Choix du lycée : des élèves parisiens victimes du logiciel d’affectation

Auteur Sujet: Choix du lycée : des élèves parisiens victimes du logiciel d’affectation  (Lu 114 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne mike

  • Webmaster
  • *
  • Messages: 4312
  • Karma: +0/-0
  • on a toujours besoin d'un qui tien l'échelle
    • Voir le profil
Choix du lycée : des élèves parisiens victimes du logiciel d’affectation


« Ma fille en a pleuré pendant deux jours » souffle Antoine. Vendredi soir, dans le petit collège César-Franck (IIe), les résultats de l’affectation des élèves de troisième dans leur futur lycée a viré au psychodrame.


 A peine cinq élèves ont obtenu leur premier choix quand tous les autres élèves ayant plus de 16 de moyenne se sont vus affecter sur leurs 5e à 8e vœu, à savoir des lycées moins bien côtés et éloignés géographiquement. « Et 9 élèves n’ont eu aucune affectation dont une élève qui a pourtant 17,5 de moyenne » ajoute une représentante FCPE. Des « anomalies » qui toucheraient une quinzaine de collèges parisiens : Gauguin (IXe), Voltaire (XIe), Flavien (XIIe), Daudet et Moulin (XIVe), Clément (XVIIIe), Faure (XXe), Matisse (XXe)… Et de manière plus aiguë à Oeben (XIIe) et Fauré (XIIIe).

Affelnet, le système d’affectation des collégiens de 3e, est encore une fois mis en cause. L’an dernier, le lycée Turgot (IIIe) s’était retrouvé avec 83 % d’élèves boursiers en seconde, ce qui a conduit le rectorat à plafonner à 50 % le nombre de boursiers par lycée.


 Cette fois, c’est la mise en place d’une évaluation du « socle commun de connaissances » pour chaque élève de troisième qui est pointée du doigt. Surpondérée par rapport au contrôle continu, celle-ci est assurée par les professeurs principaux dans chaque collège. « Or, dans certains établissements, les professeurs ont surévalué leurs élèves, ce qui a brouillé les affectations », assure cette enseignante de César-Franck, qui estime avoir été insuffisamment encadrée pour appréhender la réforme. « En 20 ans, c’est la première fois que les affectations ne correspondent pas aux résultats des élèves ».


Du côté des parents, la grogne monte. « Pour moi, il y a incohérence, incompétence et tricherie : on ne laisse pas sur le carreau des enfants qui ont travaillé dur pendant quatre ans » fulmine Christine, dont le fils, scolarisé à César-Franck, se retrouve sans affectation. « Mon fils me dit que ça (...) Lire la suite sur LeParisien.fr

https://fr.news.yahoo.com/choix-lyc%C3%A9e-%C3%A9l%C3%A8ves-parisiens-victimes-logiciel-d-affectation-191200580.html?soc_src=social-sh&soc_trk=fb



 

Sitemap 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17