Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

766
Surveillance d’Internet dans le monde : le Conseil constitutionnel laisse un flou




En validant sans aucune réserve d'inteprétation la loi sur la surveillance internationale des communications électroniques, le Conseil constitutionnel ouvre aux services de renseignement une porte pour échapper au contrôle prévu par la loi pour le renseignement interne, y compris pour des Français en France.

La validation était attendue, mais l’on pouvait espérer mieux — naïvement au regard de sa validation de la loi Renseignement qui avait déjà montré son incapacité à prendre en compte certains enjeux démocratiques. Jeudi, le Conseil constitutionnel a validé l’ensemble de loi sur la surveillance internationale des communications électroniques, qui vient patcher la seule partie censurée de la loi sur le renseignement de juillet 2015.

Lors de l’examen la précédente loi, les sages avaient estimé que le législateur avait failli à sa mission concernant l’encadrement de la collecte de renseignements à l’étranger, puisque la loi ne définissait « ni les conditions d’exploitation, de conservation et de destruction des renseignements collectés […], ni celles du contrôle par la commission nationale de contrôle des techniques de renseignement de la légalité des autorisations délivrées […] et de leurs conditions de mise en œuvre ».

Comme il l’avait fait l’été dernier avec la loi Renseignement, le Conseil s’est donc contenté dans sa décision de paraphraser le contenu de la loi sur la surveillance internationale des communications électroniques pour vérifier que chacun de ces points était cette fois présent, et conclure que la loi est donc conforme à la Constitution. Les juges du Palais Royal se sont refusés à tout commentaire au fond sur les mesures prévues.


Possibilité de contourner la loi sur le renseignement

Or c’est une occasion ratée pour préciser la loi, à défaut d’imposer enfin le même régime protecteur aux étrangers qu’aux Français, comme le droit international des droits de l’homme est censé l’imposer (restant avant toute institution protectrice des institutions françaises, le Conseil constitutionnel fait peu de cas du sort des étrangers, qui plus est quand ils ne sont pas en France).


Le Conseil constitutionnel n’a rien dit sur la surveillance de masse permise par la loi

Mais quand bien même, la loi sur la surveillance internationale ne s’applique pas qu’aux étrangers de l’étranger. Loin s’en faut. La loi adoptée autorise un régime spécial très souple en formalités et en contre-fous pour la collecte de renseignements qui concernent des personnes qui communiquent « depuis l’étranger », si elles sont d’ores et déjà identifiées comme présentant une menace. Or techniquement, toute communication qui passe par Internet a des chances d’être réalisée « depuis l’étranger ».

Il est donc possible pour les services de renseignement d’exploiter cette faille pour éviter de devoir demander l’autorisation préalable à la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR) avant de mettre un suspect sous surveillance, même lorsqu’il est français et situé en France. Le Conseil constitutionnel aurait pu émettre une réserve d’interprétation pour éviter cet abus, mais il ne l’a pas fait.

Surveillance de masse à l’étranger

De même, le Conseil n’a rien dit des « traitements automatisés » qui pourront être mis en œuvre sur décision du premier ministre, pour réaliser une surveillance de masse, appelée plus pudiquement « exploitation non individualisée des données de connexion interceptées ». Le texte prévoit que le chef du gouvernement peut autoriser de telles boîtes noires pendant des périodes d’un an renouvelables, sans que leur algorithme soit vérifié par la CNCTR.

« Ces mesures de surveillance ne portent pas nécessairement sur des cibles individuelles précisément identifiées, ce qui est le cas sur le territoire national. Elles portent fréquemment sur des objets collectifs (zones géographiques, organisations, groupes) », a expliqué le gouvernement au Conseil.

En savoir plus sur http://www.numerama.com/politique/132866-surveillance-sur-internet-le-conseil-constitutionnel-laisse-un-flou.html#j8pURbuvBsOYF7ea.99

767
La fin de l'accueil public dans les CAF de Roubaix et Tourcoing



Depuis lundi, pour être reçu dans les agences de la CAF de Roubaix et Tourcoing, il faut prendre rendez-vous. Une mesure contestée par les syndicats.


La mesure devait initialement être lancée en juin, elle est finalement entrée en vigueur lundi. Depuis cette date, inutile d’espérer être reçu à l’improviste dans les agences des Caisses d’allocations familiales (CAF) de Roubaix et Tourcoing. Ni aux permanences roubaisiennes des Trois-Ponts et du boulevard de Fourmies. Désormais, il faut prendre rendez-vous sur le site caf.fr, à la rubrique « Ma CAF ».

Dans un communiqué, la CAF du Nord justifie cette mesure par l’intérêt de l’allocataire, en expliquant que l’accueil sera «  plus rapide, plus pratique et plus confidentiel  ». Elle renvoie sur son site web ou sur sa plate-forme téléphonique pour les démarches les plus simples, qui selon elle ne nécessitent pas nécessairement d’accueil physique. La CAF précise toutefois que pendant quelques jours, «  des médiateurs sociaux assureront une présence dans les halls pour sensibiliser les usagers aux nouvelles modalités d’accueil  ».


« Même des chiens, on les traite mieux ! »

Cette méthode est contestée par les agents, qui avaient exercé leur droit de retrait à Roubaix en mars après l’agression d’un des leurs. Ils expliquaient à l’époque que la fin de l’accueil physique, qui se généralise dans le Nord, contribuait à augmenter les tensions avec les allocataires, surtout dans un secteur fortement défavorisé. À l’époque, la déléguée CGT Isabelle Lerat commentait ainsi l’évolution dans la manière d’accueillir les usagers : «  Quand on diminue sans cesse le nombre d’agents et qu’on renvoie les allocataires vers la télédéclaration, on génère des tensions. Il faut voir dans quelles conditions on accueille le public. Même des chiens, on les traite mieux !  ».

