Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

601
Flagrant délit : Quand le conseil régional détourne vos impôts pour armer l’Arabie Saoudite !!!


La scène suivante se passe en France, en Lorraine, le 2 octobre 2015.
 600 000 € d’argent public alloué à un « centre de formation »…
Jusque là, rien de particulièrement choquant… sauf quand on regarde QUI est sensé être formé et à QUOI …
Car derrière ce titre pompeux se cache en réalité un transfert de fond pour la formation militaire en Arabie Saoudite !!!

Quand le conseil régional dépense vos impôts… par pascontent-tv

Comment un tel vote est-il possible au Conseil Régional de Lorraine sans pot de vin ou corruption d’élus ? Une vidéo a partager le plus possible pour ouvrir les consciences !


602
parti conspirationniste présente 1971 candidats aux régionales



Il fustige « l’empire euro-atlantiste et l’oligarchie financière » et martèle que l’Hexagone devient une dictature dirigée en secret par l’Europe et l’oncle Sam : l’Union Populaire Républicaine (UPR) de François Asselineau squatte les régionales.

« Aucun attentat de quelque nature que ce soit ne saurait suspendre le cours d’une campagne électorale nationale ». Au lendemain des attaques terroristes de Paris, l’Union Populaire Républicaine (UPR) continue de mobiliser(link is external) ses troupes en vue des élections régionales. Et pour cause, avec 13 listes, et 1971 candidats, l’UPR est présente dans toutes les régions métropolitaines et à La Réunion : un tour de force pour le micro-parti conspirationniste de François Asselineau.

Comprendre la ligne politique de l’UPR n’est pas vraiment simple. « Nous sommes un mouvement de libération nationale », tente Ahmed Ghlamallah, tête de liste dans l’Allier, passé par Debout la République et ancien contributeur du site d’extrême droite Riposte Laïque :

« Il y a chez nous des gens qui viennent de tout l’éventail politique. Nous nous entendons sur les grands principes que sont la souveraineté nationale, la liberté et la démocratie. »

Une seule constante dans le programme de l’UPR : échapper à la domination (cachée) des États-Unis. Leur solution : la « triple sortie » de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan. Un triptyque répété en boucle, au point d’éclipser tout le reste. Le mariage pour tous, la laïcité ou le nucléaire ?

« Ce sont des sujets clivants et secondaires par rapport aux véritables enjeux que notre pays est en train d’affronter, donc nous n’en parlerons pas ».

« L’UPR, c’est comme un sérum de vérité »
 
Un mardi soir dans le 18e, direction un « café-citoyen » organisé par l’une des sections parisiennes du parti, où se retrouvent des adhérents : étudiants, trentenaires, retraités. Rendez-vous « Chez gigi », un bar-restau de quartier un peu vieillot à l’ambiance familiale. « L’UPR, c’est comme un sérum de vérité, ça permet de se désintoxiquer », estime Pierre-Yves*, la cinquantaine grisonnante. Sympathique et affable, l’homme a rejoint le mouvement six mois plus tôt. Aujourd’hui, il en est convaincu :

« Les Américains veulent détruire la France, les Français, la francophonie, tout. »

Et de poursuivre, attablé devant sa pizza végétarienne et son verre de rouge :

« En fait, leur projet c’est de créer un chaos pour que renaisse un nouvel ordre mondial. »

« C’est l’idée des nazis d’ailleurs », le coupe Christophe*, 30 ans, ex-abstentionniste. Le nouvel ordre mondial, c’est l’un des dadas des militants de l’UPR. En substance, nos politiques ne seraient que des pantins manipulés, avec en guise de marionnettiste, les Etats-Unis.



Des preuves indiscutables
 
Jamais à court de scoops, le site de l’UPR carbure côté « révélations » : on découvre par exemple les « liens étranges » qui uniraient des sites antifascistes français (Indymédia et Rebellyon) et l’oncle Sam. A l’occasion d’une autre conf du boss, on apprend également que la CIA(link is external) et la famille Bush seraient quant à elles derrière le FN (5). Yannick Hervé, ancien responsable régional de l’UPR, exclu du parti(link is external) en mai 2015, de reconnaitre :

« Autant les premières conférences de François Asselineau étaient passionnantes, autant dans les dernières il y a des sujets où il est devenu obsessionnel : la famille Le Pen, la CIA… C’est comme le Dalaï-Lama : on ne sait pas pourquoi il lui en veut, mais il peut en parler des heures en expliquant qu’il est un suppôt de la CIA. »

Pour autant, cet ancien décrocheur(link is external) de drapeau européen continue de défendre ses ex-camarades :

« L’UPR n’est pas complotiste, elle s’appuie sur des archives, des textes juridiques, économiques… Tout repose sur des documents officiels. »



Un argument qui est aussi celui d’Asselineau. « Tout est sourcé », martèle le président du parti, de vidéos en conférences. Ses démonstrations valent pourtant leur pesant de cacahuètes. Pour démontrer que le rouge et le bleu du logo de l’UMP(link is external) ne seraient pas ceux « du drapeau français » mais « des couleurs typiquement américaines », il dégaine Photoshop :

« Dans la palette RVB (Rouge-Vert-Bleu), le bleu du drapeau français est approximativement R0-V10-B94 alors que le bleu du logo UMP est à peu près R46-V89-B151 (…) Les dirigeants de l’UMP ont-ils fait ce choix de façon pleinement consciente ? »

Objectif caché :

« Transformer la France en une copie des États-Unis par petites touches, sans que les Français ne comprennent bien ce qui se passe. »

