Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

4306
Une société suédoise implante des puces RFID sous la peau de ses salariés

C’est une nouvelle passée quelque peu inaperçue la semaine dernière, mais qui vaut tout de même le coup de s’y attarder un peu.
Ainsi, une société suédoise a entrepris d’implanter une puce RFID sous la peau de ses salariés. Volontaires, bien entendu.



Qu’est-ce qui peut bien pousser une entreprise à pareille chose ? Le gain de temps et ainsi faciliter le quotidien de ses salariés sur leur lieu de travail.
Epicenter, société sise en Suède, a donc implanté une puce RFID sous la peau de quelques 450 de ses salariés (sur 700), tous volontaires pour ce test.

Plus besoin de clés, de badge, de carte ou de se remémorer d’innombrables codes pour ouvrir portes, sas, se servir de la photocopieuse ou encore payer leur addition à la cafétéria, il leurs suffira de poser la main sur un détecteur et sésame s’ouvrira.

Une puce RFID, est une puce électronique, sous-cutanée donc, aussi grande qu’un grain de riz, qui conservent et transportent certaines données intégrées.

Comme on peut le voir dans le reportage de la BBC, les volontaires se sont rendus chez un tatoueur (sic!) pour procéder à l’implantation de la puce sur le dos de leur main, entre le pouce et l’index. En bon reporter de terrain, le journaliste de la BBC, Rory Cellan-Jones, a souhaité essayer cette technologie afin de se rendre compte par lui-même de l’intérêt d’une telle puce. Il n’a pas semblé très convaincu lorsqu’il a fallu qu’il se torde la main pour atteindre le détecteur et ainsi se servir de la photocopieuse qui se trouvait en face de lui. Une puce également connectée au smartphone de l’employé et qui lui permet de retrouver sa carte de visite ou certaines données personnelles.

Alors chacun jugera de l’opportunité de ces puces d’identification par radiofréquence, de l’innovation véritablement apportée ou du réel gain de temps gagné grâce à ces puces, quoi qu’il en soit, elles démontrent un certain intérêt des entreprises pour cette technologie. À bon ou mauvais escient, c’est toute la question.

Pour les propriétaires de l’Epicenter, il s’agit de séduire les « entreprises numériques de pointe à forte croissance et [les] entreprises innovantes ».

Quant à Hannes Sjöblad, fondateur de Bionyfiken, association suédoise de Biohackers, « les salariés de l’Epicenter qui ont décidé de remplacer leurs porte-clés par des implants NFC ont fait un choix personnel. Ils sont peu nombreux, mais d’autres sont en train de les rejoindre ». Son association procède d’ailleurs à des tests depuis l’an dernier et a même lancé une étude nationale sur les implants NFC/RFID dans le but de créer une communauté d’utilisateurs afin d’expérimenter ces puces et leurs applications.

Dès septembre 2013, la CNIL, mais aussi l’ensemble des CNIL européennes ainsi que la Commission européenne s’interrogeaient et émettaient quelques réserves sur les usages multiples et les impacts variés en termes de vie privée de ces puces


source : http://www.journaldugeek.com/2015/02/12/societe-suedoise-implante-puces-rfid-sous-la-peau-de-salaries/

4307
Doucement mais SUREMENT la puce RFID arrive

Ouvrir la porte de chez vous, prendre le métro ou déverrouiller votre téléphone, tout cela peut être commandé par une seule puce électronique. Les soirées pour s’en faire implanter dans la main se multiplient partout dans le monde. Reportage à Stockholm en Suède.

Ils portent des chemises et des tailleurs mais sont en route vers le futur. Ces ingénieurs ou commerciaux sont réunis dans une grande salle chic du centre-ville de Stockholm. Ce soir-là, ils sont des dizaines à attendre leur tour devant le fameux stand. Celui où ils recevront leur puce électronique.

La décision n’a pas forcément été mûrement réfléchie mais une piqûre plus tard, les voilà équipés. Sous la peau, sur le dos de la main, ils ont désormais une puce qui leur permettra d’entrer à la salle de sport, d’ouvrir leur portillon ou leur parking, de remplacer les cartes de visite. Les implants sont des puces RFID, comme celles des passeports, des cartes de crédit ou celles implantées sous la peau de nos animaux de compagnie.

Tout est stérilisé et c’est Shy, un gros costaud aux bras tatoués, qui se charge de l’implant. Il en fait cinq ou dix par jour en temps normal mais lors de ces soirées, ça peut aller jusqu’à 100. Pour les volontaires, les arguments sont simples : ça vous simplifie la vie et il n’y a pas de système de traçage, contrairement aux smartphones.

L’opération coûte 200 euros, quand même. Mais les soirées de ce genre se multiplient : Stockholm, Copenhague, Londres, Miami ou Mexico. Et bientôt Paris, 13 juin, au Festival Futur en Seine.









