Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

571
nature-ecologie / Monsanto, plus puissant que les gouvernements
« le: 07 décembre 2015 à 18:10:55 »
Monsanto, plus puissant que les gouvernements





© Remy Gabalda/AFP
 Sur un site du géant Monsanto, à Trèbes (Aude), le 17 janvier 2014, un militant a inscrit sur un container « OGM danger ».



Le groupe a un quasi-monopole sur les semences OGM et exerce un lobbying massif auprès des élus.

 Monsanto «est plus puissant que le gouvernement». La petite phrase a été lâchée récemment par le ministre québécois de l'Agriculture, dans une province qui espère depuis des années réduire sa consommation de pesticides. Une enquête de Radio Canada montre pourtant l'inverse : entre 2006 et 2012, la quantité de pesticides utilisés par les agriculteurs locaux a augmenté de 27 %. En tête des ventes : le Roundup, l'herbicide controversé de Monsanto. Le ministre a promis d'agir, tout en reconnaissant l'influence de « Monsanto et des autres de ce genre ».

Empire

 Avec 21 000 employés dans 66 pays et 15 milliards de dollars de chiffre d'affaires (14,2 milliards d'euros), Monsanto est un poids lourd de l'industrie agroalimentaire. Après des années de forte croissance (+17 % entre 2012 et 2014), la firme américaine traverse une période compliquée, due à la chute des cours des céréales, combinée au renforcement du dollar. Résultat : pour l'exercice fiscal 2015, achevé fin août, le chiffre d'affaires a diminué de près de 5 %. Le bénéfice net a chuté de 16 %, à 2,31 milliards de dollars. Monsanto a annoncé la suppression d'ici deux ans de 2 600 emplois. En dépit de ces difficultés, la firme reste le leader incontesté de la biotechnologie agricole : environ 80 % du maïs et plus de 90 % du soja cultivés aux États-Unis proviennent de semences OGM brevetées par Monsanto. Un quasi-monopole construit à coups d'acquisitions. Entre 1996 et 2008, la firme de Saint-Louis (Missouri) a racheté plus de 50 entreprises spécialisées dans les semences ou la biotechnologie.

 Pour faire prospérer cet empire, Monsanto cultive des relations étroites au Congrès et au gouvernement américains. L'entreprise « a été très efficace pour convertir sa puissance économique en influence politique, à travers le lobbying et le "revolving door" », explique Philip Howard, de l'université du Michigan. Le « revolving door » («porte tournante») consiste, pour d'anciens hauts fonctionnaires, à rejoindre une entreprise privée du secteur dont ils avaient la charge, et vice-versa. On peut citer Margaret Miller, nommée directrice adjointe de la FDA (Food and Drug Administration) en 1991, et chargée de superviser l'approbation de l'hormone bovine de croissance rBGH, qu'elle avait contribué à développer chez Monsanto. Ou Michael Taylor, nommé en 2010 commissaire adjoint de la FDA à la sécurité alimentaire. De 1996 à 2000, il était le vice-président chargé des politiques publiques de Monsanto.

 Le groupe compte aussi sur l'appui de nombreux élus américains. En 2014, il a versé 536 000 dollars à plus de 110 députés et sénateurs. Et a dépensé plus de 3 millions de dollars pour soutenir un projet de loi interdisant l'étiquetage des produits alimentaires contenant des OGM, mis en place par trois États (Connecticut, Maine et Vermont). En réponse, des élus républicains ont déposé un texte de loi interdisant cet étiquetage au niveau fédéral et privant les États du droit de légiférer sur le sujet. Adopté par la Chambre des représentants en juillet, le texte doit être étudié par le Sénat.

« Experts »

Choses toute aussi inquiétante, Monsanto s'offre les services d'universitaires chargés d'apporter leur caution aux OGM et pesticides. Selon l'ONG Right to Know (Droit de savoir), deux professeurs des universités de Floride et d'Illinois ont été cités comme experts « indépendants » dans une trentaine d'articles de presse, sans mentionner qu'ils avaient reçu de l'argent de Monsanto. D'après une étude de Corporate Europe Observatory, 52 % des experts travaillant pour l'Autorité alimentaire européenne (Efsa) sur les pesticides ont aussi des liens avec l'industrie qu'ils sont chargés d'évaluer. Hasard ou pas, l'Efsa vient de juger « improbable » le risque cancérigène du glyphosate, le principe actif du Roundup. La Commission européenne pourrait décider de renouveler l'autorisation du glyphosate dans l'UE. L'Efsa va pourtant à l'encontre de l'Organisation mondiale de la santé qui, en mars, avait classé le Roundup comme cancérigène « probable » ou « possible ».

Les promesses de Monsanto

 Monsanto, pompier pyromane ? Accusée de contribuer au dérèglement du climat, la multinationale se présente comme l'un de ses sauveurs. Ainsi annonçait-elle mardi « des mesures visant à obtenir un bilan carbone neutre de ses activités d'ici 2021 ». Pour la production de soja et de maïs, Monsanto entend « réduire les émissions de gaz à effet de serre de 1 000 tonnes par an en équivalent-CO2, rien que pour les Etats-Unis ». Monsanto a déboursé près d'un milliard de dollars pour s'offrir The Climate Corporation, fondée par des anciens de Google et spécialisée dans l'analyse ultralocalisée du risque agricole et la vente de polices d'assurance associées. Elle défend le concept d'« agriculture climato-intelligente », que nombre d'ONG qualifient de « jeu de dupes » laissant le champ libre aux OGM et à l'utilisation intensive de pesticides et d'engrais chimiques. Le PDG de Monsanto, Hugh Grant, met en avant l'élément de langage favori de la firme, avançant que sans elle, l'humanité aura faim : « L'objectif est de nourrir 9,6 milliards d'humains de manière durable d'ici 2050. » C'est possible autrement, répond Olivier de Schutter, ex-rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation : « Il existe des alternatives agroécologiques, qui permettent d'atteindre des niveaux de productivité tout à fait satisfaisants. » Rotations de cultures, recyclage des déchets, fertilisation du sol par des plantes légumineuses... « L'agroécologie refuse de simplifier la nature : elle mise sur sa complexité. »

Commentaire : Reprise d'un commentaire Sott : Le cas Monsanto est un cas fascinant. Stigmatisée, méprisée et détestée, l'entreprise ne s'est jamais aussi bien portée. Chaque année, la firme gagne un peu plus d'argent que l'année précédente ( la diversification des activités de l'entreprise tendrait à contrecarrer l'effet « mauvaise presse » des pesticides ). Jamais vraiment inquiétée par la justice, son expansion ne semble pouvoir être, au mieux, que ralentie, et au prix de grandes souffrances humaines. Il parait évident qu'aucune loi ou réglementation venant d'un gouvernement ou d'une administration y changera quoi que ce soit. Ne sont-ce pas ces mêmes institutions, malades, qui ont permis à Monsanto d'occuper la place qui est la sienne ? Monsanto est un cas d'école, une représentation symbolique parfaite d'une chimère condensant en elle seule les pires travers de l'humanité.

 Et Pendant ce temps :
L'histoire de Monsanto constituerait ainsi un paradigme de l'impunité des entreprises transnationales et de leurs dirigeants qui contribuent au dérèglement du climat et de la biosphère et menacent la sûreté de la planète. Organisé à La Haye, du 12 au 16 octobre 2016, le Tribunal Monsanto aura pour mission d'évaluer les faits qui lui sont reprochés et de juger les dommages causés par la multinationale. La Tribunal prendra appui sur les Principes directeurs relatifs aux entreprises et droits de l'homme adoptés au sein de l'ONU en 2011. Le tribunal examinera aussi s'il s'impose de réformer le droit pénal international notamment an amendant le Statut de Rome, créant la Cour pénale internationale en vigueur depuis 2002, pour que soit reconnu le crime d'écocide et que la responsabilité pénale des personnes physiques coupables de ce crime puisse être engagée.