Chasse aux conspis
 
Mais à l’approche des régionales, l’UPR tente de lisser son image. Le 18 septembre, le secrétaire national du parti a envoyé un mail à ses responsables, leur demandant de « nettoyer immédiatement toutes [leurs] pages Facebook ou Twitter ». Est proscrit :

« Tout ce qui peut porter à polémique inutile (complotisme, antisionisme…). Si vous avez un doute, ne publiez rien. »

Yannick Hervé avait déjà reçu ce message au printemps 2015 :

« En gros, le secrétariat général, sur ordre d’Asselineau, a dit qu’il fallait qu’il n’y ait plus aucun statut d’attaquable… Pour éviter que le président de l’UPR ne se retrouve ensuite confronté à des questions de journalistes. »

Et de poursuivre :

« J’avais répondu que c’est difficile si on ne donne pas une liste de ce qu’on ne peut pas publier. Parce qu’on est toujours le conspirationniste de quelqu’un d’autre. »

Depuis, l’homme a été exclu du parti, entraînant derrière lui une vague de démissions.

Pas vu à la télé
 
Si l’UPR se fait rare à la télé, c’est aussi un complot : il serait « le seul parti politique qui fait peur au système » et les grands médias « essaient de cacher [son] existence au peuple français. » Cette « censure » vire à l’obsession,(link is external) au point d’en faire leur slogan de campagne :

« Le parti qui monte malgré le silence des médias. »

Dernier exemple en date selon l’UPR : Le Point, qui aurait sciemment ignoré sa candidature aux régionales. Depuis mi-octobre, Asselineau appelle ses sympathisants à faire tourner en masse un montage photo contre l’hebdomadaire et à lui écrire « poliment ».

Force est de constater que l’UPR entretient des relations houleuses avec les journalistes. Contacté à plusieurs reprises, leur service de presse, pourtant à l’affût du moindre coup de com’, a refusé toutes nos demandes d’interviews du boss du micro-parti. Prétexte invoqué : un article de StreetPress jugé « gravement diffamatoire, mensonger et insultant ». Et visiblement la consigne de ne pas nous répondre a été envoyé aux différents candidats.

Samedi 14 novembre, une réunion locale est prévue à Saint-Mandé (94). Au téléphone, le délégué départemental du Val-de-Marne, Gilles Périn – ancien « européen convaincu » converti à l’UPR il y a deux ans – nous donne spontanément son accord pour y assister :


« Avec plaisir, en plus je suis directeur de campagne en Ile-de-France. Vous êtes pigiste ? Vous pourriez peut-être parler de l’UPR dans d’autres médias ? »


Mais la veille du rendez-vous, changement de programme ! « La réunion est annulée car j’ai d’autres priorités. Recontactez-nous après les élections… ou même après les fêtes », balbutie le jeune retraité, franchement embarrassé.

Annulée, vraiment ? Le jour J, Gilles Périn est pourtant bien présent au Bistro 41, un rade défraîchi façon PMU, où le rejoignent cinq militants. Des fidèles qui en ont après l’Europe, le système et les politiques « tous pourris ». Au menu : organisation des prochains collages d’affiches et média training. « Ils nous faut une couverture médiatique. Le journaliste de base, plus tu seras gentil avec lui, plus il fera du forcing auprès de son rédac chef », insiste l’un d’eux.

Cyber-militants
 
En attendant de passer au 20 heures de Pujadas, le petit parti mène sa campagne à l’ancienne : tractage sur les marchés, porte-à-porte, multiplication de réunions locales… et surtout en investissant massivement le net. L’UPR s’est dotée d’une cellule « cybermilitante ». Elle est ultra présente sur les réseaux sociaux, et exhorte ses sympathisants à faire la pub de son président, y compris en « trollant » les forums, les espaces de commentaires des sites d’infos ou les sondages en ligne… Une stratégie numérique qui vise aussi à mettre la pression aux médias.

Elle peut aussi compter sur les invitations des médias « dissidents ». D’ailleurs, en 8 ans d’existence, l’organisation a compté dans ses rangs plusieurs figures de cette galaxie de médias dits de ré-information, comme Tepa, fondateur du site « résistant » Meta TV. Le rappeur est un ancien cadre et porte-parole officieux du mouvement. Comme lui, Jean Robin,(link is external) directeur du site Enquêtes et Débat (ces deux derniers se sont depuis brouillés avec l’UPR), Raphaël Berland,(link is external) fondateur du Cercle des Volontaires et Jonathan Moadab de l’Agence Info Libre ont été encartés à l’UPR.

La stratégie numérique semble fonctionner : l’UPR revendique aujourd’hui plus de 9400 adhérents (compteur en ligne à l’appui) et se vante d’avoir le deuxième site partisan le plus consulté – derrière le FN.

Asselineau, l’homme qui leur a montré la lumière
 
« N’ayant pas fait de grandes écoles, j’ai dû entamer ma quête d’informations par moi-même », témoigne en ligne(link is external) David Wentzel, tête de liste en région Alsace-Champagne Ardenne-Lorraine. Ambassadeur du tri sélectif à la ville, ce trentenaire ne s’était jamais engagé en politique auparavant :

« Jusqu’au jour où mes recherches aléatoires m’ont amené à suivre très attentivement une vidéo de Monsieur Asselineau. (…) D’un seul coup, tout m’est apparu clairement et simplement »

Comme lui, ils sont nombreux à avoir vu la lumière grâce aux interventions fleuves de François Asselineau. Jean-Christophe Gourvenec, tête de liste départementale en Bretagne explique(link is external) :

« Grâce à l’UPR, je suis enfin sorti de ces jérémiades habituelles, de cette léthargie, et de ce lavage de cerveau généralisé sur le système actuel qui dure depuis trop longtemps maintenant. »



A l’UPR, tout tourne autour du boss. Sur le site du parti, le CV d’Asselineau est mis en avant, comme gage de crédibilité : diplômé d’HEC, énarque, inspecteur général des finances. Il a aussi connu les hautes sphères politiques comme directeur de cabinet du « parrain des Hauts-de-Seine » Charles Pasqua, de 2004 à 2007. Dans l’arrière-boutique, il semble tout aussi présent.

