Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

3871
An Open Secret dévoile le scandale de la pédophilie à Hollywood



Le nouveau documentaire d'Amy Berg qui sort dans les salles américaines le 5 juin risque de faire grand bruit. Elle y dénonce les abus sexuels subis par des enfants au sein même des grands studios de cinéma aux États-Unis.













Ce documentaire serait «le film que Hollywood ne veut pas que vous voyiez». Derrière cette formule autoproclamée, se cache le nouveau long-métrage d'Amy Berg, An Open Secret. La réalisatrice, déjà connue pour le retentissant Délivrez-nous du mal sur les abus sexuels commis sur des enfants au sein de l'Église catholique, revient avec un film qui livre les plus noirs secrets de l'industrie hollywoodienne.

La documentariste y dévoile l'étendue d'un réseau pédophile, sis au cœur du cinéma américain. Il y est question de ces personnes qui profitent de leur position dominante pour abuser sexuellement d'enfants mineurs. Pour l'instant, aucune sortie française n'est encore prévue.

Projeté à Cannes, le film, à la transparence revendiquée, a manifestement dérangé. Le documentaire laisse la parole à cinq acteurs passés d'enfants promis à la célébrité à adultes traumatisés. Tous témoignent à visage découvert. Parmi eux, Todd Bridges, le Willy de la fameuse série Arnold et Willy, raconte son calvaire. Abusé à l'âge de 11 ans, il est tombé dans la drogue et l'alcool, pour «ne plus rien ressentir». Evan Henzi révèle les agressions répétées de son manager dès l'âge de 12 ans. Le jeune homme n'a osé porter plainte qu'à sa majorité.

Avec une sortie américaine prévue pour le 5 juin, An Open Secret risque à coup sûr d'ébranler la sphère hollywoodienne, d'autant plus que certains noms sont clairement cités: celui de l'ancien coach de la chaîne pour enfants Nickelodeon, Brian Peck, ou encore celui de l'agent Martin Weiss, condamné à seulement quelques mois de prison pour agression sexuelle.

Si, aujourd'hui, le film a une sortie américaine, Gabe Hoffman, l'actuel producteur du film, raconte quel véritable parcours du combattant cela a été pour l'obtenir. En effet, le documentaire, après avoir été sélectionné dans plusieurs festivals de cinéma américains, a été retiré de la programmation.

De plus, le film explosif d'Amy Berg a dû subir certaines coupes. Toutes les références à l'affaire opposant Michael Egan au réalisateur Bryan Singer et les producteurs de télévision, Garth Ancier, David Neuman et Gary Goddard, ont dû être retirées. Même si Egan apparaît toujours dans le film, cela ne concerne que d'autres accusations.

Certaines organisations sont aussi montées au créneau. La célèbre SAG-AFTRA, syndicat qui représente les professionnels du cinéma dans le monde entier, a critiqué violemment le film à cause de ses sous-entendus. An Open Secret, en identifiant un pédophile présumé, avec un sous-titre reflétant son appartenance à la fédération, aurait fait porter à la SAG la responsabilité de ses pratiques. Cette réaction reflète encore un tabou encore très présent au sein de l'industrie cinématographique.

«Le plus grand problème de Hollywood.» Cette formule est de Corey Feldman, ancien enfant star ayant joué dans les mythiques Goonies, Gremlins et Stand By Me. Il n'apparaît dans le documentaire d'Amy Berg que sous la forme d'images d'archives. Pour lui, la pédophilie reste un véritable fléau dans l'industrie hollywoodienne. L'ex-acteur dénonce depuis plusieurs années ces pratiques pédophiles, dont lui-même a été la victime.

Dans son autobiographie, Coreyographie, sortie en 2013, il raconte son calvaire et celui d'un autre enfant star, Corey Haim, lui aussi victime de viols. Il y dénonce notamment la totale impunité qui entoure ces crimes. En effet, un scandale à la sortie du livre a révélé que la police, bien qu'ayant eu connaissance des agressions qu'avait subies Feldman, n'avait procédé à aucune enquête.

