Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

4216
Des avions russes de la flotte de la mer noire ont forcé un destroyer américain à rejoindre les eaux neutres



Des avions d’attaque Su-24 de la flotte de la mer noire ont contraint le Destroyer américain  » USS RAS  » qui longeaiet les eaux territoriales russes dans partie orientale de la mer Noire, à rejoindre les eaux neutres. Selon une source au sein des forces de sécurité de la Péninsule de Crimée, rapportée par RIA Novosti, l’équipage se comportait de manière provocante.

Plus tôt, il avait été signalé que l’USS RAS était entré dans la mer Noire. Le navire américain était parti du port roumain de Constanta et se dirigeait vers les eaux territoriales de la Russie.

La source a indiqué que «L’équipage du destroyer avait eu un comportement provocateur et agressif, se traduisant par des tirs provocateurs et des avertissements aux fonctionnaires des stations d’observation et de la flotte de la mer Noire».

L’ordre a été donné aux chasseurs Su-24 de décoller pour prévenir toute violation des eaux territoriales russes. « Les chasseurs russes, de type Sokhoï, sont prêts à réagir aux transgressions illégales des frontières et à défendre, de même, les intérêts russes», selon cette même source.
http://reseauinternational.net/des-avions-russes-de-la-flotte-de-la-mer-noire-ont-force-un-destroyer-americain-a-rejoindre-les-eaux-neutres/

4217
Etats-Unis : la police aurait abattu 385 personnes depuis début 2015




La police américaine a tué par balles 385 personnes au cours des cinq premiers mois de 2015, soit plus de deux par jour, selon un décompte établi par le Washington Post et publié samedi.

Ce taux de près de 2,6 personnes abattues chaque jour par la police aux Etats-Unis est à comparer aux statistiques officielles du FBI sur la décennie écoulée, qui l'établissent à 1,1. Les autorités reconnaissent toutefois que les chiffres officiels sont incomplets, puisque le signalement d'une fusillade par les services concernés repose sur le volontariat.

Lire : Pour en finir avec la militarisation excessive de la police américaine

Débat national

Les Etats-Unis sont actuellement en proie à un débat national sur les violences policières, en particulier à l'encontre des minorités, après plusieurs cas de Noirs abattus par des policiers blancs.

Aux Etats-Unis, la longue histoire des brutalités policières

Lire l'éditorial du Monde : De Ferguson à Baltimore, les Etats-Unis doivent faire leur examen de conscience

D'après l'étude du Washington Post, la moitié des victimes de tirs policiers en 2015 sont des Blancs et l'autre moitié est issue des diverses minorités du pays. Parmi les victimes non armées, deux tiers sont des Noirs ou des Hispaniques. Sur les 385 cas, trois ont donné lieu à des poursuites contre le policier auteur des tirs.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/05/31/etats-unis-la-police-a-abattu-385-personnes-depuis-debut-2015_4644221_3222.html#uBcgWt5K883kW54U.99

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/05/31/etats-unis-la-police-a-abattu-385-personnes-depuis-debut-2015_4644221_3222.html#uBcgWt5K883kW54U.99

4218
La 'grécification', notre avenir à tous ?




La Grèce vient de déclarer qu’elle ne rembourserait pas le FMI en juin. Une tranche de 1,6 milliard d’euros arrive à échéance, mais "il n'y a pas d'argent" pour faire face à cette obligation, annonce le ministre de l’intérieur. Selon le ministre de l’économie, Yanis Varoufakis, jusqu'ici "nous nous sommes remarquablement débrouillés pour honorer nos dettes, mais à un certain moment, ce ne sera plus possible." Le chef du gouvernement, Alexis Tsipras, l’a confirmé : "Nous avons fait ce que nous avions à faire, c'est maintenant au tour de l'Europe".
   