Régis Chamagne, ancien colonel et ex-membre du Bureau National, pointe un « fonctionnement autocratique » et « un manque de stratégie » au sein de l’organisation politique :


« François Asselineau fait tout : il tient à jour le compteur des adhérents, s’occupe de la page Facebook et passe un temps fou sur des détails. Il n’a pas confiance et veut tout maîtriser. C’est un gros travailleur, perfectionniste, mais il ne sait pas être chef. »


D’ailleurs, c’est davantage pour accroître la notoriété de son président que pour gagner des sièges que l’UPR s’est lancée dans la course aux régionales. « On a beau être optimistes, on ne pense pas avoir d’élus. On souhaite surtout se faire connaître et capter des adhésions », confirme Adrian Grattessol. Tête de liste départementale en Ardèche (Rhône Alpes), cet agriculteur tenté par le bio affirme notamment sur Facebook que les attentats de Paris sont une opération « sous faux drapeau ». Signe que le ménage anti-conspis n’a pas suffit à mettre la poussière sous le tapis …

« Populariser notre mouvement et notre président c’est très important, parce que ces régionales sont un tremplin pour les élections présidentielles », appuie pour sa part Ahmed Ghlamallah, candidat dans l’Allier. Un scrutin national où Asselineau espère bien, cette fois-ci, réunir les 500 signatures nécessaires à sa candidature.

http://www.streetpress.com/sujet/1449232013-upr-parti-conspirationniste-regionales#


603
Le chauffeur hongrois qui a effrayé des migrants à Calais avec son camion a été licencié

Le chauffeur de camion hongrois qui avait effrayé les migrants à Calais en braquant le volant de son poids-lourd, et a posté son geste sur Youtube, a été licencié.



"Peter Graz,  (l'employeur autrichien du chauffeur, NDLR) m'a licencié sans donné d'explications", a publié le chauffeur hongrois, Arpad Levente Jeddi, sur sa page Facebook samedi.



Le 26 novembre, la presse électronique hongroise et les réseaux sociaux ont été envahis par la vidéo du chauffeur, qui avait braqué son volant plusieurs fois sur les migrants au bord de la route à Calais en France, en lançant des jurons comme "Je vais vous écraser!!! Venez!! Vermines!! Allez vous
 faire..."



Il a ajouté que sa lettre de lienciement était écrite en Slovaque, comme il travaillait dans une filiale slovaque du propriétaire autrichien, et bien qu'il ne comprenait pas le slovaque, il ne comptait pas faire appel à la décision, et qu'il avait déjà de nouvelles propositions de travail. Parlant au portail d'informations Origo, il avait expliqué plus tôt qu'il n'avait pas du tout l'intention de faire du mal aux migrants, mais qu'il "fallait démarrer vivement pour éviter que les réfugiés grimpent sur les véhicules".


"Ils n'ont rien à faire sur l'autoroute"
Quant à ses coups de volant violents, il affirmait avoir évité ainsi la collision avec les nombreux migrants, "qui n'ont rien à faire sur l'autoroute". "Tous les chauffeurs font comme moi". Il a aussi dit qu'il était prêt à se défendre devant un tribunal, si jamais il était obligé de comparaitre devant la justice.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/le-chauffeur-qui-effraye-des-migrants-calais-avec-son-camion-ete-licencie-871035.html

604
Wi-Fi interdit, Tor bloqué, backdoors… les nouvelles idées au gouvernement




Les services du ministère de l'Intérieur envisagent de nombreuses mesures pour renforcer une nouvelle fois la sécurité au détriment des libertés. Coupure obligatoire de tout réseau Wi-Fi ouvert, blocage des réseaux d'anonymisation et fourniture des clés de chiffrement des messageries font partie des pistes soumises à arbitrage.

La liste des mesures envisagées par le gouvernement pour renforcer la sécurité au détriment de la liberté et de la vie privée s’allonge. Alors que le gouvernement envisage déjà de nouvelles lois sécuritaires qui permettraient par exemple de croiser tous les fichiers de données personnelles détenues par l’État, d’obliger à l’installation d’émetteurs GPS sur les voitures louées, d’allonger la durée de conservation des données de connexion ou encore de faciliter le recours aux IMSI-catchers, Le Monde révèle samedi de nouvelles mesures recensées par le ministère de l’Intérieur.

Le quotidien a en effet pu consulter un tableau édité en interne le mardi 1er décembre par la direction des libertés publiques et des affaires juridiques (DLPAJ), qui dépend du ministère de l’Intérieur de Bernard Cazeneuve. C’est elle qui prépare les projets de lois et de décrets relatifs aux libertés publiques et à la police administrative. C’est donc dans ce cadre, pour rédiger deux nouveaux textes législatifs — l’un sur l’état d’urgence, l’autre sur l’anti-terrorisme, que la DLPAG a dressé les mesures demandées par la police ou la gendarmerie qui pourraient être inscrites dans les textes attendus pour janvier 2016.