Source : http://www.cheminveriteetvie.fr/2015/05/29/doucement-mais-surement-la-puce-rfid-arrive/

4308
Un prix d'un million de dollars pour récompenser "le meilleur professeur du monde"

Etre un bon pédagogue, cela peut rapporter gros. La fondation Varkey, une richissime organisation dédiée à l'éducation, organise un concours international pour valoriser le métier d'enseignant et récompense "le meilleur professeur du monde", avec la coquette somme d'un million de dollars, soit environ 914 000 euros.

Les candidats, professeurs du public ou du privé, de la maternelle à la fin du lycée, peuvent s'inscrire à partir du vendredi 29 mai, et jusqu'au 10 octobre, en remplissant un dossier sur un site internet dédié. Organisé pour la deuxième année, il est ouvert aux professeurs de tous les pays.

"Il y a peu d'enseignants suffisamment célèbres"

Parmi les critères retenus par le jury figurent l'utilisation de "pédagogies innovantes et efficaces et produisant des résultats tangibles sur l'apprentissage des élèves", "la reconnaissance des accomplissements du professeur dans la classe par ses élèves, collègues et autres membres de la collectivité", "la participation à des débats publics sur le métier d'enseignant via des articles, blogs, conférences", etc.

"On connaît tous des noms d'avocats, de chefs d'entreprise, de personnalités dans le secteur des nouvelles technologies, mais il y a peu d'enseignants suffisamment célèbres pour servir de modèle" à la jeune génération, regrette Vikas Pota, directeur de la fondation.

Dix candidatures françaises lors de la première édition

Cette fondation a été créée par la famille Varkey, des Indiens installés dans les années 1950 aux Emirats arabes unis, alors protectorat britannique. Ils y font fortune en créant des réseaux d'écoles privées, au début destinées aux enfants des expatriés occidentaux ou du sous-continent indien venus dans le Golfe après le boom pétrolier. La fondation accorde notamment des bourses à plusieurs associations et forme des professeurs en Afrique.

La gagnante de la première édition, annoncée en mars 2015, est une enseignante américaine. Elle exerce dans une école du Maine et utilise une méthode innovante pour encourager les élèves à lire et améliorer leur expression écrite. Elle a fait don du prix à son école. Parmi les dix finalistes figuraient deux Américains, un Cambodgien, un Haïtien, un Afghan et un Britannique. Cette première édition n'avait réuni que dix candidatures françaises sur un total de 1 300 provenant de 127 pays.


http://www.francetvinfo.fr/societe/education/un-prix-d-un-million-de-dollars-pour-recompenser-le-meilleur-professeur-du-monde_926619.html

4309
Football : Sepp Blatter réélu à la tête de la Fifa, malgré le scandale de corruption

Le scandale en cours n'a rien changé aux prévisions.



Le scandale de corruption en cours n'a rien changé aux prévisions.
Le Suisse Joseph "Sepp" Blatter, 79 ans, a été réélu pour un cinquième mandat à la tête de la Fifa, l'instance dirigeante du football mondial, vendredi 29 mai.
Sepp Blatter, qui avait obtenu 133 voix (alors que la majorité qualifiée était de 139 voix), n'a pas eu besoin de passer par l'épreuve du second tour car l'autre candidat, le prince Ali, s'est retiré.

video : http://api.dmcloud.net/player/pubpage/4e7343f894a6f677b10006b4/5568a89806361d5056660a4d/403a392763fc4f7f8fd9bb87d0d2796f?wmode=transparent&autoplay=1

Chacune des 209 fédérations de la Fifa avait une voix. L'UEFA, c'est-à-dire l'Europe (54 membres, mais seulement 53 voix car Gibraltar n'est pas reconnu par la Fifa), était opposée à Joseph Blatter. L'Afrique (54 voix) est restée fidèle au président, considéré comme l'artisan de la première Coupe du monde organisée sur le continent en 2010.

"Ramener ce navire à bon port"

Les appels à la démission de Michel Platini ou de David Cameron, le Premier ministre britannique, n'ont pas suffi à barrer la route à Sepp Blatter. "Pendant quatre ans, je serai aux commandes de ce navire qu'est la Fifa. Nous allons ramener ce navire à bon port, explique le président réélu. Je promets de donner une Fifa plus forte à mon successeur."


Joseph Blatter, à peine réélu a fait de l'humour. Annonçant la ville du prochain Congrès de la Fifa en 2016, le Suisse, depuis 40 ans à la Fifa, a chanté brièvement depuis son pupitre l'air d'opérette "Mexico, Mexico". Puis, au détour d'une allocution finale, il a salué les membres de la Confédération d'Océanie, soit 11 fédérations, et qu'il a donc appelé les "Ocean Eleven", ("Eleven" veut dire onze en anglais) du nom d'un film célèbre avec George Clooney et Brad Pitt.

