Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

3586
Sarkozy et Berlusconi, nus et amoureux pour un manga japonais !



Vous avez toujours fantasmé sur Nicolas Sarkozy ou Silvio Berlusconi ? Les Japonais les ont imaginés homosexuels et bodybuildés rien que pour vous.





Le Japon est bien connu pour ses films et mangas controversés. Adeptes des scènes parfois sexuellement douteuses et la plupart du temps très étranges ou perverses, les réalisateurs japonnais n’en finissent pas de surprendre le monde. Pourtant cette fois-ci, ils semblent avoir poussé le vice bien loin.

Par un curieux hasard, un internaute français est tombé sur un épisode spécial du manga Genshiken Nidaime. Si à la base le dessin-animé parle d’un groupe d’étudiants otaku, ici il s’est amusé à aller un peu plus loin.

Peace and love

Dans un épisode datant de 2013, les élèves se penchent sur le cas des couples homosexuels dans la politique. Et si les politiciens cachaient leur amour ? Alors que les noms Obama, Clinton ou encore Poutine sont énoncés, c’est le duo Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi qui apparaît alors à l’écran. Nus et bodybuildés, les deux hommes sont bien différents de la réalité, mais ont suffi à faire rire la France entière. Il faut dire que ce n’est pas tous les jours que vous pouvez voir une telle scène.



Cette histoire nous rappelle le téléfilm romantique qui contait l’histoire d’amour entre François Hollande et Angela Merkel. Une romance irréaliste, mais qui a bien fait rire la toile. À croire que le monde ne demande qu’une chose : que la politique cède à l’amour.

video :

3587
La commercialisation du Sativex, médicament à base de cannabis, bloquée en France à cause de son prix



Ce médicament est trop cher, selon le Comité économique des produits de santé.

Le Sativex, premier médicament à base de cannabis qui devait être vendu en France, a été interdit avant même sa commercialisation, selon une information de France Info, jeudi 11 juin. Le produit devait arriver dans les pharmacies en début d'année, mais sa vente a été bloquée par le Comité économique des produits de santé. Il reproche au laboratoire Almirall, qui le fabrique, de le vendre à un prix trop élevé.

Un médicament pour soulager de graves douleurs

Ce médicament, qui devait être délivré sur ordonnance, est destiné à soulager les douleurs liées à des maladies telles que la scléroses en plaque et se présente sous forme d'un spray à base de cannabis. Environ 5 000 malades attendraient en France de pouvoir utiliser ce médicament, toujours selon la radio, qui est déjà commercialisé dans 17 pays.

D'après France Info, le laboratoire Almirall et le Comité économique des produits de santé n'arrivent pas à s'entendre sur le prix. Le directeur du laboratoire assure pourtant avoir proposé "20% en dessous du prix européen. (...) Pour moi, c'est impossible d'un point de vue économique, ça ne couvre même pas mes frais fixes, donc je ne peux pas non plus vendre à perte".

http://www.francetvinfo.fr/sante/cannabis-la-commercialisation-du-sativex-bloquee-en-france-a-cause-de-son-prix_947201.html

3588
info - média france / Liste des élus de la honte
« le: 14 juin 2015 à 11:02:06 »
Liste des élus de la honte



3589
Bousculade et invectives au tribunal de Nanterre entre policiers et journalistes, à l'arrivée de Jean-Marie Le Pen

video : http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4e7343f894a6f677b10006b4/557ac8719473995de7d4eafc/c8a8004ec2da4bdaa4edf6281547e343?wmode=transparent&autoplay=1

Une très vive bousculade avant l'audience. Jean-Marie Le Pen a contesté, vendredi 12 juin, devant la justice sa suspension du Front national par les instances dirigeantes du parti qu'il a cofondé, qui se réunissent au même moment pour évoquer la suppression de son titre de président d'honneur.

L'arrivée au tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) du président d'honneur, suspendu du FN, a été marquée par une violente bousculade. En cause, l'absence de barrière pour séparer la presse de Jean-Marie Le Pen. "Lorsqu'il est sorti de l'ascenseur, les journalistes étaient massés devant la porte", raconte Ségolène Chaplin, journaliste pour LCI, contactée par francetv info. "Il s'est retrouvé acculé et s'est frayé un chemin jusqu'aux toilettes, où il s'est réfugié", poursuit la spécialiste justice de la chaîne d'information.

"Cette connasse m'a mordu"

"La meute a attendu devant la porte, et c'est quandle service d'ordre est arrivé, en poussant violemment les journalistes, que ça a dégénéré", raconte Ségolène Chaplin, qui se tenait à l'écart. Les images tournées par France 2 montrent le climat de tension qui régnait avant l'audience. Coups, mouvement de foule et invectives entre journalistes et force de l'ordre ont eu lieu.

