Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

4111
Pollution: Royal relance les pastilles écolos sur les voitures dès 2016

video : http://www.bfmtv.com/societe/pollution-royal-relance-les-pastilles-ecolos-sur-les-voitures-des-2016-891541.html

Le dispositif, qui ne sera pas obligatoire, permettra aux véhicules les moins polluants de bénéficier d'avantages sur le stationnement ou la circulation.

 
Elle ornait les pare-brises des véhicules jugés les plus propres à la fin des années 90 et durant les années 2000: la "pastille verte" va opérer son grand retour. Dès le 1er janvier 2016, six macarons de couleur, et un septième réservé aux voitures électriques, pourront permettre de distinguer le niveau d'émissions de CO2 des véhicules.

"Ils seront numérotés de un à six, du moins au plus polluant. Chaque certificat, apposé derrière le pare-brise, sera d'une couleur différente", explique  Segolène Royal dans les colonnes du Parisien.

"C’est la même idée que l'ancienne pastille verte, mais techniquement plus efficace. L’objectif n’est pas de faire de l’écologie punitive en pointant du doigt les propriétaires de véhicules polluants, mais de les inciter à opter pour des véhicules moins polluants", poursuit la ministre de l'Ecologie.

Des avantages pour les moins polluants


Concrètement, en fonction de la couleur du certificat, chaque automobiliste pourra bénéficier d'avantages ou de contraintes. Par exemple, grâce à un macaron de niveau peu polluant, la voiture pourra emprunter les couloirs de bus, rouler librement les jours de circulation alternée, ou encore obtenir des tarifs de stationnement préférentiel. Chaque ville pourra édicter ses règles.

Pierre Chasseray, président de 40 millions d'automobilistes, n'apprécie que moyennement la mesure. "Que va pouvoir faire demain un automobiliste qui sera pointé du doigt avec une interdiction de circulation? Cela va-t-il lui donner les moyens d'acheter un nouveau véhicule? Non", s'indigne-t-il.

Le dispositif, qui sera gratuit les six premiers mois en 2016, puis coûtera 5 euros par certificat, restera toutefois facultatif. Nul doute que les macarons de niveau 6, les plus polluants, ne devraient pas être légion sur les pares-brise. Chaque automobiliste pourra  en faire la demande sur Internet, et le macaron sera ensuite expédié à l'adresse figurant sur la carte grise du véhicule.

http://www.bfmtv.com/societe/pollution-royal-relance-les-pastilles-ecolos-sur-les-voitures-des-2016-891541.html

4112
Cancer : Monsanto cache des squelettes nauséabonds dans ses placards depuis 1981 sous le regard indulgent des autorités US

Des preuves retrouvées au plus profond des archives de l’EPA (Environment Protection Agency - l’Agence de Protection (ce mot devrait être mis entre parenthèse) de l’Environnement, indiquent que dés 1981 Monsanto avait parfaitement conscience que le glyphosate pouvait induire des cancers.



L’ONG GM-Free Cyrmu a mené l’enquête, en reprenant le travail engagé par Sustainable Plus. Elle a remonté le temps pour dvoir sur la base de quelles études l’autorisation initiale avait été accordée à Monsanto pour pouvoir commercialiser le RoundUp ou glyphosate - herbicide totale qui détruit tout sur son passage et dernière lequel, comme Attila, l’herbe ne repousse pas. Ses découvertes sont édifiantes et consternantes. Elles montrent un changement d’attitude très rapide la part des autorités américaines.

Les dossiers sur lesquels ces chercheurs ont mis la main montrent que (i) De nombreuses études de toxicité (sur les souris, les rats et les chiens) ont été conduites aux USA par le laboratoire Bio/Dynamics Inc. pour le compte de Monsanto entre 1978 et 1986. Deux de ces études portent sur une étude sur trois générations de rats et une autre étude appelée «Etude sur les effets d’une alimentation glyphosatée tout au long de la vie sur les rats. » (ii) les résultats de ces études sont considérés comme relevant des secrets commerciaux et ne peuvent pas être divulguées. L’absence de transparence sur ce cas laisse planer de sérieux doutes.

Si ces travaux de toxicologie montraient effectivement qu’il n’y a aucun problème, quel interêt Monsanto pourrait avoir à continuer à les cacher alors même qu’elle est sous le feu de la critique de l’OMS?

