Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

4336
La prostitution coûte 1,6 milliard d'euros par an à la société, estime une étude

Cette étude, financée par la commission européenne, tente d'établir le coût économique et social de la prostitution pour la société française.



Combien coûte la prostitution à la société française chaque année ? C'est la question à laquelle tente de répondre une étude dont les conclusions sont dévoilées jeudi 28 mai. Résultat : elle pèse 1,6 milliard d'euros, selon une estimation.

Quel est le coût de la prostitution ?

Cette étude établit à 311 millions d'euros le coût humain pour les prostituées, soulignant notamment qu'elles sont 6 fois plus exposées au viol que la population générale et 12 fois plus au risque de suicide.

Les conséquences sociales indirectes (placement des enfants, perte de production due aux incarcérations pour proxénétisme, homicides et suicides) pèsent quant à elles 306 millions, dont 228 millions d'euros pour les décès liés à la prostitution. Les frais de police et de justice sont, eux, évalués à 35 millions et les frais de santé (consultations médicales, IVG, médicaments, addictions) à 86 millions.

En comparaison, les dépenses sociales (hébergement d'urgence, allocations sociales, actions de prévention, etc.) dont bénéficient les prostituées sont estimées entre 50 et 65 millions et les fonds publics alloués aux associations qui leur viennent en aide ne s'élèvent qu'à 2,4 millions d'euros, déplorent les auteurs.

Quel est le manque à gagner pour la société française ?

Les auteurs évaluent à 3,2 milliards le chiffre d'affaires de la prostitution, en se basant sur une estimation du nombre de prostituées et leurs gains mensuels moyens supposés. Ils aboutissent à un revenu annuel moyen par prostituée d'environ 87 700 euros.

Toutefois, "l'argent des clients de la prostitution est en bonne partie soustrait au circuit de l'économie classique" et notamment "envoyé à l'étranger", affirme l'étude, qui établit à 853 millions d'euros cette évasion fiscale. "Si les clients de la prostitution dépensaient leur argent dans n'importe quelle autre activité, la société française économiserait chaque année plusieurs centaines de millions d'euros de dépenses liées aux conséquences de la prostitution et augmenterait ses recettes fiscales", affirment les auteurs de l'étude.

Comment interpréter cette enquête ?

Pour arriver à de tels résultats, les auteurs estiment que 37 000 personnes sont prostituées en France, dont la grande majorité (62%) officieraient sur internet, 30% dans la rue et 8% dans des bars à hôtesses ou salons de massage.

Financée par la Commission européenne, l'étude, baptisée ProstCost, a été réalisée par le Mouvement du nid, une association de soutien aux personnes prostituées favorable à la pénalisation des clients et à l'abolition de la prostitution, et par la société d'experts Psytel, qui avait conduit le même type de travail sur les violences conjugales en 2009. Il ne s'agit donc pas d'une analyse scientifique, mais d'un travail effectué à partir de données nationales, d'études et d'enquêtes existantes, d'analyses d'experts et d'interviews de prostituées. Néanmoins, elle intéresse le gouvernement


Source : http://www.francetvinfo.fr/societe/prostitution/la-prostitution-coute-1-6-milliard-d-euros-par-an-a-la-societe-estime-une-etude_924875.html

4337
info - média belgique / ATTENTION FAITES TOURNER L'INFO !
« le: 28 mai 2015 à 20:56:46 »
La police belge, une fierté pour nous tous.


ATTENTION FAITES TOURNER L'INFO !



Ce Jammer peut être commandé par internet pour la somme de 120 Dollars.
 Sa portée autour du véhicule est de 6 à 10 mètres.(12 Volt).
 Cet appareil à été trouvé dans un véhicule avec à son bord 2 ressortissants roumains.
 Branché sur l’allume-cigare cet appareil perturbe les ondes-radio dans les environs immédiats.
 Les véhicules proches de cet appareil ne peuvent êtres fermés au moyen de la télécommande.
 Le chauffeur croit quitter son véhicule fermé, ce qui n’est pas le cas. Les voleurs ont donc tout le loisir de vider le véhicule de son contenu ou de l'embarquer.
 Conseil: testez vos portières avant de quitter votre voiture pour vous assurer qu’elles sont bien fermées.
 A envoyer à toutes vos connaissances

4338
Piratage : l’armée veut disposer de cyberréservistes

Le ministère de la Défense voudrait compter d’ici à 2019 sur 4300 réservistes civils formés à réagir à une attaque informatique massive.
Une première expérimentation du dispositif a eu lieu fin mars dans le cadre d’un exercice interarmée.




Les récents piratages de sites institutionnels après les attentats de Charlie Hebdo et du site de TV5 Monde l’ont cruellement rappelé : Internet est bien devenu un nouveau théâtre d’opérations où il faut être capable de parer à toute offensive.



 

L’armée française avait qualifié cette menace virtuelle de « priorité stratégique » dans le Livre Blanc sur la sécurité et la Défense nationale de 2013 qui prévoyait, en plus de moyens offensifs supplémentaires, la création d’une « réserve citoyenne pour la cyberdéfense ».

Le ministère a mis la théorie en pratique fin mars dans le cadre du deuxième exercice annuel interarmées DEFNET qui simulait un piratage d’envergure internationale. Plusieurs écoles d’informatiques (CentraleSupélec, Epita...) et 500 futurs ing��nieurs ont été conviés par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSII) à participer à un premier exercice pratique (voir encadré) sur plusieurs sites de la Marine ou de l’Armée de l’Air dans toute la France.

50 à 80 attaques par semaine en France

 La mission de ces potentiels réservistes ? Assister les spécialistes militaires et les 500 ingénieurs civils de l’ANSII dans un travail de reconstruction de sites Internet d’opérateurs d’importance vitale (OVI, voir encadré) après une attaque sérieuse de hackers comme la France en subit de 50 à 80 fois par semaine.

 Réalisé dans les conditions du réel - sans accès à de l’aide sur Internet - l’exercice défensif a eu lieu fin mars à l’Ecole militaire (Paris, VIIe) et portait sur une PME victime d’un défacement -une vandalisation virtuelle - de son site. Thomas, 24 ans et en 4e année à l’école d’informatique Epita, s’est porté volontaire pour son premier exercice pratique hors de l ‘école. « Le plus compliqué est de trouver la première trace de l’intrusion surtout sans savoir quand l’attaque a eu lieu » souffle cet étudiant qui scrute des milliers de lignes de code informatique à la recherche d’une connexion anormale. Sa mission : établir un compte-rendu détaillé des accès aux serveurs.

