Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

781
La Corée du Nord agite une nouvelle fois la menace nucléaire



La Corée du Nord a confirmé mardi avoir réactivé le complexe nucléaire de Yongbyon, à 100 km au nord de Pyongyang. Cela inquiète la communauté internationale puisque l’un des réacteurs de cette centrale est considéré comme la principale source de plutonium à potentiel usage militaire. Cette annonce intervient après que le pays a évoqué un possible lancement de satellites, relançant les spéculations sur une tentative de tir de fusée à longue portée, ce qui constituerait une violation des résolutions des Nations unies: le pays a interdiction de faire usage de la technologie des missiles balistiques. Devant cette double menace, Washington a clairement averti Pyongyang qu’il s’exposait à de nouvelles sanctions internationales.

La Corée du Nord se défend en insistant sur le fait que ses tirs de fusée viseraient uniquement à mettre sur orbite des satellites à usage non militaire, alors que la communauté internationale voit cela comme des essais de missiles balistiques déguisés. Aucune date n’a encore été fixée mais les observateurs estiment que le lancement du satellite par le Nord aurait lieu probablement le 10 octobre, 70e anniversaire de la création du Parti des travailleurs par Kim Il Sung et au pouvoir depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Séoul a rapidement fait savoir que si son voisin travaillait réellement au lancement d’une nouvelle fusée, ce serait un «acte grave de provocation». Ces nouvelles tensions interviennent trois semaines après que les deux pays ont signé un rare accord pour détendre et désamorcer les tensions frontalières, qui avaient failli mener à un conflit ouvert entre les deux pays.

Le réacteur de ce complexe nucléaire avait été fermé en 2007 dans le cadre d’un accord qui prévoyait un désarmement nucléaire du pays en échange d’une aide humanitaire. La Corée du Nord avait ensuite violé cet accord en commençant des travaux de rénovations après son dernier essai nucléaire en 2013. Le plus inquiétant est que ce complexe compte un réacteur capable de produire six kilogrammes de plutonium par an, soit une quantité suffisante pour une bombe. Le directeur de l’institut de l’énergie atomique a menacé: «Si les Etats-Unis et les autres forces hostiles continuent à mettre en œuvre leur politique hostile irresponsable, (la Corée du Nord) se tient prête à riposter à n’importe quel moment avec l’arme nucléaire.»

D’après les observateurs, la date de l’annonce de cette double menace a été soigneusement calculée, pour s’inviter indirectement au sommet sino-américain qui a lieu en ce moment à Los Angeles. La Corée du Nord veut faire de la question coréenne le premier sujet de discussion entre les deux grandes puissances. Pourtant, si la Chine, principal allié diplomatique de Pyongyang, l’a toujours protégé de sanctions internationales plus lourdes, elle met en garde le régime contre toute inutile surenchère.


La Corée du Nord est coutumière de provocations vis-à-vis de la communauté internationale. Si elle était signataire du Traité de Non Prolifération (TNP) en 1968, elle s’en est retirée le 10 janvier 2003. Depuis, elle a réalisé trois essais nucléaires souterrains, même après avoir signé à Pékin, en février 2007, un accord ouvrant la voie à une dénucléarisation de la péninsule. Mais si le pays joue des muscles par des démonstrations de force et des images souvent truquées il faut savoir séparer les fantasmes de la réalité, concernant un pays qui fait partie des 30 plus pauvres de la planète, avec un PIB de 30 milliards de dollars, équivalent de celui de l’Afghanistan. Les discours va-t-en-guerre de Pyongyang font partie de sa rhétorique politique, mais ne se traduisent pas dans une escalade militaire réelle. Le pays en fait cherche surtout à capter l’attention de la communauté internationale et à monnayer son pouvoir de nuisance.

En mars 2013, Pyongyang avait ainsi fait croire à l’imminence d’une crise nucléaire, en diffusant une photo de Kim Jong-un signant l’autorisation d’attaquer les Etats-Unis par une frappe nucléaire. Mais la Corée du Nord ne dispose pas des moyens nécessaires pour mener à bien une telle attaque, ses missiles n’étant pas assez puissants pour atteindre les Etats-Unis.
Clarisse Chick   

http://www.liberation.fr/planete/2015/09/16/la-coree-du-nord-agite-une-nouvelle-fois-la-menace-nucleaire_1383690

783
autres / Les surprenantes révélations d'un espion exfiltré de Daesh
« le: 28 novembre 2015 à 12:48:56 »
Les surprenantes révélations d'un espion exfiltré de Daesh

Il se fait appeler Abou Khaled et se présente comme un ex-espion et formateur de Daesh de octobre 2014 à septembre 2015. Les révélations qu'il a faites au journaliste Michael Weiss du journal américain The Daily Beast sont stupéfiantes. Zaman France les publient. 



La dernière édition du Daily Beast a fait du bruit. On y trouve l'incroyable témoignage d'un ancien espion de Daesh qui décrit une organisation structurée, qui paie bien ses membres, fait régner la terreur et pratique l'embrigadement doctrinal.

L'homme se fait appeler Abou Khaled. Il indique avoir officié au sein de l'organisation terroriste Daesh en tant que formateur et chargé du renseignement à Raqqa, en Syrie.