Nous reviendrons la semaine prochaine de manière plus détaillée sur cette décision de la CAF.

http://www.nordeclair.fr/info-locale/la-fin-de-l-accueil-public-dans-les-caf-de-roubaix-et-tourcoing-jna60b0n945948

768
'La Marseillaise' à toutes les sauces, je n'en peux plus", résume un rescapé du Bataclan

Alexis, 26 ans, a frôlé la mort pendant l'attaque du Bataclan, où il est resté immobile pendant deux heures. En ce jour d'hommage national aux victimes, il préfère garder ses distances avec la cérémonie.



"Je n'ai aucune égratignure, mais, psychologiquement, c'est plus compliqué." Pendant l'attaque du Bataclan, Alexis, 26 ans, est resté deux heures dans la salle, immobile, sans oser décrocher son téléphone portable qui vibrait, par peur d'être exécuté. Peu après le massacre, il a rédigé un émouvant billet, pour exprimer sa terreur et son incompréhension. Alors que la France rend un hommage national aux victimes vendredi 27 novembre, francetv info a recueilli son témoignage et son ressenti, par rapport à cette cérémonie.

Francetv info : Comment allez-vous, deux semaines après les attaques ?

Alexis : Le soir des attentats, il y avait une cellule psychologique à la mairie du 11e arrondissement, mais les personnels étaient débordés. Depuis, j'ai vu une psychiatre à l'hôpital militaire de Clamart, mais cela n'a pas été très concluant. Je ne sais pas si je vais poursuivre, ou peut-être avec un psychologue. Je ressens un fort sentiment de culpabilité. J'ai comme un poids sur les épaules, en pensant à tous ceux qui étaient à mes côtés au Bataclan. Je ne ferai plus de concert, je suis incapable d'écouter la musique que j'aime, je suis devenu claustrophobe, agoraphobe, hypersensible et irritable.

Allez-vous regarder l'hommage national aux victimes, à la télévision ?

Je n'en suis pas sûr. Je reste très sceptique sur cette cérémonie organisée aux Invalides. Elle relève du protocole, presque de l'obligation institutionnelle. Si je regarde, je serai sans doute bouleversé, par empathie pour les victimes, mais je préfère intérioriser mes pensées. Certaines familles de victimes ont d'ailleurs refusé d'y participer, ce que je comprends tout à fait. Ma famille aurait sans doute réagi pareil. Maintenant, si cela fait du bien aux personnes touchées, tant mieux.

Les autorités encouragent également les Français à afficher un drapeau...

Oh, là, non, très peu pour moi. Même chose avec l'hymne. Je n'en peux plus de La Marseillaise, à force de l'entendre partout et à toutes les sauces. C'est peut-être générationnel – et d'ailleurs, je n'ai rien contre –, mais ce n'est pas mon truc. Par contre, je suis repassé par hasard devant le Bataclan, j'ai vu les trottoirs remplis de mots, de fleurs et de bougies... Cela m'a bouleversé.

Vous êtes "en terrasse", pour reprendre ce slogan populaire sur les réseaux sociaux ?

Non. Je ne partage pas ces slogans : "Je suis en terrasse" ou "Paris est une fête". Personnellement, je ne suis pas près de mettre les pieds dans une salle de concert ou sur une terrasse. Je travaille dans une agence où on s'occupe des réseaux sociaux, donc j'ai un peu de recul là-dessus. Après, je comprends que les gens l'utilisent.

En tant que rescapé, qu'aimeriez-vous dire à François Hollande avant son discours ?

Je lui dirais que, en septembre, une info faisait mention de menaces contre des salles de spectacles, et qu'aucune mesure n'a été prise. Je lui dirais que, en janvier, après Charlie Hebdo, la menace n'a pas été prise suffisamment au sérieux. Je lui dirais qu'on ne répond pas aux attentats en larguant un tapis de bombes ou en profitant d'une cérémonie d'hommage pour soigner sa popularité, surtout pendant un quinquennat désastreux.

Plus largement, quand je vois comment les politiques ont récupéré les événements, j'en reste pantois. Les personnels de santé que j'ai vus le soir du Bataclan, eux, sont admirables. Mais ils ne s'expriment pas en public. Lors des attaques, nous étions dans quelque chose de concret, pas de symbolique.

http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/la-marseillaise-a-toutes-les-sauces-je-n-en-peux-plus-resume-un-rescape-du-bataclan_1193367.html

769
État d’urgence - Perquisitions et assignations à résidence chez des militants rennais

Jeudi 26 et vendredi 27 novembre au matin ont eu lieu une importante opération de police visant des militants écologistes et d’extrême gauche. Des perquisitions musclées ont eu lieu quasi-simultanément dans plusieurs habitations de Rennes (à notre connaissance, au moins six). À chaque fois une personne se voyait signifier une assignation à résidence ou une interdiction d’Île-de-France.

Les fonctionnaires de police, en grand nombre et armés de fusils à pompes, sont venus chez nous, où vivent aussi des enfants, nous ont tous menottés et plaqués au sol.

Pour justifier ces interventions, les forces de l’ordre nous ont dit agir dans le cadre des opérations de police en marge des manifestations prévues lors de la COP21. Ils nous ont délivré des assignations à résidence. Interdiction de quitter Rennes, obligation de pointer trois fois par jour au commissariat et de rester chez nous de 20h à 6h, et ce jusqu’au 12 décembre.

La décision de ces perquisitions a été directement ordonnée par le préfet. Les policiers, qui expliquaient qu’ils avaient désormais des « pouvoirs élargis », assumaient ostensiblement leur toute-puissance en évoquant avec un humour cynique la recherche bien sûr infructueuse « d’armes de guerre et d’explosifs ».