« Il ne faut rien oublier dans les failles de sécurité du site sinon l’attaquant repassera par le trou » explique Sébastien Bombal, professeur à Epita, qui supervise ce « groupe de reconstruction » d’une douzaine de volontaires dans la « salle de jeux », le surnom de la pièce où s’organise l’opération. Après quelques heures de travail intense, la menace est éliminée et la mission des cyberréservistes accomplie

 Le rythme de formation de cette réserve de cyber-soldats va s’accélérer jusqu’en 2019 : un troisième exercice DEFNET est déjà prévu pour octobre. Le ministère de la Défense a également l’ambition de recruter dans les plus brefs délais les futurs ingénieurs de son pôle de formation à la Cyberdéfense en pleine construction au centre d’expertise technique de la DGA à Bruz, près de Rennes (Ile-et-Vilaine).



Les OVI ou les cibles à protéger
 Les opérateurs d’importance vitale (OVI) désignent, selon le Code de la Défense, un opérateur public ou privé dont « le dommage ou l’indisponibilité ou la destruction par suite d’un acte de malveillance, de sabotage ou de terrorisme risquerait, directement ou indirectement, d’obérer gravement le potentiel de guerre ou économique, la sécurité ou la capacité de survie de la Nation ou de mettre gravement en cause la santé ou la vie de la population ». Placés sur une liste confidentielle, ces 218 OVI sont classés parmi douze secteurs d’activités d’importance vitale (SAIV) qui couvrent aussi bien la gestion de l’eau ou des centrales nucléaires que les réseaux de transports et depuis peu les fournisseurs d’accès à Internet (FAI). Chaque ministère définit par arrêté ses OVI. Ces opérateurs doivent suivre des règles de sécurité strictes comme l’interdiction de connecter les systèmes critiques à Internet ou l’obligation d’un audit annuel des systèmes de sécurité.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/piratage-l-armee-veut-disposer-de-cyberreservistes-28-05-2015-4810837.php

4339
La loi contre le gaspillage alimentaire est votée



La France a enfin légiféré pour mettre un terme au gaspillage alimentaire de la grande distribution, les invendus ne doivent plus être jetés. La loi contre le gaspillage a été adoptée à l’unanimité par l’Assemblée Nationale ce jeudi 21 mai 2015.



Cette loi anti-gaspillage alimentaire fait suite à l’appel d’un élu de Courbevoie, Arash Derambarsh qui disait « Stop au gâchis alimentaire en France ! »

C’est une belle victoire collective pour l’ensemble des consommateurs/citoyens que nous sommes. C’est une bonne chose également que de voir le combat juste d’un homme politique trouver une telle issue.

C’est en tout cas suffisamment rare pour être noté.

La France rattrape son retard

loi anti-gaspillage alimentaireDéjà en place en Belgique, voir : La Belgique interdit le gaspillage alimentaire dans les supermarchés, une loi contre le gaspillage alimentaire voit enfin le jour dans notre pays. Cette loi vient renforcer les différentes mesures récentes préalablement mises en place.

En avril 2015, le Sénat a autorisé les grandes surfaces à distribuer leurs invendus alimentaires à des associations en approuvant un amendement au projet de loi Macron de Nathalie Goulet, sénatrice de l’Orne. C’était déjà un grand pas en avant, car selon la sénatrice :


chaque supermarché jette en moyenne 20 à 40 kgs d’invendus alimentaires par jour

Auparavant, le Sénat avait également voté un amendement au projet de loi sur la transition énergétique prévoyant la suppression de la date limite d’utilisation optimale (DLUO) sur les produits alimentaires non périssables.

Pus de javel déversée sur les invendus



Récemment, l’Assemblée Nationale a également voté à l’unanimité des amendements au projet de loi sur la transition énergétique et visant le gaspillage alimentaire dans les grandes surfaces françaises. Parmi ces mesures, l’une d’elles interdira désormais aux acteurs de la grande distribution de rendre leurs invendus impropres à la consommation.

Finis les fruits et légumes aspergés de javel dans les poubelles des grandes surfaces ! En outre, les supermarchés devront également prévenir tout gaspillage de nourriture ou, à défaut, d’utiliser leurs invendus au travers de dons mais aussi pour l’alimentation animale ou encore à des fins de compost pour l’agriculture …

Conventions avec des associations caritatives

Les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 mètres carrés auront par ailleurs l’obligation de signer une convention avec l’association caritative de leur choix afin d’organiser les dons alimentaires et de les redistribuer à ceux qui en ont besoin. Enfin, les produits de marques distributeur invendus qui sont habituellement retournés au fournisseur pourront être autorisés au don alors qu’ils sont habituellement détruits.

Sensibilisation à l’école

Cette batterie de mesures s’accompagne d’un volet éducation puisque la lutte contre le gaspillage alimentaire sera intégrée durant le parcours scolaire. Ces amendements s’inspirent directement des préconisations du rapport sur le gaspillage alimentaire remis en avril dernier au gouvernement par Guillaume Garot, ancien ministre délégué à l’Agroalimentaire.


Il faudra maintenant veiller à ce que la loi s’applique. Concrètement, il sera nécessaire que des systèmes de collecte soient mis en place par exemple. Bref, les choses sont loin d’êtres finalisées, mais l’essentiel est acquis.

La loi ne fait pas tout

graphique_3Il ne faut cependant pas se cacher derrière cette loi et relâcher ses efforts personnels pour lutter contre le gaspillage. Chaque foyer est concerné.

Mais on peut et on doit apprécier cette nouvelle à sa juste valeur. A la base une situation insupportable de gaspillage alimentaire à grande échelle va maintenant permettre à des gens démunis de manger plus.

Cela rend notre société un peu plus humaine et, à travers elle chaque individu devient meilleur pour son prochain.

sources :
http://www.mieux-vivre-autrement.com/la-loi-contre-le-gaspillage-alimentaire-est-votee.html

4340
Ces mensonges qui nous empêchent de vivre



Ces mensonges sont tellement énormes que nous y avons tous cru. Pourtant lorsque l’on décortique certains sujets, il n’y a aucune difficulté à détecter la supercherie.

La vie, notre vie nous est dictée. Tout le monde s’emploie, depuis notre petite enfance, à nous expliquer ce qu’est la vie, ce qui est possible et acceptable, ou pas. Parents, enseignants, médias, politiciens, la publicité, le monde du travail, les religions… tous nous transmettent et imposent LEUR vision de la vie, dans un cadre très restrictif.

