Ciao Italia, la Squadra dit adieu au Mondial 2018: chronique d'un échec historiq

Auteur Sujet: Ciao Italia, la Squadra dit adieu au Mondial 2018: chronique d'un échec historiq  (Lu 36 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne mike

  • Webmaster
  • *
  • Messages: 4444
  • Karma: +0/-0
  • on a toujours besoin d'un qui tien l'échelle
    • Voir le profil
Ciao Italia, la Squadra dit adieu au Mondial 2018: chronique d'un échec historique



Incapables de faire la différence face à la Suède (nul 0-0 à Milan au match retour, défaite 1-0 à l’aller), les Italiens ne participeront pas à la Coupe du Monde.
Une première depuis 60 ans.

Les têtes sont basses. Les visages fermés. Ce que beaucoup craignaient, sans vouloir vraiment y penser, s’est bien produit ce lundi soir. Il est un peu plus de 22h30 quand San Siro pleure son équipe nationale. Une Squadra incapable de faire la différence offensivement face à une Suède compacte. Un adversaire qui avait plus d’envie qu’une Italie amorphe sur l’ensemble des deux rencontres.


Une animation inoffensive

Au coup d’envoi, Fratelli d’Italia avait résonné comme jamais. Le public avait repris en chœur l’hymne combattant pour inciter ses joueurs à se surpasser. Les Azzurri semblaient, eux aussi, prêt à partir à la guerre. Et pourtant. Pendant 90 minutes, la manœuvre italienne est lente. Les rares montées dans le camp suédois sont à peine dangereuses.

 

Pire, de l’autre côté, la Suède parvient à donner des sueurs froides aux tifosi italiens sur ses rares percées. Les hommes d’Andersson auraient d’ailleurs dû hériter d’un penalty pour une main flagrante dans le rectangle de Gigi Buffon (une autre main quelques minutes auparavant avait déjà été litigieuse).

Finalement sur ce match retour, les Italiens n’auront été dangereux qu’à deux reprises : une frappe en première période d’Immobile (en position de hors-jeu) qui trompait le gardien adverse mais pas son défenseur et une frappe puissante d’El Shaarawy en deuxième mi-temps, repoussée miraculeusement par le gardien suédois.


La fin de (l’a)Ventura ?

Le constat est terrible. L’échec cuisant. Un résultat indigne d’une équipe affichant fièrement quatre étoiles sur son écusson. Une sélection qui n’avait raté que deux Coupe du Monde dans son histoire : une en 1930 (à laquelle elle n’a pas souhaité participer) et une qualification manquée en 1958. Soixante ans plus tard, l’histoire se répète. Comme si cela était écrit.

Mais l’Italie ne peut s’en vouloir qu’à elle-même. À son sélectionneur. À ses joueurs. Car ce n’est pas l’histoire ou le prestige d’un maillot qui monte sur un terrain. Ce sont onze acteurs choisis par un entraîneur. Et à ce petit jeu, Giampiero Ventura a tout raté. Celui qui a pris la lourde succession d’Antonio Conte en 2016 s’est emmêlé les pinceaux. Il n’a jamais donné l’impression de maîtriser son équipe. Tactiquement incohérent. Pas logique dans ses choix de joueurs. En un an et demi à la tête de l’équipe, l’ancien coach du Torino n’aura jamais réussi à imposer sa patte. À donner une identité de jeu à son Italie.

Si la Squadra Azzurra dit au revoir ce lundi 13 novembre à la Russie, elle dit également adieu à une légende. Gianlugi Buffon avait annoncé que ce mondial serait son dernier. Mais les joueurs auront été incapables d’honorer un tel monument du football. Aujourd’hui, Gigi sort par la petite porte. Les regrets sont immenses. L’incompréhension est totale. L’Italie va avoir la gueule de bois pendant 4 ans. Un laps de temps qui doit lui servir à tirer les enseignements d’un échec historique.

source:
http://www.sudinfo.be/1987342/article/2017-11-13/ciao-italia-la-squadra-dit-adieu-au-mondial-2018-chronique-d-un-echec-historique



 

Sitemap 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18