Cependant une partie des archives de l’EPA d’une début des années 1980 est maintenant accessible. Cela donne quelques indications sur le contenu de l’étude tri générationelle sur les rats concernant des problèmes sur les reins ainsi que sur l’appareil digestif. Les résultats étaient suffisamment inquiétant pour que les autorités américaines refuse de donner le NOEL (No Observed Adverse Effect Level - aucun effet négatif observé). En d’autres terme l’EPA refusait purement et simplement, il y a 24 ans de délivrer une Autorisation de Mise sur le Marché - (AMM).

En 1982 Monsanto a donc été contrainte de fournir d’autres études qui, comme par enchantement minimisaient les risques. Les nouvelles données contribuaient à rendre flous les effets du glyphosate. Le bidouillage était visiblement suffisant pour obtenir le feu vert de l’Agence Amércaine de l’Environnement.

En 1983, La porte était maintenant grande ouverte pour se lancer dans la commercialisation des semences OGM résistante au RoundUp que Monsanto n’hésitait pas à qualifier de bon pour l’environnement.

Maintenir que ces premières études relèvent du secret des affaires est particulièrement scandaleux (Une Directive européenne est d’ailleurs en préparation pour renforcer ce « secret d’affaire »). Les autorités américaines doivent les rendre public rapidement pour qu’elles puissent être examinées par les autorités sanitaires d’autres pays comme l’EFSA en Europe.

Ces documents qui remontent à la surface sont nauséabonds. Ils laissent planer le doute sur une possible corruption massive et sur un bidouille de données scientifiques. La transparence doit être faite et pour la énième fois, je demande à la Commission européenne de lancer une recherche trans-générationnelle sur les effets du glyphosate.


PS : je remercie les ONG GM-free Cymru et Sustainable Plus pour le travail qu’elles ont réalisé. Vous trouverez des informations précises (en anglais) sur leurs sites.
http://www.gmfreecymru.org/documents/monsanto_knew_of_glyphosate.html


4114
Les 10 principales stratégies de manipulation de masse:
 1/- La stratégie de diversion (focaliser l'attention du public avec un 'buzz' pour faire passer des mesures honteuses)
 2/- La stratégie "problème-solution" (créer un problème de toutes pièces pour que le peuple réclame lui même la mesure préalablement prévue)
 3/- La stratégie de la dégradation (créer des situations inacceptables progressivement, par étapes: chômage, précarité, flexibilité, délocalisations, destruction des acquis sociaux...)
 4/- La stratégie du différé (annoncer à l'avance une mesure difficile, mais soit disant nécessaire, pour que le peuple se prépare à l'idée et accepte la mesure à échéance)
 5/- S'adresser au public comme à des enfants (infantiliser le peuple, pour qu'il accepte sans broncher, comme quand il était enfant...)
 6/- Faire appel à l'émotion plutôt qu'à la raison, créer des chocs émotionnels pour court-circuiter l'analyse rationnelle et ouvrir l'accès à l'inconscient des individus
 7/- Maintenir dans l'ignorance et la bêtise
 8/- Encourager le public à se complaire dans la médiocrité (à trouver "cool" le fait d'être bête, vulgaire et inculte)
 9/- Remplacer la révolte par la culpabilité (les humains sont responsables de leur malheur). Un individu dépressif perd toute capacité de révolte...
 10/- Connaître les individus mieux qu'ils ne se connaissent eux-même (progrès fulgurants de la psychologie appliquée, de la neurobiologie,... Le système en est arrivé à mieux connaître l'individu moyen qu'il ne se connaît lui-même, ce qui lui permet de le contrôler complètement)

4115
Les Anonymous video , info press , action / respect à coluche
« le: 02 juin 2015 à 20:16:28 »

4116
Anonymous France, Un Message pour Un Peuple !


4117
Anonymous ▶ #OpFreeStreetArt - Soutien aux Artistes de Rue (Street Art)


4118
Anonymous France ► Qui sont les Anonymous ? VOST FR/ENG/ESP Who are anonymous ?


4119
Tous paranos ? Non, voici dix théories conspirationnistes confirmées par les faits




Un texte de plus sur le complotisme, pourrait-on dire. Il n’est publié ici que pour ceux qui auraient besoin d’arguments dans leurs différents échanges. Mais le complotisme n’a pas besoin d’arguments ni de justifications. En fait ceux qui ont créé cette notion ont aussi créé l’obligation de se justifier pour tous ceux qui doutent. Il faudrait refuser de se laisser enfermer dans ce piège à c… Le doute, quel qu’il soit est salutaire et même nécessaire, et surtout n’a aune cause. Il n’a donc besoin d’aucune preuve, contrairement aux affirmations. Au-delà du doute, le refus d’une explication est tout aussi légitime. C’est d’ailleurs ce qui fait progresser la science et la pensée humaine. Tous les grands hommes que nous vénérons aujourd’hui étaient des complotistes. Jésus l’était, tout comme Galilée et tant d’autres. Il a fallu qu’ils s’affranchissent des explications qu’on leur donnait pour voir le monde différemment.