Le feuilleton grec dure depuis longtemps, le printemps 2010 précisément, mais jamais le défaut pur et simple n’a-t-il semblé aussi proche, ni clairement et calmement assumé par les autorités du pays. Ces 1,6 milliards d’euros ne représentent qu’une petite partie des 240 milliards d’euros qui sont dus à l’Union Européenne, à la BCE et au FMI : la Grèce a été polie, elle n’a pas annoncé un défaut sur l’intégralité de sa dette, seulement sur une tranche, pour voir ce qui va se passer. Mais chacun sait que le pays est incapable de rembourser ces 240 milliards d’euros.

Nous pouvons nous rassurer en considérant la Grèce comme le vilain petit canard parmi les pays "développés", le cancre, celui qui fait régulièrement faillite, certes. Mais prenons un peu de recul : l’Espagne peut-elle rembourser sa dette ? Et l’Italie ? La France ? Le Japon ? Les Etats-Unis ? Non, bien sûr. Selon le cabinet McKinsey, la dette globale (publique et privée) représente 286% du PIB mondial, et elle augmente fortement depuis la crise de 2008. C’est déjà trop tard. La Grèce est juste un peu en avance sur nous.

Pour l’instant la situation demeure gérable par la plupart des pays, parce que les taux sont à zéro. La croissance est faible ou nulle, mais les Etats empruntent à des taux très faibles, parfois même négatifs, la corde autour de leur cou ne se resserre donc pas. Mais ces taux au plancher ne peuvent pas éternellement durer, la situation que nous vivons s’avère tout à fait exceptionnelle historiquement parlant. Que les taux remontent et la "grécification" menacera la plupart des pays européens, le Japon et les Etats-Unis.

On peut parier que l’Union Européenne trouvera une solution pour éviter un défaut de la Grèce sur ses engagements envers le FMI au mois de juin. Un tel aveu d’échec provoquerait d’importantes tensions sur les marchés (et une remontée des taux !), et une possible sortie du pays de la zone euro, ce qui constituerait un vrai cataclysme. Depuis 2010, on colle des rustines sur la dette grecque, il n’y a pas de raison d’arrêter. La fiction d’une Grèce capable de faire face à ses engagements va continuer à être défendue à tout prix par les autorités bruxelloises, contre toute logique.

Mais de nombreux autres pays ne sont pas vraiment éloignés de la situation grecque, et une remontée des taux les mettrait immédiatement en difficulté. Le problème d’une dette insoutenable ne sera bientôt plus l’apanage de la seule Grèce mais deviendra notre horizon à nous tous.

http://www.express.be/business/fr/economy/la-grecification-notre-avenir-a-tous/213731.htm

4219
Les pédophiles réclament les mêmes droits que les homosexuels ?



« Utilisant les mêmes tactiques que les défenseurs des droits des  »gay », des pédophiles commencent à vouloir un statut similaire en alléguant que le désir d’enfants est une orientation sexuelle peu différente de celle des hétérosexuels et des homosexuels. »

« Les opposants au mœurs homosexuels ont longtemps prétendu qu’une fois acceptée la reconnaissance de l’homosexualité comme simple  »mode de vie » ou orientation sexuelle différente, logiquement plus rien ne serait interdit. Les partisans des  »gay » se sont offensés d’une telle position en affirmant que cela n’arriverait jamais. Des psychiatres commencent pourtant à prendre parti pour une nouvelle définition de la pédophilie comme cela fut fait pour l’homosexualité il y a plusieurs années.

En 1973 l’Association Américaine de Psychiatrie (AAP) a déclassifié l’homosexualité de sa liste de désordres mentaux. Un groupe de psychiatres avec le B4U-Act (voir ces liens) a organisé récemment un symposium proposant une nouvelle définition de la pédophilie dans le Manuel de Diagnostic et de Statistiques des Désordres Mentaux de l’AAP.(…) » (la suite sur Pedopolis)

NB: Rappel : La pédophilie (enfant) est sans lien avec l’homosexualité (adulte de même sexe) ! La confusion des termes est parfaitement inexacte (en plus d’être contre-productive dans le combat contre la pédocriminalité)



https://enfantsjustice.wordpress.com/2012/11/11/les-pedophiles-reclament-les-memes-droits-que-les-homosexuels/

4220
Les États-Unis reçoivent une base militaire permanente en Espagne



Le 29 mai, le gouvernement espagnole a accepté une présence permanente de troupes américaines sur son sol. Dans un proche avenir, 2 200 soldats investiront la base aérienne de Moron de la Frontera.