Le film, présenté dans le cadre du festival de Cannes, a fait grand bruit. Mais, comme le révèle Gabe Hoffman, «ce que nous montrons, ce n'est que la pointe émergée de l'iceberg.»



http://www.lefigaro.fr/cinema/2015/06/05/03002-20150605ARTFIG00244--an-open-secret-devoile-le-scandale-de-la-pedophilie-a-hollywood.php

3872
Japon : les écoliers se lèchent mutuellement le globe oculaire pour s'exciter


Les jeunes japonais ont des moyens bien étranges pour se charmer. Le site internet américain Business Insider révèle en effet que les écoliers nippons lèchent les yeux de leurs camarades pour s'exciter mutuellement. Un fétichisme sexuel parfois appelé "oculolinctus".

Le phénomène s'est affiché dans les médias après une explosion du nombre de conjonctivites dans les écoles. Cette inflammation de la conjonctivite, qui peut être provoquée aussi bien par un virus, une bactérie, une allergie mais aussi une irritation, se caractérise notamment par des rougeurs, des sensations de brûlure, ou encore des irritations de l'œil.






Il a toutefois fallu un certain temps aux autorités pour découvrir ce qui se tramait. Alors que les jeunes arrivaient à l'école un cache-œil sur le visage, les adultes ont dans un premier temps pensé qu'il s'agissait d'une nouvelle mode quelque peu étrange. Ils ont finalement compris que ça n'avait rien à voir avec l'envie d'être tendance mais plutôt avec le besoin de cacher la conjonctivite attrapée après s'être fait lécher le globe oculaire.
 

Le site japonais Naver Matome a notamment précisé que près d'un tiers des élèves d'une classe d'école élémentaire admettent avoir léché ou s'être fait lécher l'œil. 

Read more at http://www.atlantico.fr/atlantico-light/japon-ecoliers-se-lechent-mutuellement-globe-oculaire-pour-exciter-753279.html#q2cp8xpx4dUom5iP.99

3873
Hors europe / La poupée gonflable «pour pédophile» choque
« le: 07 juin 2015 à 13:07:13 »
La poupée gonflable «pour pédophile» choque

Un site chinois vient de commercialiser une poupée gonflable au physique enfantin.
La fonction sexuelle de l'objet scandalise le web, où une pétition a circulé pour l'éradiquer.






 
 





     


 
 


 

par e-mail

 

Une faute?
 


Signalez-la-nous!



























L'usage de poupées gonflables par les hommes en mal de rapports sexuels paraît étrange pour le plus commun des mortels. Mais lorsque la poupée gonflable ressemble à un enfant âgé de 9 à 10 ans, la bizarrerie franchit la limite de l'acceptable. Un site chinois vient de pousser la tendance des poupées gonflables à son paroxysme en commercialisant un modèle représentant une jeune fille en sous-vêtements, indique le Huffington Post.

Retiré de la vente

L'objet controversé, qui a été retiré du site de vente suite à la circulation sur le web d'une pétition demandant son éradication, a fait mouche auprès de 57 acheteurs à travers le monde en 48 heures. Achetées à 178 dollars (163 francs) pièce, les poupées possédaient toutes «trois trous qui fonctionnaient parfaitement».

http://www.20min.ch/ro/news/insolite/story/14691007

3874
comment on peut laissé vendre ça bordel

3875
Japon : commercialisation de poupées sexuelles d’enfants pour pédophiles

On savait les japonais extravagants, mais là ils franchissent la ligne rouge. La compagnie Orient Doll commercialise depuis près d'un an des poupées sexuelles d'enfants ! Elle sont faites en silicone avec une armature en acier leur permettant toutes les positions imaginables, ultra-réalistes et pour la bagatelle de 6 000 €. Le PDG n'y voit là rien de choquant, mais au contraire une sorte de "thérapie". Il est vrai qu'il faut mieux que les pédophiles s'en prennent à des objets inanimés qu'à de vrais enfants, mais la vente de telles poupées ne fait que pousser au vice. D'autant qu'elles peuvent être personnalisées sur demande, par description ou envoi de photo ! Imaginez simplement qu'un pervers réussisse à photographier votre fille et qu'il fasse une pareille demande... Qui sait quelle sera sa prochaine étape... Peut-être une fillette de 4 ans violée par deux hommes pendant 40 heures comme ce fut le cas en Inde. Et le plus horrible : ils livrent partout dans le monde !