***

Le troisième conflit mondial sera une guerre de guérilla qui se jouera sur le terrain de l’information, sans aucune distinction entre des militaires et des civils – Marshall McLuhan.

Depuis quelques années, une simple allusion à la théorie du complot est de plus en plus ridiculisée, même par les officines des grands médias parmi les plus libérales. Mais ne les laissez pas vous tromper : il ne s’agit pas toujours de gentilles fadaises, sans preuves ni fondements.

En fait, parfois, il arrive qu’elle soit carrément vraie.

En voici dix fois la preuve…

1. L’incident du golfe du Tonkin, qui provoqua l’entrée en guerre des USA contre le Viet-Nam, n’a jamais eu lieu

 Selon la théorie complotiste : l’incident du golfe du Tonkin, un tournant dans l’implication des USA au Vietnam, ne s’est en réalité jamais produit.

De fait, l’incident en question – auquel on se réfère aussi en parlant de l’incident du vaisseau USS Maddox, impliqua ce croiseur lors d’un supposé engagement naval avec trois bateaux torpedo nord-vietnamiens, patrouillant dans les eaux nationales. Le Maddox tira plus de 300 obus. Le président Lyndon B. Johnson rédigea la résolution du golfe du Tonkin, qui devint la justification légale de l’entrée en guerre des USA au Vietnam.

Le problème est que ça ne s’est pas passé ainsi. En 2005, une étude interne de l’Agence nationale de sécurité fut déclassifiée et révéla qu’il n’y avait aucun vaisseau nord-vietnamien présent lors des incidents du Tonkin. D’où la question : sur quoi tira le Maddox ?

En 1965, le président Johnson devait commenter : «Pour ce que j’en sais, notre marine avait tiré sur des baleines.» Il convient de souligner également ceci : l’historien officiel de l’ANS, Robert J. Hanyok, rapporta par écrit que l’agence avait délibérément modifié les rapports des services de renseignements, en 1964.

Il conclut même : «Le parallèle à faire entre les fautes commises par les services de renseignements au golfe du Tonkin et les manipulations de ceux-ci concernant la guerre en Irak, rend plus que jamais nécessaire le ré-examen des événements d’août 1964.» (voir ici et là)

2. L’expérience sur la syphilis à Tuskegee – le non-traitement délibéré de patients infectés par la syphilis

Selon la théorie complotiste : entre 1932 et 1972, le service de santé publique US a conduit une étude clinique sur des hommes américains de race noire vivant en zone rurale, et ayant contracté la syphilis.

Le service de santé publique n’a jamais informé ces hommes qu’ils avaient une maladie sexuellement transmissible, ni ne leur a offert de traitement, même après que la pénicilline fut disponible comme médicament dans les années 1940. Aussi triste que cela puisse être, c’est la pure vérité.

Plutôt que de recevoir un traitement, les sujets de cette étude ont été informés qu’ils étaient porteurs d’un mauvais sang. Quand la Seconde Guerre mondiale a éclaté, 250 de ces hommes ont été appelés sous les drapeaux, et y ont appris – pour la toute première fois – qu’ils étaient atteints de la syphilis. Et même en connaissance de cause, il leur fut refusé un traitement par le service de santé publique.

Jusqu’au début des années 1970, 128 des 399 hommes étaient morts de la syphilis ou de ses complications, 40 épouses furent infectées et 19 de leurs enfants furent atteint de syphilis congénitale. Il convient de souligner également ceci : une expérience similaire conduite sur des prisonniers, des soldats et des patients d’un hôpital psychiatrique au Guatemala, consistait pour le service de santé publique à infecter délibérément ces populations, pour ensuite les traiter avec des antibiotiques. (Voir ici et là)

3. Le projet MKUltra : le programme de la CIA de contrôle mental

Selon la théorie complotiste : la CIA a conduit des expériences secrètes portant sur des techniques de contrôle de l’esprit sur des citoyens US entre 1950 et 1973. C’est tellement vrai qu’en 1995, le président Clinton a présenté des excuses publiques et officielles de la part du gouvernement US.