Les papiers qui nous ont été délivrés expliquent que « la forte mobilisation des forces de sécurité pour lutter contre la menace terroriste ne saurait être détournée pour répondre aux risques de troubles à l’ordre public liés à de telles manifestations revendicatives ». Ce qui légitime pour eux ces assignations préventives.

Les informations utilisées pour justifier les assignations émanent vraisemblablement des services de renseignement et évoquent pêle-mêle des faits faux, imaginaires ou approximatifs. Trois raisons principales sont invoquées :
•La participation à la manifestation anti-aéroport du 22 février 2014, à Nantes à laquelle avaient participé 40 000 personnes et pour laquelle aucune des personnes assignées n’ont été arrêtées ou condamnées.
•leur présence au week-end de mobilisation contre les violences policières organisé à Pont-de-Buis un an après la mort de Rémi Fraisse par une grenade de la gendarmerie. Une mobilisation publique et soutenue par l’Assemblée des blessés qui soutient les victimes de la répression policière.
•L’arrestation préventive dans un squat à Milan avant une grande manifestation contre l’exposition universelle à laquelle ont participé les opposants à la ligne TGV Lyon-Turin, des cortèges syndicaux et militants pour le logement. Certaines personnes sont accusées d’avoir été en « possession d’engins incendiaires », ce qui est faux et qui a été contesté devant la justice italienne.

À aucun moment la préfecture ne se donne la peine de prouver ces informations. Certains d’entre-nous ont été présents lors de ces manifestations, d’autres non et aucun n’a jamais été inculpé pour des faits de violence ou de troubles à l’ordre public.

Il n’aura pas fallu deux semaines pour que se révèle ce que permet l’état d’urgence.

Alors que le gouvernement clame que la vie doit continuer normalement (appel à sortir aux terrasses, à participer aux concerts...) et que de grands événements sont maintenus, la contestation politique, elle, se retrouve acculée au silence avec des interdictions de manifester, à Rennes et Paris notamment. Une opération d’intimidation et de neutralisation (perquisitions arbitraires et assignation à résidence) dont on commence seulement à soupçonner l’ampleur...

Après la communauté musulmane dans son ensemble – avec l’intervention hallucinante de la police au restaurant Pepper Grill en région parisienne, par exemple –, voilà les militants des luttes écologiques, en soutien aux immigrés, pour le droit au logement, devenus victimes de la « guerre contre le terrorisme » chère à François Hollande.

Si ce type d’intervention et d’assignation ont eu lieu en France, qu’il s’agisse de militants d’extrême-gauche ou d’autres victimes de l’État d’urgence, n’hésitez pas à nous contacter.

Vous pouvez communiquer avec nous en nous écrivant à l’adresse suivante

http://rennes-info.org/Etat-d-urgence-Perquisitions-et

771
Des scientifiques découvrent que le jeûne déclenche la régénération des cellules souches et combat le cancer

Un certain nombre d’anciennes pratiques de santé se révèlent être efficaces de plusieurs façons. Des scientifiques ont désormais découvert la première preuve d’une intervention naturelle qui déclenche la régénération des cellules souches d’un organe ou d’un système.



L’étude a été publiée dans le numéro de Juin 2014 de Cell Stem Cell par des chercheurs de l’Université de Californie du Sud. La recherche montre que les cycles de jeûne prolongé protègent le système immunitaire contre les dommages et induisent la régénération du système immunitaire. Ils ont conclu que le jeûne fait passer les cellules souches d’un état dormant à un état d’auto-renouvellement. (1)

Les essais cliniques humains ont été effectués en faisant appels à des patients qui étaient sous chimiothérapie. Pendant de longues périodes de temps, les patients n’ont pas mangé, ce qui a réduit considérablement le nombre de leurs globules blancs. Chez la souris, des cycles de jeûne « ont activé le mode régénératif, en changeant les voies de signalisation des cellules souches hématopoïétiques, qui sont responsables de la génération du sang et du système immunitaire. » (1)

« Nous ne pouvions pas prévoir que le jeûne prolongé aurait un effet si remarquable dans la promotion de la régénération des cellules souches du système hématopoiétique. Lorsque vous mourez de faim, le système tente d’économiser l’énergie, et l’une des choses qu’il peut faire pour économiser l’énergie est de recycler un grand nombre de cellules immunitaires qui ne sont pas nécessaires, en particulier celles qui peuvent être endommagées. Ce que nous avons commencé à remarquer à la fois chez l’humain et la souris est que le nombre de globules blancs dans le sang baisse avec un jeûne prolongé. Puis, quand vous alimentez de nouveau, les globules blancs reviennent.  » – Valter Longo, auteur correspondant. (1)

Encore une fois, parce que le jeûne réduit considérablement le nombre de globules blancs du sang, cela déclenche la régénération des cellules souches de nouvelles cellules du système immunitaire. Plus important encore, il réduit l’enzyme PKA, qui a été liée au vieillissement, à la progression des tumeurs et au cancer. (1) Il est également important de mentionner que le jeûne protège contre la toxicité dans un essai clinique pilote où les patients ont jeûné pendant 72 heures avant une chimiothérapie.

« La chimiothérapie provoque des dommages collatéraux importants pour le système immunitaire. Les résultats de cette étude suggèrent que le jeûne peut atténuer certains des effets nocifs de la chimiothérapie. » Co-Auteur Tanya Dorff (1)

Le jeûne est une tradition qui faisait partie intégrante de nombreuses cultures anciennes, des védiques aux bouddhistes et plus, le jeûne ne doit pas être confondu avec la famine. C’est le processus de se restreindre et de contrôler l’expérience sensorielle de l’alimentation et dans le même temps faire en sorte que vous le faites correctement. Lorsque je jeûne, je fais habituellement des jeûnes à l’eau et je le fais depuis près de huit ans maintenant et je me sens toujours bien et plein d’énergie après l’avoir fait.

