Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

586
837 Belges sont fichés comme combattants islamistes radicaux: la Sûreté de l'État est débordée!

Le ministre de l’Intérieur a donné une liste détaillée des profils de « foreign fighters » belges ou vivants en Belgique et annoncé une amélioration de la transmission des infos sensibles liées au terrorisme. Mais certains, au sein de l’opposition, dénoncent le manque de moyens affecté aux services de sécurité.



La Belgique a « enfanté » 837 combattants islamistes radicaux, selon les données fournies par Jan Jambon, ministre de l’Intérieur. On les nomme « foreign fighters » (combattants étrangers). C’est plus qu’aucun autre pays européen. Selon ces données, ils sont 272 à combattre actuellement en Syrie ou en Irak. Quatre-vingt auraient trouvé la mort. Treize personnes seraient en route pour rejoindre Daesh, tandis que 134 sont de retour après avoir été combattre dans cette zone de guerre.

Et les départs vers la Syrie et l’Irak continuent, inlassablement, même si le rythme a quelque peu ralenti. En 2015, 6 à 8 personnes tentaient de s’y rendre chaque mois. Et depuis avril 2015, une vingtaine d’individus en sont revenus, soit 3 à 4 par mois.

Ces combattants basés en Belgique sont, logiquement, majoritairement belges (76 %). On retrouve ensuite, étonnamment, les Russes, principalement des Tchétchènes (7,5 %). Ils sont 31 à être répertoriés comme « foreign fighters ». En effet, l’existence d’un milieu djihadiste tchétchène est avérée en Belgique.

Enfin, le ministre évoque une catégorie 5, un peu particulière, et qui regroupe les « candidats potentiels » au djihad. 352 Belges (ou vivant en Belgique) figurent sur cette liste.

«  Il y a un problème grave à résoudre à l’avenir car, au total, 486 de ces foreign fighters se trouvent actuellement sur le territoire belge  ! », lance Georges Dallemagne, député fédéral (cdH), membre de la commission intérieur.

http://www.sudinfo.be/1437351/article/2015-12-03/837-belges-sont-fiches-comme-combattants-islamistes-radicaux-la-surete-de-l-etat

587
Des munitions pour kalachnikovs, des vidéos de propagande de l’Etat islamique et une école coranique illégale découvertes dans une mosquée près de Paris



Des munitions pour kalachnikovs et des vidéos de propagande du groupe Etat islamique ont été saisies près de Paris lors des perquisitions menées dans le cadre de la fermeture d'une mosquée mercredi, ont indiqué dimanche les autorités locales.

Une vaste opération de police avait visé cette salle de prière présentée comme salafiste à Lagny-sur-Marne, à une trentaine de kilomètres à l'est de Paris, entraînant la fermeture du lieu de culte. A l'occasion de ces perquisitions et des recherches associées, menées les 2 et 3 décembre, "divers matériels dont des supports informatiques ont été découverts", précise dans un communiqué le préfet du département de Seine-et-Marne, en citant "des munitions de calibre 7,62, munitions pour arme de guerre de type kalachnikov, ainsi que des vidéos de propagande" du groupe djihadiste EI.


22 personnes concernées

Un revolver et des documents sur le djihad avaient par ailleurs été trouvés chez des dirigeants de la mosquée, avait précédemment annoncé le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. Les perquisitions avaient conduit à la notification de 22 interdictions de sortie du territoire et à "neuf mesures d'assignation à résidence d'individus radicalisés".


Une école coranique illégale

Le préfet a par ailleurs donné plus de précisions dimanche sur la madrassa (école coranique) non déclarée révélée par les perquisitions. "Des installations propres à l'exercice d'un enseignement pour enfants, du mobilier, du matériel pédagogique" ont été découverts, "tant dans les locaux de prière objet de la fermeture qu'au domicile de l'un des habitués". A titre d'exemple figurent, dans ce matériel pédagogique, "des disques de chants religieux à la gloire des martyrs du djihad liés à l'organisation terroriste Jabhat Al Nosra", branche syrienne d'Al-Qaïda, selon le communiqué. "Aucune demande d'ouverture d'une école privée n'a été déposée" et la construction d'une école coranique "n'a aucunement été validée par le préfet", a souligné ce dernier.


"On n'a rien trouvé"

Mercredi, le président de l'Association des musulmans de Lagny-sur-Marne, Mohammed Ramdane, avait dit sa surprise de voir les locaux fermés, en protestant qu'"on n'a rien trouvé". "On n'a rien caché, on ne cache rien", avait-il assuré.

La fermeture de la salle de prière de Lagny était la troisième décidée par les autorités depuis l'instauration de l'état d'urgence en France à la suite des attentats du 13 novembre, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessées dans la région parisienne.


http://www.rtl.be/info/monde/france/des-munitions-pour-kalachnikovs-des-videos-de-propagande-de-l-etat-islamique-et-une-ecole-coranique-illegale-decouvertes-dans-une-mosquee-pres-de-776898.aspx

588
A Calais, un routier chasse les migrants de son camion en y accrochant du porc



Alors que les migrants continuent d’essayer de gagner le Royaume-Uni en s’immisçant dans des camions qui empruntent le tunnel sous la Manche, ce camionneur allemand a trouvé un moyen inédit pour éviter les passagers clandestins.

Mettre de la viande de porc sur son véhicule pour tenir les réfugiés à distance ? C’est une solution qui a paru efficace à un des conducteurs de poids lourd dont l’itinéraire passe par Calais, comme on le voit dans cette vidéo publiée sur Youtube.



Les migrants qui tentent de monter à bord des camions peuvent se révéler être un vrai problème pour les chauffeurs, ces derniers risquant une amende considérable si un voyageur clandestin est retrouvé dans son chargement.

En savoir plus : Calais, nouvelle nuit de violences entre policiers et migrants

Cette voie de passage, à côté des navettes de l’Eurostar, est emprunté par les migrants qui tentent de passer outre-Manche, en espérant trouver des meilleurs conditions d’accueil en Grande-Bretagne. Plusieurs accidents meurtriers se sont déjà produits, alors que la police essaie de limiter l’accès aux voies.

En savoir plus : «La guerre civile a déjà démarré», disent les riverains de Calais à RT

Environ 4 500 migrants, venant principalement d'Afrique de l'Est, du Moyen-Orient et d'Afghanistan, vivent dans le camp de la « Jungle» jouxtant la rocade portuaire, dans des conditions très précaires, créant parfois des frictions avec les locaux.

https://francais.rt.com/international/11595-calais-routier-chasse-migrants-camion-porc


589
L’Etat Islamique tente activement de se doter d’armes de destruction massive en Europe (Parlement Européen)



BREIZATAO – ETREBROADEL (06/12/2015) Un rapport publié par le Parlement Européen révèle que l’Etat Islamique disposerait des moyens humains et matériels pour utiliser des armes de destruction massive en Europe.

