Voir les contributions

Cette section vous permet de consulter les contributions (messages, sujets et fichiers joints) d'un utilisateur. Vous ne pourrez voir que les contributions des zones auxquelles vous avez accès.


Messages - mike

961
Le fils d'Erdogan avec des membres de DAESH avec lesquels il trafique dans la vente de pétrole sur le marché noir !

Révélation de 50 documents secrets http://documentinterdit.com/downloads/revelation-des-documents-secrets-inedits/

Le fils d'Erdogan avec des membres de DAESH avec lesquels il trafique dans la vente de pétrole sur le marché noir !
Extrait de l'article : La seconde ressource de Daesh est le pétrole. Erdogan, Président de Turquie, et les Turcs qui assistent aux activités de Daesh, achètent le pétrole irakien. Pour un cinquième du prix du marché et de cette façon, ce groupe gagne de grosses sommes d’argent. Le soutien d’Ankara à ce groupe terroriste est surtout destiné à affaiblir le régime syrien et les autorités politiques en Irak.



http://fr.awdnews.com/politique/le-fils-d-erdogan-avec-des-membres-de-daesh-avec-lesquels-il-trafique-dans-la-vente-de-pétrole-sur-le-marché-noir

962
Attentats à Paris: Toys'R'Us retire 23 jouets ressemblant à des armes à feu de ses magasins

SOCIETE Depuis le lundi 16 novembre, 23 références de jouets relatives à des armes à feu ont été retirées des magasins Toys’R’Us, pouvant porter confusion auprès des forces de l’ordre…



Les pistolets en plastique ne peupleront probablement pas les pieds des sapins de Noël cette année. Depuis le lundi 16 novembre, la célèbre enseigne de jouets Toys’R’Us a fait retirer de ses rayons de nombreuses références de jouets ayant trait aux armes à feu. La raison ? Ces objets pour enfants pourraient « être source de confusion pour les forces de l’ordre », à la suite des attentats de Paris.

« Un contexte sécuritaire très particulier »

Toys’R’Us n’a pas attendu longtemps pour réagir. Comme l’a confirmé le service de presse de l’enseigne à 20Minutes, le vice président de Toys’R’Us a donné pour consigne à tous les magasins de l’hexagone « de retirer 23 références de jouets relatives à des armes à feu ». Cette décision fait suite aux attentats de Paris survenus le vendredi 13 novembre, et a pris effet dès le lundi 16.

Des jouets trop violents pour les enfants au vu des circonstances ? Non, une précaution relative à des mesures sécuritaires. « Seuls ces 23 armes en forme de jouet on fait l’objet de ce retrait car elles ressemblaient à s’y méprendre à des armes à feu réelles » a expliqué le service de presse, avant d’ajouter qu’elles « pouvaient donc être source de confusion pour les forces de l’ordre dans un contexte sécuritaire très particulier ».

http://www.20minutes.fr/societe/1734995-20151120-attentats-paris-toysrus-retire-23-jouets-ressemblant-armes-feu-magasins

963
Les émouvantes funérailles d'un chien policier enterré avec tous les honneurs



Tué alors qu'il tentait avec son maître d'arrêter un voleur armé d'un couteau, un chien policier a été enterré avec tous les honneurs à Oklahoma City, aux Etats-Unis.

Plus de 1000 personnes réunies pour rendre hommage à Kye

Une cérémonie très touchante, ouverte au public, a été organisée pour lui rendre hommage la semaine dernière et plus de 1 000 personnes ainsi que des dizaines de maîtres-chiens et leurs compagnons venus de tout l'Etat se sont réunis pour y assister.

Kye, un Berger allemand croisé, avait seulement trois ans lorsqu'il a été poignardé par le suspect après lequel il courait. C'était le 24 août dernier. Le lendemain, le chien qui durant sa courte carrière a contribué à l'arrestation de 56 hommes et à la saisie de grandes quantités de drogues succombait à ses blessures.

 Annoncée sur la page Facebook de la police d'Oklahoma City, la triste nouvelle a suscité une véritable vague d'émotion. Plus de 33 000 personnes ont partagé le post publié le 25 août et des milliers de messages de condoléances





Un bel hommage en images

Le maître de Kye, le sergent Ryan Stark, a abattu l'homme qui l'a tué et fait aujourd'hui l'objet d'une enquête interne. Bouleversé par la perte de l'animal qui était depuis deux ans bien plus qu'un simple partenaire de travail, il n'a pas pu retenir ses larmes lorsque penché sur le cercueil de son fidèle compagnon, recouvert d'un drapeau américain, il lui a fait ses adieux.

Une émouvante vidéo illustrant la belle complicité qui unissait les deux acolytes a été projetée durant la cérémonie.





http://wamiz.com/chiens/actu/les-emouvantes-funerailles-d-un-chien-policier-enterre-avec-tous-les-honneurs-video-5396.html

964
Avant la rencontre avec Lyon, les supporters de Nice scandent "Daech, Daech, on t'enc***!"



ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE - Les supporters de Nice ont conclu à leur façon l'hommage rendu aux victimes des attentats de Paris avant le match contre Lyon en entonnant un sonore: "Daech, Daech, on t'enc***!" juste après la minute de silence, vendredi.