Pire encore, certains ne se gênent plus pour revendiquer aujourd'hui la pédophilie comme une "forme d'amour" qui doit être reconnue... On marche littéralement sur la tête !

ATTENTION, LES PHOTOS QUI SUIVENT PEUVENT CHOQUER





http://www.letribunaldunet.fr/actualites/japon-commercialisation-de-poupees-sexuelles-denfants-pour-pedophiles.html#.VXIH8rRS9e8.facebook

3876
Hors europe / Turquie : vers une défaite du président Erdogan ?
« le: 07 juin 2015 à 00:11:52 »
Turquie : vers une défaite du président Erdogan ?



Le Parti pour la Justice et le Développement (AKP) du président Recep Tayyip Erdogan restera sans doute le principal parti après les élections turques de dimanche 7 juin. Mais, selon les sondages, il pourrait perdre près de 9 % par rapport aux élections de 2011. Le président aurait alors des difficultés à réaliser son rêve de transformer le système politique en régime présidentiel. La montée du nouveau Parti démocratique populaire (HDP), parfois comparé à Podemos ou Syriza, n’y est pas étranger.

L’ascension d’Erdogan

Depuis 2002, l’AKP a pu profiter d’une popularité en hausse. Erdogan fonde ce pouvoir sur un discours nationaliste et des réseaux religieux, mais a aussi profité d’une croissance économique importante, des négociations de paix avec les Kurdes, et la diminution du conflit à l’Est du pays. Son attachement à l’économie de marché et sa politique étrangère lui ont généralement garanti des bonnes relations avec l’Europe et les Etats-Unis. Erdogan a profité de cette popularité pour consolider son pouvoir.

En 2011, l’AKP obtient un score record avec 49 % des voix. Et en 2014, le Premier ministre Erdogan se fait élire président. Erdogan veut maintenant renforcer son autorité en donnant plus de pouvoir à la présidence. Pour y arriver, il faut que l’AKP gagne autour des 330 sièges des 550. Il pourrait ainsi décréter un référendum pour changer la constitution. Mais selon certains sondages, l’AKP pourrait obtenir moins de 276 sièges. Si c’est le cas, un gouvernement de coalition devient inévitable.

Une résistance sociale qui augmente

Cette baisse de popularité relative s’explique partiellement par la résistance sociale qui prend de l’ampleur depuis 2013. Le 13 mai 2013, l’accident à la mine de Soma, qui a coûté la vie à plus de 300 mineurs, a provoqué une série de grèves et de manifestations anti-gouvernementales. Le 28 mai, de grandes protestations embrasaient le parc Gezi à Istanbul, pour ensuite s’étendre vers d’autres villes. Pendant deux semaines, plus de 5 000 manifestations étaient organisées, avec la participation d’environ 3 millions de personnes. La réponse du gouvernement était faite de canons à eau et de matraques. Après deux semaines, la Turquie comptait plusieurs milliers de blessés.

Les demandes des manifestants étaient liées à l’environnement, la démocratie, le droit des femmes et des homosexuels, lesbiennes, bisexuels et transgenres. Le gouvernement s’en est effectivement pris au droit à l’avortement et aux programmes favorisant le rôle des femmes dans la société. D’autres se plaignent de la corruption et de la hausse des prix, affirmant que la croissance économique ne profitait qu’à une minorité. La politique étrangère turque aussi reste au centre du débat. Ses opposants accusent Erdogan de fournir du soutien logistique et militaire aux djihadistes en Syrie, afin d’affaiblir le président syrien Bachar el-Assad. Plus récemment, la construction d’un nouveau palais présidentiel, le « Palais blanc », a fâché une partie de l’opinion publique. Ce palais aux mille chambres aurait coûté plus de 350 millions d’euros.

En 2014, une série de partis communistes et de la gauche conséquente s’est réunie dans une coalition, le « Mouvement Uni de Juin » (BHH), qui ne se présente toutefois pas aux élections. Face aux attaques gouvernementales contre les droits des femmes, le Parti communiste (Turquie) se présente symboliquement aux élections avec une liste de 550 candidates 100 % féminine. En dépit du seuil électoral, le parti veut profiter de la campagne pour se renforcer, et organiser davantage de travailleurs, jeunes et femmes.