 Conscients des enjeux planétaires que représente la reconnaissance du crime d'écocide, qui seul permettra de garantir le droit des humains à un environnement sain mais aussi celui de la nature à être protégée, les initiateurs du Tribunal Monsanto lancent un appel à la société civile, à tous les citoyens et citoyennes du monde, pour qu'ils participent au financement de cette opération exemplaire, à travers la plus vaste plateforme de « crowdfunding » international jamais réalisée à ce jour. La défense de la sûreté de la planète et des conditions mêmes de la vie est l'affaire de tous et seul un sursaut collectif des forces vives permettra de stopper la machine de destruction en marche !
Un collectif international de juristes et d'ONG lance ce jeudi un tribunal international pour juger la multinationale accusée « d'écocide » :
Juges des cinq continents

 Pour évaluer le comportement de Monsanto, ce tribunal prendra appui sur les « Principes directeurs sur les entreprises et les droits de l'homme », approuvés en 2011 par le Conseil des droits de l'homme des Nations unies. « Ce texte constitue aujourd'hui la référence la plus largement admise définissant les responsabilités des entreprises au regard, par exemple, du droit à la santé, ou du droit à un environnement sain », explique le Belge Olivier de Schutter, ancien rapporteur spécial de l'ONU pour le droit à l'alimentation et professeur de droit international à l'Université catholique de Louvain. Conseiller juridique de la préparation du tribunal, il a pour mission, avec l'avocate et ex-eurodéputée française Corinne Lepage, d'y associer des juristes de haut rang, magistrats, avocats et juges issus des cinq continents.

 Le tribunal, qui a prévu de se réunir à La Haye du 12 au 16 octobre 2016, entend auditionner au maximum une centaine de plaignants venus des Amériques, d'Europe, d'Asie et d'Afrique. « Au cours de l'année qui vient, le Tribunal Monsanto recueillera des témoignages et un travail important de collecte d'informations aura lieu, précise Olivier de Schutter, qui fera notamment plancher ses étudiants. Il est encore trop tôt pour identifier les témoins ou victimes que le tribunal aura intérêt à entendre. Ce choix dépendra aussi de la stratégie suivie par les avocats des victimes. » Le Tribunal Monsanto se conformera « autant que possible » aux principes généraux du droit de la procédure civile, assure-t-il. La multinationale sera invitée à faire valoir ses arguments. « Il serait dommage que Monsanto préfère le silence au débat », pointe le juriste.

 Contacté par Libération, le groupe estime que les « accusations invoquées réitèrent des idées reçues, inexactes et déformées, [qui] ne reflètent absolument pas la réalité». Monsanto rappelle qu'en France, où il emploie 600 collaborateurs, 200 000 à 300 000 agriculteurs bénéficient chaque année de ses «solutions très appréciées ». « La sécurité est une priorité pour Monsanto », assure encore l'entreprise, qui revendique « une démarche de transparence », ajoutant que « de nombreuses études scientifiques » sont réalisées sur ses produits. Monsanto se dit même « prêt à répondre à toutes les questions ». Le groupe viendra-t-il au Tribunal ? Il ne le dit pas.

 Mais n'est-il pas absurde et inquiétant de devoir créer un tel tribunal pour pallier ce qui peut passer pour des insuffisances de la justice ? « Il serait inexact de prétendre que rien n'a pu être fait jusqu'à présent », relativise Olivier de Schutter. Et de citer le cas des habitants de Nitro, la ville de Virginie-Occidentale où Monsanto fabriquait l'agent orange, qui ont obtenu en 2013 un règlement amiable pour les dommages subis par la pollution à la dioxine.

 ...

 Chaque année, Monsanto provisionne des sommes colossales pour faire face aux procès que pourraient lui intenter les victimes de ses produits. Ce qui ne l'incite pas à changer de pratiques. « Tant qu'il demeurera plus profitable pour les actionnaires de faire courir des risques à la collectivité, quitte à devoir dédommager des victimes de temps à autre quand des procès sont engagés, ces pratiques subsisteront, conclut Olivier de Schutter. Des actions judiciaires entamées au cas par cas ne sont pas un substitut à une intervention beaucoup plus vigoureuse des pouvoirs publics. »

Mais qui financera ce Tribunal Monsanto, dont le coût est évalué à 1 million d'euros ? Vous et moi, espèrent ses initiateurs, qui lancent ce jeudi un appel « à tous les citoyens et citoyennes du monde », pour qu'ils y participent « à travers la plus vaste plate-forme de crowdfunding international jamais réalisée à ce jour ».

http://fr.sott.net/article/27012-Monsanto-plus-puissant-que-les-gouvernements

572
Finlande : un revenu universel de 800 euros pour tous d’ici fin 2016 ?

Peut-être avez-vous entendu parler récemment de cette idée d’un « revenu minimum de base », ou « revenu universel » pour tous donc et sans contrepartie!
La Finlande va plus loin que le débat d’idées en envisageant -très sérieusement- de verser à chaque citoyen adulte un revenu universel de 800 euros par mois.
Un récent sondage a montré que 69% de la population y est favorable.
Ce projet pourrait bien voir le jour fin 2016 compte tenu des nombreux avantages attendus.



Oui, vous ne rêvez pas. Le gouvernement finlandais est en train d’élaborer un projet pour verser à chacun de ses 4,9 millions de citoyens (adulte uniquement) un revenu universel de 800 euros par mois et d’abandonner les autres prestations sociales dans le même temps. Quand certains, chez nous, s’empressent de décrédibiliser ce genre « d’idée utopique », d’autres y réfléchissent sérieusement, pesant le pour et le contre avant de mettre, ou pas, la mesure en application. Le gouvernement finlandais prendra une décision finale sur le projet d’ici novembre 2016.

Une opinion publique favorable

Un sondage commandé par la « sécu » finlandaise : l’Institut finlandais de l’assurance sociale, a montré que 69% de la population approuve ce projet de revenu de base, souhaitant même voir porté son montant à 1000 euros. Les grands partis politique du pays soutiennent également la mesure, comme le premier ministre Juha Sipilä qui confiait sur QZ.com pourquoi il y est favorable :


Pour moi, un revenu de base signifie la simplification du système de sécurité sociale.



Pourquoi le salaire universel est-il une bonne idée ?

Vous vous en doutez, la simplification du versement des multiples aides sociales, n’est pas l’unique raison qui pousse le gouvernement finlandais à réfléchir à la mise en place du revenu universel. Plusieurs raisons sont évoquées :
1.Réaliser des économies substantielles sur l’organisation, le contrôle et la distribution des différentes prestations sociales existantes actuellement.
2.L’expérience vise à contester la notion que les personnes, qui reçoivent de l’argent public, doivent être contrôlées et sanctionnées.
3.Avec un taux de chômage à 9,53% le plus haut de ces 15 dernières années, la mesure est destinée à favoriser l’emploi en permettant aux gens d’accepter un travail faiblement rémunéré, sans impact négatif sur leur niveau de revenu global.
4.Lutter contre le chômage des jeunes en particulier – qui est élevé – en favorisant l’accès aux études supérieures et en augmentant le niveau de qualifications. Les étudiants ne seraient plus obligés de travailler à côté, ou de quitter prématurément leur cycle d’étude par nécessité financière.
5.Favoriser la natalité, car les femmes peuvent envisager plus sereinement leur vie de famille et l’éducation des enfants.

 

 
Selon Bloomberg, cette disposition coûterait  52,2 milliards d’euros par an au gouvernement finlandais s’il considère les 5,4 millions d’habitants. Mais le gouvernement a d’hors et déjà annoncé que la mesure s’appliquerait pour 4,9 millions de Finlandais majeurs. La facture s’élèverait alors à 46,7 milliards d’euros par an, un chiffre à mettre en parallèle avec les 49,1 milliards de recettes fiscales attendues pour 2016.