"Je suis de bonne humeur, c'est normal, j'étais un peu nerveux avant ce Congrès", a commenté Blatter, alors que son instance est frappée par une des plus graves crises de son histoire avec un scandale de corruption planétaire.


http://www.francetvinfo.fr/sports/foot/corruption-a-la-fifa/football-sepp-blatter-reelu-a-la-tete-de-la-fifa-malgre-le-scandale-de-corruption_927351.html

4310
VIDEO. Une ville à l'amende pour avoir réduit sa consommation de gaz

Grâce à l'isolation thermique de son école, la ville du Plessis-Pâté (Essonne) pensait diminuer sa facture d'énergie.
GDF Suez, devenu Engie, lui réclame une pénalité.





Le Plessis-Pâté (Essonne), mardi. Le maire (PS) Sylvain Tanguy ne souhaite pas payer la pénalité de près de 5 000 € infligée par GDF-Suez, devenu Engie : « Si le fournisseur veut son argent, il faudra qu’un juge le décide et je leur souhaite bien du courage. » (LP/Florian Loisy.)


« Cela va à l'encontre du bon sens et des efforts que nous faisons. » Sylvain Tanguy, le maire PS du Plessis-Pâté (Essonne), est incrédule face à la facture salée que GDF Suez lui a adressée.



 

Pour l'école Léon-Blum fraîchement rénovée, GDF Suez a facturé à la ville 5 985 € de gaz, dont 4 824 € de pénalité. Une sanction pour n'avoir pas... suffisamment consommé en 2014 !

« Ils nous ont dit que dans le contrat que nous avions signé en 1992, il y a vingt-trois ans, nous nous étions engagés à consommer 334 500 kWh par an. Grâce à la nouvelle isolation de l'école, nous n'avons eu besoin que de 89 856 kWh, reprend l'élu de cette commune de 4 000 habitants particulièrement active en matière de développement durable. Ce contrat, on ne l'a jamais retrouvé dans nos archives. Nous avons demandé à GDF Suez une copie, mais ils ne nous l'ont pas fournie. »

Le maire a donc entrepris de contacter le fournisseur en énergie qui a changé de nom pour devenir Engie. Au terme de plusieurs échanges et sans réponse du médiateur de l'entreprise, Sylvain Tanguy a tenté une dernière lettre voici quelques semaines. « Compte tenu de l'ancienneté du contrat, du type de bâtiment qui est une école publique et du fait que vos services n'ont à aucun moment contacté la ville en 2014 pour l'alerter des conséquences financières de la baisse de consommation de gaz, et au nom de l'intérêt général et de l'environnement, je vous demande de bien vouloir annuler cette pénalité », y indique-t-il.

 Engie propose une ristourne de 25% sur la facture mais refuse d'assurer la pénalité

 Au moment de finaliser le chantier de rénovation de son groupe scolaire datant des années 1970, la mairie avait contacté son fournisseur de gaz pour le raccordement de la nouvelle chaudière.
« Alors qu'ils ne nous disent pas qu'ils n'étaient pas au courant, peste le maire.
Pour les enfants et les enseignants, la situation était inconfortable, il était temps de changer tout cela. » Le Plessis-Pâté a donc fait en sorte que son bâtiment soit mieux isolé.
Dans la même veine environnementale, la commune dispose de moutons et de chevaux pour tondre les pelouses jouxtant l'hôtel de ville, d'une ruche implantée dans la zone d'activités et d'espaces verts entretenus sans produits phytosanitaires.
 « Je refuse de payer cette pénalité. Si le fournisseur veut son argent, il faudra qu'un juge le décide et je leur souhaite bien du courage, annonce Sylvain Tanguy. »

De son côté, Engie explique que ce contrat « B2F » s'applique aux gros consommateurs.
« On met en place des tuyaux particuliers et une volumétrie de gaz importante, donc en retour, par cet accord signé, le client s'engage à une certaine consommation. Il n'est pas anormal d'avoir ce type de pénalité.
Après, des ajustements peuvent être prévus », explique un porte-parole de l'entreprise. Souhaitant faire un geste, Engie a proposé à la commune, le 11 mai, une ristourne de 25 % sur le montant de la facture.
Mais pas question d'annuler totalement sa pénalité. Pour l'année 2015, Le Plessis-Pâté a changé de fournisseur de gaz.
Cette facture de la discorde sera donc la dernière entre les deux parties.


video :

4311
La sortie de la Grèce de la zone euro est "une possibilité", selon Christine Lagarde

Pour la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), un accord dans le jours qui viennent semble "très improbable".