Ses révélations ont été accordées à un journaliste américain durant un entretien échelonné sur trois jours à Istanbul. Après avoir vérifié la fiabilité de son interlocuteur, Weiss explique tout de même ne pas «être certain qu'il ne soit pas un agent sous couvert». Que nous apprend cet ex-agent de Daesh ?

Des agents de l'Armée libre syrienne achetés

Que l'organisation peine à recruter en ce moment avec pas plus de 60 recrues par mois contre 3000 en septembre 2014, ce qui l'a obligé à favoriser une politique de projection du conflit dans certains pays comme la France, avec des attentats.

«On y croise des émirs en BMW, des chefs sanguinaires transformés en héros de légende, des médecins richissimes, et beaucoup, beaucoup de morts», selon la traduction faite par le journal suisse Le Temps. Outre l'intensification du recrutement, des détails sur l'encadrement sont donnés. «Leur sincérité et leur motivation sont testées à leur arrivée, ils suivent ensuite deux semaines de «cours» d’endoctrinement.



Pour faire fonctionner cette «Internationale djihadiste» ont été mis en place un service de traduction, de ressources humaines», précise Abou Khaled sur l'accueil fait aux candidats au djihad. Les services de renseignement de Daesh travaillent à l'intérieur du territoire qu'il contrôle en Syrie équivalent à la Grande-Bretagne, mais aussi à l'étranger.

Des membres de l'Armée syrienne libre auraient été achetés pour fournir des informations aux terroristes. «Elle y a des agents cachés, qu'elle paye bien, ce qui les fait monter plus vite dans l'ASL ce qui permet d'avoir accès à de meilleures informations».

Au nom de la terreur

La peur règne aussi dans les camps de Daesh. Une prison en plein air sert à punir ceux qui ont fumé des cigarettes, « qu’on a vus dans la compagnie de filles qui ne sont pas de leur famille, ou qui ont menti». Les chefs locaux de l'organisation terroriste sont décrit comme paranoïaques, craignant d'être infiltré «et toutes les personnes soupçonnées d’espionnage sont décapitées, sur cette même place».

Une police des prénommée Hisbah veille à l'accomplissement des prières. Les membres d'autres groupes djihadistes qui rejoignent Daesh subissent une période de réendoctrinement dans des des camps de rééducation où «ils doivent se repentir».

«Les salaires des membres de l'EI sont payés en dollars, avec des suppléments en fonction de la taille de leur famille, et l'organisation s'occupe aussi de payer le loyer, l'électricité, les soins médicaux: les soldats de l'EI payent même leur essence six fois moins cher que les civils».

Ceux qui veulent quitter Daesh voit leur maison et leurs biens saisis. L'argent de Daesh vient de la commercialisation du pétrole.



Les liaisons dangereuses de la Turquie avec Daesh

Selon les informations de Abou Khaled, «un accord a été passé à Alep avec le régime : la Syrie officielle conserve 48 % de l'électricité produite et l'EI 52 %». Les médecins et infirmières seraient très bien payés pour éviter qu'ils ne fuient.

Enfin, Abou Khaled apporte des confirmations a posteriori sur les liens supposés entre la Turquie et Daesh. «Daesh recrute ouvertement dans le sud de la Turquie, dans la ville d'Illys, et il est même sûr qu'un accord a été passé entre Turcs et EI, après l'attaque de l'ambassade turque de Mossoul en juin 2014 par l'EI: rien n'est jamais venu expliquer comment les otages turcs ont été libérés sains et saufs trois mois plus tard.

Et lui-même connaît des combattants de l'EI faits prisonniers en Syrie par l'Armée syrienne libre qui ont ensuite atterri en Turquie où ils ont été bien traités: pour Abou Khaled, ils ont été échangés», explique le journaliste Michael Weiss.

http://www.zamanfrance.fr/article/surprenantes-revelations-dun-espion-exfiltre-daesh-18802.html

784
Hors europe / Turquie dans l'UE :Obama persiste et signe
« le: 28 novembre 2015 à 12:45:57 »
Turquie dans l'UE :
Obama persiste et signe



Le président américain a de nouveau plaidé lundi, cette fois-ci «fermement», pour l'entrée de la Turquie dans l'UE, adhésion à laquelle plusieurs pays européens sont opposés. Tour d'horizon des principaux points de son intervention.

 
Les Etats-Unis pour une Turquie dans l'UE. Barack Obama, meilleur allié d'Ankara face à l'Union européenne. «Laissez-moi être clair : les Etats-Unis soutiennent fermement la candidature de la Turquie à l'UE», a-t-il à nouveau affirmé devant le Parlement truc, ovationné par les députés. Obama, qui effectue sa première visite dans un pays musulman, allié de l'Otan, a évoqué «des siècles d'histoire, de culture et de commerce partagés (entre l'Europe et la Turquie) qui vous unissent». Il a estimé qu'une entrée de la Turquie dans l'UE renforcerait le bloc européen, alors que Nicolas Sarkozy reste opposé à une telle perspective. Le locataire de la Maison-Blanche souhaite également renforcer les liens déjà «solides» entre son pays et la Turquie.