Après les attaques de Paris, l’EI a spécifiquement désigné Rome, Londres et Washington comme des cibles. Rob Wainwright, directeur d’Europol, a indiqué lors d’une audition le 19 novembre au parlement européen, que “l’Etat islamique frapperait à nouveau l’Europe” et d’ajouter :


“Nous avons à faire à une très sérieuse, très bien pourvue et déterminée organisation terroriste internationale qui est à présent active dans les rues d’Europe. Cela représente la menace terroriste la plus sérieuse que l’Europe ait eu à affronter ces dix dernières années”.

Le directeur d’Europol a souligné la détermination de l’EI d’exporter ses méthodes terroristes en Europe, volonté soutenue par de très sérieuses capacités en termes de ressources matérielles et humaines.

Wolfgang Rudischhauser, directeur du Centre de Non-Prolifération des Armes de Destruction Massive au quartier général de l’Otan à Bruxelles affirme que l’Etat islamique a déjà acquis les données et, dans certains cas, l’expertise humaine qui lui permettrait d’utiliser des matériaux non-conventionnels (Chimique, Biologique, Radiologique, Nucléaire) afin d’en faire des armes de destruction massive.

Le rapport indique que l’EI a déjà utilisé du gaz moutarde en Irak et en Syrie. L’Etat Islamique dispose en outre des moyens financiers pour monter des opérations complexes, avec un capital de l’ordre de 2 000 milliards de dollars (pétrole, gaz) et générant un revenu estimé à près de 3 milliards de dollars par an (source).

Des tentatives avérées

En août 2014 a été retrouvé l’ordinateur portable d’un combattant tunisien membre de l’EI, diplômé en physique chimie. L’ordinateur contenait un document de 19 pages détaillant l’utilisation de la peste noire comme arme biologique.

Le docteur Hamish de Bretton-Gordon, ancien commandant du régiment britannique CBRN (guerre non-conventionnelle), l’assure : l’Etat Islamique “obtiendra et utilisera” des armes de destruction massive.

Au moins une tentative de vente de matériel nucléaire à l’Etat Islamique, depuis l’Europe de l’Est, a été déjouée par le FBI américain en 2015 (source).

http://breizatao.com/2015/12/06/letat-islamique-tente-activement-de-se-doter-darmes-de-destruction-massive-en-europe-parlement-europeen/

590
L’annulation du concert de Noël d’une école italienne pour des motifs religieux remonte jusqu’à Rome



Le directeur d'une école de la banlieue de Milan a démissionné après avoir été critiqué par le Premier ministre, Matteo Renzi, pour avoir décidé d'annuler le concert de Noël en raison de la présence dans son école, de nombreux élèves non catholiques.

Depuis 1984, la religion catholique n’est plus religion d’Etat en Italie. Mais le culte y reste très ancré. Le directeur d’une école de la banlieue de Milan a ainsi démissionné après que sa volonté d’interdire les chants religieux a été critiquée au plus haut sommet de l’Etat, par le Premier ministres Matteo Renzi en personne.

Marco Parma, 63 ans, avait ainsi décidé de reporter le concert de Noël en janvier et de le rebaptiser concert d’hiver pour éviter toute connotation religieuse. Il avait également interdit à deux mères de familles d’apprendre des chants de Noël aux enfants durant la pause déjeuner.



Selon lui, «dans un environnement multi-ethnique», comme son école, ce genre de concert est déplacé. «L’an dernier, après que certains parents ont insisté pour avoir des chants religieux, les enfants musulmans n’ont pas pu chanter», a-t-il déploré, affirmant que «ce n’était pas beau de constater que des enfants ne peuvent pas chanter.»

L’école dirigée par Marco Parma accueille en effet près de 1 000 élèves et un sur cinq n'est pas chrétien, a fait savoir le directeur pour justifier sa décision. Mais dans tous les cas, cette dernière n’a pas plus au Premier ministre italien. Dans l’édition dominicale du Corriere della sera, Matteo Renzi a dénoncé une «provocation». Selon lui, si le directeur de l’école «pense qu’il fait la promotion de l’intégration et de la coexistence de cette manière, il se trompe».

Autre réaction politique, celle de la Ligue du Nord. Le parti d’extrême droite avait appelé au renvoi du directeur qui a aussi été accusé d’avoir détaché les crucifix des salles de classe de son école contrairement à une loi datant de la période fasciste. Depuis Mussolini, la présence des crucifix dans les écoles est en effet obligatoire car cette loi n'a jamais été abrogée.



Face à de telles réactions, Marco Parma a finalement jeté l'éponge. Il a démissionné afin de rester fidèle à ses convictions et notamment au fait que «le respect des sensibilités de personnes de différentes religions ou cultures est un pas en avant vers l’intégration».

https://francais.rt.com/international/11312-italie-conflit-religion-ecole

591
Italie : Par respect des musulmans, pas de chants de Noël à l’école



Cette affaire est révélatrice de l'échec de la société multiculturelle, inévitablement conflictuelle.

L’interdiction faite aux enfants de chanter Noël ensemble entre les cours, et la transformation de la traditionnelle « fête de Noël » en « fête d’hiver », ont plongé le Directeur d’une école élémentaire de Lombardie dans la tourmente médiatique et administrative. Ce dernier, sans avoir reçu aucune pression de la communauté islamique, mais jugeant que quelques paroles d’inspiration chrétienne pourraient heurter la foi des élèves musulmans, en a appelé au laïcisme, à l’irréligion d’État. « Ce n’est pas un pas en arrière le fait de respecter les sensibilités des personnes qui appartiennent à d’autres credo religieux, d’autres cultures. C’est un pas en avant, vers l’intégration et le respect réciproque. »

Parents et autres habitants de Rozzano ont manifesté leur désapprobation devant l’établissement, vite rattrapés par plusieurs personnalités politiques, protestant que l’intégration de l’Autre ne passe par l’effacement de notre culture.

Ce fait divers, qui peut paraître à bien des effets une futilité, a cependant une portée bien plus vaste de la simple recherche de suffrages électoraux ou du respect de la laïcité dans l’espace public. Car, si celle-ci en était la véritable motivation cela signifierait que les sentiments des musulmans importent plus que ceux de nos concitoyens athées, agnostiques ou païens.

Lire aussi : Pour défaire le radicalisme, supprimons l’abattage rituel et interdisons le port du voile

Cette polémique est significative pour deux raisons.
 Elle arrive tout d’abord à un moment où la société civile, en perte d’identité et soumise à l’immigration massive et incontrôlée, est toujours plus confrontée aux revendications de communautés ethniques et religieuses présentes sur son territoire, et s’inquiète de la force d’un islam prosélyte et souvent conquérant.
 Et parce qu’il y a des précédents – entorses aux lois, prétentions iconoclastes, requêtes de destitution de crucifix, de restrictions alimentaires dans les cantines… – les Italiens se sentent menacés dans leur identité et dans leur foi.