En substance, la CIA utilisait les drogues, l’électronique, l’hypnose, les privations sensorielles, l’abus sexuel et verbal ou encore la torture, dans le cadre d’expériences empiriques d’adoption de comportements programmés, et ce sur des individus. Ce projet inclut les travaux de centaines de projets sous-traités à plus de 80 institutions, dont des universités, des hôpitaux, des prisons, et des entreprises pharmaceutiques.

Le gros de l’histoire fut révélé en 1977, lorsque qu’un décret exigea de rendre publics 20 000 documents jusqu’alors classifiés, ce qui entraîna une série d’auditions sénatoriales. Vu que le directeur de la CIA de l’époque, Richard Helms, avait déjà détruit la plupart des dossiers pourtant accablants du projet MKUltra, ce qui s’est passé à cette période reste à ce jour essentiellement méconnu. Et bien sûr, personne ne fut accusé de quoi que ce soit.

Il convient de souligner également le pire : de plus en plus de preuves s’accumulent, qui attestent que Theodore Kaczynski, mieux connu sous le surnom de la bombe humaine, a été un sujet du projet MK Ultra, alors qu’il était étudiant à Harvard, à la fin des années 1950. (voir ici, là, et là).

4. L’opération Northwoods : l’armée US avait planifié une opération sous faux drapeau pour impliquer Cuba

Selon la théorie complotiste : l’état-major US conçut et approuva un plan impliquant des actes de terrorisme sur le sol US afin de faire basculer l’opinion publique états-unienne en faveur d’une guerre contre Cuba. Noir sur blanc : il suffit de savoir lire…

Heureusement, le président Kennedy rejeta ce projet, qui incluait : assassiner de citoyens en pleine rue d’une balle dans la tête ; couler en pleine mer des bateaux remplis de réfugiés fuyant Cuba ; provoquer une vague de terrorisme paniquant tout Washington D.C., Miami et ailleurs ; accuser sciemment des individus innocents pour des attentats à la bombe en forgeant de fausses accusations ; et détourner des avions.

En outre, les hauts gradés de l’état-major, dirigé par Lyman Lemnitzer, prévoyaient de monter un dossier accusant Fidel Castro et les réfugiés cubains d’être derrière ces attaques. Peut-être le plus infâme de tout, Lemnitzer voulait aussi orchestrer sous faux drapeau, l’attaque d’un avion de chasse cubain contre un avion de ligne rempli de jeunes élèves. (voir ici et là)

5. Trafic de stupéfiants par la CIA à Los Angeles

Selon la théorie complotiste : durant les années 1980, la CIA a facilité la vente de cocaïne aux gangs sanguinaires des rues de L.A., Crips et autres, et achemina les millions du commerce de la drogue au profit de guérilleros d’Amérique latine, les Contras.

C’est un écheveau complexe, mais c’est bel et bien la vérité. Le livre de Gary Webb, Dark Alliance : la CIA, les Contras et l’explosion du commerce du crack met en lumière comment les Contras, soutenus par la CIA, ont pu faire de la contrebande de cocaïne aux USA, distribuer le crack aux gangs de Los Angeles, et empocher les profits. La CIA a directement aidé les dealers de drogue pour financer les Contras.

Le réseau de la drogue, comme l’appela Webb dans un article du San Jose Mercury en 1996, «a inauguré le premier canal entre les cartels de la cocaïne en Colombie et les banlieues noires de Los Angeles, une ville rebaptisée depuis la capitale mondiale du crack. La cocaïne, qui coula à flots, fut l’étincelle qui fit exploser la consommation de crack dans les villes US… et fournit les capitaux et les contacts nécessaires aux gangs pour acquérir des armes automatiques.»
Pire, il convient de souligner également que le 10 décembre 2014, Webb se suicida d’une façon très originale : au moyen de deux balles dans la tête. (voir ici et là).

6. L’opération Mockingbird : les grands débuts du contrôle des médias

Selon la théorie complotiste : à la fin des années 1940, alors que la guerre froide prenait son essor, la CIA lança un projet top secret appelé Opération Mockingbird. Son objectif était d’influencer voire de contrôler les principales officines médiatiques.

Ils planifièrent aussi d’embaucher directement des journalistes ou reporters comme salariés de la CIA, ce qui – à ce qu’il paraît – serait encore d’actualité à ce jour. Les architectes de ce plan se nommaient Frank Wisner, Allen Dulles, Richard Helms, et Philip Graham (ce dernier éditeur au Washington Post ), et envisageaient de recruter les organisations américaines d’information et que les journalistes deviennent ni plus ni moins des espions et des propagandistes.