Dialogue «encouragé» entre la Turquie et l'Arménie. Répondant à une question, Obama a fait comprendre qu'il n'a pas changé d'avis sur la réalité du génocide arménien, mais a préféré insister sur les discussions actuelles entre la Turquie et l'Arménie. «Je veux aujourd'hui mettre l'accent non sur mes opinions personnelles, mais sur les opinions des peuples turc et arménien. S'ils peuvent avancer... le monde entier doit les encourager». Le dialogue entre les deux pays «pourrait très vite porter ses fruits», a ajouté le président américain. La Turquie et l'Arménie n'entretiennent pas de relations diplomatiques. La Turquie refuse de considérer comme un génocide les massacres d'Arméniens, sous l'empire ottoman (1915-1917).

Nouvel avertissement à l'Iran. Le président américain appelle le gouvernement iranien à choisir entre l'arme nucléaire et un avenir meilleur pour son peuple. «J'ai clairement fait savoir au peuple et aux dirigeants de la République islamique que les Etats-Unis recherchent une relation basée sur les intérêts et le respect mutuels. Maintenant, les dirigeants iraniens doivent choisir s'il veulent construire une arme ou bâtir un avenir meilleur pour leur peuple».

Paix au Proche Orient. Pour Obama, le processus d'Annapolis et la feuille de route constituent la voie d'une paix au Proche Orient. «Les Etats-Unis soutiennent fermement l'objectif de deux Etats, Israël et la Palestine cohabitant dans la paix et la sécurité», a-t-il déclaré lors de la dernière étape de sa tournée en Europe. Les propos du président américain interviennent après que le nouveau chef de la diplomatie israélienne, Avigdor Lieberman, eut affirmé la semaine dernière que son pays n'était pas lié par le processus d'Annapolis qui a relancé les négociations avec les Palestiniens.

Washington «pas en guerre avec l'Islam». Les Etats-Unis «ne sont pas et ne seront jamais en guerre contre l'Islam», assure Barack Obama. «Nous voulons montrer par des actions concrètes notre engagement pour un monde meilleur. Nous voulons aider plus d'enfants, vers une éducation qui leur ouvre la voie de la réussite. (...) Dans les mois qui viennent, je présenterai un programme spécifique en vue d'atteindre ces objectifs. Nous allons nous concentrer sur ce que nous pouvons faire en partenariat avec le monde musulman.»

http://www.lefigaro.fr/international/2009/04/06/01003-20090406ARTFIG00496-turquie-dans-l-ue-obama-persiste-et-signe-.php

785
Hollande n’a pas fait le poids devant Poutine !



Nous avons assisté aux différentes allocutions et explications présentées par Hollande et Poutine lors de leur rencontre à Moscou.

Il n’est pas question pour nous de tomber dans la béatitude que certains médias français et belges ont fait preuve à l’égard de Hollande, suite à cette entrevue.

Certains des commentateurs n’ont pas joué heureusement, à l’encensoir du Président français. Nous prenons l’exemple de Natacha Polony qui a fait du vrai journalisme, et qui ose dire les vérités. On devrait beaucoup plus écouter cette femme qui est une grande professionnelle.

Certaines chaînes d’informations françaises que nous ne citerons pas, ont mis deux heures pour soi-disant « décrypter » les échanges et les décisions en embellissant très fortement la position de François Hollande.

Comme si les citoyens n’étaient pas capables de tirer eux-mêmes les conclusions. Honte à certains journalistes de prendre les gens pour des demeurés.



Un croiseur russe au large de la Syrie, prêt à neutraliser toute menace

En réalité Hollande s’est piégé lui-même, s’arc-boutant sur « Nous ne voulons plus du méchant Bachar Al-Assad », et le sempiternel « il y a de bons rebelles » qu’on ne peut pas frapper.

Il s’est tellement répété à ce sujet qu’il en était pathétique. Un petit garçon, jouant dans un bac à sable et ne voulant pas lâcher son jouet.

Poutine a été d’une clarté extrême. Lui, c’est un vrai stratège et nous le sentons bien qui ne fera pas de quartier et ne se repliera pas dans un angélisme dégoulinant.

Nous résumons.
Les deux présidents se sont révélés être aux antipodes l’un de l’autre, avec de très légères nuances.

Le Président Russe est d’accord pour un échange d’informations entre la Coalition et les militaires russes, mais il n’y aura pas de commandement unifié.

Autrement dit, s’il est possible que l’aviation russe se concentre un peu plus sur daesh, il n’est pas question d’interrompre ses frappes sur tous les terroristes. Vladimir Poutine ne fera pas de distinction entre bons et mauvais rebelles.

Il ne faut surtout pas oublier que les Russes en sont à plusieurs centaines de frappes par semaines et en deux mois ont réalisé beaucoup plus de sorties et de destructions que la fausse coalition en 15 mois.

Il est revenu sur la traîtrise des Turcs qui ont abattu un de ses avions. Plusieurs sources ont confirmé que l’avion était dans le ciel syrien et qu’il n’y a pas eu de sommation.