Une Marseillaise vibrante et une minute de silence poignante ont précédé le coup d'envoi du premier match de Ligue 1 depuis les attentats du 13 novembre à Paris et au Stade de France, qui ont fait 130 morts.


video 1 :



video 2 : https://twitter.com/btsportfootball/status/667792250210938881

La minute de silence a été parfaitement respectée. Une fois terminée a retenti le chant contre Daech, visiblement préparé d'avance par les supporters.

L'arrivée des spectateurs au stade s'est parfaitement déroulée, l'ensemble du public est passé par la double palpation, celle des stadiers puis des forces de police, a-t-on appris auprès des responsables de la sécurité du club niçois.

Les supporters ont tendu des banderoles d'hommage, "Supporters unis dans la douleur" et "Fluctuat nec mergitur".

http://www.huffingtonpost.fr/2015/11/20/video-lyon-nice-daech-daech-on-t-enc-math-football_n_8612734.html?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

Dans un stade pas rempli, les joueurs sont entrés sous les applaudissements du public. Après l'hymne du club, Nizza la bella, accompagnant l'envol de l'aigle mascotte Mefi, tout le stade a chanté la Marseillaise, en brandissant de petites bougies.

965
Etat d'urgence : certains assignés à résidence porteront le bracelet électronique



Dans le cadre de l'examen du projet de loi post-attentats prolongeant l'état d'urgence, l'Assemblée nationale a voté ce jeudi le recours au bracelet électronique pour contrôler certains assignés à résidence.

Après un vif débat, les députés ont adopté un amendement de dernière minute du gouvernement en ce sens, qui ne va pas aussi loin que ce que proposaient Les Républicains et l'UDI. Ceux-ci souhaitaient notamment se passer du consentement de la personne concernée.

 L'amendement du gouvernement précise que seront concernées les personnes assignées à résidence qui ont été condamnées «à une peine privative de liberté pour un crime qualifié d'acte de terrorisme ou pour un délit recevant la même qualification puni de dix ans d'emprisonnement», et ont fini l'exécution de leur peine depuis moins de huit ans. Il faudra l'«accord de la personne concernée recueilli par écrit». Le dispositif permettra «à tout moment de déterminer à distance sa localisation sur l'ensemble du territoire national», ajoute le texte.



Le régime d'assignation à résidence élargi


 Le Premier ministre Manuel Valls a fait valoir en présentant la mesure qu'il s'agit de «concilier l'objectif de sauvegarde de l'ordre public avec les droits et libertés constitutionnellement protégés». Il a donné un avis défavorable à des amendements LR et UDI qui visaient à pouvoir placer sous surveillance électronique tout individu assigné à résidence, ce qui aurait été «plus opérationnel», d'après Guillaume Larrivé (LR), et «plus efficace» selon Jean-Christophe Lagarde (UDI). La coprésidente des députés écologistes Cécile Duflot a dit comprendre qu'il faille par l'amendement adopté «donner des gages» au Sénat, mais jugé que cela allait «très loin».

Le projet de loi, qui prolonge et renforce l'état d'urgence, prévoit que le régime des assignations à résidence de personnes dangereuses est élargi à toute personne à l'égard de laquelle il existe des raisons sérieuses de penser que son comportement constitue une menace pour la sécurité et l'ordre public. En outre, les députés ont étendu à 12 heures par jour la possibilité d'astreinte à domicile pour ces assignés à résidence, sur proposition des Républicains, alors que le projet de loi prévoyait 8 heures.

http://www.leparisien.fr/faits-divers/etat-d-urgence-certains-assignes-a-residence-porteront-le-bracelet-electronique-19-11-2015-5292889.php

966
Où se trouve Younes, le frère de 15 ans qu'Abdelhamid Abaaoud a kidnappé et emmené en Syrie?



Après la mort d’Abdelhamid Abaaoud, vient la question de ce qu’il est advenu de son petit frère, Younes, qu’il avait kidnappé et emmené en Syrie début 2014, alors qu’il n’était âgé que de 13 ans.

En janvier 2014, alors qu’il était âgé de 13 ans, Younes est kidnappé et emmené en Syrie par son grand frère Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats de Paris. Il devient alors devenu le plus jeune combattant de l’État islamique. Près de deux ans plus tard, la famille Abaaoud est sans nouvelles de Younes, aujourd’hui âgé de 15 ans. L’adolescent est apparu sur plusieurs photos de l’État islamique en tenue militaire ou portant une kalachnikov.

Il aurait préféré qu'Abdelhamid soit arrêté pour qu'il puisse lui donner des nouvelles de Younes

Omar, le père des frères Abaaoud s’était porté partie civile contre son aîné et avait déclaré au Het Laatste Nieuws qu’il ne lui pardonnerait jamais d’avoir embrigadé son cadet. Aujourd’hui, à l’annonce de la mort d’Abdelhamid, le père de famille s’est effondré, a expliqué son avocate à nos confrères de la RTBF. Il espérait en effet que son fils ainé soit arrêté et pas tué pour qu’il puisse lui donner des nouvelles de Younes et peut-être lui dire où il se trouve.