Plus de recherche

1. Le jeûne aide à se protéger contre les maladies du cerveau:

Des chercheurs de l’institut national du vieillissement de Baltimore ont trouvé des preuves que jeûner pendant un ou deux jours par semaine peut prévenir les effets de la maladie d’Alzheimer et de Parkinson. La recherche a également trouvé que réduire l’apport quotidien de 500 calories par jour pendant deux jours sur sept peut montrer des effets bénéfiques clairs pour le cerveau.

2. Le jeûne réduit votre risque de maladie cardiaque et de diabète:

Avoir régulièrement un jour sans nourriture réduit votre risque de maladie cardiaque et de diabète. Des études montrent que le jeûne libère une poussée significative de l’hormone de croissance humaine, qui est associée à l’accélération du métabolisme et à la combustion des graisses. L’élimination des graisses est connue pour réduire le risque de maladie cardiaque et de diabète. Les médecins commencent même à considérer le jeûne comme traitement.



3. Le jeûne traite efficacement le cancer dans les cellules humaines:

Une étude de la revue scientifique du vieillissement a constaté que les patients atteints de cancer qui incluent le jeûne dans leur traitement ont perçu moins d’effets secondaires de la chimiothérapie. Tous les tests effectués jusqu’ici montrent que le jeûne améliore la survie, ralentit la croissance tumorale et limite la propagation des tumeurs. L’Institut national du vieillissement a également étudié un type de cancer du sein en détail afin de mieux comprendre les effets du jeûne sur le cancer. À la suite d’un jeûne, les cellules cancéreuses ont essayé de faire de nouvelles protéines et ont pris d’autres mesures pour continuer de grandir et de se diviser. À la suite de ces mesures, qui à leurs tours ont conduit à un certain nombre d’autres mesures, des molécules de radicaux libres préjudiciables ont été créées, ce qui a démolit le propre ADN des cellules cancéreuses et provoqué leur destruction! C’est le suicide cellulaire, la cellule cancéreuse essaye de remplacer toutes les choses manquantes dans le sang dont elle a besoin pour survivre après une période de jeûne, mais ne peut pas. A son tour, elle tente de les créer et cela conduit à sa propre destruction.

Encore une fois, assurez-vous de faire des recherches avant d’essayer cela. Espérons que cela puisse vous emmener plus loin pour examiner la question si vous êtes vraiment intéressé.

Sources:
 (1) news.usc.edu
www.scientificamerican.com
www.sciencedaily.com
www.dailymail.co.uk
www.guardian.co.uk
www.nia.nih.gov
www.collective-evolution.com

772
Des aveux d’une Rothschild, l’attentat contre Charlie Hebdo (PSY-OP France) est un Complot du MOSSAD !!!

Mme Rothschild « Ellie Katsnelson » déclare dans un email privé envoyé à son amie Lasha Darkmoon que l’attentat Charlie Hebdo était une opération du Mossad.


NOUS SOMMES TOUS TERRORISTES MAINTENANT !

Brève note d’introduction par Lasha Darkmoon :

Le 12 Janvier 2015.

Je viens de recevoir un e-mail électrisant de mon amie Ellie Katsnelson, alias Mme Rothschild, une aristocrate Allemande de filiation Rothschild tombée en disgrâce avec sa «famille» après certains événements traumatisants au cours de son adolescence, dont le mystérieux décès de sa mère dans les Alpes suisses en 1989. (Mini biographie d’Ellie plus bas).

Ce courriel m’a été envoyé, ce dimanche 11 Janvier 2015 à 05:56, c’est à dire hier. Je le retranscris exactement comme il a été écrit, sauf pour une ou deux modifications mineures dans un souci de clarté supplémentaire. 

Lisez, vous devez vous faire votre propre opinion s’il y a quelques vérités dans ces révélations refroidissantes. Pour ma part je reste indécise, comme c’est mon habitude, préférant garder l’esprit ouvert jusqu’à ce que les faits soient clairement établis.

Email de Ellie Katsnelson

Note : Ci dessous, la vidéo « vocodée » de ce mail.



Cher Lasha,

Je ne vais pas écrire à la section « Commentaires » de votre site, comme vous le suggérez, parce que je ne peux pas m’empêcher d’estimer qu’il est juvénile de faire ainsi. Mais je dirai plus emphatiquement ce qui est basé sur mes sources privées. Comme vous le savez, je réside en France et ai de nombreux amis en haut lieu à Paris et ailleurs. Non seulement sur le fait, je n’ai pas cru que le « cirque » de Paris a été commis par des musulmans, mais désormais j’ai la certitude que ce n’était pas le cas.

Les musulmans n’ont rien fait, je le répète, ils n’ont rien à voir avec le carnage qui a eu lieu à Paris la semaine dernière.

Quelques jeunes femmes que je connais et qui sont de crédibles activistes du mouvement pro-Palestinien – avec votre propre concitoyen George Galloway – m’ont expliqué tout cela il y a deux jours. Tout ce « théatre » a été organisé à Bruxelles. De même Ahmed Merabet , le premier policier français « prétendument » abattu d’une balle dans la tête, n’est en fait pas musulman du tout : son vrai nom est Avigdor, et le nom de son frère est Maloch, récemment changé en Malek. Tous deux sont crypto-juifs dans le service de renseignements Israélien, c’est à dire, des agents du Mossad.

Avigdor est maintenant à Buenos Aires, il y restera pendant six ans, une norme de procédure standard opérée par ceux qui sont profondément ancrés au sain des PSY-OPS Israéliens. Après cela, il refera surface avec une nouvelle identité, durée après laquelle la population aura bien évidemment tout oublié sur les attentats de Paris.