Avertissement. La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, n'a pas écarté une sortie de la Grèce de la zone euro, selon des extraits diffusés jeudi 28 mai d'un entretien au Frankfurter Allegemeine Zeitung (en allemand), à paraître vendredi.

"La sortie de la Grèce [de la zone euro] est une possibilité", a dit Christine Lagarde, qui assiste à Dresde (Allemagne) à une réunion des ministres des Finances du G7. Une telle sortie ne serait "pas une promenade de santé", mais ne signifierait pas non plus "la fin de l'euro", a-t-elle dit au  quotidien allemand. "Il est très improbable que nous arrivions à une solution globale dans les jours qui viennent", a-t-elle assuré, apportant un nouveau démenti aux allégations d'Athènes, qui affirme qu'une ébauche d'accord était en cours de rédaction.

"Nous avons à nouveau eu des déconvenues"

Le gouvernement d'Alexis Tsipras négocie depuis fin février avec le FMI, la Banque centrale européenne (BCE) et la Commission européenne, à savoir l'ex-Troïka, sur des engagements de réformes qui entraîneraient le déblocage de 7,2 milliards d'euros d'aide financière promise à Athènes. Les discussions sont extrêmement ardues, les demandes des institutions allant pour beaucoup à l'encontre des promesses électorales de M. Tsipras.

Les négociations avaient avancé début mai, mais "ces dernières semaines, nous avons à nouveau eu des déconvenues", selon Christine Lagarde. "Nous avons des règles, nous avons des principes", a également insisté Christine Lagarde dans l'interview à la Frankfurter Allegemeine Zeitung.


http://www.francetvinfo.fr/monde/grece/la-sortie-de-la-grece-de-la-zone-euro-est-une-possibilite-selon-christine-lagarde_925629.html

4312
La marine, instrument de l’ambition planétaire de la Chine





La Chine, soucieuse de protéger ses intérêts à l’étranger et ses ressortissants répartis sur tous les continents, confirme sa transformation en puissance navale. Dans un nouveau Livre blanc publié mardi 26 mai, le premier consacré à la stratégie militaire, le Conseil d’Etat (gouvernement) a exposé la vision de ses stratèges afin de donner un rôle plus global à ses forces armées. Cet exposé, présenté par Pékin comme un acte de transparence, intervient sur fond de querelle sino-américaine dans les mers de Chine du Sud, où les chantiers de poldérisation de récifs et d’atolls menés par Pékin sont la cible depuis plusieurs mois d’une virulente campagne de dénonciation de la part de Washington.


Ce Livre blanc chinois de la défense entérine la mue attendue d’une puissance commerciale désormais planétaire. Le document souligne que « la sécurité de(s) intérêts outremer [de la Chine] dans l’énergie et les ressources, les voies maritimes stratégiques, ainsi que des institutions, du personnel et des actifs présents à l’étranger, est devenue une préoccupation majeure ». Le texte juge également qu’« avec l’expansion des intérêts nationaux chinois, la sécurité nationale est devenue plus vulnérable aux tumultes régionaux et internationaux, le terrorisme, la piraterie, enfin, les désastres naturels et les épidémies majeurs ».


Ce n’est pas la première fois qu’il est fait mention des « intérêts outremer » dans un document officiel. Mais, relève le spécialiste Mathieu Duchâtel, qui dirige le bureau pékinois...

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2015/05/28/la-marine-instrument-de-l-ambition-planetaire-de-la-chine_4642388_3216.html#RIwHyzgW4ytiqtDe.99

4313
Une loi pour interdire aux garçons d’uriner debout (vidéo)



Dans leur course absurde pour l’égalité des genres (les idéologues peuvent écrire ce qu’ils veulent, un homme et une femme seront toujours différents, et c’est tant mieux !), les progressistes suédois prévoient de mettre en place une loi pour interdire aux garçons d’uriner debout.
L’état qui se mêle de la vie privée des gens, ça vous rappelle quelque chose ? La confusion mortifère entre égalité et indifférenciation, ça vous rappelle quelque chose ?


4314
Ce que Facebook cache derrière sa nouvelle politique de confidentialité




Le réseau social a mis à jour ses conditions d'utilisation. Ces changements entrent en vigueur au 1er janvier, mais ont-ils vocation à vous rendre le contrôle, comme Facebook le prétend?

Depuis quelques jours et jusqu'à la fin de l'année, Facebook diffuse à ses abonnés, par email et par "notification" (la petite bulle rouge, en haut à droite de votre écran), une notice avertissant de la mise à jour prochaine de ses conditions d'utilisation et de sa politique de confidentialité. Si vous ne les avez pas lues ou simplement pas comprises, pas de panique: L'Express s'en est chargé pour vous. Et, comme souvent avec les géants du net, la missive est beaucoup plus éloquente dans ce qu'elle ne dit pas plutôt que dans ce qu'elle proclame. 

