Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

826
Contrôles au domicile des chômeurs : voici le nouveau régime



La loi-programme, qui doit être votée vendredi, abrogera les convocations obligatoires. Les contrôles inopinés seront donc permis.

Le Parlement devrait voter vendredi la nouvelle procédure de contrôle à domicile des chômeurs. Le projet de loi soumis au vote, que nous avons consulté, et qui devrait être approuvé majorité contre opposition, permet de définir précisément la nouvelle procédure dont voici les grandes lignes.


827
Médias : France Inter dévoile la véritable raison de la guerre contre Bachar el-Assad


Étonnantes révélations !

Alors même que les autres membres de la coalition anti-terroriste tels l’Allemagne, la Grande-Bretagne et même les États-Unis, préconisent aujourd’hui de réintégrer Bachar el-Assad dans le jeu diplomatique, on pourrait trouver étrange cet acharnement de Hollande et Valls à exiger le départ du chef d’état syrien quel que soit l’opinion du peuple concerné, et ce, malgré 130 morts en plein Paris causés par ceux qui veulent prendre sa place au pouvoir à Damas. Bien entendu, les sornettes éculées du genre « boucher qui massacre son propre peuple » n’ont jamais convaincues que les naïfs invétérés (depuis quand la France ou n’importe quelle autre puissance se préoccuperait-elle de ce genre de choses?), non, la vérité est comme toujours bien plus « sonnante et trébuchante », comme vous vous en doutez.
 Une fois n’est pas coutume, c’est France Inter, organe du pouvoir s’il en est, qui nous révèle le fonds de l’affaire…

video : http://vk.com/video258326750_171502940?hash=486ac690e0a0dbad

http://finalscape.com/?p=3967

828
Après les policiers, les gendarmes vont être autorisés à porter leur arme hors service



Faits divers
Les gendarmes qui le souhaitent sont autorisés "sous certaines conditions" à porter leur arme en dehors de leurs heures de service dans le cadre de l'état d'urgence décrété après les attentats du 13 novembre.

Les gendarmes qui le souhaitent sont autorisés "sous certaines conditions" à porter leur arme en dehors de leurs heures de service dans le cadre de l'état d'urgence décrété après les attentats du 13 novembre, selon la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN). "Le régime actuel ne prévoit pas le port de l'arme de dotation en dehors du service", peut-on lire dans une note qui a été diffusée en interne.

"Au regard du contexte actuel, le directeur général a cependant décidé, sans revenir sur le principe général, d'en adapter les dispositions en fonction des circonstances et d'une évaluation fine des risques pesant sur la population et les militaires eux-mêmes."

Des autorisations individuelles

Des autorisations individuelles vont donc être délivrées aux gendarmes volontaires "en tenant compte du contexte local et du respect de conditions minimales de sécurité (formation à jour, stockage de l'armement...)", précise la DGGN.

La semaine dernière, la police nationale avait annoncé que les policiers qui le souhaitaient pourraient porter leur arme en dehors de leurs heures de service tant que durerait l'état d'urgence, qui a été prolongé de trois mois.

La décision de la DGGN a été accueillie avec "satisfaction" par GendXXI, une association professionnelle de gendarmes qui regrette toutefois dans un communiqué "la lourdeur de la procédure" et "une prise de décision tardive" par rapport à la police nationale.

http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/apres-les-policiers-les-gendarmes-vont-etre-autorises-a-porter-8688300.html

829
Travail en France: On s’est fait baiser, et ce n’est pas terminé!



•By Benji
•novembre 25th, 2015
•Les moutons enragés

 

On ne va pas y aller par 4 chemins, car concrètement, les français se sont fait baiser par nos politiques! Autant être franc, même si la formule paraît grossière, même si cela peut en choquer quelques uns, c’est pourtant la triste réalité, et le pire reste à venir. De quoi parlons-nous alors? Tout simplement de travail, et de ce qu’il redevient. Au départ il s’apparentait plus à un travail de forçat avec peu de repos, pas de vacances, peu d’avantages à part un salaire, puis est venus le temps ou le travailleur a acquis droits, avantages, salaire décent, congés, repos dominical, etc… Et sans que cela ne dérange grand monde, nous faisons marche arrière, littéralement, et les acquis sont voués à disparaître, au nom du profit, mais pas celui des travailleurs, mais celui des grands patrons.

