015 à 20:39:31 »
L'apipuncture, guérir grâce au venin des abeilles

Maryse Pioch garde sur le seuil de sa maison une ruche, et utilise les abeilles comme dans une armoire à pharmacie. L'apipuncuture, c'est-à-dire l'acupuncture avec des piqûres d'abeille, lui a permis de vaincre sa sclérose en plaques. Comme elle l'explique, l'infirmière "attrape l'abeille, et la pose sur un point d'acupuncture précis".

Une méthode rapidement efficace

Face à l'inefficacité des traitements classiques, Maryse commence l'apipuncture en 2005, à un stade déjà bien avancé de la maladie. Les résultats sont visibles en trois mois seulement. "J'avais une forme de sclérose en plaques particulièrement douloureuse. Les douleurs ont cessé progressivement à 100%", assure-t-elle. Cette ancienne championne d'athlétisme a intensifié son traitement, avec jusqu'à 40 piqûres, trois fois par semaine. Au bout de deux ans, elle est finalement déclarée guérie.


http://www.francetvinfo.fr/sante/l-apipuncture-guerir-grace-au-venin-des-abeilles_950963.html?hash=42647e9e-2ad1-455d-9e0d-65b6d65a3c94

3565
L’Express s’en prend au Professeur Henri Joyeux, mais n’a rien à se mettre sous la dent



Ils finiront peut-être par y arriver, mais pour l’instant, le morceau est trop gros pour eux. Eux, ce sont les journalistes mandatés par Big Pharma pour monter aux créneaux contre le Professeur Henri Joyeux. Trop habitués à dégommer ceux qui n’ont pas d’audience, et dont les faibles ripostes ne peuvent prêter à conséquences, avec le Professeur Henri joyeux ils marchent sur des œufs pour mener leurs attaques. Mais ils essaient quand même, contraints et forcés par leurs patrons.

L’Express s’est fendu d’un article tout en insinuations sur la personnalité du professeur. Le but est clair : déplacer le débat, en en supprimant le fond, pour le ramener à des considérations triviales du style « pro ou anti » ou « pour ou contre », selon que vous soyez un homme ou une femme, un homosexuel ou non, un catholique croyant ou non, etc. Il ne s’agit pas de raisonner sur ce que dit Henri Joyeux, mais, si vous êtes homo par exemple, de vous amener à juger ce qu’il dit à partir de ses positions anti mariage pour tous.

Pour les journalistes de l’Express, il faut des spécialistes pour tout. Pour pouvoir parler de quoi que ce soit, il faut être spécialisé dans le domaine pour le faire. L’auteure de l’article de l’Express, Cécile Casciano, doit certainement être une experte en Joyeuxlogie pour être si dithyrambique sur le personnage. En tout cas elle n’est pas experte en médecine, car il n’y a, à ce jour, aucune spécialisation médicale concernant les vaccins. La vaccinologie, ça n’existe pas. Tout médecin est habilité à en parler et c’est bien là le problème des journalistes qui veulent faire taire Henri Joyeux. Avec lui, ils se retrouvent devant un problème insoluble. Comment empêcher un professeur de médecine de parler de médecine avec la seule arme dont ils disposent et qu’ils utilisent à outrance : être un spécialiste ?

Si l’on acceptait la notion de spécialiste, autant la Ministre, madame Touraine, que les journalistes, seraient moins habilités à parler des vaccins que le professeur Joyeux, ou de n’importe quel autre praticien. Et puis, l’expertise ne donne pas forcément raison, les innombrables experts en tout genre dont la télévision est si friande nous le prouvent chaque jour.

Ne trouvant pas de véritable prise sur le terrain de l’expertise, l’Express cherche à ringardiser le professeur. Il l’accuse d’avoir des idées sur tout, des idées controversées sur les grands sujets sociétaux. C’est justement en cela que le Professeur Joyeux est une bénédiction. Il a la possibilité de s’exprimer à contre-courant dans un paysage médiatique monolithique et hostile, et d’être entendu. Ne serait-ce que pour ça, s’ils faisaient vraiment du journalisme à l’Express, ils devraient l’applaudir, même s’ils n’étaient pas en accord avec ses idées

http://reseauinternational.net/lexpress-sen-prend-au-professeur-henri-joyeux-mais-na-rien-a-se-mettre-sous-la-dent/

3566
Les propos de Charles Michel sur la Grèce suscitent un tollé: "Une déclaration arrogante et indigne".



L'appel du Premier ministre Charles Michel à "sonner la fin de la récréation" alors que son homologue grec Alexis Tsipras maintenait le bras de fer avec ses bailleurs de fonds, en marge d'un Sommet européen, a suscité un tollé jeudi sur les bancs de la gauche à la Chambre. "Propos inacceptable" alors que la Grèce connaît deux suicides par jour, un détricotage des pensions, une baisse des salaires de 40%, un chômage des jeunes de 60%, a lancé Raoul Hedebouw (PTB), appelant à des "excuses" après de telles "insultes". "Des mots scandaleux qui relèvent de l'injure et du mépris", a renchéri Frédéric Daerden (PS) condamnant une "déclaration arrogante et indigne".