Les inconvénients du salaire de base universel

Vous vous en doutez également, différents aspects ne concourent pas une mise en place précipitée de la mesure.
•L’inconvénient majeur est le coût bien sûr.
•Certaines catégories de personne peuvent être perdantes comparant le montant actuel des prestations sociales qui leurs sont versées.
•Le danger de voir apparaître de fortes inégalités sociales, par exemple : une mère élevant seule ses enfants seraient en bien moins bonne situation financière qu’un voisin, vivant seul et qui travaillerait en plus – même à mi-temps.
•Peut-on parler de justice sociale si l’on verse à tous – et donc aux personnes les plus aisées également – un revenu universel ? La question fait débat.

Sur ce dernier point, un éclairage a été apporté. Les plus aisés des finlandais sont également les plus gros contributeurs à l’impôt. Au final, la prestation de 800 €/mois ne remet pas en question leur contribution effective à l’effort national qui reste largement positif.

D’autre expériences similaires

D’autres pays, dont l’Inde et le Malawi, ont testé le revenu de base par le passé, mais l’expérience la plus célèbre reste celle menée dans la ville canadienne de Dauphin, au Manitoba. Entre 1974 et 1979, le programme Mincome a donné une allocation à l’ensemble de la population, proportionnelle niveau de revenu de chacun.

Les Pays-Bas ont déjà approuvé des projets pilotes similaires dans plusieurs villes, telle Utrecht où un revenu de base sera expérimenté l’an prochain. Quant aux Suisses, ils devront se prononcer en 2016 par référendum sur la question également envisagé du salaire de base universel. En France, le sujet effleure à peine les conversations… pour le moment tout du moins.

http://www.mieux-vivre-autrement.com/finlande-un-revenu-universel-de-800-euros-pour-tous-dici-fin-2016.html

573
Europe / Pierre Rabhi : "La COP21 manipule l'opinion"
« le: 07 décembre 2015 à 18:05:46 »
Pierre Rabhi : "La COP21 manipule l'opinion"



Auteur, philosophe, conférencier, agriculteur, Pierre Rabhi sème depuis plusieurs années sa conception du monde et de la nature. Face à l'urgence climatique, il dénonce l'inefficacité des grandes messes internationales, à l'instar de la COP21, qui selon lui, "manipule les esprits". Il appelle à la conscience et à l'action citoyenne pour faire bouger les lignes et ainsi se réapproprier la vraie valeur de la vie.
 


Acteurs de l'économie-La Tribune : Quel est votre regard sur les événements tragiques qui ont touché Paris le 13 novembre dernier ?


Pierre Rabhi. Je suis ulcéré comme beaucoup de gens et je condamne fermement cette violence. Elle est planétaire et terrible. L'humanité doit de toute urgence suffisamment évoluer pour éradiquer toute violence, et pour cela, il faut changer de processus, en allant vers une plus grande reconnaissance de l'autre.

Ces violences sont, en général, reliées à des contentieux larvés, construits au cours de l'histoire : la colonisation, l'humiliation, la non-reconnaissance, l'iniquité mondiale.Toutes les sept secondes, selon les experts de l'ONU, un enfant meurt de faim. Pourtant, la planète est suffisamment riche pour que ce fléau ne se produise pas.

L'humanité est de nos jours confrontée à une mutation sans précédent. Et dans ces bouleversements, nous devons garder le cap, c'est-à-dire, construire une fraternité humaine en adéquation et en relation avec la nature, le berceau indispensable à tous êtres humains et toutes créatures.

Justement, la Cop 21 est censée éviter le pire en limitant à 2°c le réchauffement climatique. Vous êtes très pessimiste concernant cette conférence...


Je n'attends pas grand-chose de ces sommets internationaux. Ces rencontres sont censées rassembler des autorités afin qu'elles prennent des décisions importantes concernant notre rapport à la vie et à la nature. Mais depuis des années, aucune grande mesure ne sort de ces grandes messes.

L'inefficacité de ces rendez-vous du type de la COP21 - au-delà du danger qu'ils font courir à la planète,- engendre un autre mal : celui d'une manipulation de l'opinion. Les décideurs font croire à la population qu'ils s'occupent de ces grands enjeux climatiques, mais ils n'apportent pas une réponse à la hauteur de la gravité de la situation.

Le problème réside dans la division entre la nature et nous. Nous sommes la nature, et l'écologie devrait ainsi être la chose qui concerne absolument tout le monde, du président de la République au balayeur. Sauf qu'aujourd'hui, il y a un clivage initié par l'être humain. Il s'est ainsi installé dans un statut dans lequel il s'est donné tous les droits contre la nature. Avec un mot d'ordre : pillons et détruisons.

Pourtant, sur l'échelle du temps, si nous reprenons un ratio temporel de 24 heures, l'Homme n'est présent sur la planète que depuis une ou deux minutes. Et dans ce très court instant, l'Homme est devenu un fléau pour la planète. Mais aussi pour lui-même. Il est son premier fléau.

Les discours dominants portés par les grands États et leurs responsables politiques ne sont, pour le moment, que très rarement suivis d'actes majeurs. Quels sont les blocages que vous avez identifiés ?


La première nécessité et d'analyser où se trouve désormais l'autorité. La finance s'est accaparée cette autorité et cette toute-puissance dans le monde. De ce principe d'argent roi, concentré dans les mains d'une caste qui décide, se trouve les limites du pouvoir politique. Les responsables, pourtant élus, ont ainsi un espace de décision mince.

Par ailleurs, au sein même de la sphère politique, la question climatique est substituée, depuis de nombreuses années, à d'autres priorités, à l'instar du chômage. La question du climat passe également au second plan lorsque les luttes politiques, où triomphe parfois la démagogie aux dépens du réalisme, prennent le dessus, avec pour dessein de répondre à une logique personnelle de réélection électorale.

Pourtant, face à ces blocages, nous pourrions commencer à modifier la société dès demain.

Quels sont les moyens disponibles, selon vous, afin de bousculer ces paradigmes établis ?


L'un des enjeux majeurs résulte de l'éducation de nos enfants. Celle-ci devrait se focaliser, non pas sur la compétition, mais sur la sociabilité et la solidarité. En très peu de temps, nous pourrions créer des êtres solidaires, et non pas opposés.


Le système actuel de l'école introduit immédiatement la notion d'antagonisme, en poussant les enfants vers un élitisme insatiable. Cette conception est nauséabonde. D'une part, elle pare l'enfant d'angoisse. D'autre part, l'enfant est ainsi préparé à avoir une perception de l'autre comme l'antagoniste étant celui qu'il faut dominer.


Ce balancier entre dominant et dominé est une aberration au regard de l'histoire. Il y a toujours eu une catégorie opprimée, qui s'est ensuite révoltée contre son oppresseur. Puis, l'opprimé devient oppresseur. Il faut donc changer totalement de schéma.

Vous prônez particulièrement l'action locale et citoyenne pour changer le modèle. Celle-ci, aussi dynamique soit-elle, ne se heurte-t-elle pas à un niveau décisionnel qui étouffe, à un moment donné, toutes perspectives profondes de changement ?


Nous, simples citoyens, avons un pouvoir énorme, qui par notre action peut avoir des répercussions majeures. Mais nous ne l'exerçons pas. Nous devons aller vers un comportement frugal.

Certaines multinationales sont par leurs activités nocives à notre planète. Mais ces mêmes entreprises que nous pointons du doigt, nous les nourrissons tous les jours. Certes, il y a des faits que je ne peux pas renier. Je suis également en cause sur certains comportements, lorsque, par exemple, je fais le plein d'essence de ma voiture. Mais il y a des espaces dans lesquels je peux prendre des initiatives personnelles. C'est à ce titre que je parle de sobriété.