Le plan est simple, vous pouvez vérifier chaque information, tout est vérifiable. Le but en France comme dans le reste de l’Europe est de mettre en place un système économique qui ne bénéficiera réellement qu’aux grandes entreprises, cela s’appelle en abrégé le TAFTA, Traité de libre-échange ou transatlantique, pour ceux qui connaissent ce pacte sous ses autres noms. Mais voilà, une trahison ne se fait pas aussi facilement, il faut que cela ne soit pas trop visible, que cela soit suffisamment diffus pour que cela passe sans engendrer des réactions violentes ou des contestations. Il fallait alors une Europe unie composée de pays qui seraient devenus des états sur le modèle américain, une gouvernance et 50 états plus ou moins indépendant qui auraient un pouvoir de décision limité, quand à la monnaie, une monnaie unique s’imposait: l’Euro. Ensuite, il fallait que ces états aient des « pôles économiques » forts, d’où la réforme des régions imposée en France. Tout cela, c’était pour la petite explication des bases, mais ce qui nous intéresse ici, c’est le travail, et le travailleur coûte cher, trop cher, il a trop de droits, de protections, cela ne pouvait pas durer. Le pire, c’est que parmi tous ces travailleurs, il y avait deux grandes catégories, les indépendants qui malgré eux faisaient de la concurrence aux grandes entreprises, et ceux qui travaillent plus ou moins directement pour le public, c’est à dire les entreprises dont l’état est actionnaire, et les fonctionnaires.

Pour les indépendants, il y a le RSI, une aberration à la gestion calamiteuse, et les petits travailleurs indépendants, le RSI s’en occupe! Le nombre de charges est toujours plus croissant, étouffant même selon certains, avec une logique toute relative, et chaque année, c’est une hécatombe dans le secteur, nombre préférant fermer de gré ou de force, pour échapper à un étau toujours plus étouffant. Des « indés » de moins, cela fait de la place pour les sociétés privées qui souhaitent s’imposer sur le marché, des succursales de partout, des grandes marques qui peuvent multiplier les pubs et faire de gros profits, quoi de mieux?

Ensuite, nous avons les entreprises dont l’état est actionnaire, des entreprises publiques, une horreur, c’est l’état qui gagne de l’argent! Il y a alors l’accord TISA qui fait partie du TAFTA cité plus haut, le TISA imposant à la privatisation de tout ce qui est publique, ce qui se produit depuis des années en France. EDF-GDF est devenu publique, démantelé et privatisé, le plan est efficace, ça fonctionne, et qui dit privatisation dit « assainissement des comptes », comprenez par là « plans sociaux » pour faire des économies. Et puisque cela fonctionne avec certaines entreprises, cela peut fonctionner avec d’autres. France Télécom, Areva, la SNCF, Air France, TF1, Suez, Total, SNCM, et tellement d’autres… Au final, tout doit être privatisé, même les prisons, les écoles et universités, les militaires vont également être privatisés à long terme, tout on vous dit!!!

Reste les fonctionnaires, et là c’est plus délicat car en France, le fonctionnariat est sacré, presque une religion, c’est un mode de vie. Et comment changer les fonctionnaires et travailleurs du privé? En poussant à la privatisation par la dette, ce dont se chargent les emprunts toxiques. La technique est simple, des emprunts sont proposés au plus grand nombre pour aider au « développement », mais ces emprunts sont dit « toxiques », ce qui implique que les taux d’intérêts ont vite explosé, poussant les souscripteurs à la faillite, ceux-ci sont des hôpitaux, des administrations de toutes sortes, des départements, des régions, des villes, t du coup, quels moyens restent-ils pour se défendre et redresser la barre? Privatiser. Les banques qui touchent l’argent de ces emprunts reconnus comme étant illégaux sont parfaitement connues: la Dexia, la JP Morgan, la Goldman Sachs, la Royal Bank of Scotland. Alors des collectivités ont décidé de se révolter puisque confrontés à une pratique illégale, et se sont tourné vers la justice contre les banques coupables. Vous savez ce qui est arrivé? Le gouvernement français a fait passer une loi pour protéger les banques afin qu’elles ne puissent plus être attaquées en justice! Et la privatisation des services et des administrations peut donc se multiplier plus encore que les petits pains avec Jésus.

Mais tout cela n’allait pas assez loin ni assez vite, il en fallait plus, nous l’avons eu avec Emmanuel Macron. Savez-vous qui il est réellement? Un homme dangereux issu de la finance. Celui-ci a fait passer une loi éponyme assez colossale sans même passer par le vote d’un sénateur ou d’un député, adopté direct avec le 49:3 par Manuel Valls, aucune démocratie, aucune contestation, la quenelle imposée! Et cela fini avec la libéralisation totale dans tous les domaines, du TAFTA dans toute sa splendeur, et avec une évidence, cela va provoquer un maximum de chômage!