Interdire et bloquer TOR en France

Parmi ces mesures qui ne sont encore que des hypothèses de travail figure une série de nouvelles restrictions aux libertés sur Internet :
« Interdire les connexions Wi-Fi libres et partagées » et fermer toutes les connexions Wi-Fi publiques pendant l’état d’urgence, « sous peine de sanctions pénales ». Jusqu’à présent la loi impose par principe aux abonnés à internet de sécuriser leur connexion pour éviter qu’elle soit utilisée à des fins illicites, mais le seul risque que prennent les abonnés généreux et récalcitrants qui laissent leur Wi-Fi ouvert est de recevoir un avertissement Hadopi si quelqu’un l’utilise pour pirater des films ou de la musique. En obligeant à fermer toute connexion, la police s’assurerait d’avoir un identifiant précis pour chaque adresse IP, ou au moins de réduire la liste des suspects possibles dans un même foyer. C’est en tout cas l’idée.
« Interdire et bloquer les communications des réseaux TOR en France » : Même à supposer que ça soit techniquement possible, ce serait une mesure totalement disproportionnée qui enverrait un très mauvais signe à l’international, alors que le réseau d’anonymisation TOR est utilisé par de très nombreux activistes et dissidents de pays autoritaires. L’un des premiers pays à avoir bloqué Tor était l’Iran.
« Identifier les applications de VoIP et obliger les éditeurs à communiquer aux forces de sécurité les clefs de chiffrement » : C’est la fameuse grande guerre du chiffrement à laquelle se prépare La Quadrature du Net, la France ayant sans aucun doute la volonté de se joindre à la Grande-Bretagne pour obtenir que les éditeurs de messagerie chiffrée fournissent des backdoors pour que les autorités puissent écouter les conversations interceptées.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/politique/133795-wi-fi-ouvert-interdit-tor-bloque-les-nouvelles-idees-de-la-police.html#kmfDC1petxmmlLjv.99

605
Un célèbre avocat kurde abattu en Turquie

Tahir Elçi a été mortellement touché à la tête alors qu'il faisait une déclaration devant la presse.



Le bâtonnier de l'ordre des avocats de Diyarbakir, Tahir Elçi, a été tué par balles samedi par des hommes armés non identifiés dans la grande ville à majorité kurde du sud-est de la Turquie, a-t-on appris de sources hospitalières et auprès de témoins. Tahir Elçi a été mortellement touché à la tête alors qu'il faisait une déclaration devant la presse, ont ajouté les mêmes sources.

Selon des témoins, des hommes armés ont ouvert le feu sur le bâtonnier et un groupe d'avocats, provoquant l'intervention immédiate des forces de l'ordre. Des journalistes et au moins trois policiers ont été blessés lors de cet échange de coups de feu, ont-ils ajouté.

Une opération était en cours pour tenter de retrouver les auteurs de la fusillade.

Poursuivi par l'Etat

Avocat connu et engagé de la cause kurde, Tahir Elçi faisait l'objet de poursuites pour avoir affirmé à la télévision mi-octobre que le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène la rébellion kurde depuis 1984 en Turquie, «n'est pas une organisation terroriste».

Il avait été interpellé le 20 octobre dans son bureau de Diyarbakir puis inculpé d'«apologie du terrorisme par voie de presse» par un tribunal d'Istanbul, avait d'être remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Selon les réquisitions du parquet, il risquait une peine d'un an et demi à sept ans et demi d'emprisonnement.

Reprise des combats

La mort de l'avocat intervient alors que les combats ont repris depuis l'été entre les forces de sécurité turques et les rebelles du PKK, après plus de deux ans de cessez-le-feu.

Ces affrontements ont contraint les autorités à imposer des couvre-feu dans de nombreuses villes du sud-est du pays, où la police et l'armée livrent de violents combats contre de jeunes combattants armés proches du PKK qui se barricadent dans certains quartiers. (afp/nxp)
(Créé: 28.11.2015, 12h35)

http://www.tdg.ch/monde/proche-orient/Un-clbre-avocat-kurde-abattu-en-Turquie/story/28242308

606
nature-ecologie / Équiterre a besoin de nous pour la COP21 à Paris
« le: 05 décembre 2015 à 13:48:48 »
Équiterre a besoin de nous pour la COP21 à Paris



Cela fait plus d’un an qu’Équiterre met tout en œuvre pour que l’implication du Canada à la conférence de Paris soit significative. Dans quelques jours Steven Guilbeault, cofondateur d’Équiterre et directeur principal de cet organisme, assistera à cette conférence internationale sur le climat.

Comme le rappelle M. Guilbeault en 2015 Équiterre s’est « assuré de faire entendre votre voix en passant le message que le Canada ne peut pas être un leader sur le climat ET développer le pétrole sale des sables bitumineux. Équiterre a mobilisé des citoyens contre le pipeline Énergie Est et pour des solutions écologiques. Le travail de ces dernières années contre ce pipeline qui engendrerait l’émission de 30 millions de tonnes de gaz à effet de serre par an porte fruit. Même les maires de Laval et de Québec se disent aujourd’hui que ce projet ne pourra pas se faire tant l’opinion publique est contre lui. Je vous rappelle qu’il y a à peine 2 ans, Équiterre était à peu près le seul groupe qui suivait le dossier ». Selon M. Guilbeault c’est grâce à la générosité du public et aux dons reçus que l’équipe d’Équiterre a réussi « à convaincre plusieurs partis politiques fédéraux, dont les Libéraux, de prendre des engagements lors des élections.