Le HDP au-dessus du seuil électoral ?

Electoralement, plus que le CHP (social-démocrate), c’est surtout le HDP qui semble cueillir les fruits de cette révolte sociale. Le seuil électoral antidémocratique de 10 % empêche généralement l’émergence de nouveaux partis. Pourtant, les sondages créditent de 11 % le nouveau parti. Fondé en 2012 avec le soutien de 35 formations de gauche, dont le parti de gauche EMEP, le parti pro-kurde BDP, de syndicats, des associations environnementales, le HDP est fortement lié au mouvement kurde. Néanmoins, dans les médias de nombreux Turcs se déclarent prêts à voter pour le HDP, signe que le parti est devenu un véritable phénomène national. Si le HDP dépasse le seuil électoral, l’AKP n’aura pas suffisamment de sièges pour changer à lui seul la constitution turque.

Dirigé par le duo Figen Yüksekdag et Selahattin Demirtaş, le HDP se présente aux électeurs comme le « cauchemar du Sultan [Erdogan] » et défend une refondation démocratique. Le parti met l’accent sur les droits démocratiques, l’environnement, et l’autonomie régionale pour les régions kurdes. Leurs listes contiennent des candidats de différentes minorités, de nombreux activistes des droits démocratiques et civils, et presque 50 % de femmes.

Face à la popularité croissante du HDP, Erdogan accuse des journalistes, les homosexuels, ou encore le « lobby arménien » de « complot ». Pour les partisans du HDP, les attentats contre leurs bureaux dans deux villes au sud du pays, sont le résultat des attaques verbales par Erdogan et le Premier ministre Ahmet Davutoglu. Et bien que certains craignent que le HDP soit prêt à négocier avec l’AKP, le parti semble pour l’instant incarner l’espoir d’une alternative démocratique au pouvoir absolu de l’AKP.


http://solidaire.org/articles/turquie-vers-une-defaite-du-president-erdogan

3877
Le projet de loi sur la biodiversité organise la destruction de la nature





Le projet de loi sur la biodiversité en discussion à l’Assemblée nationale généralise et facilite la « compensation pour perte de biodiversité ». Cette mesure sert en fait à donner un blanc-seing aux destructions environnementales. Le projet introduit aussi la notion de « réserves d’actifs naturels », ouvrant la porte à une financiarisation de la nature.



Le projet de loi relatif à la biodiversité en discussion à l’Assemblée Nationale prévoit d’instituer des « obligations de compensation écologique » (articles 33 A, B et C). De quoi s’agit-il au juste ?

Faciliter de nouveaux Sivens et Notre-Dame-des-Landes ?

La compensation écologique est au cœur des projets les plus destructeurs et controversés tels que le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, de barrage de Sivens ou de Center Parc en forêt des Chambaran (Isère). Ces projets menacent de détruire des habitats naturels exceptionnels et la biodiversité qu’ils abritent.

Pour s’acquitter de ses engagements à enrayer la perte de la biodiversité, l’Etat exige généralement de l’aménageur qu’il « compense » la destruction prévue par la restauration ou la préservation de nature ailleurs.

De nombreux travaux scientifiques soulignent l’échec de la majorité des mesures compensatoires pour lesquelles nous disposons d’un recul suffisant et l’impossibilité de recréation de milieux constitués au fil des siècles (on ne remplace pas un arbre vieux d’un siècle par dix arbres âgés de dix ans ou une prairie naturelle ancienne par un pré saturé en nitrates).

Creuser des mares, planter quelques arbres, fabriquer des refuges pour espèces protégées, déplacer les espèces menacées font désormais partie de l’appareillage technico-juridique permettant d’afficher un impact limité sur la biodiversité.

Sivens, Notre-Dame-des-Landes et bien d’autres projets ont donné l’occasion à des naturalistes et des experts scientifiques de démontrer la faiblesse intrinsèque des mécanismes de compensation et leur incapacité à conserver la biodiversité.

Pourtant, le projet de loi actuel consacre et généralise la compensation – là où la loi de 1976 ne faisait que la mentionner sans véritables suites – avec le risque qu’elle serve de dérivatif facile et généralisé aux étapes visant à éviter et réduire les dégradations écologiques.