Et les réformes se multiplient… L’âge de la retraite vient d’être repoussé d’un an, ils souhaitent remettre en cause le SMIC, le code du travail, les acquis…


Ce qui nous est expliqué, par Bruno Lemaire entre autre, c’est que le code du travail créé du chômage, et qu’il faut réduire le nombre de pages de ce code de 3700 pages à 150 pages! Ce ne sont ni l’incompétence volontaire de nos politique ni l’accord TISA qui sont responsables du chômage, non, c’est le nombre de pages en trop dans le bouquin, dingue non? Et au passage, comme l’explique cet article de Reuters, ils vont pouvoir en profiter pour baisser le coût du travail sur demande des grands patrons, ou encore pour faire disparaître le CDI comme le demande l’OCDE (ceux à l’origine du TAFTA). Rappelez-vous que la baisse des salaires est avant tout une demande de la Goldman Sachs, demande reprise plus tard par Bruxelles, et que cela a été annoncé dès 2012.

Juste pour le petit rappel, cela date de Juin 2013, et c’est en partie ce que la loi Macron impose:

•D’envoyer valdinguer ce qui reste de souveraineté dans les grandes entreprises franco-françaises
•Alléger les charges des patrons, et surtout des grands patrons qui n’ont aucun souci réel pour ces « contributions »
•Simplifier la loi sur les heures d’ouverture des magasins
•supprimer les tarifs réglementés sur le gaz et l’électricité, attention à vos factures, là on va nous proposer du lourd…
•introduire la concurrence sur le rail et l’énergie
•la question du salaire minimum, et c’est là que le cela devient délicat…

En savoir plus sur http://finalscape.com/?p=3965#K1f8pwuEOyC0Blgs.99

830
Facebook : les personnes n’ayant pas mis de filtre bleu-blanc-rouge sur leur photo de profil seront fichées S




Dans le tumulte de l’état d’urgence et le tombereau actuel de circulaires, décrets et autres perquisitions administratives, une mesure est passée relativement inaperçue. Reportage.

 

Elle concerne pourtant tous les utilisateurs de Facebook en France qui, n’ayant pas apposé de filtre tricolore sur leur photo de profil au lendemain des attentats, pourront être fichés S.7 pour « comportement anti-social » et « déviance conspirationniste » par les services de renseignements.

Au total, ce n’est pas moins de 22 millions d’usagers (sur les 30 que compte le réseau social dans l’Hexagone) qui devraient ainsi être « flaggés » par la DGSI et surveillés afin de s’assurer de leur probité et de leur patriotisme.

Un manquement au devoir civique qui fait douter de leur amour de la France

Jean-Marc Falcone, directeur général de la police nationale (DGPN), est convaincu du bien-fondé de cette décision : « Nous savons que les terroristes étaient pour la plupart jeunes, Français et utilisaient Facebook », martèle-t-il. « Il est donc normal que nous surveillions désormais tous les jeunes, Français, et utilisant Facebook afin d’éviter qu’un tel drame se reproduise ».

Même son de cloche place Beauvau, où l’on explique que cette mesure répond tout autant à un sentiment d’insécurité exprimé par les personnes ayant, elles, choisi de mettre le filtre en question : « la plupart sont choquées que leurs ‘contacts’ aient refusé cette belle preuve de solidarité », explique un directeur de cabinet, la main sur le cœur. « Beaucoup se sentent maintenant menacées par ces individus qui ont manqué à un devoir civique élémentaire, laissant planer un sérieux doute sur leur attachement à la France et à ses valeurs ».

Preuve supplémentaire de l’élan de solidarité mondiale dont la France a récemment été l’objet, l’UE a également proposé la création d’un fichier centralisé de tous les citoyens européens n’ayant posté aucun statut ou photo de Paris dans les jours suivants les attentats.

http://www.legorafi.fr/2015/11/25/facebook-les-personnes-nayant-pas-mis-de-filtre-bleu-blanc-rouge-sur-leur-photo-de-profil-seront-fiches-s/

831
Des islamistes s’entrainent en pleine rue à Strasbourg



Lundi, vers 18 heures à Strasbourg, des riverains ont prévenu la police après avoir observé qu’un groupe d’hommes s’entrainaient au combat, armé de fusils mitrailleurs qui s’avéreront cependant factices.

Une fois arrivés sur les lieux, les forces de l’ordre se font traiter de mécréants par les sept combattants. Leur chef affirme s’entrainer pour venger leurs frères musulmans morts sous les balles. Ils se font alors contrôler, ce qui ne les empêche pas de crier aux policiers qu’ils vont brûler en enfer accompagnés de Allah Akbar.