Au moment où Jean-Marie Le Pen entrait dans la salle d'audience, "j'ai entendu une femme hurler et quand je me suis approchée, un policier a dit 'c'est cette connasse qui m'a mordu', mais je n'ai pas assisté à la scène", poursuit Ségolène Chaplin. La journaliste de l'AFPTV, mise en cause par un policier, "a été interpellée et on l'a vue sortir 10 minutes plus tard menottée".

Relâchée en fin d'après-midi, la journaliste reporter d'images, caméra à la main, s'est retrouvée "par la force des choses coincée entre un mur et un policier", a-t-elle raconté. Dans l'incapacité de "respirer et de faire son travail", elle reconnaît avoir "mordu légèrement" au bras l'un des policiers. La journaliste est convoquée au tribunal le 6 janvier 2016.

"Le tribunal a commis une erreur"

Selon une source policière, l'agent, qui fait partie de la Compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) des Hauts-de-Seine, "a été mordu alors qu'il était de dos et poussé par les journalistes, les bras tendus pour sécuriser le passage de la personnalité".

"Même si les meutes sont parfois chaotiques, c'est la première fois que je vois autant de violence", dit-elle aussi. Des barrières ont été posées pendant l'audience, "à la demande des journalistes". "A la sortie, tout s'est déroulé normalement", assure-t-elle. "Le tribunal a commis une erreur, et les policiers ont perdu leur calme alors qu'ils sont censés assurer l'ordre", conclut Ségolène Chaplin, encore "choquée".


http://www.francetvinfo.fr/politique/front-national/video-bousculade-et-invectives-au-tribunal-de-nanterre-entre-policiers-et-journalistes-a-l-arrivee-de-jean-marie-le-pen_948509.html

3590
36 sites internet bloqués en France. Lesquels et pourquoi ? Mystère.

Bernard Cazeneuve a indiqué dimanche que 36 sites internet avaient déjà été bloqués sur ordre du ministère de l'intérieur, sans qu'aucune explication détaillée ne soit fournie, ni que l'accusation aboutissant à la censure ne soit vérifiée par un magistrat.



Au détour d'un communiqué de presse sur les arrestations opérées dimanche matin relatives à la tentative d'attentat déjouée de Villejuif, le ministère de l'intérieur a fait savoir que 36 sites internet avaient d'ores et déjà fait l'objet d'une mesure de blocage administratif, dans le cadre d'une stratégie globale de lutte contre le terrorisme mise en oeuvre par la France, qui "ne connaît aucune pause".

"Elle est permanente et renforcée chaque jour par les moyens supplémentaires que le Gouvernement mobilise. Tous les jours, nous procédons à des interpellations, nous empêchons des départs vers la Syrie et interceptons des individus de retour sur notre sol. Tous les jours, nous portons des coups au terrorisme", se félicite le ministre de Bernard Cazeneuve.

"A ce jour, 1750 individus sont recensés pour leur implication à un titre ou à un autre dans les filières djihadistes. 113 français ou résidents en France ont trouvé la mort sur le théâtre des opérations. 130 procédures judiciaires concernant 650 personnes sont en cours pour des activités liées au terrorisme. 60 interdictions  administratives de sortie du territoire ont déjà été prononcées, et une cinquantaine d’autres sont en cours d’instruction. 36 sites Internet faisant l’apologie du terrorisme ont déjà fait l’objet d’une mesure de blocage. Les mesures de la loi antiterroriste du 13 novembre dernier sont toutes en application. Les renforts supplémentaires pour nos services de renseignements annoncés par le Premier Ministre en janvier se mettent en place dans les délais prévus. Tous les services placés sous ma direction travaillent dans une totale coordination".

UNE CERTAINE VISION DE LA DÉMOCRATIE

Une totale coordination, mais pas une totale transparence. Comme le prévoit la loi anti-terrorisme de novembre 2014 qui n'a pas été présentée au Conseil constitutionnel, la liste des sites à bloquer établie par les services de l'Etat est transmise sans aucun contrôle judiciaire aux FAI, dans le plus grand secret. Théoriquement, la procédure permet de contester le blocage après-coup, si l'on estime qu'il est abusif, soit que l'on édite un site censuré, soit que l'on soit lecteur d'un site censuré, privé de la liberté d'accéder à l'information (qui est un droit de l'homme à part entière, et même "la pierre de touches de toutes les libertés" selon la toute première session de l'ONU en 1946). Mais comme l'a démontré les suites données à notre recours contre le blocage d'un média indépendant (Islamic-News.info) accusé de faire l'apologie du terrorisme, le ministère de l'intérieur ne juge pas utile de répondre aux demandes de levées de blocage, ni de se justifier. Il nous faudra aller jusqu'aux tribunaux, et peut-être jusqu'à une QPC, pour que soit peut-être enfin remis en cause le pouvoir confié à la police de censurer un média sans aucune explication ni aucun contrôle.

