Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

3826
les bases / comment devenir un hacker eps 2
« le: 07 juin 2015 à 18:34:57 »
comment devenir un hacker eps 2


3827
les bases / comment devenir un hacker eps 1
« le: 07 juin 2015 à 18:33:41 »
comment devenir un hacker eps 1


3828
Anonymous dit comment devenir un hacker ou un tracker ou pirate informatique


3829
Video divers / La video qui a fais pleurer le monde entier
« le: 07 juin 2015 à 18:32:02 »
La video qui a fais pleurer le monde entier


3830
ANONYMOUS - Code de conduite - (VOSTFR).avi


3831
Une petite fille de 6 ans meurt ébouillantée pour sauver son petit frère

HÉROÏQUE - En Russie, une fillette de 6 ans est morte dans des conditions terribles en sauvant son frère.
Brûlée au troisième degré, elle n'a pas survécu à ses blessures.




Un geste héroïque, suivi d'un terrible drame. En sauvant la vie de son petit frère de 18 mois, une fillette russe de 6 ans, sérieusement brûlée, n'a pas survécu à ses blessures, rapportent plusieurs médias russes, cités par le Daily Mail.

Dans leur maison du village de Suuk-Chishma, situé dans l'ouest de la Russie, la petite Macha Yantuganova jouait avec son petit frère, alors que ses parents se trouvaient dehors. Le jeu a ensuite tourné au drame, lorsque le petit Dima s'est pris les pieds dans dans le câble de la bouilloire électrique. Sans hésiter, alors que l'eau se renverse sur la table, sa soeur se jette alors pour le protéger, se brûlant au troisième degré sur 60% de son corps.

La fillette n'aurait pas été secourue

Le terrible cauchemar ne s'arrête pas là pour cette famille russe. Après avoir tenté de joindre les secours, sans succès, la mère emprunte la voiture du voisin pour l'emmener à l'hôpital. Là encore, les secours ne sont pas au rendez-vous.

La mère aurait ainsi attendu une heure avant que ses enfants ne soient pris en charge. Les médecins auraient finalement soigné son fils avec de la pommade, avouant ensuite ne plus en avoir suffisamment pour la petite fille, qui décédera quelques heures plus tard, après avoir été placée en soins intensifs.

Un drame terrible mais évitable selon la mère. "Mon fils Dima était brûlé sur 40 % du corps mais il s’en est sorti car il a été soigné. Ma fille, elle, est morte car on ne l’a pas secourue", a-t-elle déploré dans les médias russes.


http://www.metronews.fr/info/une-petite-fille-de-6-ans-meurt-ebouillantee-pour-sauver-son-petit-frere/mofg!quqSmdOXKJOpo/

3832

[1] On notera que le Dr Ewen Cameron, qui a testé les drogues, les électrochocs, la privation sensorielle, et j’en passe, sur des cobayes qui n’étaient pas du tout volontaires dans le cadre de ce programme MK Ultra, a été l’un des présidents de l’American Psychiatric Association, qui rédige tous les quatre ans le DSM, qui recense les maladies mentales officielles et qui fait autorité en matière psychiatrique.


[2] D’ailleurs, aujourd’hui France 3 fait comme si ce reportage n’avait jamais existé : si vous en demandez une copie ou la référence, on vous répond qu’il n’existe pas !


[3] Toutefois, dans l’affaire du réseau d’Angers comme à Outreau, ceux qui tiraient les ficelles du réseau n’ont même pas été inquiétés. On lisait encore dans le Parisien en 2005 que « une instruction est toujours en cours à Angers afin de reconnaître les individus non identifiés, cachés sous des cagoules pour violer des enfants ».  C’est un cas classique de saucissonnage d’une enquête, comme à Outreau : on sépare les dossiers afin d’obtenir un maximum d’acquittements, de non lieux, voir on enterre carrément les affaires gênantes sans même faire mine d’organiser un procès. D’ailleurs, on peut noter la similarité avec le réseau d’Outreau : des chômeurs qui ne vivent que d’allocations louent leurs enfants à des personnes plus ou moins identifiées mais qui parviennent à se tirer des griffes de la justice, et pour les plus élevés d’entre eux, à ne même pas être inquiétés.


[4] La mère Liaigre, Marie pierre Collasseau a pris 16 ans de taule en 2001, son mari Georges Liaigre n’a pris que 12 ans mais les charges de proxénétisme ont été laissées de côté dans leurs cas, contrairement à Outreau. Ils ont fait appel


[5] Ce qui est sans doute une piste incomplète, car le lieu désigné par Véronique à Granges-sur-Lot comme étant celui où la petite Marion serait enterrée a été perquisitionné sans rien donner semble-t-il.


[6] On notera qu’à la grande époque Alègre, près de 200 morts sont restées «mystérieuses », en plus des nombreux meurtres classés en tant que suicides.


http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/05/11/27129089.html

3833
Quant à la Belgique:

Ici, il s’agit du témoin X1, Régina Louf, qui a témoigné dans le cadre de l’affaire Dutroux. Elle a expliqué que durant toute son enfance, ses parents l'ont prostituée d'abord chez sa grand-mère puis dans des soirées où elle a vu plusieurs meurtres d’enfants commis semble-t-il par pur sadisme, par des tarés dont certains étaient très bien placés.