Si les conditions d’équivalence entre les dégradations écologiques et les mesures de compensation ne sont pas précisées par le projet de loi, les outils disponibles pour mener cette compensation sont eux intronisés, malgré de fortes réserves de la communauté scientifique. [1]

La nature mise en banque ?

Le maître d’ouvrage pourra réaliser des actions de compensation écologique de sa propre initiative, sur son terrain ou le terrain d’autrui. Sinon, il pourra également recourir à un « opérateur de compensation », et/ou contribuer au financement d’une « réserve d’actifs naturels », lui permettant de se libérer de ses obligations en contribuant financièrement à ces opérations.


C’est sous l’intense lobbying mené par la CDC Biodiversité, filiale de la Caisse des dépôts et consignations, que l’article 33 C du projet de loi introduit la notion de « réserves d’actifs naturels » dans le droit français.

Ces banques d’un nouveau genre mènent des projets de restauration de biodiversité qu’elles transforment ensuite en « actifs naturels ». Le plus grand arbitraire préside, bien sûr, comme on l’a vu dans le cas de Notre-Dame-des-Landes, aux calculs qui conduisent à compenser des mares et les amphibiens qui y vivent par des prairies artificielles.

Pour justifier leurs projets devant les pouvoirs publics, les aménageurs n’ont plus qu’à faire appel à ces banques d’actifs constituées ex ante et leur acheter quelques « actifs » biodiversité. Ce projet de loi généralise l’utilisation de banques de biodiversité sur le territoire français et donne les clés de la protection de la nature à des entreprises privées, alors que ce modèle est loin d’avoir prouvé son efficacité écologique depuis deux décennies d’existence aux États-Unis. [2]

Un droit à détruire ?

Les banques et multinationales voient la nature qui se raréfie comme un nouvel eldorado à conquérir et à privatiser, et avancent pour cela une double promesse. La promesse, jamais vérifiée, de remplacer ce qui est détruit à un endroit par un bout de nature supposée équivalent à un autre endroit. Et la promesse de pouvoir poursuivre la construction de nouvelles infrastructures, tout en préservant la nature, alors qu’un département de terre agricole et naturelle disparaît tous les sept ans.

Mesdames et Messieurs les députés, ne laissez pas la finance et les bulldozers dénaturer nos paysages et notre biodiversité !


http://www.reporterre.net/Le-projet-de-loi-sur-la

3878
Au Congrès du PS, Valls multiplie les scuds envers Sarkozy

À TOI, À MOI - Le congrès du Parti socialiste à Poitiers, samedi 6 juin, a encore été l'occasion pour Manuel Valls d'envoyer une volée de bois vert à sa cible préférée, Nicolas Sarkozy.
Qui ne devrait pas se gêner pour répondre.


Au Congrès du PS, à Poitiers, Manuel Valls a encore sorti la sulfateuse contre Nicolas Sarkozy. Ces deux-là se cherchent tellement que, le jour où ils se confronteront sur plateau télévisé, le duel promet de faire quelques étincelles. Entre l'ancien président et le Premier ministre, pas de "Je t'aime, moi non plus" qui tienne. Mais de la vacherie, du tacle, à chaque prise de parole de l'un ou de l'autre.

A toi, à moi

Rhabillé pour l'hiver samedi 30 mai quand le chef du nouveau parti "Les Républicains" a parlé de la "terrifiante médiocrité" du gouvernement, Manuel Valls a répliqué, sans coup férir : "La droite renvoie aux clichés, renvoyons-la sereinement à son bilan : service public abîmé, justice malmenée, stigmatisation des étrangers." Attaque globale contre attaque globale, le début du duel est à fleurets mouchetés.

EN SAVOIR + >> Valls accuse Sarkozy de "blesser le pays"



Mais la suite est un peu plus piquante, quand le chef du gouvernement s'en prend directement à Nicolas Sarkozy, non pas sur son bilan présidentiel, mais sur son action en tant que chef de l'opposition : "Par ses pratiques, Nicolas Sarkozy est déjà un problème pour le pays." Cruel, il fait preuve d'une fausse mansuétude et l'invite "à méditer sur le passé avant d'envisager l'avenir et d'envisager sa revanche sur nous. Quelque chose de "normal", précise-t-il, avant d'achever : "Vouloir une revanche sur lui-même, c'est un problème douloureux".