Vous souvenez-vous de Gladio [1] ? Eh bien, si ce n’est pas le cas, vous n’avez pas à le faire – c’est cela que vous vivez en ce moment.

Lasha, je suis bien connue pour ma capacité à bavarder infiniment et d’écrire même à plus grande longueur, mais ce sera tout pour le moment. Je vous écrirai un courriel peut-être en Mars quand je serai revenue en France ou au Royaume-Uni depuis Sydney. Espérant, qu’il n’y aura pas plus de tergiversations sur le sujet, et que nous pourrons nous asseoir ensemble autour d’un bon verre de vin, comme il sied à deux reines de déguster : Moi la reine des drames et vous la reine des mystères…:)

Tout est dit ma chère. Bye pour le moment et prenez soin de vous. Vous m’avez manqué.

Ellie K

P.S. En ce qui concerne la farce de Paris. J’ai oublié de mentionner le montant payé à de tels acteurs. Il est de 666 000 € ou $, selon le pays où les opérations ont étés mises en place. Ce montant peut vous sembler aléatoire et insignifiant, mais une fois que vous savez à quel point la numérologie et les signes ont de l’importance pour les Juifs kabbalistiques, les choses commencent vraiment à avoir un sens.

En outre, les caractéristiques du nombre six mis en vedette, vous remarquerez, que c’est le nombre d’années pendant lesquelles les commandos effectuant l’opération ne sont pas autorisés à refaire surface. Ils doivent se terrer pendant six ans, vivant impeccablement leur existence respectable au travers de leur personnage nouvellement inventé. Lorsqu’ils réapparaissent enfin au grand jour, ce n’est jamais dans le pays où ils ont joué leur original jeu théâtral.

Ainsi Avigdor, le « héros » de l’OP Paris et tous ses autres complices dans ce crime, vont commencer une nouvelle vie ailleurs : avec une nouvelle identité, de nouveaux papiers, un nouveau passeport et même une belle maison neuve leur sera fournie. Tout ce dont ils auront besoin leur sera donné, pour leur permettre de prendre un nouveau départ dans la vie, y compris une femme ou une partenaire également agent infiltré. Rien, absolument rien, n’est laissé au hasard.

——————————————————————

[1] Gladio (« Glaive » en italien) désigne le réseau italien des stay-behind, une structure créée dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour parer à une menace d’invasion soviétique. On désigne couramment par ce nom l’ensemble des armées secrètes européennes, dont l’existence a été révélée publiquement le 24 octobre 1990 par le Premier ministre italien Giulio Andreotti.

Gladio a été mis en place sous l’égide de la CIA et du MI6, comme structure de l’OTAN répondant directement au SHAPE. Cette structure avait comme fonction de « rester derrière » en cas d’invasion soviétique, afin de mener une guerre de partisans. Dans cet objectif, des caches d’armes étaient disposées un peu partout.

Ces réseaux fonctionnaient le plus souvent sans que les gouvernements nationaux en aient connaissance.

Pour plusieurs auteurs, Gladio est impliqué dans différentes actions violentes des années de plomb italiennes, mais l’ampleur de son implication faisait encore en 2005 l’objet de débats. La nature secrète des activités de l’organisation, et le fait que les archives de l’OTAN ne sont pas accessibles aux chercheurs, font du réseau un sujet controversé.

L’idée selon laquelle, sous la direction de la CIA, Gladio aurait tenté d’influencer la politique italienne, est soutenue par des historiens et des journalistes.

Le Département d’État des États-Unis a contesté en janvier 2006 que Gladio ait participé à de quelconques actions terroristes et a rappelé qu’un des principaux documents avancés pour soutenir cette hypothèse — un manuel militaire américain de contre-insurrection — est un faux conçu au début des années 1970 par le KGB en pleine guerre froide.

SOURCE : Wikipedia



http://stopmensonges.com/des-aveux-dune-rothschild-charlie-hebdo-psy-op-france-est-un-complot-du-mossad/

773
Attention, la police alerte sur un nouveau type de fraude téléphonique

Des personnes malintentionnées s’attaquent à des individus vivant seuls en leur faisant croire qu’ils ont gagné un procès intenté par l’État belge. Les personnes sont alors invitées à acheter des PAYSAFECARDS (cartes de réserve d’argent) pour plusieurs centaines d’euros.



La police fédérale a lancé une nouvelle alerte à la fraude. Les fraudeurs s’en prennent à des personnes seules et souvent âgées. Elles sont alors harcelées téléphoniquement par des appels en provenance de pays étrangers. Les communications peuvent provenir du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, d’Europe de l’est et même des États-Unis.

Les fraudeurs se font passer pour un juge ou un avocat et appellent la victime en lui signalant qu’un procès intenté par l’État belge a été gagné au profit d’un ensemble de victimes de faits de harcèlement. La personne sélectionnée au téléphone fait donc partie des victimes et peut toucher une indemnisation.

Pour ce faire, elle est invitée à acheter des PAYSAFECARDS (cartes de réserve d’argent) de plusieurs centaines d’euros. L’argent doit être versé sur un compte. Un compte bien évidemment débité par les malfrats.

http://www.sudinfo.be/1433350/article/2015-11-28/attention-la-police-alerte-sur-un-nouveau-type-de-fraude-telephonique

774
En Australie, une femme vit en auto-suffisance depuis 30 ans



Alors que les grandes chaînes de distribution ne cessent de nous inciter à croire que nous sommes dépendants de leur production et que l’achat définit qui nous sommes, de nombreuses personnes à travers le monde nous prouvent qu’adopter un mode de vie écologique et responsable est encore possible. Jill Redwood est l’une de ces résistantes d’un autre genre.