S’il est encore en vie en Syrie, Younes a-t-il été mis au courant de la mort de son grand frère ? Envisage-t-il un retour en Belgique ?

http://www.rtl.be/info/regions/bruxelles/ou-se-trouve-younes-le-frere-de-15-ans-qu-abdelhamid-abaaoud-a-kidnappe-et-emmene-en-syrie--772494.aspx?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Rtlinfo%2FVotreRegion+%28RTL+info+%3E+Votre+r%C3%A9gion%29&utm_content=NewsIsFree

967
Médor interdit d’aboyer par ordonnance du tribunal

Le premier numéro de ce projet de « deep journalism » indépendant ne verra pas le jour comme prévu aujourd’hui.



On avait préparé un article de bienvenue pour ce mook (contraction de « book » et « magazine ») trimestriel dont le premier numéro devait paraître aujourd’hui, avec plein de sympathiques allusions à sa condition de cabot. Et on l’avait même annoncé dans la rubrique « Good news » du magazine du 21 novembre.

Or, le tribunal de 1e instance de Namur en a décidé autrement. À l’avant-veille de la date de parution, il en a interdit la publication, suite à une requête introduite par la société pharmaceutique Mithra, très fâchée par le dossier de quatorze pages qui lui a été consacré dans ce premier numéro.


Effet Barbra Sreisand

Et l’on peut parler d’effet « Barbra Streisand* », car suite à cette annonce, la toile et les réseaux se sont enflammés sur cette « censure » qui a, en fin compte, créé une belle visibilité et convaincu de nombreux nouveaux sympathisants et coopérants pour ce projet. Les bannières de soutien, comme celle-ci, fleurissent sur les murs virtuels.




19 fondateurs pour un journalisme en profondeur

Médor est géré et produit par une coopérative de dix-neuf journalistes, graphistes et fadas de presse écrite de qualité qui se prépare depuis des mois, tout en récoltant des fonds et lançant des appels aux abonnés. Et leurs intentions sont plus que louables ; repenser la manière de faire et de distribuer l’information en produisant un « deep journalism » de terrain indépendant, exigeant et amusant.




Deep journalism ?

Médor est un cabot qui aime creuser et déterrer des os sans se presser pour les dévorer. Entendez par là que la rédaction tient à s’éloigner des diktats du « breaking news » et de l’annonce intempestive, et surtout à ne pas s’engager dans la course effrénée à la publication « en premier » dans laquelle les médias se lancent de plus en plus… Au contraire, elle entend fouiller, vérifier, contre-argumenter les sujets, et ce de manière collégiale.

Alors, on devra attendre un peu plus longtemps pour lire le contenu de Médor, mais nous savons très bien que ce n’est que promenade remise. Toutes nos excuses, donc, à nos lecteurs du magazine de ce week-end, contrairement à ce qui est repris en page 6, Médor n’est pas paru aujourd’hui. Dommage.

Médor. Projet soutenu par Médiapart, François Damiens, Florence Aubenas… www.medor.coop

*L’effet Streisand  : phénomène médiatique au cours duquel la volonté d’empêcher la divulgation d’informations, qu’il s’agisse de simples rumeurs ou des faits véridiques, déclenche une hyper-médiatisation du sujet. Cette appellation provient de l’incident déclenché par Barbra Streisand qui ne souhaitait pas que son domicile apparaisse sur Google Earth.

http://www.lesoir.be/1049142/article/victoire/air-du-temps/2015-11-20/medor-interdit-d-aboyer-par-ordonnance-du-tribunal

968
Oxfam dénonce "l'indigence de la nouvelle politique climat" de Danone



L'ONG internationale Oxfam s'est déclarée vendredi "déçue par l'indigence de la nouvelle politique climat de Danone", qui a selon elle des objectifs trop limités et trop lointains de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

"Danone se contente de mesurettes. La planète ne peut pas se permettre d'attendre 10 ans pour que les entreprises agissent sur la crise climatique en cours", a estimé Jean-Cyril Dagorn, responsable à Oxfam France, cité dans un communiqué.

Pour Oxfam, "l'objectif principal de l'entreprise ne contient aucun engagement spécifique de réduction sur la plus importante source d'émissions de sa chaîne d'approvisionnement, l'agriculture, qui pèse pour près de 60% de son empreinte carbone".

De plus, "avec une échéance à 2025 pour arrêter d'augmenter ses émissions réelles globales, l'entreprise s'autorise de fait d’émettre des quantités encore plus importantes de gaz à effet de serre pendant les 10 prochaines années", a ajouté l'ONG.

Danone s'est fixé pour objectif d'atteindre zéro émission de carbone nette d'ici à 2050 pour tout son écosystème, c'est-à-dire non seulement pour ses propres activités, mais également pour celles des agriculteurs qui le fournissent ainsi que ses clients et les consommateurs.

Danone s’engage en premier lieu à "réduire de 50% en intensité ses émissions de gaz à effet de serre entre 2015 et 2030, et avant 2025 à commencer à réduire ses émissions en valeur absolue", a précisé le groupe.