>>>Lire aussi: "Comment Facebook décide si vos amis vont voir votre message ou non"



Car lorsque Facebook vous parle de confidentialité, le réseau social omet de préciser que, sur son site et autour, votre ami de très loin le plus intrusif, c'est lui.

Les bases de la confidentialité... selon Facebook

C'est surtout dans la forme que Facebook a choisi de revoir ses conditions générales d'utilisation (CGU) et sa politique de confidentialité. A ce titre, l'email envoyé comme la page qui s'y rapporte ressemble à s'y méprendre à une diversion. Ou disons en tout cas qu'elle offre différents niveaux de lecture. Pour entrer dans le vif du sujet, il faudra suivre les liens, plus discrets, contenus dans l'email.



Le premier d'entre eux propose une expérience quelque peu infantilisante et pointe vers un "tuto" interractif baptisé "Privacy Basics", soit en français "Les bases de la confidentialité". Mais au moins a-t-il le mérite de la clarté. Les utilisateurs confirmés n'y apprendront rien mais il sera d'un grand secours pour les débutants. Par ce biais, Facebook entend vous montrer comment contrôler ce que vous montrez aux autres, la façon dont les autres interagissent avec vous, et ce qui apparaît dans votre fil d'actualités. Bref, voilà toutes les clés pour maîtriser votre image vis à vis de vos amis et tenir à l'écart les importuns. 





Le dinosaure bleu de Facebook, enfin un ami qui vous veut du bien?
Facebook


En plus de ce tutoriel vidéo en trois étapes, Facebook vous présente un nouvel assistant de confidentialité, sous les traits d'un petit dinosaure, qui reprend les grands principes exposés dans "Privacy Basics" et vous aide à les mettre en oeuvre directement sur votre page. Pour y accéder, cliquez sur le cadenas en haut à droite de votre page, suivez le lien "Vérification de la confidentialité", et laissez-vous guider. Désormais, vous contrôlez ce que "les autres" voient de vous et ce qu'ils vous infligent en retour. 

Ce que Facebook sait de vous

Mais ce qui vaut pour "les autres" ne vaut pas pour Facebook et certainement pas non plus pour ses partenaires commerciaux. Pour en apprendre davantage à ce sujet, épargnez-vous les CGU elles-mêmes qui n'ont pas grand-chose à envier à celles d'Apple. Comprenez par là qu'elle sont longues, moches et difficilement compréhensibles pour le commun des mortels. Sauf à vouloir vous faire peur, évitez également la politique de Facebook en matière de cookies. Le lien qui vous intéresse est intitulé "politiques d'utilisation des données". Et s'il a lui aussi le mérite d'une certaine clarté -au moins dans sa présentation, cette fois, pas d'animation ou de gentil dinosaure pour vous prendre par la main. Soyez prêts à avaler quelque 3500 mots d'une novlangue qui ne poursuit qu'un seul but: vous convaincre que la curiosité -souvent mal placée- de Facebook n'a d'autre objet que de satisfaire votre exigence d'un service de qualité.





Pour prendre pleinement conscience de votre nudité, il faudra savoir lire entre les lignes. Facebook connaît "vos activités et les informations que vous fournissez" en mettant à jour votre profil, mais il en va de même de vos contacts qui, à l'occasion, fournissent eux-mêmes de nombreuses informations à votre sujet. Tout cela est porté à votre crédit. En cliquant dans un futur proche sur le bouton "Acheter" que Facebook s'apprête à inaugurer, vous livrerez naturellement le montant et la nature de vos achats en même temps que votre numéro de carte bleue, son type, sa marque, sa date de validité... 

Mais Facebook continue à vous pister bien au-delà de son joli cadre bleu. A moins d'être dûment déconnecté du service (fermer la fenêtre ne suffit pas), le bouton like le plus anodin, sur n'importe quelle page web, contribue à vous pister. C'est ce que Facebook appelle des "informations provenant des sites web et des applications qui ont recours à nos Services". Oui, avec une majuscule. Il va sans dire que les infos collectées par les sites vassaux de Facebook, que sont par exemple WhatsApp pour vos textos ou Instagram pour vos Photos, font également partie du package. Mais leur nom n'est jamais mentionné dans la charte politique de Facebook.

Ce que Facebook "fait" de vous

A la question "comment utilisons-nous ces informations", Facebook répond, sans rire: "Nous aspirons à créer une expérience utilisateur attrayante et personnalisée. Nous tirons parti de toutes les informations à notre disposition pour fournir nos Services et maintenir leur qualité". L'attention est louable, elle consiste à "fournir, améliorer et développer [ses] Services" majuscules (25 lignes), "communiquer avec vous", "diffuser et évaluer les publicités et les services" (7 lignes), mais surtout "favoriser" votre "sécurité"... Et accessoirement, mais ce n'est pas dans le document, réaliser quelque huit milliards de dollars de chiffre d'affaires en vendant vos données à ses partenaires. 