Tout est faux

Il existe tellement de possibilités dans la vie pour chaque individu, que ces vérités toutes faites qu’on nous inculque depuis toujours sonnent comme des mensonges éhontés. Chaque mensonge a sa raison d’être, son objectif à servir.

La vie peut être une aventure passionnante. Nous avons le droit d’aspirer à une existence qui a du sens. Pour cela il est nécessaire de déconstruire les mensonges ancestraux qui nous interdisent de choisir notre vie:

« Un bon diplôme c’est l’assurance d’une vie heureuse » : mensonge

Inutile de tourner autour du pot: c’est FAUX. Encore l’un de ces mensonges qui se perpétue. Il n’y a qu’à regarder le tôt de suicide dans notre pays pour s’en convaincre : Le suicide en France

Le bonheur ne dépend pas du niveau de revenus, pas non plus du niveau social, ni même des diplômes obtenus, et encore moins des

bonnes notes à l’école.

Bilan-premier-trimestre-motivation-travail-personnel-et-objectifs-optimiséePourtant : les parents comme les enseignants et la société toute entière ne voit que par « l’éducation ». L’éducation scolaire formate les enfants en ne tenant pas compte de leurs besoins fondamentaux. C’est déjà la course aux résultats, l’individu doit être productif, le plus rapidement possible.

Le plus souvent, l’école, les diplômes puis la carrière professionnelle conduisent à une vie conformiste et sans véritable passion. Explorer la vie et rencontrer les gens, se laisser porter par ses aspirations, vivre ses passions, sublimer l’amour… Voilà quelques pistes d’envol pour un aller sans retour vers une vie heureuse.


« Il faut travailler pour s’enrichir » : mensonge

Une idée trompeuse, totalement fausse. Dans cette société « modèle », le travail n’est pas valorisé. Les plus riches ne travaillent pas. Ils récoltent le fruit du travail de ceux qui sont au boulot tous les jours. Celui qui travaille honnêtement gagne de quoi vivre, payer ses factures, encore des factures et pas beaucoup plus.

En 2014, les seules entreprises du CAC 40 ont versé 56 milliards d’euros de dividendes à leurs actionnaires. Dans le monde c’est plus de 1 000 milliards de dollars qui sont ainsi distribués chaque année. Ces chiffres ne vous parlent pas?
•Pour la France cela équivaut à 2 000 euros par foyer.
•On pourrait donner 137 dollars à chacun des 7,3 milliards d’habitants de la planète,  enfants et vieillards compris.

riches-et-pauvres


C’est tout simplement énorme. Les riches investisseurs « aspirent » les fruits du monde du travail. Le mensonge est démasqué : l’homme est asservi par l’homme. Le travail n’apporte pas la richesse, votre travail enrichit les riches. Cette vie est une vie de servitude. Quand on a compris cela, alors on commence à se tourner davantage vers les choses essentielles de la vie. C’est là que réside la richesse.


 

« La curiosité est un vilain défaut » : archi faux.

C’est même tout l’inverse : votre curiosité est une qualité essentielle. C’est elle qui permet de ne pas être soumis aux autres, de ne pas se ranger à leur avis « d’expert » les yeux fermés. C’est elle qui vous donne la soif d’apprendre et de comprendre, de rencontrer et connaître.

Nul doute que votre curiosité dérange. Elle dérange tellement que tout est mis en œuvre pour vous distraire de cette soif naturelle de savoir. La télévision est une cause évidente de l’abêtissement des gens.

Apprendre des choses, se documenter et s’informer constamment sur tout : c’est non seulement passionnant, mais c’est aussi et surtout vital dans ce monde impitoyable. Cela nous permet de garder notre libre arbitre en chaque occasion. C’est de notre liberté de penser, de raisonner qu’il s’agit. Préservons là, soyons le plus curieux possible.

« Je dois regarder les infos pour comprendre le monde » : encore faux

Les principaux médias, français sont détenus par quatre grands groupes. Il s’agit de : LAGARDERE – BOUYGUES – DASSAULT – ROTSCHILD

Pensez-vous vraiment que ces gens possèdent la presse et la télévision pour nous informer vraiment. Quels intérêts ont-ils à dévoiler les coulisses du fonctionnement de la société et ces mensonges qui nous fabrique une fausse réalité? Pourquoi alimenter le débat des inégalités sociales?

Si la presse dans son ensemble n’était pas aux mains de quelques uns, elle pourrait jouer son véritable rôle d’information. Elle serait alors ce « 4ème pouvoir » qui fait tant trembler les gouvernements. Au lieu de cela, pour s’informer et comprendre le monde, il faut aller chercher l’information. Aller là où les choses sont dites. Entendre ceux qui ne défendent aucun autre intérêt que celui du bien commun. Très rapidement, on découvre un monde insoupçonné où tout ce qu’on nous a inculqué apparaît faux. Ces mensonges organisés ne tiennent pas la route.
« Consommez pour être heureux » : toujours faux

Le matraquage publicitaire dont nous sommes victime est puissant. C’est partout, tout le temps. On ne peut passer une journée sans avoir l’esprit pollué par un message publicitaire. On nous pousse à acheter toujours plus de produits. Beaucoup d’entre eux nous empoisonnent. Qu’à cela ne tienne, on vous vend le poison puis le médicament qui va avec.

On nous vend une vie de servitude passée à travailler plus que de raison pour acheter, acheter et acheter encore. On y passe sa vie, on y laisse sa santé et ses illusions…

Avoir du temps pour soi est la véritable richesse. S’occuper de soi, de ses proches, écouter son cœur et faire ce qui nous passionne : c’est vivre.

« Nous vivons en démocraties » : c’est on ne peut plus faux

Cela peut paraître insensé : le pays des droits de l’homme, la révolution française… Ces événements si importants de notre histoire ont vu naître la République. Et pourtant, la supercherie est énorme mais bien réelle. Penchons nous de plus prêt sur la question:

Fausse-democratieDémocratie :  du grec « démos » qui désigne l’ensemble des citoyens, le peuple – et du grec « kratos » celui qui gouverne, le pouvoir. La démocratie c’est le pouvoir au peuple. Si nous vivions en démocratie les lois seraient écrites et votées par le peuple. Elle serviraient vraiment le peuple, au détriment des nantis.