"La faiblesse de la politique de Danone est d'autant plus nette au regard des engagements de General Mills, entreprise propriétaire de la marque Yoplait, autre géant du yaourt", selon Oxfam.

"Suite à la pression d'Oxfam et de ses soutiens, General Mills s'est en effet engagée à mettre en place un objectif reposant sur la réduction absolue de ses émissions, objectif qui couvre l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement du groupe", a assuré l'ONG.

http://www.rtbf.be/info/societe/detail_oxfam-denonce-l-indigence-de-la-nouvelle-politique-climat-de-danone?id=9142184

969
Poutine : «Les bombardements en Syrie se déroulent bien, mais ce n’est pas encore assez»



Le président de la Russie a appelé les forces militaires russes qui participent à l’intervention en Syrie à ne pas ralentir le rythme, déjà élevé, de cette opération antiterroriste.

«Les objectifs de combat sont exécutés, et ils sont bien exécutés. Mais cela n’est pas encore suffisant pour nettoyer la Syrie des terroristes et des combattants islamistes et mettre la Russie à l’abri d’éventuelles attaques terroristes», a déclaré Vladimir Poutine, vendredi à Moscou.

Le dirigeant russe a souligné qu’une grande part du travail reste encore à accomplir, et a exprimé l’espoir que «les étapes suivantes seront menées au même niveau de qualité et de professionnalisme et apporteront les résultats souhaités».

Ces déclarations ont été faites suite à la présentation au chef du Kremlin des rapports des unités militaires concernant le déroulement de la campagne aérienne russe en Syrie.

En savoir plus : Un million de Syriens sont revenus chez eux depuis le lancement de l’opération russe contre Daesh

Le 30 septembre 2015, Moscou a entamé une campagne de frappes aériennes sur les positions terroristes de plusieurs provinces syriennes, suite à la demande d’assistance officielle de la part du président syrien Bachar el-Assad.

Depuis le début de la campagne russe, qui se déroule en parallèle à celle de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, plusieurs sources ont évoqué la possibilité d’un engagement de troupes russes sur le terrain en Syrie.

Le Kremlin a néanmoins plusieurs fois réfuté la possibilité d’une opération militaire terrestre dans ce pays, soulignant que l’objectif de la Russie est surtout de fournir un soutien aérien aux troupes gouvernementales syriennes, la seule force, selon Moscou, capable de faire face aux terroristes en Syrie.

https://francais.rt.com/international/10781-poutine-bombardements-syrie-pas-assez

970
TTIP/ISDS : la Commission soumet sa proposition finale aux États-Unis incluant des améliorations pour faciliter l’accès des PME



Le mécanisme de résolution des différends entre États et investisseurs pourra à nouveau figurer au menu du prochain round de pourparlers de libre-échange UE/États-Unis, prévu en février 2016. La Commission a officiellement présenté, la semaine passée, aux négociateurs américains son texte visant à réformer l’ISDS (Investor-State Dispute Settlement).

Rendu public sur le site de l’exécutif, le document final « reprend les éléments essentiels de la proposition du 16 septembre », précise un communiqué de l’exécutif. Il prévoit donc de créer une nouvelle Cour composée d'un tribunal de première instance et d'une chambre d'appel, pour « corriger les erreurs et assurer la cohérence », avec des juges qualifiés et des procédures transparentes.
 Ce système baptisé « Investment Court System » (ICS) » garantira un espace « neutre pour le règlement des différends relatifs aux investissements », assure la Commission européenne. Les procédures devraient être abordables et rapides, limitées à deux ans contre environ six actuellement. Certaines améliorations ont néanmoins été apportées à cette version finale, qui servira de base aux négociations avec Washington. Parmi celles-ci : un accès facilité des petites et moyennes entreprises au nouveau système juridictionnel.

« Les PME qui investissent à l’étranger sont plus vulnérables aux discriminations et disposent de moins de moyens que le grandes compagnies, pour se défendre en cas de litiges », a souligné Cecilia Malmström, la commissaire au Commerce. Plusieurs clauses ont donc été introduites dans le texte, notamment la possibilité d’avoir recours à un système de médiation pour régler les différends « à l’amiable » avant de saisir la cour. « Un système volontaire et moins coûteux », a insisté la commissaire européenne.
 Afin de réduire les coûts, les délais des procédures seront également raccourcis. Toujours dans cet objectif, les PME auront également la possibilité de requérir un arbitre unique si le montant des dommages réclamé par l’entreprise est « relativement peu élevé ».

Autre modification : les membres du tribunal d’appel seront rémunérés exclusivement par l’UE et les États-Unis. Les frais pour les PME seront dès lors réduits et limités aux honoraires des avocats. Enfin, la règle selon laquelle le « perdant paie » sera accompagnée de gardes-fous pour limiter les dépenses des petites entreprises si celles-ci venaient à perdre leur procès devant la cour ou en appel. « Et en cas de victoire, elle n’auraient aucun coût à assumer », précise la proposition finale.