Or c'est là que réside tout le problème: Facebook semble jouer la transparence et n'avoir que le mot "confidentialité" à la bouche. Pourtant, à aucun moment il ne vous autorise à vous affranchir, au moins partiellement, de son oeil omniscient. Le réseau social joue sur les mots. Pas un seul des paramètres proposés ne permet à l'utilisateur de limiter tel ou tel aspect de la juteuse collecte de données opérée sur son dos

Avec Facebook, désormais coté en bourse et valorisé près de 200 milliards de dollars, en 2015 plus que jamais, souvenez-vous que si c'est gratuit, c'est bien parce que vous êtes le produit.

source : http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/ce-que-facebook-cache-derriere-sa-nouvelle-politique-de-confidentialite_1625838.html

4315
Facebook choisit vos "amis" qui n'apparaissent plus jamais dans votre flux: voici les raisons

« Mais pourquoi je ne vois jamais les statuts postés par telle ou telle personne ? ». Cette question, vous avez certainement dû vous la poser un jour ou l’autre.
Et la réponse est simple : Facebook choisit, de manière arbitraire, les amis qui doivent apparaître, ou non, dans votre fil d’actualités.





« Mais pourquoi je ne vois que les statuts des mêmes personnes ? » « Pourquoi je ne vois jamais les statuts de mes 125 autres amis ? »… Oui, sur Facebook, des choses « bizarres » se passent. Mais pourquoi ? Voici une partie de l’explication. Selon L’Express, « les règles du jeu ont changé sur Facebook ». Le site explique : «  Tous vos amis, dont vous ne voyez jamais les statuts, continuent d’alimenter leur profil. Ils ne vous ont pas bloqué et ils espèrent même sans doute que vous « likerez » et commenterez leurs messages. Mais le réseau social considère simplement, à tort ou à raison, que leurs publications ne vous intéressent pas  ».

Ah bon ? Et pourquoi ? L’Express a donné la parole à Isabelle Mathieu, consultante et formatrice en réseaux sociaux. Elle indique que « Facebook a communiqué récemment en expliquant qu’un utilisateur est en moyenne exposé à 1500 histoires qui viennent d’amis ou de pages quand il se connecte. Face à cette profusion, le réseau social a décidé de faire le ménage. En moyenne, 80 % des messages d’amis ou de pages sont désormais écartés du fil d’actualité d’un membre. Les 20 % qui restent ne sont pas tous lus pour autant, loin de là. Le deuxième niveau de tri, qui consiste à les classer par ordre d’« importance », est donc primordial ».

Par ordre d’importance, elle parle ici, par exemple, de l’affinité que vous avez, ou pas, avec cette personne sur Facebook. Une affinité mesurée… par le nombre de likes, par exemple.

Bref, si vous ne likez pas, de temps en temps, les statuts d’une personne, vous risquez qu’elle disparaisse, un jour à l’autre, de votre flux…



Sujet d'actu sur Facebook en vidéo: Les adolescentes s'exhibent naïvement en pet

Video : http://www.rtl.be/videos/video/478797.aspx

source : http://www.sudinfo.be/957500/article/culture/medias/2014-03-12/facebook-choisit-vos-amis-qui-n-apparaissent-plus-jamais-dans-votre-flux-voici-p


4316
La police va pouvoir "patrouiller" anonymement sur internet

Actuellement, les policiers belges risquaient de commettre une faute de procédure s'ils rassemblaient des informations via Facebook entre autres.



À l'avenir, les policiers belges pourront "patrouiller" sur le net. Actuellement, ils risquent de commettre une faute de procédure s'ils rassemblent des informations via un compte anonyme sur Facebook ou toute autre plateforme sur internet où un simple enregistrement est nécessaire. Mais le gouvernement veut créer un cadre légal clair pour que ce soit possible, rapportent jeudi L'Echo et De Tijd.

L'avant-projet de loi des ministres de la Justice, Koen Geens (CD&V), et de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), a reçu un avis favorable de la commission de protection de la vie privée.

Il est urgent de régler le problème. En effet, la plupart des lois actuellement en vigueur datent d'avant l'apparition d'internet alors que la criminalité se développe considérablement sur la toile. Les mesures envisagées visent à mettre un terme à ce flou artistique.

http://www.levif.be/actualite/belgique/la-police-va-pouvoir-patrouiller-anonymement-sur-internet/article-normal-397297.html

4317
La police autorisée 'à surveiller sous couvert' sur les forums internet, selon la Commission vie privée

Les policiers pourront bientôt "patrouiller" sur internet. La Commission vie privée a en effet émis un avis favorable à la proposition de loi des ministres de la Justice Koen Geens (CD&V) et des Affaires Etrangères Jan Jambon (N-VA).