À l’opposé, on s’interroge en quoi des étrangers seraient-ils offensés par nos traditions quand c’est de plein gré qu’ils ont choisi de venir s’installer dans le pays occidental le plus fidèle à ses racines chrétiennes, qui n’a de plus jamais été leur colonisateur. Ils ont sciemment préféré une nation de culture chrétienne à un des 50 pays au monde de culture musulmane, consentant qu’il puisse subsister, par-ci par-là, des signes de religiosité, même si nos États sont laïcs. Car nos terres ont une histoire. On peut le regretter ou s’en réjouir, reste le fait que la chrétienté est partie intégrante de cette histoire et de la culture européenne.

Cette affaire est enfin révélatrice de l’échec de la société multiculturelle, inévitablement conflictuelle. Parce que nonobstant les bons sentiments qui en appellent à la fraternité, au “vivre ensemble”, de multiples communautés partageant le même territoire ont des besoins et des volontés différents, parfois incompatibles, qui un jour ou l’autre, dans quelque domaine que se soit, seront amenés à se heurter.
 Débattre des bassesses de la nature humaine est inutile. Antagonismes, jalousies, égoïsmes, préférences sont des données anthropologiques consubstantielles à l’homme, quelque soit sa race ou sa religion. Les invitations à la tolérance généralisée n’y peuvent rien.

http://www.bvoltaire.fr/audreydaguanno/italie-respect-musulmans-de-chants-de-noel-a-lecole,223831?utm_content=buffer71e19&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

592
Comment supprimer l’historique des vidéos vues sur YouTube et Dailymotion




Si vous visionnez des vidéos sur YouTube ou DailyMotion et que vous souhaitez nettoyer votre historique, voici la marche à suivre.

Vous regardez beaucoup de vidéos sur YouTube ou DailyMotion. Peut-être ressentez-vous le besoin de supprimer l’historique de celles que vous avez déjà vues. Après tout, vous ne voulez sans doute pas que quelqu’un découvre ce que vous regardez sur le net, même si vous ne visionnez rien de honteux.

En plus, la suppression offre un autre intérêt : celui de repartir sur des bases saines pour les suggestions de vidéos à regarder. La fonctionnalité repose en effet sur l’historique. Or à mesure que les goûts et les centres d’intérêt changent, vous voudrez peut-être évacuer les anciens contenus qui peuvent fausser les algorithmes de suggestion.

Voici la méthode pour les deux principales plateformes de vidéos que sont YouTube et Dailymotion.

YouTube





Un exemple avec YouTube.

Sur YouTube, rendez-vous simplement dans la colonne de gauche du site et cliquez sur la rubrique « Historique ». Vous verrez alors la liste des vidéos que vous avez vues, la plus récente étant affichée en premier. Trois possibilités s’offrent alors à vous :
Vous pouvez effacer une ou plusieurs vidéos en particulier, sans supprimer le reste de l’historique. Il suffit pour cela de cliquer sur la croix associée. Un message « Cet élément a été supprimé de votre historique » confirme la réussite de l’opération.
Vous pouvez supprimer tout l’historique d’un coup en appuyant sur le bouton « Effacer tout l’historique en haut de la page ». Cela s’avère utile pour repartir sur de nouvelles bases pour les suggestions de vidéos à regarder.
Vous pouvez enfin désactiver l’historique pour demander à YouTube de ne plus garder en mémoire les vidéos que vous regardez. Attention, la désactivation de l’historique ne le supprime pas : il faut quand même cliquer sur le bouton de suppression.

DailyMotion





Un exemple avec DailyMotion.

Sur Dailymotion, la démarche est assez similaire : vous trouverez à gauche du site une colonne dans laquelle figure la rubrique « Vues récemment ». Cliquez sur le bouton « Modifier » pour faire apparaître les réglages disponibles.
Vous pouvez supprimer une ou plusieurs vidéos sans effacer tout l’historique : il suffit de cocher les cases correspondantes et de valider avec le bouton « Retirer les vidéos sélectionnées ».
Vous pouvez effacer tout l’historique en cliquant sur le bouton « Effacer l’historique ». Le message « Désolé, rien d’intéressant ici. Par contre, vous pouvez regarder ces vidéos (qui peuvent vous plaire) » confirme le succès de la manipulation.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/tech/133495-comment-supprimer-lhistorique-des-videos-vues-sur-youtube-et-dailymotion.html#zZrFMTG6OYPi8xos.99

593
info - média belgique / Anderlecht: sac-jackings fréquents au Peterbos
« le: 06 décembre 2015 à 18:29:27 »
Anderlecht: sac-jackings fréquents au Peterbos

SPo

C’est une mésaventure très désagréable qu’a expérimentée Christine, le 24 novembre dernier. Elle a été victime d’un sac-jacking, comme de nombreuses autres personnes, aux alentours du parc du Peterbos, à Anderlecht. Une situation que la police de Bruxelles Midi juge « dans la moyenne de la zone ».



Christiane n’en revient toujours pas. Elle qui habite non loin du Ceria, près de l’avenue Émile Gryzon, a l’habitude d’emprunter le boulevard Maria Groeninckx-De May, à Anderlecht, pour se rendre au travail. Sauf que le mardi 24 novembre dernier, tout ne s’est pas passé comme prévu.

Il est 7h10 lorsque Christine s’arrête, en voiture, au feu rouge, au niveau du pont du Peterbos, non loin du parc. «  Je suis généralement vigilante  », soutient-elle. «  J’avais placé mon sac à main dans le coffre, mais j’avais tout de même une petite besace dans laquelle se trouvaient mon badge, de l’eau et un yaourt. Ensuite, j’ai entendu un bruit sourd  ».

Christine se met à sursauter et réalise avec stupéfaction que sa vitre, du côté passager, a complètement éclaté. «  J’ai aperçu une main qui a plongé à l’intérieur de l’habitacle. C’était un jeune habillé tout en gris. Il a saisi mon sac et a pris la fuite  ».

La conductrice médusée constate que le jeune court en remontant les escaliers, traverse le pont, avant de s’engouffrer dans le Peterbos.


De nombreux cas

En cherchant son agresseur, Christine a finalement pu récupérer son sac, jeté dan une poubelle. «  Heureusement, il y avait toujours mon badge pour rentrer chez moi », relativise-t-elle.

Là, Christine raconte sa mésaventure à une dame, qui lui confirme la fréquence de ses attaques. «  Ils se cachent dans les buissons, sous le pont, et surgissent quand ils repèrent une femme seule  ».

Sur place, même son de cloche des riverains, qui dénoncent des sac-jackings à répétition, ainsi que des vols à l’arrachée. «  Cela arrive très souvent  », soupire une dame. «  Des vols de sacs, de colliers et j’en passe. Les personnes âgées en sont souvent les premières victimes », nous déclare-t-elle.