La soumission de cette proposition « met fin à un long processus interne à l'UE pour développer une approche moderne de la protection des investissements et des règlements de litiges pour le TTIP et au-delà », a commenté la commissaire Malmström. À terme son objectif est de faire de l’ICS un outil permanent, remplaçant tous les autres mécanismes de résolutions applicables dans les accords commerciaux de l'UE ou des États membres avec des pays tiers.

Kattalin Landaburu, à Bruxelles
- See more at: http://www.lemoci.com/actualites/reglementation/ttipisds-la-commission-soumet-sa-proposition-finale-aux-etats-unis-incluant-des-ameliorations-pour-faciliter-lacces-des-pme/#sthash.5vQHVzr4.dpuf

http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2015/november/tradoc_153955.pdf

971
Une nouveau service de traduction sur Youtube pour booster le nombre de vues



Youtube a lancé un nouveau panel d’outils de traduction à destination des créateurs de vidéos. Le but ? Les aider à élargir leur portée en décloisonnant linguistiquement leurs projets.

Les utilisateurs peuvent obtenir des traductions de leurs vidéos de la part des autres utilisateurs mais aussi demander une traduction professionnelle de leurs titres et descriptions grâce à un nouveau service en ligne hébergé (évidemment) par Youtube.

La langue, cloison invisible

Youtube jouit pour l’instant d’un chiffre ahurissant d’un milliard d’utilisateurs qui emploient 76 langues différents. En général, près de 2/3 des vues sur le service le sont par des internautes qui parlent un langage étranger. Le lien entre l’utilisation de différentes langues pour une seule et même vidéo et l’augmentation des vues devient alors évident. Plus vous parlerez à de monde, plus vous en toucherez.



Des tests effectués sur la page de VICE, par exemple, ont permis de multiplier par deux le temps de vue de ses vidéos rien qu’en ajoutant le Portugais et l’Espagnol dans les langues disponibles.

http://www.rtbf.be/info/medias/detail_une-nouveau-service-de-traduction-sur-youtube-pour-booster-le-nombre-de-vue?id=9142719

972
Toulouse : une femme en niqab refuse de montrer son visage et insulte les policiers

Cette femme a été placée en garde à vue. Elle faisait l'objet d'une obligation de quitter le territoire



lors que les députés doivent voter ce jeudi la prolongation pour trois mois de l'état d'urgence, une femme vêtue d'un niqab a été placée en garde à vue à Toulouse pour "outrage" après avoir insulté des policiers qui lui avaient demandé de montrer son visage.


Lors d'un contrôle, mercredi soir vers 22h00, dans le quartier chaud du Mirail, les forces de l'ordre ont demandé à deux femmes portant le niqab de se dévoiler le visage. La première n'a posé aucune difficulté mais la seconde, âgée de 38 ans, a refusé et a vivement insulté les policiers qui l'ont donc interpellée.

Selon les premiers éléments de l'enquête, cette femme, dont l'origine n'a pas été communiquée, faisait l'objet d'une obligation de quitter le territoire.

http://www.sudouest.fr/2015/11/19/toulouse-une-femme-en-niqab-refuse-de-montrer-son-visage-et-insulte-les-policiers-2190904-5377.php

973
Une mosquée salafiste clandestine à Alès… qui a déjà sa radio



RTL annonçait hier que le nombre de mosquées salafistes était en hausse en France, citant Alès parmi les villes moyennes concernées. Après enquête, Objectif Gard confirme l’existence de ce lieu de prière clandestin sous couvert de local associatif, dans le quartier du Moulinet à Alès. Il serait né il y a plus d’un an.

Situé dans une zone d’activité commerciale du Moulinet, au nord d’Alès, El Houda est officiellement une association ayant pour objet la promotion et l’organisation d’actions sociales, culturelles et cultuelles, ainsi que l’enseignement de la langue arabe et orientale. Elle a été créée en 2010 et dispose d’un local de 30 m² qu’elle a acheté. Présente sur les réseaux sociaux, elle possède une radio en ligne et un site internet où elle évoque la pratique quotidienne de la religion dans sa plus grande tradition. “Si l’on prie derrière une sœur qui se couvre pas les pieds, la prière est elle valable?“, interroge par exemple une vidéo.

Un certain radicalisme ?


Mais El Houda propose d’autres activités plus clandestines. “Ses dirigeants sont à l’écoute de l’un des membres fondateurs du Front islamique du Salut, mouvement salafiste qui a causé des milliers de morts dans les années 90 en Algérie“, assure le Nîmois Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie. Selon lui, des prêches en français relativement classiques ont lieu tous les vendredis. “Ce n’est qu’après, pendant les réunions et les discussions“, que les intervenants prônent un certain radicalisme. “Ils sont connus sur Alès pour leurs discours salafistes“, ajoute-t-il.

On ignore toutefois le nombre de personnes participantes. “Elles sont peu nombreuses. Rien à voir avec des mosquées ordinaires qui attirent 200 à 300 personnes. Mais ce n’est pas la quantité qui compte. C’est les dégâts qui peuvent être faits“, craint le vice-président du Conseil Français du Culte Musulman qui appelle le pouvoir à agir.