 

Le secrétaire d’État américain John Kerry est attendu à Madrid le 31 mai pour une visite de deux jours. Il doit notamment signer lundi, un accord approuvé par le gouvernement espagnol. Une fois signé, l’accord devra encore passer l’étape de la ratification par le parlement ibérique.

 

Cet accord prévoit le déploiement permanent sur la base de Moron de la Frontera d'une force de 2 200 militaires, de 500 civils et de 26 avions, a précisé la porte-parole du gouvernement Soraya  Sainz de Santamaria.





La carte espagnole

 

La base peut également accueillir une force temporaire d'un maximum de 800 militaires et de 14 avions supplémentaires, a-t-elle ajouté.

 

L’accord comporte en outre un engagement d’investir 26 millions d’euro dans le développement de la base, selon le quotidien espagnol El Pais.


4221
Michael est Vivant! UNE des plus GROSSES Preuves!!! Les dates parlent !!!


4222
-----MICHAEL JACKSON EST VIVANT-----


4223
MICHAEL JACKSON est vivant, son retour est prévu pour juin 2016.



NEW-YORK, ce matin à 6H05.

 Un enquêteur CREG SENDERS du FBI a tout avoué à la chaine CNN des Etats-Unis, très connu et apprécié des services pour ses nombreuses missions difficiles depuis déjà 18 ans, mais il avait une trop forte pression par ses supérieurs pour garder le secret.

 OUI MICHAEL JACKSON est réellement vivant, il habiterait dans un village du sud de la France le temps de changer de visage. Son projet est de tourner un film retraçant ses débuts jusqu’à la fin de sa vie.

 VOICI le communiqué de CREG SENDERS :
 Oui il adore son public, mais il s’en veut énormément de ce montage et message qu’il a voulu montrer au monde entier. Quand je l’ai rencontré en France le 30 octobre, je l’ai trouvé en pleine forme dans sa modeste villa bien gardée pour éviter la presse people à Sérignan le village où il réside proche de Béziers.

 Cher lecteur en 2013 le doute était dans tous les esprits la preuve sur YouTube :

 Mais en 2014 j’ai la preuve de son existence. MICHAEL JACKSON est bien vivant. Film prévu pour juin 2016 « MICHAEL JACKSON RETOUR ».

Vous connaissez enfin la vérité. MICHAEL JACKSON vous dira tout dans son film. Informations à suivre dans ma future déclaration de presse et après un entretien privé et filmé le 17 juillet 2015 à Sérignan.

http://www.actualite.co/69855/michael-jackson-est-vivant-son-retour-est-prevu-pour-juin-2016.html

4224
Les Américains inquiets

En dépit des ravages causés par la Grande Récession et ce qui a suivi, l’Amérique demeure un pays très riche. Mais un grand nombre d’Américains ne se sentent pas en sécurité sur le plan économique, avec très peu de protection contre les risques de la vie.


Ils font fréquemment l’expérience de difficultés financières ; beaucoup d’entre eux pensent qu’ils n’auront pas droit à une retraite et que s’ils y parviennent, ils n’auront guère que la Sécurité Sociale pour vivre.

J’espère qu’un grand nombre de lecteurs ne voit rien de surprenant à ce que je viens de décrire. Mais bien trop d’Américains aisés – et notamment les membres de notre élite politique – semblent n’avoir aucune idée de la façon dont vit l’autre moitié du pays. Et voilà pourquoi une nouvelle étude portant sur le bien-être financier des ménages américains menée par la Réserve Fédérale devrait être une lecture obligatoire dans les arcanes de Washington.

Avant d’en arriver à cette étude, permettez-moi quelques mots à propos de cette ignorance impitoyable si présente dans notre vie politique.