À la pharmacie du Peterbos, on nous confie qu’il y a véritablement quelque chose à faire afin de rehausser le niveau de sécurité.

Du côté de la police de Bruxelles-Midi, Dorothée Cattrysse, porte-parole, nous déclare que le Peterbos est «  dans la moyenne de la zone. Et qu’il n’y a pas plus de sac-jacking, en moyenne, qu’ailleurs. On constate, bien entendu, une augmentation au début de l’hiver car il fait noir plus tôt. On insiste sur le fait de mettre son sac dans le coffre et de ne pas laisser traîner son GSM sur le siège  ».

http://www.sudinfo.be/1437147/article/2015-12-03/anderlecht-sac-jackings-frequents-au-peterbos

594
Noms, itinéraires... : ce que prévoit le PNR, le fichier européen des passagers aériens

video : http://lci.tf1.fr/monde/europe/quelles-donnees-pour-qui-ce-que-prevoit-le-pnr-le-fichier-europeen-8692136.html

Europe
Les 28 ministres de l'Intérieur de l'Union Européenne se sont mis d'accord vendredi sur le fameux PNR (Passenger name record). Ce fichier garderait les données de tous les passagers voyageant à l'intérieur de l'espace européen pour permettre une traçabilité dans le cadre de la lutte contre le crime organisé et le terrorisme. Détails.


   

A la suite des attentats du 13 novembre en France, les gouvernements et le Parlement de l'Union européenne sont parvenus vendredi à un accord sur la création d'un fichier "PNR" conservant la trace des déplacements en avion des voyageurs. La commission parlementaire chargée du dossier doit désormais se prononcer le 10 décembre sur le compromis proposé par les Etats, avant un vote des eurodéputés en séance plénière au début de 2016. Si elle est adoptée, la directive, proposée depuis 2011 par la Commission européenne, devra ensuite être transposée dans tous les Etats membres.
 
Ce "Passenger Name Record" européen, inspiré du PNR créé aux Etats-Unis dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001, était bloqué par les députés européens, qui s'inquiétaient des menaces qu'il pourrait représenter pour les libertés publiques. Mais au moins deux des djihadistes impliqués dans les attentats de Paris qui ont fait 130 morts vendredi à Paris et aux abords du Stade de France, à Saint-Denis, sont passés par la Syrie, vraisemblablement en empruntant des vols européens.
 
Voici ce qui est prévu concrètement :
 
• La durée de conservation des données, qui sera d'une durée de 5 ans, les 28 ont trouvé un compromis sur leur "masquage" au bout de 6 mois avec une conservation pendant 4,5 années supplémentaires, même si la France avait initialement demandé une période de masquage d'un an. Le Parlement ne voulait au départ pas aller au-delà de trois mois.
 
• "Nous avons obtenu l'engagement de tous les Etats membres pour que les vols intra-européens et les vols charters soient également inclus dans le PNR", écrit le ministre de l'Intérieur dans un communiqué.
 
• Aux termes de la directive, les compagnies aériennes devront fournir aux autorités des Etats membres le nom du passager, ses dates de voyage, son itinéraire, son numéro de siège, ses coordonnées personnelles, les détails sur le billet d'avion, l'agence qui l'a émis, les moyens de paiement et les bagages.
 
• L'accès de ces données serait réservé à des personnes habilitées (police, services de sécurité...).
 
• Ces données sont déjà collectées par de nombreux pays de l'UE mais il n'existe pour l'instant aucun cadre européen pour les partager, les députés européens allemands, notamment, redoutant les dérives qui ont été constatées aux Etats-Unis.
   
VIDEO. Attentats du 13 novembre : "Il nous faut un PNR qui serve à quelque chose"

video 2 : http://lci.tf1.fr/monde/europe/quelles-donnees-pour-qui-ce-que-prevoit-le-pnr-le-fichier-europeen-8692136.html

http://lci.tf1.fr/monde/europe/quelles-donnees-pour-qui-ce-que-prevoit-le-pnr-le-fichier-europeen-8692136.html

595
OGM : 9 critiques et 9 réponses sur l'étude de Séralini

La publication de l'étude de Gilles-Eric Séralini confirmant la toxicité sur les rats du maïs NK 603 a suscité de nombreuses critiques.
Le Dr Joël Spiroux, co-auteur de l'étude, répond.



Après la publication de l’étude de Gilles-Eric Séralini, première étude sur la vie entière de rats nourris au maïs NK 603 et qui fait apparaître la toxicité de cet OGM sur ces rats, de nombreuses critiques et questions se sont fait jour sur les conditions de réalisation de l’étude et sa crédibilité. Le Dr Joël Spiroux, co-auteur et directeur adjoint de l’étude, président du Criigen (Comité de recherche et d’information indépendant sur le génie génétique), répond.

Première critique : 200 rats est un trop faible échantillon pour une étude solide…

- L'échantillon des 200 rats, 20 rats par lot, correspond au nombre de rats utilisé par Monsanto dans son étude sur trois mois. En revanche, nous avons étudié beaucoup plus de paramètres toxicologiques. Pour travailler avec plus de rats, il fallait encore plus d’argent. L’étude a déjà coûté 3,2 millions d’euros.

Le type de rats employé, les "Sprague-Dawley", est connu pour développer facilement des tumeurs…

- Oui mais ce sont les lignées de rats utilisés dans le monde entier pour les recherches toxicologiques. Ces rats ont l’avantage d’être stables au niveau biologique et physique. Ils ont tous à peu près le même profil, le même poids… Ce sont les rats utilisés depuis le début dans les recherches sur les organismes transgéniques, par les firmes qui en produisent. Y compris par Monsanto. Et les faits sont là : ceux qui ont été nourris au maïs OGM, avec ou sans Roundup, développent plus de pathologies. Et beaucoup plus vite.

En regardant de près, des rats mâles nourris au maïs OGM ne développent globalement pas plus de tumeurs que les témoins…

- Ce qu'il faut regarder, c'est précisément la rapidité des déclenchements. Dans les trois groupes de rats traités, les tumeurs ou les affections des reins et du foie interviennent dès le 4e mois et explosent au 11e et 12e mois. Ce qui correspond à l'âge de 35 à 40 ans pour un homme. Pour le groupe témoin, les tumeurs surviennent surtout en fin de vie, vers le 23e mois et 24e mois, ce qui semble normal chez les rats.

Des scientifiques pointent le manque d’information sur la composition précise de la diète à laquelle les rats ont été soumis…

- Ce sont des croquettes standards, les mêmes une fois encore que celles utilisées par les producteurs d’OGM dans leurs études. La seule différence est que nous avons précisément dosé leur concentration en maïs OGM : 11% pour le premier groupe, 22% pour le deuxième et 33% pour le troisième.