Pour le cofondateur d’Équiterre « Les résultats que nous avons obtenus cette année vont au-delà de nos espérances et c’est en large partie grâce au soutien de nos membres que l’Alberta a décidé de se doter d’un plan robuste sur le climat. Au Québec, Équiterre a aussi multiplié les interventions auprès du gouvernement pour le convaincre d’adopter une norme “zéro émission” pour obliger les fabricants d’automobiles à nous vendre des voitures électriques en plus grand nombre. Bref, on avance, mais, en même temps ce n’est que le début. La conférence de Paris sera le début d’un travail de longue haleine. Équiterre y sera pour pousser le gouvernement fédéral à adopter les engagements les plus ambitieux possibles. De retour au pays, nous devrons le suivre de près pour que les promesses soient tenues.  Nous avons besoin de votre aide pour faire ce travail. Nos membres sont le socle de notre crédibilité. Plus vous serez nombreuses et nombreux, plus nous aurons de l’écoute et de l’influence. Plus nous aurons de moyens financiers pour sensibiliser des citoyens et influencer les décideurs, plus nous serons en mesure d’atteindre nos ambitieux objectifs. »

Bonne conférence Steven, Les Indignés du Québec sont avec vous et vous remercient de votre implication dans cette lutte à finir contre l’obscurantisme et les intérêts pécuniers.



https://lesindignesduquebec.wordpress.com/2015/11/27/equiterre-a-besoin-de-nous-pour-la-cop21-a-paris/

607
Etats-Unis : Samsung va payer 500 millions d'euros à Apple dans l'affaire des brevets

Cette somme ne représente toutefois que la moitié de ce que demandait Apple initialement en 2012.



Nouvel épisode dans la saga de l'affaire des violations de brevets opposant Samsung et Apple. Selon des documents transmis à la justice américaine, vendredi 4 décembre, le groupe sud-coréen a accepté de payer 548 millions de dollars (soit 503 millions d'euros) à son concurrent américain.

Samsung a indiqué que la firme allait s'acquitter cette somme accordée par la justice à Apple mais qu'elle se réservait le droit de la récupérer si cette amende était ultérieurement modifiée ou annulée en appel ou si sa paternité sur ces brevets était reconnue. Apple a alors indiqué dans le même document ne pas être d'accord sur ce point.

Moitié moins que ce que réclamait Apple en 2012

Les 548 millions de dollars ne représentent que la moitié de ce que demandait Apple initialement en 2012. Sans compter que cette somme ne répond pas à la question de qui paiera les frais de justice du groupe américain qui atteindraient selon certaines sources 1,8 million de dollars (1,65 millions d'euros).

En septembre, un tribunal californien a accordé une victoire partielle à Apple et Samsung s'est retrouvé dans l'obligation de payer ou de porter l'affaire devant la Cour suprême des Etats-Unis. L'année dernière, les deux géants de l'électronique ont décidé, dans un geste d'apaisement, d'abandonner toutes les procédures judiciaires pour violations de brevets hors des Etats-Unis.

http://www.francetvinfo.fr/internet/apple/etats-unis-samsung-va-payer-500-millions-d-euros-a-apple-dans-l-affaire-des-brevets_1207077.html

608
thecnologie - robotic - Geek - Avancée sientifique / Xiaomi Mipad 2
« le: 05 décembre 2015 à 12:53:09 »
Xiaomi Mipad 2



Voila donc le cadeau ultime pour noel, une petite tablette 7,9″ by Xiaomi et pour moins de 200€.

Alors notre Rom Bricolé made from China n’était pas top mais les Rom de Xiaomi.eu ou Miui-France sont à present dispo et corrigent les bugs rencontrés, que de bonne raisons de craquer pour cette petite tablette au rapport prix choc 

Xiaomi Mipad 2

– Ecran 7.9 Pouce 2K 2048×1536 (326 PPI)
– Processeur Intel Atom X5-Z8500 64bit Quad Core 2.2GHz
– 2 GB RAM + 16 GB/64GB ROM
– Appareil Photo: 8 MP(Dorsal) + 5 MP(Frontal)
– Port USB Type-C
– Batterie de 6190mAh
– Corps Tout Métal, 6.95mm
– MIUI 7 OS ( à la Base d’Android 5.0 )
– Achat Direct via Sciphone (By Jt Geek)

GLG reviews

http://jtgeek.com/xiaomi-mipad-2-la-cadeau-parfait-pour-noel/

609
thecnologie - robotic - Geek - Avancée sientifique / Jiayu S3+
« le: 05 décembre 2015 à 12:52:07 »
Jiayu S3+



Jiayu est une de ces marques qui faisaient de bon smartphone, quali et avec de beaux écran LCD, Jiayu avait même des magasin dans Shenzhen.
 Des magasins dans lequel il n’y avait pas de téléphones en stock, car les stocks Jiayu étaient en Quasi Flux tendu, et qu’il fallait donc commander pour les recevoir plus tard.

Autant dire que dans un mode d’achat compulsif, la frustration et la concurrence ne font pas bon menage, la marque à ensuite disparu, comme Iocean ^^, et nous reviens avec un simple upgrade de son Jiayu S3 en version Jiayu S3+ (Simple et très économique)

Jiayu S3+

– FHD Écran 5.5 Pouces, 1920*1080 Pixel Gorilla
– MTK6753 1.3GHz Octa Core
– 3GB RAM + 16GB ROM + Micro SD
– Sony IMX214 13 MP Caméra Arrière + 5 MP Caméra Frontale, Double Flash
– Système d’exploitation: Android 5.1
– Soutien OTG et NFC
– Batterie de 3000mAh
– Fréquences Réseaux: GSM 850/900/1800/1900MHz, WCDMA 850/900/1900/2100MHz, TD-SCDMA 1900/2100MHz, FDD-LTE B3/B7/B20, TDD-LTE B39/B40/B41
– HP Stéréo

Et tout ça pour moins de 200€ ,e en quantité encore et toujours tres limitée.