De leur côté, les forces de l’ordre se disent informées de la présence de ce lieu de prière. “On ne sait pas ce qui s’y passe mais on se doute qu’ils ne partagent pas la vision des mosquées classiques. Sinon pourquoi se cacher?“, précise une source policière qui affirme qu’aucun trouble n’a à ce jour été constaté. Le responsable de la structure a déjà été convoqué et les lieux vérifiés par les autorités, pour des problèmes de normes de sécurité du local associatif.

Selon RTL, on dénombre aujourd’hui 25 salles de prière radicales en Île-de-France, 22 dans la région lyonnaise et 13 à Marseille. 5 000 salafistes seraient présents en Île-de-France, soit dix fois plus qu’il y a dix ans. D’après nos informations, El Houda serait la seule mosquée du Gard issue de cette mouvance.

Source

Montpellier (Lengadoc-info.com) – A Alès, les activités de l’association El Houda soulèvent bon nombre de questions et d’inquiétudes. Si l’objet de cette association gardoise est de promouvoir et organiser des actions sociales, culturelles et cultuelles, et l’enseignement de la langue arabe et orientale, cette association se reconnaît bien volontiers comme salafiste. Ainsi, le président de l’association, Liazid Sebaa, déclare que pour lui, être salafiste c’est respecter « ce que Dieu a dit au prophète, à savoir le respect d’autrui et le chemin de la droiture. »

L’association, créée en 2010 et basée avenue Maurice Thorez dans la ZAC du Moulinet à Alès, dispose d’un local de 30 m² où a lieu chaque vendredi la prière réalisée par un jeune montpelliérain et qui réunirait une cinquantaine de personnes.

Sur le site internet de l’association on peut trouver un certain nombre de conseils et leçons sous forme de questions-réponses, sur l’Islam mais également sur les relations entre les musulmans et les « mécréants » ou encore sur les attentats de Charlie Hebdo, évoquant notamment la responsabilité du journal satyrique dans les attaques terroristes ayant fait 17 morts.

Cette mosquée clandestine ainsi que les discours radicaux prêchés, seraient connus des services de police mais sans que cela ne génère une réaction des autorités.

http://www.europe-israel.org/2015/02/une-mosquee-salafiste-clandestine-a-ales-qui-a-deja-sa-radio/

974
Pousser les masses vers la guerre totale



Nul besoin de souligner le caractère indicible et répugnant des atrocités commises le 13 novembre 2015 à Paris. Mais ce que l’on ne dit pas au lendemain des attentats — ce que passent sous silence les médias de masse — est de façon prévisible révélateur et de mauvais augure.

Tout comme au lendemain du 11 septembre, les gens de partout dans le monde sont soumis à la provocation, à l’agitation et à la mobilisation; la peur, l’horreur, la rage et la consternation sont canalisées et modulées de manière à susciter une vague collective vengeresse et haineuse. La haine envers quoi, envers qui?

Le groupe État islamique a revendiqué les attentats. Mais qui est ce groupe?

Le fait que l’on refuse volontairement d’admettre est que le groupe État islamique est l’outil politico?militaire de l’Occident, guidé par le renseignement, et créé, entraîné, financé, conseillé et protégé par l’Occident et par l’OTAN — ce qui inclut la France.

Le groupe État islamique et l’extrémisme islamique, dont Al?Qaida, agissent pour le compte de l’OTAN au service des intérêts géostratégiques de l’Occident.

Sous la supervision de la CIA, du MI6, du Mossad, de l’ISI pakistanais et autres, les services de renseignements de l’Occident mènent les terroristes du groupe État islamique.

Le terrorisme djihadiste n’existerait pas sans le soutien de l’Occident; il a débuté à l’époque de la guerre froide, s’est poursuivi durant le conflit des Balkans, a explosé avec les événements du 11 septembre et la « guerre au terrorisme », et continue de métastaser avec la prétendue guerre contre le groupe État islamique, qui n’est que la poursuite, sous un autre nom, de la même guerre criminelle de tromperie entièrement orchestrée.

En définitive, l’Occident et ses architectes de guerre portent la responsabilité de tous les actes de terrorisme perpétrés par leurs propres troupes de choc terroristes.

Comme le fait remarquer Michel Chossudovsky :

« l’idée selon laquelle les attentats de Paris seraient un acte de représailles et de vengeance à l’endroit de la France est discutable et contradictoire dans la mesure où les faits confirment que la France a fait passer des armes aux rebelles djihadistes présents en Syrie, notamment au front Al Nousrah et à ISIS. »

Et s’il s’agissait d’un « retour de bâton »? Si les terroristes de Paris étaient devenus « récalcitrants » et s’en étaient pris à leurs propres commanditaires? Si ces cellules terroristes étaient devenues « incontrôlables »? Si ces groupes ou d’autres encore avaient tout simplement « disjoncté » pour des « raisons inexplicables »? Et qu’en est?il de l’hypothèse (très peu probable) voulant que la CIA, la NSA, les renseignements français, le Mossad, etc. — autant d’organismes dotés des capacités d’espionnage les plus poussées de la planète — auraient soudainement et simultanément perdu toute trace de ces terroristes? Voilà autant de faux?fuyants. L’Occident n’en porte pas moins la responsabilité des gestes commis par ses agents. L’Occident n’a pas « perdu la maîtrise » du groupe État islamique. En fait, les terroristes sont utilisés avec une efficacité et une efficience remarquables. Le chaos et le pillage n’ont rien d’aléatoire. Les atrocités sont voulues. N’eût été l’« interférence » inopportune des Russes, l’empire anglo?américain dominerait aujourd’hui un territoire supérieur à celui qu’il contrôle déjà. Le régime syrien serait sans doute déjà tombé.