"Nous voulons la solidarité mais pour le peuple grec"

Peu importe qu'elle vise l'Etat grec, son gouvernement ou son peuple, c'est "scandaleux", a-t-il répété, rappelant que le parti Syriza du Premier ministre Tsipras est arrivé au pouvoir après avoir été "plébiscité par le peuple grec". "Je pensais dans un premier temps que cet appel visait la politique européenne d'austérité qui est un échec mais non, le Premier ministre (belge) estime que ce n'est pas assez", a tonné Dirk Van der Maelen (sp.a). Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt a fustigé l'attitude "idéologique" de l'opposition. Il a souligné que le Premier ministre Michel avait lancé un "rappel à l'ordre" des gouvernements grecs successifs qui n'ont pas mené les réformes socio-économiques, un point de vue partagé par l'ensemble du gouvernement belge. "Nous voulons la solidarité mais pour le peuple grec", a dit le ministre N-VA dans une intervention prononcée en lieu et place du Premier ministre Michel retenu par le Sommet européen. M. Van Overtveldt a retracé le contexte historique de la situation de la Grèce qui est allée dans le mur en raison d'une union monétaire européenne incomplète et des politiques internes menées par Athènes.

 

Vives discussions à la Chambre

L'Europe et le FMI ont témoigné leur solidarité en injectant 240 milliards d'euros, a-t-il rappelé, en échange de quoi le gouvernement grec s'était engagé à des réformes. "Mais de ces 240 milliards d'euros, 11% seulement sont allés à l'économie réelle, le reste aux banques et au remboursement de la dette", a répliqué Raoul Hedebouw. "Il faut choisir entre l'Europe de la solidarité ou celle d'une zone euro de quelques pays qui mènent des politiques quasi-dictatoriales", a-t-il dénoncé en évoquant le "nouveau Traité de Versailles" que tente d'imposer l'ex-Troïka. Alors que Frédéric Daerden a appelé à "respecter la démocratie grecque", Dirk Van der Maelen a constaté que la solidarité européenne se limitait au refinancement des banques, allemandes et françaises, essentiellement. Il a mis en garde face à l'émergence de forces politiques "extrémistes", à gauche comme à droite, en cas d'obstination. Le débat était particulièrement animé jeudi à la Chambre sur la

http://www.rtl.be/info/belgique/politique/les-propos-de-charles-michel-sur-la-grece-creent-la-polemqiue-730492.aspx

3567
Un virus dangereux revient sur Facebook: il propose de découvrir… des images pornos à vos contacts

Un virus circule actuellement sur Facebook et touche de nombreux utilisateurs belges et français : ce dernier propose à vos contacts de recevoir des images pornographiques sur leur mur. Voici les conseils de la Computer Crime Unit pour éviter d’être infecté.



Ce virus avait déjà circulé sur le fameux réseau social Facebook en février dernier et il semble revenir en force depuis plusieurs jours selon RTL Info mais aussi Numerama. Un virus contracté en surfant des sites peu recommandables (des vidéos choquantes ou sexy, venues de l’étranger), crée le bazar sur le mur de nombreux utilisateurs. À cause de ce virus, il se peut ainsi que votre compte envoie des photos pornographiques sur les murs de vos amis, sans que vous le sachiez.

La Computer Crime Unit de la police fédérale propose ainsi quelques conseils pour éviter d’être infecté par ce virus. Evitez de cliquer sur les images et vidéos douteuses et louches. Et faites régulièrement un scan de votre ordinateur pour vérifier si vous avez un virus ou non. Changez également de mot de passe très régulièrement sur les réseaux sociaux que vous utilisez. N’hésitez pas, enfin, à prendre conseil auprès d’un informaticien si vous découvrez que votre compte est infecté.

http://www.sudinfo.be/1309930/article/2015-06-13/un-virus-dangereux-revient-sur-facebook-il-propose-de-decouvrir%E2%80%A6-des-images-porn?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

3568
Israël: Enquête sur sept soldats filmés en train de battre un Palestinien

L'armée israélienne a ouvert une enquête après la diffusion d'une vidéo montrant sept soldats frapper un Palestinien à terre dans le camp de réfugiés de Jalazoun, en Cisjordanie occupée, a-t-on indiqué dimanche de sources militaires.

La vidéo tournée lors d'une manifestation vendredi à Jalazoun, près de Ramallah, montre un Palestinien en venir aux mains avec deux soldats israéliens, avant de se retrouver entouré et maitrisé par sept soldats, dont un lui assène un coup de crosse sur la tête ce qui le fait tomber. Un des soldats lui assène ensuite plusieurs coups de genou au visage alors que le Palestinien est à terre. Il est ensuite emmené par les soldats.

Mesures disciplinaires

Selon l'armée cet incident s'est produit en marge d'une manifestation «violente de plusieurs dizaines» de Palestiniens qui ont lancé des pierres vers des soldats israéliens. Un officier a été légèrement blessé par un de ces projectiles. «La conduite de ces soldats n'est apparemment pas conforme à celle qu'on attend de soldats israéliens», a ajouté l'armée.