Alors, un dernier coup avant de partir ou annonce du retour de la marque ?

GLG News
http://jtgeek.com/jiayu-s3-le-retour-timide-de-jiayu/

610
Windows 10, une autre révolution à base d’évolution ?



Android est sans aucun doute le système d’exploitation le plus populaire dans le monde et aura permis à de nombreux petits fabricants Chinois d’emerger en facilitant la partie Software.

Plus besoin de choisir en Java Os, Windows mobile ou Windows CE 

Windows 10, une autre révolution à base d’évolution ?

Windows 10 est disponible en téléchargement pour le Xiaomi Mi 4, et en plus il est officiellement soutenue par Microsoft et Xiaomi.

La version de Windows 10 pour le Xiaomi Mi 4 est une pierre angulaire de l’expansion mondiale de l’OS mobile de Microsoft, car oui , la Chine est un enorme marché.

L’installation est très simple et vous oblige à utiliser un PC sous Windows. Il utilise un écran de brique bien connu pour les appareils Qualcomm – MiFlash.
 Après la mise en place d’une application et les pilotes vous devez simplement connecter votre Mi 4 et cliquez sur le bouton flash.

Soyez conscient que Windows 10 est encore dans sa phase de test, donc il y a encore des bugs 
 Heureusement, les développeurs et les amateurs XDA travaille dure à son amélioration.

Le Xiaomi Mi 4 n’est pas un appareil recent, mais il arbore un Qualcomm Snapdragon 801 comme les OnePlus One, HTC One M8, Sony Xperia Z3 ou Samsung Galaxy S5.

Cette petite mise à jour Windows pourrait donc lui apporter une 2e jeunesse 

Etes-vous excité de voir arriver Windows 10 sur le Xiaomi Mi 4?

611
La grande escroquerie du Téléthon Le professeur Testard dénonce une "mystification"



"C’est scandaleux. Le Téléthon rapporte chaque année autant que le budget de fonctionnement de l’Inserm tout entier. Les gens croient qu’ils donnent de l’argent pour soigner. Or la thérapie génique n’est pas efficace. Si les gens savaient que leur argent va d’abord servir à financer des publications scientifiques, voire la prise de brevets par quelques entreprises, puis à éliminer des embryons présentant certains gènes déficients, ils changeraient d’avis. Le professeur Marc Peschanski, l’un des artisans de cette thérapie génique, a déclaré qu’on fait fausse route. On progresse dans le diagnostic, mais pas pour guérir. De plus, si on progresse techniquement, on ne comprend pas mieux la complexité du vivant. Faute de pouvoir guérir les vraies maladies, on va chercher à les découvrir en amont, avant qu’elles ne se manifestent. Cela permettra une mainmise absolue sur l’homme, sur une certaine définition de l’homme" : Jacques Testard, directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), spécialiste en biologie de la reproduction, "père scientifique" du premier bébé éprouvette français, et auteur de plusieurs essais témoignant de son engagement pour "une science contenue dans les limites de la dignité humaine", dans une interview accordée à Médecines-Douces.com.

Testard écrit aussi sur son blog : "Les OGM sont disséminés sans nécessité puisqu’ils n’ont pas démontré leur potentiel et présentent des risques réels pour l’environnement, la santé et l’économie. Ils ne sont donc que des avatars de l’agriculture intensive qui permettent aux industriels de faire fructifier les brevets sur le vivant. Au contraire, les essais thérapeutiques sur les humains sont justifiés quand ils sont la seule chance, même minime, de sauver une vie. Mais il est contraire à l’éthique scientifique (et médicale) de faire miroiter des succès imminents des uns ou des autres. Malgré la persistance des échecs, les tenants de la thérapie génique (qui sont souvent les mêmes que ceux des OGM) affirment que « ça va finir par marcher  », et ont su créer une telle attente sociale que la « mystique du gène » s’impose partout, jusque dans l’imaginaire de chacun. Le succès constant du Téléthon démontre cet effet puisqu’à coups de promesses toujours réitérées, et grâce à la complicité de personnalités médiatiques et scientifiques, cette opération recueille des dons dont le montant avoisine celui du budget de fonctionnement de toute la recherche médicale en France. Cette manne affecte dramatiquement la recherche en biologie puisque le lobby de l’ADN dispose alors du quasi monopole des moyens financiers (crédits publics, industriels, et caritatifs) et intellectuels (focalisation des revues, congrès, contrats, accaparement des étudiants…). Alors, la plupart des autres recherches se retrouvent gravement paupérisées - une conséquence qui paraît échapper aux généreux donateurs de cette énorme opération caritative…"

couvDernière citation pour la route, extraite de l’ouvrage de Testard, Le vélo, le mur et le citoyen : "Technoscience et mystification : le téléthon. Depuis bientôt deux décennies, deux jours de programme d’une télévision publique sont exclusivement réservés chaque année à une opération remarquablement orchestrée, à laquelle contribuent tous les autres médias : le Téléthon. Ainsi, des pathologies, certes dramatiques mais qui concernent fort heureusement assez peu de personnes (deux ou trois fois moins que la seule trisomie 21 par exemple), mobilisent davantage la population et recueillent infiniment plus d’argent que des maladies tout aussi terribles et cent ou mille fois plus fréquentes. On pourrait ne voir là que le succès mérité d’un lobbying efficace, et conseiller à toutes les victimes de toutes les maladies de s’organiser pour faire aussi bien. Ce serait omettre, par exemple, que :