C’est la politique guerrière anglo?américaine qui a donné le champ libre au terrorisme. Elle continue de favoriser, de fomenter et de répandre le terrorisme à une échelle inimaginable, et il n’y a pas de fin en vue. La trace de sang reconduit à cette politique et à ses décideurs.

Cette crise apocalyptique n’est pas une guerre « contre le terrorisme », mais une guerre « de » terrorisme, menée par des terroristes, guidée par des terroristes, et par des criminels de guerre psychopathes qui se placent au?dessus de la loi.

Ils n’ont nullement l’intention de mettre fin au terrorisme. En fait, c’est tout le contraire : les armées terroristes de l’Occident sont un atout majeur utilisé pour infiltrer et déstabiliser, pour renverser les régimes que l’OTAN cherche à se rallier, à envahir et à conquérir. Et ils tombent ainsi, l’un après l’autre : d’abord l’Iraq et la Libye, puis les évènements actuels en Syrie, tout cela pour la réalisation d’ambitions plus vastes encore.

La « guerre contre le groupe État islamique » ne concerne même pas ce groupe, et ce, quels que soient les atrocités commises par les tueurs d’ISIS/ISIL eux?mêmes. Cette guerre est, et a toujours été, une guerre mondiale entre superpuissances opposant l’Occident à la Russie et à la Chine, et ce, partout où le dictent les intérêts de l’Occident et de ses grandes entreprises, qu’ils soient géostratégiques ou axés sur les ressources.

L’aspect « spectaculaire » du bain de sang — l’ampleur et l’intensité indicibles des meurtres — n’en deviendra que plus excentrique et plus « créatif » à mesure que ceux qui planifient la guerre rechercheront avec toujours plus de désespoir les moyens de maintenir les masses faciles à distraire de leur pays respectif galvanisées par la peur, prêtes à soutenir leur calendrier de guerre élargi et leur engagement accru sur les lignes de front.

À qui tout cela profite?t?il? Qui profite de la militarisation de la France et de son peuple? Les mêmes forces qui ont tiré profit de telles atrocités depuis le 11 septembre. Tous les gouvernements qui cherchent à déstabiliser, à envahir et à conquérir le sous?continent eurasien, y compris le Moyen?Orient et l’Asie centrale, voire au?delà. Tous les gouvernements qui cherchent à opérer un changement de régime en Syrie : l’OTAN.

Les expressions théâtrales de remords des dirigeants masquent la realpolitik, l’attitude sociopathique froide et calculatrice voulant que la guerre soit une industrie, que les tueries soient un instrument de la « victoire » et que les massacres d’innocents soient des « dommages collatéraux nécessaires ». Trois mille morts le 11 septembre. Un avion de ligne rempli de touristes russes. Des dizaines de milliers de victimes de massacres au Moyen?Orient, en Asie centrale et en Afrique. Plus de cent vies anéanties à Paris. Tout ça, en une seule journée de travail.

La ligne d’action actuelle justifiée par la propagande et les gros titres sanglants est qu’il nous faut intensifier davantage encore la « guerre totale » sans fin. Le président Hollande reprend maintenant à son compte les expressions de « guerre qui n’aura pas de fin de notre vivant » de Dick Cheney et d’« avec nous ou contre nous » de George W. Bush.

La propagande en cours voudrait que les événements de Paris soient la preuve qu’il est plus que temps d’opérer un changement de régime en Syrie, présentée comme le « foyer » du terrorisme où le groupe État islamique serait devenu « incontrôlable ». Le régime Assad « n’a pas su les arrêter »; par conséquent, ce régime, tout comme les « terroristes », doit être « éliminé ».

Ce n’est pas une coïncidence si Paris a incité le président Barack Obama à promettre l’escalade de la participation militaire en Syrie. Plus précisément, c’est l’invasion ouverte de la Syrie qui a reçu le feu vert. L’invasion de la Syrie par des « troupes au sol », déjà en cours, s’en trouve maintenant accélérée. Il ne fait aucun doute qu’Obama souhaite achever la tâche avant son départ en 2016. Une nouvelle série de frappes aériennes sur Raqqa, en Syrie, a commencé moins de 48 heures après les attentats de Paris.

Et qu’en est?il des attentats de Paris eux?mêmes? La version officielle est en cours d’écriture. Même si nous n’en sommes encore qu’au début, les questions sur ces attentats se multiplient. Les similarités avec l’opération sous fausse bannière du 11 septembre abondent.