Existe-t-il, parmi les 36 sites bloqués, d'autres cas contestables comme celui du site Islamic-News ? Sauf à tomber par hasard sur un site bloqué, ou à en être averti par un tiers, il n'existe aucun moyen de le savoir. Ceci au nom de la lutte d'une démocratie contre l'autoritarisme islamiste.


http://www.numerama.com/magazine/33314-36-sites-internet-bloques-en-france-lesquels-et-pourquoi-mystere.html

3591
36 sites Internet bloqués par le ministère de l’Intérieur dans l’opacité la plus totale

Bernard Cazeneuve a indiqué dimanche que 36 sites Internet avaient déjà été bloqués sur ordre du ministère de l’Intérieur, sans qu’aucune explication détaillée ne soit fournie, ni que l’accusation aboutissant à la censure ne soit vérifiée par un magistrat.

Au détour d’un communiqué de presse sur les arrestations opérées dimanche matin relatives à la tentative d’attentat déjouée de Villejuif, le ministère de l’Intérieur a fait savoir que 36 sites Internet avaient d’ores et déjà fait l’objet d’une mesure de blocage administratif, dans le cadre d’une stratégie globale de lutte contre le terrorisme mise en œuvre par la France, qui « ne connaît aucune pause ».

« Elle est permanente et renforcée chaque jour par les moyens supplémentaires que le Gouvernement mobilise. Tous les jours, nous procédons à des interpellations, nous empêchons des départs vers la Syrie et interceptons des individus de retour sur notre sol. Tous les jours, nous portons des coups au terrorisme », se félicite le ministre Bernard Cazeneuve.

« À ce jour, 1750 individus sont recensés pour leur implication à un titre ou à un autre dans les filières djihadistes. 113 français ou résidents en France ont trouvé la mort sur le théâtre des opérations. 130 procédures judiciaires concernant 650 personnes sont en cours pour des activités liées au terrorisme. 60 interdictions administratives de sortie du territoire ont déjà été prononcées, et une cinquantaine d’autres sont en cours d’instruction. 36 sites Internet faisant l’apologie du terrorisme ont déjà fait l’objet d’une mesure de blocage. Les mesures de la loi antiterroriste du 13 novembre dernier sont toutes en application. Les renforts supplémentaires pour nos services de renseignements annoncés par le Premier ministre en janvier se mettent en place dans les délais prévus. Tous les services placés sous ma direction travaillent dans une totale coordination. »

http://www.egaliteetreconciliation.fr/36-sites-Internet-bloques-par-le-ministere-de-l-Interieur-dans-l-opacite-la-plus-totale-33348.html

3592
Facebook a déjà coopéré avec 71 pays pour surveiller ses utilisateurs

•Facebook a publié mardi un rapport international des demandes gouvernementales.
•La police peut demander au réseau social de lui communiquer les données de certains utilisateurs.
•Les États-Unis sont en tête des pays qui enquêtent le plus sur le réseau social, la France cinquième.













Cliquez, vous êtes surveillés! Facebook a publié mardi son tout premier rapport international des demandes gouvernementales. Ce dernier révèle les pays ayant demandé au réseau social des informations sur certains utilisateurs dans le cadre d'enquêtes officielles, entre le 1er janvier et le 30 juin 2013. Ce sont en tout 71 gouvernements qui ont fait plus de 25.000 demandes de ce genre auprès de Facebook.

Un besoin de transparence

Les services de police du monde entier peuvent faire une demande de données enregistrées sur Facebook. «La grande majorité de ces demandes sont liées à des affaires criminelles, telles que des vols ou des kidnappings», explique Colin Stretch, directeur juridique du réseau social, dans le rapport. Néanmoins, il peut également s'agir d'affaires plus complexes relatives à la sécurité nationale, par exemple la surveillance de personnes soupçonnées de préparer des actes terroristes. «Dans la plupart de ces cas, ces demandes officielles recherchent des informations de base sur les abonnés, comme le nom et la durée de service, continue Colin Stretch, d'autres requêtes peuvent également concerner des journaux d'adresses IP ou du contenu de compte.» Les conditions entourant ces demandes officielles peuvent être consultées dans les règles de sécurité de Facebook.