Les Républicains outrés

Outrés par la sortie du plus Catalan des politiques français, les caciques des Républicains (disons encore l'UMP) ont réagi sans prendre de gants, dans la foulée. Sur Twitter, le député-maire des Alpes maritimes a pris soin d'exiger des excuses pour des "propos qui déshonorent sa fonction".

http://www.metronews.fr/info/manuel-valls-sarkozy-est-un-probleme-pour-le-pays/moff!ZbvDJO2c5KxuQ/


3879
Ils osent monétiser le monde du vivant



Le règne des animaux et de végétaux est aujourd’hui transformé en produit bancaire coté en bourse. Monétiser le monde du vivant est un marché à part entière qui se développe sous nos yeux, ou plutôt dans notre dos…



Peut-être avez vous manqué ce reportage d’une importance capitale diffusé sur ARTE. Le film documentaire « Nature, le nouvel eldorado de la finance » expose comment les banques et la finance arrivent à détenir les ressources du monde du vivant. Un accaparement « légal » qui ne se fait pas sans conséquence.

Ils osent monétiser le monde du vivant. Les règnes des animaux et des végétaux sont aujourd’hui transformés en produits bancaires cotés en bourse. C’est un marché à part entière qui se développe sous nos yeux, ou plutôt dans notre dos…

L’ignominie est totale

Les politiques de productivisme et de croissance sans limite provoquent la disparition des espèces, qui de fait gagnent en rareté et donc en valeur marchande. L’environnement et ce qu’il contient devient un capital spéculatif. Le moins que l’on puisse dire c’est que cette situation est contre-nature. Les conséquences pour l’humanité comme pour la faune et la flore sont à redouter. Une autre question vient à l’esprit:


à qui appartient le monde du vivant ?

Les « sauveurs » autoproclamés de la biodiversité

Si vous n’avez pas la réponse, d’autres se sont chargés d’en trouver une « légale »… Les mêmes acteurs financiers qui ont provoqué la crise mondiale de 2008 par cupidité,  prétendent aujourd’hui sauver les espèces en leur donnant une valeur marchande. Leur logique pour monétiser le monde du vivant? Un bien qui est rare est protégé afin de préserver sa valeur et… la voir se développer pour générer un profit.

Libre aux imbéciles de croire que l’argent – ce qui est le plus sale-  peut protéger la nature – ce qui est de plus pur. On peut par contre facilement se projeter dans des scénarios catastrophiques où pour augmenter la valeur d’une espèce on organise sa rareté.

Combien vaut la nature ?



Et… combien peut-elle rapporter surtout ? À l’heure où l’on craint le pire pour la biodiversité, ce documentaire d’ARTE révèle la financiarisation croissante des ressources naturelles par les banques et les investisseurs privés.

Émerge alors un nouveau business, celui de la protection environnementale. Prometteur en termes de profits, c’est ce nouveau marché édifiant qui est décrypté dans ce documentaire exceptionnel.

Le principe est simple pour monétiser le monde du vivant, on attribue un coût à la nature, Arte apporte une explication :


des banques et des fonds d’investissements, pourtant responsables de la dernière crise financière en date, achètent d’immenses zones naturelles riches en espèces animales et végétales menacées. Monétarisées et financiarisées, ces réserves sont ensuite transformées en produits boursiers possiblement spéculatifs.

Sur le marché, on peut ainsi acheter et vendre des titres sur « la mouche » ou « l’orang-outan » et d’autres. Les entreprises qui polluent peuvent acheter ces titres pour se donner bonne figure. Ainsi on peut imaginer Nutella acheter des titres « arbre centenaire d’Amazonie » pour continuer d’autre part à déboiser l’Amazonie. Comme le dénoncent des économistes objecteurs de croissance, alors que tout indique la nécessité de ralentir, le choix est fait d’accélérer dans la même logique qui est à l’origine d’un problème systémique.

Peut-on donc tout vendre ?

Il apparaît que monétiser le monde du vivant est bien un choix de société plus qu’un état de fait. Un lobbying surpuissant s’acharne déjà à tirer la couverture du coté des multinationales. Les conséquence ne devraient pas tarder à se faire ressentir.