Pour citer le New York Times, il « est malaisé de dire comment un plan aussi complexe et aussi meurtrier a échappé à l’attention des services de renseignement, tant en France qu’à l’étranger ». Mais les faits qui apparaissent laissent croire que les services de renseignement non seulement savaient, mais qu’ils en savaient suffisamment pour se préparer aux attentats, ce qui laisse entendre qu’ils auraient laissé faire.

La France était informée de l’imminence d’attaques et des préparatifs étaient en cours des semaines avant le 13 novembre. Mentionnons à titre d’exemple les réunions d’urgence avec le directeur de la CIA John Brennan et les exercices de préparation inhabituellement précoces des premiers intervenants — qui étaient justement à pied d’œuvre à Paris le 13 novembre.

Une cyberattaque massive — dépassant les capacités des terroristes – a neutralisé les systèmes de sécurité français avant et durant les attentats.

Les responsables français connaissaient les assaillants et les suivaient sans cesse depuis un bon moment, mais ils n’ont rien fait pour les arrêter.

De l’orchestration et de l’exécution des atrocités elles?mêmes jusqu’à la réaction des autorités, les signes de longue planification, de scénarisation, de montage chorégraphique et de calculs sont manifestes.

On invoquera des excuses ayant trait à l’incompétence (« nous avons été pris par surprise »), au désespoir et au chaos (« nous ne sommes pas en mesure de prévoir ou d’empêcher quoi que ce soit ») et autres variantes. Mais personne n’apportera la preuve du contraire.

D’après les agents de la CIA, les « experts en terrorisme » de groupes de réflexion et autres vantards bellicistes qui n’ont eu de cesse de débiter leurs absurdités sur CNN durant toute la nuit et la journée qui ont suivi les attentats de Paris, il y aurait désormais une « nouvelle normalité ».

Il faut résister à ce genre de lavage de cerveau.

Malgré le chaos et la panique, il ne faut pas perdre de vue le contexte élargi.

C’est la guerre elle?même — ainsi que ses architectes et leurs agents meurtriers — qu’il nous faut condamner.

Les assassins qui ont exécuté de sang?froid des personnes innocentes ont agi sur les ordres d’agents, eux?mêmes placés sous les ordres d’autres agents qui, à leur tour, ont reçu leurs ordres d’individus occupant de hauts postes de pouvoir. Ce sont ces individus qui doivent être identifiés et dénoncés, et c’est à leurs projets de guerre qu’il convient de résister, ce sont ces projets qu’il convient de stopper, et ce, pour le bien de ce qui reste de l’humanité.

Photo d'illusttration : Combattants islamiques lors d’un défilé militaire dans les rues de Raqqa

http://www.zejournal.mobi/index.php/news/show_detail/8571

975
Ligoté dans sa propre maison, un Anderlechtois se libère et chasse ses CINQ agresseurs: la traque est lancée



Un Anderlechtois a été agressé par cinq individus à son domicile vers 13h ce vendredi. Ligoté et menacé pour son coffre-fort, il est finalement parvenu à mettre en fuite ses agresseurs. La brigade anti-criminalité a lancé une chasse à l'homme dans la région Bruxelloise. Un témoin nous a contactés après avoir vu l'intervention de la police à Anderlecht.

Cinq hommes alignés sur le côté de la route, les mains dans le dos, placé sous la surveillance de nombreux policiers. Voilà la scène à laquelle a assisté un témoin, qui nous a décrit la situation via notre page Alertez-nous. "Tous les policiers avaient des mitraillettes et des gilets pare-balles", explique-t-elle. L'important déploiement de la brigade anti-criminalité d'Anderlecht a d'ailleurs créé des embarras de circulation.


Il sort de chez lui et se fait agresser par cinq hommes

En réalité, notre témoin a assisté à un contrôle d'identité. Une heure plus tôt, un habitant de la rue des Goujons, à Anderlecht, a été attaqué par cinq individus. La victime sortait de son garage lorsqu'elle est tombée nez-à-nez avec ses cinq agresseurs. Ligoté dans sa propre maison, l'Anderlechtois a vraisemblablement été attaqué pour le contenu de son coffre-fort, comme nous l'explique la police.

Mais la victime ne s'est pas laissé faire. Profitant probablement d'un instant d'inattention, elle s'est libérée et a saisi une arme dans son habitation. L'Anderlechtois est alors parvenu à mettre en fuite les cinq agresseurs.


Chasse à l'homme en cours

Très choqué, la victime a été prise en charge par la police. La brigade anti-criminalité, de son côté, a lancé la traque pour mettre la main sur les agresseurs. C'est dans le cadre de leurs recherches qu'ils ont procédé au contrôle de cinq individus à la rue des Deux gares, dont notre contact a été témoin. Les personnes contrôlées n'avaient finalement rien à voir avec l'affaire, et elles ont pu repartir. Les cinq agresseurs sont donc toujours dans la nature et activement recherchés par la police.


http://www.rtl.be/info/regions/bruxelles/ligote-dans-sa-propre-maison-un-anderlechtois-se-libere-et-chasse-ses-cinq-agresseurs-la-traque-est-lancee-772584.aspx