Aucune poursuite n’a été engagée pour le moment même si l’affaire a été transmise à la Direction centrale du renseignement intérieur (DGSI).

Le phénomène ne semble pas isolé, la preuve avec cette vidéo tournée en plein Paris:


832
La campagne des Anonymous contre l’état islamique déraille déjà



On ne peut pas dire qu'on s'en doutait, mais la campagne des Anonymous nommée #OpIsis, contre l'état islamique, a pris un tour malsain quelques jours seulement après son lancement.

On s’était dit que cette fois, cela ne semblait pas trop mal parti : des Anonymous qui souhaitaient attaquer les positions web de l’état islamique, dans une opération nommée #OpIsis, n’étaient pas si mal organisés ou renseignés. Mais comme souvent avec le groupe qui n’a aucune hiérarchie et dont tout le monde peut se revendiquer, l’opération a vite dérivé.

D’après un responsable de Twitter qui s’est intéressé aux comptes ciblés par le groupe, les cibles repérées étaient loin d’être précises, confie-t-il au DailyDot. Ces dénonciations se baseraient sur des listes de comptes montées par des membres du groupe qui, le plus souvent, sont créées automatiquement avec des robots qui repèrent des mots-clefs. On y trouve donc pêle-mêle, au milieu de véritables djihadistes, « des journalistes ou des universitaires » qui se contentent de s’informer sur ces sujets.


On trouve alors dans le lot des cibles des « ennemis » d’Anonymous qui ont eu simplement le malheur d’être Kurdes ou Tchétchènes.

Mais là où l’opération a pris un tour malsain, c’est quand des observateurs se sont aperçus que les listes de comptes soi-disant liés à l’état islamique ont été construites avec des utilisateurs du réseau social qui ne faisaient que… tweeter en arabe. On trouve alors dans le lot des cibles des « ennemis » d’Anonymous qui ont eu simplement le malheur d’être Kurde ou Tchétchène.

Une dérive qui a amené des membres du groupe a faire circuler des messages rappelant que « si un site web est écrit en langue arabe ou si une personne est de confession musulmane, cela ne signifie pas que ce sont des cibles ». On ne peut que soupirer en constatant qu’il faille rappeler de telles évidences. D’ailleurs, certains Anonymous ont commencé à se désolidariser de l’opération.



En savoir plus sur http://www.numerama.com/politique/132320-la-campagne-des-anonymous-contre-letat-islamique-deraille.html#KrPPUsOqIZ7JxJCG.99

833
autres / Musulmanes en colère et à poils pour faire chier les barbus.
« le: 26 novembre 2015 à 13:47:58 »
Musulmanes en colère et à poils pour faire chier les barbus.



Nos gouvernants vraisemblablement et nos journalistes qui ont exécuté les consignes "Shut Up" (Keep mum)

 Les djihadistes en auraient avalé leur barbe et/ou les auraient trucidées sur le champ!!!

 On n'en a pas entendu parler et surtout pas dans les médias (Presse écrite, radio ou TV)

 Heureusement qu'il y a le Net et des gens qui ont la bonne réaction de poster les photos ...!!

 Femmes musulmanes en colère, ça commence à bouger ! ! ! !

 Manif au Louvre pour leur liberté...


Soutenons-les !



La burqa au bucher, La minette à lécher !

http://euro.web.center.free.fr/femmes-musulmanes-en-colere.html

834
Jawad Bendaoud a été déféré et présenté à un juge ce mardi.



FLASH – Jawad Bendaoud a été incarcéré
« Association de malfaiteurs criminelle en relation avec une entreprise terroriste, détention en bande organisée d’explosifs et d’armes …»

L’amie du logeur raconte :




835
Logeur de Daesh : Jawad hébergeait son amie en galère. Pour le remercier, elle balance TOUT!

Durant l’assaut à Saint-Denis, Hayet, une amie de Jawad Bendaoud avait déclaré à BFMTV que « c’est un pote ».
 Avant d’ajouter qu’il aidait quand elle était dans la merde.
Face à la pression des policiers, elle balance tout ce qu’elle sait!



« C’est un pote.
Il m’a demandé parce qu’ils revenaient de Belgique et qu’ils avaient besoin juste de se reposer et de faire leurs prières », aurait-il ajouté.



« La façon dont l’appartement était préparé… Je pense qu’il a quelque chose à voir, qu’il était au courant », a ajouté la jeune femme, qui se dit « marquée » par les interrogatoires qu’elle a subis.