Il y a eu au total une dizaine de témoins à évoquer ces partouzes, dans diverses villas, golfs et châteaux à travers toute la Belgique. Certains de ces témoins ont évoqué les mêmes soirées, organisées de la même manière, mais avec en plus l’aspect rituel.

Toutefois, même sans « le folklore » rituel, la façon dont les sévices sont infligés aux enfants est digne des pires conditionnements et le résultat est le même pour les victimes. Et on retombe toujours sur des meurtres, des viols collectifs, de la consommation massive de drogues dures et d'alcool. On a aussi, toujours, ce système de chantage, qui permet à tout le monde de se tenir par la barbichette.

video :

Au cours de cette affaire Dutroux et des investigations sur le réseau pédophile qui n’existe pas, un témoin a parlé de messes satanistes à Gand, dans la haute société, avec des viols collectifs et sacrifices de femmes (et d’animaux), suivis d’orgies. Et tout le monde boit le sang de la victime, ce qui fait partie des rares points communs à toutes ces cérémonies de tarés.

La piste de la secte satanique WICCA a d’ailleurs été explorée sérieusement, même si elle n’a officiellement rien donné. Cependant, la WICCA est connue pour pratiquer ce genre de cérémonies, en France comme aux Etats-Unis.

fond pageUn autre témoin a parlé du meurtre d’une fillette de 12 ans près de Charleroi, dans les années 80, avant que les participants boivent son sang.

X1 elle aussi décrit des meurtres d’animaux, comme « initiation » : si tu ne fais pas ce qu’on te dit, on tue le chat, ou le lapin, ou autre. Puis, c’est un autre enfant qu’il est question de tuer. Ou soi-même. Et on joint le geste à la parole. Cela créé souvent chez les victimes de ce type de choc une sorte d’amnésie. Ces moments sont rangés dans un coin de la mémoire, et ne ressortent que par bribes, des années plus tard.

Certains enfants, de la « haute société », ou bien issus de familles de chômeurs héréditaires, sont initiés très tôt à la pornographie, et à faire ce qu’ils ont vu sur les cassettes.

Une dame âgée d’une soixantaine d’années en 1996, lors de son témoignage dans l’affaire Dutroux, a expliqué que « toute sa vie » elle a été abusée par son père et des connaissances « à l’occasion de fêtes sataniques ». Ce témoin parle de notaires qui sont membres de la secte, du siège de ce groupe à l’Hôtel du lac à Zurich, de victimes venues des pays de l’est, cite des lieux précis…

 

Quant au lien entre Belgique et Pays-Bas…

L’histoire se répète aussi aux USA, en Angleterre, en Espagne, aux Pays-Bas, de manière certaine aujourd’hui, pour ceux qui veulent bien voir. Aux USA, on a vu commettre des abus rituels sur des bases militaires, notamment par le trop fameux Michael Aquino. On en a imputé d’autres à, ou par un certain Jeffrey R MacDonald à Fort Bragg. J’ai déjà parlé des USA (affaire Franklin, réseau « The Finders », les abus sexuels rituels dans la maternelle McMartin, des cas d’abus sexuels ou de meurtres rituels recensés…), on ne va donc pas s’étendre sur le sujet.

On a aussi beaucoup parlé des Pays Bas et de ce réseau pédo satanique de hauts fonctionnaires, magistrats, politiciens et même de membres de la famille royale. Réseau impuni jusqu’à présent, mais les témoignages commencent à arriver, comme celui de Toos Nijenhuis, qui désigne même un lieu de sacrifices d’enfants utilisé encore fin 2010. Parmi les assassins, on retrouve comme par hasard le prince Bernhardt des Pays-Bas, le père de la reine Beatrix, ancien nazi et fondateur du Bilderberg. Mais, on aura l’occasion de revenir sur cette affaire.

 

Les questions viennent d’elles-mêmes :

-   Pourquoi un tel silence sur le pire crime, commis quotidiennement en France et ailleurs ? Pourquoi les médias n’en parlent-ils pas, eux qui sont si friands de scoops graveleux ?

-    Pourquoi aucune enquête concernant ces réseaux n’aboutit jamais ?

-    Où sont les vidéos de ces crimes, puisque des milliers de films de ce genre circulent, y compris via le web ? Et où est l’argent ?

Poser ces questions, c’est y répondre.

Imaginons une chose totalement impossible en France évidemment : un politicien se trouve compromis de cette manière depuis des années, et il accède au plus hauts postes de la République. Des gens peu recommandables le tiennent par la coke et aussi par les vidéos de ces partouzes et autres cérémonies auxquelles il était présent. A-t-il intérêt à ce que l’enquête concernant l’une des victimes de ce réseau arrive à son terme ? A-t-il intérêt à ce que le grand public sache qui il est et qui sont ses amis ?