La liste de leurs agents complices incluait des journalistes de tous horizons : ABC, NBC, CBS, Time, Newsweek, Associated Press, United Press International (UPI), Reuters, Hearst Newspapers, Scripps-Howard, Copley News Service… Vers les années 1950, la CIA avait infiltré le monde des affaires, des médias, des universités avec des dizaines de milliers d’agents occasionnels. Heureusement que cette époque où nos médias roulaient pour les grosses entreprises ou le gouvernement, par l’intox ou le service après-vente, est bien révolue! (Voir ici, là et là)

7. COINTELPRO : les programmes de contre-espionnage des années 1960 contre les activistes.

Selon la théorie complotiste : COINTELPRO consistait en une série de projets illégaux et clandestins du FBI, permettant l’infiltration d’organisations politiques états-uniennes afin de les discréditer et de les diffamer.

Ils visaient les opposants à la guerre du Vietnam, les dirigeants du mouvement pour les droits civiques comme le Pasteur Martin Luther King et une pléthore d’activistes et autres journalistes. Les actes commis à leur encontre incluaient la guerre psychologique, les calomnies publiques par l’usage de preuves forgées et de documents falsifiés, le harcèlement, l’incarcération abusive, et selon certains, l’intimidation, voire même la violence physique et l’assassinat.

Des méthodes similaires ou plus sophistiquées sont encore d’usage, à ce jour, en parallèle au contrôle de la NSA (voir le point 10 de cet article). (Voir ici, là et là).

8. L’opération Snow White : l’Église de Scientologie infiltre le gouvernement, et subtilise des informations

Selon la théorie complotiste : L’opération Snow White [Blanche-Neige, NdT] est le nom donné à l’infiltration sans précédent par l’Église de Scientologie du gouvernement US, durant les années 1970. Ils volèrent des dossiers gouvernementaux classifiés concernant la scientologie, issus d’une douzaine d’agences gouvernementales.

En 1977, le FBI révéla finalement l’affaire Snow White, ce qui conduisit à l’arrestation et à l’emprisonnement d’un haut personnage de l’Église. L’objectif-clef du programme d’infiltration était de prendre connaissance et légalement supprimer «tous les faux dossiers gardés secrets portant sur les pays-cibles de l’Église». Il visait aussi à permettre à ses dirigeants, dont L. Ron Hubbard lui-même, de «visiter les pays occidentaux sans encourir de menaces». Après analyse, il était évident qu’il n’y avait rien de légal dans leur entreprise. (Voir ici, là et là)

9. Les grandes multinationales et les gouvernements définissent la politique économique en secret (TPP, TISA, etc.)

Selon la théorie complotiste : des activistes qui dénonçaient depuis des années la création d’un gouvernement mondial des multinationales étaient tout bonnement qualifiés de paranos. Peut-être l’étaient-ils, mais que vous appeliez cela le Nouvel Ordre Mondial ou non, cela au moins qu’ils avaient raison.

Le 13 novembre, WikiLeaks diffusa le brouillon tenu secret du texte des négociations du TPP (le partenariat trans-pacifique) concernant la propriété des droits intellectuels. Il révéla l’existence d’un accord de libre-échange régional et exclusif négocié par les pays de l’Asie du pacifique, dont l’Australie, le sultanat de Brunei Darussalam, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les USA et le Vietnam.

L’ “Electronic Frontier Foundation” affirme que le TPP implique «des conséquences largement négatives pour la liberté d’opinion, le droit à la vie privée et les règles de procédures de recours, et rendra plus difficile pour les gens, la capacité d’innover». Il convient de souligner qu’en juin 2014, WikiLeaks révéla l’existence d’un accord commercial plus étendu encore, traitant des services publics (TiSA), où 50 pays s’accordèrent pour privatiser à une échelle sans précédent, à travers le monde, leurs secteurs publics.

L’accord doit essentiellement empêcher les gouvernements de ramener les services publics sous l’autorité des parlements et de la nation. Cela mettra en péril la capacité des États à œuvrer à la protection de l’environnement ou encore à préserver la sécurité sociale. (Voir ici et là)

10. Le gouvernement US espionne illégalement ses propres citoyens

Selon la théorie complotiste : On avait l’habitude de plaisanter à propos de ce délire dystopique tiré d’imaginations trop exaltées (probablement tiré de 1984, de Georges Orwell), et propre à une certaine jeunesse suspicieuse envers tout gouvernement. Quand on entendait ils nous espionnent, où que l’on aille, on souriait poliment, mais on pensait plutôt: encore un cinglé parano et adepte du grand complot, et de l’existence des petits hommes verts.