 En devenant "simples", nous pouvons ainsi poser des soucis aux multinationales. En effet, elles fonctionnent sur une approche subliminale, qui est de mettre l'individu psychologiquement dans le manque. La marge du superflu qu'elles engendrent est sans limites. Face à cette tentation, nous pouvons jouer un rôle majeur en adoptant un comportement raisonnable. "Est-ce que je me comporte avec simplicité et sobriété, répondant ainsi à mes besoins légitimes, ou suis-je dans l'avidité permanente ?"

La sobriété peut être heureuse, apporter de la joie en marquant un palier de satisfaction. Or nous sommes dans une société qui s'appuie sur l'insatiabilité avec le credo du "toujours plus". Que ce soit au niveau de l'État ou de l'individu, le gaspillage est énorme. Ce comportement n'a pas pour seule conséquence notre personne, mais il se répercute sur l'autre. Notre gaspillage peut affamer notre voisin. Il y a tout un pan de l'humanité qui est dans la précarité, et nous, on fabrique 30 à 40 % de déchets.

La solution est donc, selon vous, en chacun d'entre nous...


La solution se construit en chacun de nous. Si nous ne nous mettons pas dans une logique de transformation raisonnée et bénévole, celle-ci s'imposera à nous. Quel que soit le chemin, nous allons vers la précarité. Il faut, selon moi, la choisir et non pas la subir, en l'ordonnant, l'organisant pour qu'elle ne soit pas douloureuse. Mais la précarité, ce n'est pas ne rien avoir, c'est simplement posséder l'indispensable.

Pour atteindre cette sobriété, vous prôner notamment l'agroécologie. De plus en plus de personnes s'en réclament. Comment observez-vous cette évolution ? Redoutez-vous un risque de récupération, à l'instar de ce qui s'est fait pour l'agriculture biologique ?


Il y a toujours un risque. Dans mon dernier livre (La puissance de la modération, Hozhoni Eds), j'ai souhaité rappeler d'une manière claire, l'éthique et les fondements de l'agroécologie. Au-delà de son ambition initiale, être pourvoyeuse de produit bio, elle est avant tout une éthique. Elle impose de cultiver en conscience.

La dimension spirituelle est évacuée de notre monde. Nous devons retrouver le ressentiment que nous faisons partie de quelque chose qui est complexe, mais porteur d'une forme d'intelligence, c'est-à-dire l'esprit, sans pour autant comprendre le tout. L'agroécologie permet cela.

Vous êtes à la fois agriculteur, écrivain, poète...Que vous permettent ces multiples casquettes ?


L'agroécologie est une activité tangible, qui ne brasse pas à l'infini des théories. J'ai cette chance de la pratiquer, c'est-à-dire d'être en mouvement. Cette activité est un test quotidien, alors que la société d'aujourd'hui est beaucoup trop dans les concepts. On brasse, on brasse, et pendant ce temps-là, le bateau coule.

Le dilemme est désormais le suivant : sommes-nous capables de changer l'histoire par une approche tangible de la réalité des choses, ou allons-nous gloser alors que nous faisons naufrage?

Il est absolument nécessaire qu'aujourd'hui, dans la façon dont nous considérons la vie, elle puisse s'incarner dans nos gestes quotidiens ; et l'agriculture est magnifique pour cela, car elle permet de vivre. Sans elle, tout est fini.
Comment transmettre les valeurs que vous prônez vers d'autres domaines d'activités ? Tout le monde ne peut pas revenir à l'exploitation de la terre...
 

Le grand problème de la société, aujourd'hui, c'est qu'elle est hors-sol. L'individu est concentré dans des villes de plus en plus gigantesques, éloignant ainsi davantage les populations des problématiques de la vie.

Prenons un exemple extrême. Pendant les guerres, tout le monde se souvient du cousin à la campagne. Il était pourtant jusqu'alors catégorisé comme le "pauvre type" qui n'a jamais réussi. Sauf, qu'en réalité, c'est lui qui détient la vie. Le réalisme aujourd'hui, c'est une écologie pratique, qui incarne la vie.

http://acteursdeleconomie.latribune.fr/debats/grands-entretiens/2015-12-04/pierre-rabhi-la-cop21-manipule-les-opinions.html#xtor=AL-13

574
autres / Je suis abstentionniste et tu viens m’insulter...
« le: 07 décembre 2015 à 16:08:18 »
Je suis abstentionniste et tu viens m’insulter...




Ecrit pendant les dernières élections municipales par une personne anonyme. Le rédacteur est attaqué pour son abstentionnisme et rendu coupable de la montée du FN. Il réplique...

Je suis abstentionniste et tu viens m’insulter, toi l’électeur, toi le votant, toi qui portes, scrutin après scrutin, des hommes et des femmes au pouvoir et qui n’auront de cesse de te décevoir. Qui te trahissent tout en te jurant que la prochaine fois ils feront mieux.
Tu viens m’insulter, déverser sur moi ton aigreur suite à la défaite de ton camp, comme un soldat tenant son fusil face à un peloton de déserteurs. Dans ton esprit ardent de combativité, si tu as perdu ce n’est pas parce que ton ennemi est meilleur, ce n’est pas parce que tes leader sont mauvais, c’est simplement ma faute, à moi, qui ne veut pas me battre.

Je suis le coupable.

Tu t’affirmes éclairé, instruit, intelligent. Tu méprises copieusement les presque trois quart de la population française qui n’ont pas voté, ou qui ont voté pour des partis ennemis à tes yeux. Tu les traites de connards, d’ignorants, de cons, de débiles, de sombres merdes ignorant tout de leur Histoire, n’entendant rien à la politique. Nous ne sommes tous pour toi que des fainéants abrutis de publicité. Tu nous es supérieur.

Alors que nous dis-tu ? Que nous enseignes-tu, toi, l’homme instruit ?

Tu nous dis que la montée de l’abstention provoque une montée du Front National. Tu affirmes même que c’est mathématique. Tu l’ériges en loi physique.

Observons cette loi physique.

«
2014, élection européenne, on nous annonce une abstention de 57% et un vote Front National de 25%.
2009, élection européenne, l’abstention était de 59%, le vote Front National était de 6,5%. Abstention plus forte, vote FN plus faible.
2004, élection européenne, l’abstention était de 57%, le vote Front National était de 10%. Le Parti Socialiste totalise à lui seul près de 30% des voix (du jamais vu dans une élection européenne) et la gauche dans son ensemble obtient 42% des votes. Un raz-de-marée de gauche pour une abstention pourtant équivalente à celle de 2014.

Toi, le mathématicien, l’analyste des chiffres, peux-tu oui ou non affirmer qu’il y a corrélation entre le taux d’abstention, le vote d’extrême droite, et le vote à gauche ?
Peux-tu me regarder dans les yeux et affirmer que les chiffres prouvent que l’abstention fait monter le FN et baisser la gauche ? Que c’est mathématique ?

Tu n’es pas seulement mathématicien, tu es aussi sociologue. Tu affirmes que si tout le monde « bougeait son cul », que si tout le monde allait voter, l’extrême-droite serait balayée et la gauche triomphante pourrait enfin révolutionner la France. Tu affirmes savoir que les sympathisants d’extrême-droite vont tous voter alors que les abstentionnistes sont tous des gauchistes trop fainéants pour se bouger.
Si on doit faire de la sociologie de comptoir, essayons au moins d’utiliser un outil statistique. Voici quelques chiffres tirés d’une analyse de l’électorat français pour les européennes de 2014, réalisée par Ipsos. Si tu as plus fiable, je suis preneur. En attendant...

«
50% des personnes ayant voté Le Pen au premier tour des dernières élections présidentielles se sont abstenus aux européennes. 50%. Un frontiste de 2012 sur deux n’est pas allé voter en 2014.
La même question pour les électeurs de Hollande et Sarkozy donne respectivement 58 et 48.