Poutine a d’ailleurs expliqué clairement que son armée avait mis en place des batteries de missiles S-400 sol-air en Syrie. A la question des journalistes s’étonnant de la présence de ces armes de très longue portée, Vladimir Poutine a répondu qu’il répliquerait à toute attaque de qui que ce soit.

Nous avons compris qu’il visait les Turcs.

Suite à la question de journalistes, concernant la destruction par l’aviation d’un convoi de camions turcs qui s’acheminait en Syrie, Poutine a expliqué qu’il a fait détruire ce convoi puisque personne ne l’avait informé qu’un charroi humanitaire était prévu. C’est d’une logique implacable, car si ce n’est pas annoncé, il s’agit d’un convoi d’armes et de munitions.

Il a confirmé que la zone où s’était crashé son avion, avait été « nettoyée ».

C’était un avertissement très clair pour les Turcs :  Vladimir Poutine ne laissera rien passer.

La conclusion est simple, tenant compte de l’attitude de Barack Obama qu’il avait rencontré en début de semaine et devant la réalité des positions dures, à juste titre, de Poutine, Hollande s’en retourne avec un résultat proche de zéro.

C’est normal, on ne s’improvise pas « joueur d’échec géopolitique ». Tenir ses positions sur Bachar Al-Assad est une faute lourde de conséquence pour le futur de la Syrie.

Car le règlement politique de cette affaire, contrairement à ce que tous les occidentaux ânonnent, n’est pas proche.

Les Russes privilégient des frappes extrêmement lourdes appuyant des efforts militaires au sol.

Pour nous ils sont déjà les vainqueurs en Syrie à moyen terme.

Pour compléter l’arsenal impressionnant, des submersibles russes lanceurs d’engin sont arrivés en méditerranée orientale, ainsi que le croiseur lance-missiles Moskva (voir photo). Un navire de guerre dont la puissance de feu est considérable.

Comme écrit dans d’autres articles, Poutine tient les bonnes cartes en Syrie.

JACQUES D’EVILLE

Source : http://www.businessbourse.com/2015/11/27/hollande-na-pas-fait-le-poids-devant-poutine/


786
partie islam - extremiste / Syrie: Mort d’une ordure
« le: 28 novembre 2015 à 12:35:00 »
une sous merde en moins

787
partie islam - extremiste / Syrie: Mort d’une ordure
« le: 28 novembre 2015 à 12:34:13 »
Syrie: Mort d’une ordure





Au sein de l’Etat Islamique, sa spécialité était la capture des fillettes chrétiennes pour en faire des esclaves sexuelles pour les terroristes.

Une frappe Russe a liquidé cette ordure.

Une fois encore, Merci à Vladimir Poutine!

Et merci à vous, Amis, de partager massivement!

https://jeanfouche.wordpress.com/2015/10/15/syrie-mort-dune-ordure/

788
autres / Cette petite fille n'a pas été vendue pour être mariée
« le: 28 novembre 2015 à 12:32:48 »
Cette petite fille n'a pas été vendue pour être mariée



La photo de cette jeune fille a été partagée des centaines de fois ces derniers jours. Le message qui l'accompagne explique qu'elle est vendue par les islamistes de Daech pour être mariée.
Sauf qu'il s'agit d'un concours de récitation.

C'est une image bouleversante quand on lit le message qui lui est attaché



Sauf que ce commentaire déforme la réalité de la scène.
Une variante affirme également que la petite fille est une chrétienne violée par l'homme qui la tient par l'épaule.
Mais l'image a en fait été tirée d'une vidéo postée sur Youtube en août dernier et présentée comme un film tourné dans la ville syrienne d'Alep.
Comme l'explique le journaliste de RFI David Thomson, "il s'agit d'une ancienne vidéo officielle de prédication de l'EI avec Abu Waqqas al Tunisi".



Cette petite fille n'est donc pas vendue sur le marché pour être mariée. Ceci dit, les islamistes de Daech ont effectivement réduit des femmes à l'esclavage comme le montrent ces témoignages recueillis par France Info dans le Kurdistan irakien.

source : http://www.franceinfo.fr/emission/le-vrai-du-faux-numerique/2014-2015/cette-petite-fille-n-pas-ete-vendue-pour-etre-mariee-30-01-2015-07-25


789
La Stib se sépare de travailleurs signalés comme "radicalisés" qui auraient effectué des voyages en Syrie



Dans ce climat d'attentats, que la Stib, la société des transports bruxellois, se serait séparée de 4 ou 5 travailleurs pointés comme radicalisés par les services de sécurité. Ils auraient effectué ou tenter d'effectuer des voyages vers la Syrie et les rangs de Daesh.

La Société des transports intercommunaux de Bruxelles (Stib) s'est séparée d'un groupe de 4 à 5 de ses travailleurs, pointés par les services de sécurité comme "radicalisés" ou "représentant un danger pour leur activisme musulman radical", rapporte samedi l'Echo, citant plusieurs sources fiables et indépendantes.