Jill Redwood est une écrivaine et activiste originaire d’East Gippsland, en Australie. Lassée par les soucis de surconsommation qu’engendrent les supermarchés, elle a décidé, il y a plus de trente ans, d’établir une retraite dans la campagne australienne où elle pourrait elle-même satisfaire à ses besoins. Elle a ainsi commencé à bâtir sa maison en 1983, de ses propres mains, et sans grande connaissance dans le domaine de la construction.

Pour mener à bien ce projet fou pour l’époque, elle va utiliser des matériaux entièrement écologiques, comme des chutes de bois et des déjections de vache mixées avec de la chaux pour la charpente et les murs de sa maison. Si ça semble peu ragoutant, le procédé fut efficace. Au bout de huit ans de travaux et pour moins de 3000$, Jill Redwood a réussi à obtenir un résultat plus que surprenant.




Sa maison est équipée d’un poêle à bois qui lui fournit du chauffage et de l’eau chaude. On y trouve aussi des panneaux solaires, fournissant assez d’électricité pour que Jill puisse utiliser son ordinateur, sa radio, quelques lampes et son équipement de cuisine. « Quand le soleil brille très fort et que je récupère beaucoup d’énergie, j’ai même assez pour une machine à laver. C’est du luxe. » explique Jill au Daily Mai, dont le mode de vie est très simple sans être coupé du monde et des technologies.

Elle a baptisé son havre de paix « Witchwood », qui se situe à une heure et demie de la ville de Gippsland, au Sud-Est de l’Autralie. Sur ses 6 hectares de terrain, Jill Redwood possède toutes les ressources nécessaires pour vivre de manière auto-suffisante. Elle fait pousser elle-même ses fruits et légumes et, en tant que grande amoureuse des animaux, elle vit avec des chiens, des chevaux, des chèvres, des oies et des poules. Elle a toujours détesté les supermarchés et a décidé de s’émanciper de ce système de consommation. Résultat, elle n’y va plus que quelques fois par an, pour acheter des produits « rares » qu’elle ne peut pas cultiver elle-même, comme de l’huile d’olive, de la farine, du chocolat et de la Vegemite (pâte à tartiner australienne salée). Absolument tout le reste provient de sa propre production. « Tout dépend de la saison, c’est le jardin qui dicte ce qu’il y a au menu » précise-t-elle.

Par ailleurs, tous ses biens personnels, dont les meubles, ont été récupérés de la décharge ou achetés d’occasion. Elle aime vivre avec peu, et avoue que la plupart de ses dépenses va pour ses animaux. « Je détesterais être dépendante d’un supermarché et dénaturer la nourriture pour satisfaire mes besoins. Ca me paraît fou quand on rentre dans un supermarché et qu’on voit ce que les gens achètent… Toute la vie et les bonnes choses y sont remplacées par des additifs avec lesquels vous n’aimeriez même pas passer la serpillère. »



Jill Redwood est une activiste environnementaliste, présidente d’une association dans la région. Pour se faire un minimum d’argent, elle rédige des articles et dessine des bandes dessinées. Même si elle admet que c’est un choix de vie un peu radical qui s’est précisé à un certain moment de sa vie, elle en est parfaitement satisfaite et encourage tous ceux qui la soutiennent à migrer vers un tel mode de vie. Pour elle, faire attention à la nature est plus qu’une nécessité, c’est une évidence, et ça commence par de la simplicité volontaire. La grande persévérance de Jill et son ouverture d’esprit ne manquera pas d’inspirer ceux qui hésitent à changer de mode de vie, sans perdre de vue qu’il n’existe pas de modèle unique et que chacun est encouragé à innover.





https://mrmondialisation.org/en-australie-une-femme-vit-en-auto-suffisance-depuis-30-ans/

775
Le prêtre qui avait comparé les morts du Bataclan aux djihadistes relevé de ses fonctions




Mgr Philippe Barbarin, l’archevêque de Lyon, a relevé de ses fonctions le père Hervé Benoît, qui avait comparé dans une tribune les personnes tuées au Bataclan et leurs bourreaux.

Dans un texte intitulé « Pleurez avec ceux qui pleurent », publié vendredi 27 novembre, il écrit :

« A la suite de la publication d’une tribune signée par le père Hervé Benoît, et après avoir pris le temps de le rencontrer et de l’écouter, j’ai décidé, en accord avec son évêque Mgr Armand Maillard [évêque de Bourges], de le relever de ses différentes charges pastorales dans le diocèse de Lyon.

Dans le contexte qui est le nôtre, il n’est pas acceptable que des chrétiens, à plus forte raison des prêtres, ne s’appliquent pas toujours et le plus possible à maintenir entre les hommes la paix et la concorde fondée sur la justice.

A l’issue des obsèques de Caroline Prénat, une jeune fille lyonnaise décédée au Bataclan, j’ai dit combien le texte du père Benoît était consternant et blessant. »

Il demande aussi au père Benoît, qui exerçait comme chapelain à la Basilique de Fourvière, « de se retirer immédiatement dans une abbaye pour prendre un temps de prière et de réflexion ».

Tribune publiée sur un site traditionaliste

La tribune du religieux était parue après les attentats sur le site traditionaliste Riposte catholique. Véritable diatribe contre le groupe Eagles of Death Metal, qui jouait vendredi 13 novembre au Bataclan, à Paris, le texte s’en prenait aussi vivement au public.

« Regardez les photos des spectateurs quelques instants avant le drame. Ces pauvres enfants de la génération bobo, en transe extatique (…). Ce sont des morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis-haschishin, sont leurs frères siamois.