Voilà ce qu'on peut lire dans le journal De Tijd.

Actuellement, les agents encourent une faute de procédure, s'ils collectent des informations via un compte anonyme sur Facebook ou sur d'autres forums internet pour lesquels les utilisateurs doivent s'enregistrer.

Pour permettre les patrouilles internet, la loi relative à la fonction policière sera modifiée. La police pourra donc aussi "visiter, étudier et réaliser des copies" d'endroits semi-publics sur internet, y compris ceux exigeant un enregistrement via un nom, une adresse, un mail ou une carte de crédit. Pour le faire de manière efficiente, les policiers ne devront plus se connecter avec leurs propres nom et coordonnées.

Sous couvert: ce sera possible

S'ils veulent le faire aujourd'hui sous couvert, ils tombent sous le coup des règles strictes en matière de travail d'infiltration et de méthodes de recherche particulières.

La Commission vie privée estime légitime de faire surveiller internet par la police, même si les policiers le font "sous couvert", écrit De Tijd. Pour autant que cela ne devienne pas de l'observation ou de l'infiltration, pour lesquelles des règles strictes existent. La police ne pourra pas non plus utiliser une identité fictive qui soit "provocante", dans le but par exemple d'attirer les pédophiles.

(Belga/RR)

http://datanews.levif.be/ict/actualite/la-police-autorisee-a-surveiller-sous-couvert-sur-les-forums-internet-selon-la-commission-vie-privee/article-normal-397397.html

4318
Discussions Générales / enfin le facebook version wallon
« le: 29 mai 2015 à 17:29:13 »
enfin le Facebook version wallon


4319
L'État islamique peut-il détenir la bombe atomique?



FIGAROVOX/ENTRETIEN - Dans le dernier numéro du magazine Dabiq, l'État islamique a annoncé être en mesure de se procurer des armes nucléaires d'ici un an. Alain Rodier, spécialiste du terrorisme, analyse la crédibilité de cette menace.














Spécialiste du terrorisme et de la criminalité organisée, ancien officier au sein des services de renseignement français, Alain Rodier est directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).


FIGAROVOX. - L'État islamique prétend être en mesure d'acquérir l'arme nucléaire très vite. Faut-il prendre cette menace au sérieux?

Alain RODIER. - Non. Certes Daech annonce qu'il va l'acheter au Pakistan, pays détenteur de l'arme nucléaire. Cela a toujours été une crainte que ce pays, au comportement parfois imprévisible, ne fournisse à un tiers une arme atomique. Mais il s'agissait du transfert à un autre État et l'on pense immédiatement à l'Arabie saoudite (cette hypothèse n'est pas à exclure si l'Iran se dotait d'une force nucléaire opérationnelle). Quant à en donner une à un groupe terroriste, cela reste exclu car les premières victimes pourraient être les autorités pakistanaises elles-mêmes.

Il reste le vol d'une arme par un mouvement hostile au pouvoir en place. Il faut savoir que les installations nucléaires pakistanaises sont extrêmement protégées, et surtout, les armes stockées ne sont pas assemblées sauf au sein des unités d'alerte qui, elles, sont inviolables. Mais là également, ces armes ne peuvent être activées sur ordre politique (et code) venant du plus haut niveau.

En quoi cette annonce s'inscrit-elle dans la stratégie de communication de l'État islamique?

La propagande de l'EI consiste à faire parler de lui en permanence et à créer un climat d'inquiétude pour ne pas dire de terreur. La possible «invasion» de l'Europe via les migrants clandestins partant des côtes libyennes entre aussi dans le cadre de cette stratégie. Mais, même dans ce cas là, il est plus pratique et surtout plus sûr pour Daech d'envoyer des terroristes par les voies normales, et même en première classe puisque l'argent est disponible. Cela ne veut pas dire que des migrants ne seront pas recrutés ultérieurement dans des cellules clandestines de Daech, mais une fois qu'ils seront installés à destination.

Affirmer que le mouvement va acquérir une arme nucléaire est aussi valorisant pour les sympathisants à «la cause» qui y voient une démonstration de puissance et un pied de nez fait aux sociétés occidentales honnies.

Si une organisation terroriste était réellement en mesure de s'emparer de l'arme nucléaire, quelles seraient les conséquences? Celle-ci pourrait-elle s'en servir?

Le maniement d'une arme nucléaire n'est pas une chose aisée. Tout d'abord, il faut pouvoir déclencher l'explosion et celle-ci est toujours verrouillée par des codes et manipulations techniques compliqués. Même en supposant que tous les éléments soient réunis, ce qui, à mon sens, est impossible dans 99,99% car il faudrait de nombreuses complicités, il convient ensuite de la délivrer sur une cible.