Certains sont partis en Syrie pendant des congés maladie

Certains de ces travailleurs auraient effectué des voyages vers la Turquie et/ou la Syrie pour rejoindre ou entrer en contact avec l'Etat islamique. Parmi ceux ayant fait des voyages vers la Syrie, certains étaient en congé "maladie" - ce qui rend les licenciements très sensibles. En effet, rien ne permet de se séparer d'un collaborateur pour "radicalisation" ou pour avoir effectué des séjours à l'étranger. Interrogé, le patron de la Stib, Brieuc de Meeûs, se refuse à infirmer ou confirmer ces informations.

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/la-stib-se-separe-de-travailleurs-signales-comme-radicalises-qui-auraient-effectue-des-voyages-en-syrie-774709.aspx

790
"Les armes, c'était pour des brocantes": l'avocat d'un complice de Salah Abdeslam fait rire jaune les internautes (vidéo)

L’avocat de Lazez Abraimi est sous le feu des internautes depuis ce mercredi.
L’homme soupçonné d’avoir épaulé Salah Abdeslam dans sa fuite à Bruxelles aurait en fait des armes dans sa voiture car il faisait « des brocantes » selon son avocat.
Et cela fait bien rire les internautes…



L’interview de Me Sokol Vljahen, l’avocat de Lazez Abraimi, a été diffusée ce mercredi par la RTBF et a été relayée sur Twitter par le journaliste au micro, Thomas Gadisseux.
Me Vljahen tente ainsi d’expliquer pourquoi le 19 novembre dernier, à Laeken, la voiture de Lazez Abraimi comprenait des armes ainsi que des traces de sang, actuellement vérifiées par les enquêteurs.
Et selon l’avocat, ces armes étaient « déjà dans son véhicule depuis bien longtemps » car son client « fait des brocantes »…



Cela n’a pas convaincu certains internautes qui n’ont pas hésité à faire valoir leur opinion devant cette explication.
D’autres ont même été jusqu’à le comparer à Jawad, l’homme interpellé à Saint-Denis pour avoir fourni un logement à Abdelhamid Abaaoud, un des terroristes des attentats de Paris.
Jawad avait expliqué sur l’antenne de BFM TV, avant son interpellation, qu’il avait juste « rendu service ». Les internautes en avaient aussi bien rigolé…

http://www.sudinfo.be/1431982/article/2015-11-26/les-armes-c-etait-pour-des-brocantes-l-avocat-d-un-complice-de-salah-abdeslam-fa

791
Attentats de Paris: Salah Abdeslam s’est caché à Schaerbeek









Belgique  L’ennemi public numéro 1 serait désormais en route vers la Syrie. Des perquisitions à Auvelais et à Verviers n’ont rien donné.
Après un arrêt avenue Houba De Strooper, près du stade Roi Baudouin, à Bruxelles, dans la matinée du samedi 14 novembre, où ses amis Hamza Attou et Mohamed Amri l’avaient déposé en voiture, l’ennemi public numéro 1 a rejoint la commune de… Schaerbeek.

Petit à petit, le parcours complet de Salah Abdeslam se dessine. On apprend désormais que c’est à Schaerbeek que Salah Abdeslam se serait caché après les attentats de Paris.

C’est en tout cas là qu’Ali Oulkadi, désormais sous mandat d’arrêt, l’a déposé. Oulkadi, défendu par le pénaliste Olivier Martins, passera en chambre du conseil ce vendredi matin.

Combien de temps Salah est-il resté exactement à Schaerbeek ? Impossible à dire pour l’instant. Peut-être même s’y trouverait-il encore à l’heure d’écrire ces lignes. Mais cette possibilité paraît peu probable.

On pense plutôt que Salah Abdeslam serait déjà en route vers la Syrie. Une planque idéale pour l’homme le plus recherché d’Europe. Ce n’est pas le premier à y trouver refuge temporairement.

Rappelons qu’Abdehamid Abaaoud était retourné trouver refuge dans les caches de l’État islamique après l’assaut donné à Verviers. Ahmed Dahmani, qui n’est autre qu’un très bon ami de Salah Abdeslam, se trouvait lui aussi, en route vers la Syrie, lorsqu’il a été interpellé le 15 novembre dernier à Antalya, en Turquie.

Par ailleurs, de nouvelles perquisitions ont été menées ce jeudi en Belgique, en lien avec les attentats de Paris. À Verviers et Auvelais notamment.

À Auvelais, contrairement à ce qui a circulé dans la journée de ce jeudi, la police judiciaire n’était pas à la recherche de Salah Abdeslam, mais bien de la cache destinée à fabriquer les explosifs ayant servi aux attentats de Paris.

Selon plusieurs sources, l’habitation perquisitionnée ce jeudi en milieu de journée avait été louée mi-octobre par des amis de Salah Abdeslam (voir ci-dessous). Ils avaient alors demandé au propriétaire des lieux si les caves étaient sèches, afin de pouvoir y stocker du matériel informatique.

Une arrestation à Verviers

Sauf qu’à part deux matelas au sol et quelques boîtes de conserve, rien n’indiquait dans l’appartement que les deux hommes avaient l’intention d’y vivre réellement. La cave aurait tout simplement pu servir à fabriquer, à l’abri des regards, des ceintures explosives.