Même quand on révéla que la NSA nous avait illégalement espionnés et collectait nos données personnelles à partir de nos téléphones portables depuis plus d’une décennie, les gens essayaient de le justifier, d’une façon ou d’une autre. «Oui, ils analysent nos transmissions, mais c’est dans le cadre de la sécurité nationale», ou encore «Dans le monde de l’après 11 septembre, certaines libertés doivent être mises entre parenthèses pour notre sécurité à tous, n’est-ce pas?» En fait, ces justifications sont complètement fausses, il ne s’agit que de masturbation [branlette, NdT] intellectuelle.

Non seulement, il n’y a pas de preuves indiquant que la NSA nous a protégés du terrorisme, mais en plus on dirait que tout ça nous rend en fait plus vulnérables. Grâce aux révélations sur la NSA et leur fameux projet Prism, nous savons que l’échelle de l’espionnage que nous subissons est encore plus étendue que ce que beaucoup de théoriciens de la conspiration avaient imaginé à la base.

Début juin 2014, le Washington Post rapportait que près de 90% des données collectées par les programmes de surveillance de la NSA portaient sur les utilisateurs d’internet, sans lien aucun avec des activités terroristes. Selon l’Union des libertés civiles américaines, c’est là une violation claire de la Constitution.

L’ULCA poursuit la NSA devant les tribunaux, affirmant que cette sorte de pêche au gros filet de collecte de données est une violation du quatrième amendement relatif à la vie privée, ainsi que du premier portant sur la liberté d’expression et d’association.

Traduit par Geoffrey, relu par jj pour le Saker Francophone

http://lesakerfrancophone.net/tous-paranos-non-voici-dix-theories-conspirationnistes-confirmees-par-les-faits/

 

4120
3.34 grammes d’alcool dans le sang et toujours son permis…

Un habitant du nord de la France s’est fait contrôler avec 3.34 g d’alcool par litre de sang.
 Une «performance» qui aurait dû lui valoir un retrait de permis…
mais il roule toujours.



La scène se passe en novembre dernier, dans la commune de Bourbourg, dans le nord de la France. Selon la Voix du Nord qui révèle cette histoire, David se fait contrôler au volant de son véhicule qu’il conduit malgré une suspension de permis.

Une grosse dose d’alcool

Visiblement éméché, l’homme souffle dans l’alcootest et les compteurs s’affolent : verdict 3.34 g d’alcool par litre de sang. Champion.

L’homme est conduit au commissariat pour être placé en garde à vue avant d’être renvoyé vers le parquet de Dunkerque pour un éventuel procès. Procédure habituelle, sauf que dans ce cas, un tracas administratif va changer la donne.

Erreur de procédure

L’officier de police judiciaire chargé de la procédure a en effet commis une petite… boulette. Il a oublié de rédiger le procès-verbal de saisine. La procédure n’existe donc pas légalement. Bien que les faits soient flagrants, le conducteur est ressorti libre du palais de justice avec son permis en main, tout sourire, alors qu’il risquait très gros. L’histoire ne dit pas s'il est allé arroser ça..


https://fr.news.yahoo.com/alcool-dans-le-sang-et-toujours-son-permis-144054792.html

4121
La date de la prochaine guerre mondiale : le retour d’inquiétants schémas

J’étais en train d’écrire un billet, qui paraîtra en fait après celui-ci, tentant d’expliquer par une analyse de la situation actuelle à quel moment le prochain conflit d’ampleur devrait exploser, étant donné que les grandes tensions, les vraies lignes de faille dans l’ordre mondial, de celles pouvant mener à une conflagration violente, sont en train d’apparaître avec de plus en plus de netteté, lorsque j’ai réalisé qu’il y avait des schémas, des patterns fort inquiétants et qui ont la particularité de converger vers la même date que celle que j’aurais donné, par analyse géopolitique.

Or donc, ladite analyse sera produite dans mon prochain billet. Ici, je vais exposer ces schémas, et ce que j’en conclus.

Les causes de conflagrations comme les guerres mondiales sont très profondes. Ce sont des mouvements géopolitiques de fond qui se préparent depuis des décennies et finissent par converger dans la catastrophe. On doit donc remonter assez loin, et pas à deux-trois ans, pour déceler ces schémas mortels.