Les États-Unis sont le pays ayant fait le plus de demandes de données personnelles à Facebook au premier trimestre 2013. Il a communiqué entre 11.000 et 12.000 requêtes de ce genre au réseau social, concernant entre 20.000 et 21.000 utilisateurs du site. Dans 79% des cas, Facebook a révélé au moins une partie des données réclamées. Néanmoins, le réseau social n'a pas été autorisé à communiquer les chiffres exacts relatifs aux demandes des États-Unis, se contentant d'une fourchette de résultats. Depuis les révélations du programme de surveillance Prism, les géants du Web - dont Google et Microsoft - veulent montrer patte blanche aux internautes en instaurant une transparence sur leurs liens avec les autorités américaines. Le but: prouver que le gouvernement ne peut pas se servir comme bon lui semble dans leurs serveurs et qu'ils gardent le contrôle de ces procédures de surveillance. Néanmoins, les autorités américaines se montrent réticentes et n'autorisent pour l'instant qu'une publication partielle de ces informations.

La France en cinquième position

Sur le podium des pays les plus friands des données personnelles de leurs citoyens, on retrouve ensuite l'Inde avec 3245 demandes concernant 4144 personnes. Viennent ensuite le Royaume-Uni et l'Allemagne. La France arrive en 5e position, avec 1547 demandes effectuées sur 1598 personnes au premier trimestre 2013.

D'autres pays attirent l'attention autrement que par leur nombre de requêtes. Le site The Verge s'est par exemple intéressé au cas de la Turquie, qui a effectué 96 demandes officielles de renseignement sur 170 utilisateurs de Facebook. Or, le réseau social avait nié avoir coopéré avec le gouvernement turc en juin, alors qu'on soupçonnait ce dernier de lui avoir réclamé des informations sur certains manifestants présents place Taksim. Facebook avait affirmé avoir refusé toute demande de ce type de la part des autorités. Mais selon le rapport publié mardi, 47% des requêtes de la Turquie ont finalement été honorées par le site.

http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2013/08/28/32001-20130828ARTFIG00364-facebook-a-deja-coopere-avec-71-pays-pour-surveiller-ses-utilisateurs.php

3593
Facebook : un proche pourra bientôt gérer votre profil à titre posthume






Facebook a annoncé jeudi la mise en place d'une fonction permettant à un internaute de choisir un proche qui pourra gérer son profil après sa mort.

 




Dans un communiqué publié jeudi sur Facebook, des responsables techniques du réseau social américain ont annoncé la mise en place d’un statut de "légataire" qui pourra accéder à titre posthume au profil d’un proche disparu.

"Facebook est un endroit pour partager et se rapprocher de sa famille et de ses amis. Et, pour plusieurs d'entre nous, il s'agit d'un endroit pour se souvenir et rendre à hommage à ceux qui nous ont quittés", a expliqué Facebook sur son blog, repris par Europe 1.

De nombreux internautes s’étaient indignés de ne pas pouvoir accéder aux profils de leurs proches disparus. "Après avoir parlé avec des gens qui ont vécu la perte d'un proche, nous avons réalisé que nous pouvions en faire davantage pour les personnes endeuillées et pour ceux qui veulent garder le contrôle sur leur compte après leur mort".

Le compte définitivement supprimé ?

Le responsable légal du profil de l’internaute disparu pourra ainsi désormais écrire un article qui sera affiché en haut de la timeline (par exemple pour annoncer une commémoration ou pour partager un message spécial), répondre aux demandes de nouveaux amis des membres de la famille et des amis qui n’étaient pas encore connectés sur Facebook et enfin mettre à jour la photo de profil et la photo de couverture.

http://www.planet.fr/high-tech-facebook-un-proche-pourra-bientot-gerer-votre-profil-a-titre-posthume.798143.1506.html?xtor=ES-14-788761%5BPlanet-Mi-journee%5D-20150213

3594
«Bénéfices de la santé publique» : une annexe secrète au TPP est parue sur WikiLeaks



WikiLeaks continue à nous renseigner sur l’Accord de partenariat transpacifique (TPP). Les notes divulguées concernent le système de santé des Etats-Unis et feraient le jeu des grandes entreprises pharmaceutiques selon des organisations militantes.

Les pourparlers secrets au sujet du TPP ont montré qu’une Annexe sur le Système de santé cherche à réguler les politiques nationales en ce qui concerne les médicaments et les appareils médicaux. WikiLeaks souligne que cet accord «force les autorités sanitaires à informer davantage les grandes entreprises pharmaceutiques sur les décisions nationales prises en matière d’accès public aux médicaments».

L’accord négocié en secret a été fermement condamné par des professionnels de la santé et des activistes dans beaucoup de pays, étant donné qu’il pourrait «autoriser de grandes entreprises pharmaceutiques à demander des taux de remboursement plus élevés pour leurs médicaments aux Etats-Unis et à l’étranger au détriment du consommateur», rapporte the New York Times. «Les négociateurs américains continuent à pousser les gouvernements des parties concernées à accepter le principe d’une régulation des taux de remboursement des médicaments et des appareils médicaux».