Hors, en France et ailleurs, nous procédons à un vote pour élire nos dirigeants. Ils viennent tous de la classe politique, on choisit nos maîtres. Autrement dit nous vivons en Oligarchie : du grec « oligos », un petit nombre et « arché », le commandement. Les lois sont écrites par une élite pour l’élite. Elle ne servent pas l’intérêt du peuple.

Vous le voyez, des affirmations couramment admises sont en fait totalement fausses quand on y regarde de plus près. Même si la supercherie est grossière, elle perdure. Heureusement certains ne sont pas dupes. Espérons qu’ils soient de plus en plus nombreux à ouvrir les yeux.



http://reseauinternational.net/ces-mensonges-qui-nous-empechent-de-vivre/

4341
La Chine, ennemi spatial n°1 du Pentagone

Le département américain de la Défense s'alarme du développement des technologies spatiales militaires de la Chine.
Réalité ou épouvantail destiné à obtenir de nouveaux financements ?



MENACE. Une fois de plus, le Pentagone pointe du doigt la Chine comme possible menace spatiale pour les Etats-Unis et "pour toutes les nations qui mènent un programme spatial pacifique". La livraison 2015 du rapport du département de la Défense américain "au sujet des développements militaires et sécuritaires du régime chinois" s’inquiète en effet du "développement constant de technologies destructives spatiales" de l’Empire du Milieu.

Les experts américains reviennent notamment sur l’intrigant tir de mai 2013, réalisé depuis la base de Xichang. Annoncée comme emportant une mission scientifique destinée à étudier les particules à haute énergie dans la haute atmosphère, la fusée s’était élevée à 10 000 km et avait lancé un objet sur une trajectoire balistique le menant à l’altitude de 30 000 km ; soit à proximité de l’orbite géostationnaire où de nombreuses nations ont posté des satellites indispensables à leurs systèmes de communications. Une orbite ultra sensible, donc. L’objet était rentré dans l’atmosphère 9 heures et demi plus tard... une durée bien courte pour une étude scientifique ! Aussi le Pentagone s’inquiète-t-il légitimement de cet étrange lancement qui, selon lui, ne peut être qu’un test de technologie d’interception ou de destruction de satellite en orbite géostationnaire.

Un ambitieux programme spatial

Depuis des décennies, la Chine développe son programme spatial dans toutes les directions : vols habités, exploration spatiale de la Lune ou de Mars, bases de lancement, satellites scientifiques et commerciaux et, bien entendu, dispositifs militaires. Peu à peu, elle fait la démonstration de ses compétences dans ce domaine, au grand dam des Américains. Le Pentagone note ainsi que, l’an passé, la Chine a lancé 16 engins qui ont étendu son réseau de satellites de communication et de surveillance, avec notamment la mise en orbite du premier satellite d’observation à très haute résolution. En 2007, les Chinois avaient également fait la démonstration de leur capacité de nuisance en détruisant depuis la Terre un vieux satellite météo, Fengyun-1C. Un épisode mal maîtrisé qui avait généré une nuée de centaines de débris spatiaux. Un autre test "anti-satellite" aurait été mené en 2014, selon le même scénario qu’en 2007, mais sans créer de dégâts, indique le Pentagone.



Plan des orbites des débris spatiaux du satellite Fengyun-1C un mois après sa désintégration par une arme anti-satellite chinoise, en 2007.

"La Chine a certes développé des briques de technologies anti-satellite, reconnaît Isabelle Sourbès, géographe spécialiste de politiques spatiales au CNRS, mais n’est pas menaçante. Si l’on compare le nombre de satellites militaires chinois par rapport aux Américains, les plus menaçants ne sont pas les Chinois ! Reste que les Américains se considèrent comme les "gentils", face aux "méchants jaunes", qui étaient auparavant les "méchants rouges". »

Paradoxalement, les Chinois sont les seuls, avec les Russes, à réclamer la pacification de l’espace. Par intérêt bien sûr, puisqu’ils ne maîtrisent pas les armes spatiales et n’ont pas les moyens de vérifier la présence d'armes en orbite. Comment savoir en effet si un innocent satellite d’observation ne dissimule pas un laser destructeur ? "La Chine a une position ambiguë en la matière, analyse Isabelle Sourbès. Elle voudrait interdire toute arme dans l’espace, mais parallèlement elle essaie de montrer que s’il n’y a pas sécurisation des orbites, elle est capable de maîtriser la technologie anti-satellites. »

Des tests chinois sur des orbites
de plus en plus éloignées

Dans une démarche d’acquisition de compétences pour être crédibles sur la scène internationale, les Chinois testent ainsi des lanceurs sur des orbites de plus en plus éloignées. "De leur côté, les Américains jouent un drôle de jeu, poursuit Isabelle Sourbès. En réalité ce sont les seuls à avoir les moyens réels de nuire et les seuls à surveiller ce qui se passe dans l'espace, sur toutes les orbites. Sans doute y a-t-il une logique à crédibiliser ainsi tout l’argent dépensé pour la défense." En février, l’administration Obama a en effet réclamé une rallonge de 7 milliards de dollars pour les programmes spatiaux du département de la Défense, afin de multiplier les systèmes de sécurité spatiaux américains et les satellites espions ! Menace ou pas, la Chine est décidément un moteur de développement... pour l'industrie spatiale américaine.




http://www.sciencesetavenir.fr/espace/20150519.OBS9150/la-chine-ennemi-spatial-n-1-du-pentagone.html

4342
Des faux passeports pour entrer à l'université

Quinze Chinois ont été inculpés dans une vaste fraude à l'usurpation d'identité et contrefaçon de passeports et visas dans le but d'obtenir des diplômes et d'entrer dans le système d'études supérieures aux Etats-Unis.



 
 





     


 
 


 

par e-mail

 

Une faute?
 


Signalez-la-nous!



























Entre 2011 et 2015, les suspects envoyaient des faux passeports chinois aux Etats-Unis utilisés par des imposteurs à des concours d'admission ou des tests d'entrée d'universités ou facultés, en majorité de Pennsylvanie, selon l'acte d'inculpation publié jeudi.

Les suspects pouvaient alors indûment bénéficier des résultats d'autres personnes aux examens, entrer dans l'enseignement supérieur américain et obtenir des visas étudiants.

«Cette affaire justifie que nous protégions des fraudeurs l'intégrité de nos procédures de passeports et visas ainsi que les atouts de notre système d'éducation supérieure», a déclaré le procureur fédéral David Hickton de Pennsylvanie.