« C’était vraiment la pression. La seule chose que j’ai à me reprocher est d’avoir dormi là-bas, mais je n’étais pas au courant », a-t-il estimé.

Serait-elle la clé de l’histoire? Dans cette interview, elle raconte sa garde à vue…

http://www.smartlolita.com/logeur-de-daesh-jawad-hebergeait-son-amie-en-galere-pour-le-remercier-elle-balance-tout/

836
autres / Le parquet requiert la démolition de la mosquée de Fréjus
« le: 25 novembre 2015 à 21:23:30 »
Le parquet requiert la démolition de la mosquée de Fréjus




Le tribunal doit décider le 26 février prochain si la mosquée de Fréjus doit être détruite ou non.

Le procureur de la République de Draguignan (Var) a requis mardi après-midi la démolition de la mosquée de Fréjus dont les travaux s'étaient achevés en avril dernier, dont la validité du permis de construire est contestée. Le tribunal rendra son jugement le 26 février à 13h30.

Saisi à la suite d'une plainte déposée en octobre 2013 par la commune de Saint-Raphaël, voisine de celle de Fréjus, le tribunal correctionnel doit statuer sur le caractère frauduleux ou non de l'obtention d'un permis de construire par l'association El Fath, à l'origine de cette construction, et sur la complicité du maire de l'époque, Élie Brun (ex-UMP), dans la délivrance de cette autorisation administrative.

Montage juridique présumé

Dans son réquisitoire, le procureur de la République a cherché à démontrer que l'association El Fath, qui a construit cette mosquée au cœur d'un ensemble immobilier où est présente une forte communauté d'origine maghrébine, n'était pas propriétaire de l'intégralité des terrains au moment où elle a déposé sa demande. Ce n'est qu'ensuite, à la faveur d'un montage juridique, a estimé le représentant du parquet, qu'elle est devenue propriétaire desdits terrains.

Le procureur, qui n'a demandé que des peines d'amende pour l'association El Fath (60.000 euros) et pour son président, Driss Maaroufi (30.000 euros), a en revanche accablé l'ancien maire Elie Brun, pour lequel il a demandé 18 mois d'emprisonnement avec sursis et 150.000 euros d'amende. Ce dernier n'était pas présent à l'audience.

Le procureur a demandé également des mesures de "restitution", c'est-à-dire la démolition de cette mosquée de 1.500 m2, pouvant accueillir au moins 700 personnes, dans un délai de six mois avec une astreinte de 500 euros par jour de retard.

L'autorisation d'ouverture jamais délivrée

Depuis son achèvement en avril dernier, cette mosquée n'a jamais obtenu d'autorisation d'ouverture de la part de la municipalité de Fréjus, dirigée par le sénateur-maire FN David Rachline. Le 9 novembre dernier, le Conseil d'Etat avait ordonné à David Rachline d'autoriser, à titre provisoire sous huit jours et sous astreinte de 500 euros par jour de retard, l'ouverture au public de la mosquée.

Évoquant une "atteinte grave et manifestement illégale" portée "aux libertés fondamentales", il pointait le fait que la décision du maire de refuser l'ouverture au public de la mosquée ne pouvait être justifiée -comme il l'a fait- par la contestation des conditions dans lesquelles le permis de construire avait été accordé.

La commune s'est portée partie civile et son avocat a demandé lui aussi la démolition du bâtiment. "Démolir une mosquée, c'est un réquisitoire sans précédent", s'est élevé dans sa plaidoirie Me Moad Nefati, avocat de l'association El Fath. "Ce sont des réquisitions que même en Espagne et en Andalousie au XVe siècle on n'aurait pas envisagées", a-t-il pointé, en avertissant le tribunal: "Vous êtes devant un dossier de liberté fondamentale, une atteinte grave à la liberté de culte", une liberté que la justice est justement là, selon lui, pour protéger.

http://www.itele.fr/justice/video/le-parquet-requiert-la-demolition-de-la-mosquee-de-frejus-144745

837
L’état d’urgence face au terrorisme tourne à la répression des mouvements sociaux

Des militants écologistes qualifiés de « groupes et groupuscules appartenant à la mouvance contestataire radicale et violente » et interdits d’entrée en Eure-et-Loir. A Paris, une soixantaine de personnes ayant manifesté en solidarité avec les migrants viennent d’être convoquées au commissariat. Les autorités profitent de l’état d’urgence face à la menace terroriste pour réprimer les mouvements sociaux et écologistes.