Ce qui est triste, c’est que la raison ne l’emporte pas sur l’appât du gain. Ce qui est dommage c’est que les gens sains d’esprit ne se fassent pas plus entendre.


http://www.mieux-vivre-autrement.com/ils-osent-monetiser-le-monde-du-vivant.html?utm_campaign=shareaholic&utm_medium=facebook&utm_source=socialnetwork

3880
Etats-Unis. Des Chinois ont-ils hacké l'administration américaine ?



L’envergure de l’attaque informatique subie par l’administration fédérale américaine met en lumière ses fragilités dans la protection des données des employés. L’enquête indique que l’origine des attaques se situe en Chine.


 





   

Et aussi...


 
Demain la troisième guerre mondiale

Vidéos
 


 
Au cœur du Yémen en guerre : attaque sur Sanaa

Vidéos
 




   





Le Captagon, la "potion magique" des djihadistes

L'Obs
 



Pierre Perret, salace, ça lasse

Télérama.fr
 




   
Sur le web

 


 


 


 


 Contenus recommandés par Outbrain 


Nos services



SHOPPING MAISON
 Les meilleurs produits pour décorer votre maison.
Découvrez vite !   
 



QUIZ WATERLOO
 Répondez à trois questions pour gagner des places pour le spectacle du 20 juin !
Participez !   
 



JEU-CONCOURS
 Jouez pour gagner un week-end à Toulouse !
Participez !   
 



FORMULE 100% DIGITALE
 articles exclusifs + archives + l'hebdo à partir de 1€
Je m’abonne    
 



COMPARATEUR DE PRIX
 MONTRES
 Les montres pour homme tendace et design.
Découvrez vite !   
 



COURS D'ANGLAIS
 Un mois de cours d'anglais gratuit !
 10 min. de cours ludiques et personnalisés par jour
 



COURS DE FRANÇAIS
 7 jours de cours de français gratuits !
 10 min. de cours ludiques et personnalisés par jour
 


L'administration Obama a annoncé jeudi 4 juin avoir subi une attaque informatique et un vol très conséquent de données personnelles concernant ses employés. Cette fuite d’information toucherait autour de 4 millions de travailleurs fédéraux américains, y compris un nombre important d’employés actuellement à la retraite.

L’origine de l’intrusion aurait été localisée en Chine. Si la cible semble avoir été les données personnelles d’identification des employés américains, le but de l’opération semble floue, tant l’étendue et la quantité de données récupérée est importante. Dans le passé, la plupart des cyber-attaques chinoises aux Etats-Unis étaient généralement focalisées sur l’espionnage industriel.

Une faille dans la protection des données

Cité par le New York Times, le représentant de Californie Adam B. Schiff, par ailleurs membre du United States Senate Select Committee on Intelligence (SSCI), chargé de la surveillance du renseignement américain, a qualifié cette attaque de “choquante car beaucoup d’américains sont en droit d'attendre que le système informatique fédéral soit protégé en bonne et due forme par nos renseignements”.

L’Agence américaine de sécurité a décidé de renforcer sa surveillance des hackers étrangers, notamment grâce à l’extension de son mandat qui selon le New York Times “pourrait également permettre de balayer des informations liées à un grand nombre d’américains innocents”.

Les Etats-Unis avertis des failles

Dans l’article du 5 juin, le quotidien américain révélait que l’administration américaine avait été avertie en novembre par les autorités compétentes que “le système de sécurité informatique de l’agence fédérale est le rêve des hackers chinois”.

Ce qui fait dire à un ancien cadre de l’administration fédérale américaine, cité par le New York Times, que le “mystère n’est pas comment les chinois ont réussi à prendre toutes ses informations mais pourquoi ils ont attendus aussi longtemps”.


http://www.courrierinternational.com/article/etats-unis-des-chinois-ont-ils-hacke-ladministration-americaine

3881
Anne Hidalgo : "Je suis heureuse de cette collaboration avec le Qatar "

Anne Hidalgo n'a entendu parler ni des ouvriers qui meurent sur les chantiers de la Coupe du monde 2022, ni des soupçons de financement des djihadistes par l'émirat qatari. Même la plainte déposée par Doha contre Florian Philippot ne la choque pas. A Paris, tant que le Qatar paye tout va bien...