- le potentiel caritatif n’est pas illimité. Ce que l’on donne aujourd’hui contre les myopathies, on ne le donnera pas demain contre le paludisme (2 millions de morts chaque année, presque tous en Afrique) ;

- presque la moitié des sommes recueillies (qui sont équivalentes au budget de fonctionnement annuel de toute la recherche médicale française) alimentent d’innombrables laboratoires dont elles influencent fortement les orientations. Ainsi, contribuer à la suprématie financière de l’Association française contre les myopathies (l’AFM, qui recueille et redistribue à sa guise les fonds collectés), c’est aussi et surtout empêcher les chercheurs (statutaires pour la plupart, et donc payés par l’État, mais aussi thésards et, surtout, post-doctorants vivant sur des financements de l’AFM, forcément fléchés) de contribuer à lutter contre d’autres pathologies, ou d’ouvrir de nouvelles pistes ;

- il ne suffit pas de disposer des moyens financiers pour guérir toutes les pathologies. Laisser croire à cette toute puissance de la médecine, comme le fait le Téléthon, c’est tromper les malades et leurs familles ;

- après vingt ans de promesses, la thérapie génique, ne semble plus être une stratégie compétente pour guérir la plupart des maladies génétiques ;

- lorsque des sommes aussi importantes sont recueillies, et induisent de telles conséquences, leur usage mériterait d’être décidé par un conseil scientifique et social qui ne soit pas inféodé à l’organisme qui les collecte.

Mais comment aussi ne pas s’interroger sur le contenu magique d’une opération où des gens, allumés par la foi scientifique, courent jusqu’à l’épuisement ou font nager leur chien dans la piscine municipale... pour "vaincre la myopathie" ? Au bout de la technoscience, pointent les oracles et les sacrifices de temps qu’on croyait révolus..."

don

 http://m.alterinfo.net/La-grande-escroquerie-du-Telethon-Le-professeur-Testard-denonce-une-mystification_a26750.html

612
Deux élèves embarqués par la police après un débat anodin à l'école sur les attentats



Psychose à l'Athénée royal de Jette ? En tout cas, ce vendredi 4 décembre, deux élèves ont été embarqués et auditionnés par la police de la zone Ouest après un débat en classe autour des attentats de Paris. Un événement qui a profondément traumatisé l'une des mamans.

Sophie habite Molenbeek et ses jumeaux, Yassine et Younes, 16 ans, fréquentent l'Athénée royal de Jette, en cinquième année. Jeudi, en fin de matinée, les deux ados ont cours d'EPA, le fameux Encadrement pédagogique alternatif. Thème du jour: la religion et les attentats de Paris. "Mon fils Yassine est à côté de son ami, au fond de la classe", raconte Sophie. La discussion s'engage et comme beaucoup de jeunes à cet âge-là, on ne sait pas trop ce que l'on dit, la parole se libère, parfois dans tous les sens, mais sans réelle arrière-pensée.

Yassine répète ce qu'il a vu à la télé

"Le professeur insiste alors pour que mon fils Yassine participe. Et ce dernier lâche: je suis d'accord avec les autres. Les autres, à ce moment-là, évoquaient l’éventualité d'attentats à Bruxelles, notamment dans le centre-ville, à De Brouckère. En fait, ils ne faisaient que répéter ce qu'ils avaient entendu aux informations pendant qu'on était plongé dans le niveau 4 d'alerte terroriste."

Sur le moment, l'enseignant ne réagit pas. "Mais le lendemain, ce vendredi matin donc, des policiers en civil débarquent à l'athénée", raconte Sophie, encore traumatisée. "Ils viennent chercher Yassine et son ami. Younes, lui, est malade et n'a pas été en cours le matin." Au début, Yassine pense qu'il va être sermonné pour ses retards, au début des cours. "Pas du tout! Les deux ados sont embarqués, direction le commissariat Jeunesse de la zone de police Ouest", avenue De Roovere. Sur place, c'est l'interrogatoire. "On leur demande de parler de leur situation familiale, comment ça se passe à la maison, de leur parcours scolaire... On leur demande aussi de répéter ce qu'ils ont dit en classe."

Dans sa déposition, Yassine déclare donc qu'il n'a fait qu'évoquer des alertes entendus dans la presse, comme le fait qu'un attentat était possible en Belgique et qu'il fallait plutôt rester à la maison vu le climat. Comme la RTBF a pu le lire dans la déposition, la police demandera même à l'adolescent s'il a pris conscience de la gravité de ses propos, vu l'ambiance actuelle. "J'aurais préféré que le professeur vienne m'en parler pour qu'on puisse éclaircir les choses", dira Yassine face aux policiers. "Je ne pensais pas que cela allait avoir de telles conséquences."

Une heure quarante au poste de police

Bref, l'audition durera de midi à 13 h 40. Yassine pourra reprendre les cours mais il est encore tout retourné. D'autant que les responsables de l'établissement et la police cherchent maintenant à contacter son frère. Le papa des jumeaux est joint par l'école sur son GSM. "On dira à mon mari: vos fils ont fait une grosse bêtise, il faut aller à la police. Une grosse bêtise mais on ne pensait pas du tout à cela."