La révélation la plus récente relie l’Annexe sur le transparence et l’équité procédurale en ce qui concerne les produits pharmaceutiques et les dispositifs médicaux à la note secrète relative au chapitre Transparence de l’Accord.    L’Annexe est datée de décembre 2014 et contenait une clause de restriction de publication courant sur quatre ans l’entrée en vigueur du TPP.

Les géants pharmaceutiques, qui basés dans la plupart des cas aux Etats-Unis, «protègent leurs bénéfices de la la santé publique», estime WikiLeaks. Les acheteurs de médicaments dans les pays pauvres pourraient souffrir de l’accord car aucun gouvernement ou population locale «ne peuvent se permettre de payer pour des médicaments des tarifs tels que ceux pratiqués en Occident».



«A mon avis, c’est bien dommage que cette annexe soit toujours envisagée dans le cadre du TTP», a déploré Deborah Gleeson, enseignante à l’Ecole de psychologie et de santé publique à l’Université La Trobe en Australie. Gleeson est sûre que, dans ce cas-là ce n’est pas une question de la transparence, mais plutôt «de régulation des prix».

Les détails récemment publiés concernant les négociations secrètes du traité entre les 12 Etats parties a inquiété notamment des experts d’Australie et de Nouvelle-Zélande. Les négociations secrètes auraient révélé que le Régime des prestations pharmaceutiques (PBS) australien peut être ébranlé à cause de l’augmentation des prix des médicaments dans le pays. «Les négociateurs américains ont promu agressivement une clause qui favorise le groupes pharmaceutiques mondiaux au détriment des gouvernements nationaux et des systèmes de santé publique», a souligné le Sydney Morning Herald.

Ce n’est pas pour la première fois que l’Annexe s’est présentée au public – le document secret avait été déjà publié en 2011. Bien que certaines clauses nuisibles pour le système de la santé aient été enlevées, il reste toujours un nombre «de questions sérieuses et d’inquiétudes», selon le think tank américain Public Citizen. Plus de 25 chapitres du document restent toujours secrètes.


Un accord de libre-échange entre les Etats-Unis et onze autres Etats, y compris des pays comme l’Australie, le Japon, le Pérou et le Vietnam a été négocié à huit clos pendant plusieurs années. Selon Public Citizen, une fois le TPP signé, les Etats-Unis ont «l’ambition» d’appliquer les mêmes termes à tous les Etats parties au forum Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC), soit 40% de la population mondiale.


http://francais.rt.com/international/3215-tpp-sante-publique-annexe-secrete

3595
Des dizaines de colons prennent d’assaut la mosquée al-Aqsa et gênent les Palestiniens



JERUSALEM – CIP

 Des groupes de colons ont pris d'assaut, dimache 7 juin, les cours de la Mosquée al-Aqsa, à travers la porte des Magrébins au milieu de la résistance des fidèles.


 Des sources locales  ont déclaré qu'environ 30 colons juifs extrémistes ont fait irruption dans les cours d'al-Aqsa, depuis les premières heures du matin, de façon provocatrice, tandis que les forces de la police israélienne leur ont fourni une protection sécuritaire lors de la prise d’assaut et des visites profanatrices effectuées à l'intérieur de la mosquée al-Aqsa.

 Les fideles de la mosquée ont essayé de les empêcher sans victimes signalées.


 Il est à noter que les incursions des colons extrémistes se sont intensifiées au cours de la période récente,  pour  exercer des rituels talmudiques à l'intérieur de la mosquée sainte, sous protection de la police sioniste

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=41209#at_pco=smlwn-1.0&at_si=557bd8c6460a63e5&at_ab=per-2&at_pos=0&at_tot=1

3596
Assassinat d’un cadre de Hamas dès sa sortie de la mosquée de Jenine



Jénine -CPI


 Ce matin à  l’aube, dans le camp de réfugiés de Cisjordanie Jénine nord, un cadre du  Mouvement de résistance islamique (Hamas) est assassiné, après la prise d'assaut des force de l 'occupation israélienne du camp, dans le cadre d'une campagne d'arrestations.


 Des sources locales ont déclaré à notre  correspondant que les soldats  ont directement  tiré sur le jeune homme Izeddine  Walid Beni Ghorra (23ans) par surprise, dès sa sortie de la grande mosquée de Jenine, après la prière de l’aube, où il a reçu  plusieurs coups de feu à la poitrine, qui ont conduit à sa mort.


 Les témoins ont confirmé que le raid n’a duré que dix minutes, ce qui confirme que l'objectif était seulement l'assassinat du jeune homme.