La quantité d’OGM absorbée par les rats est plus importante que ce qu’absorbent les hommes…

- Détrompez-vous. Les dosages de maïs NK 603 sont comparables à ce que mangent en une vie les populations du continent américain, où les OGM sont en vente libre, non étiquetés, non tracés. Ce qui empêche d’ailleurs de les identifier comme agents pathogènes et ouvre la porte au déni. C’est pourquoi on entend dire par exemple que les Américains mangent des OGM depuis 15 ans et ne sont pas malades.

La revue choisie pour publier l’étude, "Food and Chemical Toxicology", n’est pas la plus prestigieuse aux Etats-Unis.

- Elle est loin d’être secondaire : c’est une revue scientifique connue internationalement. Ses publications sont soumises à un comité de lecture, dans lequel s’expriment des visions contradictoires. Et c’est celle dans laquelle Monsanto et les autres fabricants publient leurs contre-expertises.

On entend aussi que Gilles-Eric Séralini est un anti-OGM patenté, qu'il a obtenu les résultats qu’il cherchait.

- Absolument faux. Gilles-Eric Séralini, le Criigen (Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique) et les chercheurs de son laboratoire à l’Université de Caen travaillent également sur les organismes génétiquement modifiés, parce que cela leur donne accès à la connaissance du vivant. Ils n’ont rien contre les OGM pour la fabrication de médicaments. L’insuline par exemple, est fabriquée à partir d’OGM. Cela ne m’empêche pas de la prescrire à mes patients diabétiques. On reconnaît ces médicaments par la présence, sur la notice, de l’expression "protéïne recombinée". Donc oui aux OGM en laboratoire pharmaceutique. En revanche, Gilles-Eric Séralini et nous autres sommes contre les OGM agricoles, mal étiquetés et dont la toxicité au long court est mal étudiée.

Vous n’êtes pas cancérologues, que savez-vous des tumeurs…

- Non, nous ne sommes pas cancérologues et n’avons jamais dit le contraire. C’est une étude de toxicité, non une étude de cancérogénèse, qui suit d’autres protocoles. D’ailleurs, nous n’avons dit nulle part que les tumeurs étaient cancéreuses. Ce sont des fibro-adénomes et des chirato-acantomes, qui peuvent se transformer en cancers quand les rats vieillissent.

Il faut une contre-expertise.

- Nous sommes d’accords. Nous voulons aussi une contre-expertise, mais faite par des chercheurs indépendants. Pas par ceux qui produisent les études pour les fabricants d’OGM. Ce qui n’est pas la position de l’EFSA pour l’instant (Agence européenne de sécurité sanitaire).

http://tempsreel.nouvelobs.com/ogm-le-scandale/20120920.OBS3130/ogm-9-critiques-et-9-reponses-sur-l-etude-de-seralini.html

596
Sécurité : l’inquiétante dérive vers la surveillance de masse



En plus de la révision constitutionnelle, le gouvernement prévoit un nouveau texte de loi pour étendre grandement les prérogatives du parquet et de la police en temps ordinaire. Un pas de plus vers la surveillance généralisée sous couvert de lutte contre le terrorisme ?

Il fallait s'y attendre. Comme Manuel Valls l'avait affirmé au moment de l'adoption de l'état d'urgence par l'Assemblée nationale, l'exécutif compte "tout faire" pour renforcer la sécurité des Français. Cela devrait passer, comme prévu, par une révision constitutionnelle. Mais aussi par deux nouveaux projets de lois hyper-sécuritaires, portés du bout des lèvres par la ministre de la Justice, Christiane Taubira. En voulant assurer la protection des Français, ces deux lois pourraient porter un sacré coup de canif aux libertés individuelles dans la patrie des Droits de l'homme.

Selon le journal Le Monde, le premier texte se chargera d'organiser les modalités de "sortie en escalier" de l'état d'urgence. Traduction : prolonger certaines mesures relevant de l'état d'urgence, notamment en ce qui concerne les pouvoirs de la police et du parquet, pour revenir à la normale "en douceur".

Le second texte visera quant à lui à élargir considérablement les pouvoirs de la police et du parquet en temps ordinaire. Dans certains cas, cela revient à doter les enquêteurs de prérogatives très proches de celles dont ils disposent pendant l'état d'urgence.

S'il est probable que certaines propositions avancées dans ce deuxième texte ne figureront pas dans le texte final, prévu au premier trimestre 2016, ou qu'elles pourraient être remodelées lors de la navette parlementaire, d'autres aussi pourraient s'ajouter en cours de route. Quoi qu'il en soit, la volonté du gouvernement est claire : faciliter grandement le travail de la police en s'embarrassant le moins possible des contraintes judiciaires... et du respect des libertés individuelles.

Des perquisitions facilitées

Quatre mesures sur les douze envisagées par le gouvernement concernent l'assouplissement des perquisitions administratives. Alors qu'elles doivent normalement débuter entre 6h et 19h, les perquisitions pourront aussi être effectuées la nuit. Un délit d'obstruction à la perquisition administrative sera créé, sans qu'on connaisse pour l'heure la sévérité des sanctions. En outre, les policiers pourront saisir tout objet ou document dans le cadre de la perquisition, sans contrôle du procureur.

Des mesures jugées "extrêmement invasives" par Agnès de Cornulier, la coordinatrice de l'analyse juridique et politique de La Quadrature du Net, une association de défense des libertés.


"Cette nouvelle loi poursuit la destruction du pouvoir judiciaire à l'œuvre depuis la loi antiterroriste de novembre 2014, la loi renseignement de juillet 2015 et les premières lois post-attentats du 13 novembre. L'institution est déshabillée au profit de la police, c'est un coup très grave porté à la séparation des pouvoirs. Donner tant de prérogatives aux forces de l'ordre, sans contrôle judiciaire, dans un contexte hors état d'urgence, ouvre grand la porte vers un Etat policier", estime-t-elle.

Pour faciliter les enquêtes, le projet de loi prévoit également la possibilité de poser des micros dans les domiciles dans le cadre d'une enquête préliminaire. Et l'alignement des pouvoirs accordés lors d'une enquête de flagrance (lorsque le flagrant délit est établi) sur ceux en vigueur lors des enquêtes préliminaires. Concrètement, cela signifie que les enquêteurs pourront perquisitionner sans l'accord de la personne visée dès le stade de l'enquête préliminaire, alors que c'était impossible auparavant.

Recourir à tout l'éventail des techniques du renseignement

Dans son discours exceptionnel devant le Congrès réuni à Versailles, le 17 novembre, François Hollande avait annoncé la couleur. "Il faudra renforcer substantiellement les moyens de la justice et des forces de sécurité », en permettant aux services d'enquête de recourir à « tout l'éventail des techniques et renseignement qu'offrent les nouvelles technologies et dont l'utilisation est autorisée par la loi renseignement", avait-il affirmé.