Si des magistrats étaient présents aussi lors des « soirées », des flics, des journalistes, alors la soupe est parfaite, l’omerta est assurée.

Comme ce type de violence qu’on appelle « abus sexuels rituels » est censé ne pas exister chez nous, il n’y a aucune étude sur le sujet.

Aux USA, une étude deBottoms, Shaver et Goodman publiée en 1993 a relevé 2.292 cas d’allégations d’abus sexuels commis dans un cadre rituel. Dans ces affaires,  15% des auteurs ont avoué quand il s’agissait de victimes adultes, et 30% dans les affaires concernant des enfants.

 

dissociative-identity-disorder RALe point commun à tous ces abus rituels est la destruction de la personnalité de la victime. Souvent, cette destruction commence à l’âge où les enfants apprennent à marcher, et évolue graduellement. Ces pratiques ont cours depuis des siècles dans certains milieux élitistes.

 

--------------------------------

 Pour conclure, je laisse la parole à une victime de ces réseaux pédocriminels et  sataniques qui font la loi en France, et engloutissent les enfants dans les pires souffrances. J'ai seulement enlevé quelques passages pour son anonymat:

" j’ai été torturée, violée, battue, humiliée, prostituée par mes parents adoptifs, par des membres de cette famille, et par de nombreuses autres personnes…

Aujourd’hui, je sais que j’ai été victime d’un réseau pédocriminel satanique

C’est mon histoire, c’est mon passé, c’est mon présent, c’est mon futur…

Mais je sais que plus rien ne sera comme avant…

Pour arriver à écrire ces quelques lignes, il m’a fallu beaucoup de temps…

(...)

Pendant toutes ces années, obsédée nuit et jour par des images horribles qui ne demandent pas la permission pour surgir, je n’ai d’autre solution pour me soulager de ce « harcèlement », à moins de me dissoudre dans la haine que d’essayer de comprendre.

Afin d’affronter et d’apprivoiser mes vieux démons, j’ose enfin pénétrer mon passé avec des mots parfois impuissants et fragiles à exprimer l’inimaginable et l’effroyable.

Dans mes jours noirs, je fuis pour ne pas tomber dans la haine.

Dans le sillage de mes bourreaux en costumes cravates, souvent, j’aperçois ces petits anges torturés, humiliés, sacrifiés…

Au cœur de cette douleur, personne ne peut m’atteindre et me rejoindre.

Les conséquences des maltraitances subies m’ont réduite à n’être qu’une plaie béante et mon corps en a gardé des séquelles physiques irréversibles.

A l’heure, où j’aurais dû rêver de devenir danseuse étoile ou clown, je portais déjà en moi cette souillure.

Tout au long de mon enfance, j’ai rêvé d’une autre vie, mais la vie a brisé mes rêves…

J’ai rêvé d’un cœur si grand que le mien puisse y trouver place, mais mon premier « prince charmant » fut l’assassin de mon enfance…

J’ai parlé, mais la vérité reste cachée.

Le chemin de la vérité est long lorsque la justice n’est pas libre !

j’ai erré dans la vie comme un vagabond, seule. L’horreur me dépasse et leurs cris déchirent ma vie.

Le jour se lève, la nuit tombe et dans mon cœur rien ne change.

Dans mes doutes cachés et mes instants désarmés, l’enfant écorchée que je suis, cherche à se réfugier. A travers les maux, je me laisse mourir et pourtant, j’ai tant à dire. Nouée de peur à vivre, mes mots se brûlent, mes maux se dissimulent dans la morsure des souvenirs.

J’ai consulté des thérapeutes, nombreux ceux qui m’ont demandé de ne pas parler de mon enfer. Peut être parce que cette réalité est intolérable, fait peur et paraît irréelle ?

Je peux affirmer qu’il existe un réseau international pédocriminel avec un fonctionnement et une hiérarchie fortement structurée.

8_11_2008 dessin theo-2Cependant, l'insoutenable doit-il nous faire fermer les yeux ?

NON, ne le faites pas, je vous en supplie, parce que lorsque vous fermez les yeux, un enfant meurt ou disparaît...

Et cet enfant peut être ou devenir votre fille, votre garçon, votre petite fille ou votre petit fils, votre nièce, votre voisin, un ami...

Devant l’impuissance du corps médical, et le refus de certaines personnes à me croire, je suis sortie peu à peu de mes ténèbres afin de me battre pour faire éclater la vérité. Beaucoup diront que ce récit relève de la science fiction voire de la mythomanie ou pire encore, mais je suis désormais prête à en prendre le risque. Je sais ce que j’ai vécu et il faudra que la société accepte cette réalité.

 

Au fil des mois, j’apprends à vivre…

Depuis maintenant trois ans, une prise en charge thérapeutique, psychologique et psychiatrique ont été mises en place afin que je puisse extérioriser toutes les horreurs dont j’ai été victime et témoin.

Cependant quelques questions m'obsèdent :

        Qui sera prêt à entendre les voix de toutes les victimes ?

        Quel juge, quel procureur, quel avocat, quel politique, quel citoyen acceptera d’entendre ce que nous avons à dire et nous aider afin que cesse ces massacres ?