Si l’on s’en tient aux sympathisants (c’est à dire ceux qui se déclarent proches de tel ou tel parti mais n’ont pas été voté cette fois) on obtient 53% d’abstentions pour les sympathisants du Front National, 50% d’abstention pour les sympathisants de l’UMP, 58% d’abstention pour les sympathisants du Parti Socialiste. Et avec seulement 43% d’abstentionnistes parmi leurs sympathisants, le Front de Gauche est le mouvement politique qui possède en apparence la plus faible réserve électorale parmi les non-votants. Étonnant, non ?

«
Il y a donc entre 50 et 53% d’abstentions chez les partisans du Front National. Score supérieur à celui de la droite, inférieur à celui de la gauche et très largement supérieur à celui de l’extrême-gauche.

Tu es certain de vouloir conduire tous les abstentionnistes aux urnes ? Tu peux affirmer que si « tout le monde se bougeait le cul et allait voter » les choses changerait ? Tu l’affirmes, d’accord, mais sur quelle base ?

Tu n’es pas seulement mathématicien et sociologue, tu es également capable de pénétrer mon cerveau pour en extraire les raisons de mon abstention : en résumé, parce que je suis un gros connard de fainéant lâche et hypocrite trop ignorant des choses de la Politique pour prendre conscience que si je ne vais pas glisser un bout de papier dans une boîte, quand on me le demande, le monde va s’écrouler.
Puis-je te dire, moi le crétin, moi l’idiot, moi l’inepte détritus de l’Humanité, pourquoi je ne vote pas ?

Par conviction.



Je vomis l’extrême-droite et ses petits pantins crapuleux carriéristes et affairistes qui se prétendent proches du peuple et du pavé pour mieux caresser les patrons dans le sens du poil.
Je vomis la droite et ses costards-cravates aux sourires si aveuglant qu’on en oublierait presque les chairs sanguinolentes des travailleurs suicidés qu’ils ont encore coincées entre leurs dents.
Je vomis la gauche et ses crânes chauves aux ventres mous, cette assemblée de traîtres qui confisque un idéal pour mieux le brader aux banquiers comme une reconnaissance de dette.
Je vomis l’extrême-gauche et ses révolutionnaires légalistes, ses Che Guevara de plateaux télé, moralistes coupables incapables de défiler sans accord de la Préfecture.
Je me vomis, moi, moi et ma cagoule noire depuis trop longtemps au fond de mon tiroir, moi et ce corps qui commence à oublier ce qu’est l’impact d’une flashball, d’un coup de matraque, d’un bracelet de menottes.

Je ne vaux pas mieux que toi, pas mieux que les autres, j’abandonne, je baisse les bras, je constate avec amertume que tout nous échappe. Toi, tu t’accroches au vote.
Moi je m’accroche à cette idée lancée par Etienne de la Boétie dans son Discours de la servitude volontaire, cette idée qui dit « Ce tyran, il n’est pas besoin de le combattre, ni de l’abattre. Il est défait de lui-même, pourvu que le pays ne consente point à sa servitude. Il ne s’agit pas de lui ôter quelque chose, mais de ne rien lui donner. »
Je ne donnerai pas ma voix parce que j’estime qu’elle est pour le pouvoir en place l’instrument de sa légitimité.

Parce que j’estime que ce pouvoir est malfaisant. Et c’est précisément parce que je le critique, précisément parce que je m’y oppose, que je ne souhaite lui donner aucune légitimité en participant à son sacre.
J’estime à l’heure actuel que l’ensemble de la classe politique, sans aucune exception, n’a pour fonction que de servir les intérêts des pillards et de trahir les idéaux de leurs victimes.
J’estime que ceux qui leur donnent leur voix en sont les complices, les serfs, les esclaves et qu’ils se complaisent dans une servitude volontaire. Et qu’ils me haïssent parce que je ne porte pas avec eux le fusil et l’uniforme fourni par ceux qui se soucient moins de nos vies que de leurs profits.

L’abstention est l’expression même de mon opinion politique.

Tu es en droit de juger que je me fais des illusions, que mon opinion politique n’en est pas une, que c’est être bien naïf que d’imaginer qu’en ôtant toute légitimité à un pouvoir il finira par s’écrouler de lui-même. Tu peux dire que c’est utopique. Tu auras sans doute raison.
Laisse-moi juste te dire que depuis des années tu vas voter aux heures où on te demande de le faire, pour les personnes que l’on te propose, en suivant la procédure mise en place par le pouvoir en place.

A chaque rendez-vous électoral tu espères que ça change.
JPEG - 3.6 ko
A chaque rendez-vous électoral, tu te dis que cette fois-ci ce sera la bonne ou qu’au moins on aura évité le pire.
Tu colmates sans cesse les brèches d’un bateau qui coule en espérant qu’à force il se passera quelque chose de nouveau.
Et années après années, élections après élections, tes espoirs sont sans cesse déçus par ceux-là mêmes en qui tu avais placé ton espoir.
On te désigne des coupables, tu les insultes, tu oublies les élections précédentes, et tu recommences.

Encore et encore.

Qui est utopiste ?

https://paris-luttes.info/je-suis-abstentionniste-et-tu-1307

575
« Je suis très inquiet pour la situation de la liberté d’expression en France » par Kim Jong-un




Désormais et à sa demande, le Chef suprême de la République populaire démocratique de Corée signera un éditorial sur la situation dans le monde.

J’apprends que des choses terribles se déroulent dans votre pays, la France.

J’apprends que l’on met des enfants en prison, qu’on les interroge, qu’on les maltraite, et ce, rien que pour des mots. Voilà qui me choque venant de ce qui se présente depuis toujours comme le pays de la Liberté et de l’Égalité. Je tiens ici à faire savoir mon inquiétude sur les reculs de la liberté dans votre pays. Car, si de tels reculs sont effectifs et actés, cela posera un grave précédent et obligera le reste du monde à revoir les concepts de liberté d’expression. À commencer par mon pays.

Vous n’êtes pas sans savoir que notre pays, la République populaire démocratique de Corée, est très attaché à la liberté d’expression et la liberté de conscience et que toute violation de celles-ci est pour nous gravissime et dramatique. Mais moi et mon pays, nous choisissons la voie respectable de la non-ingérence dans les affaires d’une nation. Nous nous contenterons de vous rappeler, amicalement, que ce n’est pas bien.

Car de tout temps, chacun dans le monde s’est appuyé, à un moment de son Histoire, sur la France et ses idéaux, ce qu’elle représente pour donner une définition de ce qu’est vraiment la liberté d’expression. Et aujourd’hui, vous en changez cette même définition, sans avertissement. Vous comprenez qu’il est difficile pour nous de nous ajuster sur notre propre définition de la liberté d’expression si vous modifiez brutalement et arbitrairement la vôtre.

Je tiens ainsi à témoigner aux personnes qui ont subi des maltraitances ces dernières semaines de notre entière amitié et de nos sentiments les plus forts. Notre consulat est prêt à prendre vos doléances, doléances qui seront transmises aux Nations-Unies.

 Kim Jong-un
Chef suprême de la République populaire démocratique de Corée

http://www.legorafi.fr/2015/02/02/je-suis-tres-inquiet-pour-la-situation-de-la-liberte-dexpression-en-france-par-kim-jong-un/

576
info - média france / Chers Français, vous êtes des cons.
« le: 07 décembre 2015 à 16:03:25 »
Chers Français, vous êtes des cons.



30%. Voici le nouveau score annoncé du Front National lors de ces élections régionales.

Alors que jamais nous n’avons vécu dans autant de confort et de richesse, 30% des électeurs français se tournent vers le Front National, pour cracher leur haine du système dans lequel ils vivent.