Si ces propositions ne reprennent pas l'intégralité de cet éventail, il faut noter que le projet de loi vise à permettre, dans le cadre des enquêtes des policiers, l'interconnexion globale de tous les fichiers, notamment ceux, très fournis, de la Sécurité Sociale. Autrement dit, les policiers pourront recouper très facilement toutes les informations qui existent sur vous. Les défenseurs de la vie privée y voient le premier pas vers un grand fichier de police unique, très pratique pour installer une surveillance de masse.

Big Brother hors état d'urgence ?

Le texte prévoit aussi l'élargissement des possibilités de surveillance dans les lieux publics, et le recours aux IMSI-catchers -ces fausses antenne-relais qui espionnent les téléphones- sans contrôle judiciaire.






Jusqu'à présent, les IMSI-catchers étaient utilisés, d'abord de manière illégale, puis de manière légale depuis que la loi Renseignement a été votée, dans le cadre de la surveillance des services secrets. Très invasifs, ils permettent de recueillir énormément de données car ils captent tous les téléphones portables situés dans leur rayon d'action. Si cette mesure était votée, elle irait plus loin que la loi renseignement, qui prévoit que le recours aux IMSI-catchers doit être validé par un avis favorable de la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement.

Pas de précision supplémentaire sur l'élargissement de la surveillance dans les lieux publics. Toutefois, les experts estiment qu' "élargir les possibilités de surveillance" pourrait signifier recourir à de nouvelles techniques, comme la géolocalisation à grande échelle ou la reconnaissance faciale, et multiplier le nombre de caméras de vidéosurveillance.

De leur côté, les policiers bénéficieront d'un assouplissement du régime de la légitime défense. Juste avant les attentats, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait proposé, lors du congrès du syndicat de police Alliance, que les policiers puissent faire usage de leur arme face aux "forcenés qui tuent en série".

Nicolas Sarkozy voulait aller encore plus loin. Le 3 novembre, le patron des Républicains a annoncé vouloir créer une "présomption de légitime défense", c'est-à-dire autoriser un policier à tirer "si le délinquant a une arme et qu'il refuse de la poser". La proposition avait déjà été lancée par Marine Le Pen, en 2012. A l'époque, Claude Guéant, le ministre de l'Intérieur, l'avait écartée au motif qu' "on ne peut pas donner aux policiers un permis de tuer".

Quid de la CNIL et du droit européen ?

Le gouvernement a-t-il organisé la fuite de ces informations auprès du journal Le Monde pour tâter le terrain, quitte à reculer par la suite sur certaines mesures ? C'est possible, tant certaines idées semblent aller à contre-courant de la législation européenne et de la loi Informatique et Libertés garantissant le respect de la vie privée.

L'installation systématique de GPS sur les voitures de location, par exemple, risque de se transformer en casse-tête juridique. On comprend bien l'intention du gouvernement : puisque des voitures de locations ont été utilisées dans la logistique des carnages du 13 novembre, Manuel Valls et François Hollande veulent rassurer les Français en forçant les loueurs à géolocaliser leurs véhicules.

Mais selon l'avocat Fabrice Naftalski, spécialiste du droit sur la protection des données chez EY Société d'Avocats, "sa faisabilité juridique" pose question :


"Les dispositifs de géolocalisation sont encadrés par la loi Informatique et Libertés. Leur utilisation implique le consentement préalable de la personne concernée. En juillet 2014, la CNIL a même sanctionné un loueur de véhicules qui utilisait la géolocalisation permanente pour lutter contre la non-restitution ou le vol des véhicules, car elle estimait que c'était excessif".

On peut également se poser la question de la pertinence d'un tel dispositif. Surveiller les véhicules de location n'empêchera pas les terroristes de voler des voitures -comme lors des attentats de janvier dernier- ou d'utiliser leurs propres véhicules.
Une autre mesure très problématique sur le plan du droit est l'injonction faite aux opérateurs téléphoniques de conserver les fadettes pendant deux ans. Cette idée irait à contresens de l'arrêt Digital Rights de la Cour de justice européenne (CJUE), en 2014. Il imposait justement la réduction de la durée de conservation des données personnelles détenues par les opérateurs télécoms. Les Etats membres sont donc tenus de se mettre en conformité avec cette décision, qui a été renforcée par l'arrêt Schrems d'octobre 2015, à l'origine de l'annulation du traité transatlantique Safe Harbor sur le transfert des données.
 

http://www.latribune.fr/technos-medias/internet/securite-l-inquietante-derive-vers-la-surveillance-de-masse-533211.html

597
Des membres de la mouvance Anonymous ont diffusé des données sensibles sur des participants à la COP21.




Des membres de la mouvance Anonymous ont diffusé des données sensibles sur des participants à la COP21.

Anonymous s’invite à la COP21. Alors que se déroule actuellement à Paris la conférence sur le climat, qui doit déboucher sur un accord devant empêcher que l’augmentation de la température moyenne de la Terre ne dépasse pas 2°C à la fin du siècle, des membres de la mouvance ont visiblement décidé de venger les manifestants qui ont été arrêtés dimanche alors qu’ils avaient bravé l’état d’urgence, en se rassemblant place de la République.





Manifestation anti-COP21
– CC Alternative libertaire

Le Guardian signale que les données de connexion de 1 415 personnes impliquées dans les négociations de la COP21 ont été dérobées lors du piratage du site de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Ces éléments, ainsi que des informations plus personnelles ont ensuite été diffusées : nom, numéro de téléphone, pseudonyme, adresse e-mail, question & réponse secrètes.

Interrogé sur la réalité du piratage, le porte-parole du CNUCC, Nick Nuttal a confirmé un incident sur le site, mais sans toutefois confirmer l’intrusion et la copie illicite de données sensibles. « Je peux confirmer qu’il y a eu un incident de piratage informatique plus tôt cette semaine et que cela a été pris en charge par les experts en sécurité de la conférence », s’est-il contenté de dire, repris par l’International Business Times.


Nom, numéro de téléphone, question & réponse secrètes…

Une observation des noms contenus dans la liste montre que les victimes proviennent de divers pays (France, États-Unis, Pérou, Chine, Inde, Suisse, Royaume-Uni, Allemagne…). C’est a priori une toute banale injection SQL qui aurait permis aux assaillants d’exposer le contenu de la base de données, selon des experts cités par les deux journaux.

Encore une fois, l’action conduite au nom d’Anonymous fait débat.

Si l’on peut contester tout à fait la durée de l’état d’urgence votée à la suite des attentats du 13 novembre ainsi que ses effets délétères sur les libertés individuelles, comme le droit de manifester, on ne voit pas bien en quoi la fuite de données sensibles appartenant à des personnes qui ne sont pas du tout impliquées de près ou de loin à la politique sécuritaire du gouvernement va apporter une quelconque réponse pertinente à la situation.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/politique/133710-anonymous-diffuse-des-donnees-sur-des-participants-a-la-cop21.html#j1pXOzzo1ArSP7YF.99

598
La vraie fausse interview de Manuel Valls

Voici une fausse interview de Manuel Valls par le site de réinformation Riposte laïque. Fausse … Mais tellement réaliste !