Le signe de la mort et du chaos ne flotte pas que sur les rues de Paris, un vendredi soir maudit. Cent trente morts, c’est affreux ! Et six cents morts, c’est quoi ? C’est le chiffre des avortements en France le même jour. »

Pétition pour la destitution du prêtre

Après cette sanction lyonnaise, il appartiendra au diocèse de Bourges, dont le prêtre est originaire, de décider des suites à donner, avait fait savoir une source proche du dossier jeudi soir.

« Le ton de cette tribune ne traduit pas l’attitude d’un pasteur qui rencontre, écoute, accompagne les personnes dans la souffrance, dans une attitude de miséricorde », avait déclaré cette semaine Mgr Maillard, cité dans le communiqué du cardinal Barbarin.

Une pétition, lancée il y a quelques jours sur le site Change.org pour demander la destitution du prêtre, avait recueilli 41 742 signatures vendredi en milieu de journée.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/27/le-pretre-qui-avait-compare-les-morts-du-bataclan-aux-djihadistes-releve-de-ses-fonctions_4819012_4809495.html#2RdGGbt2Tv5eEmpM.99

776
Aéroport de Roissy : 57 employés suspectés de radicalisation depuis janvier

ETAT D'URGENCE
– Depuis les attentats de janvier, près de soixante personnes ont perdu leur autorisation de travailler à l'aéroport parisien de Roissy, selon les autorités.



Les salariés de Roissy doivent montrer patte blanche pour travailler à l'aéroport sous peine de perdre leur emploi. Et pour cause, "depuis le début de l'année, 57 personnes ont perdu leur autorisation du fait de radicalisation. Il y en a eu cinq depuis les attentats (du 13 novembre), il y en a d'autres qui vont venir", a déclaré vendredi le préfet délégué pour la sécurité et la sûreté des aéroports de Roissy et du Bourget, Philippe Riffaut, lors d'une conférence de presse.

Résultat, ces mêmes employés se sont vus refuser une première attribution, un renouvellement de badge ou ont "purement et simplement" perdu l'usage de leur habilitation. Car pour travailler en "zone réservée", il faut désormais obtenir le feu vert de l'Etat, après une enquête qui peut faire appel aux services de renseignement, pour lutter notamment contre le risque terroriste.

86.000 salariés sous haute surveillance

"Les 86.000 autorisations de travail sur la zone réservée seront revues", a annoncé le préfet. En commençant par les "5000 personnels de sûreté de l'aéroport", il s'agira de "vérifier ce que les personnes ont pu faire depuis qu'elles ont obtenu leur autorisation", en "lien quotidien" avec la DGSI, le service de renseignement intérieur.

Depuis la mise en place de l'état d'urgence, plusieurs perquisitions ont par ailleurs été menées dans différentes entreprises de la plateforme aéroportuaire donnant lieu à l'ouverture de 4000 casiers de personnels. En matière de sécurité, côté voyageurs, "100% de passagers" font désormais l'objet d'un contrôle aux frontières, contre "15 à 20%" précédemment, a souligné Patrice Bonhaume, directeur de la police aux frontières (PAF). Actuellement, 130.000 à 140.000 voyageurs transitent chaque jour par l'aéroport de Roissy, selon ADP.

Contrôle aux frontières : 1000 personnes empêchées d'entrer en France


Depuis la mise en place du contrôle aux frontières, près de 1000 personnes ont été empêchées d'entrer sur le territoire français, a indiqué samedi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, lors d'une visite à Strasbourg. "Ces personnes pouvaient représenter un risque pour l'ordre public et la sécurité dans notre pays", a déclaré le ministre à l'occasion d'une rencontre avec les agents des douanes.

http://www.metronews.fr/info/radicalisation-57-personnes-interdites-de-travailler-a-l-aeroport-de-roissy-depuis-janvier/mokB!OWQonTj95XOI/

777
Kenya : Pourquoi le Massacre de 142 Étudiants ne fait pas la Une des Médias



Est-ce parce qu’il s’agit d’un pays éloigné du nôtre ?
D’un pays non occidental ?
Ou d’un pays africain ?
Les vies de certains ont-elles moins de valeur médiatique que d’autres ?
C’est ce qu’on serait tenté de croire au vu de la faible couverture suscitée par ce massacre de 148 personnes (dont 142 étudiants) dans le campus universitaire de Garissa au Kenya (pays très souvent frappé par les attentats).
Tous exécutés froidement par des sous-hommes de terroristes islamistes : les shebabs (provenant de Somalie).



Selon les rares survivants (souvent laissés en vie car musulmans), certains étudiants auraient été forcés de ramper dans des mares de sang avant d’être exécutés.
Les quatre monstres ayant mené le commando ont tous été tués et le principal suspect, Mohammed Kuno, est actuellement recherché par les autorités kenyanes.
Un massacre qui s’est déroulé « sous nos yeux et avec notre silence complice » a déclaré hier le pape François.
Mes pensées aux victimes et à leurs familles.



http://www.yzgeneration.com/kenya-pourquoi-le-massacre-de-142-etudiants-ne-fait-pas-la-une-des-medias/

778
Accu­sa­tion de pédo­phi­lie : Stephen Collins (Sept à la maison) ne sera pas pour­suivi




Stephen Collins n’ira pas devant la justice après les révé­la­tions d’abus sexuel sur trois fillettes dans les années 70. Il y aurait pres­crip­tion sur les trois cas.