En Île-de-France, les premières convocations sont arrivées quasi immédiatement dans les boîtes aux lettres. 58 personnes soupçonnées d’avoir participé à un rassemblement de soutien aux migrants, qui a réuni quelques centaines de personnes le 22 novembre à Paris, sont visées, indique la préfecture de police de Paris. Elles ont « commis ou tenté de commettre l’infraction de violation d’une interdiction de manifestation prise en vertu de l’état d’urgence », selon un procès verbal consulté par le site militant Paris-Luttes Info. Suite aux attentats du 13 novembre, le préfet de police de Paris a interdit toute manifestation sur la voie publique jusqu’au 30 novembre à minuit. Les personnes qui enfreignent l’arrêté d’interdiction encourent jusqu’à six mois d’emprisonnement et une amende de 7 500 euros.



« Parmi les 58 personnes poursuivies, il y a deux militants de Droit au logement dont le porte-parole Jean-Baptiste Eyraud, détaille Annie-Pourre, membre de l’association, contactée par Basta !. Ils ont visé haut. Le Préfet de police a indiqué qu’ils devaient faire l’objet de "poursuites exemplaires". C’est un acte politique », dénonce t-elle. Cette manifestation a mobilisé « un important dispositif de sécurisation » de la part des forces de l’ordre, ce qui les a « détournées de leur mission prioritaire de sécurisation générale », indique de son côté la préfecture de police de Paris. Question de priorités... Apparemment, les policiers n’ont procédé à aucun contrôle d’identité pendant la manifestation et ont identifié les contrevenants grâce aux images des caméras de vidéo surveillance. « Or, certaines personnes qui n’étaient pas présentes ont été convoquées », réagit Annie Pourre.

« Il s’agit bien de nous bâillonner ! »

Cette marche entre Bastille et la place de la République, intitulée « Migrant-e-s : Bienvenue », avait été décidée avant les attentats du 13 novembre, à l’appel de plusieurs organisations syndicales, associatives et politiques. Après l’interdiction de la manifestation par la préfecture, des militants de certaines organisations signataires ont néanmoins tenu à défiler. « Qu’ils soient nommés réfugiés, migrants ou sans-papiers ils et elles sont aussi, des victimes des guerres, des violences et de la misère qui les ont contraints à quitter leurs pays, a ainsi plaidé le syndicat Solidaires. Agir en solidarité participe aussi de la réponse aux attentats qui ont ensanglanté Paris. »

Alors que les convocations au commissariat se poursuivent, un appel à manifester « contre l’interdiction de manifester » est sur le point d’être rendu public par plusieurs organisations syndicales, associatives et politiques [1]. « Nous, mouvements sociaux, sommes interdits de nous rassembler et de manifester dans les rues, jusqu’à nouvel ordre. Femmes, migrants, défenseurs du climat et de la planète, altermondialistes, mal logés, salariés menacés, chômeurs et précaires, défenseurs des droits sont visé(e)s, alors que sont autorisés les marchés de noël et autres initiatives commerciales à l’occasion des fêtes de fin d’année, tout comme les événements sportifs ou culturels, écrivent les signataires. Cette interdiction ne vise donc pas à nous protéger, ni à économiser les forces de l’ordre, puisque les activités mercantiles sont autorisées. Il s’agit bien de nous bâillonner ! » Les signataires de l’appel demandent également la fin des poursuites contre « les 58 ».

« L’état d’urgence tourne à la caricature »

« L’état d’urgence tourne à la caricature », insiste Annie Pourre. Et pas seulement à Paris. La préfecture d’Eure et Loire vient d’interdire aux militants de « Cap sur la Cop » de traverser le département. Ce convoi rassemble 200 opposants à l’aéroport de Notre Dame des Landes qui se rendent en vélos et tracteurs à Paris. L’arrêté préfectoral qualifie ces militants de « groupes et groupuscules appartenant à la mouvance contestataire radicale et violente ». « Jusqu’où le gouvernement ira-t-il pour arrêter cinq tracteurs, un triton, une cabane, une cantine mobile et 200 cyclistes de 1 à 77 ans, armés d’un peu d’huile de chaînes et de pompes à vélo ? », réagissent les personnes visées par l’arrêté. Des responsables du convoi envisagent de déposer un référé liberté contre cette décision.