Mon avis est qu’est en train de se reproduire le schéma de la conflagration de la Deuxième guerre mondiale, soit USA en crise - Europe démocratique contre Europe fasciste-Japon impérialiste, dans le schéma actuel USA en crise-Europe démocratique contre Europe poutiniste-Chine impérialiste.

L’on a souvent, et je l’ai fait moi-même, comparé la Russie de Poutine à l’Allemagne nazie. Cela fait sourire les imbéciles, qui pinailleront sur tel ou tel aspect, mais il est question de mouvements de fond, et là-dessus le parallèle est manifeste. Je le résume dans le tableau suivant :



Lorsque l’on parle de schémas géopolitiques, ou plutôt, pour reprendre la terminologie et les préoccupations de ce blog, de modèles historionomiques, il en va comme des grands cycles économiques : leur durée n’est pas fixe, mais approximative, elle se mesure en ordre de grandeur.

Pour l’Allemagne, le schéma dure 69 ans. Cette durée est déjà dépassée pour la Russie (en 2014), mais si l’invasion de l’Ukraine, probable mouvement prochain, a lieu en 2015, voire en 2017 ou en 2018, l’on resterait dans le même ordre de grandeur.

Voyons ensuite la Chine, qui a donné des raisons de s’inquiéter durant ces derniers jours, avec une montée des tensions avec les Etats-Unis :



L’on voit que sur le temps long, la Chine a suivi le même mouvement que le Japon impérial. Celui-ci voyait le début de son ascension comme puissance moderne et l’explosion de ses manoeuvres impérialistes séparés par 73 ans. Si l’on applique le même ordre de grandeur pour la Chine, qui jusqu’à présent a évolué au même rythme que son « aîné » nippon, cela nous conduit aux alentours de 2022.

Voyons enfin les Etats-Unis, dans le schéma de leur triomphe post-guerre mondiale (et qui, contrairement aux deux premiers, reprend son propre rôle) :




Cette fois-ci, la reprise stricte de la durée du premier schéma nous donnerait une date de 2014, ce qui nous ramène à la certitude que ce qui compte, ce sont les ordres de grandeur. Si l’on tente une autre projection, en retenant le délai entre la crise de 1929 et la participation des Etats-Unis à la guerre, soit douze ans, et en partant de la crise de 2008, la fameuse « plus grande crise économique mondiale depuis celle de 1929 », alors nous arrivons à 2020.

2015 pour la Russie, 2022 pour la Chine, 2020 pour les Etats-Unis. Trois schémas indépendants qui convergent vers une même période : 2018-2019.

Cela signifie que les trois pays sont prêts, pour des motifs très profonds et difficiles à résumer en quelques mots, mais dont la régularité se manifeste dans ces schémas, à plonger dans un nouveau conflit mondial. Il est vraisemblable, selon les mécaniques habituelles dans l’Histoire, que les schémas se catalysent en définitive et que les dates se rapprochent : ainsi, si un conflit éclate entre les Eats-Unis et la Russie en 2018, par exemple, la Chine n’attendra probablement pas 2022 pour entrer en guerre. Elle profitera plus certainement de l’opportunité d’un difficile engagement américain en Europe pour agir à son tour, comme le Japon profita de l’attaque allemande en Europe, de la défaite française et des difficultés britanniques pour envahir l’Asie du Sud-Est.

Comme le notait Laurent Artur du Plessis dans son livre De la Crise à la guerre, les guerres sont menées principalement avec les armes qui ont terminé les précédentes : les avions et les chars ont gagné en 1918 et été les armes principales en 1939, mais ce sont les bombes atomiques qui ont terminé la Seconde guerre mondiale. Ce qui n’augure naturellement rien de bon.



Comme annoncé en tête de cet article, je reviendrai sur le « comment », c’est-à-dire le mode vraisemblable de réalisation de ce conflit d’ampleur, dans mon prochain billet.

En attendant, je profite de ce billet très « historionomique » pour annoncer à mes aimables lecteurs que mon premier livre de théorie historionomique, avec mes plus importantes prévisions sur de grands sujets comme l’avenir de l’hégémonie américaine, celui de l’islam et des grandes religions monothéistes, sur la base de mes analyses historiques, sera intitulé Histoire du Siècle à venir, et paraîtra chez Jean-Cyrille Godefroy, déjà éditeur de mon Rome, du libéralisme au socialisme, en septembre 2015.


http://www.historionomie.com/archives/2015/05/31/32147806.html

4122
Angleterre : quand une brouette reçoit une amende

Un utilisateur de Twitter a pris en photo un agent de police en pleine verbalisation… d’une brouette mal garée. Ce flagrant délit de zèle qui a eu lieu dans la ville de Leeds (Angleterre) fait depuis sensation sur le célèbre réseau social qui se demande si la scène est bien réelle.