 Le corps a été transféré à hôpital de Jénine. Les préparations des funérailles  débuteront dans un climat  de tension  dans la ville.


 Le Hamas a déclaré, que  la résistance et le Jihad ne sont pas un choix pour libérer le pays, mais une obligation ; et c’est le seul  moyen pour vaincre l'occupation,  et  a invité les présents  à participer  aux  funéraires qui se dérouleront cet après l'après-midi.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=41248#at_pco=smlwn-1.0&at_si=557bd05d4861a419&at_ab=per-2&at_pos=0&at_tot=1

3597
Les portails sionistes séparent les agriculteurs palestiniens de leurs terrains



Tulkarem – CPI

Entre leurs terres, leurs terrains, leurs sources de vie et leurs habitations, des portails, installés par les occupants sionistes, rendent le mouvement des agriculteurs du sud du département de Tulkarem difficiles, voire impossible. Des portails hissés pour épuiser les Palestiniens, pour qu’ils baissent les bras, pour qu’ils quittent leurs terres. Mais ces Palestiniens confirment qu’ils résistent, en dépit de tous les crimes de l’occupation.

Face aux portails fermés du mur de séparation discriminatoire, on remarque les agriculteurs s’entasser, essayant d’arriver à leurs centaines d’hectares qu’ils possèdent. Les occupants sionistes ne leur autorisent d’y aller que pendant des durées très limitées. Et malgré ces temps limités, les fermiers font tout, mettent tous leurs efforts, rassemblent leurs forces pour sauver ce qu’ils peuvent de leurs terrains et pour mettre en échec les projets sionistes qui veulent détruire les terrains palestiniens et le moral des fermiers palestiniens et les pousser à quitter leur terre.

Fermetures à répétition

L’armée de l’occupation sioniste pratique des violations de toutes sortes envers les agriculteurs palestiniens du sud du département de Tulkarem, au nord de la Cisjordanie. Elle les empêche d’atteindre leurs terrains se trouvant derrière le mur de séparation discriminatoire, par des fermetures répétées de ses portails.

A remarquer que les six bourgades d’Al-Kafryat et le village de Flamya, au sud du département de Tulkarem, n’ont qu’un point de passage vers leurs terrains agricoles de plusieurs centaines d’hectares.

A ce portail de Flamya, les soldats de l’occupation sioniste ne donnent qu’un temps limité aux agriculteurs pour passer. Par leurs mesures de sécurité exagérées délibérément, souvent, il ne reste pas assez de temps aux fermiers pour travailler leur terre et soigner leurs récoltes. La terre et ses récoltes vont dorénavant à leur perte.

L’agriculteur Hossam Toba, du village de Kafr Jamal, confirme que les occupants sionistes ouvrent le portail de Flamya trois fois par jour, pour un total d’une heure et demie seulement.

Depuis le petit matin, les fermiers attendent l’ouverture du portail pour quitter leurs terrains agricoles, dit-il : « L’armée de l’occupation sioniste restreint nos mouvements… Une injustice pratiquée contre nous et contre nos récoltes agricoles ».

La destruction des plantes

L’interdiction imposée aux fermiers palestiniens d’arriver à leurs terrains cause la perte de grandes quantités de produits agricoles, produits qui ont besoin d’un soin quotidien et perpétuel.

En outre, les occupants sionistes peuvent fermer le portail pour plusieurs jours. A cause d’une telle fermeture, l’agriculteur Fras Chahwan a perdu quelque mille caisses de goyaves.

Malgré toutes ces restrictions et tous ces agissements, Chahwan garde l’esprit de défi. « Nous restons sur notre terre, en dépit de toutes ces pertes causées par l’occupation », dit-il tout en appelant tout le monde à les soutenir.

Appel de secours

Les agriculteurs palestiniens continuent leur résistance et leur défi et appellent à venir à leur secours face aux mesures abusives de l’occupation.

Beaucoup regardent le portail de Flamya avec inquiétude. Cette porte constitue un danger pour l’avenir de l’agriculture, des agriculteurs et de leurs familles.

Abdou Al-Ghani Morchid, président de la municipalité d’Al-Kafryat, souligne que tous les agriculteurs refusent les mesures de l’occupation sioniste sur le portail agricole numéro 914.

Pour sa part, Mohanned Chawer, directeur général de la coordination civile à Qalqilia, confirme que son service essaie, en contactant toutes les parties, de rendre plus facile le travail des agriculteurs sur leurs terrains.