Des perquisitions ont également été effectuées jeudi après midi, à la demande du parquet fédéral, rue des Chapeliers à Ensival, sur le territoire de Verviers. Selon l’avocate Aurélie Jonkers, du barreau de Bruxelles, une personne au moins a été arrêtée.

http://www.dhnet.be/actu/belgique/attentats-de-paris-salah-abdeslam-s-est-cache-a-schaerbeek-photos-565789c53570bccfaf5a42c5

792
Le Roi Philippe demande l'aide du Roi du Maroc pour traquer Salah Abdeslam: "Une coopération étroite entre nos pays"

Les autorités belges et françaises sont toujours à la recherche de Salah Abdeslam, le dernier survivant parmi les auteurs des attentats de Paris.
Pour poursuivre cette traque, le Roi Philippe a téléphoné au Roi Mohamed VI du Maroc afin d’obtenir l’aide des autorités marocaines dans ces recherches.



Les autorités belges sont-elles impuissantes face à Salah Abdeslam, toujours introuvable depuis onze jours ? Le dernier suspect vivant des attaques terroristes de Paris, qui ont fait 130 morts le 13 novembre dernier, est toujours traqué par les forces de police et enquêteurs de Belgique et de France. Mais rien n’y fait, l’homme n’a toujours pas été retrouvé malgré les dernières opérations policières menées en Région bruxelloise, à Charleroi et à Liège.

Du coup, le Roi Philippe a téléphoné... au Roi Mohamed VI du Maroc afin de demander l’aide des services de police marocains pour « une coopération étroite et vaste sur le renseignement et la sécurité »,.

La nouvelle a été confirmée par un communiqué officiel du ministère marocain de l’Intérieur. Une discussion a ensuite été lancée entre le ministre belge de l’Intérieur Jan Jambon (N-VA) et son confrère marocain Mohamed Hassad afin de « travailler immédiatement de la même manière », avec la collaboration des services de renseignement français.

Ce serait notamment grâce aux services secrets marocains que l’opération policière menée à Saint-Denis aurait été lancée vu la situation annoncée du terroriste belge Abdelhamid Abaaoud dans un appartement de la banlieue parisienne. Le président français François Hollande a ainsi remercié le roi du Maroc pour « la contribution essentielle » de ses services.

http://www.sudinfo.be/1430256/article/2015-11-24/le-roi-philippe-demande-l-aide-du-roi-du-maroc-pour-traquer-salah-abdeslam-une-c

793
Mohamed Abdeslam, le frère de Salah, a fait partie du gang des ambulanciers charognards



Faits divers  En 2005, le frère de Brahim et Salah détroussait les cadavres à Bruxelles. 

Dans l’épineux dossier des attentats de Paris et de ses ramifications en Belgique, on en apprend chaque jour un peu plus sur les différents protagonistes. L’un d’entre eux est indirectement et par la force des choses Mohamed Abdeslam. Il n’est autre que le frère de Brahim qui s’est fait sauter au café Voltaire et de Salah, qui est toujours l’homme le plus recherché d’Europe.

Au lendemain des attentats, il a été arrêté par la police à Molenbeek où il vit et où il travaille pour l’administration communale. Il a été très rapidement libéré par la juge d’instruction en charge du dossier qui ne l’a d’ailleurs inculpé pour quoi que ce soit. À ce stade, il se contente donc de faire la tournée des télévisions pour clamer son innocence et tenter de ramener son frère à la raison.

Le jeune homme présente bien, s’exprime calmement et posément et donne vraiment des gages de probité et de sincérité. Pourtant, comme ses frères, l’homme a un passé trouble. Au moment de son arrestation et de la découverte de l’implication de ses frères, nous avions évoqué des dossiers liés à des stupéfiants et à des vols. Rien de bien grave en somme.

Sauf qu’aujourd’hui, nous apprenons que Mohamed ne s’est pas rendu coupable de vols anodins. En effet, son nom apparaît dans un dossier particulièrement odieux et sordide en 2005. Celui du gang des ambulanciers charognards.

Cette histoire a été révélée au grand jour un peu par hasard le 3 avril 2005. Ce jour-là, un homme fait une chute mortelle dans la cage d’ascenseur de son immeuble sous les yeux de son fils à Etterbeek. La chute est fatale.

Une société d’ambulances privées est appelée pour venir récupérer la dépouille et assurer son transfert vers l’institut médico-légal. En récupérant les effets personnels de la victime, la famille découvre que son GSM a disparu ainsi qu’une montre, des cartes de banque et son trousseau de clés. Dans la foulée, la moto de la victime a été volée.

Immédiatement, les policiers remontent la piste des ambulanciers. Et c’est une véritable filière de détrousseurs de cadavres qui est découverte. Sept ambulanciers sont rapidement arrêtés et placés sous les verrous par un juge d’instruction bruxellois. Ils ont avoué avoir dépouillé entre 20 et 30 cadavres. Tout y est passé. Effets personnels, bijoux, argent, objets en tous genres. Tout ce qui leur tombait sous la main était bon.