N’écoutant que son absence de courage, Anne Hidalgo a d’abord tenté de faire la sourde oreille quand Jean-Michel Aphatie lui a demandé, ce matin sur RTL, si elle comprenait que le Qatar porte plainte contre un homme politique français, en l’occurrence le vice-président du FN, Florian Philippot, qui avait accusé l’émirat de financer le terrorisme islamiste.

video :

3882
PRISM : quand Microsoft aide la NSA à contourner son chiffrement

The Guardian a publié de nouveaux documents transmis par Edward Snowden faisant état de la collaboration étroite menée par la Silicon Valley, en particulier Microsoft, avec la NSA

Nouveaux rebondissements concernant l'affaire d'espionnage Internet de la NSA. The Guardian a fait état de l'obtention de nouveaux documents prouvant la proximité des firmes partenaires du programme PRISM avec les autorités américaines.

 Cette fois, c'est Microsoft qui est particulièrement ciblée. Bien que la firme ait nié en premier lieu toute connaissance du programme PRISM, il semblerait qu'elle ait tout de même largement collaboré avec les services de renseignement américain pour lui faciliter l'accès aux données chiffrées. Face à l'inquiétude de la NSA de ne pouvoir accéder aux conversations des utilisateurs de la nouvelle interface Outlook, Microsoft aurait aidé l'autorité à contourner le chiffrement des données.

 Outlook n'est d'ailleurs pas le seul service concerné. Skydrive, sa solution de stockage en ligne, aurait fait l'objet d'une attention toute particulière, avec le concours du FBI, qui aurait joué un rôle d'intermédiaire pendant près de neuf mois afin d'obtenir l'accès sans autorisation spécifique. La NSA se félicite dans les documents du travail d'équipe et de collaboration mis en oeuvre entre les agences américaines de renseignement.

 Skype n'échappe pas non plus à la règle, la collecte des données y a débuté en février 2011, après que la société a reçu une injonction de la part de la justice,révèle The Guardian. La NSA aura mis quatre mois pour obtenir gain de cause, alors qu'elle avait adressé ses premières demandes en novembre 2010. En juillet 2012, soit neuf mois après le rachat de Skype par Microsoft, elle se félicitait d'avoir réussi à tripler le volume de vidéos recueillies à travers PRISM.

 Du côté de Microsoft, la position ne change pas. Elle affirme n'agir que sur la base de requêtes gouvernementales précises, telles que prévues par la loi américaine. « Lorsque nous mettons à jour nos produits, des obligations judiciaires peuvent nous imposer dans certaines circonstances de maintenir la possibilité de fournir des informations, en réponse à une loi ou une requête de sécurité nationale. Ce sont les aspects du débat dont nous aimerions pouvoir discuter plus librement. C'est pour cela que nous réclamons une transparence supplémentaire qui pourrait aider tout le monde à mieux comprendre et débattre de ces sujets importants. », explique la firme, en référence aux demandes formulées auprès du gouvernement américain pour obtenir le droit de publier davantage d'informations.

http://pro.clubic.com/legislation-loi-internet/donnees-personnelles/actualite-571836-prism-microsoft-aide-nsa-contourner-chiffrement.html

3883
Akon donnera accès à l'électricité à 600 millions d'Africains



Akon, le chanteur de R&B connu pour ses succès dans les années 2000, a quitté les planchers de danse pour la bonne cause.

L’interprète de Locked Up travaille actuellement à fournir l’électricité aux 600 millions de personnes qui vivent en Afrique rurale, rapporte The Independent.

Le musicien américano-sénégalais a lancé le mouvement caritatif Akon Lighting Africa l’année dernière.

Il a finalement réussi à ouvrir une académie solaire, afin que les centaines de millions de personnes qui vivent dans les communautés rurales de l’Afrique puissent avoir accès à l’électricité.

Située à Bamako au Mali, l’objectif de l’académie est d’aider les ingénieurs à produire de l’énergie solaire, le pays étant ensoleillé 320 jours par année.



3884
LA VIDEO INTERDITE DU COMPLOT HOLLANDE SARKOZY FACE AUX FRANÇAIS


3885
80% des maladies chroniques sont dues à la colonne vertébrale