Quand on expliquera enfin aux parents le pourquoi de l'intervention, ils seront eux aussi sous le choc. Finalement, Younes ne devra pas aller au commissariat. "On nous dira que ce n'est plus la peine." Un peu comme si les forces de l'ordre étaient désormais convaincus que les enfants de Sophie n'avait rien à se reprocher. Le procès-verbal devra de toute manière être traité par le parquet.

"Pris pour des terroristes"

Reste que la famille marque le coup. "Mes fils assistent à un cours où il est question de débat, de citoyenneté. Et lorsqu'ils se mettent à discuter, on ne les écoute pas, on les juge, on les prend pour des terroristes et on appelle la police, sans le moindre discernement. A ce rythme-là, toutes les classes du pays seront vidées de leurs élèves! Ce qui me surprend, c'est qu'alors que toute la classe participe à ce débat, on a ciblé mes fils qui sont de confession musulmane et leur copain d'origine turque. Pourquoi?"

Lundi, après le week-end, Sophie tentera de joindre le préfet et la proviseure de l'athénée pour "savoir qui a appelé la police. Le professeur ou la direction? Ce vendredi, je n'ai jamais eu de réponse. J'ai aussi envie de connaître l'opinion de la ministre Joëlle Milquet sur ce qui s'est passé. Est-ce normal?"

L'athénée dépend de la Fédération Wallonie-Bruxelles et nous avons exposé la situation au cabinet de la ministre. "Pas de commentaire, c'est une affaire traitée par le parquet", se contente d'indiquer le porte-parole de Joëlle Milquet (cdH).

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_deux-eleves-embarques-par-la-police-apres-un-debat-anodin-a-l-ecole-sur-les-attentats?id=9156203

613
Le Canada va devenir le premier pays du G7 à légaliser le cannabis



Le Canada compte adopter des lois « qui légaliseront et règlementeront la consommation de marijuana », devenant le premier pays du G7 à le faire, a annoncé vendredi 4 décembre le nouveau premier ministre, Justin Trudeau.

M. Trudeau confirme ainsi dans son discours de politique générale pour 2016, lu au Parlement par le gouverneur général du Canada, un engagement de campagne : il s’était engagé à légaliser le cannabis « dès son élection ».

Réglementer mais aussi limiter l’accès à la marijuana

Le nouveau gouvernement libéral, élu le 19 octobre, souhaite ainsi adopter au cours de la prochaine année des « mesures législatives (...) qui légaliseront et réglementeront la consommation de marijuana mais limiteront l’accès à cette substance ».

Vainqueur surprise des élections législatives, M. Trudeau avait déclaré en campagne qu’il avait lui-même fumé « cinq ou six fois » du cannabis, dont une fois en 2010, alors qu’il siégeait déjà au Parlement en tant que député libéral.
 

Lire : De Seattle à Kingston, le cannabis prend racine

Un autre gouvernement libéral, en 2004, avait cherché à dépénaliser la consommation de cette substance, avant de jeter l’éponge, face notamment aux pressions des Etats-Unis voisins, fermement opposés. Onze ans plus tard toutefois, quatre Etats américains ont légalisé le cannabis, et les défenseurs canadiens d’une telle mesure pointent les importants revenus générés.

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2015/12/04/le-canada-va-devenir-le-premier-pays-du-g7-a-legaliser-le-cannabis_4825032_3222.html

614
Bruxelles en alerte de niveau 4: voici le SMS qui a tout déclenché



"On est cramés. On doit le faire avant demain". Un message court, échangé entre deux terroristes présumés dont on ne connaît pas l'identité. Les services de sécurité belges l'ont intercepté le dimanche 22 novembre, révèlent ce samedi nos confrères de la DH. Le jour où le premier ministre Charles Michel décrètait la fermeture des écoles bruxelloises, au lendemain du relèvement du niveau de la menace au niveau 4.

Le samedi 21 novembre, le niveau de l’alerte passait de 3 à 4 à Bruxelles, ce qui signifiait que la menace était sérieuse et imminente. En quelques heures, les autorités décidaient de fermer les métros, les centres commerciaux, les cinémas et autres salles de concert. La DH révèle aujourd’hui que ce sont des SMS qui on fait réagir aussi vite les autorités. La police aurait en effet reçu un message indiquant qu’une attaque était imminente dans le métro.

Le lendemain, le dimanche 22 novembre, le gouvernement va même plus loin dans ses décisions. Les écoles seront fermées jusqu’à nouvel ordre et le métro ne pourra toujours pas fonctionner. Charles Michel explique alors ces mesures par une crainte d’"un attentat comme à Paris".

C’est en fait un sms entre deux terroristes présumés, dont la DH ignore l’identité, intercepté par les services secrets qui aurait tout déclenché le dimanche. "On est cramés. On doit le faire avant demain", disait ce message. Le soir même de nombreuses perquisitions ont lieu à Bruxelles.

La niveau de la menace est depuis passé à 3 et les écoles et métros ont pu rouvrir le mercredi 25 novembre.

http://www.rtl.be/info/regions/bruxelles/bruxelles-en-alerte-de-niveau-4-voici-le-sms-qui-a-tout-declenche-776541.aspx

615
Attention la France choisit ses amis (Arabie Saoudite)



Attention, à l'heure où elle se déclare isolée sur sa "position morale", visant à faire tomber à tout prix le régime syrien, la France sait choisir ses amis!
Ou: Comment le gouvernement français fait honte à ses compatriotes ! Sans autres commentaires, l'abomination est en vidéo.