        Savez vous ce que deviennent les centaines d’enfants qu disparaissent en France*, au Portugal, en Belgique, en Europe, en Italie ?

Moi je le sais, car j’en ai vu des dizaines, des centaines de tous âges, violés, torturés, massacrés, assassinés par des illuminés que les statuts sociaux épargnent de tous soupçons.

*En 2000, le chiffre du Ministère de la Justice Française était de plus de 800 qui ne sont jamais rentrés à la maison.

En 2004, il y en avait plus de 600.

De nos jours, la pédophilie est devenue un cancer social car au-delà de la perversion individuelle, il s’agit de combattre les personnes et parfois même des institutions entières qui, derrière leur fonction sociale légitimée et respectée, protègent et donc cautionnent la pédocriminalité sous toutes ses formes.

Ne fermez pas les yeux sur tous ces bébés, enfants, jeunes qui sont morts et qui continuent à mourir à cause de la barbarie d’hommes et de femmes.

Donnons-leur le droit d’avoir une sépulture et donnez moi le droit de retrouver ma dignité d’enfant, d’adolescente et de jeune femme…

Malgré tout, j'essaie de continuer à croire en l'homme et en la Vie.

Je sais que demain le soleil brillera, et que dans mon corps la vie refleurira…

Cependant, ma vie n’est que survie mais je suis en train de changer. La mélancolie et la tristesse prennent le pas sur ma révolte.

Je n’en veux à personne, mais je reste profondément marquée par le mépris, la méchanceté, l’attitude de certains.

Comme un prisonnier qui ré apprivoise la liberté, moi, j’ai dû réapprendre à vivre grâce aux mots... Les mots sont des fenêtres qui me permettent de survivre.

Mon combat m'épuise, je me bats pour toutes ces petites victimes, ces petits anges massacrés, torturés, sacrifiés contre des sommes considérables d’argent et tout cela dans « l’ignorance » de notre société et l’indifférence de la justice.

 

Ne nous oubliez pas

Ne nous murez pas dans notre silence

Ne nous enterrez pas dans notre enfer

N’ayez pas peur de nous

 

Ecoutez ma douleur au nom de leur mémoire.

Ecoutez grincer leurs pleurs.

 

Il y a des voyages d’où l’on ne revient pas…

 

La vie a voulu me détruire, mais j’ai compris"


3834
En France aussi, des satanistes massacrent les enfants



Parlons des abus sexuels rituels, en l’occurrence commis contre des enfants, mais les adultes, surtout les jeunes femmes, ne sont pas épargnés. Ce type de violence s’inscrit dans le cadre de rituels « magiques » ou « religieux », dérivés du satanisme. Mais le satanisme est lui-même instrumentalisé par certaines catégories de personnes de pouvoir. Le but ? Il y en a plusieurs, comme améliorer le contrôle mental des populations, créer un climat de terreur grâce à des personnes sous contrôle, ou tout simplement compromettre des personnes clé.

 

Petite compilation sur l’existence des abus sexuels de type rituel, en France et en Belgique.

 

Pour David Shurter, une victime du réseau pédophile US lié à l’affaire Franklin, dont on a déjà parlé, le lien entre le satanisme et la CIA s’appelle MK Ultra, du nom de ce projet militaire qui visait à contrôler mentalement la population[1]. Pour cela, des expériences illégales ont été menées durant des années, officiellement jusque dans les années 70, lors desquelles ont faisait prendre des drogues aux cobayes, on les mettait sous électrochocs, tout en les traumatisant de toutes les manières possible, afin de les rendre malléables.

Il est rejoint en cela par Ted Gunderson, un ancien agent du FBI qui s’est penché sur la question.



Ces abus sexuels rituels existent aussi en France, sous différentes formes.
•Par exemple, on peut avoir des cas où les viols collectifs d’enfants, de même que la graduation dans l’horreur, jusqu’aux meurtres d’enfants et au cannibalisme, sont commis par un groupe sans qu’il y ait aussi tout ce que j’appelle « le folklore », c’est-à-dire les prières, les costumes, les rituels précis. Mais, pour l’enfant, cela revient au même : il est conditionné pour participer à ces horreurs et à ne rien dire, on le rend même « complice » du crime en l’obligeant à regarder voir même à tuer d’autres enfants.

Dans une certaine mesure, c’est ce qu’on retrouve dans l’affaire du Var et probablement dans le volet belge de l’affaire Outreau.
•Il y a les groupes je dirais plus élitistes, dans lesquels on peut avoir aussi bien de simples partouzes avec des mineurs et de la drogue, mais aussi des cérémonies avec « le folklore » : des costumes bien précis, par exemple une grande toge rouge avec une grande croix dessus, et des masques, des bougies, un autel, une sorte de chorégraphie, et une langue étrange pour réciter des sortes de prières.

 C’est très probablement ce qu’il est arrivé aux victimes de Perpignan, ou à des enfants disparus en France et dont on n’a aucune nouvelle depuis des années.