Riposte Laïque : Monsieur le Premier ministre, quelles sont vos premières analyses, 24 heures après la quatrième défaite spectaculaire de l’ensemble de la gauche, depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande ?

Manuel Valls : En 1980, Margareth Thatcher, pour laquelle j’ai énormément d’admiration, disait, concernant sa politique : « There is no alternative ». Je dirai ce jour la même chose, il n’y a pas d’autre choix économique possible, et je suis en place pour faire appliquer la politique décidée à Bruxelles, comme la France s’y est engagée. Le reste n’est que démagogie et fausses promesses, que cela vienne des prétendus frondeurs ou de l’extrême droite anti-républicaine.

Riposte Laïque : Vous vous réclamez souvent de la République, pour attaquer vos adversaires, et les taxer d’antirépublicains. Pour vous, qu’est-ce qu’un républicain, en 2015 ?

Manuel Valls :
•Un républicain est un homme qui a compris qu’il n’y a pas d’avenir en dehors de l’Union européenne. Etre contre Bruxelles, c’est combattre la République.
•Un républicain a compris que le mariage homosexuel, c’est une nouvelle avancée pour plus d’égalité. Combattre le projet de Christiane Taubira, c’est combattre la République.
•Un républicain sait que l’immigration est une chance pour la France. Demander la fermeture des frontières, c’est alimenter le racisme et combattre la République.
•Un républicain sait que l’islam est une religion d’amour, de tolérance et de paix. Critiquer cette religion, c’est attiser la haine contre les musulmans, et combattre la République.
•Un républicain sait que la gauche, c’est le camp du progrès et de la justice sociale, alors que la droite, c’est le camp de la réaction. Critiquer la gauche, c’est donc combattre la République.

Riposte Laïque : Pourtant, récemment, vous avez été qualifié de « crétin » par le philosophe de gauche Michel Onfray…

Manuel Valls : Je peux vous dire que nous avons mis immédiatement sur écoute cet ennemi de la République, et qu’il va subir un contrôle fiscal sur vingt ans, pour que nous sachions qui le finance. Je ne veux plus entendre parler de ce personnage, sinon je mets fin à l’entretien !

Riposte Laïque : Dans ce cas, Monsieur le Premier ministre, revenons aux élections de dimanche. Que répondez-vous à ceux qui disent qu’il ne sert plus à rien d’aller voter, puisque, quoi qu’expriment les Français dans les urnes, vous n’en tenez pas compte ?

Manuel Valls : Vous posez une bonne question, et le gouvernement s’interroge sérieusement sur cette piste. En effet, les élections sont très coûteuses pour la Nation. Elles ne servent pas à grand-chose. Encore plus ennuyeux, les ministres, comme moi, sont obligés d’aller sur le terrain pour limiter les dégâts, et, pendant ce temps là, nous ne travaillons pas sur nos dossiers. Et en plus, on se fait siffler ! Je pose donc clairement la question, en homme de gauche qui n’a pas peur d’affronter les tabous. La preuve, je suis favorable à ce qu’on change le nom du Parti socialiste, car socialiste ne veut plus dire grand-chose. J’ai osé défendre Tony Blair. J’ai eu le courage de dire que les 35 heures étaient une stupidité économique qui avait ruiné la France. J’ai multiplié les exonérations fiscales aux entreprises, faisant hurler mes gauchistes de service. Eh bien, j’ose cette question, au lendemain des départementales : le suffrage universel est-il de gauche, et devons-nous le maintenir ?

Riposte Laïque : Mais enfin, Monsieur le Premier ministre, vous déniez au peuple le droit de choisir ses dirigeants, et la politique qui va être menée ? Mais c’est le retour à l’ancien Régime ?

Manuel Valls : Arrêtez avec vos grandes formules, Madame, on n’en est plus là ! Le suffrage universel a eu sa raison d’être, il y a une époque, je l’admets. Mais à ce jour, la situation n’est plus la même. Dans un système très complexe de mondialisation de l’économie, les dossiers sont devenus trop ardus pour que le commun des mortels y comprenne quelque chose. Nous avons vu le désastre en 2005. On a demandé l’avis des électeurs sur le Traité constitutionnel européen, par référendum (une belle connerie de Chirac). Tous les partis respectables ont demandé aux électeurs de soutenir ce traité, et nos meilleurs journalistes sont allés dans le même sens. Eh bien, les Français ont fait massivement le contraire, à 55 %. Résultat, 2 ans de perdu, et il a fallu faire le traité de Lisbonne, et contourner leur vote. De même, depuis que nous sommes au pouvoir, nous n’arrêtons pas, inlassablement, d’expliquer aux électeurs ce qu’est vraiment l’extrême droite. Nous leur disons que le FN est xénophobe, raciste, homophobe et islamophobe. Et bien, plus nous le disons, plus ce parti antirépublicain progresse. Nous ne pouvons qu’en tirer les conclusions qui s’imposent, et prendre toutes nos responsabilités…

Riposte Laïque : Que voulez-vous dire, Monsieur le Premier ministre ?

Manuel Valls : Chère Madame, j’ai une admiration sans bornes pour les généraux algériens qui, en 1991, ont suspendu le processus électoral pour sauver la démocratie dans leur pays. En effet, les électeurs, sans doute trop incultes, se préparaient à mettre au pouvoir le FIS, qui voulait instituer une République islamique en Algérie. Tout le monde a félicité les dirigeants de leur choix de mettre fin au processus électoral. Je vous rappelle que les Allemands ont élu démocratiquement Hitler, et qu’on a vu la suite… Dans le contexte actuel, si les Français, en 2017, élisaient Marine Le Pen à l’Elysée, quel serait notre devoir de Républicains, de socialistes et d’hommes de progrès ?
 Peut-on croire que les millions d’enfants français de la diversité laisseraient faire de telles choses ? Nous serions dans des émeutes de 2005 puissance cent ! Devrions-nous abandonner notre pays à la guerre civile ? Naturellement, les organisations syndicales, en pointe dans la défense du service public, n’accepteraient pas qu’un parti fasciste puisse diriger la France, et déclencheraient une grève générale qui paralyserait le pays. Avons-nous le droit de laisser notre France dans les mains des nostalgiques de Vichy ? Pouvons-nous laisser un parti raciste expulser massivement des millions de citoyens étrangers sans qui l’économie de la France ne peut pas tourner ? Faudrait-il leur permettre de casser notre belle Union européenne ? Est-il possible de les laisser attaquer nos mosquées, et détruire l’islam de France que nous mettons en place patiemment ? Peut-on accepter que se mette en place, dans notre France, une politique sécuritaire où des jeunes en pertes de repères seraient systématiquement mis en prison à la moindre pécadille ?
 Ma réponse est très claire, chère Madame, c’est non !