Mohamed Abdeslam faisait partie des inculpés et était en aveu. Il avait 18 ans. C’était son premier boulot. Lors des audiences devant le tribunal correctionnel de Bruxelles en 2010, il avait expliqué au juge : "Je suis un voleur, une crapule, un vautour." Il avait cependant tenté de diluer sa responsabilité en indiquant que le système avait été mis en place bien avant son arrivée et que d’autres avaient bien plus profité que lui.

La justice a été relativement clémente avec ces charognards puisque Abdeslam n’a pris que deux ans avec sursis. Un sursis dont ont bénéficié tous les ambulanciers qui ont été reconnus coupables sur toute la ligne. Mohamed Abdeslam ne s’est pas présenté lors du prononcé du jugement.

Nathalie Gallant, son avocate, a réagi en indiquant que "mon client a été jugé par défaut. Il a encore la possibilité de faire opposition et reste donc présumé innocent. De plus, les faits remontent à plus de dix ans."

En attendant, cela a de quoi sérieusement écorner l’image de celui qui est passé en boucle sur toutes les télés pour défendre l’honneur de sa famille.

http://www.dhnet.be/actu/faits/mohamed-abdeslam-le-frere-de-salah-a-fait-partie-du-gang-des-ambulanciers-charognards-56589f22357031c12ad365b2

794
Des anciens pilotes de drones se disent « horrifiés » par la cruauté des programmes d’assassinat.



Les pilotes de drones sont en train d’infliger de lourdes pertes civiles et ont développé une culture institutionnelle insensible à la mort d’enfants et d’autres innocents, ont déclaré quatre anciens pilotes lors d’une conférence de presse aujourd’hui à New York.

Les meurtres, qui font partie du programme d’assassinat ciblé de l’administration Obama, aident le recrutement de terroristes et sapent ainsi l’objectif du programme qui consiste à éliminer ces combattants, ont-ils ajouté. Les pilotes se réfèrent aux enfants comme des « terroristes miniatures » et comparent leur assassinat à « couper l’herbe avant qu’elle pousse trop haut », a déclaré l’un des pilotes, Michael Haas, ancien officier supérieur de l’Armée de l’Air. Haas a également décrit l’usage largement répandu de drogues et d’alcool, en précisant que certains pilotes avaient effectué des missions sous leur emprise.

Anciens pilotes de drones, Brandon Bryant, Michael Haas et Cian Westmoreland. Photo : Joe Fionda

En plus de Haas, les autres pilotes sont l’ancien sergent-major de la Force aérienne, Brandon Bryant ainsi que les anciens pilotes Cian Westmoreland et Stephen Lewis. Ces hommes ont effectué des missions d’assassinat sur un grand nombre des principaux théâtres de la guerre post-11/9 contre le terrorisme, dont l’Irak, l’Afghanistan et le Pakistan.

« Nous avons été témoins directs des abus », a déclaré Bryant, « et nous sommes horrifiés. »

Un porte-parole de l’Armée de l’Air n’a pas abordé les allégations précises, mais a écrit dans un courriel que « les exigences auxquelles les pilotes [de drone] sont soumis sont énormes. Une grande partie des efforts sont déployés pour apporter un soulagement, de stabiliser la force, et de maintenir une capacité de combat… Les pilotes sont tenus de respecter les normes de comportement établies. Un comportement jugé incompatible avec les valeurs fondamentales de la Force aérienne est examiné de manière appropriée et, si nécessaire, des mesures disciplinaires sont prises ».

Au-delà de la conférence de presse, le groupe a également dénoncé hier le programme dans une interview au quotidien The Guardian et dans une lettre ouverte adressée au président Obama.

Lors de la conférence de presse, M. Bryant a déclaré que le meurtre de civils par drones exacerbe le terrorisme. « Nous en tuons quatre et en créons 10 [militants], » a déclaré M. Bryant. « Si vous tuez un père, un oncle ou un frère qui n’a rien à voir avec quoi que ce soit, leurs familles vont vouloir se venger. »

L’administration Obama a fait de grands efforts pour garder secret les détails du programme de drones, mais dans leurs déclarations aujourd’hui les anciens pilotes ont révélé la culture qui s’est développé entre les responsables de sa mise en œuvre. Haas a dit que les pilotes deviennent acculturés au point de nier l’humanité des personnes visées sur leurs écrans. « Il y avait un très grand détachement quant à qui étaient ces personnes que nous avions dans notre ligne de mire, » a-t-il dit. « Ouvrir le feu était grandement salué et encouragé »

La morts d’enfants et d’autres non-combattants lors des frappes a été rationalisée par de nombreux pilotes de drones, a dit Haas. En tant qu’instructeur de vol, Haas a affirmé avoir été officieusement réprimandé par ses supérieurs pour avoir recalé un étudiant qui avait exprimé sa « soif de sang, » et une envie irrésistible de tuer.

Haas a également décrit l’usage répandu d’alcool et de drogues chez les pilotes de drones. Les pilotes de drones, a-t-il dit, étaient souvent ivres et utilisaient des sels de bain et de la marijuana synthétique pour échapper aux dépistages éventuels et dans une tentative de « changer la réalité et d’essayer d’imaginer être ailleurs. » Haas a dit qu’il connaissait au moins une demi-douzaine de personnes dans son unité qui utilisaient des sels de bain et que l’usage de drogues avait « compromis leurs facultés » au cours des missions.