Français abstentionnistes, lorsque vous vous réveillerez avec Le Pen à la tête de votre pays de bouffeurs de grenouilles, il sera trop tard pour se plaindre sur Twitter et pour partager des images rigolotes sur Facebook.
 
Crétins de bas du Front National, si la consanguinité peut expliquer le vote FN dans le Nord, il n’est pas une excuse dans le reste de votre pays de mangeurs de Fromage et de téléspectateurs de Cyril Hanouna.

Quand votre pays ridicule se réveillera au bruit des bottes, il ne vous restera que vos matchs de Football et vos danses avec les stars pour oublier l’horrible pays dans lequel vous vivez.

Voter FN parce que les autres partis vous ont déçu, c’est comme essuyer vos gros culs avec du verre pilé parce que le papier toilette LIDL vous irrite.

Qu’il est moche de vivre à côté de votre nation minable, autrefois pays des lumières, aujourd’hui pays de l’obscurantisme.

Même les membres de l’État Islamique semblent plus raisonnés et courageux que vous. On espère que Le Pen rétablira les frontières et qu’on ne laissera plus vos concitoyens débiles venir polluer nos villes de Belgique.

Voter Front National ou ne pas voter revient à la même chose, faire gagner la fille du borgne qui a été bercée trop près du mur (Question de perspective faussée).

Il est facile de penser que cela ne représente finalement que 15% de Français qui ont choisi la voie du FN. Mais le plus inquiétant ce sont les 50% d’électeurs qui ne se sont pas déplacés CONTRE le FN. Le monde est dangereux… Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. – Albert Einstein

A lire: Marion Le Pen remercie les 42% de débiles mentaux de PACA

http://nordpresse.be/marion-le-pen-remercie-les-42-de-debiles-mentaux-de-la-region-paca/

L’Europe a honte de vous.


http://nordpresse.be/chers-francais-vous-etes-des-cons/

577
Tournai: trois blessés dont un par balle dans un violent braquage

Trois personnes ont été blessées, dont une par balle, lors d'une attaque à main armée lundi matin dans une boulangerie du Tournaisis.

Les faits se sont déroulés la nuit de dimanche à lundi, vers 02h30 du matin, dans la boulangerie De Roo implantée le long de la chaussée d'Audenarde et près de la place du Renard à Kain, dans l'entité de Tournai.

Au moment de l'agression, le patron, son fils et un ouvrier étaient au travail. Home jacking ou hold-up, on ignore pour l'instant les raisons de cette violente agression et le nombre d'auteurs. Les trois membres du personnel ont reçu des coups et ont été blessés. L'un d'eux a reçu une balle dans la jambe.

Les trois victimes ont été hospitalisées à Tournai, l'une à la clinique Notre-Dame, les deux autres à la Dorcas. Une enquête a été ouverte par la police de la zone du Tournaisis. Le parquet de Tournai a été avisé des faits.

http://www.rtl.be/info/regions/hainaut/tournai-trois-blesses-dont-un-par-balle-dans-un-violent-braquage-776982.aspx

578
Un cambriolage tourne mal à Gosselies: un braqueur, qui avait frappé une sexagénaire, a été tué par balle par une de ses victimes

La personne retrouvée décédée lundi matin dans une habitation de la rue Saint-Eloi à Gosselies (Charleroi, province de Hainaut) est un cambrioleur qui a été tué par balle par ses victimes, un couple de sexagénaires, indique-t-on de source judiciaire.



Selon la première version, deux cambrioleurs se sont introduits, lundi vers 05h30, par les toits de l’habitation, en déplaçant des tuiles. Les voleurs ont d’abord porté des coups à la dame. Alerté par le raffut, le fils des victimes, qui habite la maison voisine, s’est précipité chez ses parents pour leur venir en aide. Plusieurs coups de feu ont alors été tirés, soit par le fils, soit par le père. Mortellement touché, l’un des cambrioleurs est décédé sur place.

Les forces de l’ordre procèdent actuellement à l’audition des protagonistes afin d’obtenir une version précise des faits.

L’habitation a quant à elle été mise sous scellés.

video : http://www.rtl.be/videos/video/559459.aspx

http://www.lanouvellegazette.be/1439313/article/2015-12-07/charleroi-une-personne-tuee-par-balle-dans-une-habitation-a-gosselies

579
Résultat élection : le FN premier parti de France



RESULTATS REGIONALES 2015 – Les élections régionales ont livré leur verdict. Le Front National arrive en tête des suffrages à l'issue du premier tour, avec 29,5% des voix.

Les résultats dans votre ville ou région :

[Mis à jour le 6 décembre 2015] 21h25 - Pour rappel, le FN arrive ce soir en tête dans 6 régions sur 13. Dans le Nord Pas de Calais Marine Le Pen devance Xavier Bertrand (Union de la droite) ; en PACA, Marion Maréchal Le Pen devance Christian Estrosi (Union de la droite) ; en Alsace Lorraine Champagne Ardenne, Florian Philippot devance Philippe Richert (Union de la droite) ; en Centre Val de Loire, Philippe Loiseau devance Philippe Vigier (Union de la droite) ; en Bourgogne Franche Comté, Sophie Montel arrive devant François Sauvadet (Union de la droite) ; et en Languedoc Roussillon Midi Pyrénées, Louis Aliot devance Carole Delga (Union de la gauche).

21h15 - Jean-Christophe Lagarde, sur le plateau de France 2, dénonce les futures actions du Front National : "Les premiers qui paieront les pots cassés dans les régions FN, c'est les classes populaires".

21h10 - L'animateur Cyril Hanouna accuse les medias d'être responsables du score du FN.



21h09 - Eric Woerth, sur le plateau de France 2, a plaidé pour un désistement du PS en faveur de Xavier Bertrand en Nord Pas de Calais Picardie : "Xavier Bertrand est le seul à pouvoir gagner contre Marine Le Pen". Pour rappel, Marine Le Pen est arrivé en tête dans cette région, devant l'ancien ministre Les Républicains et Pierre de Saintignon, le candidat PS (42,86% FN  ; 25,46% LR; 16,38% PS selon des résultats incomplets du ministère de l'Intérieur).

21h08 - A Hénin Beaumont, les partisans du FN fêtent la victoire.



21h04 - Marion Maréchal Le Pen s'exprime sur France 2 : "C'est un succès inattendu. C'est la fin d'un vieux système. Ce soir, c'est la République qui a donné une leçon".

21h03 - Le ministère de l'Intérieur annonce que, selon des résultats partiels, le Front National arriverait également en tête en Ile de France. Prudence tout de même : ces résultats reposent sur seulement 9% des communes dépouillées. Selon les sondeurs de BFMTV : c'est plutôt Valérie Pécresse qui arriverait en tête avec 34,10% des suffrages ; suivie par Bartolone à 25,6% ; et Saint-Just à 16,6%.

Marine Le Pen a réussi son pari : le Front National arrive en tête des suffrages exprimés dans ce premier tour des élections régionales 2015. Au niveau national, le Front National aurait recueilli 29,5% des voix selon un sondage OpinionWay/B2S pour BFMTV. Le parti devancerait Les Républicains, crédité de 27%, le Parti socialiste, avec 23%, Europe Ecologie Les Verts avec 6,5% puis le Front de gauche à 4,1%. Au point de vue local, Marine Le Pen remporte également une victoire puisqu'elle pointe en tête des suffrages dans cette élection. Selon le même institut de sondage, elle recueillerait 41,90% des suffrages, devançant Xavier Bertrand pour les Républicains (25%) et Pierre de Saintignon pour le PS (18%). Celui-ci s'est exprimé : "Si le score du FN est aussi élevé, tout doit être fait pour que les défenseurs de la République et de nos valeurs gagnent." Xavier Bertrand a également pris la parole : "Voter FN conduira la région à une voie sans issue et à un déclin définitif. La gauche peut se retrouver dans les valeurs gaullistes que je défends. Chaque electeur a le pouvoir de faire barrage à un parti extrémiste".