Les inculpés encourent un maximum de 35 ans de prison et une lourde amende, s'ils sont reconnus coupables de «complot, contrefaçon de passeports étrangers, fraude de courrier et de paiement».

Le Département d'Etat travaille main dans la main avec le ministère de la Justice dans cette affaire car «si une entreprise criminelle est capable de manipuler des outils de voyage international (comme le passeport ou le visa) par appât du gain, alors la sécurité nationale est en danger», a indiqué David Schnorbus, du Service de sécurité diplomatique (DDS) du département d'Etat.

«Ces étudiants ne trichaient pas seulement pour entrer à l'université, ils trichaient aussi pour violer le système d'immigration de notre pays», a ajouté John Kelleghan, l'agent spécial du ministère de la Sécurité intérieure, dans le même communiqué.

http://www.20min.ch/ro/news/faits_divers/story/Des-faux-passeports-pour-entrer-a-l-universite-12184559

4343
L'armée américaine envoie par erreur un bacille mortel à un laboratoire



Un laboratoire militaire américain a expédié par erreur des bacilles actifs de la maladie du charbon (anthrax) à au moins un laboratoire privé américain, bévue a priori sans danger qui a conduit au traitement par précaution de quatre employés, a indiqué le Pentagone mercredi.

Les bacilles se trouvaient dans un lot qui avait été irradié pour tuer tous les bacilles actifs, puis partagé en plusieurs échantillons pour être expédiés à différents laboratoires privés, selon les explications d'un responsable américain.

Au moins l'un de ces laboratoires, situé dans le Maryland (est), a constaté la présence de bacilles actifs le 22 mai dans son échantillon, et donné l'alerte aux autorités.

Le Pentagone a indiqué que des laboratoires de neuf Etats américains avaient reçu des échantillons de ce lot, ainsi qu'un laboratoire militaire situé sur la base aérienne d'Osan, en Corée du Sud.

Le Pentagone ne pouvait confirmer si ces échantillons contenaient eux aussi des bacilles vivants, ou non.

Quatre employés de trois sociétés différentes "qui ont travaillé avec le bacille actif" ont reçu par précaution un traitement préventif (prophylactique).

Mais dans tous les laboratoires concernés, "il n'y a pas de risque identifié pour le public, et il n'y a pas de cas confirmé ou suspecté de contamination", a insisté le colonel Steven Warren, porte-parole du Pentagone.

Le laboratoire militaire américain à l'origine de l'envoi est le centre d'essai de Dugway, dans l'Utah (ouest).

Il participe actuellement à un programme de recherche militaire visant à fabriquer des tests de détection des menaces biologiques qui soient utilisables sur le terrain, a précisé le colonel Warren.

Dans le cadre de ces recherches, il envoie des échantillons inactifs à des laboratoires privés.

"Par mesure de précaution", le département de la Défense "a suspendu" ces expéditions, "dans l'attente des résultats de l'enquête", a précisé le colonel Warren.

Outre le Maryland, les laboratoires susceptibles de recevoir les échantillons de bacille irradié se trouvent en Californie (ouest), Virginie, Delaware, New Jersey, New York (est), Tennessee, Texas (sud), et Wisconsin (nord).

De son côté, la direction des Centres de contrôle et de prévention des maladies a indiqué avoir envoyé des agents dans les laboratoires potentiellement détenteurs d'échantillons actifs pour y conduire des investigations.

Il s'agit notamment de mener "une consultation épidémiologique", de vérifier les "mesures de sécurité pour les salariés" et "la gestion des déchets" des laboratoires, selon les CDC.

Les laboratoires publics américains ont avoué l'année dernière plusieurs erreurs de manipulation de bactéries dangereuses.

En juillet dernier, le directeur des CDC Tom Frieden avait reconnu devant le Congrès une série de manquements aux protocoles de sécurité dans ses propres laboratoires.

"Il y a eu une série de ratés dans des protocoles importants", avait-il admis, en pointant "un manque de culture" en matière de respect des procédures de sécurité.

Parmi les incidents recensés, qui n'avaient pas donné lieu à des contaminations, l'envoi dans trois laboratoires de bacilles de la maladie du charbon (anthrax) non désactivés, alors que ces laboratoires n'étaient pas équipés pour manipuler ces éléments dangereux.

Les laborantins pensaient que ces bactéries avaient été inactivées et ne portaient pas de combinaisons de protection.

La maladie du charbon, ou anthrax, est une infection aiguë qui touche aussi bien l'animal que l'homme. La bactérie responsable (Bacillius anthracis) peut être aussi utilisée comme arme bactériologique.

Le centre d'essai de Dugway, à l'origine des envois actuellement en cause, appartient à l'armée de terre américaine. Il travaille à la lutte contre les risques chimiques, biologiques, radio-actifs ou explosifs, selon son site internet.


http://www.lalibre.be/actu/international/l-armee-americaine-envoie-par-erreur-un-bacille-mortel-a-un-laboratoire-55669b9835704bb01c83ea39#442d3

4344
Attention: la police va bientôt "patrouiller" sur Facebook et le net



Faits divers 
À l'avenir, les policiers belges pourront "patrouiller" sur le net. Actuellement, ils risquent de commettre une faute de procédure s'ils rassemblent des informations via un compte anonyme sur Facebook ou toute autre plateforme sur internet où un simple enregistrement est nécessaire.

Mais le gouvernement veut créer un cadre légal clair pour que ce soit possible, rapportent jeudi L'Echo et De Tijd. L'avant-projet de loi des ministres de la Justice, Koen Geens (CD&V), et de l'Intérieur, Jan Jambon (N-VA), a reçu un avis favorable de la commission de protection de la vie privée.

Il est urgent de régler le problème. En effet, la plupart des lois actuellement en vigueur datent d'avant l'apparition d'internet alors que la criminalité se développe considérablement sur la toile. Les mesures envisagées visent à mettre un terme à ce flou artistique.

http://www.dhnet.be/actu/faits/attention-la-police-va-bientot-patrouiller-sur-facebook-et-le-net-55669cb635704bb01c83ea62

4345
La guerre entre les États-Unis et la Chine est inévitable, sauf si les États-Unis font machine arrière



Une guerre entre la Chine et les États-Unis est « inévitable » à moins que Washington cesse de demander à Pékin de mettre un terme à ses projets de construction en mer de Chine méridionale, selon un quotidien chinois qui appartient à l’État.