Le programme d’assassinat de l’administration Obama a fait l’objet d’un examen accru au cours des derniers mois. Au mois d’octobre dernier, The Intercept a publié un lot de documents classifiés, transmis par un lanceur d’alertes du gouvernement, qui montre comment le programme a tué des gens sur la base de renseignements non fiables, que la grande majorité des personnes tuées dans la campagne d’Afghanistan, qui dure depuis des années, n’étaient pas les cibles visées et que l’armée a classé par défaut les personnes tuées par erreur non comme des civils mais comme des ennemis.

Les pilotes ont dit qu’ils se sentaient encore plus en devoir de parler au lendemain des attentats terroristes meurtriers à Paris la semaine dernière ; ils croient que les assassinats par drones ont alimenté la montée du groupe extrémiste l’Etat islamique qui a revendiqué la responsabilité des attaques.

Westmoreland a déclaré à propos des drones :


« A court terme, ils sont efficaces pour tuer des gens, mais à long terme, ils ne le sont pas. Il y a des gamins de 15 ans qui ont grandi sans avoir connu une seule journée sans vols de drones au-dessus de leurs têtes, mais vous avez aussi ceux qui vivent à l’étranger et qui regardent ce qui se passe dans leur pays d’origine et qui voient régulièrement les violations qui s’y déroulent, et ça c’est quelque chose qui peut les radicaliser ».

Dans leur lettre ouverte à Obama, les anciens pilotes de drones ont exprimé un point de vue similaire, en écrivant que pendant leur service, ils « ont fini par réaliser que l’assassinat de civils innocents ne faisait qu’alimenter les sentiments de haine qui sont à l’origine du terrorisme et des groupes comme l’EI, » et en décrivant plus loin le programme comme « une des forces motrices les plus dévastatrices du terrorisme et de déstabilisation dans le monde entier. »

Lors de la conférence de presse, les pilotes ont exprimé ces sentiments. « Il semble que nos actions ces derniers temps n’ont fait qu’aggraver le problème… Les drones sont efficaces pour tuer des gens, mais pas pour tuer les bons », a déclaré M. Bryant. « Avons-nous perdu notre humanité dans notre poursuite de vengeance et de sécurité ? »

Murtaza Hussain

http://metatv.org/des-anciens-pilotes-de-drones-se-disent-horrifies-par-la-cruaute-des-programmes-dassassinat

795
autres / Attentats : le prêtre polémique relevé de ses fonctions
« le: 27 novembre 2015 à 18:28:53 »
Attentats : le prêtre polémique relevé de ses fonctions

Le prêtre lyonnais qui avait publié une tribune au vitriol fustigeant à la fois les terroristes du 13 novembre et les spectateurs du Bataclan, a été relevé de ses fonctions et invité par sa hiérarchie à dans un monastère. Son billet haineux avait scandalisé les réseaux sociaux.



La sanction n' pas tardé.
Quelques jours après la publication de sa tribune qui a fait polémique sur les réseauc sociaux, le prêtre lyonnais Hervé Benoît a été relevé de "ses différentes charges pastorales" dans le diocèse de Lyon. C'est son supérieur, le cardinal Barbarin, qui l'a annoncé sur Twitter ce matin.

Les morts au Bataclan, des morts-vivants
Le prêtre Benoît avait choqué avec sa tribune publiée sur le blog traditionnaliste de Riposte Catholique.
Car au lieu de rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre, l'homme d'Eglise les comparait à leurs bourreaux, qualifiant les jeunes tombés au Bataclan de "frères siamois" des terroristes qui leur ont donné la mort.
"Regardez les photos des spectateurs quelques instants avant le drame. Ces pauvres enfants de la génération bobo, en transe extatique, « jeunes, festifs, ouverts, cosmopolites… » comme dit le "quotidien de révérence". Mais ce sont des morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis-haschishin, sont leurs frères siamois. Mais comment ne pas le voir ? C'est tellement évident ! Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture… Les uns se gavaient de valeurs chrétiennes devenues folles : tolérance, relativisme, universalisme, hédonisme… Les autres, de valeurs musulmanes devenues encore plus folles au contact de la modernité", écrit le père Benoît, qui officie à la Basilique de Fourvière, à Lyon.


Moins de morts au Bataclan que d’avortements

Et le prêtre de conclure, sans aucune empathie pour les victimes : "130 morts, c'est affreux ! Et 600 morts, c'est quoi ? C'est le chiffre des avortements en France le même jour (Ministère de la Santé - merci Orwell !). Où est l'horreur, la vraie ?", écrit-il encore.


Les internautes horrifiés

Sur les réseaux sociaux, les propos du prêtre catholique avaient autant scandalisé que ravivé la tristesse de certains internautes. Consternés que face à l’horreur, l’unité soit déjà attaquée.

https://fr.news.yahoo.com/attentats-un-pretre-compare-les-victimes-du-bataclan-a-leurs-bourreaux-090715707.html?cmp=frfbac