A noter finalement que le mur de séparation discriminatoire a déjà dévoré des dizaines d’hectares de terrains de cette zone riche en oliviers, en goyaves et en agrumes.

http://french.palinfo.com/site/pages/details.aspx?itemid=41245

3598
Europe / Podemos veut exporter son modèle en Europe
« le: 13 juin 2015 à 09:15:22 »
Podemos veut exporter son modèle en Europe





Fort de ses succès aux élections municipales en Espagne, le parti des Indignés veut promouvoir d’autres façons de faire de la politique. Ses leaders publient un manifeste, “Podemos, sûr que nous pouvons !”. Un mode d’emploi à appliquer à toute l’Europe.
 
   

Podemos a le vent en poupe. Grâce à ses performances inattendues lors des élections municipales en Espagne, le parti des Indignés est en passe de remporter les villes de Madrid et Barcelone. Ses leaders rêvent d’un avenir à la Syriza, en remportant les élections générales de novembre prochain. Mais pas seulement.

En publiant Podemos, sûr que nous pouvons ! (traduction de Claro que Podemos, éditions Los libros del lince, 2014) Carolina Bescansa, Íñigo Errejón, Pablo Iglesias et Juan Carlos Monedero, les quatre instigateurs du mouvement, entendent exporter leur modèle. Dans ce livre-manifeste, ils reviennent sur la création du mouvement, entre innovation politique et inspiration post-marxiste. L’ouvrage sera d’abord disponible en France, Belgique, Suisse et Québec. Si les dates ne sont pas fixées, son éditeur français Indigène (également éditeur du best-seller Indignez-vous !  de Stéphane Hessel) s’efforce de le distribuer dans toute l’Europe, voire dans le monde.

Adapter son discours à son époque

Anciens étudiants en sciences politiques de l’université Complutense à Madrid, les quatre futurs leaders de Podemos ont décidé d’appliquer à la réalité ce qu’ils ont appris dans les amphis. Influencés par les théories post-marxiste d’Antonio Gramsci et du couple Ernesto Laclau et Chantal Mouffe, ils plaident pour une démocratie radicale. Autrement dit, faire appliquer dans les faits les idéaux et valeurs de la démocratie.

Mais pour Iglesias et ses complices, le vocabulaire théorique n’est pas suffisamment intelligible pour les citoyens. Les notions “d’antagonisme des classes”, de “prolétariat” et de “bourgeoisie”, sont trop connotées, trop floues, trop conceptuelles, presque ésotériques. Alors les futurs leaders de Podemos décident de garder le contenu, mais de modifier la mise en page. “Ils ont inventé un discours audible, qui n’est pas détourné de son sens”, souligne Sylvie Crossman, directrice des éditions Indigène. Désormais, il est question de “caste”, de pouvoir “financier”, qui s’est “accaparé la démocratie à son profit”. Un discours clarifié et diffusé via l’émission La Tuerka.

La Tuerka : “Le coup de génie”

“Si les médias ne viennent pas à toi, deviens toi-même le média”, écrit Pablo Iglesias. En Espagne, la droite monopolise le débat politique à la télé, boudée par la gauche. Alors pour se faire connaître, Iglesias et ses camarades créent leur propre émission en 2010. Intitulée La Tuerka (l’écrou), elle est diffusée sur une chaîne communautaire madrilène. Des débats politiques y sont présentés (ainsi ci-dessous, une rencontre avec Thomas Piketty)  et Pablo Iglesias s’exerce chaque soir au “monologue”, des interventions courtes sur un sujet d’actualité ou d’histoire, souvent avec un ton piquant.



http://www.informaction.info/iframe-podemos-veut-exporter-son-modele-en-europe

3599
Nicolas Sarkozy : « La défense d’Israël est le combat de ma vie »

Lors de la visite de Nicolas Sarkozy en visite en Israël où il a rencontré le premier Ministre Benjamin Netanyahu, notre ancien président s’est fendu d’un commentaire sans équivoque : « la défense d’Israël est le combat de ma vie ».

video :

3600
La Chine apporte une contribution tangible à la lutte contre le changement climatique (Li Keqiang)

La Chine a apporté une contribution tangible à la lutte internationale contre le changement climatique et est devenue champion du monde en termes d'économie d'énergie et d'utilisation des énergies nouvelles et renouvelables, a déclaré vendredi le Premier ministre chinois Li Keqiang.

Li Keqiang, également président du Groupe de pilotage national pour la lutte contre le changement climatique, l'économie d'énergie et la réduction des émissions, s'est ainsi exprimé alors qu'il présidait une réunion dudit groupe pour étudier le document sur les contributions prévues déterminées au niveau national que la Chine soumettra à la Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements climatiques (CCNUCC).

Le Premier ministre a affirmé l'engagement de la Chine pour promouvoir une application intégrale, efficace et durable de la CCNUCC, travailler avec toutes les parties à faire aboutir la Conférence de Paris sur le climat à un accord global, équilibré et ambitieux, mener activement des consultations bilatérales et multilatérales, et surtout renforcer encore davantage la coopération Sud-Sud contre le changement climatique.