Je ne parle pas, ou pas seulement, du mépris de la droite pour les pauvres, bien que le manque de compassion des conservateurs domine le parti de manière impressionnante. Selon le Pew Research Center, plus des trois-quarts des conservateurs pensent que les pauvres "s’en sortent bien" grâce aux allocations de l’Etat ; seulement un sur sept pense que les pauvres "n’ont pas une vie facile". Et l’on retrouve cette attitude dans leur politique. Le refus des Etats contrôlés par les républicains d’étendre Medicaid, même si la note était payée par le gouvernement fédéral, nous apprend que le fait de punir les pauvres est devenu un but en soi, un but qu’il vaut la peine de poursuivre même si cela est au détriment, et non au bénéfice, du budget des Etats.

Mais laissons de côté les conservateurs auto-proclamés et leur mépris pour les pauvres. Ce qui est réellement frappant c’est cette déconnexion entre les idées reçues centristes et la réalité de la vie - et de la mort – d’une grande partie du pays.

Prenons comme exemple leur positionnement sur la Sécurité Sociale. Pendant des dizaines d’années, une volonté affichée de sabrer dans les allocations de la Sécurité Sociale, notamment en relevant l’âge d’éligibilité, a été une position quasiment requise – un gage de sérieux – pour les politiques et les experts qui souhaitaient se montrer sages et responsables. Après tout, les gens vivent plus longtemps, pourquoi donc ne pourraient-ils pas travailler plus longtemps ? Et la Sécurité Sociale n’est-elle pas un système daté, pas du tout en phase avec les réalités économiques modernes ?

Pendant ce temps, la réalité, c’est que le fait de vivre plus longtemps dans notre société de plus en plus inégale est réellement lié aux classes sociales : l’espérance de vie après 65 ans a beaucoup augmenté chez les gens aisés mais presque pas dans la moitié inférieure de la distribution des revenus, c’est-à-dire parmi ceux qui ont le plus besoin de la Sécurité Sociale. Et alors que le système de retraite que Franklin Roosevelt a introduit peut sembler daté aux professionnels aisés, il est surtout littéralement une bouée de sauvetage pour beaucoup de nos compatriotes. Une majorité d’Américains âgés de plus de 65 ans reçoivent plus de la moitié de leurs revenus grâce à la Sécurité Sociale, et plus d’un quart sont totalement dépendants de ces allocations mensuelles.

Cette réalité pourrait bien enfin entrer dans le débat politique, dans une certaine mesure. En ce moment, on a l’impression de moins entendre parler de la volonté de baisser les allocations de la Sécurité Sociale, et l’on voit même que certains prêtent attention aux propositions visant à augmenter les allocations au vu de l’érosion des pensions de retraite privées. Mais il m’est avis que Washington n’a toujours aucune idée des réalités de la vie de ceux qui ne sont pas encore considérés comme âgés. Et c’est là que l’étude la Réserve Fédérale entre en jeu.

C’est la deuxième année de cette étude et l’édition actuelle présente une nation en convalescence : en 2014, à l’inverse de 2013, une pluralité de participants à l’étude a répondu qu’ils étaient dans une meilleure situation que cinq ans auparavant. Pourtant, il est frappant de voir à quel point les Américains n’ont presque aucune marge d’erreur dans leurs vies.

Par exemple, l’on apprend que 3 Américains sur 10, non âgés, disent qu’ils n’ont aucune épargne de retraite ou de plan de pension, et cette même fraction a expliqué vivre sans couverture médicale parce qu’ils ne pouvaient pas se la permettre. Presque un quart a expliqué que eux ou un membre de leur famille avait fait l’expérience de difficultés financières durant l’année passée.

Et j’ai moi-même été étonné par un chiffre : 47% ont dit qu’ils n’avaient pas les ressources pour faire face à une dépense imprévue de 400 dollars – 400 dollars ! Ils seraient dans l’obligation de vendre quelque chose ou d’emprunter pour faire face à cette dépense, s’ils pouvaient y faire face.