D’autres ont décidé de contourner l’interdiction de défiler sur la voie publique en mettant en avant « l’état d’urgence climatique ». C’est le cas d’organisations membres de la Coalition Climat 21 qui appellent à former une chaine humaine le dimanche 29 novembre à Paris, à la veille de l’ouverture de la conférence internationale sur le climat. « Pour la justice climatique, pour la paix qu’elle contribue à apporter et en hommage aux victimes des attentats, nous formerons, à Paris une chaîne humaine sur les trottoirs entre place de la République et Nation, sur le boulevard Voltaire en passant par le Bataclan et la rue de Charonne », précise la Coalition. A tous ceux qui veulent nous empêcher de nous exprimer, nous répondons : unis et solidaires nous voulons vivre ensemble sur une Terre juste et vivable. »



http://www.bastamag.net/Premieres-convocations-policieres-pour-avoir-enfreint-l-interdiction-de

838
Prison ferme pour Dieudonné : la Belgique va plus loin que la France

La Belgique vient de condamner Dieudonné à de la prison ferme pour des propos tenus lors d'un spectacle sur son territoire et jugés, notamment, antisémites.
La France n'est jamais allée aussi loin.



Deux mois de prison ferme et 9.000 euros d'amende. C'est la sentence du tribunal correctionnel de Liège ce 25 novembre à l'encontre de Dieudonné Mbala Mbala, selon le site du Soir. Ce dernier était poursuivi pour avoir tenu des propos "discriminatoires, antisémites, négationnistes et révisionnistes" lors d'un spectacle à Herstal le 14 mars 2012. Le parquet avait requis six mois de prison ferme, une amende de 5.000 euros et une interdiction de ses droits. Dieudonné ne s'est pas présenté au tribunal et a été jugé par défaut.

Me Eric Lemmens qui représentait le comité de coordination des organisations juives de Belgique, partie civile au procés, se félicite auprès de Marianne de "ce jugement remarquablement motivé qui prend de la hauteur sur la question des limites de la liberté d'expression, notamment sur le négationisme". Dieudonné a été condamné pour ses propos sur "les juifs mais aussi les handicapés et les homosexuels. Le tribunal a rappelé que les limites de la liberté d'expression ont pour objet l'harmonie entre les citoyens". Précision importante, cette condamanation n'est pas encore définitive, Dieudonnée pouvant encore aller en appel. Quant au deux mois de prison ferme, l'avocat rappelle qu'en Belgique, en dessous de six mois de prison, les peines ne sont pas effectuées. Reste un symbole particulièrement fort.

Avec ce jugement, certes symbolique, la Belgique va plus loin que la France qui a souvent condamné Dieudonné mais toujours à de la prison avec sursis. Dernière en date : mi-mars, il est condamné à 22.500 euros d'amende sous peine d'emprisonnement pour "propos antisémites" à l'encontre de Patrick Cohen. Le même mois, il écope de deux mois de prison avec sursis pour apologie d'actes de terrorisme. Après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper casher, il avait posté sur son compte Facebook le message : "Je me sens Charlie Coulibaly".

En 2013, sa chanson "Soahnanas" lui vaut 28.000 euros d'amende pour provocation à la haine raciale, sans prison. En mars 2011, il est également condamné à 10.000 euros d'amende pour "injures" à caractère raciste pour des propos tenus au Zénith lors d'un spectacle.

A Herstal, en mars 2012, Dieudonné a qualifié Hitler de "joyeux fanfaron" et de "gentil garçon", a mis en doute l'existence des chambres à gaz et a qualifié le Talmud (livre sacré du judaïsme) de "livre de merde".

Selon Le Soir, outre la prison ferme et l'amende, Dieudoné devra publier à ses frais l'intégralité du jugement dans les deux quotidiens francophones La Libre Belgique et Le Soir.


[Edit 20h] Marianne a eu accès au jugement. Voici une synthèse des motivations qui ont abouti à cette décision de la 17e chambre correctionnelle de Liège :

"Le droit à la liberté d'expression ne peut être invoqué pour justifier des propos portant atteinte aux valeurs qui sous-tendent non seulement la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales mais, d'une manière plus générale, l'harmonie entre les êtres humains.

L'incitation à la haine ou à la violence ne requiert pas nécessairement l'appel à tel ou tel acte de violence ni à un autre acte délictueux dès lors que les atteintes aux personnes commises en injuriant, en ridiculisant ou en diffamant certaines parties de la population et des groupes spécifiques de celle-ci ou l'incitation à la discrimination suffisent pour que la lutte contre le discours raciste prime une liberté d'expression utilisée de manière irresponsable et portant atteinte à la dignité, voire à la sécurité de ces parties ou groupes de la population.

Sous une forme qui se prétend humoristique, le prévenu banalise les comportements inhumains les plus abjects. Il se fait le chantre de la haine, il fait l'apologie du mal, de la discrimination et de la ségrégation. Ses propos contiennent des éléments qui, clairement, à l'occasion implicitement, incitent parfois à la violence, souvent à la haine, systématiquement à la discrimination (...). Ses propos sont inévitablement de nature à susciter parmi le public (...) des sentiments de mépris, de rejet voire, pour certains, de haine à l'égard des juifs, des homosexuels et des handicaptés mentaux. (...)