L’ac­teur Stephen Collins connu pour son rôle du révé­rend Eric Camdem dans la série Sept à la maison ne sera pas pour­suivi suite aux accu­sa­tions de pédo­phi­lie portée à son égard. Comme le révèle TMZ, et malgré les preuves audio de l’ac­teur qui s’était confié à son ex-femme Faye Grant lors d’une théra­pie de couple, ses actes sur trois fillettes âgées entre 11 et 13 ans reste­ront impu­nis. Ce sont des sources poli­cières qui ont confirmé l’in­for­ma­tion au média améri­cain. La raison ? Si les forces de l’ordre ont bien recueilli le témoi­gnage des trois victimes, les actes, qui se sont dérou­lés dans les années 70, sont trop vieux pour pouvoir espé­rer que la procé­dure n’abou­tisse.
 
TMZ révèle par ailleurs que Faye Grant a affirmé que Stephen Collins aurait abusé d’un mineur durant la période des tour­nages de Sept à la maison soit entre 1996 et 2007. Une nouvelle accu­sa­tion vaine puisqu'aucune victime ne s’est mani­fes­tée. Le comé­dien vit donc toujours terré chez lui dans sa maison cali­for­nienne. Une situa­tion qui pouvait faire craindre à ses proches qu’il ne porte atteinte à sa propre vie. Surtout que depuis les révé­la­tions sulfu­reuses, Stephen Collins perd un à un ses rôles au cinéma et à la télé­vi­sion. L’ac­teur a d’ores et déjà été débarqué de la série Scan­dal ainsi que du film Ted 2 et les repro­gram­ma­tions de Sept à la maison ont été annu­lées. Ironie du sort, il inter­prète un prêtre pédo­phile dans son dernier film Penance,

http://www.voici.fr/news-people/actu-people/stephen-collins-eric-camden-de-7-a-la-maison-vise-par-une-enquete-pour-pedophilie-543789

779
Logiciels / Double rumeur autour du filtre bleu-blanc-rouge sur Facebook
« le: 28 novembre 2015 à 14:42:43 »
Double rumeur autour du filtre bleu-blanc-rouge sur Facebook



Le gouvernement est en train de ficher ceux qui n'ont pas mis les couleurs françaises sur Facebook ? Non. Les djihadistes de l'Etat islamique vont s'attaquer à tous ceux qui ont mis le filtre bleu-blanc-rouge sur leur photo de profil ? Non plus.

Signe des temps ? Cela faisait longtemps qu'un article du Gorafi n'avait pas été pris au sérieux par autant de personnes. En l'occurrence, plus de 7.000 internautes ont partagé sur Facebook un texte qui affirmait que "les personnes n'ayant pas mis de filtre bleu-blanc-rouge sur leur photo de profil seront fichées S".



A toutes fins utiles, le Gorafi est un site d'information satirique. Tous les articles qui y sont publié ne sont pas réels. "Tous les articles relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique", expliquent les auteurs du site.

Une rumeur française qui fait écho à une autre légende urbaine née ces derniers jours aux Etats-Unis. Elle affirme que tous ceux qui, au contraire, ont affiché les couleurs du drapeau français sur leur profil Facebook sont désormais des cibles de l'organisation Etat islamique.



"Ne mettez pas le drapeau français sur votre photo de profil, je vous préviens. L'Etat islamique va vous retrouver et vous tuer ainsi que toute votre famille", explique ce petit texte partagé des milliers de fois depuis les attentats de Paris.

Mais la tâche s'annonce compliquée pour les terroristes vu le nombre d'utilisateurs de Facebook à trvers le monde qui ont mis le fameux filtre..  Même si les terroristes voulaient retrouver tous ceux qui l'ont fait, on ne peut pas faire des recherches sur le réseau social en fonction des photos de profils. Et ce n'est que deux raisons logiques qui permettent de dire que cette rumeur est sans fondemements.
 
http://www.franceinfo.fr/emission/le-vrai-du-faux-numerique/2015-2016/double-rumeur-autour-du-filtre-bleu-blanc-rouge-sur-facebook-27-11-2015-09-33

780
Les malades de longue durée sans contrat pourront perdre 10 % de l’allocation




Le gouvernement fédéral a trouvé une solution à son engagement de retirer 10% de leur allocation aux malades de longue durée qui, malgré un avis médical positif, ne font pas assez d’efforts pour reprendre le travail.
 
Seuls les malades de longue durée n’ayant pas de contrat de travail et refusant de suivre un projet de réintégration ou de faire assez d’efforts pour retrouver du travail pourront être sanctionnés. C’est ce qui ressort d’un arrêté royal que le ministre de l’Emploi Kris Peeters (CD&V) et la ministre de la Santé publique Maggie De Block (Open Vld) ont envoyé aux partenaires sociaux, écrit le Tijd mercredi.

En juillet, il était apparu que les malades de longue durée dont un médecin estime qu’ils peuvent encore travailler seraient accompagnés pour reprendre le boulot. Les personnes qui ne coopéreraient pas ou qui refuseraient un emploi perdraient 10% de leur allocation.

Le gouvernement a travaillé sur ce principe. Pour les malades de longue durée qui sont encore employés par un patron, mais qui perçoivent une allocation en raison de leur maladie, il n’y aura pas de sanctions s’ils ne collaborent pas à la réintégration.

Il en va autrement pour les malades qui n’ont plus de travail. Ceux-ci pourront être sanctionnés. C’est le médecin-conseil de la mutuelle qui doit concevoir un projet de réintégration.

Tous les malades de longue durée ne seront pas accompagnés vers l’emploi. Le médecin-conseil devra définir dans les deux mois après le signalement de la maladie dans quelle mesure le malade qui perçoit une allocation peut retravailler. Les personnes qui sont gravement malades, comme les personnes atteintes de cancer en phase terminale, seront laissées tranquilles. Mais les personnes qui, par exemple, ne peuvent plus travailler dans le secteur de la construction en raison de maux de dos seront incitées à trouver un emploi dans un autre secteur.

http://www.lavenir.net/cnt/dmf20151125_00740930