Sur le plan balistique, Daech a bien exhibé un missile Scud à Raqqa en juin 2014. Cet engin aurait été récupéré par l'ASL sur une base militaire syrienne conquise dans la région de Der ez-Zor en septembre 2013 et ensuite revendu à l'EI. Mais de l'avis des observateurs, ce missile est totalement hors d'usage. D'autres missiles du même type ont peut-être été récupérés en Irak. Mais cela ne retire pas le fait qu'ils sont compliqués à mettre en œuvre par des amateurs (il y a vraisemblablement des anciens militaires qui ont rejoint Daech qui ont les compétences techniques, mais cela se perd assez rapidement quand on ne s'entraine pas régulièrement) et surtout, il faut «adapter» la tête nucléaire sur le vecteur. Si la tête ne correspond pas à ce type de missile, c'est impossible.


La solution la plus probable est que l'arme soit transformée en «bombe sale», c'est-à-dire qu'il n'y aura pas d'explosion nucléaire mais que des matières radioactives pourraient être disséminées dans un rayon assez faible d'une détonation classique.
 
Il reste la possibilité d'acheminer clandestinement la tête nucléaire sur l'objectif (déjà développée dans de nombreux romans) et de la faire exploser. Il faut savoir que les contrôles de ce genre de trafic ont été multipliés depuis l'effondrement de l'URSS. Une arme nucléaire dégage de la radioactivité relativement aisée à détecter, ce qui facilite les surveillances frontalières.

La solution la plus probable est que l'arme soit transformée en «bombe sale», c'est-à-dire qu'il n'y aura pas d'explosion nucléaire mais que des matières radioactives pourraient être disséminées dans un rayon assez faible d'une détonation classique. Cela peut être aussi réalisé avec des matières radioactives civiles que l'on trouve dans les laboratoires et dans les hôpitaux. La charge explosive est composée d'explosifs classiques. Cette hypothèse est prise en compte par les autorités mais n'est pas considérée comme une menace de premier plan. Les documents saisis à Abbottabad dans le repaire de Ben Laden montrent que ce dernier n'a jamais envisagé ce type d'action par incapacité technique. Il ne faut pas attribuer aux mouvements terroristes plus de puissance qu'ils n'en ont -sans pour autant les sous-estimer-.

Un tel scénario serait-il synonyme de bouleversements géopolitiques majeurs?

La prolifération d'armes RNBC (radiologiques, nucléaires, bactériologiques et chimiques) est une menace prise en compte depuis des années par les autorités. Elles font tout pour l'empêcher mais aussi pour gérer un éventuel emploi de ces armes par des terroristes (gestion de la situation, mise en place de chaines de décontamination, traitement des blessés, etc.). Cela ne change donc rien à ce qui existe déjà.


http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/05/26/31002-20150526ARTFIG00197-l-etat-islamique-peut-il-detenir-la-bombe-atomique.php

4320
Une menace d’attentat islamiste plane sur le Doudou: sécurité renforcée alors que 250.000 personnes sont attendues

Nos confrères de la rédaction nationale du quotidien la Dernière Heure ont reçu ce vendredi matin une lettre de menaces intitulée "Au peuple belge, mécréant !", expliquent-ils sur leur site internet. En représailles à la diffusion d’une émission de la RTBF consacrée aux motivations des candidats au djihad, les auteurs du courrier expliquent qu’ils donnent "rendez-vous dimanche sur la Grand Place de Mons" pour un "Boum". Les auteurs se décrivent comme étant deux et déclarent agir au nom de la cause islamique.


Sécurité renforcée à Mons

La menace est prise très au sérieux par la police et la Ville de Mons, qui ont décidé de relever le dispositif de sécurité prévu pour les festivités de la Ducasse de Mons (le Doudou), qui doit battre son plein tout ce weekend à Mons. Plus de 250.000 participants sont attendus pendant le week-end de la Trinité à Mons. Avant cette menace, 1.700 prestations policières étaient programmées pour assurer la sécurité de l'évènement.


Un évènement folklorique inscrit au Patrimoine Mondial de l'Unesco

Le programme de la Ducasse rituelle commencera samedi à 20h00 avec la Descente de la Châsse de Sainte Waudru à la Collégiale. Dimanche, la Procession (09h30) et la Montée du Car d'Or (12h00) précéderont le Combat dit Lumeçon (12h30) entre Saint Georges et le Dragon sur la Grand-Place de Mons. La Ducasse Rituelle est reconnue Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 2005. 1.600 acteurs en costumes d'époque y participeront, dont 180 musiciens, 100 choristes et 38 "Anges de Mons" qui rappellent les combats à Mons du 23 août 1914.

http://www.rtl.be/info/regions/hainaut/une-menace-d-attentat-islamiste-plane-sur-le-doudou-727117.aspx