Marine Le Pen s'est elle exprimée vers 20h30. Elle a tenu à clamer sa victoire : "Le mouvement national est désormais sans conteste le premier parti de France alors qu'il est rappelons le peu représenté au Parlement". Elle a salué un résultat magnifique, accueilli avec un sens profond des responsabilités. "Les campagnes de calomnies ne manqueront pas de s'intensifier" a-t-elle déclaré. La présidente du FN a estimé être "le seul parti à défendre la souveraineté de la France". A ceux qui dénoncent un FN raciste, elle a répondu que le FN a "vocation à rassembler les Français de toutes les origines".

Le Front National arrive en tête dans 6 régions de France au total : Nord Pas de Calais ; PACA, où la nièce de Marine Le Pen, Marion Maréchal Le Pen, menait la liste des régionales ; Languedoc Roussillon Midi Pyrénées ; Bourgogne-Franche-Comté ; Centre-Val de Loire ; Alsace Lorraine Champagne Ardenne. Des résultats qui réjouissent Florian Philippot, vice-président du FN : "Il apparaît qu'on est largement le premier parti de France, plusieurs points devant l'alliance Les Républicains-centristes". Il y a eu selon lui  une "dynamique supérieure aux meilleurs sondages de ces derniers jours". Retrouvez tous les Résultats des régionales 2015 dans notre page spéciale.


Article le plus lu : Élections régionales : ce qu'il faut savoir : voir les actualités


http://www.linternaute.com/actualite/politique/1262972-resultat-election-le-fn-premier-parti-de-france/

580
Régionales: François Hollande prend la pose mais rate l'urne



Le président François Hollande a voté dimanche matin au premier tour des régionales, dans son fief de Tulle en Corrèze devant une nuée de caméras et de photographes. Problème, à 9h23 précisément, au moment où le chef de l'Etat doit glisser son bulletin dans l'urne, il prend la pose et rate sa cible. L'erreur sera rapidement réparée dans la bonne humeur. 

Le président de la République, accompagné du maire de Tulle et conseiller spécial à l'Elysée, Bernard Combes, a été accueilli par les applaudissements de quelques habitants devant la salle Marie-Laurent.

Trois semaines après les attentats d'islamistes extrémistes le 13 novembre à Paris (130 morts, 350 blessés), François Hollande est apparu le visage fermé avant de se diriger vers le bureau de vote numéro 9.

Il a ensuite salué les assesseurs présents dans la salle, suivi par une vingtaine de journalistes sans répondre aux questions. Il a aussi salué des personnes présentes à l'extérieur avant de rejoindre Paris où il doit suivre attentivement les résultats.

video : http://www.bfmtv.com/politique/regionales-francois-hollande-sourit-aux-cameras-et-rate-l-urne-934710.html

http://www.bfmtv.com/politique/regionales-francois-hollande-sourit-aux-cameras-et-rate-l-urne-934710.html

581
Pour Bachar al-Assad, les frappes britanniques en Syrie sont «illégales» et un «soutien au terrorisme»

MONDE Le président syrien a réagi aux frappes aériennes du Royaume-Uni contre Daesh…



Bachar al-Assad n’a pas pour habitude de mâcher ses mots. Ce dimanche, dans une interview accordée au Sunday Times, le président syrien affirme que les frappes aériennes menées depuis jeudi par le Royaume-Uni contre Daesh en Syrie sont «illégales» et vont être «un soutien au terrorisme ». «Cela va être préjudiciable et illégal et cela va être un soutien au terrorisme», a affirmé Bachar al-Assad.

Eloge de l’intervention russe

«Vous ne pouvez pas les (Daesh) battre avec seulement des frappes aériennes. Vous ne pouvez pas les battre sans coopérer avec des troupes au sol. Vous ne pouvez pas les battre si vous n'avez pas l'approbation du peuple et du gouvernement», a-t-il martelé. Le président syrien a également ironisé sur les «70.000 combattants syriens modérés» évoqués par le Premier ministre britannique David Cameron sur lesquels la coalition pourrait s'appuyer au sol. «Où sont-ils? Où sont les 70.000 modérés dont il parle? Il n'y en a pas 70.000. Il n'y en a pas 7.000», a-t-il affirmé.

Bachar al-Assad a au contraire fait l'éloge de l'intervention russe dans son pays, qu'il a qualifiée de «légale» car répondant à «une demande» de sa part. «Combien y a-t-il de cellules extrémistes maintenant en Europe? Combien d'extrémistes avez-vous exportés de l'Europe à la Syrie? Le danger c'est l'incubateur. Les Russes l'ont bien compris. Ils veulent protéger la Syrie, l'Irak, la région et même l'Europe. Je n'exagère pas en disant qu'ils protègent aujourd'hui l'Europe», a-t-il fait valoir.

«Nous sommes pragmatiques»

Interrogé sur une possible intervention au sol de soldats russes, Bachar al-Assad a répondu que le sujet «n'avait pas encore été discuté», ajoutant: «Je ne pense pas que nous en ayons besoin maintenant parce que les choses évoluent dans le bon sens». Bachar al-Assad a également maintenu la porte ouverte à une coopération avec les pays occidentaux, s'ils sont «vraiment prêts à nous aider à combattre le terrorisme». «S'ils sont prêts, nous les accueillerons», a-t-il dit. «Nous sommes pragmatiques. Au final, nous voulons régler la situation en Syrie et éviter davantage d'effusion de sang», a-t-il encore affirmé.

Interrogé pour savoir s'il se présenterait à la présidence de son pays, en cas d'organisation d'élections, il a répondu: «Si un accord est trouvé sur un tel processus, je suis, comme tout autre Syrien, en droit de me présenter». «Ma décision sera alors basée sur ma capacité à agir et (dépendra du fait de savoir) si j'ai le soutien du peuple syrien», a-t-il dit.

http://www.20minutes.fr/monde/syrie/1744727-20151206-bachar-al-assad-frappes-britanniques-syrie-illegales-soutien-terrorisme

582
Régionales 2015: le Front national à 29,5%, devant LR et le PS



Les premiers résultats des élections régionales donnent une forte poussée du Front national sur l'ensemble du territoire.
Le parti de Marine Le Pen est crédité de plus de 29% des votes au niveau national selon nos estimations avec Opinionway-B2S.
 


La poussée du Front national se confirme.
Pour le premier tour des élections régionales, le parti de Marine Le Pen est crédité pour BFMTV par Opinionway-B2S de 29,5% des votes au niveau national.
Le Front national devance ainsi le parti Les Républicains qui rassemble 27% des suffrages et le Parti socialiste qui atteint 23%.

Un score très élevé par rapport aux scrutins passés. En 2010, le FN avait réuni 11,4% des suffrages sur l'ensemble du territoire pour les élections régionales.

Scores historiques en Paca, Nord et Grand-Est

Dans le détail, les scores du Front national battent des records historiques.
En Paca, Marion Maréchal-Le Pen pointe à 41,9%, sachant que Jacques Bompard présentait une liste face à elle.
En Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Marine Le Pen rassemble aussi 41% des votes.
En Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Florian Philippot réalise aussi un score important à 39,6%

Selon notre partenaire OpininonWay-B2S, l'abstention s'élève à 49% sur l'ensemble du territoire. 
Au premier tour en 2010, l'abstention nationale s'était élevée à 53,6%.
Au premier tour des départementales 2015, elle était de 49,8%.
Les Français sont appelés aux urnes pour élire les conseillers régionaux des nouvelles régions après la réforme territoriale.

http://www.bfmtv.com/politique/regionales-2015-les-premiers-resultats-des-20h-934712.html

583
ING Belgique supprime 50 agences et 185 emplois: la délocalisation vers la Pologne en cause

La banque ING Belgique va procéder à la fermeture de 50 agences et à la suppression de 185 emplois l’année prochaine, rapporte L’Echo samedi.
C’est principalement la délocalisation d’une partie de la division informatique vers le Pologne qui en est à l’origine.