Washington accuse Pékin de mener un programme massif de « confiscation de terres » dans l’archipel de Spratleys, en mer de Chine méridionale, et affirme que les requêtes territoriales de la Chine dans ces îles construites par l’homme pourraient militariser davantage la région.

« Si le dernier mot des États-Unis est que la Chine doit mettre un terme à ses activités, alors cela signifie qu’une guerre entre la Chine et les États-Unis en mer de Chine méridionale est inévitable », pouvait-on lire ce lundi dans l’éditorial publié sur le Global Times, un journal très populaire possédé par le quotidien People’s Today, le journal officiel du parti communiste au pouvoir en Chine.




« L’intensité de ce conflit sera bien supérieure à ce qu’on entend habituellement par “friction” », met en garde le journal.

Le quotidien a également affirmé que la Chine est déterminée à finaliser ses constructions en mer de Chine méridionale, des constructions qui constituent « le dernier mot » de Pékin, « et le plus important ».

La tension augmente entre Washington et Pékin concernant les activités de la Chine dans ce passage maritime disputé, fréquemment survolé par des avions de reconnaissance américains.

« Nous ne souhaitons pas un conflit armé avec les États-Unis, mais si ce conflit nous est imposé, nous l’accepterons », a ainsi tonné le Global Times, qui est l’un des journaux les plus nationalistes de Chine.




Pékin a déclaré la semaine dernière être « particulièrement déçue » qu’un avion espion américain ait défié à de multiples reprises les avertissements de la marine chinoise en survolant le récif de Fiery Cross, où la Chine construit semble-t-il un aérodrome et plusieurs autres infrastructures.

Le ministre chinois des Affaires étrangères a déclaré ce lundi que les vols de surveillance américains au-dessus de cet archipel et de ses récifs constituaient une menace pour la paix régionale, « car cela rend possible une erreur humaine qui provoquerait des accidents maritimes ou aériens ».



Washington, qui ne reconnaît pas la souveraineté de la Chine sur ces zones disputées, évalue la possibilité d’envoyer des avions de surveillance et des navires de guerre afin de défier les requêtes territoriales de la Chine.

« Ce serait la prochaine étape », a déclaré jeudi dernier le porte-parole du Pentagone, le colonel Steven Warren.

Le rapport annuel du Pentagone dévoilé ce mois-ci au Congrès décrit la Chine comme une menace pour la paix et la stabilité au niveau régional et international. Ce rapport remet en question la transparence des programmes chinois de défense, d’aérospatiale et de cybernétique.





Pour la première fois, une section est dédiée aux projets de constructions entreprises par la Chine en mer de Chine méridionale. Il est notamment mentionné que ces dernières étaient en train de s’étendre rapidement.

Les requêtes territoriales de la Chine en mer de Chine méridionale se superposent à celles du Royaume de Brunei, de la Malaisie, du Vietnam, de Taïwan, et tout particulièrement des Philippines.

Les États-Unis sont contractuellement tenus de défendre les Philippines en cas de conflit avec la Chine.


Ananalyse de Quenel+

Taquins, les Chinois ! Tout en finesse, la Chine vient d’en glisser une phénoménale aux États-Unis. « Vous voulez la guerre ? Parfait ! On vous attend. Vous voulez jouer aux cons, vous êtes tombés sur un cinquième dan ».

Il s’agit bien évidemment d’une déclaration médiatique non officielle, un message subliminal diffusé dans l’un des quotidiens nationaux possédés par l’État et censé intimider les Étasuniens, voire les faire passer pour des grosses lopettes fragiles le cas échéant. Et dans le cas d’une guerre véritable, une victoire américaine est tout sauf certaine. Bien au contraire. La Chine dispose d’un effectif impressionnant, d’un régime politique déterminé et d’un armement digne de la grande puissance mondiale qu’est devenue la Chine. Il est donc peu probable que les États-Unis jouent les gros bras dans ce cas-là.

On regrettera tout de même que les États-Unis adoptent un deux poids, deux mesures flagrant concernant ce prétendu « vol de terres » en pleine mer, alors qu’un silence assourdissant (certes ponctué de quelques déclarations de circonstance entre deux virements internationaux de plusieurs centaines de milliards de dollars) concernant un autre vol de terre, quotidien celui-ci, dure depuis plus de 70 ans… en Palestine occupée.

http://quenelplus.com/quenel-actu/monde/la-guerre-entre-les-etats-unis-et-la-chine-est-inevitable-sauf-si-les-etats-unis-font-machine-arriere.html

4346
Arabie Saoudite. “La Terre ne tourne pas, c'est prouvé”



Le religieux saoudien Bandar Al-Khaybari est affirmatif : la Terre ne tourne pas. Il l'a expliqué lors d'un séminaire devant des étudiants aux Emirats arabes unis. Sur une vidéo, il le "prouve" par des citations du Coran, et par "le bon sens".

"La Terre est immobile. Les preuves sont nombreuses, par les textes sacrés et par la raison", voilà ce qu'affirme le prédicateur saoudien Bandar Al-Khaybari. Et d'expliquer : "Si nous prenions l'avion pour aller en Chine, nous tournerions en avion pendant que la Terre tournerait elle aussi. Nous ne pourrions donc jamais atteindre la Chine." Et de joindre le geste à la parole pour illustrer la chose à l'aide d'un petit gobelet d'eau.


Si Al-Khaybari n'est pas une figure de premier ordre dans l'establishment religieux saoudien, il est néanmoins un prédicateur affilié au ministère des Affaires religieuses. C'est à ce titre qu'il a été invité pour donner un cycle de conférences dans une université de Charjah, près de Dubaï, aux Emirats arabes unis.

Plus embêtant, Al-Khaybari rappelle qu'il ne fait que répéter ce qui est en quelque sorte la doctrine officielle de l'appareil religieux saoudien. Il se réfère en effet à Abdelaziz ben Baz, qui a été grand mufti d'Arabie Saoudite de 1993 à 1999, et à Saleh Al-Fawzan, éminent membre du Haut Conseil des oulémas saoudiens. "Ben Baz et Al-Fawzan ont confirmé eux aussi que la Terre ne bougeait pas", déclare-t-il d'emblée, "même si certains se moquent d'eux."

"Comment un homme peut-il ainsi tourner sur lui-même ?"