Ce type de réseau a été en grande partie exposé aux Pays-Bas, où on s’aperçoit que différents meurtres non élucidés (ou mal élucidés) ont été commis par une espèce de secte de tarés, satanistes et pédophiles, dont les membres sont dans les ministères, dans le business et jusqu’à la famille royale.

Une intéressante conversation entre l’ex plus haut fonctionnaire du ministère de la Justice (jusque fin 2012) Joris Demmink, un pédophile notoire impliqué dans le meurtre de Marianne Vaatstra (16 ans) et un membre du ministère de la Justice montre que ces gens sont capables de fabriquer de toutes pièces un faux coupable pour couvrir les vrais meurtriers, qui eux sont protégés par le même ministère. Tout en organisant au passage un fichage ADN d’envergure.

 Dans la plupart des cas, les viols et les meurtres sont filmés.

 

On peut se demander d’où viennent ces huit crânes d’enfants retrouvés en 2005 dans un jardin de Perpignan ?

Et quid de ces charniers d’enfants découverts dans la région parisienne, et dont parlait la juge Martine Bouillon ? Une « rumeur », se sont empressées de dire les autorités, suivies par les médias commerciaux dans leur ensemble.

Quid de ces enfants, qui ont décrit des meurtres d'autres enfants auxquels ils ont assisté, et auxquels on les a de plus en plus obligés à participer ?

Cette affaire, qui a été diffusée sur France 3, n’existe pas[2] ?

Et celle-là, Annemasse?

video : , mais le site n’est plus visible que par Web Archive.



3835
L'ONU condamne, à nouveau, les attaques aux barils d'explosifs en Syrie





Le Conseil de sécurité des Nations unies s'est insurgé vendredi 5 juin devant une nouvelle vague de bombardements aux barils d'explosifs en Syrie, une arme dévastatrice et aveugle qui a fait des dizaines de morts cette semaine dans la province septentrionale d'Alep.

La Russie, alliée du régime de Bachar Al-Assad, a rejoint les 14 autres pays du Conseil de sécurité pour condamner « toutes les violences contre des civils, des infrastructures civiles, y compris médicales ». Le Conseil dénonce dans un communiqué « les attaques menées sans discernement, dont les bombardements aux barils d'explosifs, qui auraient été utilisés à grande échelle ces derniers jours ».

Trois mille six cents victimes

La publication de ce texte fait suite à une réunion jeudi, où le directeur des opérations humanitaires de l'ONU John Ging a estimé à 3 600 le nombre de personnes tuées par ces barils dans la province d'Alep depuis le début du conflit en Syrie, rapportent des diplomates onusiens.

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont accusé le régime du président Assad d'être responsable de ces attaques, assurant qu'il était le seul à disposer des hélicoptères larguant les barils. Le régime nie l'usage de ces armements.

Les « barils d'explosifs » sont des bombes non guidées hautement explosives, fabriquées localement à peu de frais, constituées généralement de gros barils d'huile, de cylindres à gaz ou de réservoirs d'eau qui ont été vidés de leur contenu. Ils sont ensuite remplis de puissants explosifs ainsi que de ferraille afin de renforcer l'effet de fragmentation.

Consulter notre visuel : En Syrie, la guerre des bombes barils

  video :

3836
Les élections seront-elles l’étincelle qui mettra le feu au Burundi ?



Par Thierry Vircoulon

Tous les éléments d’une confrontation violente sont en place en Burundi. En observant les derniers développements, il semble que les éléments qui ont conduit par le passé à des massacres et à une longue guerre civile au début des années 1990 se remettent en place.

Malgré l’échec de la tentative de putsch du 13 mai, la mobilisation contre le troisième mandat du président sortant Pierre Nkurunziza n’a pas faibli. Face à de fortes répressions envers l’opposition et les médias, la confrontation entre le pouvoir et ceux qui se rallient sous la bannière du mouvement « Halte au troisième mandat » s’intensifie et plus de 90 000 Burundais ont fui le pays.

Le 4 juin, le gouvernement burundais a heureusement décidé de reporter les élections municipales et législatives prévues le 5 juin, et le scrutin présidentiel prévu le 26 juin. La communauté internationale – et surtout les chefs d’Etat de la Communauté d’Afrique de l’Est (EAC) dimanche dernier – ont fait le nécessaire pour inciter le président à abandonner son intention de maintenir les élections dans ce climat de conflit.

Afin d’éviter une amplification de cette spirale de violence attisée par des assassinats politiques, une suppression des libertés et un discours ethniciste croissant, les pays partenaires du Burundi doivent faire de même pour assurer qu’aucun scrutin ne devrait avoir lieu avant que le gouvernement ne libère les manifestants emprisonnés, restaure la liberté d’expression et d’information, concède à l’opposition le droit de se réunir, et autorise la mise en place d’une mission d’observation des droits de l’homme de l’Union africaine.