Riposte Laïque : Mais enfin, cela ressemblerait à un Coup d’Etat. Vous auriez le peuple de France contre vous…

Manuel Valls : Vous me paraissez bien naïve, chère Madame. Rappelez-vous, en 2002, Chirac a refusé tout débat avec le père Le Pen. Pendant quinze jours, nous avons occupé la rue. Ils étaient où, les électeurs du FN ? Terrés chez eux. En 2005, nous avons violé le vote des Français. Vous avez vu un mouvement de rue ? Rien. Sarkozy a refusé tout débat avec Marine Le Pen. Et pourtant, les Français ont voté majoritairement UMP. Donc, on peut suspendre des élections, il n’y aura pas de mouvements de masse, parce que nous contrôlons les médias, et que nous mettrons en avant tous ceux qui se sont livrés à une répétition générale avec « Je suis Charlie ». Je vous rappelle qu’on avait interdit le FN, et que tout le monde s’en est foutu…
Nous aurons peut-être quelques réactions d’activistes identitaires ou patriotes, mais cela sera très vite réglé…

Riposte Laïque : Donc, si je comprends bien, vous dites aux Français que s’ils continuent à mal voter, ils n’auront plus le droit de voter ?

Manuel Valls : Je demande à nos compatriotes de se ressaisir, et de mériter le droit de vote qui leur a été accordé. Faute de quoi, l’exécutif, en 2017, sous ma direction, prendra toutes ses responsabilités. Si Marine Le Pen arrive en tête en 2017, je ferai suspendre le processus électoral, j’instituerai l’Etat d’urgence, je ferai dissoudre le Front National pour tentative de putsch démocratique et pour anti-républicanisme. Je le dis en me revendiquant de l’héritage de Jaurès et de Clemenceau, et, faites moi confiance, mon bras gauche ne tremblera pas si cette hypothèse se confirmait.
 Je veillerai, d’autre part, à ce que les discours réactionnaires des Zemmour, Onfray, Rioufol et autres n’aient plus leur place sur les plateaux de télévision et dans une presse que nous subventionnons.

Pour sauver la République, j’interdirai enfin que la formidable liberté que permet Internet ne soit dévoyée par des revues comme la vôtre et d’autres, pour attiser la haine et diviser les Français. Pas de liberté pour les ennemis de la liberté !

C’est le message que je souhaitais faire passer, à travers votre site, Madame, à tous les Français qui votent mal.

L’entretien est terminé, vous pouvez quitter ce bureau.

Propos recueillis par Jeanne Bourdillon pour Riposte laïque.

En savoir plus sur http://www.je-suis-stupide-j-ai-vote-hollande.fr/blog/la-vraie-fausse-interview-de-manuel-valls/#l9C2jyqjzg2kFVyi.99

599
Sabrin, 14 ans, s’apprête à mourir quand un soldat israélien lui jette un couteau …



Sabrin, 14 ans, s’apprête à mourir quand un soldat israélien lui jette un couteau … [ Vidéo ]

Une des vidéos les plus choquantes de #Palestine occupée depuis l’intifada.

On y voit Sabrin Sanad jeune fille voilée de 14 ans, tenue en joue par un militaire israélien. A ce moment l’israélien lui jette un couteau à ses pieds. La petite fille a compris … elle va être assassinée par les militaires qui la feront passer pour une terroriste !

La petite fille tremble, elle supplie, s’agenouille pendant que les militaires israéliens pointent leurs armes sur elle.

Heureusement des palestiniens témoins de la scène se mettent à klaxonner. Le soldat israélien en furie dirige son arme vers les voitures, il a compris qu’il a été surpris et filmé.

Sabrin est alors trainée par d’autres soldats.

La petite fille est désormais incarcérée sans aucun procès par l’état terroriste israélien.

http://www.islametinfo.fr/2015/12/04/sabrin-14-ans-sapprete-a-mourir-quand-un-soldat-israelien-lui-jette-un-couteau-video/

600
Tunisie : 700 femmes ont rejoint des groupes jihadistes en Syrie



Quelque 700 Tunisiennes se trouvent actuellement en Syrie où elles ont rejoint des groupes jihadistes, a indiqué vendredi la ministre de la Femme Samira Meraï, qui s'est inquiétée devant le Parlement d'un "développement du fléau du terrorisme auprès des femmes et des enfants".
   
La Tunisie compte plusieurs milliers de ressortissants –sans doute autour de 5.000– dans les rangs d’organisations jihadistes dont le groupe Etat islamique (EI), en Syrie, en Irak et en Libye, ce qui en fait un des pays les plus touchés.

« Nous avons constaté un développement du phénomène du terrorisme (…) auprès des enfants et des femmes », a dit Mme Meraï. « Aujourd’hui, Il y a 700 femmes (tunisiennes) en Syrie et il y a des femmes dans les prisons tunisiennes (pour des affaires de terrorisme) », a-t-elle ajouté.

Elle a relevé que le chef du gouvernement Habib Essid avait demandé à plusieurs ministres « de présenter un plan de lutte contre le terrorisme, chacun dans son domaine ».

Dès 2013, le ministre de l’Intérieur de l’époque, Lotfi Ben Jeddou, s’était alarmée du recrutement de Tunisiennes pour assouvir en Syrie les besoins des combattants islamistes.

« Elles ont des relations sexuelles avec 20, 30, 100 » jihadistes, avait déclaré M. Ben Jeddou aux députés. « Après ces rapports sexuels qu’elles ont au nom du jihad al-nikah (« la guerre sainte du sexe »), elles reviennent enceintes », avait-il ajouté.

Ces propos avaient ensuite été minimisés par une source sécuritaire, qui avait évoqué auprès de l’AFP « au maximum une quinzaine de Tunisiennes sont allées en Syrie ».

La Tunisie fait face depuis sa révolution de 2011 à un essor de la mouvance jihadiste, qui a tué des dizaines de policiers et de militaires ainsi que des civils, dont des touristes.

Elle a été frappée par un attentat suicide le 24 novembre en plein Tunis, dans lequel 12 agents de la sécurité présidentielle ont été tués. Il a été revendiqué par l’EI, tout comme les attaques sanglantes du musée du Bardo en mars (22 morts) et contre un hôtel de Sousse fin juin (38 morts).

Les autorités ont dans la foulée rétabli l’état d’urgence. Elles ont procédé à des dizaines d’interpellations depuis.

Mi-novembre, sept femmes accusées de faire la propagande du groupe EI avaient été arrêtées.

http://www.jeuneafrique.com/depeches/284765/politique/tunisie-700-femmes-ont-rejoint-groupes-jihadistes-syrie/