A la fin de la même vidéo (ci-dessous, sans sous-titres anglais), Al-Khaybari présente une autre preuve : "Le Très-Haut a dit que la maison peuplée [d'anges] qui se trouve dans le ciel tomberait sur La Mecque si elle venait à tomber. Or, si la Terre tournait, la maison risquerait de tomber non pas sur La Mecque, mais dans la mer."

Et il conclut : "Nous avons des textes sacrés. C'est à eux que nous devons nous référer." Par ailleurs, "il ne faut pas croire le premier venu qui nous raconte n'importe quoi, ni les pseudo-miracles scientifiques des Occidentaux". "Ils ne sont jamais allés sur la Lune. Ce n'était qu'une production hollywoodienne et nous avons été assez bêtes pour le croire."

En réaction à cette vidéo,  le site saoudien Al-Tagreer a écrit : "La question n'est pas de savoir si la Terre tourne, mais comment un homme peut ainsi tourner sur lui-même [...] et sur ses références de pseudo-théologien."



http://www.courrierinternational.com/article/2015/02/20/la-terre-ne-tourne-pas-c-est-prouve


4347
Les délinquants sont souvent récidivistes !

Plus de la moitié des condamnés à des peines de prison (57%) récidivent et commettent de nouveaux méfaits.
Ces chiffres sont révélés par la première étude du genre en Belgique, réalisée par l’Institut national de Criminalistique et de Criminologie (INCC).
C’est Sudpresse qui a la primeur de l’information.

L’INCC a examiné au Casier judiciaire central un échantillon de 136.530 personnes, en se basant sur une période de 18 ans, de 1995 à 2013, pour suivre le parcours des condamnés à leur sortie.

Le résultat, c’est ce chiffre inquiétant de 57,6% de récidives, dans les 2 ans! Et les multirécidivistes sont nombreux! 170 irrécupérables ont même eu 50 bulletins de condamnation postérieurs à leur première condamnation, de référence.

42,9 % des meurtriers (78 sur 158) ont été à nouveau condamnés pour faits de violence.

Mais le pire taux de récidive, c’est celui des voleurs avec violence: 75%. C’est aussi 69% de récidive pour les trafiquants de drogues. Sud-Presse fait remarquer que la Cour d’assises n’impressionne pas davantage les personnes condamnées par ce jury populaire, puisque plus de la moitié (50,9%) sont à nouveau condamnés.

En matière de mœurs, la récidive est nettement plus rare: seuls 4,3% des violeurs commettent un nouveau viol. Par contre, les agresseurs sexuels de mineurs, en dehors du cadre familial, récidivent dans 23% des cas ! Inquiétant.

Les criminologues (de gauche) en déduisent que la prison n’arrange rien. Toutefois la peine est de moins en moins dissuasive puisque de fait, nombre de condamnés ne purgent qu’un tiers de leur peine. Lorsqu’ils vont en prison ! En dessous de trois ans fermes, les peines ne sont plus exécutées en Belgique et la sanction est dès lors symbolique. Ne serait-ce pas une des causes de la récidive, ce laxisme généralisé ?

Le bon sens populaire (et le PP qui l’incarne) en déduisent que les criminels doivent subir et exécuter une peine adaptée à la gravité des faits, incompressible dans les cas les plus graves. En effet, lorsqu’ils sont en prison, les condamnés ne représentent plus une menace pour la société.

Combien de victimes innocentes sont tombées entre les mains de récidivistes trop tôt


http://lepeuple.be/les-delinquants-sont-souvent-recidivistes/47633?utm_source=wysija&utm_medium=email&utm_campaign=Le+Peuple

4348
Un SMS maléfique s'attaque aux iPhones (mais il existe des solutions)

Ce petit piratage, accessible à tous, s'est répandu comme une blague, notamment sur les réseaux sociaux.



Une simple ligne de texte en caractères arabes est devenue la bête noire des utilisateurs d'iPhone et d'iPad. Mercredi 27 mai, des internautes ont alerté sur le site Reddit (en anglais) de l'existence d'une faille dans iOS, le système d'exploitation utilisé par les appareils de marque Apple.

Pour faire planter l'un de ces smartphones ou tablettes, il suffit d'envoyer un texto contenant une phrase bien particulière : une série de caractères en arabe, n'ayant aucune signification, mais capable de vous priver de SMS. Francetv info explique pourquoi.
 


A quoi ressemble ce bug ?

Ce petit piratage, accessible à tous, s'est répandu comme une blague, notamment sur les réseaux sociaux. La ligne de texte à l'origine du bug, rendue publique sur Reddit, a été largement partagée. Et pour cause, il suffit de réaliser un copier-coller dans un message sur votre smartphone pour vous changer en "hacker". Dès que le message en question est envoyé, le destinataire a la mauvaise surprise de voir son "tableau de bord" se changer en écran noir (avec la pomme d'Apple), comme ci-dessous dans la démonstration réalisée par les journalistes du Guardian (en anglais) ou dans la vidéo ci-dessous.



S'il est possible de rallumer son téléphone, l'appli de messagerie, iMessage, reste quant à elle inutilisable.

Quelle en est sa cause ?

"Selon diverses sources, cette faille serait due à un problème au sein du système de notification d’iOS qui n’arriverait pas à traiter les caractères Unicode [un standard informatique qui permet des échanges de texte en différentes langues]", explique le site zone-numérique.com.

D'ailleurs, si vous envoyez à quelqu'un ce texto pendant que cette personne est en train de consulter sa messagerie, le bug ne surviendra pas : le problème vient en réalité de la notification, cette petite fenêtre qui "pope" (surgit) sur votre "tableau de bord" pour vous prévenir de l'arrivée d'un texto, explique encore The Guardian.

Par ailleurs, le "crash" ne surviendrait qu'à condition que l'expéditeur du message soit également utilisateur d'un iPhone, selon 9to5Mac (en anglais).


Si vous êtes victime de ce bug, comment y remédier ?

Vous avez été victime de cette mauvaise blague ? Pas de panique. Dans les faits, le bug s'annule lorsque ce texto n'apparaît plus comme le dernier du fil de discussion qui vous lie à l'expéditeur du message maudit. En gros, il suffit que vous lui répondiez pour restaurer votre application. Mais comment faire, puisque votre application de messagerie ne fonctionne plus ?

Si vous disposez d'un autre appareil Apple (comme un ordinateur Mac, par exemple), il vous suffit de répondre à cet iMessage en utilisant l’application Messages de votre Mac. "Si vous ne disposez que d’un iPhone, vous pouvez utiliser Siri pour dicter le message à envoyer ou bien passer par la fonction de partage d’iOS (par exemple depuis Safari) pour accéder à l’envoi de messages", poursuit le site Metronews.