Pour le moment, la situation sur le terrain est bien différente. La semaine après la tentative de putsch du 13 mai a été marquée par la radicalisation du pouvoir et des tentatives d’arrestation de journalistes et politiciens. Les principaux chefs de file de l’opposition et de la société civile sont aujourd’hui soit à l’étranger, soit dans la clandestinité. L’assassinat du dirigeant d’un petit parti d’opposition le 23 mai, Zedi Feruzi, a marqué un nouveau seuil dans la répression et temporairement interrompu le dialogue fragile entre les représentants du gouvernement et de l’opposition établi par l’envoyé spécial des Nations Unies (ONU).

Une vague de répression est également dirigée contre la vieille garde dans les services de sécurité. Plusieurs officiers tutsis seraient visés par des enquêtes, certains cadres des services de sécurité sont en fuite et le ministre de la Défense a lancé un appel à la cohésion de l’armée qui révèle l’ampleur des divisions actuelles.

Du fait de la suspension des dernières contributions financières des bailleurs suisse, belge et hollandais au processus électoral, le président a décidé de mettre à contribution les budgets des ministères et de faire appel à la générosité des Burundais. Seuls le Conseil national pour la défense de la démocratie - Force de défense de la démocratie (CNDD-FDD) et les formations politiques qui en sont proches peuvent faire campagne – les opposants étant intimidés par les jeunes Imbonerakures du parti au pouvoir et les services de sécurité. A ce titre, l’Eglise catholique s’est retirée des commissions électorales et l’Union européenne (UE) a mis fin à sa mission d’observation électorale.

La montée de la tension s’accompagne de discours ethnicistes inquiétants, qui présentent le mouvement « Halte au troisième mandat » comme une cabale orchestrée par les Tutsi. Ce type de discours risque d’attiser les antagonismes ethniques du passé que l’accord d’Arusha avait permis d’apaiser.

La situation s’envenime et la communauté internationale a déjà perdu trop de temps. Elle doit aider le pays à rétablir un climat politique et sécuritaire qui rende possible des scrutins pluralistes et libres. Un changement du calendrier électoral sans amélioration du climat politique et sécuritaire ne résoudrait rien et serait juste une concession cosmétique du pouvoir.

Il est également essentiel que le gouvernement burundais accepte le déploiement des observateurs des droits de l’homme de l’Union africaine et l’usage proportionné de la force par les services de sécurité. Parallèlement, les agences de l’ONU et les humanitaires devraient lancer une opération humanitaire afin d’endiguer l’épidémie de choléra qui sévit au sud du pays et dans l’ouest de la Tanzanie.

Pour maintenir la pression sur le président Nkurunziza, les donateurs du Burundi devraient suivre l’exemple belge et réorienter leur aide vers la société civile et les réfugiés burundais. Ils devraient également, et l’UE en particulier, suspendre toute aide budgétaire au gouvernement si celui-ci ne respecte pas les droits de l’homme et les libertés fondamentales.

Sur le plan judiciaire, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) devrait ouvrir une enquête sur les violences commises depuis le début des manifestations, ainsi que sur certains médias et discours d’hommes politiques susceptibles d’inciter à la haine.

Le temps presse. Il faut agir au plus vite pour empêcher aux dix dernières années de paix de devenir un interlude entre deux guerres.

Thierry Vircoulon est directeur du projet Afrique centrale, International Crisis Group

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/06/04/les-elections-seront-elles-l-etincelle-qui-mettra-le-feu-au-burundi_4647356_3232.html#KAoUcCeq65AC0Xdq.99

3837
L’internet belge espionné par les Allemands: la justice enquête

La justice belge a ouvert une enquête sur les soupçons d’espionnage pratiqué par l’Allemagne pendant des années, notamment en Belgique. L’information est confirmée par le parquet fédéral.

Le parquet fédéral a décidé vendredi de lancer une enquête sur les pratiques du service de renseignement allemand BND. Si les soupçons d’espionnage sont confirmés, les répercussions de l’enquête ne seront pas seulement judiciaires mais aussi diplomatiques pour les relations entre la Belgique et l’Allemagne.

Des écoutes sur câbles internet

Le BND, l’un des trois services secrets allemands, aurait eu recours à des écoutes sur des câbles internet en Europe, selon des documents confidentiels présentés lors d’une audition la semaine dernière devant le Parlement allemand et qui ont fuité dans la presse.

L’eurodéputé autrichien Peter Pilz et le parlementaire belge Stefaan Van Hecke (Groen) ont ensuite révélé que ces écoutes avaient aussi touché la Belgique. Celles-ci auraient été enregistrées à la demande de la National Security Agency (NSA) américaine.

http://www.lesoir.be/900048/article/actualite/belgique/2015-06-07/l-internet-belge-espionne-par-allemands-justice-enquete

3838
Affaire Chodiev: outré par les accusations, Armand De Decker pourrait aller en justice

Belgique 




Le député-bourgmestre d'Uccle, Armand De Decker (MR), s'est dit outré dimanche par des "accusations mensongères et calomnieuses" portées à son encontre pour son rôle dans l'affaire Chodiev. Il se réserve la possibilité d'en demander réparation par toutes voies de droit, fait-il savoir dans un communiqué. Depuis octobre 2012, le nom de l'ex-président du Sénat est régulièrement cité dans la presse dans le cadre de cette affaire qui vise le milliardaire belge d'origine kazakhe Patokh Chodiev. Afin de faciliter la vente de matériel français (des locomotives et des hélicoptères) au Kazakhstan pour un montant de 2 milliards d'euros, des proches de l'ancien président Nicolas Sarkozy auraient exercé des pressions en faveur du vote en Belgique, en 2011, de la loi sur la transaction pénale en matière fiscale. M. Chodiev, poursuivi pour divers chefs d'inculpation dans l'affaire Tractebel, en a ensuite bénéficié.