Un Etat démocratique ne peut faire l'économie d'une condamnation pénale lorsqu'il est confronté à ce type de délinquance réfléchie et réitérée. La protection du genre humain et l'harmonie de la vie en société est à ce prix."

http://www.marianne.net/prison-ferme-dieudonne-belgique-va-plus-loin-que-france-100238220.html

839
Prison ferme pour le frère de Rachida Dati, condamné pour un vol dans la Marne

Le casier de Jamal Dati est déjà bien chargé.
Mais ce samedi 21 novembre, il affirme avoir « ramassé » un portefeuille, à la station-service de Sommesous, sans penser que c’était du vol.



Les faits sont, de l’aveu même du parquet « d’une banalité affligeante ». Il est 7 h, samedi 21 novembre, lorsqu’un homme oublie son portefeuille dans la station-service de Sommesous, sur la nationale 4. Il dit avoir près de 500 € à l’intérieur : il part acheter une automobile à Strasbourg. Cette somme, serait la variable d’ajustement de la négociation : il est aussi en possession d’un chèque de banque.


L’idée « débile » d’un homme au casier chargé

Quelques instants plus tard, Jamal Dati, frère de l’ancienne Garde des Sceaux, s’arrête à la même station, en route pour une visite famille à Paris et ramasse le portefeuille.« Je ne savais pas que c’était un vol, pour moi c’était un objet trouvé », raconte le prévenu retrouvé grâce à la vidéo surveillance, ne niant pas qu’il cherchait bien de l’argent, endetté par ses nombreuses amendes qu’il lui reste à payer. « Avec un autre mis en cause, il n’y aurait pas eu de comparution immédiate », soulignait, mardi 24 novembre, la représentante du Ministère Public lors de l’audience.

Pas que son nom ne lui vaille un traitement spécial, non : Jamal Dati est un habitué des tribunaux après une vie décousue, faite notamment de consommation de drogues dures, violences et autres extorsions. « Il a eu cette idée débile de prendre ce portefeuille mais comptait rendre les papiers », a tenté de relativiser son avocate, Me Cadart. Et de préciser qu’il ne nie pas le vol mais le montant car Jamal Dati dit n’avoir trouvé qu’une pièce de deux euros.

Le sang de la victime n’a fait qu’un tour : « J’enlève ma veste pour que vous voyiez bien que j’ai de l’argent », a-t-il lancé, montrant qu’il était habillé en Louis Vuitton de la tête au pied – exception faite de son portefeuille, Gucci. Il réclame un total de 800 € de dommages et intérêts, pour le montant volé, ainsi que pour la perte d’une journée de travail et de sa prime d’assiduité.

Seulement, lors de son interpellation, Jamal Dati n’est retrouvé qu’en possession de 200 € et a la preuve d’un retrait, quelques jours plus tôt. La victime elle, ne peut prouver qu’un retrait datant du mois d’octobre. « Il y a beaucoup de contradictions dans ce dossier, je ne dis pas qu’il n’y avait pas d’argent mais il n’y en avait pas assez sur M. Dati pour confirmer », fait valoir le parquet. Le tribunal n’accordera donc que 200 € à la partie civile. Jamal Dati, lui écope de deux mois de prison ferme. Embauché en CDI et « sur la voie de la réinsertion », sa peine pourra être aménagée.

Justin Daniel Freeman

http://www.lunion.com/603104/article/2015-11-24/prison-ferme-pour-le-frere-de-rachida-dati-condamne-pour-un-vol-dans-la-marne

840
Avion russe abattu : la Russie "ne fera pas la guerre à la Turquie", rassure le ministre des Affaires étrangères



On respire : la Russie "ne fera pas la guerre à la Turquie", a déclaré ce mercredi le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov (photo), alors qu'Ankara et Moscou connaissent de fortes tensions au lendemain du crash d'un avion de guerre russe, abattu par l'armée turque.

"Nous ne ferons pas la guerre à la Turquie, nos relations avec le peuple turc n'ont pas changé", a affirmé le chef de la diplomatie russe lors d'une conférence de presse. En revanche, Moscou va "sérieusement réévaluer" les relations russo-turques, a-t-il ajouté.

Sur le web : Avion russe abattu : Moscou accuse Ankara d'une "provocation planifiée"

video : http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01435628/src/5ms3q5/zone/63/showtitle/1/

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/12955-syrie-avion-russe-abattu-russie-guerre-turquie-rassure.html