The Guardian se fait l'écho d'une autre solution, susceptible de vous aider si vous connaissez l'identité de votre "blagueur" : lui envoyer une photo via l'application Photos de votre iPhone. Vous aurez alors accès à l'historique de vos messages, d'où vous pourrez supprimer la conversation contenant la ligne de texte à l'origine du bug.

Enfin, pour se prémunir de cette attaque, tant bénigne que pénible, le quotidien britannique suggère de désactiver les notifications des iMessages et SMS. Le temps qu'Apple répare cette faille. Une mission en cours, évidemment.




4349
Un incroyable bug permet de paralyser un iPhone à distance à l'aide d'un simple message: "Gros hackage, je l'ai déjà reçu 4 fois"



En attendant une mise-à-jour ou un correctif de la part d'Apple, une "mauvaise blague" pourrait se répandre auprès de tous les possesseurs d'iPhone ou d'iPad utilisant (ou n'ayant pas désactivé) la fonction iMessage. Les conséquences de ce bug sont fâcheuses, mais il existe une solution pour s'en sortir…

L'application iMessage d'Apple, qui permet aux utilisateurs d'iPhone (ou d'iPad) de s'envoyer des messages, et également des images ou d'autres choses, est victime d'un fameux bug.

Si vous utilisez iMessage, ou s'il est activé sur votre iPhone (ce qui est le cas par défaut lorsque vous configurez un nouvel appareil), méfiez-vous. Un de vos contacts pourrait vous faire une sale blague, en envoyant un iMessage contenant des caractères qui vont faire planter votre appareil.



Votre iPhone redémarre !

Nous avons fait le test à la rédaction, entre deux iPhone 5S. L'application Message a effectivement planté peu après avoir reçu (ou envoyé…) ces étranges caractères. Impossible de l'ouvrir à nouveau, ni d'effacer le message.

Selon plusieurs témoignages et articles sur le web, recevoir un tel message provoquerait également le redémarrage de l'iPhone ! Mais nous ne l'avons pas constaté.



L'application Message et SMS ne s'ouvre plus, même après le redémarrage

Il y a pire: pour pouvoir utiliser à nouveau Message, et donc envoyer et recevoir des SMS (et a fortiori des iMessage), il faut suivre une procédure.

En effet, l'iPhone, perturbé par les caractères spéciaux qu'il a reçus, sort de l'application dès que vous la lancez. Le code est sans doute tellement bizarre qu'il perturbe complètement un appareil pourtant réputé pour sa stabilité et sa fiabilité.



"J'ai déjà reçu quatre messages"

Un lecteur a contacté la rédaction de RTL info via la page Alertez-nous, ce jeudi, pour nous faire part de sa mauvaise expérience.

"Il ya un SMS qui fait le tour. Dès qu'on l'ouvre les iPhones plantent! Le message circule partout j'ai reçu 4 fois le message via des personnes différentes! Gros gros hackage", nous a écrit Amaury.



Voici la marche-à-suivre pour débloquer l'appareil

La procédure, et nous l'avons testée et approuvée, la voici. Rendez vous dans votre galerie photos, ouvrez au hasard une photo et envoyez-la au contact qui vous a "piraté" via l'icône Message qui apparait dans le menu contextuel (carré avec la flèche en bas à gauche de l'image).

Vous pourrez alors à nouveau ouvrir l'application Message. Supprimez alors les fils de conversation avec la personne concernée. Tout rentrera dans l'ordre.



Pas le seul problème

Ce bug est néanmoins fâcheux pour l'application iMessage, nettement moins populaire que WhatsApp ou Facebook Messenger.

Car ça n'est pas son premier problème: il y a depuis longtemps des bugs entre des personnes qui s'envoyaient des iMessages. Si l'une d'elles change de téléphone et passe sous Android, par exemple, celui qui est resté sur iPhone ne reçoit plus ses SMS !

Un problème que nous avons déjà constaté à plusieurs reprises…

http://www.rtl.be/info/magazine/hi-tech/un-incroyable-bug-permet-de-paralyser-un-iphone-a-distance-a-l-aide-d-un-simple-message--726759.aspx

4350
Sécurité / La police met en garde les utilisateurs de Facebook
« le: 28 mai 2015 à 16:52:20 »
La police met en garde les utilisateurs de Facebook face à un nouveau type de fraude simple et efficace: de nombreux Belges déjà piégés (vidéo)   

Sur son site internet, la police belge met en garde les utilisateurs de réseaux sociaux face à un nouveau danger.
Les autorités insistent sur l’importance d’avoir un mot de passe sûr, car un nouveau type de fraude simple mais on ne peut plus efficace sévit en Belgique.



Le principe de ces fraudeurs est simple à partir du moment où ils ont découvert votre mot de passe. Ils s’adressent à vos amis et les mettent en confiance. Grâce notamment aux nombreuses informations disponibles sur votre profil, ils n’ont aucun mal à se faire passer pour vous. Ils font alors croire qu’ils ont une commande à passer mais que leur ordinateur connaît des problèmes techniques. Ils vous demandent alors de faire le virement pour eux : « Après quelques minutes de conversation », raconte Jeroen à VTM, « un ami commence à me parler d’une commande qu’il a faite sur Internet, mais ça ne marche pas chez lui, il n’arrive pas à conclure la transaction », ajoute-t-il.

« Il me demande alors de faire le virement pour lui, ce que je fais volontiers. Pour un total de 300 euros. Vendredi, lorsque j’ai eu de nouveau contact avec Stefaan ( NDLR : son ami en question, le vrai), il me dit qu’il ne m’a jamais demandé ça. Ce n’était pas lui non plus qui m’avait parlé », conclut-il.

Jeroen fait donc partie des nombreuses victimes belges qui ont déjà été touchées par ce nouveau type de fraude, simple mais de plus en plus présent chez nous. Ce mercredi, la police belge publiait sur son site internet un message de prévention afin que les utilisateurs de réseaux sociaux soient plus prudents que jamais avec leurs mots de passe.

À bon entendeur…

La video:

http://www.rtl.be/videos/video/526913.aspx

Source : http://www.sudinfo.be/1297247/article/2015-05-28/la-police-met-en-garde-les-utilisateurs-de-facebook-face-a-un-nouveau-type-de-fr