Les fermetures d’agences ne sont pas responsables des suppressions de postes. C’est principalement la délocalisation d’une partie de la division informatique vers le Pologne qui en est à l’origine. D’autres tâches seront également transférées vers la Slovaquie et les Philippines.

Le syndicat socialiste estime qu’il s’agit d’une mesure «scandaleuse» et formule de vives inquiétudes quant à l’avenir des travailleurs au sein de la banque.

Fin 2013, ING Belgique avait déjà annoncé la fermeture de 40 agences et la suppression de 1.115 emplois.

http://www.sudinfo.be/1438137/article/2015-12-05/ing-belgique-supprime-50-agences-et-185-emplois-la-delocalisation-vers-la-pologn

584
La coalition intensifie ses frappes en Syrie, 32 jihadistes tués



Au moins 32 combattants du groupe Etat islamique (EI) ont été tués dimanche à Raqa, fief des jihadistes dans le nord de la Syrie frappé de plus en plus fréquemment par la coalition internationale conduite par les Etats-Unis.

Cette intervention des pays occidentaux a été de nouveau critiquée par le président syrien Bachar al-Assad qui, dans un entretien au journal britannique Sunday Times, a qualifié ces frappes de "préjudiciables" et "illégales".

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a indiqué que "des avions militaires, probablement de la coalition internationale" avaient effectué quinze frappes "visant des positions de l'EI au nord, à l'est et au sud-est de la ville de Raqa".

Elles ont tué au moins 32 jihadistes et blessé plus de 40 autres, a précisé à l'AFP son directeur, Rami Abdel Rahmane. Mais le nombre de victimes pourrait probablement s'accroître car ce bilan provient d'un seul hôpital, selon lui.

Raqa, ville de taille moyenne sur les rives de l'Euphrate, est devenue la capitale de facto de l'EI en Syrie. Elle est de ce fait l'un des objectifs majeurs des opérations de la coalition et, dans une moindre mesure, du régime et des Russes, qui ont lancé une campagne aérienne le 30 septembre. Les Russes sont toutefois accusés de viser également les rebelles dits modérés.

Dimanche, l'OSDH a indiqué que 13 civils dont deux enfants ont été tués apparemment par des frappes russes sur la ville de Zamalka, à l'est de Damas.

La coalition bombarde l'EI depuis septembre 2014 mais ses frappes se sont intensifiées après les attentats de Paris revendiqués par l'EI et qui ont coûté la vie à 130 personnes.

La France a riposté par des frappes depuis son porte-avions Charles de Gaulle positionné en Méditerranée orientale, le président François Hollande ayant promis de faire "le plus de dégâts possibles à cette armée terroriste".

video : https://fr.news.yahoo.com/video/le-charles-gaulle-une-flottante-111538305.html

La Grande-Bretagne l'a rejointe jeudi, tandis que l'Allemagne a approuvé vendredi un plan pour rejoindre la coalition en effectuant des missions de reconnaissance.

'Soutien au terrorisme'

Dans l'entretien au Sunday Times, le président Assad a fortement critiqué ces interventions, notamment celle de la Grande-Bretagne.

"Vous ne pouvez pas les (le groupe EI) battre avec seulement des frappes aériennes. Vous ne pouvez pas les battre sans coopérer avec des troupes au sol. Vous ne pouvez pas les battre si vous n'avez pas l'approbation du peuple et du gouvernement", a-t-il martelé.

Il a également ironisé sur les "70.000 combattants syriens modérés" évoqués par le Premier ministre britannique David Cameron sur lesquels la coalition pourrait s'appuyer au sol: "il n'y en a pas 70.000. Il n'y en a pas 7.000".

Interrogé sur une possible intervention au sol de soldats russes, M. Assad a répondu que le sujet "n'avait pas encore été discuté". "Je ne pense pas que nous en ayons besoin maintenant parce que les choses évoluent dans le bon sens", a-t-il ajouté.

Le président syrien a vu sa position consolidée, du moins dans un proche avenir, par le changement de ton des pays occidentaux, dont la France, qui ne font plus de son départ un préalable à des négociations pour une transition politique.

En revanche, la plupart des groupes d'opposants syriens restent intransigeants sur la nécessité de son départ. Ils discuteront de nouveau de cette question au cours d'une réunion prévue mercredi à Ryad.

Les opposants considèrent qu'Assad est le premier responsable du conflit qui a fait plus de 250.000 morts depuis mars 2011.

L'OSDH a par ailleurs annoncé dimanche que l'EI avait exécuté un militant des médias dans la ville de Deir Ezzor en l'attachant à deux véhicules qui ont démarré dans des directions opposées.

Le groupe jihadiste l'accusait de "collaborer avec la coalition croisée", après avoir découvert des équipements d'enregistrement lors d'un raid à son domicile, a affirmé l'ONG.

Les militants locaux sont une source privilégiée pour recueillir des informations sur le quotidien sous le contrôle des jihadistes, les journalistes n'étant pas en mesure d'accéder à leur territoire.


https://fr.news.yahoo.com/syrie-32-combattants-lei-tu%C3%A9s-frappes-probablement-coalition-144316848.html?cmp=frfbac

585
COP21 : F. Hollande et son jet privé pour aller voter

Et l'esprit de la COP21 dans tout ça ? C'est la question que se sont posés de nombreux internautes après l'aller-retour en jet privé de François Hollande pour aller voter dans son fief de Corrèze ce matin.


François Hollande a fait un aller-retour express en avion aujourd'hui pour aller mettre son bulletin dans l'urne dans son fief de Corrèze. Ce moyen de transport a interpellé certains internautes qui se disent choqués du choix du président de la République pour effectuer ce déplacement au moment même où 195 pays tentent de trouver un accord contraignant sur la limitation des gaz à effet de serre.

Pas très COP21...

Sur les réseaux sociaux, pendre un jet alors que le chef d'Etat, en pleine COP21, aurait pu faire une procuration, ne passe pas du tout. "En pleine COP21, j'espère que Hollande a fait une procuration pour voter à Tulle et pas un aller/retour en Falcon ! Ah bein non en fait" a écrit cet internaute.


 
 Un avis partagé par d'autres personnes sur Twitter qui n'ont pas manqué d'épingler l'attitude du chef de l'Etat. "Combien l'empreinte carbone du vote", s'est demandé ce Twittos.


 
Rappelons que le président de la République française a lancé hier, dans le cadre de la COP21, un appel aux 195 parties en vue d'un accord. "Je lance devant vous un appel pour que nous soyons capables de dépasser les intérêts des régions, des pays, les intérêts qui sont ceux de nos niveaux de développement pour que nous puissions être à la hauteur de la planète dans son ensemble", a affirmé François Hollande. "Je demande à ceux qui voudraient viser trop haut de faire attention de ne pas avoir raison tout seuls", a ajouté le chef de l'État français. Quant à "ceux qui voudraient se contenter du minimum, ils risquent d'avoir le maximum de catastrophes", a-t-il averti.

Déjà épinglé...

Ce n'est pas la première fois que François Hollande suscite une certaine polémique sur ce sujet. Au soir de sa victoire le 6 mai 2012, il avait quitté son fief de Tulle pour rejoindre la grande fête place de la Bastille en empruntant... un jet privé. Et c’est le Parti socialiste qui avait payé les 30.000 euros qu’avaient coûtés les deux avions Falcon qui avaient acheminé le nouveau Président, son équipe de campagne et les médias embarqués.

https://fr.news.yahoo.com/cop21-hollande-et-son-jet-prive-pour-aller-voter-160627660.html?cmp=frfbac