La Chine est prête à créer un fonds de coopération Sud-Sud contre le changement climatique, à accompagner et à soutenir, dans la mesure de ses moyens, les petits Etats insulaires, les pays les moins développés et les pays en développement tels que les pays africains dans les domaines du financement, des technologies et du renforcement des capacités, afin de contribuer ensemble à l'instauration d'un régime mondial du climat qui soit juste, raisonnable, coopératif et gagnant-gagnant et à la construction d'un meilleur foyer pour l'Humanité, a-t-il souligné.

En 2014, l'intensité énergétique et l'intensité carbonique en Chine ont baissé respectivement de 29,9% et de 33,8% par rapport à 2005, ce qui permettra d'atteindre les objectifs contraignants en matière d'économie d'énergie et de réduction des émissions, prévus dans le 12e Plan quinquennal, a-t-il poursuivi.

"Le gouvernement chinois, très attaché à la lutte contre le changement climatique, a fait du développement de l'économie verte, faiblement carbonée et circulaire un volet important de l'édification de la civilisation écologique, pris une série d'initiatives et obtenu des résultats notables", a expliqué M. Li.

Selon le Premier ministre, lutter activement contre le changement climatique constitue non seulement un effort important pour garantir la sécurité économique, énergétique, écologique et alimentaire, ainsi que la sécurité des Chinois et de leurs biens et promouvoir le développement durable en Chine, mais également une responsabilité que la Chine a à assumer pour participer en profondeur à la gouvernance mondiale, construire avec les autres pays une communauté de destin et promouvoir le développement partagé.

La Chine, en tant que grand pays responsable, remplira des obligations internationales correspondant à ses réalités nationales, à son stade de développement et à ses capacités effectives, à la lumière des principes des responsabilités communes mais différenciées, de l'équité et des capacités respectives, a-t-il promis.

La Chine continuera, selon l'objectif d'atteindre le pic de ses émissions de CO2 autour de 2030 et de s'efforcer de l'atteindre au plus tôt, à travailler activement pour renforcer l'économie d'énergie et la réduction des émissions, à baisser considérablement l'intensité carbonique, à accroître davantage la part des énergies non fossiles dans la consommation énergétique primaire et son stock forestier, à améliorer sans cesse ses capacités d'atténuation et d'adaptation face au changement climatique, et à faire le maximum pour favoriser la transition verte et bas carbone dans le monde et l'innovation quant aux voies de développement, a poursuivi M. Li.

Rappelant que le développement est la première priorité pour la Chine, un pays en développement, Li Keqiang a mis l'accent sur l'importance cruciale de s'appuyer sur la restructuration économique et la montée en gamme du développement pour élargir la voie de croissance économique et d'amélioration environnementale face aux multiples défis tels que les risques baissiers pesant sur la conjoncture économique et le changement climatique.

Il a souligné l'impératif de s'attacher aux politiques fondamentales de l'économie de ressources naturelles et de la protection de l'environnement, de mettre en oeuvre la stratégie nationale de lutter activement contre le changement climatique, et d'étudier et d'élaborer une feuille de route sur un développement bas carbone à long terme.

Il a insisté sur la nécessité de poursuivre l'approfondissement de la réforme, de faire de l'innovation un moteur de développement et de favoriser, à travers la démocratisation de la création d'entreprises et de l'innovation, l'émergence de nouvelles technologies, de nouveaux produits et de nouveaux modes de développement, le développement des secteurs de l'économie d'énergie et de la protection de l'environnement, et un contrôle strict de l'expansion des secteurs très énergivores et polluants, de sorte à mettre en place un tissu industriel sobre en carbone et en consommation énergétique, à promouvoir de nouveaux gisements de croissance et un développement sain de l'économie.

M. Li a appelé à accroître les efforts pour appliquer la stratégie dite "Fabriqué en Chine 2025" et faire avancer le plan d'action "Internet+" de manière à rendre les industries traditionnelles et les modes de vie plus intelligents et plus verts.

Il a également mis en exergue l'impératif pour le gouvernement d'investir davantage dans les biens publics et les infrastructures écologiques et l'importance d'explorer de nouveaux mécanismes d'investissement et de financement comme le partenariat public-privé. Selon lui, il faut élargir la coopération industrielle internationale en répondant à l'appel mondial en matière de développement vert et bas carbone afin de promouvoir le passage de l'industrie chinoise vers le moyen et haut de gamme.

Zhang Gaoli, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois et vice-Premier ministre, était présent à la réunion.

http://www.chine-informations.com/actualite/cn/la-chine-apporte-une-contribution-tangible-a-la-lutte-contre-le_77542.html