S’il est important de s’appliquer dans son travail pour tout un tas de raisons, s’y employer d’une manière un petit peu trop forcée peut vite transformer de la bonne volonté en zèle des plus ridicules.

Et ce ne sont pas nos voisins anglais qui le contrediront avec cette photographie venue tout droit de Leeds et qui fait sensation en ce moment même sur Twitter. Un utilisateur, incrédule devant la scène, n’a en effet pas pu s’empêcher d’immortaliser à l’aide de son smartphone un agent de police en train de verbaliser… une brouette.

Flagrant délit de zèle... ou petite blague ?
Si l'auteur de la photo affirme que celle-ci est bien réelle, d'autres utilisateurs de Twitter affirment que ce sont les ouvriers qui auraient fait la demande au policier de verbaliser la brouette.


Un porte-parole de la mairie affirme que, s'il s'agit bien là d'une démarche sérieuse, l'officier fait bien entendu preuve d'un excès de zèle à tout épreuve... Mais après tout, c'est vrai qu'elle n'a pas l'air si bien garée que cela cette brouette, non ?

https://fr.news.yahoo.com/angleterre-une-brouette-re%C3%A7oit-une-amende-124552668.html?cmp=frfbac


4123
Bretagne : le maire de Tréguidel frappé par des gens du voyage



Daniel Barret, maire de Tréguidel (Côtes-d'Armor), a été hospitalisé samedi après avoir été roué de coups par des personnes de la communauté des gens du voyage. L'altercation s'est produite lorsque le maire de cette petite commune a tenté d'empêcher des gens du voyage de s'installer illégalement sur un terrain rapporte Ouest France.



 Les faits sont survenus samedi vers 15 heures selon le quotidien régional. Daniel Barret était accompagné de riverains pour empêcher des gens du voyage, arrivés dans la commune à bord d'une quinzaine de véhicules, de s'installer sur un terrain. Le ton est rapidement monté et Daniel Barret a reçu plusieurs coups au visage. Il a été pris en charge par les pompiers qui l’ont conduit à l’hôpital Yves-Le-Foll à Saint-Brieuc. A l'arrivée des gendarmes, les agresseurs avaient déjà pris la fuite.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/bretagne-le-maire-de-treguidel-frappe-par-des-gens-du-voyage-01-06-2015-4822021.php

4124
[Maroc/Israël] Scandale selon la délégation israélienne : « On a été humilié par le Maroc »






A l’occasion d’un tournoi sportif de judo, des organisateurs marocains avaient omis la présence de judokas israéliens en refusant d’afficher le drapeau d’Israël.



[ Ne manquez plus aucune info et rejoignez vite HBK sur Facebook en cliquant ICI ! ]

 

Le sort s’acharne un peu plus sur les judokas israéliens, puisqu’ils auraient été interpellés à l’aéroport par la Police et «  restés pendant 8 heures sans eau, ni nourriture, ni chaises pour s’asseoir pour un soi-disant problème de visa  ».
Ces derniers condamnent également le fait d’avoir été hués et sifflés par le public marocain lors des différents combats.

«  On a été humilié par le Maroc  », s’exclame la délégation israélienne, oubliant de mentionner l’humiliation et l’horreur que subit chaque jour le peuple palestinien.


http://www.halalbook.fr/actufiche-18-5088.html?0%5BMaroc%2FIsra%C3%ABl%5D

4125
Nucléaire: Israël menace les USA!!



Ron Dermer, ambassadeur du régime sioniste à Washington a menacé qu’en cas d’accord nucléaire entre l’Iran et les Etats-Unis, Tel-Aviv interromprait ses relations avec Washington.
 Selon le quotidien « Haaretz », à paraître en Palestine occupée, l’ambassadeur israélien aux Etats-Unis Ron Dermer, a déclaré que pour enrayer un Iran nucléaire, Tel-Aviv était prêt à payer n’importe quel prix, même ses relations avec les Etats-Unis.

http://www.agenceinfolibre.fr/info/nucleaire-israel-menace-les-usa/