Armand De Decker, en qualité d'avocat, aurait fait office de lobbyiste dans cette affaire. Selon un article paru dans "M", le magazine du Monde, citant des sources tirées du dossier d'instruction français, il a touché 734.736 euros entre mars et décembre 2011 pour ses conseils même si aucune note d'honoraires n'a jamais été découverte et que son nom n'est jamais mentionné, au contraire des autres avocats.

Armand De Decker affirme "une fois de plus qu'il n'est intervenu en aucune manière dans l'adoption de la loi". Le texte, considéré comme le pendant à la levée du secret bancaire, a été préparé par le cabinet du secrétaire d'Etat à la lutte contre la fraude fiscale, Carl Devlies (CD&V), explique-t-il, et il a été adopté à l'initiative des partis qui formaient la majorité de l'époque (socialiste, libéraux, chrétiens-démocrates).

Armand De Decker dit n'être intervenu qu'en sa seule qualité d'avocat dans le dossier Chodiev. "Qu'il a perçu des honoraires en cette qualité (des notes d'honoraires en attestent)", précise-t-il.

Le député régional ajoute encore "que la France n'a exercé aucune pression sur le parlement belge en vue de lui faire adopter cette législation".

http://www.lalibre.be/actu/belgique/affaire-chodiev-outre-par-les-accusations-armand-de-decker-pourrait-aller-en-justice-55744a6f35703275626e2248

3839
info - média france / SI LES PAUVRES SAVAIENT…
« le: 07 juin 2015 à 14:53:03 »
SI LES PAUVRES SAVAIENT…

Les pauvres se font du souci pour leur pays et les riches se font du souci pour leur portefeuille ! Et plus les riches font grossir leur portefeuille, plus ils appauvrissent le pays. Les riches créent ainsi un sentiment de frustration et d’insécurité chez les pauvres. Pour les abuser, ils leur parlent de la grandeur de la France éternelle et des valeurs du travail et de la famille , alors que dans la réalité, fervents défenseurs du système capitaliste ils ne se servent de ces valeurs que pour mieux les tromper.

Les pauvres sont prêts à faire des sacrifices pour leur pays, alors que les riches demandent sans cesse des subventions et des avantages fiscaux pour diminuer les aides aux plus pauvres et accroitre leur compte en banque dans les paradis fiscaux. Pour augmenter encore leurs bénéfices, les plus riches délocalisent leurs usines dans les pays pauvres pour exploiter la population et piller leurs richesses avec la complicité des  dirigeants de ces pays, qui eux s’enrichissent : la solidarité inter-riches fonctionne en général toujours très bien. Pendant ce temps, en France, les plus pauvres voient d’un mauvais œil l’arrivée d’immigrés …

Si les pauvres savaient, nationaux et immigrés confondus, ils se serreraient les coudes. Mais les élites savent que c’est en plongeant les masses dans la précarité et la pauvreté qu’ils peuvent profiter de leur position et de leurs privilèges. Plus une population est pauvre, financièrement et éducativement, plus il est facile de la manipuler et lui montrer des boucs émissaires : rmistes, chômeurs, immigrés, fonctionnaires… ; c’est la bêtise qui crée le terreau où prennent naissance toutes les peurs.

La démocratie telle quelle est conçue est directement issue de la bourgeoisie, et tous les rouages de l’appareil d’état et de l’appareil économique et financier sont entre ses mains. Les élections ne sont qu’une illusion qui reflète la main mise de ce pouvoir sur la politique du pays. Seuls les partis défendant les intérêts du capital et ne remettant pas en cause ce système arrivent en tête des élections présidentielles, législatives ou régionales. Les intérêts de classes sont ainsi préservés !

Evidement lorsque l’on parle des riches, on parle des « vrais » riches , pas de ceux qui gagnent 4 ou 5000 euros par mois et qui pensent jouer dans « la cour des grands ». C’est-à-dire ceux qui possèdent des maisons à plusieurs millions d’euros, qui achètent à leurs petites amies des cabriolets à 300 000 euros, qui possèdent leur yacht et avion privé et qui le soir en quelques minutes perdent un demi-million d’euros au casino sans sourciller ! Il est vrai qu’en France 20% de la population pense faire partie des 1% les plus riches ! Quels blaireaux ! Ils n’ont aucune notion de ce qu’est la richesse !