«Les soldats impliqués vont être traduits devant le commandement de leur régiment dimanche pour déterminer si des mesures disciplinaires doivent prises à leur encontre», a-t-on ajouté de mêmes sources.

http://www.20minutes.fr/monde/1630807-20150614-israel-enquete-sept-soldats-filmes-train-battre-palestinien

3569
MegaNet : Kim Dotcom évoque son projet "d'Internet" alternatif

Mentionné brièvement en début d'année, le projet MegaNet a de nouveau été évoqué cette semaine par Kim Dotcom.
Le fondateur de MegaUpload prévoit d'en dire plus le 20 janvier 2016. En attendant, il affirme que son réseau sera idéal pour la vie privée, le partage, la liberté d'expression et la sécurité.



Kim Dotcom refait parler de lui. Après avoir lancé un nouveau service de stockage à distance (Mega), un parti politique pro-Internet en Nouvelle-Zélande, une plateforme d'écoute de musique en streaming (Baboom) et une messagerie instantanée sécurisée (MegaChat), l'homme d'affaires germano-finlandais veut maintenant lancer un réseau en parallèle d'Internet, qu'il a baptisé MegaNet.

Les détails concernant MegaNet sont assez peu nombreux à l'heure actuelle, dans la mesure où Kim Dotcom compte profiter du quatrième anniversaire célébrant le raid de la police contre MegaUpload – qui aura eu lieu le 20 janvier 2016 – pour en dire plus. Il est notamment question d'une campagne de financement participatif, mais dont les contours sont encore imprécis.

Visiblement très confiant dans son projet, Kim Dotcom explique que MegaNet permettra de se débarrasser des attaques distribuées par déni de service (DDOS). "MegaNet porte tout à la fois sur la sécurité des données, la vie privée, la liberté de partager et de s'exprimer". L'homme prétend même qu'il sera capable de lever 100 millions de dollars (en plus du crowdfunding ?) pour financer MegaNet.

À première vue, le projet MegaNet s'apparente au principe du réseau maillé ("mesh") qui permet d'établir des connexions directes entre les appareils. On retrouve ce concept avec le protocole B.A.T.M.A.N., qui figure dans les Piratebox, dans les ampoules connectées LIFX avec le protocole 6LoWPAN, mais aussi dans l'application FireChat, une messagerie iOS basée sur le mesh P2P d'Apple.

Le réseau maillé permet de mettre en place une sorte de réseau Internet local dont la taille dépend du nombre de terminaux interconnectés, sans avoir besoin de passer par un FAI ou un opérateur de téléphonie mobile. Il permet aussi de constituer des réseaux dans des zones où l'accès à Internet fait défaut, comme dans les transports en commun.

Il offre aussi un bon moyen de communiquer sans censure et d'échapper à la surveillance de masse, en permettant d'éviter certains points de passage devenus des silos à données personnelles, à l'image des nombreux services proposés par les "GAFA" (Google, Apple, Facebook, Amazon, ainsi que les tous les autres du même acabit, comme Microsoft, Yahoo...), et qui sont de fait très prisés par les agences de renseignement.

Évidemment, plus il y a d'appareils reliés, plus le réseau mesh est résilient, stable et riche.

Il reste à savoir si MegaNet ira dans cette direction ou si Kim Dotcom créera la surprise en dévoilant un projet tout à fait différent. Rendez-vous le 20 janvier 2016 pour en savoir plus.


http://www.numerama.com/magazine/33386-meganet-kim-dotcom-evoque-son-projet-d-internet-alternatif.html

3570
Europe / Madrid et Barcelone aux mains de deux Indignées
« le: 14 juin 2015 à 19:17:08 »
Madrid et Barcelone aux mains de deux Indignées

Deux femmes issues du mouvement des Indignés espagnols se sont installées dans les fauteuils des mairies des deux principales villes du pays.

Les deux maires, fraîchement investies, veulent rompre avec les politiques du passé. Leur priorité : lutter contre l'exclusion et la pauvreté. Ada Colau à Barcelone et Manuela Carmena à Madrid, hier elles étaient Indignées, aujourd'hui elles sont maires. Les deux plus grandes villes espagnoles s'offrent à deux femmes.

Des mesures sociales fortes

Ce samedi 13 juin, dans l'après-midi, à Barcelone, Ada Colau, l'égérie des Indignés, soutenue par Podemos, est devenue officiellement maire de la ville. La jeune femme de 41 ans a su rallier plus de 176 000 électeurs, faisant de la deuxième ville la plus peuplée d'Espagne, le premier bastion du mouvement des Indignés.
En tant que maire, elle mettra un terme aux inégalités, stoppera les exclusions locatives et instaurera un revenu minimum de 600 euros. A Madrid, l'avènement de Manuela Carmena a été salué par des "vivas" et un slogan : "oui, c'est possible".

http://www.francetvinfo.fr/monde/espagne/madrid-et-barcelone-aux-mains-de-deux-indignees_950421.html