Bien entendu, cela pourrait être bien pire. La Sécurité Sociale est là et l’on devrait en être très content.
 Pendant ce temps, les assurances chômage et les coupons alimentaires ont beaucoup œuvré pour amortir le choc vécu par les familles malheureuses pendant la Grande Récession. Et l’Obamacare, aussi imparfaite soit-elle, est une loi qui a réduit immensément l’insécurité, notamment dans les Etats dont les gouvernements n’ont pas tenté de saboter le programme.

Mais même si cela pourrait être pire, cela pourrait également aller bien mieux. La sécurité parfaite n’existe pas, mais les familles américaines pourraient vivre facilement avec plus de sécurité que ce qu’elles connaissent. Tout ce dont ils auraient besoin, c’est d’hommes politiques et d’experts qui cesseraient de parler joyeusement de ce besoin de sabrer dans les "droits sociaux" et de commencer à vraiment regarder la façon dont leurs concitoyens les moins chanceux vivent réellement.


http://www.rtbf.be/info/chroniques/detail_les-americains-inquiets-paul-krugman?id=8993880

4225
A carrefour Thiers, les vaches ont des ailes !



4226



Plongée dans le ventre de New York, à la rencontre d'une population d'invisibles. Sous la ville, à l'abri des regards et de la lumière, des clochards se terrent. Une descente aux enfers à couper le souffle. 
Pour les rencontrer, il faut emprunter des escaliers oubliés, descendre dans des stations de métro désaffectées, soulever des bouches d'égout, s'enfoncer dans les profondeurs, là où la lumière n'ose même plus entrer. Pour les rencontrer, il faut le vouloir. « Pour ceux du haut, ceux du bas appartiennent à une légende, à une rumeur urbaine », annonce en préambule Jean-Pierre Darroussin, voix off du documentaire. Pourtant, ils existent bel et bien. « On les surnomme les hommes-taupes. » C'est sous les gratte-ciel de béton, dans des dédales de couloirs sombres et humides, que ces sans-abri ont élu domicile. Les « exclus du rêve américain ».


Une faune invisible



C'est une vraie ville sous la ville, où des ombres fourmillent au milieu des rats et des détritus. Combien sont-ils ? Difficile à dire. Dans les années 90, on estimait à 5 000 âmes la population vivant dans les boyaux du parc Riverside, qui longe le fleuve Hudson. Tout a commencé en 1973 avec le retour au pays des vétérans du Vietnam, sans le sou et sans abri. Les rues de New York ne pouvaient même plus leur offrir un endroit pour dormir. Tous les bancs publics étaient déjà squattés. Seule solution : se réfugier dans les entrailles de la ville, d'où nul ne pouvait les déloger. Il faudra attendre vingt ans et un attentat dans un parking qui fit un millier de blessés pour que « les gens d'en haut » découvrent avec effroi la vie insoupçonnable qui fourmillait sous leurs pieds. Il fut question de déloger, de vider de ces lieux insalubres cette terrifiante faune accusée d'héberger des terroristes. Mais en vain.


 Parole est donc donnée à Johnny, José, Teddy ou encore Luis, pauvres hères qui continuent de survivre dans les bas-fonds de New York. Ne sachant pas où aller, Brooklyn, une jeune orpheline, a rejoint ce monde souterrain à l'âge de 17 ans. Aujourd'hui, elle en a 39. En revanche, pour Wilfredo Rodriguez, chef de gang recherché dans plus de cinq Etats, c'est la planque idéale. Leur « maison » ? Un espace entre deux murs humides ou dans une trappe pour les plus chanceux. Avec, en guise de banquette, une planche et deux cageots, des draps pour se tenir chaud et un carton pour s'asseoir. Et tout autour des gravats et des détritus qui jonchent le sol et s'amoncellent. On y trouve « des familles, et même des enfants ». Seules traces de leur présence : quelques poupées désarticulées et noircies émergeant d'un tas d'immondices.