En fait la réalité, c’est que la France  n’a jamais été aussi riche, elle figure même au 3e rang mondial des millionnaires. La richesse en France a explosé,  les patrons du CAC 40  ont gagné en moyenne 200 fois le Smic, 5 % de la population possèdent plus de 50 % du patrimoine, et les 10 plus grosses fortunes possèdent à elles seules 15 millions d’années de Smic.

Mais la réalité, c’est aussi qu’il y a huit millions de pauvres, trois millions de précaires, trois millions de temps partiels, cinq millions de chômeurs, et des salaires de misère pour la majorité des salariés.

L’habileté des dirigeants consiste à persuader les peuples qu’il n’y a rien à faire, il faut les convaincre que cela pourrait être pire et qu’ils sont aussi heureux qu’il leur est permis de l’être. C’est en enlevant toute espérance et en plongeant les masses dans la pauvreté que les élites peuvent aspirer à profiter le plus longtemps et le plus indécemment possible de leurs privilèges !


https://2ccr.wordpress.com/2015/06/01/si-les-pauvres-savaient/

3840
Espionnage de la Belgique par l'Allemagne: le parquet fédéral ouvre une enquête

L'Allemagne est soupçonnée d'avoir espionné la Belgique pendant des années pour le compte des États-Unis. Le parquet fédéral a décidé d'ouvrir une enquête.
 Les services secrets allemands auraient placé 134 lignes Internet sous surveillance dans une trentaine de pays européens, et, parmi celles-ci, 15 sont liées à la Belgique.



Toutes ces lignes internet européennes se croisent à Francfort. Les services secrets allemands ont donc pu travailler tranquillement chez eux.

Stefaan Van Hecke est député Groen. Via leurs collègues européens, les verts ont obtenu des documents sur ces pratiques. "C'est à Francfort que Deutsche Telekom a fait le travail pour les services allemands à la demande de la NSA, l'agence américaine de sécurité", indique-t-il.

La même NSA que celle qui avait fâché Angela Merkel, parce qu'elle avait placé son GSM sur écoute. Apparemment, cela n'aurait pas empêché l'Allemagne d'espionner ses partenaires européens pour les États-Unis. Et pas nécessairement pour lutter contre le terrorisme.

"Espionnage politique ou économique"

"Quand on voit ces lignes-là, les experts disent qu'elles ne sont pas utilisés par des terroristes normalement. Elles sont en principe utilisées par des grandes firmes, des institutions... Il y a donc quand même des soupçons que cela ne concerne pas la lutte contre le terrorisme, mais qu'il s'agisse plutôt d'espionnage, ou bien politique, ou bien économique."

On ne sait pas encore précisément qui utilisaient ces lignes. Les 15 lignes qui concernent la Belgique relient notre pays à d'autres pays européens. "Ce qui est très important, c'est de savoir de Proximus qui, dans cette période-là, a loué l'espace sur ces câbles", commente Stefaan Van Hecke.

Les soupçons portent sur une période qui s'étale entre 2004 et 2008. On ne sait pas si cela a continué après. L'enquête du parquet fédéral, ainsi que celles de la Sûreté de l'État et de l'Institut belge des télécommunications devraient permettre d'en savoir plus.

T.M. avec D.V.O.
Toutes ces lignes internet européennes se croisent à Francfort. Les services secrets allemands ont donc pu travailler tranquillement chez eux.

Stefaan Van Hecke est député Groen. Via leurs collègues européens, les verts ont obtenu des documents sur ces pratiques. "C'est à Francfort que Deutsche Telekom a fait le travail pour les services allemands à la demande de la NSA, l'agence américaine de sécurité", indique-t-il.

La même NSA que celle qui avait fâché Angela Merkel, parce qu'elle avait placé son GSM sur écoute. Apparemment, cela n'aurait pas empêché l'Allemagne d'espionner ses partenaires européens pour les États-Unis. Et pas nécessairement pour lutter contre le terrorisme.

"Espionnage politique ou économique"

"Quand on voit ces lignes-là, les experts disent qu'elles ne sont pas utilisés par des terroristes normalement. Elles sont en principe utilisées par des grandes firmes, des institutions... Il y a donc quand même des soupçons que cela ne concerne pas la lutte contre le terrorisme, mais qu'il s'agisse plutôt d'espionnage, ou bien politique, ou bien économique."

On ne sait pas encore précisément qui utilisaient ces lignes. Les 15 lignes qui concernent la Belgique relient notre pays à d'autres pays européens. "Ce qui est très important, c'est de savoir de Proximus qui, dans cette période-là, a loué l'espace sur ces câbles", commente Stefaan Van Hecke.

Les soupçons portent sur une période qui s'étale entre 2004 et 2008. On ne sait pas si cela a continué après. L'enquête du parquet fédéral, ainsi que celles de la Sûreté de l'État et de l'Institut belge des télécommunications devraient permettre d'en savoir plus.

T.M. avec D.V.O.


video : http://www.rtbf.be/video/detail_l-allemagne-espionne-l-internet-belge?id=2021858


http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_espionnage-de-la-belgique-par-l-allemagne-le-parquet-federal-ouvre-une-enquete?id=9000460