Une sombre réalité



Et puis il y a l'obscurité, ce noir profond qui transforme ces habitants en fantômes d'eux-mêmes, le teint blafard, le visage zébré de crasse. Tous ont appris à voir dans cette nuit permanente. Des ténèbres qui forment pour Luis une enveloppe rassurante contre la réalité du dehors. Lui qui « n'aime plus le jour » renoncera d'ailleurs à remonter à la surface pour aller chercher de l'eau. Comme toute ville, cette cité souterraine a ses quartiers malfamés. Ici, Hell's Kitchen, un tunnel sombre où errent des hommes sans espoir. Là, une inscription en guise d'avertissement : « Plus loin, vous serez violés. » Sans illusion, Miguel n'attend rien du futur président des Etats-Unis : « Je ne crois pas que le monde puisse être changé par les hommes. » D'autres continuent d'entretenir l'espoir. Comme Brooklyn, qui s'imagine dans « une vraie cuisine, un vrai lit, là où [elle pourrait] vraiment rêver ». Elle s'effondre en larmes.
• Durée : 52 min
• Date : 2008
• Réalisation : Chantal Lasbats
• Voix off : Jean-Pierre Darroussin
• Source : France 5 / Sundance Channel / INA

4228
Photos de la publication de Grégoire Corduant dans Anonymous Francophone


4229
47% des Américains ne peuvent faire face à une dépense imprévue de 400 € ... Les États-Unis un pays riche ?



Les Américains inquiets En dépit des ravages causés par la Grande Récession et ce qui a suivi, l’Amérique demeure un pays très riche. Mais un grand nombre d’Américains ne se sentent pas en sécurité sur le plan économique, avec très peu de protection contre les risques de la vie.
 47% ont dit qu’ils n’avaient pas les ressources pour faire face à une dépense imprévue de 400 dollars – 400 dollars !
 Ils seraient dans l’obligation de vendre quelque chose ou d’emprunter pour faire face à cette dépense, s’ils pouvaient y faire face. Par exemple, l’on apprend que 3 Américains sur 10, non âgés, disent qu’ils n’ont aucune épargne de retraite ou de plan de pension, et cette même fraction a expliqué vivre sans couverture médicale parce qu’ils ne pouvaient pas se la permettre. Presque un quart a expliqué que eux ou un membre de leur famille avait fait l’expérience de difficultés financières durant l’année passée. Bien entendu, cela pourrait être bien pire. La Sécurité Sociale est là et l’on devrait en être très content.Pendant ce temps, les assurances chômage et les coupons alimentaires ont beaucoup œuvré pour amortir le choc vécu par les familles malheureuses pendant la Grande Récession. Et l’Obamacare, aussi imparfaite soit-elle, est une loi qui a réduit immensément l’insécurité, notamment dans les Etats dont les gouvernements n’ont pas tenté de saboter le programme.
 Lire l'intégralité
- See more at: http://www.info-contre-info.fr/international/47-americains-ne-peuvent-faire-face-une-depense-imprevue-de-400-etats-unis-un-pays#sthash.sVW34H10.dpuf

4230
L'Etat islamique aurait tué 400 civils à Palmyre en Syrie



Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont tué au moins 400 civils à Palmyre, pour la plupart des femmes et des enfants, rapportent ce dimanche les médias officiels syriens.

Ces médias disent s'appuyer sur des témoignages d'habitants de la ville, appelée Tadmour en arabe et célèbre pour ses vestiges antiques, classés par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité.

Des Syriens militant dans l'opposition ont déclaré sur les réseaux sociaux que des centaines de corps gisaient dans les rues de la ville après sa prise par les fondamentalistes sunnites mercredi. Ces corps seraient ceux de personnes soutenant le gouvernement syrien, précisent-ils.

"Les terroristes ont tué plus de 400 personnes [...] et mutilé leurs corps, sous le prétexte qu'elles coopéraient avec le gouvernement et n'obéissaient pas aux ordres", écrit l'agence de presse syrienne Sana.

L'agence ajoute que plusieurs dizaines de fonctionnaires, dont la directrice d'un service hospitalier et tous les membres de sa famille, ont été tués.

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/2515-syrie-islamique-aurait-civils-palmyre-syrie.html